CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • JV Fan Contest
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Etoile Abonnement RSS

Sujet : Le bla-bla des passionné·e·s

DébutPage précedente
Page suivanteFin
AerdaIis AerdaIis
MP
16 mai 2018 à 13:51:23

Non c’est juste que tu l’as toujours été, mais comme tu vis dans une société sexiste, tu ne t’es jamais qualifié comme tel.

C'est certainement pas l'écriture inclusive qui va me rendre moins sexiste alors.
Disons que d'un côté, on invisibilise le féminin. À vrai dire, on invisibilise tous les genres puisqu'apparemment, il y en aurait une déclinaison d'un nombre insoupçonnable par le commun des mortels (selon les dires des SJWs).
Du coup en fait, ça inclut tout le monde. C'était déjà inclusif de base.

Alors que l'écriture inclusive, pas vraiment en fait, puisqu'il n'y a que deux genres comptabilisés. Quid du genre renard à neufs queues transsexuel (mais seulement de deux) ?
Donc, on est dans une optique où on ne veut surtout pas être assimilé au sexe opposé car tout le monde sait que le sexe opposé, c'est sale, plein de maladies et de cervelles bouillies.
Les hommes et les femmes sont égaux. Je respecte les femmes.

Mais le premier qui me prend pour une femme va comprendre sa douleur.

AerdaIis AerdaIis
MP
16 mai 2018 à 15:00:27

Du coup, j'ai lu l'article.

Si je comprends bien, c'est pas la règle qui dérange, c'est sa formulation (ainsi que son illustration).
La règle en elle-même n'est pas problématique, il n'est pas ici question d'invisibilisation ou quoi que ce soit. Le problème c'est surtout que l'on apprend aux enfants qu'il y a deux genres, masculin et féminin et qu'en cas de pluriel, il y a une bataille entre les deux, des cris et hurlements et que suite à une bataille acharnée, le mâle, titubant, le nez ensanglanté, lève le poing en signe de victoire tandis que la femme, affalée, se tenant l'estomac, se tient vaincue à ses pieds.

Alors qu'en fait, il suffirait de dire, en cas de pluriel et de mélange des genres, on va au plus court. Donc masculin.
Bon après, faudra pas le formuler non plus comme cela puisqu'on risque d'avoir tous les garçons de la classe s'insurger que "pas si court que ça d'abord".
Rapide risque d'être problématique aussi.

Hum... Il faudrait y réfléchir sérieusement, mais la règle n'est pas ici en cause, seulement la formulation.

Kriegor Kriegor
MP
16 mai 2018 à 16:14:24

Retour du message supprimé sans le mot qui a du déclencher sa censure automatique...

Oh flûte alors ! Moi qui n'arrête pas de faire des digressions entre parenthèses (tel un Douglas Adams qui n'aurait pas pris ses pillules), je réalise maintenant que je ne disais alors que des choses péjoratives !

« Les parenthèses naissent de l'exigence de clarté formelle des humanistes ; elles intègrent dans la continuité du texte ce qui aurait pu figurer dans une glose marginale. »
C’est le propre des parenthèses, elles précisent, annotent, mais si tu les retires, tu n’enlèves rien à ta phrase. Des expressions comme « mettre entre parenthèses » signifient clairement mettre de côté, repousser à plus tard. On met bien le e entre parenthèses parce qu’on n’a pas besoin de le mettre, on reste donc dans l’application stricte de la règle de grammaire décriée. Mettre entre parenthèses ça ne change rien, ça ne sert à rien.

Personnellement, je vois ce nouveau nom comme une régression. Ça me fait mal aux yeux et contrairement à une parenthèse où mon cerveau passe outre, je me sens obligé de m'arrêter sur le point. Ce qui donne dans mon esprit : "bla-bla des passionné-eeeeeeeuh-sssssss".

Le changement est toujours compliqué pour nos petits cerveaux fainéants. Ca ne signifie pas qu’il ne faut jamais rien changer.

Il y avait la possibilité de dire "bla-bla des passionnées". C'eût été plus élégant en plus d'être lisible.

C’est un peu ce qu’un féministe convaincu n’écrirait jamais surtout. Ca va à l’encontre des valeurs qu’il défend.

À combattre le sexisme, ils ont réussi à nous rendre sexistes. Bravo les veaux.

