CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • French days
    • Find Your Next Game
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • French days
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Etoile Abonnement RSS

Sujet : [TOPIC UNIQUE] Suivi du coronavirus

DébutPage précedente
Page suivanteFin
Vaxorama
Vaxorama
MP
11 juin 2022 à 12:21:38

Le 09 juin 2022 à 23:31:02 :
Pfizer admet discrètement qu'il ne fabriquera jamais de vaccins COVID originaux approuvés par la FDA.

Le vaccin Pfizer Comirnaty, comme l'entreprise appelle la version approuvée par la FDA de son injection covid, n'existe que sur papier, et les injections toujours distribuées sont la version d'autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) de Pfizer, qui est juridiquement distincte et différente de Comirnaty.

Jusqu'à récemment, la société affirmait que Comirnaty allait bientôt arriver une fois que tous les stocks d'injection EUA seraient épuisés. Maintenant, cependant, la société affirme qu'il n'est pas prévu de produire Comirnaty.

Pfizer a qualifié ce problème de question d'inventaire qui n'avait rien à voir avec la distinction juridique entre un produit EUA expérimental et un vaccin approuvé par la FDA. Jusqu'à il y a quelques semaines à peine, c'était la déclaration sur le site Web du CDC :

"Pfizer a reçu de la FDA une autorisation de mise sur le marché (BLA) le 23 août 2021 pour son vaccin COVID-19 destiné aux personnes de 16 ans et plus (COMIRNATY). À cette date, la FDA a publié une notice d'accompagnement de la BLA qui comprenait le nouveau nom commercial du vaccin COVID-19 COMIRNATY et indiquait deux nouveaux NDC (0069-1000-03, 0069-1000-02) ainsi que des images d'étiquettes portant le nouveau nom commercial.

À l'heure actuelle, Pfizer ne prévoit pas de produire de produit avec ces nouveaux NDC et étiquettes au cours des prochains mois, alors que le produit autorisé par l'EUA est toujours disponible et en cours de distribution aux États-Unis. Par conséquent, le CDC, l'AMA et les compendiums de médicaments pourraient ne pas publier ces nouveaux codes avant que Pfizer n'ait déterminé quand le produit sera fabriqué avec les étiquettes BLA".

En mai, Pfizer a mis à jour sa déclaration pour mentionner un produit Comirnaty sous licence en décembre 2021, qui a obtenu une licence quatre mois après le communiqué de presse très médiatisé de la FDA en août.

Et la semaine dernière, Pfizer a finalement reconnu que son produit sous licence original ne sera jamais distribué. Dans une mise à jour non signalée sur le site du CDC, Pfizer a dit à l'agence :

"Pfizer a reçu une première licence BLA de la FDA le 23 août 2021 pour son vaccin COVID-19 destiné aux personnes de 16 ans et plus (COMIRNATY). À ce moment-là, la FDA a publié une notice d'accompagnement du BLA qui incluait le nouveau nom commercial du vaccin COVID-19 COMIRNATY et indiquait 2 nouveaux NDC (0069-1000-03, 0069-1000-02) et des images d'étiquettes portant le nouveau nom commercial. Ces NDC ne seront pas fabriqués. Seuls les NDC pour la formulation trisaccharose approuvée par le BLA seront produits.

La différence entre la formulation approuvée à l'origine et la formulation de tris-saccharose est que cette dernière, selon Pfizer, peut être stockée pendant une période beaucoup plus longue en dehors d'un congélateur ultra-froid. Ces congélateurs sont extrêmement coûteux et nécessitent beaucoup d'énergie pour fonctionner.

Nous savons également maintenant que les essais cliniques de Pfizer ont été menés sur la version des injections sans l'ingrédient tris-saccharose modifié. La signification de cela reste inconnue, mais c'est une distinction qui mérite d'être notée.

https://dossier.substack.com/p/ghost-shot-pfizer-quietly-admits?s=r

En rapport un courrier électronique militaire révèle une tromperie présumée concernant Pfizer Jab : https://uncoverdc.com/2022/05/27/military-email-reveals-alleged-deceit-regarding-pfizer-jab/

L'armée américaine commande-t-elle intentionnellement le strict minimum du "vaccin" COMIRNATY de Pfizer approuvé par la FDA - légalement mandaté pour tout le personnel militaire - tout en administrant le vaccin expérimental d'ARNm Pfizer d'autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) aux membres du service en règle générale? Cela semblerait certainement le cas sur la base d'une copie d'un e-mail interne daté du 25 mai 2022, intitulé "Guide de commande MTF pour le vaccin étiqueté Pfizer Comirnaty (Tris/Sucrose?Gray Cap)", partagé par la page The Colonel's Corner Telegram.

