Menu
Yakuza 5 Remastered
  • PS4
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
jeuxvideo.com / PlayStation 4 / Jeux sur PS4 / Yakuza 5 / Yakuza 5 Remastered sur PlayStation 4 /

Avis Yakuza 5 Remastered sur PlayStation 4

La note des lecteurs

Note moyenne
17.3/20
16 à 20
4
11 à 15
0
6 à 10
0
0 à 5
0
Donnez
votre avis
4 notes

Les avis les plus utiles

17/20
Nicomacdo
Alerte
Posté le 01 mai à 23:58

Version PC. Toujours plus fort, Y5 offre 5 persos jouables, dont 4 déjà connus...si tant est que vous soyez familier de la licence. Les 5 héros sont réellement attachants, et nombre de pnj vraiment marquants. L'intrigue est intéressante et très longue, il se passe tellement de choses, là où Y4 prenait des raccourcis Y5 détaille tout. Et bonne nouvelle la fin est à la hauteur, l'émotion est bien présente. Il faut dire que la thématique du jeu, réaliser ses rêves, est très belle et fait écho à de nombreuses reprises dans l'aventure.

Y5 est un soft monstrueux, chaque arc de personnage constitue un jeu à lui-seul, c'est un truc de fou. On a donc Kiryu Kazuma, mélancolique et désabusé cette fois. A présent chauffeur de taxi, conduire divers clients de façon responsable (au Japon on roule à gauche!) et faire la causette est son lot quotidien. Par le truchement du scénar, Kiryu se retrouve à faire des courses de bagnole contre des gangs, typées arcade. Blindée de surprises, une side story bien sympa. Taiga Saejima, dur à cuire spécialiste de la patate de forain à la force de caractère admirable. Son histoire est intéressante mais globalement trop dirigiste. Il sera amené à chasser en montagne avec un gameplay spécifique...vraiment pas ce que le jeu propose de mieux.

Haruka Sawamura, présente depuis le 1er opus. Âgée de 15 ans, elle est ici un perso à part entière, se lançant dans le show-biz, avec un gameplay différent et remarquablement bien conçu. En toute logique sa side story est liée à son activité: rencontres avec les fans, pub, promo, télé, interviews, tout y passe. Le scénar en profite pour aborder des thèmes impossibles à voir avec un autre perso. Le passage le plus controversé, et pourtant le plus original. Vient l'excellent Shun Akiyama, perso attachant dont la décontraction fait du bien au jeu. Son style repose sur des coups de pieds dévastateurs que ne renierait pas Kenshiro. Enfin, Tatsuo Shinada, le petit nouveau. Batteur de baseball pro déchu, un brin fantasque, criblé de dettes et éternellement fauché.

La durée de vie tient du RPG, j'ai mis 130h pour le finir. Il faut dire que Y5 est un ogre en matière de contenu varié, on a l'impression qu'il n'y en a jamais assez, cela lui a été reproché: forcément tout n'est pas maitrisé (le combat de boules de neige en fps, injouable), ça parait inégal en terme de contenu ou de rythme. C'est vrai que c'est bavard (par contre beaucoup plus de dialogues sont doublés), la série n'a que faire d'avoir un rythme effréné et cet épisode est un des pires en la matière.

Globalement Y5 est fignolé: fléchettes (jouables, enfin!), photomaton (seul ou à 2), Taiko no Tatsujin, mini-golf, Air Hockey (remplaçant avantageusement le ping-pong de Y4), bowling (physique enfin crédible), karaoké (tous les persos chantent!), etc... le contenu de Y5 est hors-du-commun, je ne peux tout citer, sans compter les à-côtés spécifiques à chaque perso, surprenant en permanence. Les bars à hôtesse sont de la partie (le système a encore été amélioré), les courses poursuites enfin réussies, le craft des armes simplifié (c'était si pénible avant). Les quêtes annexes s'avèrent plus variées et originales. Le pachinko est encore supprimé, chez Sega prendre des décisions absurdes a été érigé au rang d'art.

Le système de combat est peaufiné par une multitude de petits ajouts: jouabilité plus souple, ennemis plus réactifs (fuite, appel de renforts). Le challenge en normal est très faible, heat actions évolutives, climax heat, double barre de vie, nos héros sont balèzes. Il faut attendre l’arène pour trouver du challenge, et là c'est l'excès inverse, quasi-infaisable avec Shun ou Tatsuo.

Point agaçant: Y5 a la malheureuse idée de bloquer les persos level 20, limite qu'on peut briser très tard dans le jeu jusqu’au lvl 25 (même là, impossible d'upgrader un perso à fond). Ça n'a pas de sens, d'un côté on a un jeu fourmillant de contenu, et de l'autre les persos sont bridés à un niveau rapidement atteignable, l'xp gagnée ensuite est irrémédiablement perdue.