Non c’est juste que tu l’as toujours été, mais comme tu vis dans une société sexiste, tu ne t’es jamais qualifié comme tel. C’est un peu comme les gens qui se sentent racistes aujourd’hui alors qu’avant ils ne se sentaient pas racistes, vu qu’ils n'ont jamais été méchants avec la personne d'origine étrangère du coin, au contraire ils allaient même faire leurs courses chez lui.

Kriegor Kriegor
MP
16 mai 2018 à 17:20:13

À vrai dire, on invisibilise tous les genres puisqu'apparemment, il y en aurait une déclinaison d'un nombre insoupçonnable par le commun des mortels (selon les dires des SJWs).

C’est plus compliqué que ça. D’un côté tu as tout ce qui a trait à la personnalité et qui fait le sujet des études de genre. Là-dessus les féministes sont une majorité à penser que l’influence du genre sur la personnalité est lié à notre culture et la genrification des valeurs et désirs (l’homme est rationnel, brave, courageux, dominateur, conquérant, compétiteur, simple, succinct, franc, amateur de viandes et de féculents… la femme est émotive, sensible, soumise, extravertie, coquette, peureuse, naïve, dépensière, bavarde, superstitieuse, sournoise, amatrice de légumes et de sucrerie etc.), là où les anti-féministes pensent que tout ça est inné et ancré dans nos gênes. C’est il est vrai la principale scission aujourd’hui entre les 2 camps, et peut-être le champ de batailles le plus violent.

Sur ce point-là, ceux qui se battent pour la justice sociale pensent donc qu’il y a une déclinaison d’un nombre insoupçonnable d’individualités, et qu’elles ne dépendent pas du sexe à la naissance.

D’un autre côté, tu as ce qui a trait aux caractères sexuels de la personne. De ce point de vue-là, les féministes pensent qu’il y a ceux qui naissent garçons (majoritairement ceux qui naissent avec un sexe de garçons, mais il peut y avoir des exceptions), et ceux qui naissent filles (idem). Une place est effectivement accordée aux filles qui naissent dans un corps de garçon et vice versa et vont tôt ou tard émettre le souhait de subir une opération chirurgicale pour « changer de corps ».

Bref il y a une volonté féministe d’effacement du genre sur le premier point, et une volonté d’affirmation de celui-ci sur le 2nd, aussi bien dans la langue que dans l'esprit, où le mental est effacé au profit des caractères visibles.

Alors qu'en fait, il suffirait de dire, en cas de pluriel et de mélange des genres, on va au plus court. Donc masculin.

Bon après, faudra pas le formuler non plus comme cela puisqu'on risque d'avoir tous les garçons de la classe s'insurger que "pas si court que ça d'abord".
Rapide risque d'être problématique aussi.

Tu raisonnes avec ton cerveau d’adulte. Dans l’inconscient (et même le conscient) d’une petite fille ou d’un petit garçon, ce n’est pas si simple.

Exemple très très basique : je m’appelle Anna et je suis une fille de 7 ans. Je suis copine avec Paul et Lucie. Je peux donc dire que Lucie et moi, on est copines. Mais j’apprends à dire que Paul, Lucie et moi, on est copains. Ca peut paraitre bête mais ce n’est pas intuitif pour moi. Je disais souvent à tort qu’on était copines, parce que je raisonne encore beaucoup par rapport à moi. La langue va m’apprendre à m’effacer et à accorder par rapport à Paul quoiqu’il arrive. S’il est là, je suis un copain, plus une copine.

Maintenant inversons. Je m’appelle Paul et je suis un garçon de 7 ans. Je suis copain avec Anna et Lucie. Lucie, Anna et moi, on est des copains. Ca ne me choque pas, c’est normal, je suis un garçon. Imaginons que du jour au lendemain, on dise à Paul « ah ben non, il faut dire Lucie, Anna et moi, on est des copines ». Tu vas heurter son ego. Paul n’est certainement pas une copine, c’est un garçon, c’est un copain, c’est tout.

