CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Etoile Abonnement RSS

Sujet : [TOPIC UNIQUE] Suivi du coronavirus

DébutPage précedente
Page suivanteFin
Spartacus_re
Spartacus_re
MP
14 juin 2022 à 04:16:46

Le 14 juin 2022 à 03:27:31 :

Le rapport entre les biais propre au système VAERS et le fait que certains lots concentrent à eux seuls les cas les plus graves des effets secondaires?

Déjà 1) as tu des données réelles sur ça, ou est-ce que ce sont des informations sortis d'obscures site ?

2) Il y a des biais même dans ces données. Le plus basique de tous : comment sont répartis les lots au sein du pays. Évidemment que des lots qui vont majoritairement atteindre des personnes aisées auront plus de facilité à voir leurs effets secondaires reportés, vu le système de santé US.

Sans compter le fait qu'il y a des îles qui font partie des USA et qui sont bien plus pauvre que le continent. Vu que l'ont peut déclarer soi même un effet secondaire, ceux qui ont un accès internet valable, et les connaissances pour le faire sont aussi favorisé.

Par ailleurs : quelles sont tous les lots actuellement distribué ? Combien doses par lot ? Est ce qu'il y a vraiment une disparité, ou est ce que c'est juste que certains lots ont été plus distribué que d'autres ? Si c'est par États, il y en a des largement moins vaccinés que d'autres, donc certains lots ont pu être moins distribué que d'autres.

Oui, c'est plein de paramètres a prendre en compte. Et ça s'appelle une étude, en tâchant d'éliminer autant de biais que possible.

Tu as lu l’article ou tu te contentes de ses explications? C’est pas toi qui me reproche de donner la parole aux experts? Changement de veste.

La critique argumentée d'études publiées fait partie de la méthode scientifique.

Sortir un expert pour qu'il sorte des données non vérifiées, sans études relue, est une erreur, par contre, écouter les critiques émises par des experts sur des études parues n'en est pas une.

Ce n'est pas le seul que j'ai vu pointer des problèmes sur cette étude, c'est juste le plus complet.

Le vaccin EUA n’a pas été approuvé par la FDA et n’est pas le Comirnaty. Doit-on faire confiance à Pfizer ?

Il l'a été. Il s'agit juste d'un changement mineur n'ayant pas spécialement d'implication sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin.

Et le rapport avec l’adultération des lots? Logiquement un taux de mortalité plus élevé dans un État après la vaccination suggère que le vaccin doit être administrés à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population. Sans adultėration tout les lots doivent avoir la même nocivité peut importe la région ; le vaccin est dangereux ou il ne l’est pas. Une telle disparité est anormale en soi.

Tu réponds à moitié à ma question. As-tu lu cet article et par conséquent, comprends-tu les arguments de ce professeur à la lumière de l’article? Ou tu te contentes seulement de sa réponse?

Ça c’est Pfizer qui le dit et on doit lui faire confiance. Le vaccin EUA n’est pas celui autorisé. Pfizer a communiqué qu’il ne produira pas de vaccins Comirnaty.

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
15 juin 2022 à 03:24:07

Qu'advient-il de ces milliards de nanoparticules dont vous êtes devenu l'hôte? Marc Girardot
https://www.docdroid.net/eMy7mA5/quadvient-il-de-ces-milliards-de-nanoparticules-dont-vous-etes-devenu-lhote-pdf

Note : le terme PNL désigne à la fois les nanoparticules lipidiques et les vecteurs viraux, qui
sont de nature très différente, mais qui finissent tous deux par transformer la cellule en une usine à spikes et déclenchent également la destruction des cellules transfectées par le système immunitaire.

Le nombre de nanoparticules (NP) injectées par dose de ces vaccins anti-COVID est proprement
ahurissant : jusqu'à 50 milliards de vecteurs viraux pour AstraZeneca, 40 milliards de PNL pour
Moderna, et probablement 10 pour Pfizer. On ne sait pas très bien combien d'ARN messagers
intacts se trouvent dans chaque PNL, mais même si l'on admet qu'il n'y en a qu'un seul, et que
chacun d'entre eux produit 1000 protéines de pointe, cela signifie que votre organisme devra faire
face à un minimum de 30 trillions de protéines de pointe pathogènes en quelques mois...

Ces chiffres sont bien supérieurs à ceux des infections très sévères par le SRAS-COV-2 :
généralement, au pic de l'infection, l'organisme contient entre 1 et 100 milliards de virions.

Ce que la communauté médicale et de santé publique n'a pas compris, c'est que toutes les cellules
saines qui seront "infectées " par ces nanoparticules seront finalement détruites par le système
immunitaire. Lorsque vous recevez 3 fois le vaccin Pfizer, vous acceptez de sacrifier jusqu'à 45
milliards de vos cellules saines... avec AstraZeneca, c'est 150 milliards !

- les nanoparticules délivrent de l'ARNm à l'intérieur des cellules où qu'elles se trouvent
- les cellules transfectées produisent des spikes pathogènes, les libèrent et les propagent
- une réaction immunitaire est stimulée - avec des anticorps et des cellules T spécifiques - à
la fois contre la protéine spike, mais aussi contre les cellules transfectées
- des millions - si ce n'est des milliards - de cellules transfectées seront finalement détruites

Le reste du document décrit ce qu’il pourrait survenir si le PNL s’égarent en dehors du muscle. Le PNL peut s'échapper du muscle par deux voies différentes, le flux sanguin et le système
lymphatique.

Si le PNL sont libérés hors du muscle, elles sont susceptibles d'atteindre et de pénétrer les
cellules dans trois zones principales :

- les parois endothéliales dans les micro-vaisseaux : là où ils sont plus étroits, la
probabilité de transfection est 440 fois plus élevée
- les cellules des organes vitaux : de la même manière que les vaisseaux sanguins
apportent des nutriments aux organes, ils apporteront probablement des PNL au cœur,
au foie, aux poumons... et même parfois au cerveau, au-delà de la barrière hémato-
encéphalique
- les ganglions lymphatiques : les organes les plus susceptibles dans le système
lymphatique, près du site d'injection, sont les ganglions lymphatiques locaux qui
deviendront naturellement des réceptacles de PNL.

Cela provoquerait une perturbation majeure en aval, car de grandes zones de cellules interconnectées sont transfectées, commencent à produire la protéine spike, libèrent de grandes quantités de spike autour d'elles et sont attaquées par les cellules T :

- dans les vaisseaux sanguins, cela causera inévitablement une forte inflammation, des
saignements, la coagulation dans les zones les plus denses, la nécrose en aval, la
calcification artérielle et la thrombose : de nombreux accidents vasculaires cérébraux et
thromboses dans les bases de données des effets adverses ont démontré que c'était vrai.
- dans les organes tels que le cœur, les poumons, le foie et les ovaires, elles sont susceptibles de créer un degré élevé d'inflammation, de mort cellulaire (apoptose) et de calcification (péricarde par exemple, provoquant une crise cardiaque) : le nombre élevé de myo/péricardites en fait une possibilité réelle.
- dans les ganglions lymphatiques, elle pourrait soit interférer avec la fonction même du ganglion lymphatique (cellules B) car les nanoparticules pénètrent dans les nodules lymphatiques, soit interférer avec le système immunitaire en transfectant les cellules immunitaires contenues dans le ganglion lymphatique, avec le risque de déficit immunitaire partiel : la réapparition de virus dormants comme le zona semble aller dans ce sens

Il semble raisonnable d'émettre l'hypothèse que ces PNL peuvent se retrouver au mauvais endroit
de deux manières différentes :

- accidentellement par injection directe dans un vaisseau sanguin ou dans le
système lymphatique
- ou naturellement en transitant progressivement dans le tissu musculaire et en s'écoulant
dans la circulation sanguine, ou dans le système lymphatique

Que se passe-t-il si les PNL passent progressivement dans la circulation
sanguine ?

- Tout d'abord, le système circulatoire - les vaisseaux sanguins - sont en première ligne de
ces fuites diffuses du vaccin dans le sang. Les parois endothéliales sont la principale
surface que les LNP peuvent transfecter. Les dommages seraient totalement invisibles,
diffus, mais peuvent durer des mois car la régénération des cellules des vaisseaux est un
processus long.
- Étant donné que tout le sang y circule de manière concentrée, certains organes finiraient
par accumuler plus de lésions que d'autres, notamment le cœur et le foie. Et en effet,
nous sommes témoins de nombreux effets indésirables cardiaques et hépatiques.
- D'autres organes plus éparpillés mais très vascularisés comme les poumons, le cerveau, les
reins, la moelle osseuse, les ovaires peuvent également être touchés, mais de manière un
peu plus répartie et diffuse.
- Certains organes ne se régénéreront pas, comme le cœur (la myocardite n'est pas
bénigne, une fois que les myocytes ont été détruits, on ne peut pas les régénérer) ou alors
il faudra plus de temps, comme les cellules endothéliales. Il peut donc y avoir un effet de
condensateur par lequel chaque injection affaiblit l'organe, ou aggrave la situation,
augmente les inflammations, jusqu'à ce qu'il craque : il provoque un caillot de sang, une attaque ou unencrise cardiaque.

Rappel : l’étude de biodistribution japonaise (document FOIA) a montré que les nanoparticules lipidiques ne restent pas a niveau du muscle. Cette étude a été effectuée avec des ARNm codant la Luciférase et non la protéine spike. De ce fait l’innocuité de la protéine S en dehors du muscle ne peut être appréhendée.

Message édité le 15 juin 2022 à 03:25:47 par Spartacus_re
RealZakarik
RealZakarik
MP
15 juin 2022 à 10:01:40

Le 14 juin 2022 à 04:16:46 :

Le 14 juin 2022 à 03:27:31 :

Le rapport entre les biais propre au système VAERS et le fait que certains lots concentrent à eux seuls les cas les plus graves des effets secondaires?

Déjà 1) as tu des données réelles sur ça, ou est-ce que ce sont des informations sortis d'obscures site ?

2) Il y a des biais même dans ces données. Le plus basique de tous : comment sont répartis les lots au sein du pays. Évidemment que des lots qui vont majoritairement atteindre des personnes aisées auront plus de facilité à voir leurs effets secondaires reportés, vu le système de santé US.

Sans compter le fait qu'il y a des îles qui font partie des USA et qui sont bien plus pauvre que le continent. Vu que l'ont peut déclarer soi même un effet secondaire, ceux qui ont un accès internet valable, et les connaissances pour le faire sont aussi favorisé.

Par ailleurs : quelles sont tous les lots actuellement distribué ? Combien doses par lot ? Est ce qu'il y a vraiment une disparité, ou est ce que c'est juste que certains lots ont été plus distribué que d'autres ? Si c'est par États, il y en a des largement moins vaccinés que d'autres, donc certains lots ont pu être moins distribué que d'autres.

Oui, c'est plein de paramètres a prendre en compte. Et ça s'appelle une étude, en tâchant d'éliminer autant de biais que possible.

Tu as lu l’article ou tu te contentes de ses explications? C’est pas toi qui me reproche de donner la parole aux experts? Changement de veste.

La critique argumentée d'études publiées fait partie de la méthode scientifique.

Sortir un expert pour qu'il sorte des données non vérifiées, sans études relue, est une erreur, par contre, écouter les critiques émises par des experts sur des études parues n'en est pas une.

Ce n'est pas le seul que j'ai vu pointer des problèmes sur cette étude, c'est juste le plus complet.

Le vaccin EUA n’a pas été approuvé par la FDA et n’est pas le Comirnaty. Doit-on faire confiance à Pfizer ?

Il l'a été. Il s'agit juste d'un changement mineur n'ayant pas spécialement d'implication sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin.

Et le rapport avec l’adultération des lots? Logiquement un taux de mortalité plus élevé dans un État après la vaccination suggère que le vaccin doit être administrés à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population. Sans adultėration tout les lots doivent avoir la même nocivité peut importe la région ; le vaccin est dangereux ou il ne l’est pas. Une telle disparité est anormale en soi.

Le rapport ? Ben tout simplement si tu n'as aucune autre donnée pour juger si oui, ou non, c'est disproportionné selon tel ou tel lot... Comment sais tu si ça l'est ?

Le simple fais de ne pas savoir si un lot a plus été injecté qu'un autre, ou même s'il a plus été injecté a une tranche d'âge qu'à une autre, est un énorme biais.

Figure toi que si un lot est injecté a des vieux et qu'un lot est injecté a des jeunes, le taux de mortalité ne va pas être le même. Car, je le rappel, un rapport du VAERS ne signifie pas que c'est bien lié au vaccin.

Tu réponds à moitié à ma question. As-tu lu cet article et par conséquent, comprends-tu les arguments de ce professeur à la lumière de l’article? Ou tu te contentes seulement de sa réponse?

J'y ai lu, et j'en ai lu d'autres aussi.

Ça c’est Pfizer qui le dit et on doit lui faire confiance. Le vaccin EUA n’est pas celui autorisé. Pfizer a communiqué qu’il ne produira pas de vaccins Comirnaty.

Non, je t'avais mis un lien - parce que c'est celui que j'ai trouvé et flemme de chercher plus pour d'autres - l'agence du Canada l'a dit que c'était un changement de formulation n'ayant aucun impact majeur.

RealZakarik
RealZakarik
MP
15 juin 2022 à 10:09:54

Le 15 juin 2022 à 03:24:07 :
Qu'advient-il de ces milliards de nanoparticules dont vous êtes devenu l'hôte? Marc Girardot
https://www.docdroid.net/eMy7mA5/quadvient-il-de-ces-milliards-de-nanoparticules-dont-vous-etes-devenu-lhote-pdf

Note : le terme PNL désigne à la fois les nanoparticules lipidiques et les vecteurs viraux, qui
sont de nature très différente, mais qui finissent tous deux par transformer la cellule en une usine à spikes et déclenchent également la destruction des cellules transfectées par le système immunitaire.