Un juge du tribunal de district fédéral a rejeté une affirmation du département américain de la Défense selon laquelle le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 administré dans le cadre d'une autorisation d'utilisation d'urgence est interchangeable avec le vaccin Comirnaty entièrement sous licence de Pfizer.
https://childrenshealthdefense.org/defender/judge-allen-winsor-pfizer-eua-comirnaty-vaccines-interchangeable/

Il existe des différences essentielles entre les vaccins entièrement sous licence et ceux autorisés en vertu de l'EUA. Les produits EUA sont considérés comme expérimentaux en vertu de la loi américaine. Cela signifie qu'ils ne peuvent pas être imposés et que chacun a le droit de refuser de tels vaccins sans conséquences.

Ceci est également indiqué clairement dans la fiche d'information de la FDA fournie aux patients recevant un vaccin Pfizer COVID-19. Il est dit : "dans le cadre de l'EUA, c'est votre choix de recevoir ou de ne pas recevoir le vaccin. Si vous décidez de ne pas le recevoir, cela ne changera pas vos soins médicaux standard".

Cependant, la loi américaine permet aux employeurs et aux écoles d'exiger que les étudiants et les travailleurs prennent des vaccins homologués. Les produits EUA ne peuvent plus être utilisés une fois que le produit sous licence complète est disponible.

Une autre différence clé entre les vaccins sous licence complète et les vaccins EUA est que, en vertu de la loi de 2005 sur la préparation et la préparation du public (PREP Act), les vaccins EUA sont accompagnés d'un bouclier de responsabilité de grande envergure qui protège toutes les parties impliquées dans le produit contre les poursuites.

je cite ton message en entier pour les liens, mais le dernier paragraphe est la parfaite représentation de tout ce qui, à la base, ne va pas avec ce traitement. avant même qu il ait démontré son inefficacité et sa dangerosité

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
11 juin 2022 à 15:22:02

Lire l’article complet c’est vraiment très instructif.

Pfizer et les tests de sécurité. Fraude scientifique?
https://www.covid-factuel.fr/2022/05/07/pfizer-et-les-tests-de-securite-fraude-scientifique/

Article complet :
Examen du programme non clinique de Pfizer par Sasha Latypova : https://home.solari.com/review-of-pfizers-non-clinical-program-by-sasha-latypova/

Version française, pdf traduit par https://www.onlinedoctrannslator.com/fr/translationform : https://www.covid-factuel.fr/wp-content/uploads/2022/05/Sasha-Latypova.pdf

L’auteur, Sasha Latypova, est Ukrainienne, et vit aux Etats Unis. Elle a fait carrière dans l’industrie pharmaceutique, sur le développement, la validation, l’acceptation réglementaire et la commercialisation de nouvelles technologies cliniques et de biomarqueurs. Elle s’est penchée sur une partie des documents FOIA (que la FDA et Pfizer ont voulus garder secrets pendant 75 ans).

Le résumé de ses constatations :

Constat 1 : Le programme de Pfizer n’incluait pas de tests complets de tous les composants du produit final approuvé. Les études incluses dans le dossier d’approbation portaient sur des versions différentes du produit sans évaluation, de sorte qu’aucune évaluation complète de la sécurité du produit ne peut être faite.

Constat 2 : La toxicité du principe actif ARNm du vaccin Covid 19 n’a jamais été étudiée !

Constat 3 : Pfizer a affirmé l’absence de risque de facilitation (ADE) de la maladie par le vaccin sur la base d’études sur une espèce animale qui n’est pas sensible au Sars-Cov-2 !

Constat 4 : Le CDC, la FDA et Pfizer ont menti en affirmant que le “vaccin reste localisé au point d’injection”.

Constat 5 : Pfizer a complètement négligé de mener des tests sur des catégories de risques majeurs pour la sécurité.

Constat 6 : Pfizer s’est basé sur une interprétation orientée et opportuniste des directives réglementaires pour éviter de mener certains tests de sécurité usuels.