Tu sens la double mesure ? Et de tout ça découle énormément de choses, du sentiment d’infériorité/supériorité à l’obsession perverse des hommes pour leur virilité.
Ce qu’on avait compris il y a 4 siècles, on l'a déconstruit pourquoi, parce que dieu est un homme (je délire pas, c’est littéralement un des éléments qu’invoquaient les idéologues de l'époque pour mettre fin au courant inclusif). Et le but clairement revendiqué était d’arrêter d’instruire aux enfants que les hommes devaient céder l’accord, même à 1 contre 500 femmes. La peur de faire de ces hommes des mauviettes, et des femmes des insoumises.

AerdaIis AerdaIis
MP
16 mai 2018 à 18:36:14

Imaginons que du jour au lendemain, on dise à Paul « ah ben non, il faut dire Lucie, Anna et moi, on est des copines ». Tu vas heurter son ego.

Bah non, puisque dés sa naissance, on lui aura appris qu'au pluriel telle ou telle règle s'applique.
Si on se met à apprendre la règle de majorité à l'école, pourquoi pas ?
La génération qui prendra le truc en cours de route sera effectivement déroutée mais pas plus que par ognon. Et à terme, on arrive à une nouvelle génération qui aura parfaitement assimilé cette règle simple et parfaitement compréhensible.

Je ne suis pas contre les changements de la langue française, au contraire, je trouve qu'il y aurait un tas de choses à simplifier.
Mais justement, le but, ce serait de simplifier. Pas de se faire chier à rajouter trente-six nouvelles terminaisons car certains se sentent oppressés et qu'ils ont décidé tout seul de faire n'importe quoi plutôt que de réfléchir à une manière de changer concrètement les choses.

L'écriture inclusive, ça ne prendra jamais parce que c'est chiant et peu lisible. Et avant que vous ne me disiez que l'écriture inclusive consiste aussi à féminiser les noms de métier et un tas d'autres choses encore, je vous arrête de suite. Nous n'avons pas attendu l'écriture inclusive pour féminiser les noms de métier. Tous ne sont peut-être pas reconnus par ces branleurs de l'académie française, mais ça avait déjà commencé.
Je parle de cette forme honnie d'écriture qui consiste à faire passer le masculin avant le féminin car l'homme est et sera toujours prioritaire face à la femme.

Après, tout le monde est libre d'écrire comme il le souhaite, nous avons même dû tolérer le langage SMS durant notre folle jeunesse, mais lorsque je vois que certains hippies communistes bouffeurs de cailloux ont déjà commencé à inculquer l'écriture inclusive à certaines de leurs classes alors qu'au final, ça se casse la gueule depuis le début, ça me dépite. Tout comme j'aurai été dépité d'apprendre qu'un professeur se mettait à enseigner à ses élèves en langage SMS.

Comme vous l'avez dit, les adultes réfléchissent différemment des enfants. Mais alors que faire lorsque adultes comme enfants se montrent réticents face à l'écriture inclusive ? Il serait peut-être temps de chercher une autre solution non ?

Ce serait toujours mieux que de se chercher des moulins à batailler.
Des solutions à proposer à la population, c'est pas ce qui manque.
On pourrait même prendre exemple sur nos amis les rosbifs et supprimer toute histoire de masculine et féminin définitivement.
Il est possible que certains gueulent, notamment dans les branches de linguistes, mais à terme, ça a plus de chances de passer que les terminaisons à outrance.

Après, au risque de tomber dans le strawman ou je ne sais quoi, je pense que cela ne passerait pas avant tout auprès des SJWs puisqu'ils semblent avoir besoin de cette distinction homme-femme pour avoir des raisons de gueuler et se penser plus tolérant que la moyenne.

Kriegor Kriegor
MP
16 mai 2018 à 19:28:20

Bah non, puisque dés sa naissance, on lui aura appris qu'au pluriel telle ou telle règle s'applique.

Si on se met à apprendre la règle de majorité à l'école, pourquoi pas ?
La génération qui prendra le truc en cours de route sera effectivement déroutée mais pas plus que par ognon. Et à terme, on arrive à une nouvelle génération qui aura parfaitement assimilé cette règle simple et parfaitement compréhensible.

Ah ben voilà on est d'accord ! C'est absolument ce que je voulais dire. Ce qui est intolérable aujourd'hui pour ces garçons (et pas que en bas âge d'ailleurs) deviendra parfaitement naturel dès lors qu'on introduira l'écriture inclusive à l'école. Je pense même que cela soulèvera moins de questionnement lors de l'apprentissage de la grammaire. C'est facile pour un enfant de comprendre qu'on accorde avec le dernier mot ou le sens qu'on veut donner, il y une logique neutre et palpable derrière.