Le nombre de nanoparticules (NP) injectées par dose de ces vaccins anti-COVID est proprement
ahurissant : jusqu'à 50 milliards de vecteurs viraux pour AstraZeneca, 40 milliards de PNL pour
Moderna, et probablement 10 pour Pfizer. On ne sait pas très bien combien d'ARN messagers
intacts se trouvent dans chaque PNL, mais même si l'on admet qu'il n'y en a qu'un seul, et que
chacun d'entre eux produit 1000 protéines de pointe, cela signifie que votre organisme devra faire
face à un minimum de 30 trillions de protéines de pointe pathogènes en quelques mois...

Ces chiffres sont bien supérieurs à ceux des infections très sévères par le SRAS-COV-2 :
généralement, au pic de l'infection, l'organisme contient entre 1 et 100 milliards de virions.

Ce que la communauté médicale et de santé publique n'a pas compris, c'est que toutes les cellules
saines qui seront "infectées " par ces nanoparticules seront finalement détruites par le système
immunitaire. Lorsque vous recevez 3 fois le vaccin Pfizer, vous acceptez de sacrifier jusqu'à 45
milliards de vos cellules saines... avec AstraZeneca, c'est 150 milliards !

- les nanoparticules délivrent de l'ARNm à l'intérieur des cellules où qu'elles se trouvent
- les cellules transfectées produisent des spikes pathogènes, les libèrent et les propagent
- une réaction immunitaire est stimulée - avec des anticorps et des cellules T spécifiques - à
la fois contre la protéine spike, mais aussi contre les cellules transfectées
- des millions - si ce n'est des milliards - de cellules transfectées seront finalement détruites

Le reste du document décrit ce qu’il pourrait survenir si le PNL s’égarent en dehors du muscle. Le PNL peut s'échapper du muscle par deux voies différentes, le flux sanguin et le système
lymphatique.

Si le PNL sont libérés hors du muscle, elles sont susceptibles d'atteindre et de pénétrer les
cellules dans trois zones principales :

- les parois endothéliales dans les micro-vaisseaux : là où ils sont plus étroits, la
probabilité de transfection est 440 fois plus élevée
- les cellules des organes vitaux : de la même manière que les vaisseaux sanguins
apportent des nutriments aux organes, ils apporteront probablement des PNL au cœur,
au foie, aux poumons... et même parfois au cerveau, au-delà de la barrière hémato-
encéphalique
- les ganglions lymphatiques : les organes les plus susceptibles dans le système
lymphatique, près du site d'injection, sont les ganglions lymphatiques locaux qui
deviendront naturellement des réceptacles de PNL.

Cela provoquerait une perturbation majeure en aval, car de grandes zones de cellules interconnectées sont transfectées, commencent à produire la protéine spike, libèrent de grandes quantités de spike autour d'elles et sont attaquées par les cellules T :

- dans les vaisseaux sanguins, cela causera inévitablement une forte inflammation, des
saignements, la coagulation dans les zones les plus denses, la nécrose en aval, la
calcification artérielle et la thrombose : de nombreux accidents vasculaires cérébraux et
thromboses dans les bases de données des effets adverses ont démontré que c'était vrai.
- dans les organes tels que le cœur, les poumons, le foie et les ovaires, elles sont susceptibles de créer un degré élevé d'inflammation, de mort cellulaire (apoptose) et de calcification (péricarde par exemple, provoquant une crise cardiaque) : le nombre élevé de myo/péricardites en fait une possibilité réelle.
- dans les ganglions lymphatiques, elle pourrait soit interférer avec la fonction même du ganglion lymphatique (cellules B) car les nanoparticules pénètrent dans les nodules lymphatiques, soit interférer avec le système immunitaire en transfectant les cellules immunitaires contenues dans le ganglion lymphatique, avec le risque de déficit immunitaire partiel : la réapparition de virus dormants comme le zona semble aller dans ce sens

Il semble raisonnable d'émettre l'hypothèse que ces PNL peuvent se retrouver au mauvais endroit
de deux manières différentes :

- accidentellement par injection directe dans un vaisseau sanguin ou dans le
système lymphatique
- ou naturellement en transitant progressivement dans le tissu musculaire et en s'écoulant
dans la circulation sanguine, ou dans le système lymphatique

Que se passe-t-il si les PNL passent progressivement dans la circulation
sanguine ?

- Tout d'abord, le système circulatoire - les vaisseaux sanguins - sont en première ligne de
ces fuites diffuses du vaccin dans le sang. Les parois endothéliales sont la principale
surface que les LNP peuvent transfecter. Les dommages seraient totalement invisibles,
diffus, mais peuvent durer des mois car la régénération des cellules des vaisseaux est un
processus long.
- Étant donné que tout le sang y circule de manière concentrée, certains organes finiraient
par accumuler plus de lésions que d'autres, notamment le cœur et le foie. Et en effet,
nous sommes témoins de nombreux effets indésirables cardiaques et hépatiques.
- D'autres organes plus éparpillés mais très vascularisés comme les poumons, le cerveau, les
reins, la moelle osseuse, les ovaires peuvent également être touchés, mais de manière un
peu plus répartie et diffuse.
- Certains organes ne se régénéreront pas, comme le cœur (la myocardite n'est pas
bénigne, une fois que les myocytes ont été détruits, on ne peut pas les régénérer) ou alors
il faudra plus de temps, comme les cellules endothéliales. Il peut donc y avoir un effet de
condensateur par lequel chaque injection affaiblit l'organe, ou aggrave la situation,
augmente les inflammations, jusqu'à ce qu'il craque : il provoque un caillot de sang, une attaque ou unencrise cardiaque.

Rappel : l’étude de biodistribution japonaise (document FOIA) a montré que les nanoparticules lipidiques ne restent pas a niveau du muscle. Cette étude a été effectuée avec des ARNm codant la Luciférase et non la protéine spike. De ce fait l’innocuité de la protéine S en dehors du muscle ne peut être appréhendée.

Source :
Crois moi, mec, j'ai raison.

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
15 juin 2022 à 12:28:25

Le 15 juin 2022 à 10:01:40 :

Le 14 juin 2022 à 04:16:46 :

Le 14 juin 2022 à 03:27:31 :

Le rapport entre les biais propre au système VAERS et le fait que certains lots concentrent à eux seuls les cas les plus graves des effets secondaires?

Déjà 1) as tu des données réelles sur ça, ou est-ce que ce sont des informations sortis d'obscures site ?

2) Il y a des biais même dans ces données. Le plus basique de tous : comment sont répartis les lots au sein du pays. Évidemment que des lots qui vont majoritairement atteindre des personnes aisées auront plus de facilité à voir leurs effets secondaires reportés, vu le système de santé US.

Sans compter le fait qu'il y a des îles qui font partie des USA et qui sont bien plus pauvre que le continent. Vu que l'ont peut déclarer soi même un effet secondaire, ceux qui ont un accès internet valable, et les connaissances pour le faire sont aussi favorisé.

Par ailleurs : quelles sont tous les lots actuellement distribué ? Combien doses par lot ? Est ce qu'il y a vraiment une disparité, ou est ce que c'est juste que certains lots ont été plus distribué que d'autres ? Si c'est par États, il y en a des largement moins vaccinés que d'autres, donc certains lots ont pu être moins distribué que d'autres.

Oui, c'est plein de paramètres a prendre en compte. Et ça s'appelle une étude, en tâchant d'éliminer autant de biais que possible.

Tu as lu l’article ou tu te contentes de ses explications? C’est pas toi qui me reproche de donner la parole aux experts? Changement de veste.

La critique argumentée d'études publiées fait partie de la méthode scientifique.

Sortir un expert pour qu'il sorte des données non vérifiées, sans études relue, est une erreur, par contre, écouter les critiques émises par des experts sur des études parues n'en est pas une.

Ce n'est pas le seul que j'ai vu pointer des problèmes sur cette étude, c'est juste le plus complet.

Le vaccin EUA n’a pas été approuvé par la FDA et n’est pas le Comirnaty. Doit-on faire confiance à Pfizer ?

Il l'a été. Il s'agit juste d'un changement mineur n'ayant pas spécialement d'implication sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin.

Et le rapport avec l’adultération des lots? Logiquement un taux de mortalité plus élevé dans un État après la vaccination suggère que le vaccin doit être administrés à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population. Sans adultėration tout les lots doivent avoir la même nocivité peut importe la région ; le vaccin est dangereux ou il ne l’est pas. Une telle disparité est anormale en soi.

Le rapport ? Ben tout simplement si tu n'as aucune autre donnée pour juger si oui, ou non, c'est disproportionné selon tel ou tel lot... Comment sais tu si ça l'est ?

Le simple fais de ne pas savoir si un lot a plus été injecté qu'un autre, ou même s'il a plus été injecté a une tranche d'âge qu'à une autre, est un énorme biais.

Figure toi que si un lot est injecté a des vieux et qu'un lot est injecté a des jeunes, le taux de mortalité ne va pas être le même. Car, je le rappel, un rapport du VAERS ne signifie pas que c'est bien lié au vaccin.

Tu réponds à moitié à ma question. As-tu lu cet article et par conséquent, comprends-tu les arguments de ce professeur à la lumière de l’article? Ou tu te contentes seulement de sa réponse?

J'y ai lu, et j'en ai lu d'autres aussi.

Ça c’est Pfizer qui le dit et on doit lui faire confiance. Le vaccin EUA n’est pas celui autorisé. Pfizer a communiqué qu’il ne produira pas de vaccins Comirnaty.

Non, je t'avais mis un lien - parce que c'est celui que j'ai trouvé et flemme de chercher plus pour d'autres - l'agence du Canada l'a dit que c'était un changement de formulation n'ayant aucun impact majeur.

C’est pas ce que j’ai dit, qu’une région où le taux de blessures vaccinales est le plus élevé signifie que le vaccin doit être administré à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population? Autrement cela voudrait dire que les lots sont différents suivant les âges. Mais comment expliquer que seule 5 % des lots sont responsables des EL (principalement dans les 48 heures après injection ce qui suggère
bien que le tir est concomitant avec l’EL) graves et pourquoi les personnes vulnérables seraient les seules à avoir reçus ces lots spécifiques?

Et donc on sait que les nanoparticules lipidiques sont susceptibles de voyager par voie sanguine et de transfecter les cellules des organes rencontrés et il s’étonne que l’article parle de l’inflammation causée par la spike (qui lors d’une infection au C-19 ne serait certainement pas là)? Ce professeur n’a sans doute jamais entendu parler de l’expérience de biodistribution de Pfizer ou des expériences sur la protéine S seule. Et oui dans certains cas et notamment pour les EL rares la causalité est à démontrer mais l’article le précise.

Ce "vaccin" est couvert d’un bouclier de responsabilité et le restera probablement encore très longtemps.

RealZakarik
RealZakarik
MP
15 juin 2022 à 12:42:14

Le 15 juin 2022 à 12:18:55 :

Le 15 juin 2022 à 10:01:40 :

Le 14 juin 2022 à 04:16:46 :

Le 14 juin 2022 à 03:27:31 :

Le rapport entre les biais propre au système VAERS et le fait que certains lots concentrent à eux seuls les cas les plus graves des effets secondaires?

Déjà 1) as tu des données réelles sur ça, ou est-ce que ce sont des informations sortis d'obscures site ?

2) Il y a des biais même dans ces données. Le plus basique de tous : comment sont répartis les lots au sein du pays. Évidemment que des lots qui vont majoritairement atteindre des personnes aisées auront plus de facilité à voir leurs effets secondaires reportés, vu le système de santé US.

Sans compter le fait qu'il y a des îles qui font partie des USA et qui sont bien plus pauvre que le continent. Vu que l'ont peut déclarer soi même un effet secondaire, ceux qui ont un accès internet valable, et les connaissances pour le faire sont aussi favorisé.

Par ailleurs : quelles sont tous les lots actuellement distribué ? Combien doses par lot ? Est ce qu'il y a vraiment une disparité, ou est ce que c'est juste que certains lots ont été plus distribué que d'autres ? Si c'est par États, il y en a des largement moins vaccinés que d'autres, donc certains lots ont pu être moins distribué que d'autres.

Oui, c'est plein de paramètres a prendre en compte. Et ça s'appelle une étude, en tâchant d'éliminer autant de biais que possible.

Tu as lu l’article ou tu te contentes de ses explications? C’est pas toi qui me reproche de donner la parole aux experts? Changement de veste.

La critique argumentée d'études publiées fait partie de la méthode scientifique.

Sortir un expert pour qu'il sorte des données non vérifiées, sans études relue, est une erreur, par contre, écouter les critiques émises par des experts sur des études parues n'en est pas une.

Ce n'est pas le seul que j'ai vu pointer des problèmes sur cette étude, c'est juste le plus complet.

Le vaccin EUA n’a pas été approuvé par la FDA et n’est pas le Comirnaty. Doit-on faire confiance à Pfizer ?

Il l'a été. Il s'agit juste d'un changement mineur n'ayant pas spécialement d'implication sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin.

Et le rapport avec l’adultération des lots? Logiquement un taux de mortalité plus élevé dans un État après la vaccination suggère que le vaccin doit être administrés à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population. Sans adultėration tout les lots doivent avoir la même nocivité peut importe la région ; le vaccin est dangereux ou il ne l’est pas. Une telle disparité est anormale en soi.

Le rapport ? Ben tout simplement si tu n'as aucune autre donnée pour juger si oui, ou non, c'est disproportionné selon tel ou tel lot... Comment sais tu si ça l'est ?

Le simple fais de ne pas savoir si un lot a plus été injecté qu'un autre, ou même s'il a plus été injecté a une tranche d'âge qu'à une autre, est un énorme biais.

Figure toi que si un lot est injecté a des vieux et qu'un lot est injecté a des jeunes, le taux de mortalité ne va pas être le même. Car, je le rappel, un rapport du VAERS ne signifie pas que c'est bien lié au vaccin.

Tu réponds à moitié à ma question. As-tu lu cet article et par conséquent, comprends-tu les arguments de ce professeur à la lumière de l’article? Ou tu te contentes seulement de sa réponse?

J'y ai lu, et j'en ai lu d'autres aussi.

Ça c’est Pfizer qui le dit et on doit lui faire confiance. Le vaccin EUA n’est pas celui autorisé. Pfizer a communiqué qu’il ne produira pas de vaccins Comirnaty.