Constat 7 : La FDA et Pfizer connaissaient les toxicités majeures associées aux médicaments de thérapie génique et ne  peuvent donc pas invoquer un manque de prédictibilité de ces risques. Cela indique une fraude intentionnelle et une collusion entre Pfizer et les régulateurs pour introduire sur le marché ce produit dangereux non testé.

On apprend entre autres, dans les 468 pages étudiées dont elle donne la source, que :

- on a ajouté des produits sans les tester, par dérogation arbitraire de la FDA,

- des lipides introduits dans les nanoparticules lipidiques qui étaient étiquetés comme “de qualité non pharmaceutique”,

- la biodistribution a été étudiée avec un substitut ne codant pas pour la spike, utilisant une hypothèse non testée au lieu d’une preuve,

- les singes rhésus utilisés pour étudier le risque d’aggravation de la maladie par le vaccin n’étaient pas sensibles à la maladie. Le groupe vacciné puis inoculé n’a pas eu ce phénomène (constaté pour les vaccins ARN dans nombre d’études sur les animaux), ce qui permet à Pfizer d’affirmer que ce risque n’existe pas, mais le groupe témoin n’a pas non plus développé de maladie, l’espèce choisie n’étant pas sensible à la maladie.

- Pfizer et la FDA ont menti affirmant que le vaccin restait au site d’injection. Ils savaient que non, plusieurs études nous ont montré le contraire par la suite,

- « Aucune étude traditionnelle de pharmacocinétique ou de biodistribution n’a été réalisée avec le vaccin candidat BNT162b2 ». (document de synthèse EMA),

- aucune estimation des marges de sécurité thérapeutique n’a été fournie,

- Pfizer a décidé de ne pas effectuer nombre de tests de « pharmacologie de sécurité », de « pharmacodynamique », et d’ » interactions médicamenteuse », en le signalant clairement.

- il n’y a pas eu d’études de génotoxicité et de cancérogénicité, tant chez l’animal que chez l’homme. Ceci grâce au déclassement du produit de « thérapie génique », ce qu’il était dans les recherches antérieures, en « vaccin » en 2020, pour échapper aux directives de l’OMS de 2005.

Elle en conclut :

"Les omissions d’études de sécurité standard et la malhonnêteté scientifique flagrante dans les études qui ont été réalisées sont si évidentes qu’elles ne peuvent être attribuées à l’incompétence des fabricants et des régulateurs. La question de la négligence volontaire devrait plutôt être soulevée.

Mon objectif est d’illustrer l’effondrement complet du processus de développement éthique des médicaments, connu auparavant pour être rigoureux, ainsi que la négligence choquante de la part des organismes de réglementation qui sont censés maintenir l’honnêteté des fabricants de produits pharmaceutiques. Il s’avère que les deux étaient très malhonnêtes et ont proposé une technologie et un produit entièrement nouveaux à des millions de personnes sans une seule évaluation de sécurité bien conçue."

Si on résumait : "nous n’avons trouvé aucun signal de sécurité car nous ne les avons pas recherchés". Il est inacceptable pour un fabricant de produits pharmaceutiques de ne pas étudier le potentiel de son produit à nuire aux principaux systèmes d’organes, il n’est pas acceptable de remplacer le produit par un substitut ou une version différente, de revendiquer une comparabilité théorique, puis d’affirmer qu’il n’y a aucun risque pour les principaux organes humains. L’absence de preuve de préjudice n’est pas une preuve d’absence de préjudice !

Lien cité :
Toxicité des lipides cationiques et des polymères cationiques dans la délivrance de gènes : Toxicité des lipides cationiques et des polymères cationiques dans la délivrance de gènes

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
11 juin 2022 à 19:43:38

Lien cité :
Toxicité des lipides cationiques et des polymères cationiques dans la délivrance de gènes : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16831482/

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
11 juin 2022 à 22:53:45

Non mais c’est sérieux?

Le comité consultatif sur les vaccins de la Food and Drug Administration des États-Unis votera le 28 juin sur quelque chose appelé «Future Framework», un programme qui permettrait à Pfizer et Moderna de «reformuler» les vaccins à ARNm COVID-19 à perpétuité, sans mener d'essais cliniques sur les nouveaux vaccins.
https://childrenshealthdefense.org/defender/fda-pfizer-moderna-skip-trials-covid-vaccines/

Si ce «Future Framework» est approuvé, tous les futurs vaccins COVID-19, quelle que soit la formulation, seront automatiquement considérés comme «sûrs et efficaces» sans essais cliniques supplémentaires, car ils sont considérés comme «biologiquement similaires» aux vaccins existants.

