Menu
The Elder Scrolls Online : Gold Edition
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
  • Mac
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum

La note des lecteurs

Note moyenne
17/20
16 à 20
1
11 à 15
0
6 à 10
0
0 à 5
0
Donnez
votre avis
1 note

Les avis les plus utiles

17/20
tristelune
Alerte
Posté le 21 août 2018 à 07:52

J'avais près de 400h de Skyrim, pour ne parler que de TESV, et envie de prolonger l'aventure sans faire des bonhommes de neige toute l'année non plus.

Déjà habituée, voire blasée, des mmo, je boudais TESO car, honnêtement, c'est une saga qui représente, pour beaucoup, la quintessence du ... jeu solo.
On a beau peupler Bordeciel ou Cyrodiil de PNJs via des mods, on est bien content(e)s que ce soit géré par l'IA.
Car la solitude du gameplay, même en groupe avec des mercenaires / acolytes, fait partie du plaisir, de l'immersion totale dans le moindre tombeau qu'on visite, à la lueur des torches, ou de ce chemin escarpé entre deux montagnes.

Mais TES VI est encore loin, alors je suis allée voir TESO un peu sur la défensive.

Or, il est avant tout un Elder Scrolls, disons "option online" - bien que connecté(e) à un serveur avec des gugus qui sautent et lancent leurs sorts en ville, vous allez pouvoir, via l'interface discrète et paramétrable, et la façon dont sont amenées les quêtes, à vous sentir dans un Elder Scrolls.

Tamriel impressionne par son sens du détail et sa forte adéquation avec la série de jeux, commencée tout de même en 1994, dont les fans, comme moi, connaissent bien l'identité ou la palette de couleurs.
C'est une franche réussite d'un point de vue artistique et technique.
Le travail, visiblement minutieux, et sous l'égide de Bethesda, respecte totalement l'atmosphère.
Pour tester cela, j'ai même repris Skyrim, pour une trentaine d'heures, juste avant.
Le passage de l'un à l'autre se fait sans fausse note.
On est bien dans cet univers familier, et pourtant renouvelé.

La musique nous guide : les thèmes connus se dévoilent, remixés.
De suite, on nous donne des cours, sur le lore de Tamriel, les dieux, les puissances, les alliances et les guerres, au fil de conversations impromptues avec untel.
Les PNJS bavardent volontiers, les quêtes se dénichent un peu partout, et clairement dans une orientation TES.
On est loin de "va tuer 0/12 sangliers".

En masquant les noms, ou les indicateurs de quête, j'ai obtenu un résultat très proche de ce qu'on pourrait attendre d'un TES VI et me régale.

Morrowind est superbe, le charme total.
Summerset a l'air très engageant.
Les DLCs permettent de compléter l'ensemble, avec nouveaux donjons ou guildes à déverouiller. Scénarios, contextes, personnages intéressants. Récompenses sympathiques !
Je n'ai rien contre cette politique de DLCs dans la mesure où TESO présente une formule sans abonnement.

Peu de classes, c'est vrai, mais une liberté d'orientation / spécialisation héritée de la saga, pour un gameplay assez nerveux, sans être too-much à la TERA. L'équillibre entre action brute et stratégie reste bien présent, du fait que le combat à la souris / manette type Elder Scrolls se couple à des sorts/compétences en barre d'action.

Les défauts pour moi sont peu nombreux, mais assez pénibles : TESO parfois n'a pas assez tranché entre son aspect rpg-solo et sa configuration mmo.
Du coup, lors des quêtes, qui s'avèrent souvent "confidentielles", "secrètes", ou juste "personnelles", vous allez trouver des gugus connectés comme vous, et l'immersion prend un grand coup de claymore.
Dans la guilde des voleurs par exemple, il est impensable, qu'arrivée sur les lieux de mon forfait, en plein cambriolage solo, je tombe sur une meute de joueurs en train de fouiller.
Pourtant, c'est comme ça.

Il faudrait instancier / phaser, à la Blizzard.

Il n'y a aucun mmo parfait, mais TESO reste sur le podium avec brio !

Lire la suite...