Non, je t'avais mis un lien - parce que c'est celui que j'ai trouvé et flemme de chercher plus pour d'autres - l'agence du Canada l'a dit que c'était un changement de formulation n'ayant aucun impact majeur.

C’est pas ce que j’ai dit, qu’une région où le taux de blessures vaccinales est le plus élevé signifie que le vaccin doit être administré à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population? Autrement cela voudrait dire que les lots sont différents suivant les âges. Mais comment expliquer que seule 5 % des lots sont responsables des EL (principalement dans les 48 heures après injection ce qui suggère
bien que le tir est concomitant avec l’EL) graves et pourquoi les personnes vulnérables seraient les seules à avoir reçus ces lots spécifiques?

Sais-tu comment les lots ont été répartis au sein du pays ou des institutions ?
En quelle quantité chaque lot a été distribué ?

Et donc on sait que les nanoparticules lipidiques sont susceptibles de voyager par voie sanguine et de transfecter les cellules des organes rencontrés et il s’étonne que l’article parle de l’inflammation causée par la spike (qui lors d’une infection au C-19 ne serait certainement pas là)? Ce professeur n’a sans doute jamais entendu parler de l’expérience de biodistribution de Pfizer ou des expériences sur la protéine S seule. Pareillement pour ses remarques à propos du VAERS où il insinue que les autres vaccins pourraient êtres responsables de cette explosion de cas alors que les vaccins traditionnels sont très peu sujets aux problèmes cardiovasculaires. Et oui dans certains cas et notamment pour les EL rares la causalité est à démontrer mais l’article le précise.

Si tu n'es pas satisfait de cette analyse, tu peux aussi aller voir une autre, c'est pas ça qui manque :
https://sciencebasedmedicine.org/scientific-review-articles-as-antivaccine-disinformation/

Par ailleurs, grâce à ce nouvel article, je peux légitimement remettre en cause Stephanie Seneff... Un peu plus qu'elle ne l'est déjà. A savoir que dans cette étude, c'est elle qui la dirigeait (celui qui dirige est toujours le premier nom parmi les auteurs).

Donc, du coup, Stephanie Seneff a déjà déclaré, au calme, "Le glyphosate est probablement responsable de la forme aiguë du COVID". Ah, et aussi "le glyphosate est responsable de l'autisme" et "le glyphosate est responsable de la plupart des maladies neurologiques, métaboliques, oncologiques et auto-immunes".

https://jennifermargulis.net/glyphosate-and-covid-19-connection/

Alors si tu permet, je vais la ranger tranquillement dans le même placard que Raoult et Montagnier.

Vaxorama
Vaxorama
MP
15 juin 2022 à 12:42:58

je l'ai vu aussi delfraissy qui est perdu et ne croit même pas lui même aux mensonges de la vax covid. terrible pour les pro vax cette vidéo :rire:

Vaxorama
Vaxorama
MP
15 juin 2022 à 13:41:33

https://data.drees.solidarites-sante.gouv.fr/explore/dataset/covid-19-resultats-par-age-issus-des-appariements-entre-si-vic-si-dep-et-vac-si/table/?refine.date=2022%2F04&sort=dc

on dépasse allègrement les 90% de vax concernés par le covid à l'heure actuelle. qu'en disent tous les spécialistes qui ne voyaient que ce moyen pour endiguer le covid à l'heure où les contaminations remontent ? :cute:

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
15 juin 2022 à 13:59:38

Le 15 juin 2022 à 12:42:14 :

Le 15 juin 2022 à 12:18:55 :

Le 15 juin 2022 à 10:01:40 :

Le 14 juin 2022 à 04:16:46 :

Le 14 juin 2022 à 03:27:31 :

Le rapport entre les biais propre au système VAERS et le fait que certains lots concentrent à eux seuls les cas les plus graves des effets secondaires?

Déjà 1) as tu des données réelles sur ça, ou est-ce que ce sont des informations sortis d'obscures site ?

2) Il y a des biais même dans ces données. Le plus basique de tous : comment sont répartis les lots au sein du pays. Évidemment que des lots qui vont majoritairement atteindre des personnes aisées auront plus de facilité à voir leurs effets secondaires reportés, vu le système de santé US.

Sans compter le fait qu'il y a des îles qui font partie des USA et qui sont bien plus pauvre que le continent. Vu que l'ont peut déclarer soi même un effet secondaire, ceux qui ont un accès internet valable, et les connaissances pour le faire sont aussi favorisé.

Par ailleurs : quelles sont tous les lots actuellement distribué ? Combien doses par lot ? Est ce qu'il y a vraiment une disparité, ou est ce que c'est juste que certains lots ont été plus distribué que d'autres ? Si c'est par États, il y en a des largement moins vaccinés que d'autres, donc certains lots ont pu être moins distribué que d'autres.

Oui, c'est plein de paramètres a prendre en compte. Et ça s'appelle une étude, en tâchant d'éliminer autant de biais que possible.

Tu as lu l’article ou tu te contentes de ses explications? C’est pas toi qui me reproche de donner la parole aux experts? Changement de veste.

La critique argumentée d'études publiées fait partie de la méthode scientifique.

Sortir un expert pour qu'il sorte des données non vérifiées, sans études relue, est une erreur, par contre, écouter les critiques émises par des experts sur des études parues n'en est pas une.

Ce n'est pas le seul que j'ai vu pointer des problèmes sur cette étude, c'est juste le plus complet.

Le vaccin EUA n’a pas été approuvé par la FDA et n’est pas le Comirnaty. Doit-on faire confiance à Pfizer ?

Il l'a été. Il s'agit juste d'un changement mineur n'ayant pas spécialement d'implication sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin.

Et le rapport avec l’adultération des lots? Logiquement un taux de mortalité plus élevé dans un État après la vaccination suggère que le vaccin doit être administrés à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population. Sans adultėration tout les lots doivent avoir la même nocivité peut importe la région ; le vaccin est dangereux ou il ne l’est pas. Une telle disparité est anormale en soi.

Le rapport ? Ben tout simplement si tu n'as aucune autre donnée pour juger si oui, ou non, c'est disproportionné selon tel ou tel lot... Comment sais tu si ça l'est ?

Le simple fais de ne pas savoir si un lot a plus été injecté qu'un autre, ou même s'il a plus été injecté a une tranche d'âge qu'à une autre, est un énorme biais.

Figure toi que si un lot est injecté a des vieux et qu'un lot est injecté a des jeunes, le taux de mortalité ne va pas être le même. Car, je le rappel, un rapport du VAERS ne signifie pas que c'est bien lié au vaccin.

Tu réponds à moitié à ma question. As-tu lu cet article et par conséquent, comprends-tu les arguments de ce professeur à la lumière de l’article? Ou tu te contentes seulement de sa réponse?

J'y ai lu, et j'en ai lu d'autres aussi.

Ça c’est Pfizer qui le dit et on doit lui faire confiance. Le vaccin EUA n’est pas celui autorisé. Pfizer a communiqué qu’il ne produira pas de vaccins Comirnaty.

Non, je t'avais mis un lien - parce que c'est celui que j'ai trouvé et flemme de chercher plus pour d'autres - l'agence du Canada l'a dit que c'était un changement de formulation n'ayant aucun impact majeur.

C’est pas ce que j’ai dit, qu’une région où le taux de blessures vaccinales est le plus élevé signifie que le vaccin doit être administré à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population? Autrement cela voudrait dire que les lots sont différents suivant les âges. Mais comment expliquer que seule 5 % des lots sont responsables des EL (principalement dans les 48 heures après injection ce qui suggère
bien que le tir est concomitant avec l’EL) graves et pourquoi les personnes vulnérables seraient les seules à avoir reçus ces lots spécifiques?

Sais-tu comment les lots ont été répartis au sein du pays ou des institutions ?
En quelle quantité chaque lot a été distribué ?

Et donc on sait que les nanoparticules lipidiques sont susceptibles de voyager par voie sanguine et de transfecter les cellules des organes rencontrés et il s’étonne que l’article parle de l’inflammation causée par la spike (qui lors d’une infection au C-19 ne serait certainement pas là)? Ce professeur n’a sans doute jamais entendu parler de l’expérience de biodistribution de Pfizer ou des expériences sur la protéine S seule. Pareillement pour ses remarques à propos du VAERS où il insinue que les autres vaccins pourraient êtres responsables de cette explosion de cas alors que les vaccins traditionnels sont très peu sujets aux problèmes cardiovasculaires. Et oui dans certains cas et notamment pour les EL rares la causalité est à démontrer mais l’article le précise.

Si tu n'es pas satisfait de cette analyse, tu peux aussi aller voir une autre, c'est pas ça qui manque :
https://sciencebasedmedicine.org/scientific-review-articles-as-antivaccine-disinformation/

Par ailleurs, grâce à ce nouvel article, je peux légitimement remettre en cause Stephanie Seneff... Un peu plus qu'elle ne l'est déjà. A savoir que dans cette étude, c'est elle qui la dirigeait (celui qui dirige est toujours le premier nom parmi les auteurs).

Donc, du coup, Stephanie Seneff a déjà déclaré, au calme, "Le glyphosate est probablement responsable de la forme aiguë du COVID". Ah, et aussi "le glyphosate est responsable de l'autisme" et "le glyphosate est responsable de la plupart des maladies neurologiques, métaboliques, oncologiques et auto-immunes".

https://jennifermargulis.net/glyphosate-and-covid-19-connection/

Alors si tu permet, je vais la ranger tranquillement dans le même placard que Raoult et Montagnier.

Elle émet une hypothèse et ça justifie de la lyncher sur la place publique. Quand au glyphosate ou aux pesticides en général, c’est je pense un sujet beaucoup plus complexe que ça.

À voir comment évoluera la santé des personnes vaccinés dans les années à venir.

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
15 juin 2022 à 14:28:27

Ivermectine et Together : vers un nouveau LancetGate? : http://echelledejacob.blogspot.com/2022/06/ivermectine-et-together-vers-un-nouveau.html
https://doyourownresearch.substack.com/p/together-trial-index-of-articles?s=w

Vaxorama
Vaxorama
MP
15 juin 2022 à 15:25:01

Le 15 juin 2022 à 14:28:27 :
Ivermectine et Together : vers un nouveau LancetGate? : http://echelledejacob.blogspot.com/2022/06/ivermectine-et-together-vers-un-nouveau.html
https://doyourownresearch.substack.com/p/together-trial-index-of-articles?s=w

"Là on est dans le cœur du sujet, les études avec des patients non concernés par la gravité de l’affection ne font que diluer les vrais résultats. Toute étude sérieuse devrait avoir comme critère d’exclusion les moins de 50 ans (idem pour Activ 6 qui vient de sortir, 57% ont moins de 50 ans)."

Vallerand
Vallerand
MP
15 juin 2022 à 15:44:07

Le 14 juin 2022 à 00:40:21 :
J'ai regardé la conférence en entier.

Delfraissy appelle au bon sens :) Il indique clairement que le COVID est dangereux que pour les personnes âgées.
On sent bien qu'il a le cul entre deux chaises, il ne faudrait pas froisser ceux qui le payent et à qui il doit sa carrière :siffle:

Delfraissy c'est une ordure. Le mec voulait absolument que tout le monde se masque, il prédisait limite une pandémie sans fin et aujourd'hui vu que t'as plus rien, t'entends même plus parler de lui, tu vois même plus sa gueule sur les plateaux TV :)

Lui comme d'autres de ses potes toubibs, ils vont tous finir par tourner leur veste et faire comme si ils avaient jamais voulu être alarmiste alors qu'au contraire, l'alarmisme ambiant c'était leur fond de commerce :)

RealZakarik
RealZakarik
MP
15 juin 2022 à 16:04:45

Le 15 juin 2022 à 13:59:38 :

Le 15 juin 2022 à 12:42:14 :

Le 15 juin 2022 à 12:18:55 :

Le 15 juin 2022 à 10:01:40 :

Le 14 juin 2022 à 04:16:46 :

Le 14 juin 2022 à 03:27:31 :

Le rapport entre les biais propre au système VAERS et le fait que certains lots concentrent à eux seuls les cas les plus graves des effets secondaires?

Déjà 1) as tu des données réelles sur ça, ou est-ce que ce sont des informations sortis d'obscures site ?

2) Il y a des biais même dans ces données. Le plus basique de tous : comment sont répartis les lots au sein du pays. Évidemment que des lots qui vont majoritairement atteindre des personnes aisées auront plus de facilité à voir leurs effets secondaires reportés, vu le système de santé US.

Sans compter le fait qu'il y a des îles qui font partie des USA et qui sont bien plus pauvre que le continent. Vu que l'ont peut déclarer soi même un effet secondaire, ceux qui ont un accès internet valable, et les connaissances pour le faire sont aussi favorisé.

Par ailleurs : quelles sont tous les lots actuellement distribué ? Combien doses par lot ? Est ce qu'il y a vraiment une disparité, ou est ce que c'est juste que certains lots ont été plus distribué que d'autres ? Si c'est par États, il y en a des largement moins vaccinés que d'autres, donc certains lots ont pu être moins distribué que d'autres.

Oui, c'est plein de paramètres a prendre en compte. Et ça s'appelle une étude, en tâchant d'éliminer autant de biais que possible.

Tu as lu l’article ou tu te contentes de ses explications? C’est pas toi qui me reproche de donner la parole aux experts? Changement de veste.

La critique argumentée d'études publiées fait partie de la méthode scientifique.

Sortir un expert pour qu'il sorte des données non vérifiées, sans études relue, est une erreur, par contre, écouter les critiques émises par des experts sur des études parues n'en est pas une.

Ce n'est pas le seul que j'ai vu pointer des problèmes sur cette étude, c'est juste le plus complet.

Le vaccin EUA n’a pas été approuvé par la FDA et n’est pas le Comirnaty. Doit-on faire confiance à Pfizer ?

Il l'a été. Il s'agit juste d'un changement mineur n'ayant pas spécialement d'implication sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin.