Le «comité consultatif d'experts» de la FDA (VRBPAC) s'est réuni le 6 avril pour discuter du «Future Framework» pour la première fois. Tous les membres du comité ont convenu que les injections de COVID-19 ne fonctionnent pas, qu'il n'est pas possible de les booster plusieurs fois par an et que les injections doivent être reformulées. Ils ont également convenu à l'unanimité qu'il n'y a pas de « corrélats de protection » que l'on puisse utiliser pour prédire quels niveaux d'anticorps seraient suffisants pour prévenir l'infection par le SRAS-CoV-2.

Le 28 juin, le VRBPAC se réunira à nouveau pour discuter du «Future Framework» et il sera présenté comme un accord conclu car les fabricants veulent une décision sur la sélection des souches vaccinales d'ici juin pour livrer des injections pour les rendez-vous de vaccination d'automne.

Donc, si la FDA autorise les injections COVID-19 pour les enfants les 14 et 15 juin, puis approuve le «Future Framework» le 28 juin, les injections qui seront administrées aux enfants à l'automne seront les injections reformulées qui ont sauté les essais cliniques.

RealZakarik
RealZakarik
MP
11 juin 2022 à 23:57:58

Le 11 juin 2022 à 22:53:45 :
Non mais c’est sérieux?

Le comité consultatif sur les vaccins de la Food and Drug Administration des États-Unis votera le 28 juin sur quelque chose appelé «Future Framework», un programme qui permettrait à Pfizer et Moderna de «reformuler» les vaccins à ARNm COVID-19 à perpétuité, sans mener d'essais cliniques sur les nouveaux vaccins.
https://childrenshealthdefense.org/defender/fda-pfizer-moderna-skip-trials-covid-vaccines/

Si ce «Future Framework» est approuvé, tous les futurs vaccins COVID-19, quelle que soit la formulation, seront automatiquement considérés comme «sûrs et efficaces» sans essais cliniques supplémentaires, car ils sont considérés comme «biologiquement similaires» aux vaccins existants.

Le «comité consultatif d'experts» de la FDA (VRBPAC) s'est réuni le 6 avril pour discuter du «Future Framework» pour la première fois. Tous les membres du comité ont convenu que les injections de COVID-19 ne fonctionnent pas, qu'il n'est pas possible de les booster plusieurs fois par an et que les injections doivent être reformulées. Ils ont également convenu à l'unanimité qu'il n'y a pas de « corrélats de protection » que l'on puisse utiliser pour prédire quels niveaux d'anticorps seraient suffisants pour prévenir l'infection par le SRAS-CoV-2.

Le 28 juin, le VRBPAC se réunira à nouveau pour discuter du «Future Framework» et il sera présenté comme un accord conclu car les fabricants veulent une décision sur la sélection des souches vaccinales d'ici juin pour livrer des injections pour les rendez-vous de vaccination d'automne.

Donc, si la FDA autorise les injections COVID-19 pour les enfants les 14 et 15 juin, puis approuve le «Future Framework» le 28 juin, les injections qui seront administrées aux enfants à l'automne seront les injections reformulées qui ont sauté les essais cliniques.

Alors si j'ai bien compris, le but est d'en faire un vaccin comme la grippe. Les vaccins contre la grippe sont reformulés avec les nouvelles souches chaque année sans qu'il y ait besoin de passer par des essais cliniques long, vu que la seule chose qui change, ce sont les souches incluses.

Ici, ce serait pareil. La formulation resterait la même, mais les souches à partir desquels ce serait fabriqué varierait au gré des variants. Donc si ça ne choque pas pour la grippe, pourquoi ça choquerait pour le COVID ?

Message édité le 11 juin 2022 à 23:58:53 par RealZakarik
Vaxorama
Vaxorama
MP
12 juin 2022 à 00:10:38

parce qu on a aucun recul dessus ? parce que ce traitement ne fonctionne pas, n'empêchant pas d'attraper le covid, ni de le transmettre, ni de faire une forme grave de la maladie ? parce qu il entraine des effets secondaires comme jamais auparavant dans l histoire de la science et de la médecine ?