Tous les avis lecteurs (1)

Trier par :
  • Utilité
  • Note
  • Date
1 
17/20
tristelune
Alerte
Posté le 21 août 2018 à 07:52

J'avais près de 400h de Skyrim, pour ne parler que de TESV, et envie de prolonger l'aventure sans faire des bonhommes de neige toute l'année non plus.

Déjà habituée, voire blasée, des mmo, je boudais TESO car, honnêtement, c'est une saga qui représente, pour beaucoup, la quintessence du ... jeu solo.
On a beau peupler Bordeciel ou Cyrodiil de PNJs via des mods, on est bien content(e)s que ce soit géré par l'IA.
Car la solitude du gameplay, même en groupe avec des mercenaires / acolytes, fait partie du plaisir, de l'immersion totale dans le moindre tombeau qu'on visite, à la lueur des torches, ou de ce chemin escarpé entre deux montagnes.

Mais TES VI est encore loin, alors je suis allée voir TESO un peu sur la défensive.

Or, il est avant tout un Elder Scrolls, disons "option online" - bien que connecté(e) à un serveur avec des gugus qui sautent et lancent leurs sorts en ville, vous allez pouvoir, via l'interface discrète et paramétrable, et la façon dont sont amenées les quêtes, à vous sentir dans un Elder Scrolls.

Tamriel impressionne par son sens du détail et sa forte adéquation avec la série de jeux, commencée tout de même en 1994, dont les fans, comme moi, connaissent bien l'identité ou la palette de couleurs.
C'est une franche réussite d'un point de vue artistique et technique.
Le travail, visiblement minutieux, et sous l'égide de Bethesda, respecte totalement l'atmosphère.
Pour tester cela, j'ai même repris Skyrim, pour une trentaine d'heures, juste avant.
Le passage de l'un à l'autre se fait sans fausse note.
On est bien dans cet univers familier, et pourtant renouvelé.

La musique nous guide : les thèmes connus se dévoilent, remixés.
De suite, on nous donne des cours, sur le lore de Tamriel, les dieux, les puissances, les alliances et les guerres, au fil de conversations impromptues avec untel.
Les PNJS bavardent volontiers, les quêtes se dénichent un peu partout, et clairement dans une orientation TES.
On est loin de "va tuer 0/12 sangliers".

En masquant les noms, ou les indicateurs de quête, j'ai obtenu un résultat très proche de ce qu'on pourrait attendre d'un TES VI et me régale.

Morrowind est superbe, le charme total.
Summerset a l'air très engageant.
Les DLCs permettent de compléter l'ensemble, avec nouveaux donjons ou guildes à déverouiller. Scénarios, contextes, personnages intéressants. Récompenses sympathiques !
Je n'ai rien contre cette politique de DLCs dans la mesure où TESO présente une formule sans abonnement.

Peu de classes, c'est vrai, mais une liberté d'orientation / spécialisation héritée de la saga, pour un gameplay assez nerveux, sans être too-much à la TERA. L'équillibre entre action brute et stratégie reste bien présent, du fait que le combat à la souris / manette type Elder Scrolls se couple à des sorts/compétences en barre d'action.

Les défauts pour moi sont peu nombreux, mais assez pénibles : TESO parfois n'a pas assez tranché entre son aspect rpg-solo et sa configuration mmo.
Du coup, lors des quêtes, qui s'avèrent souvent "confidentielles", "secrètes", ou juste "personnelles", vous allez trouver des gugus connectés comme vous, et l'immersion prend un grand coup de claymore.
Dans la guilde des voleurs par exemple, il est impensable, qu'arrivée sur les lieux de mon forfait, en plein cambriolage solo, je tombe sur une meute de joueurs en train de fouiller.
Pourtant, c'est comme ça.

Il faudrait instancier / phaser, à la Blizzard.

Il n'y a aucun mmo parfait, mais TESO reste sur le podium avec brio !

Lire la suite...
1 
Meilleures offres
Amazon PC 13.99€ Amazon PC 14.99€ Rakuten PC 26.62€ Fnac Marketplace PC 49.96€
Marchand
Supports
Prix