Et le rapport avec l’adultération des lots? Logiquement un taux de mortalité plus élevé dans un État après la vaccination suggère que le vaccin doit être administrés à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population. Sans adultėration tout les lots doivent avoir la même nocivité peut importe la région ; le vaccin est dangereux ou il ne l’est pas. Une telle disparité est anormale en soi.

Le rapport ? Ben tout simplement si tu n'as aucune autre donnée pour juger si oui, ou non, c'est disproportionné selon tel ou tel lot... Comment sais tu si ça l'est ?

Le simple fais de ne pas savoir si un lot a plus été injecté qu'un autre, ou même s'il a plus été injecté a une tranche d'âge qu'à une autre, est un énorme biais.

Figure toi que si un lot est injecté a des vieux et qu'un lot est injecté a des jeunes, le taux de mortalité ne va pas être le même. Car, je le rappel, un rapport du VAERS ne signifie pas que c'est bien lié au vaccin.

Tu réponds à moitié à ma question. As-tu lu cet article et par conséquent, comprends-tu les arguments de ce professeur à la lumière de l’article? Ou tu te contentes seulement de sa réponse?

J'y ai lu, et j'en ai lu d'autres aussi.

Ça c’est Pfizer qui le dit et on doit lui faire confiance. Le vaccin EUA n’est pas celui autorisé. Pfizer a communiqué qu’il ne produira pas de vaccins Comirnaty.

Non, je t'avais mis un lien - parce que c'est celui que j'ai trouvé et flemme de chercher plus pour d'autres - l'agence du Canada l'a dit que c'était un changement de formulation n'ayant aucun impact majeur.

C’est pas ce que j’ai dit, qu’une région où le taux de blessures vaccinales est le plus élevé signifie que le vaccin doit être administré à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population? Autrement cela voudrait dire que les lots sont différents suivant les âges. Mais comment expliquer que seule 5 % des lots sont responsables des EL (principalement dans les 48 heures après injection ce qui suggère
bien que le tir est concomitant avec l’EL) graves et pourquoi les personnes vulnérables seraient les seules à avoir reçus ces lots spécifiques?

Sais-tu comment les lots ont été répartis au sein du pays ou des institutions ?
En quelle quantité chaque lot a été distribué ?

Et donc on sait que les nanoparticules lipidiques sont susceptibles de voyager par voie sanguine et de transfecter les cellules des organes rencontrés et il s’étonne que l’article parle de l’inflammation causée par la spike (qui lors d’une infection au C-19 ne serait certainement pas là)? Ce professeur n’a sans doute jamais entendu parler de l’expérience de biodistribution de Pfizer ou des expériences sur la protéine S seule. Pareillement pour ses remarques à propos du VAERS où il insinue que les autres vaccins pourraient êtres responsables de cette explosion de cas alors que les vaccins traditionnels sont très peu sujets aux problèmes cardiovasculaires. Et oui dans certains cas et notamment pour les EL rares la causalité est à démontrer mais l’article le précise.

Si tu n'es pas satisfait de cette analyse, tu peux aussi aller voir une autre, c'est pas ça qui manque :
https://sciencebasedmedicine.org/scientific-review-articles-as-antivaccine-disinformation/

Par ailleurs, grâce à ce nouvel article, je peux légitimement remettre en cause Stephanie Seneff... Un peu plus qu'elle ne l'est déjà. A savoir que dans cette étude, c'est elle qui la dirigeait (celui qui dirige est toujours le premier nom parmi les auteurs).

Donc, du coup, Stephanie Seneff a déjà déclaré, au calme, "Le glyphosate est probablement responsable de la forme aiguë du COVID". Ah, et aussi "le glyphosate est responsable de l'autisme" et "le glyphosate est responsable de la plupart des maladies neurologiques, métaboliques, oncologiques et auto-immunes".

https://jennifermargulis.net/glyphosate-and-covid-19-connection/

Alors si tu permet, je vais la ranger tranquillement dans le même placard que Raoult et Montagnier.

Elle émet une hypothèse et ça justifie de la lyncher sur la place publique. Quand au glyphosate ou aux pesticides en général, c’est je pense un sujet beaucoup plus complexe que ça.

À voir comment évoluera la santé des personnes vaccinés dans les années à venir.

Elle émet une hypothèse basée sur du vent, et de ce qu'on peut voir de ses anciennes affirmations (oui, parce que si pour le COVID c'est une hypothèse, le reste non), j'ajouterai même qu'elle chercher à faire rentrer au forceps le COVID dans son hypothèse, étant donné qu'elle a la certitude que le Glyphosate cause tout et n'importe, plutôt que d'essayer d'obtenir des faits.

Ca en dit long sur sa manière de travailler et sa fiabilité.

Le 15 juin 2022 à 14:28:27 :
Ivermectine et Together : vers un nouveau LancetGate? : http://echelledejacob.blogspot.com/2022/06/ivermectine-et-together-vers-un-nouveau.html
https://doyourownresearch.substack.com/p/together-trial-index-of-articles?s=w

Il y a de nombreuses études et au moins une méta-analyse (il me semble), prouvant la non-efficacité de l'Ivermectine. Donc même si une étude a peut-être un problème, ça ne remet pas en cause les conclusions.

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
15 juin 2022 à 20:52:44

Le 15 juin 2022 à 16:04:45 :

Le 15 juin 2022 à 13:59:38 :

Le 15 juin 2022 à 12:42:14 :

Le 15 juin 2022 à 12:18:55 :

Le 15 juin 2022 à 10:01:40 :

Le 14 juin 2022 à 04:16:46 :

Le 14 juin 2022 à 03:27:31 :

Le rapport entre les biais propre au système VAERS et le fait que certains lots concentrent à eux seuls les cas les plus graves des effets secondaires?

Déjà 1) as tu des données réelles sur ça, ou est-ce que ce sont des informations sortis d'obscures site ?

2) Il y a des biais même dans ces données. Le plus basique de tous : comment sont répartis les lots au sein du pays. Évidemment que des lots qui vont majoritairement atteindre des personnes aisées auront plus de facilité à voir leurs effets secondaires reportés, vu le système de santé US.

Sans compter le fait qu'il y a des îles qui font partie des USA et qui sont bien plus pauvre que le continent. Vu que l'ont peut déclarer soi même un effet secondaire, ceux qui ont un accès internet valable, et les connaissances pour le faire sont aussi favorisé.

Par ailleurs : quelles sont tous les lots actuellement distribué ? Combien doses par lot ? Est ce qu'il y a vraiment une disparité, ou est ce que c'est juste que certains lots ont été plus distribué que d'autres ? Si c'est par États, il y en a des largement moins vaccinés que d'autres, donc certains lots ont pu être moins distribué que d'autres.

Oui, c'est plein de paramètres a prendre en compte. Et ça s'appelle une étude, en tâchant d'éliminer autant de biais que possible.

Tu as lu l’article ou tu te contentes de ses explications? C’est pas toi qui me reproche de donner la parole aux experts? Changement de veste.

La critique argumentée d'études publiées fait partie de la méthode scientifique.

Sortir un expert pour qu'il sorte des données non vérifiées, sans études relue, est une erreur, par contre, écouter les critiques émises par des experts sur des études parues n'en est pas une.

Ce n'est pas le seul que j'ai vu pointer des problèmes sur cette étude, c'est juste le plus complet.

Le vaccin EUA n’a pas été approuvé par la FDA et n’est pas le Comirnaty. Doit-on faire confiance à Pfizer ?

Il l'a été. Il s'agit juste d'un changement mineur n'ayant pas spécialement d'implication sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin.

Et le rapport avec l’adultération des lots? Logiquement un taux de mortalité plus élevé dans un État après la vaccination suggère que le vaccin doit être administrés à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population. Sans adultėration tout les lots doivent avoir la même nocivité peut importe la région ; le vaccin est dangereux ou il ne l’est pas. Une telle disparité est anormale en soi.

Le rapport ? Ben tout simplement si tu n'as aucune autre donnée pour juger si oui, ou non, c'est disproportionné selon tel ou tel lot... Comment sais tu si ça l'est ?

Le simple fais de ne pas savoir si un lot a plus été injecté qu'un autre, ou même s'il a plus été injecté a une tranche d'âge qu'à une autre, est un énorme biais.

Figure toi que si un lot est injecté a des vieux et qu'un lot est injecté a des jeunes, le taux de mortalité ne va pas être le même. Car, je le rappel, un rapport du VAERS ne signifie pas que c'est bien lié au vaccin.

Tu réponds à moitié à ma question. As-tu lu cet article et par conséquent, comprends-tu les arguments de ce professeur à la lumière de l’article? Ou tu te contentes seulement de sa réponse?

J'y ai lu, et j'en ai lu d'autres aussi.

Ça c’est Pfizer qui le dit et on doit lui faire confiance. Le vaccin EUA n’est pas celui autorisé. Pfizer a communiqué qu’il ne produira pas de vaccins Comirnaty.

Non, je t'avais mis un lien - parce que c'est celui que j'ai trouvé et flemme de chercher plus pour d'autres - l'agence du Canada l'a dit que c'était un changement de formulation n'ayant aucun impact majeur.

C’est pas ce que j’ai dit, qu’une région où le taux de blessures vaccinales est le plus élevé signifie que le vaccin doit être administré à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population? Autrement cela voudrait dire que les lots sont différents suivant les âges. Mais comment expliquer que seule 5 % des lots sont responsables des EL (principalement dans les 48 heures après injection ce qui suggère
bien que le tir est concomitant avec l’EL) graves et pourquoi les personnes vulnérables seraient les seules à avoir reçus ces lots spécifiques?

Sais-tu comment les lots ont été répartis au sein du pays ou des institutions ?
En quelle quantité chaque lot a été distribué ?

Et donc on sait que les nanoparticules lipidiques sont susceptibles de voyager par voie sanguine et de transfecter les cellules des organes rencontrés et il s’étonne que l’article parle de l’inflammation causée par la spike (qui lors d’une infection au C-19 ne serait certainement pas là)? Ce professeur n’a sans doute jamais entendu parler de l’expérience de biodistribution de Pfizer ou des expériences sur la protéine S seule. Pareillement pour ses remarques à propos du VAERS où il insinue que les autres vaccins pourraient êtres responsables de cette explosion de cas alors que les vaccins traditionnels sont très peu sujets aux problèmes cardiovasculaires. Et oui dans certains cas et notamment pour les EL rares la causalité est à démontrer mais l’article le précise.

Si tu n'es pas satisfait de cette analyse, tu peux aussi aller voir une autre, c'est pas ça qui manque :
https://sciencebasedmedicine.org/scientific-review-articles-as-antivaccine-disinformation/

Par ailleurs, grâce à ce nouvel article, je peux légitimement remettre en cause Stephanie Seneff... Un peu plus qu'elle ne l'est déjà. A savoir que dans cette étude, c'est elle qui la dirigeait (celui qui dirige est toujours le premier nom parmi les auteurs).

Donc, du coup, Stephanie Seneff a déjà déclaré, au calme, "Le glyphosate est probablement responsable de la forme aiguë du COVID". Ah, et aussi "le glyphosate est responsable de l'autisme" et "le glyphosate est responsable de la plupart des maladies neurologiques, métaboliques, oncologiques et auto-immunes".

https://jennifermargulis.net/glyphosate-and-covid-19-connection/

Alors si tu permet, je vais la ranger tranquillement dans le même placard que Raoult et Montagnier.

Elle émet une hypothèse et ça justifie de la lyncher sur la place publique. Quand au glyphosate ou aux pesticides en général, c’est je pense un sujet beaucoup plus complexe que ça.

À voir comment évoluera la santé des personnes vaccinés dans les années à venir.

Elle émet une hypothèse basée sur du vent, et de ce qu'on peut voir de ses anciennes affirmations (oui, parce que si pour le COVID c'est une hypothèse, le reste non), j'ajouterai même qu'elle chercher à faire rentrer au forceps le COVID dans son hypothèse, étant donné qu'elle a la certitude que le Glyphosate cause tout et n'importe, plutôt que d'essayer d'obtenir des faits.

Ca en dit long sur sa manière de travailler et sa fiabilité.

Le 15 juin 2022 à 14:28:27 :
Ivermectine et Together : vers un nouveau LancetGate? : http://echelledejacob.blogspot.com/2022/06/ivermectine-et-together-vers-un-nouveau.html
https://doyourownresearch.substack.com/p/together-trial-index-of-articles?s=w

Il y a de nombreuses études et au moins une méta-analyse (il me semble), prouvant la non-efficacité de l'Ivermectine. Donc même si une étude a peut-être un problème, ça ne remet pas en cause les conclusions.

T’as un minimum de connaissances pour affirmer quoi que soit? Déjà que tu affirmes que les vaccins conventionnels n’ont aucun effets secondaires alors que les cas d’autisme explosent. Il est prouvé que les vaccins sont contaminés par des nanoparticules (et cette fois-ci je parle pas du graphène). Quand au glyphosate j’en sais rien (donc je n’affirme rien).

Il y a beaucoup d’études qui affirment l’efficacité de l’Ivermectine (et de l’HCQ). L’étude Together (comme les études Surgisphere et Recovery pour l’HCQ) présente plusieurs malversations.

Et en parlant de crédibilité scientifique, que dire des "savants" qui ont soutenus l’escroquerie des confinements et le port du masque (et les modèles de Neil Ferguson)? Les enfants, dont le cerveau est en plein développement, respirent leur dioxyde de carbone et pourquoi étant donné qu’ils ne sont pas à risque?

Tiens une étude récente :

Décès excessifs non liés au Covid, 2020-21 : dommages collatéraux des choix politiques ? : https://www.nber.org/papers/w30104

Cette étude a été menée par le National Bureau of Economic Research (NBER).

"Alors que les décès de Covid affligent massivement les personnes âgées, le nombre absolu de décès excédentaires non liés à Covid est similaire pour chacun des groupes d'âge 18-44, 45-64 et plus de 65 ans, avec essentiellement aucun excédent global de décès d'enfants. La mortalité toutes causes confondues pendant la pandémie a été élevée de 26 % pour les adultes en âge de travailler (18-64 ans), contre 18 % pour les personnes âgées."