Mais c'est impossible de faire passer un tel changement comme ça. La méthode la plus pragmatique est de la pratiquer dans sa sphère privée, quitte à subir un flot de critiques, afin d'habituer à son usage, et bien sûr de sensibiliser les jeunes pour qu'ils soient d'avantage ouvert, une fois adultes, à son introduction à l'école. Quand je vois que les BU d'aujourd'hui sont de plus en plus nombreux à en faire usage, je me dis que ça ne prendra peut-être pas des siècles en fin de compte.

L'écriture inclusive, ça ne prendra jamais parce que c'est chiant et peu lisible.

Le point médian c'est la règle dont tu te sers le moins souvent dans l'écriture inclusive. Les règles d'accord, la double flexion et l'épicène, c'est 90%. A la limite, tu n'es même pas obligé de le mettre ce point médian. C'est loin d'être une priorité. Et vu que tu viens de me dire que tu es d'accord avec le reste...

Nous n'avons pas attendu l'écriture inclusive pour féminiser les noms de métier. Tous ne sont peut-être pas reconnus par ces branleurs de l'académie française, mais ça avait déjà commencé.

Je suis d'accord, il n'y a jamais vraiment eu d'opposition sur ça.

inculquer l'écriture inclusive à certaines de leurs classes alors qu'au final, ça se casse la gueule depuis le début

L'écriture inclusive demande de réfléchir d'avantage à ce que l'on écrit. C'est plutôt bon pour fortifier l'orthographe.

Mais alors que faire lorsque adultes comme enfants se montrent réticents face à l'écriture inclusive ?

Aucun enfant à qui l'on n'a pas encore enseigné la grammaire telle qu'on l'enseigne aujourd'hui n'est réticent. Je vais répéter une phrase que j'ai déjà écrite mais le changement est toujours compliqué pour nos petits cerveaux fainéants. L'humain est fondamentalement réactionnaire. Petit jeu d'esprit : imaginons que l'écriture inclusive soit la norme, et qu'un groupe important d'individus militent pour l'abolition de ces règles afin de les remplacer par "le masculin l'emporte toujours sur le féminin", tu conviendras avec moi que ça râlerait. Les gens ne comprendraient pas, ni verraient aucune logique, n'auraient pas envie de devoir réfléchir cette nouvelle forme, et ça râlerait "la langue ça ne se change pas" etc etc. Tu peux essayer avec les finlandais si tu veux, vu que leur langue est déjà inclusive. On n'est plus au XVIIeme siècle où une poignée d'idéologues pouvaient impulser une règle sur un coup de tête (et même là, on retrouve des traces de l'écriture inclusive jusqu'au XIXe siècle!).

On pourrait même prendre exemple sur nos amis les rosbifs et supprimer toute histoire de masculine et féminin définitivement.

De mon point de vue, c'est la solution que je préfère. Mais cela attaque directement les racines latines de notre langue, donc son esprit ou je ne sais quoi (latin qui était une écriture inclusive au passage). Honnêtement, je militerais volontiers pour que l'anglais soit la première langue enseignée à l'école. On a créé le langage pour simplifier la communication, pas pour communautariser la planète. On s'est débarrassé des langues régionales pour que déjà tous les français se comprennent. La suite logique, ce serait de se débarrasser du français. C'est une forme de culture totalement superflue et dispensable. Mais c'est un point de vue très personnel, très minoritaire, et comme je suis aussi attaché à la démocratie, ce n'est pas un combat qui m'intéresse.

Après, au risque de tomber dans le strawman ou je ne sais quoi, je pense que cela ne passerait pas avant tout auprès des SJWs

Ben la preuve que non. Et il y a une logique derrière tout ça. S'il n'y a plus d'accords différenciés, il n'y a plus de problème. Maintenant si accord il y a, alors il faut pouvoir penser et comprendre toutes les implications derrière.

Pseudo supprimé
16 mai 2018 à 19:35:20

http://www.guru3d.com/news-story/amd-reconfirms-7nm-zen2-and-vega-and-navi-designs.html

2019/2020 va être très très fun pour intel.
Karma j'ai envie de dire.
SMTIII_NOCTURNE is pleased.