Malgré l'aliasing violent et un clipping grossier, techniquement un cap a été franchi, Y5 est très honnête pour 2012, la team Ryû Ga Gotoku a fait des miracles avec un budget sans doute loin de crever le plafond. Les cinématiques sont toujours aussi impressionnantes, le jeu a une ambiance terriblement immersive variant en plus en fonction du lieu. Une bonne ost, les chansons d'Haruka sont catchy et sucrées comme il se doit.

Là où Y4 restait dans sa zone de confort, Y5 prend des risques, tente des choses qu'on ne voit pas ailleurs et sublime les qualités habituelles de la série. Le souci avec les grands jeux c'est qu'on a moins d'indulgence pour leurs défauts. Car en vérité, mis à part quelques faiblesses techniques et choix de game design discutables, Y5 est un jeu exceptionnel, du genre qu'on ne voit que trop rarement. Un des meilleurs de la licence, et de ce que j'ai pu lire le plus sous-évalué.

Lire la suite...
18/20
Alien2020
Alerte
Posté le 23 févr. 2020 à 00:19

Apres un Yakuza 4 decevant (rien de memorable), je me suis lancé dans le 5 en esperant un jeu digne de ce nom et bin pas décu ! Tout simplement enorme ! Kiryu nikel comme tjr, saejima nikel (sauf le passage en prison un peu longuet), Haruka enormissime (surprenant de profondeur!) Etc etc bref je vais pas tout resumer mais cest un digne jeu yakuza ! Foncez.

Lire la suite...

Tous les avis lecteurs (4)

Trier par :
  • Utilité
  • Note
  • Date
1 
17/20
Nicomacdo
Alerte
Posté le 01 mai à 23:58

Version PC. Toujours plus fort, Y5 offre 5 persos jouables, dont 4 déjà connus...si tant est que vous soyez familier de la licence. Les 5 héros sont réellement attachants, et nombre de pnj vraiment marquants. L'intrigue est intéressante et très longue, il se passe tellement de choses, là où Y4 prenait des raccourcis Y5 détaille tout. Et bonne nouvelle la fin est à la hauteur, l'émotion est bien présente. Il faut dire que la thématique du jeu, réaliser ses rêves, est très belle et fait écho à de nombreuses reprises dans l'aventure.

Y5 est un soft monstrueux, chaque arc de personnage constitue un jeu à lui-seul, c'est un truc de fou. On a donc Kiryu Kazuma, mélancolique et désabusé cette fois. A présent chauffeur de taxi, conduire divers clients de façon responsable (au Japon on roule à gauche!) et faire la causette est son lot quotidien. Par le truchement du scénar, Kiryu se retrouve à faire des courses de bagnole contre des gangs, typées arcade. Blindée de surprises, une side story bien sympa. Taiga Saejima, dur à cuire spécialiste de la patate de forain à la force de caractère admirable. Son histoire est intéressante mais globalement trop dirigiste. Il sera amené à chasser en montagne avec un gameplay spécifique...vraiment pas ce que le jeu propose de mieux.

Haruka Sawamura, présente depuis le 1er opus. Âgée de 15 ans, elle est ici un perso à part entière, se lançant dans le show-biz, avec un gameplay différent et remarquablement bien conçu. En toute logique sa side story est liée à son activité: rencontres avec les fans, pub, promo, télé, interviews, tout y passe. Le scénar en profite pour aborder des thèmes impossibles à voir avec un autre perso. Le passage le plus controversé, et pourtant le plus original. Vient l'excellent Shun Akiyama, perso attachant dont la décontraction fait du bien au jeu. Son style repose sur des coups de pieds dévastateurs que ne renierait pas Kenshiro. Enfin, Tatsuo Shinada, le petit nouveau. Batteur de baseball pro déchu, un brin fantasque, criblé de dettes et éternellement fauché.

La durée de vie tient du RPG, j'ai mis 130h pour le finir. Il faut dire que Y5 est un ogre en matière de contenu varié, on a l'impression qu'il n'y en a jamais assez, cela lui a été reproché: forcément tout n'est pas maitrisé (le combat de boules de neige en fps, injouable), ça parait inégal en terme de contenu ou de rythme. C'est vrai que c'est bavard (par contre beaucoup plus de dialogues sont doublés), la série n'a que faire d'avoir un rythme effréné et cet épisode est un des pires en la matière.