Message édité le 15 juin 2022 à 20:55:44 par Spartacus_re
RealZakarik
RealZakarik
MP
15 juin 2022 à 21:05:37

Le 15 juin 2022 à 20:52:44 :

Le 15 juin 2022 à 16:04:45 :

Le 15 juin 2022 à 13:59:38 :

Le 15 juin 2022 à 12:42:14 :

Le 15 juin 2022 à 12:18:55 :

Le 15 juin 2022 à 10:01:40 :

Le 14 juin 2022 à 04:16:46 :

Le 14 juin 2022 à 03:27:31 :

Le rapport entre les biais propre au système VAERS et le fait que certains lots concentrent à eux seuls les cas les plus graves des effets secondaires?

Déjà 1) as tu des données réelles sur ça, ou est-ce que ce sont des informations sortis d'obscures site ?

2) Il y a des biais même dans ces données. Le plus basique de tous : comment sont répartis les lots au sein du pays. Évidemment que des lots qui vont majoritairement atteindre des personnes aisées auront plus de facilité à voir leurs effets secondaires reportés, vu le système de santé US.

Sans compter le fait qu'il y a des îles qui font partie des USA et qui sont bien plus pauvre que le continent. Vu que l'ont peut déclarer soi même un effet secondaire, ceux qui ont un accès internet valable, et les connaissances pour le faire sont aussi favorisé.

Par ailleurs : quelles sont tous les lots actuellement distribué ? Combien doses par lot ? Est ce qu'il y a vraiment une disparité, ou est ce que c'est juste que certains lots ont été plus distribué que d'autres ? Si c'est par États, il y en a des largement moins vaccinés que d'autres, donc certains lots ont pu être moins distribué que d'autres.

Oui, c'est plein de paramètres a prendre en compte. Et ça s'appelle une étude, en tâchant d'éliminer autant de biais que possible.

Tu as lu l’article ou tu te contentes de ses explications? C’est pas toi qui me reproche de donner la parole aux experts? Changement de veste.

La critique argumentée d'études publiées fait partie de la méthode scientifique.

Sortir un expert pour qu'il sorte des données non vérifiées, sans études relue, est une erreur, par contre, écouter les critiques émises par des experts sur des études parues n'en est pas une.

Ce n'est pas le seul que j'ai vu pointer des problèmes sur cette étude, c'est juste le plus complet.

Le vaccin EUA n’a pas été approuvé par la FDA et n’est pas le Comirnaty. Doit-on faire confiance à Pfizer ?

Il l'a été. Il s'agit juste d'un changement mineur n'ayant pas spécialement d'implication sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin.

Et le rapport avec l’adultération des lots? Logiquement un taux de mortalité plus élevé dans un État après la vaccination suggère que le vaccin doit être administrés à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population. Sans adultėration tout les lots doivent avoir la même nocivité peut importe la région ; le vaccin est dangereux ou il ne l’est pas. Une telle disparité est anormale en soi.

Le rapport ? Ben tout simplement si tu n'as aucune autre donnée pour juger si oui, ou non, c'est disproportionné selon tel ou tel lot... Comment sais tu si ça l'est ?

Le simple fais de ne pas savoir si un lot a plus été injecté qu'un autre, ou même s'il a plus été injecté a une tranche d'âge qu'à une autre, est un énorme biais.

Figure toi que si un lot est injecté a des vieux et qu'un lot est injecté a des jeunes, le taux de mortalité ne va pas être le même. Car, je le rappel, un rapport du VAERS ne signifie pas que c'est bien lié au vaccin.

Tu réponds à moitié à ma question. As-tu lu cet article et par conséquent, comprends-tu les arguments de ce professeur à la lumière de l’article? Ou tu te contentes seulement de sa réponse?

J'y ai lu, et j'en ai lu d'autres aussi.

Ça c’est Pfizer qui le dit et on doit lui faire confiance. Le vaccin EUA n’est pas celui autorisé. Pfizer a communiqué qu’il ne produira pas de vaccins Comirnaty.

Non, je t'avais mis un lien - parce que c'est celui que j'ai trouvé et flemme de chercher plus pour d'autres - l'agence du Canada l'a dit que c'était un changement de formulation n'ayant aucun impact majeur.

C’est pas ce que j’ai dit, qu’une région où le taux de blessures vaccinales est le plus élevé signifie que le vaccin doit être administré à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population? Autrement cela voudrait dire que les lots sont différents suivant les âges. Mais comment expliquer que seule 5 % des lots sont responsables des EL (principalement dans les 48 heures après injection ce qui suggère
bien que le tir est concomitant avec l’EL) graves et pourquoi les personnes vulnérables seraient les seules à avoir reçus ces lots spécifiques?

Sais-tu comment les lots ont été répartis au sein du pays ou des institutions ?
En quelle quantité chaque lot a été distribué ?

Et donc on sait que les nanoparticules lipidiques sont susceptibles de voyager par voie sanguine et de transfecter les cellules des organes rencontrés et il s’étonne que l’article parle de l’inflammation causée par la spike (qui lors d’une infection au C-19 ne serait certainement pas là)? Ce professeur n’a sans doute jamais entendu parler de l’expérience de biodistribution de Pfizer ou des expériences sur la protéine S seule. Pareillement pour ses remarques à propos du VAERS où il insinue que les autres vaccins pourraient êtres responsables de cette explosion de cas alors que les vaccins traditionnels sont très peu sujets aux problèmes cardiovasculaires. Et oui dans certains cas et notamment pour les EL rares la causalité est à démontrer mais l’article le précise.

Si tu n'es pas satisfait de cette analyse, tu peux aussi aller voir une autre, c'est pas ça qui manque :
https://sciencebasedmedicine.org/scientific-review-articles-as-antivaccine-disinformation/

Par ailleurs, grâce à ce nouvel article, je peux légitimement remettre en cause Stephanie Seneff... Un peu plus qu'elle ne l'est déjà. A savoir que dans cette étude, c'est elle qui la dirigeait (celui qui dirige est toujours le premier nom parmi les auteurs).

Donc, du coup, Stephanie Seneff a déjà déclaré, au calme, "Le glyphosate est probablement responsable de la forme aiguë du COVID". Ah, et aussi "le glyphosate est responsable de l'autisme" et "le glyphosate est responsable de la plupart des maladies neurologiques, métaboliques, oncologiques et auto-immunes".

https://jennifermargulis.net/glyphosate-and-covid-19-connection/

Alors si tu permet, je vais la ranger tranquillement dans le même placard que Raoult et Montagnier.

Elle émet une hypothèse et ça justifie de la lyncher sur la place publique. Quand au glyphosate ou aux pesticides en général, c’est je pense un sujet beaucoup plus complexe que ça.

À voir comment évoluera la santé des personnes vaccinés dans les années à venir.

Elle émet une hypothèse basée sur du vent, et de ce qu'on peut voir de ses anciennes affirmations (oui, parce que si pour le COVID c'est une hypothèse, le reste non), j'ajouterai même qu'elle chercher à faire rentrer au forceps le COVID dans son hypothèse, étant donné qu'elle a la certitude que le Glyphosate cause tout et n'importe, plutôt que d'essayer d'obtenir des faits.

Ca en dit long sur sa manière de travailler et sa fiabilité.

Le 15 juin 2022 à 14:28:27 :
Ivermectine et Together : vers un nouveau LancetGate? : http://echelledejacob.blogspot.com/2022/06/ivermectine-et-together-vers-un-nouveau.html
https://doyourownresearch.substack.com/p/together-trial-index-of-articles?s=w

Il y a de nombreuses études et au moins une méta-analyse (il me semble), prouvant la non-efficacité de l'Ivermectine. Donc même si une étude a peut-être un problème, ça ne remet pas en cause les conclusions.

T’as un minimum de connaissances pour affirmer quoi que soit? Déjà que tu affirmes que les vaccins conventionnels n’ont aucun effets secondaires alors que les cas d’autisme explosent.

Ils ont des effets secondaires, mais non, l'autisme n'est pas un effet secondaire. C'est démontré depuis longtemps.

Il est prouvé que les vaccins sont contaminés par des nanoparticules (et cette fois-ci je parle pas du graphène). Quand au glyphosate j’en sais rien (donc je n’affirme rien).

Contaminé aux nanoparticules, ça ne veut strictement rien dire. Une nanoparticule, c'est juste une particule de taille nanométrique, mais ça peut être n'importe quoi. Même du sucre peut être une nanoparticule, pour peu qu'il soit suffisamment petit.

Il y a beaucoup d’études qui affirment l’efficacité de l’Ivermectine (et de l’HCQ). L’étude Together (comme les études Surgisphere et Recovery pour l’HCQ) présente plusieurs malversations.

Méta-analyse comme quoi l'Ivermectine ne fonctionne pas, qui n'est ni Togheter, ni Surgisphere, ni Recovery.
https://academic.oup.com/qjmed/article/114/10/721/6375958?login=false

Et en parlant de crédibilité scientifique, que dire des "savants" qui ont soutenus l’escroquerie des confinements et le port du masque (et les modèles de Neil Ferguson)? Les enfants, dont le cerveau est en plein développement, respirent leur dioxyde de carbone et pourquoi étant donné qu’ils ne sont pas à risque?

Risque non démontré pour les enfants, mais qui, par contre, protège un minimum ceux avec qui ils sont en contact.

Tiens une étude récente :

Décès excessifs non liés au Covid, 2020-21 : dommages collatéraux des choix politiques ? : https://www.nber.org/papers/w30104

Cette étude a été menée par le National Bureau of Economic Research (NBER).

"La mortalité toutes causes confondues pendant la pandémie a été élevée de 26 % pour les adultes en âge de travailler (18-64 ans), contre 18 % pour les personnes âgées."

Cette étude aurait plus d'impact si ce n'était pas dans une revue économique, par des économistes. Donc qui n'ont aucune compétence dans le domaine médical.

Message édité le 15 juin 2022 à 21:08:49 par RealZakarik
Spartacus_re
Spartacus_re
MP
15 juin 2022 à 21:42:59

Le 15 juin 2022 à 21:05:37 :

Le 15 juin 2022 à 20:52:44 :

Le 15 juin 2022 à 16:04:45 :

Le 15 juin 2022 à 13:59:38 :

Le 15 juin 2022 à 12:42:14 :

Le 15 juin 2022 à 12:18:55 :

Le 15 juin 2022 à 10:01:40 :

Le 14 juin 2022 à 04:16:46 :

Le 14 juin 2022 à 03:27:31 :

Le rapport entre les biais propre au système VAERS et le fait que certains lots concentrent à eux seuls les cas les plus graves des effets secondaires?

Déjà 1) as tu des données réelles sur ça, ou est-ce que ce sont des informations sortis d'obscures site ?

2) Il y a des biais même dans ces données. Le plus basique de tous : comment sont répartis les lots au sein du pays. Évidemment que des lots qui vont majoritairement atteindre des personnes aisées auront plus de facilité à voir leurs effets secondaires reportés, vu le système de santé US.

Sans compter le fait qu'il y a des îles qui font partie des USA et qui sont bien plus pauvre que le continent. Vu que l'ont peut déclarer soi même un effet secondaire, ceux qui ont un accès internet valable, et les connaissances pour le faire sont aussi favorisé.

Par ailleurs : quelles sont tous les lots actuellement distribué ? Combien doses par lot ? Est ce qu'il y a vraiment une disparité, ou est ce que c'est juste que certains lots ont été plus distribué que d'autres ? Si c'est par États, il y en a des largement moins vaccinés que d'autres, donc certains lots ont pu être moins distribué que d'autres.

Oui, c'est plein de paramètres a prendre en compte. Et ça s'appelle une étude, en tâchant d'éliminer autant de biais que possible.

Tu as lu l’article ou tu te contentes de ses explications? C’est pas toi qui me reproche de donner la parole aux experts? Changement de veste.

La critique argumentée d'études publiées fait partie de la méthode scientifique.

Sortir un expert pour qu'il sorte des données non vérifiées, sans études relue, est une erreur, par contre, écouter les critiques émises par des experts sur des études parues n'en est pas une.

Ce n'est pas le seul que j'ai vu pointer des problèmes sur cette étude, c'est juste le plus complet.

Le vaccin EUA n’a pas été approuvé par la FDA et n’est pas le Comirnaty. Doit-on faire confiance à Pfizer ?

Il l'a été. Il s'agit juste d'un changement mineur n'ayant pas spécialement d'implication sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin.

Et le rapport avec l’adultération des lots? Logiquement un taux de mortalité plus élevé dans un État après la vaccination suggère que le vaccin doit être administrés à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population. Sans adultėration tout les lots doivent avoir la même nocivité peut importe la région ; le vaccin est dangereux ou il ne l’est pas. Une telle disparité est anormale en soi.

Le rapport ? Ben tout simplement si tu n'as aucune autre donnée pour juger si oui, ou non, c'est disproportionné selon tel ou tel lot... Comment sais tu si ça l'est ?

Le simple fais de ne pas savoir si un lot a plus été injecté qu'un autre, ou même s'il a plus été injecté a une tranche d'âge qu'à une autre, est un énorme biais.

Figure toi que si un lot est injecté a des vieux et qu'un lot est injecté a des jeunes, le taux de mortalité ne va pas être le même. Car, je le rappel, un rapport du VAERS ne signifie pas que c'est bien lié au vaccin.

Tu réponds à moitié à ma question. As-tu lu cet article et par conséquent, comprends-tu les arguments de ce professeur à la lumière de l’article? Ou tu te contentes seulement de sa réponse?

J'y ai lu, et j'en ai lu d'autres aussi.

Ça c’est Pfizer qui le dit et on doit lui faire confiance. Le vaccin EUA n’est pas celui autorisé. Pfizer a communiqué qu’il ne produira pas de vaccins Comirnaty.

Non, je t'avais mis un lien - parce que c'est celui que j'ai trouvé et flemme de chercher plus pour d'autres - l'agence du Canada l'a dit que c'était un changement de formulation n'ayant aucun impact majeur.