Belhifet Belhifet
MP
16 mai 2018 à 19:59:15

Eh bé. :pf: Faut espérer que s'il y a des nouveaux-venus ils ne vont pas s'arrêter aux premières pages de ce topic pour le juger. :mort:

.

.

KRIEGOR

Il va de soit que tout le monde est bienvenu ici pour dialoguer

Puis plus loin

Et triple bonus, comme l'a souligné Nocturne, ça va rebuter quelques extrémistes.

Ralala, tu as du véritablement être infecté par une souche SJW. Tolérant sur le papier mais pas vraiment. :peur:

Bon puis pour le titre, comme le dit Aerdalis, "Topic des passionnés" aurait suffit. Parce qu'à ce compte-là, si on veut prévoir TOUS les cas possibles, bah autant écrire "Le topic des 1/2/3/4/[...]/7 milliards de très faiblement/faiblement/moyennement/fortement/très fortement passionné-e-s".

.

.

AERDALIS

Black Panther

Wow, je n'avais pas vu le film sous cet angle... :peur: Mais effectivement.

Le rap reste la musique prédominante de la bande-son parce que bon, ce sont des noirs, ce n'est pas comme s'ils avaient inventé absolument tous les styles de musique que l'on écoute actuellement.

Arf, j'ai l'impression d'être assez "musicalement rac iste" par moments, puisque je n'aime pas le rap, le jazz ou le R'N'B ou le reggae, ces genres très associés à la communauté noire.

AerdaIis AerdaIis
MP
16 mai 2018 à 20:15:09

Et le Rock'n'roll, la Soul, le Disco…

Non vraiment, ça fait bizarre de voir cela lorsque l'on se souvient que la première chanson que l'on entend dans I, Robot est du Stevie Wonder.

[Supergounou] [Supergounou]
MP
16 mai 2018 à 20:20:17

je n'aime pas [...] le R'N'B

Que? Personne ne peut trouver ça mauvais le rythm'n'blues:
https://www.youtube.com/watch?v=eQPUTMU4Lho

Pseudo supprimé
16 mai 2018 à 20:25:26

+1 avec Belhifet et Aerdalis on aurait nommé le topic Nocturne x5 comme j'avais proposé à une époque y'aurait eu aucun problème.

Acelord Acelord
MP
16 mai 2018 à 20:34:55

Le 16 mai 2018 à 20:20:17 [Supergounou] a écrit :

je n'aime pas [...] le R'N'B

Que? Personne ne peut trouver ça mauvais le rythm'n'blues:
https://www.youtube.com/watch?v=eQPUTMU4Lho

Pseudo supprimé
16 mai 2018 à 20:39:30

Acelord qui a compris comment faire des messages encore moins compréhensibles que moi ;peur:

Kriegor Kriegor
MP
16 mai 2018 à 20:42:57

Il voulait dire quelque chose à la base mais il a oublié. Ca lui arrive souvent. :hap:

[Supergounou] [Supergounou]
MP
16 mai 2018 à 20:58:45

J'pense qu'il veut surtout appuyer à quel point j'ai raison :cool:

Message édité le 16 mai 2018 à 20:58:57 par [Supergounou]
Belhifet Belhifet
MP
16 mai 2018 à 21:32:09

AERDALIS

Le rock est associé à la communauté noire ??? :doute:

.

.

SUPERGOUNOU

Pas mon type de musique. :non2:

Pseudo supprimé
16 mai 2018 à 21:37:23

Pas mon type de musique. :non2:

Kriegor Kriegor
MP
16 mai 2018 à 21:38:27
Pseudo supprimé
16 mai 2018 à 21:39:03

Le rock est associé à la communauté noire ??? :doute:

Bien sûr, ça descend majoritairement du blues (et du jazz un peu), qui sont deux genres qui sont intimement lié avec le gospel, les chants africains et les chants d'esclaves.

DemianVonPrios DemianVonPrios
MP
16 mai 2018 à 21:48:33

Kriegor et Supergounou, si vous voulez en apprendre plus sur The Crew 2: https://www.youtube.com/watch?v=BTA3XvQX8Qg

:)

DébutPage précedente
Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
La vidéo du moment