Globalement Y5 est fignolé: fléchettes (jouables, enfin!), photomaton (seul ou à 2), Taiko no Tatsujin, mini-golf, Air Hockey (remplaçant avantageusement le ping-pong de Y4), bowling (physique enfin crédible), karaoké (tous les persos chantent!), etc... le contenu de Y5 est hors-du-commun, je ne peux tout citer, sans compter les à-côtés spécifiques à chaque perso, surprenant en permanence. Les bars à hôtesse sont de la partie (le système a encore été amélioré), les courses poursuites enfin réussies, le craft des armes simplifié (c'était si pénible avant). Les quêtes annexes s'avèrent plus variées et originales. Le pachinko est encore supprimé, chez Sega prendre des décisions absurdes a été érigé au rang d'art.

Le système de combat est peaufiné par une multitude de petits ajouts: jouabilité plus souple, ennemis plus réactifs (fuite, appel de renforts). Le challenge en normal est très faible, heat actions évolutives, climax heat, double barre de vie, nos héros sont balèzes. Il faut attendre l’arène pour trouver du challenge, et là c'est l'excès inverse, quasi-infaisable avec Shun ou Tatsuo.

Point agaçant: Y5 a la malheureuse idée de bloquer les persos level 20, limite qu'on peut briser très tard dans le jeu jusqu’au lvl 25 (même là, impossible d'upgrader un perso à fond). Ça n'a pas de sens, d'un côté on a un jeu fourmillant de contenu, et de l'autre les persos sont bridés à un niveau rapidement atteignable, l'xp gagnée ensuite est irrémédiablement perdue.

Malgré l'aliasing violent et un clipping grossier, techniquement un cap a été franchi, Y5 est très honnête pour 2012, la team Ryû Ga Gotoku a fait des miracles avec un budget sans doute loin de crever le plafond. Les cinématiques sont toujours aussi impressionnantes, le jeu a une ambiance terriblement immersive variant en plus en fonction du lieu. Une bonne ost, les chansons d'Haruka sont catchy et sucrées comme il se doit.

Là où Y4 restait dans sa zone de confort, Y5 prend des risques, tente des choses qu'on ne voit pas ailleurs et sublime les qualités habituelles de la série. Le souci avec les grands jeux c'est qu'on a moins d'indulgence pour leurs défauts. Car en vérité, mis à part quelques faiblesses techniques et choix de game design discutables, Y5 est un jeu exceptionnel, du genre qu'on ne voit que trop rarement. Un des meilleurs de la licence, et de ce que j'ai pu lire le plus sous-évalué.

Lire la suite...
18/20
Alien2020
Alerte
Posté le 23 févr. 2020 à 00:19

Apres un Yakuza 4 decevant (rien de memorable), je me suis lancé dans le 5 en esperant un jeu digne de ce nom et bin pas décu ! Tout simplement enorme ! Kiryu nikel comme tjr, saejima nikel (sauf le passage en prison un peu longuet), Haruka enormissime (surprenant de profondeur!) Etc etc bref je vais pas tout resumer mais cest un digne jeu yakuza ! Foncez.

Lire la suite...
18/20
dhortaq
Alerte
Posté le 05 sept. 2020 à 10:06

good remastered version overall, i wasn't disappointed at all, happy to play all the taxi missions and all the dancing battles as well. the music was just great and the story wasn't neither bad. pretty good backstabing as always. Character progression became a little repetitive, but with saejima and Shinada's sub stories you will have a good time. My favorite parts were with Haruka and Shinada. as they offered a lot of new stuff to the game that we've never seen before.

Lire la suite...
16/20
midnailah
Alerte
Posté le 12 févr. 2020 à 17:15

Cette édition se pose en incontournable pour les amateurs de la série Yakuza qui voudraient compléter leur collection. Dans la suite logique de la remastérisation des premiers épisodes, elle permet également de (re)découvrir la série. Yakuza c’est le Tokyo nocturne, celui des bars à hôtesses, des casinos clandestins et comme son nom l’indique clairement, la face cachée de la ville et ses bas fonds, sous la coupe de la pègre locale. S’inspirant de Kabukicho (réel quartier Tokyoïte) le studio Ryū Ga Gotoku a façonné une véritable réplique de ce haut lieu de la vie nocturne Japonaise, nommée ici Kamurocho. Entre combats et mini-jeux, le contenu conséquent de cette compilation vaut le détour. On parle tout de même de 300 heures de jeu pour celui qui voudrait explorer l'ensemble de fond en comble et d'une petite centaine d'heures pour la trame principale.
A noter que l'ensemble passe en 60 fps, ce qui n'évite cependant pas quelques écueils durant les cinématiques.
http://gamingnewz.fr/the-yakuza-remastered-collection-le-test-sur-playstation-4/

Lire la suite...
1