C’est pas ce que j’ai dit, qu’une région où le taux de blessures vaccinales est le plus élevé signifie que le vaccin doit être administré à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population? Autrement cela voudrait dire que les lots sont différents suivant les âges. Mais comment expliquer que seule 5 % des lots sont responsables des EL (principalement dans les 48 heures après injection ce qui suggère
bien que le tir est concomitant avec l’EL) graves et pourquoi les personnes vulnérables seraient les seules à avoir reçus ces lots spécifiques?

Sais-tu comment les lots ont été répartis au sein du pays ou des institutions ?
En quelle quantité chaque lot a été distribué ?

Et donc on sait que les nanoparticules lipidiques sont susceptibles de voyager par voie sanguine et de transfecter les cellules des organes rencontrés et il s’étonne que l’article parle de l’inflammation causée par la spike (qui lors d’une infection au C-19 ne serait certainement pas là)? Ce professeur n’a sans doute jamais entendu parler de l’expérience de biodistribution de Pfizer ou des expériences sur la protéine S seule. Pareillement pour ses remarques à propos du VAERS où il insinue que les autres vaccins pourraient êtres responsables de cette explosion de cas alors que les vaccins traditionnels sont très peu sujets aux problèmes cardiovasculaires. Et oui dans certains cas et notamment pour les EL rares la causalité est à démontrer mais l’article le précise.

Si tu n'es pas satisfait de cette analyse, tu peux aussi aller voir une autre, c'est pas ça qui manque :
https://sciencebasedmedicine.org/scientific-review-articles-as-antivaccine-disinformation/

Par ailleurs, grâce à ce nouvel article, je peux légitimement remettre en cause Stephanie Seneff... Un peu plus qu'elle ne l'est déjà. A savoir que dans cette étude, c'est elle qui la dirigeait (celui qui dirige est toujours le premier nom parmi les auteurs).

Donc, du coup, Stephanie Seneff a déjà déclaré, au calme, "Le glyphosate est probablement responsable de la forme aiguë du COVID". Ah, et aussi "le glyphosate est responsable de l'autisme" et "le glyphosate est responsable de la plupart des maladies neurologiques, métaboliques, oncologiques et auto-immunes".

https://jennifermargulis.net/glyphosate-and-covid-19-connection/

Alors si tu permet, je vais la ranger tranquillement dans le même placard que Raoult et Montagnier.

Elle émet une hypothèse et ça justifie de la lyncher sur la place publique. Quand au glyphosate ou aux pesticides en général, c’est je pense un sujet beaucoup plus complexe que ça.

À voir comment évoluera la santé des personnes vaccinés dans les années à venir.

Elle émet une hypothèse basée sur du vent, et de ce qu'on peut voir de ses anciennes affirmations (oui, parce que si pour le COVID c'est une hypothèse, le reste non), j'ajouterai même qu'elle chercher à faire rentrer au forceps le COVID dans son hypothèse, étant donné qu'elle a la certitude que le Glyphosate cause tout et n'importe, plutôt que d'essayer d'obtenir des faits.

Ca en dit long sur sa manière de travailler et sa fiabilité.

Le 15 juin 2022 à 14:28:27 :
Ivermectine et Together : vers un nouveau LancetGate? : http://echelledejacob.blogspot.com/2022/06/ivermectine-et-together-vers-un-nouveau.html
https://doyourownresearch.substack.com/p/together-trial-index-of-articles?s=w

Il y a de nombreuses études et au moins une méta-analyse (il me semble), prouvant la non-efficacité de l'Ivermectine. Donc même si une étude a peut-être un problème, ça ne remet pas en cause les conclusions.

T’as un minimum de connaissances pour affirmer quoi que soit? Déjà que tu affirmes que les vaccins conventionnels n’ont aucun effets secondaires alors que les cas d’autisme explosent.

Ils ont des effets secondaires, mais non, l'autisme n'est pas un effet secondaire. C'est démontré depuis longtemps.

Il est prouvé que les vaccins sont contaminés par des nanoparticules (et cette fois-ci je parle pas du graphène). Quand au glyphosate j’en sais rien (donc je n’affirme rien).

Contaminé aux nanoparticules, ça ne veut strictement rien dire. Une nanoparticule, c'est juste une particule de taille nanométrique, mais ça peut être n'importe quoi. Même du sucre peut être une nanoparticule, pour peu qu'il soit suffisamment petit.

Il y a beaucoup d’études qui affirment l’efficacité de l’Ivermectine (et de l’HCQ). L’étude Together (comme les études Surgisphere et Recovery pour l’HCQ) présente plusieurs malversations.

Méta-analyse comme quoi l'Ivermectine ne fonctionne pas, qui n'est ni Togheter, ni Surgisphere, ni Recovery.
https://academic.oup.com/qjmed/article/114/10/721/6375958?login=false

Et en parlant de crédibilité scientifique, que dire des "savants" qui ont soutenus l’escroquerie des confinements et le port du masque (et les modèles de Neil Ferguson)? Les enfants, dont le cerveau est en plein développement, respirent leur dioxyde de carbone et pourquoi étant donné qu’ils ne sont pas à risque?

Risque non démontré pour les enfants, mais qui, par contre, protège un minimum ceux avec qui ils sont en contact.

Tiens une étude récente :

Décès excessifs non liés au Covid, 2020-21 : dommages collatéraux des choix politiques ? : https://www.nber.org/papers/w30104

Cette étude a été menée par le National Bureau of Economic Research (NBER).

"La mortalité toutes causes confondues pendant la pandémie a été élevée de 26 % pour les adultes en âge de travailler (18-64 ans), contre 18 % pour les personnes âgées."

Cette étude aurait plus d'impact si ce n'était pas dans une revue économique, par des économistes. Donc qui n'ont aucune compétence dans le domaine médical.

Nanoparticules métalliques notamment mais je pense que tu avais compris.

Surgisphere et Recovery ont fait des morts potentiels (oui car en surdosage l’HCQ est mortelle donc tous ne sont sans doute pas morts du Covid). Pourquoi faire cela sachant que la Fondation Gates est pas loin derrière? Et que tu le veux ou non il y une grande disparité dans le résultat des études (pour l’Ivermectine et l’HCQ).

Alors là je refuse de laisser passer cela. Les confinements ont eu des conséquences catastrophiques sur le développement des enfants. Toute une génération sacrifiée. Et pas besoins d’être un génie pour comprendre qu’un cerveau en développement a besoins d’oxygène (et parlons de la reconnaissance facial chez les très jeunes). Et j’ai déjà mis plusieurs études qui prouvent que les masques n’ont eu aucune incidence sur l’épidémie ; pire certaines montrent un effet négatif, par exemple :

L'effet Foegen - Un mécanisme par lequel les masques faciaux contribuent au taux de létalité du COVID-19 : https://journals.lww.com/md-journal/Fulltext/2022/02180/The_Foegen_effect__A_mechanism_by_which_facemasks.60.aspx

Conclusion :
Cette étude a révélé que le port de masques faciaux pourrait imposer un grand risque aux individus, qui ne serait pas atténué par une réduction du taux d'infection. L'utilisation de masques faciaux pourrait donc être inappropriée, voire contre-indiquée, en tant qu'intervention épidémiologique contre le COVID-19. Prouver ou réfuter «l'effet Foegen» à l'aide d'études expérimentales telles que décrites ci-dessus devrait être une priorité pour les scientifiques de la santé publique.

Manier des chiffres ça doit être dans leurs cordes.

RealZakarik
RealZakarik
MP
15 juin 2022 à 22:11:03

Le 15 juin 2022 à 21:42:59 :

Le 15 juin 2022 à 21:05:37 :

Le 15 juin 2022 à 20:52:44 :

Le 15 juin 2022 à 16:04:45 :

Le 15 juin 2022 à 13:59:38 :

Le 15 juin 2022 à 12:42:14 :

Le 15 juin 2022 à 12:18:55 :

Le 15 juin 2022 à 10:01:40 :

Le 14 juin 2022 à 04:16:46 :

Le 14 juin 2022 à 03:27:31 :

Le rapport entre les biais propre au système VAERS et le fait que certains lots concentrent à eux seuls les cas les plus graves des effets secondaires?

Déjà 1) as tu des données réelles sur ça, ou est-ce que ce sont des informations sortis d'obscures site ?

2) Il y a des biais même dans ces données. Le plus basique de tous : comment sont répartis les lots au sein du pays. Évidemment que des lots qui vont majoritairement atteindre des personnes aisées auront plus de facilité à voir leurs effets secondaires reportés, vu le système de santé US.

Sans compter le fait qu'il y a des îles qui font partie des USA et qui sont bien plus pauvre que le continent. Vu que l'ont peut déclarer soi même un effet secondaire, ceux qui ont un accès internet valable, et les connaissances pour le faire sont aussi favorisé.

Par ailleurs : quelles sont tous les lots actuellement distribué ? Combien doses par lot ? Est ce qu'il y a vraiment une disparité, ou est ce que c'est juste que certains lots ont été plus distribué que d'autres ? Si c'est par États, il y en a des largement moins vaccinés que d'autres, donc certains lots ont pu être moins distribué que d'autres.

Oui, c'est plein de paramètres a prendre en compte. Et ça s'appelle une étude, en tâchant d'éliminer autant de biais que possible.

Tu as lu l’article ou tu te contentes de ses explications? C’est pas toi qui me reproche de donner la parole aux experts? Changement de veste.

La critique argumentée d'études publiées fait partie de la méthode scientifique.

Sortir un expert pour qu'il sorte des données non vérifiées, sans études relue, est une erreur, par contre, écouter les critiques émises par des experts sur des études parues n'en est pas une.

Ce n'est pas le seul que j'ai vu pointer des problèmes sur cette étude, c'est juste le plus complet.

Le vaccin EUA n’a pas été approuvé par la FDA et n’est pas le Comirnaty. Doit-on faire confiance à Pfizer ?

Il l'a été. Il s'agit juste d'un changement mineur n'ayant pas spécialement d'implication sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin.

Et le rapport avec l’adultération des lots? Logiquement un taux de mortalité plus élevé dans un État après la vaccination suggère que le vaccin doit être administrés à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population. Sans adultėration tout les lots doivent avoir la même nocivité peut importe la région ; le vaccin est dangereux ou il ne l’est pas. Une telle disparité est anormale en soi.

Le rapport ? Ben tout simplement si tu n'as aucune autre donnée pour juger si oui, ou non, c'est disproportionné selon tel ou tel lot... Comment sais tu si ça l'est ?

Le simple fais de ne pas savoir si un lot a plus été injecté qu'un autre, ou même s'il a plus été injecté a une tranche d'âge qu'à une autre, est un énorme biais.

Figure toi que si un lot est injecté a des vieux et qu'un lot est injecté a des jeunes, le taux de mortalité ne va pas être le même. Car, je le rappel, un rapport du VAERS ne signifie pas que c'est bien lié au vaccin.

Tu réponds à moitié à ma question. As-tu lu cet article et par conséquent, comprends-tu les arguments de ce professeur à la lumière de l’article? Ou tu te contentes seulement de sa réponse?

J'y ai lu, et j'en ai lu d'autres aussi.

Ça c’est Pfizer qui le dit et on doit lui faire confiance. Le vaccin EUA n’est pas celui autorisé. Pfizer a communiqué qu’il ne produira pas de vaccins Comirnaty.

Non, je t'avais mis un lien - parce que c'est celui que j'ai trouvé et flemme de chercher plus pour d'autres - l'agence du Canada l'a dit que c'était un changement de formulation n'ayant aucun impact majeur.

C’est pas ce que j’ai dit, qu’une région où le taux de blessures vaccinales est le plus élevé signifie que le vaccin doit être administré à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population? Autrement cela voudrait dire que les lots sont différents suivant les âges. Mais comment expliquer que seule 5 % des lots sont responsables des EL (principalement dans les 48 heures après injection ce qui suggère
bien que le tir est concomitant avec l’EL) graves et pourquoi les personnes vulnérables seraient les seules à avoir reçus ces lots spécifiques?

Sais-tu comment les lots ont été répartis au sein du pays ou des institutions ?
En quelle quantité chaque lot a été distribué ?

Et donc on sait que les nanoparticules lipidiques sont susceptibles de voyager par voie sanguine et de transfecter les cellules des organes rencontrés et il s’étonne que l’article parle de l’inflammation causée par la spike (qui lors d’une infection au C-19 ne serait certainement pas là)? Ce professeur n’a sans doute jamais entendu parler de l’expérience de biodistribution de Pfizer ou des expériences sur la protéine S seule. Pareillement pour ses remarques à propos du VAERS où il insinue que les autres vaccins pourraient êtres responsables de cette explosion de cas alors que les vaccins traditionnels sont très peu sujets aux problèmes cardiovasculaires. Et oui dans certains cas et notamment pour les EL rares la causalité est à démontrer mais l’article le précise.

Si tu n'es pas satisfait de cette analyse, tu peux aussi aller voir une autre, c'est pas ça qui manque :
https://sciencebasedmedicine.org/scientific-review-articles-as-antivaccine-disinformation/

Par ailleurs, grâce à ce nouvel article, je peux légitimement remettre en cause Stephanie Seneff... Un peu plus qu'elle ne l'est déjà. A savoir que dans cette étude, c'est elle qui la dirigeait (celui qui dirige est toujours le premier nom parmi les auteurs).

Donc, du coup, Stephanie Seneff a déjà déclaré, au calme, "Le glyphosate est probablement responsable de la forme aiguë du COVID". Ah, et aussi "le glyphosate est responsable de l'autisme" et "le glyphosate est responsable de la plupart des maladies neurologiques, métaboliques, oncologiques et auto-immunes".

https://jennifermargulis.net/glyphosate-and-covid-19-connection/

Alors si tu permet, je vais la ranger tranquillement dans le même placard que Raoult et Montagnier.

Elle émet une hypothèse et ça justifie de la lyncher sur la place publique. Quand au glyphosate ou aux pesticides en général, c’est je pense un sujet beaucoup plus complexe que ça.

À voir comment évoluera la santé des personnes vaccinés dans les années à venir.