RealZakarik
RealZakarik
MP
12 juin 2022 à 00:13:00

Le 12 juin 2022 à 00:10:38 :
parce qu on a aucun recul dessus ? parce que ce traitement ne fonctionne pas, n'empêchant pas d'attraper le covid, ni de le transmettre, ni de faire une forme grave de la maladie ? parce qu il entraine des effets secondaires comme jamais auparavant dans l histoire de la science et de la médecine ?

Selon tes critères, le vaccin contre la grippe n'empêche pas d'attraper la grippe, ni de la transmettre, ni de faire une forme grave. Pourquoi ? Parce que l'efficacité est souvent entre 40 et 60%, quand ils ne se plantent pas complètement dans les souches.

Et c'est toujours non pour le dernier point.

Fc-Suaudeau
Fc-Suaudeau
MP
12 juin 2022 à 00:14:35

Le 12 juin 2022 à 00:10:38 :
parce qu on a aucun recul dessus ? parce que ce traitement ne fonctionne pas, n'empêchant pas d'attraper le covid, ni de le transmettre, ni de faire une forme grave de la maladie ? parce qu il entraine des effets secondaires comme jamais auparavant dans l histoire de la science et de la médecine ?

:d) Et surtout parce que pfizer est un magouilleur et fraudeur multi récidiviste :oui:

Infovrai
Infovrai
MP
12 juin 2022 à 01:06:29

Le 12 juin 2022 à 00:19:44 :

Le 12 juin 2022 à 00:13:00 :

Le 12 juin 2022 à 00:10:38 :
parce qu on a aucun recul dessus ? parce que ce traitement ne fonctionne pas, n'empêchant pas d'attraper le covid, ni de le transmettre, ni de faire une forme grave de la maladie ? parce qu il entraine des effets secondaires comme jamais auparavant dans l histoire de la science et de la médecine ?

Selon tes critères, le vaccin contre la grippe n'empêche pas d'attraper la grippe, ni de la transmettre, ni de faire une forme grave. Pourquoi ? Parce que l'efficacité est souvent entre 40 et 60%, quand ils ne se plantent pas complètement dans les souches.

Et c'est toujours non pour le dernier point.

tout prouve le contraire actuellement, notamment les contaminations/hospitaliations/décès liés au covid qui concernent plus de 90% de vaccinés https://data.drees.solidarites-sante.gouv.fr/explore/dataset/covid-19-resultats-par-age-issus-des-appariements-entre-si-vic-si-dep-et-vac-si/table/?refine.date=2022%2F04&sort=dc

et bien sur que la sonnette d'alarme est tirée depuis des mois sur l'explosion de problèmes cardiaques et bcp d'autres problèmes de santé

mais toi tu travailles pour ces gens, du matin au soir à défendre le pfoison :non: pauvre de toi, tout ça pour un billet

Ceci.

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
12 juin 2022 à 01:06:35

Le 11 juin 2022 à 23:57:58 :

Le 11 juin 2022 à 22:53:45 :
Non mais c’est sérieux?

Le comité consultatif sur les vaccins de la Food and Drug Administration des États-Unis votera le 28 juin sur quelque chose appelé «Future Framework», un programme qui permettrait à Pfizer et Moderna de «reformuler» les vaccins à ARNm COVID-19 à perpétuité, sans mener d'essais cliniques sur les nouveaux vaccins.
https://childrenshealthdefense.org/defender/fda-pfizer-moderna-skip-trials-covid-vaccines/

Si ce «Future Framework» est approuvé, tous les futurs vaccins COVID-19, quelle que soit la formulation, seront automatiquement considérés comme «sûrs et efficaces» sans essais cliniques supplémentaires, car ils sont considérés comme «biologiquement similaires» aux vaccins existants.

Le «comité consultatif d'experts» de la FDA (VRBPAC) s'est réuni le 6 avril pour discuter du «Future Framework» pour la première fois. Tous les membres du comité ont convenu que les injections de COVID-19 ne fonctionnent pas, qu'il n'est pas possible de les booster plusieurs fois par an et que les injections doivent être reformulées. Ils ont également convenu à l'unanimité qu'il n'y a pas de « corrélats de protection » que l'on puisse utiliser pour prédire quels niveaux d'anticorps seraient suffisants pour prévenir l'infection par le SRAS-CoV-2.