Elle émet une hypothèse basée sur du vent, et de ce qu'on peut voir de ses anciennes affirmations (oui, parce que si pour le COVID c'est une hypothèse, le reste non), j'ajouterai même qu'elle chercher à faire rentrer au forceps le COVID dans son hypothèse, étant donné qu'elle a la certitude que le Glyphosate cause tout et n'importe, plutôt que d'essayer d'obtenir des faits.

Ca en dit long sur sa manière de travailler et sa fiabilité.

Le 15 juin 2022 à 14:28:27 :
Ivermectine et Together : vers un nouveau LancetGate? : http://echelledejacob.blogspot.com/2022/06/ivermectine-et-together-vers-un-nouveau.html
https://doyourownresearch.substack.com/p/together-trial-index-of-articles?s=w

Il y a de nombreuses études et au moins une méta-analyse (il me semble), prouvant la non-efficacité de l'Ivermectine. Donc même si une étude a peut-être un problème, ça ne remet pas en cause les conclusions.

T’as un minimum de connaissances pour affirmer quoi que soit? Déjà que tu affirmes que les vaccins conventionnels n’ont aucun effets secondaires alors que les cas d’autisme explosent.

Ils ont des effets secondaires, mais non, l'autisme n'est pas un effet secondaire. C'est démontré depuis longtemps.

Il est prouvé que les vaccins sont contaminés par des nanoparticules (et cette fois-ci je parle pas du graphène). Quand au glyphosate j’en sais rien (donc je n’affirme rien).

Contaminé aux nanoparticules, ça ne veut strictement rien dire. Une nanoparticule, c'est juste une particule de taille nanométrique, mais ça peut être n'importe quoi. Même du sucre peut être une nanoparticule, pour peu qu'il soit suffisamment petit.

Il y a beaucoup d’études qui affirment l’efficacité de l’Ivermectine (et de l’HCQ). L’étude Together (comme les études Surgisphere et Recovery pour l’HCQ) présente plusieurs malversations.

Méta-analyse comme quoi l'Ivermectine ne fonctionne pas, qui n'est ni Togheter, ni Surgisphere, ni Recovery.
https://academic.oup.com/qjmed/article/114/10/721/6375958?login=false

Et en parlant de crédibilité scientifique, que dire des "savants" qui ont soutenus l’escroquerie des confinements et le port du masque (et les modèles de Neil Ferguson)? Les enfants, dont le cerveau est en plein développement, respirent leur dioxyde de carbone et pourquoi étant donné qu’ils ne sont pas à risque?

Risque non démontré pour les enfants, mais qui, par contre, protège un minimum ceux avec qui ils sont en contact.

Tiens une étude récente :

Décès excessifs non liés au Covid, 2020-21 : dommages collatéraux des choix politiques ? : https://www.nber.org/papers/w30104

Cette étude a été menée par le National Bureau of Economic Research (NBER).

"La mortalité toutes causes confondues pendant la pandémie a été élevée de 26 % pour les adultes en âge de travailler (18-64 ans), contre 18 % pour les personnes âgées."

Cette étude aurait plus d'impact si ce n'était pas dans une revue économique, par des économistes. Donc qui n'ont aucune compétence dans le domaine médical.

Nanoparticules métalliques notamment mais je pense que tu avais compris.

Ben non, justement, il n'y en a pas de nanoparticule métallique. Il y a des nanoparticules lipidiques, par contre.

Surgisphere et Recovery ont fait des morts potentiels (oui car en surdosage l’HCQ est mortelle donc tous ne sont sans doute pas morts du Covid). Pourquoi faire cela sachant que la Fondation Gates est pas loin derrière? Et que tu le veux ou non il y une grande disparité dans le résultat des études (pour l’Ivermectine et l’HCQ).

Toujours pas. Ils étaient surveillés avec une attention pour éviter ces morts justement.

Alors là je refuse de laisser passer cela. Les confinements ont eu des conséquences catastrophiques sur le développement des enfants.

Là, je suis d'accord que ça a eu des conséquences.

Toute une génération sacrifiée. Et pas besoins d’être un génie pour comprendre qu’un cerveau en développement a besoins d’oxygène (et parlons de la reconnaissance facial chez les très jeunes). Et j’ai déjà mis plusieurs études qui prouvent que les masques n’ont eu aucune incidence sur l’épidémie ; pire certaines montrent un effet négatif, par exemple :

L'effet Foegen - Un mécanisme par lequel les masques faciaux contribuent au taux de létalité du COVID-19 : https://journals.lww.com/md-journal/Fulltext/2022/02180/The_Foegen_effect__A_mechanism_by_which_facemasks.60.aspx

Conclusion :
Cette étude a révélé que le port de masques faciaux pourrait imposer un grand risque aux individus, qui ne serait pas atténué par une réduction du taux d'infection. L'utilisation de masques faciaux pourrait donc être inappropriée, voire contre-indiquée, en tant qu'intervention épidémiologique contre le COVID-19. Prouver ou réfuter «l'effet Foegen» à l'aide d'études expérimentales telles que décrites ci-dessus devrait être une priorité pour les scientifiques de la santé publique.

Si les masques empêchait l'oxygénation, il y aurait une hécatombe de chirurgien dans les salles d'opérations, ce qui n'est pas le cas. Au contraire, le cerveau doit être très bien oxygéné vu le boulot qu'ils font.

Par ailleurs, cette étude a déjà des problèmes qui ont été relevés.
Déjà, une seule personne, ce qui n'arrive jamais.
Ensuite, il donne son propre nom a un effet qu'il a inventé, c'est douteux.
Enfin, cet article n'est cité quasi nul part. Cela signifie qu'aucun autre scientifique n'utilise cette étude comme référence pour quoi que ce soit, et c'est une valeur importante, car c'est aussi un gage de sérieux. Une étude sérieuse sera souvent citée, une étude sans sérieux ne sera cité nul part, ou presque.

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
15 juin 2022 à 22:30:30

Le 15 juin 2022 à 22:11:03 :

Le 15 juin 2022 à 21:42:59 :

Le 15 juin 2022 à 21:05:37 :

Le 15 juin 2022 à 20:52:44 :

Le 15 juin 2022 à 16:04:45 :

Le 15 juin 2022 à 13:59:38 :

Le 15 juin 2022 à 12:42:14 :

Le 15 juin 2022 à 12:18:55 :

Le 15 juin 2022 à 10:01:40 :

Le 14 juin 2022 à 04:16:46 :

Le 14 juin 2022 à 03:27:31 :

Le rapport entre les biais propre au système VAERS et le fait que certains lots concentrent à eux seuls les cas les plus graves des effets secondaires?

Déjà 1) as tu des données réelles sur ça, ou est-ce que ce sont des informations sortis d'obscures site ?

2) Il y a des biais même dans ces données. Le plus basique de tous : comment sont répartis les lots au sein du pays. Évidemment que des lots qui vont majoritairement atteindre des personnes aisées auront plus de facilité à voir leurs effets secondaires reportés, vu le système de santé US.

Sans compter le fait qu'il y a des îles qui font partie des USA et qui sont bien plus pauvre que le continent. Vu que l'ont peut déclarer soi même un effet secondaire, ceux qui ont un accès internet valable, et les connaissances pour le faire sont aussi favorisé.

Par ailleurs : quelles sont tous les lots actuellement distribué ? Combien doses par lot ? Est ce qu'il y a vraiment une disparité, ou est ce que c'est juste que certains lots ont été plus distribué que d'autres ? Si c'est par États, il y en a des largement moins vaccinés que d'autres, donc certains lots ont pu être moins distribué que d'autres.

Oui, c'est plein de paramètres a prendre en compte. Et ça s'appelle une étude, en tâchant d'éliminer autant de biais que possible.

Tu as lu l’article ou tu te contentes de ses explications? C’est pas toi qui me reproche de donner la parole aux experts? Changement de veste.

La critique argumentée d'études publiées fait partie de la méthode scientifique.

Sortir un expert pour qu'il sorte des données non vérifiées, sans études relue, est une erreur, par contre, écouter les critiques émises par des experts sur des études parues n'en est pas une.

Ce n'est pas le seul que j'ai vu pointer des problèmes sur cette étude, c'est juste le plus complet.

Le vaccin EUA n’a pas été approuvé par la FDA et n’est pas le Comirnaty. Doit-on faire confiance à Pfizer ?

Il l'a été. Il s'agit juste d'un changement mineur n'ayant pas spécialement d'implication sur l'efficacité et l'innocuité du vaccin.

Et le rapport avec l’adultération des lots? Logiquement un taux de mortalité plus élevé dans un État après la vaccination suggère que le vaccin doit être administrés à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population. Sans adultėration tout les lots doivent avoir la même nocivité peut importe la région ; le vaccin est dangereux ou il ne l’est pas. Une telle disparité est anormale en soi.

Le rapport ? Ben tout simplement si tu n'as aucune autre donnée pour juger si oui, ou non, c'est disproportionné selon tel ou tel lot... Comment sais tu si ça l'est ?

Le simple fais de ne pas savoir si un lot a plus été injecté qu'un autre, ou même s'il a plus été injecté a une tranche d'âge qu'à une autre, est un énorme biais.

Figure toi que si un lot est injecté a des vieux et qu'un lot est injecté a des jeunes, le taux de mortalité ne va pas être le même. Car, je le rappel, un rapport du VAERS ne signifie pas que c'est bien lié au vaccin.

Tu réponds à moitié à ma question. As-tu lu cet article et par conséquent, comprends-tu les arguments de ce professeur à la lumière de l’article? Ou tu te contentes seulement de sa réponse?

J'y ai lu, et j'en ai lu d'autres aussi.

Ça c’est Pfizer qui le dit et on doit lui faire confiance. Le vaccin EUA n’est pas celui autorisé. Pfizer a communiqué qu’il ne produira pas de vaccins Comirnaty.

Non, je t'avais mis un lien - parce que c'est celui que j'ai trouvé et flemme de chercher plus pour d'autres - l'agence du Canada l'a dit que c'était un changement de formulation n'ayant aucun impact majeur.

C’est pas ce que j’ai dit, qu’une région où le taux de blessures vaccinales est le plus élevé signifie que le vaccin doit être administré à des personnes plus vulnérables plutôt qu’à la population? Autrement cela voudrait dire que les lots sont différents suivant les âges. Mais comment expliquer que seule 5 % des lots sont responsables des EL (principalement dans les 48 heures après injection ce qui suggère
bien que le tir est concomitant avec l’EL) graves et pourquoi les personnes vulnérables seraient les seules à avoir reçus ces lots spécifiques?

Sais-tu comment les lots ont été répartis au sein du pays ou des institutions ?
En quelle quantité chaque lot a été distribué ?

Et donc on sait que les nanoparticules lipidiques sont susceptibles de voyager par voie sanguine et de transfecter les cellules des organes rencontrés et il s’étonne que l’article parle de l’inflammation causée par la spike (qui lors d’une infection au C-19 ne serait certainement pas là)? Ce professeur n’a sans doute jamais entendu parler de l’expérience de biodistribution de Pfizer ou des expériences sur la protéine S seule. Pareillement pour ses remarques à propos du VAERS où il insinue que les autres vaccins pourraient êtres responsables de cette explosion de cas alors que les vaccins traditionnels sont très peu sujets aux problèmes cardiovasculaires. Et oui dans certains cas et notamment pour les EL rares la causalité est à démontrer mais l’article le précise.

Si tu n'es pas satisfait de cette analyse, tu peux aussi aller voir une autre, c'est pas ça qui manque :
https://sciencebasedmedicine.org/scientific-review-articles-as-antivaccine-disinformation/

Par ailleurs, grâce à ce nouvel article, je peux légitimement remettre en cause Stephanie Seneff... Un peu plus qu'elle ne l'est déjà. A savoir que dans cette étude, c'est elle qui la dirigeait (celui qui dirige est toujours le premier nom parmi les auteurs).

Donc, du coup, Stephanie Seneff a déjà déclaré, au calme, "Le glyphosate est probablement responsable de la forme aiguë du COVID". Ah, et aussi "le glyphosate est responsable de l'autisme" et "le glyphosate est responsable de la plupart des maladies neurologiques, métaboliques, oncologiques et auto-immunes".

https://jennifermargulis.net/glyphosate-and-covid-19-connection/

Alors si tu permet, je vais la ranger tranquillement dans le même placard que Raoult et Montagnier.

Elle émet une hypothèse et ça justifie de la lyncher sur la place publique. Quand au glyphosate ou aux pesticides en général, c’est je pense un sujet beaucoup plus complexe que ça.

À voir comment évoluera la santé des personnes vaccinés dans les années à venir.

Elle émet une hypothèse basée sur du vent, et de ce qu'on peut voir de ses anciennes affirmations (oui, parce que si pour le COVID c'est une hypothèse, le reste non), j'ajouterai même qu'elle chercher à faire rentrer au forceps le COVID dans son hypothèse, étant donné qu'elle a la certitude que le Glyphosate cause tout et n'importe, plutôt que d'essayer d'obtenir des faits.

Ca en dit long sur sa manière de travailler et sa fiabilité.

Le 15 juin 2022 à 14:28:27 :
Ivermectine et Together : vers un nouveau LancetGate? : http://echelledejacob.blogspot.com/2022/06/ivermectine-et-together-vers-un-nouveau.html
https://doyourownresearch.substack.com/p/together-trial-index-of-articles?s=w

Il y a de nombreuses études et au moins une méta-analyse (il me semble), prouvant la non-efficacité de l'Ivermectine. Donc même si une étude a peut-être un problème, ça ne remet pas en cause les conclusions.

T’as un minimum de connaissances pour affirmer quoi que soit? Déjà que tu affirmes que les vaccins conventionnels n’ont aucun effets secondaires alors que les cas d’autisme explosent.

Ils ont des effets secondaires, mais non, l'autisme n'est pas un effet secondaire. C'est démontré depuis longtemps.

Il est prouvé que les vaccins sont contaminés par des nanoparticules (et cette fois-ci je parle pas du graphène). Quand au glyphosate j’en sais rien (donc je n’affirme rien).

Contaminé aux nanoparticules, ça ne veut strictement rien dire. Une nanoparticule, c'est juste une particule de taille nanométrique, mais ça peut être n'importe quoi. Même du sucre peut être une nanoparticule, pour peu qu'il soit suffisamment petit.

Il y a beaucoup d’études qui affirment l’efficacité de l’Ivermectine (et de l’HCQ). L’étude Together (comme les études Surgisphere et Recovery pour l’HCQ) présente plusieurs malversations.

Méta-analyse comme quoi l'Ivermectine ne fonctionne pas, qui n'est ni Togheter, ni Surgisphere, ni Recovery.
https://academic.oup.com/qjmed/article/114/10/721/6375958?login=false

Et en parlant de crédibilité scientifique, que dire des "savants" qui ont soutenus l’escroquerie des confinements et le port du masque (et les modèles de Neil Ferguson)? Les enfants, dont le cerveau est en plein développement, respirent leur dioxyde de carbone et pourquoi étant donné qu’ils ne sont pas à risque?

Risque non démontré pour les enfants, mais qui, par contre, protège un minimum ceux avec qui ils sont en contact.

Tiens une étude récente :

Décès excessifs non liés au Covid, 2020-21 : dommages collatéraux des choix politiques ? : https://www.nber.org/papers/w30104

Cette étude a été menée par le National Bureau of Economic Research (NBER).

"La mortalité toutes causes confondues pendant la pandémie a été élevée de 26 % pour les adultes en âge de travailler (18-64 ans), contre 18 % pour les personnes âgées."

Cette étude aurait plus d'impact si ce n'était pas dans une revue économique, par des économistes. Donc qui n'ont aucune compétence dans le domaine médical.

Nanoparticules métalliques notamment mais je pense que tu avais compris.

Ben non, justement, il n'y en a pas de nanoparticule métallique. Il y a des nanoparticules lipidiques, par contre.

Surgisphere et Recovery ont fait des morts potentiels (oui car en surdosage l’HCQ est mortelle donc tous ne sont sans doute pas morts du Covid). Pourquoi faire cela sachant que la Fondation Gates est pas loin derrière? Et que tu le veux ou non il y une grande disparité dans le résultat des études (pour l’Ivermectine et l’HCQ).

Toujours pas. Ils étaient surveillés avec une attention pour éviter ces morts justement.

Alors là je refuse de laisser passer cela. Les confinements ont eu des conséquences catastrophiques sur le développement des enfants.

Là, je suis d'accord que ça a eu des conséquences.

Toute une génération sacrifiée. Et pas besoins d’être un génie pour comprendre qu’un cerveau en développement a besoins d’oxygène (et parlons de la reconnaissance facial chez les très jeunes). Et j’ai déjà mis plusieurs études qui prouvent que les masques n’ont eu aucune incidence sur l’épidémie ; pire certaines montrent un effet négatif, par exemple :

L'effet Foegen - Un mécanisme par lequel les masques faciaux contribuent au taux de létalité du COVID-19 : https://journals.lww.com/md-journal/Fulltext/2022/02180/The_Foegen_effect__A_mechanism_by_which_facemasks.60.aspx

Conclusion :
Cette étude a révélé que le port de masques faciaux pourrait imposer un grand risque aux individus, qui ne serait pas atténué par une réduction du taux d'infection. L'utilisation de masques faciaux pourrait donc être inappropriée, voire contre-indiquée, en tant qu'intervention épidémiologique contre le COVID-19. Prouver ou réfuter «l'effet Foegen» à l'aide d'études expérimentales telles que décrites ci-dessus devrait être une priorité pour les scientifiques de la santé publique.

Si les masques empêchait l'oxygénation, il y aurait une hécatombe de chirurgien dans les salles d'opérations, ce qui n'est pas le cas. Au contraire, le cerveau doit être très bien oxygéné vu le boulot qu'ils font.

Par ailleurs, cette étude a déjà des problèmes qui ont été relevés.
Déjà, une seule personne, ce qui n'arrive jamais.
Ensuite, il donne son propre nom a un effet qu'il a inventé, c'est douteux.
Enfin, cet article n'est cité quasi nul part. Cela signifie qu'aucun autre scientifique n'utilise cette étude comme référence pour quoi que ce soit, et c'est une valeur importante, car c'est aussi un gage de sérieux. Une étude sérieuse sera souvent citée, une étude sans sérieux ne sera cité nul part, ou presque.

Je parlais des vaccins conventionnels...

Le dosage d’HCQ est le quadruple de la dose maximale autorisée...

Une opération ne dure pas 8h, 5 jours/7 pendant 2 ans...

C’est un exemple d’étude, il y en a d’autres...

RealZakarik
RealZakarik
MP
15 juin 2022 à 22:41:36

Le 15 juin 2022 à 22:30:30 :

Cette étude aurait plus d'impact si ce n'était pas dans une revue économique, par des économistes. Donc qui n'ont aucune compétence dans le domaine médical.

Nanoparticules métalliques notamment mais je pense que tu avais compris.

Ben non, justement, il n'y en a pas de nanoparticule métallique. Il y a des nanoparticules lipidiques, par contre.

Surgisphere et Recovery ont fait des morts potentiels (oui car en surdosage l’HCQ est mortelle donc tous ne sont sans doute pas morts du Covid). Pourquoi faire cela sachant que la Fondation Gates est pas loin derrière? Et que tu le veux ou non il y une grande disparité dans le résultat des études (pour l’Ivermectine et l’HCQ).

Toujours pas. Ils étaient surveillés avec une attention pour éviter ces morts justement.

Alors là je refuse de laisser passer cela. Les confinements ont eu des conséquences catastrophiques sur le développement des enfants.

Là, je suis d'accord que ça a eu des conséquences.

Toute une génération sacrifiée. Et pas besoins d’être un génie pour comprendre qu’un cerveau en développement a besoins d’oxygène (et parlons de la reconnaissance facial chez les très jeunes). Et j’ai déjà mis plusieurs études qui prouvent que les masques n’ont eu aucune incidence sur l’épidémie ; pire certaines montrent un effet négatif, par exemple :

L'effet Foegen - Un mécanisme par lequel les masques faciaux contribuent au taux de létalité du COVID-19 : https://journals.lww.com/md-journal/Fulltext/2022/02180/The_Foegen_effect__A_mechanism_by_which_facemasks.60.aspx

Conclusion :
Cette étude a révélé que le port de masques faciaux pourrait imposer un grand risque aux individus, qui ne serait pas atténué par une réduction du taux d'infection. L'utilisation de masques faciaux pourrait donc être inappropriée, voire contre-indiquée, en tant qu'intervention épidémiologique contre le COVID-19. Prouver ou réfuter «l'effet Foegen» à l'aide d'études expérimentales telles que décrites ci-dessus devrait être une priorité pour les scientifiques de la santé publique.

Si les masques empêchait l'oxygénation, il y aurait une hécatombe de chirurgien dans les salles d'opérations, ce qui n'est pas le cas. Au contraire, le cerveau doit être très bien oxygéné vu le boulot qu'ils font.

Par ailleurs, cette étude a déjà des problèmes qui ont été relevés.
Déjà, une seule personne, ce qui n'arrive jamais.
Ensuite, il donne son propre nom a un effet qu'il a inventé, c'est douteux.
Enfin, cet article n'est cité quasi nul part. Cela signifie qu'aucun autre scientifique n'utilise cette étude comme référence pour quoi que ce soit, et c'est une valeur importante, car c'est aussi un gage de sérieux. Une étude sérieuse sera souvent citée, une étude sans sérieux ne sera cité nul part, ou presque.

Je parlais des vaccins conventionnels...

J'ai du fais une recherche pour savoir de quoi tu parlais.
Une contamination aux nanoparticules en quantité infinitésimale, donc sans conséquence.
Et d'après ce que j'ai trouvé, la publication sur laquelle ça se base est plus que douteuse.

Le dosage d’HCQ est le quadruple de la dose maximale autorisée...

Et alors ? C'est toléré du moment qu'il s'agit d'une étude et que toutes les précautions sont prises.
Validé par un comité d'éthique, surveillé étroitement. Tout était fait pour limiter les risques.

Une opération ne dure pas 8h, 5 jours/7 pendant 2 ans...

Et alors ? Il n'est pas rare que des médecins doivent travailler plus de 10h, particulièrement durant la pandémie qu'on a eu. Et pas loin de 7j/7. Tu as cru quoi ? Ils se tournaient les pouces durant la pandémie ? Et ils devaient avoir leur masque. Il n'y a pas eu d'hécatombe de médecins à l'hôpital pendant ces 2 ans, et il s'agissait de l'un des métiers devant le plus porter le masque.

C’est un exemple d’étude, il y en a d’autres...

Je peux dire pareil : J'en ai bien d'autres, et de plus haut niveau scientifique.

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
15 juin 2022 à 23:17:37

Le 15 juin 2022 à 22:41:36 :

Le 15 juin 2022 à 22:30:30 :

Cette étude aurait plus d'impact si ce n'était pas dans une revue économique, par des économistes. Donc qui n'ont aucune compétence dans le domaine médical.

Nanoparticules métalliques notamment mais je pense que tu avais compris.

Ben non, justement, il n'y en a pas de nanoparticule métallique. Il y a des nanoparticules lipidiques, par contre.

Surgisphere et Recovery ont fait des morts potentiels (oui car en surdosage l’HCQ est mortelle donc tous ne sont sans doute pas morts du Covid). Pourquoi faire cela sachant que la Fondation Gates est pas loin derrière? Et que tu le veux ou non il y une grande disparité dans le résultat des études (pour l’Ivermectine et l’HCQ).

Toujours pas. Ils étaient surveillés avec une attention pour éviter ces morts justement.

Alors là je refuse de laisser passer cela. Les confinements ont eu des conséquences catastrophiques sur le développement des enfants.

Là, je suis d'accord que ça a eu des conséquences.

Toute une génération sacrifiée. Et pas besoins d’être un génie pour comprendre qu’un cerveau en développement a besoins d’oxygène (et parlons de la reconnaissance facial chez les très jeunes). Et j’ai déjà mis plusieurs études qui prouvent que les masques n’ont eu aucune incidence sur l’épidémie ; pire certaines montrent un effet négatif, par exemple :

L'effet Foegen - Un mécanisme par lequel les masques faciaux contribuent au taux de létalité du COVID-19 : https://journals.lww.com/md-journal/Fulltext/2022/02180/The_Foegen_effect__A_mechanism_by_which_facemasks.60.aspx

Conclusion :
Cette étude a révélé que le port de masques faciaux pourrait imposer un grand risque aux individus, qui ne serait pas atténué par une réduction du taux d'infection. L'utilisation de masques faciaux pourrait donc être inappropriée, voire contre-indiquée, en tant qu'intervention épidémiologique contre le COVID-19. Prouver ou réfuter «l'effet Foegen» à l'aide d'études expérimentales telles que décrites ci-dessus devrait être une priorité pour les scientifiques de la santé publique.

Si les masques empêchait l'oxygénation, il y aurait une hécatombe de chirurgien dans les salles d'opérations, ce qui n'est pas le cas. Au contraire, le cerveau doit être très bien oxygéné vu le boulot qu'ils font.

Par ailleurs, cette étude a déjà des problèmes qui ont été relevés.
Déjà, une seule personne, ce qui n'arrive jamais.
Ensuite, il donne son propre nom a un effet qu'il a inventé, c'est douteux.
Enfin, cet article n'est cité quasi nul part. Cela signifie qu'aucun autre scientifique n'utilise cette étude comme référence pour quoi que ce soit, et c'est une valeur importante, car c'est aussi un gage de sérieux. Une étude sérieuse sera souvent citée, une étude sans sérieux ne sera cité nul part, ou presque.

Je parlais des vaccins conventionnels...

J'ai du fais une recherche pour savoir de quoi tu parlais.
Une contamination aux nanoparticules en quantité infinitésimale, donc sans conséquence.
Et d'après ce que j'ai trouvé, la publication sur laquelle ça se base est plus que douteuse.

Le dosage d’HCQ est le quadruple de la dose maximale autorisée...

Et alors ? C'est toléré du moment qu'il s'agit d'une étude et que toutes les précautions sont prises.
Validé par un comité d'éthique, surveillé étroitement. Tout était fait pour limiter les risques.

Une opération ne dure pas 8h, 5 jours/7 pendant 2 ans...

Et alors ? Il n'est pas rare que des médecins doivent travailler plus de 10h, particulièrement durant la pandémie qu'on a eu. Et pas loin de 7j/7. Tu as cru quoi ? Ils se tournaient les pouces durant la pandémie ? Et ils devaient avoir leur masque. Il n'y a pas eu d'hécatombe de médecins à l'hôpital pendant ces 2 ans, et il s'agissait de l'un des métiers devant le plus porter le masque.

C’est un exemple d’étude, il y en a d’autres...

Je peux dire pareil : J'en ai bien d'autres, et de plus haut niveau scientifique.

J’ai déjà mentionné les 2 chercheurs italiens dont une partie des documents a été perquisitionnée par les autorités. Circulez y a rien à voir.

L’étude Surgisphere est une escroquerie révélée et l’étude Recovery a été stoppée dès qu’une scientifique extérieure à l’étude (Dr Nass) a eu connaissance du dosage utilisé (dosage qui se trouve être le même que pour l’étude Surgisphere). L’agence MHRA a précisé qu'elle n'a pas fixé de recommandations sur les dosages maximums mobilisés dans un cadre de recherche. Cette étude a été parrainé par le Wellcome Trust (GlaxoSmithKline), la Fondation Bill et Melinda Gates et le gouvernement britannique. Dans l’article du Dr. Nass : "Nous savons grâce à la consultation informelle de l'OMS du 13 mars sur le rôle potentiel de la chloroquine que la Fondation Gates avait étudié la pharmacocinétique complexe du médicament, et sur les 25 participants à cette réunion, 5 appartenaient à la Fondation Gates".

C’est toi qui parle d’hécatombe, je parle du développement cérébral des enfants. Et la perte de repères quand à la reconnaissance facial aura de très graves conséquences.

Pourquoi truquer des études (grossièrement) s’il n’y a rien à cacher?

Message édité le 15 juin 2022 à 23:18:41 par Spartacus_re
DébutPage précedente
Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
La vidéo du moment