Le 28 juin, le VRBPAC se réunira à nouveau pour discuter du «Future Framework» et il sera présenté comme un accord conclu car les fabricants veulent une décision sur la sélection des souches vaccinales d'ici juin pour livrer des injections pour les rendez-vous de vaccination d'automne.

Donc, si la FDA autorise les injections COVID-19 pour les enfants les 14 et 15 juin, puis approuve le «Future Framework» le 28 juin, les injections qui seront administrées aux enfants à l'automne seront les injections reformulées qui ont sauté les essais cliniques.

Alors si j'ai bien compris, le but est d'en faire un vaccin comme la grippe. Les vaccins contre la grippe sont reformulés avec les nouvelles souches chaque année sans qu'il y ait besoin de passer par des essais cliniques long, vu que la seule chose qui change, ce sont les souches incluses.

Ici, ce serait pareil. La formulation resterait la même, mais les souches à partir desquels ce serait fabriqué varierait au gré des variants. Donc si ça ne choque pas pour la grippe, pourquoi ça choquerait pour le COVID ?

Figure-toi que j’avais compris. Je t’invite à lire mon poste précédent dans ce cas (et celui sur le vaccin expérimental d'ARNm Pfizer d'autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) au lieu du Comirnaty approuvé par la FDA - page précédente).

Par exemple que :

-la toxicité du principe actif ARNm du vaccin n'a jamais été étudiée (étude de biodistribution en administrant "un ARNmod codant pour la luciférase" au lieu de la protéine de pointe)

- que plusieurs composants du produit final approuvé n’ont pas été étudiés, par dérogation arbitraire de la FDA

- etc (voir article de Sasha Latypova).

Et là on va jouer aux apprentis sorciers avec de nouveaux ARNm codant la protéine spike (qui seule provoque l’inflammation)? Alors que l’on reconnaît les problèmes cardiovasculaires et le déclin de l'immunité avec le temps !

Une boite de Pandore a été ouverte et il ne sera plus possible de la refermer.

Message édité le 12 juin 2022 à 01:09:46 par Spartacus_re
RealZakarik
RealZakarik
MP
12 juin 2022 à 01:21:35

Le 12 juin 2022 à 01:06:35 :

Le 11 juin 2022 à 23:57:58 :

Le 11 juin 2022 à 22:53:45 :
Non mais c’est sérieux?

Le comité consultatif sur les vaccins de la Food and Drug Administration des États-Unis votera le 28 juin sur quelque chose appelé «Future Framework», un programme qui permettrait à Pfizer et Moderna de «reformuler» les vaccins à ARNm COVID-19 à perpétuité, sans mener d'essais cliniques sur les nouveaux vaccins.
https://childrenshealthdefense.org/defender/fda-pfizer-moderna-skip-trials-covid-vaccines/

Si ce «Future Framework» est approuvé, tous les futurs vaccins COVID-19, quelle que soit la formulation, seront automatiquement considérés comme «sûrs et efficaces» sans essais cliniques supplémentaires, car ils sont considérés comme «biologiquement similaires» aux vaccins existants.

Le «comité consultatif d'experts» de la FDA (VRBPAC) s'est réuni le 6 avril pour discuter du «Future Framework» pour la première fois. Tous les membres du comité ont convenu que les injections de COVID-19 ne fonctionnent pas, qu'il n'est pas possible de les booster plusieurs fois par an et que les injections doivent être reformulées. Ils ont également convenu à l'unanimité qu'il n'y a pas de « corrélats de protection » que l'on puisse utiliser pour prédire quels niveaux d'anticorps seraient suffisants pour prévenir l'infection par le SRAS-CoV-2.

Le 28 juin, le VRBPAC se réunira à nouveau pour discuter du «Future Framework» et il sera présenté comme un accord conclu car les fabricants veulent une décision sur la sélection des souches vaccinales d'ici juin pour livrer des injections pour les rendez-vous de vaccination d'automne.

Donc, si la FDA autorise les injections COVID-19 pour les enfants les 14 et 15 juin, puis approuve le «Future Framework» le 28 juin, les injections qui seront administrées aux enfants à l'automne seront les injections reformulées qui ont sauté les essais cliniques.

Alors si j'ai bien compris, le but est d'en faire un vaccin comme la grippe. Les vaccins contre la grippe sont reformulés avec les nouvelles souches chaque année sans qu'il y ait besoin de passer par des essais cliniques long, vu que la seule chose qui change, ce sont les souches incluses.

Ici, ce serait pareil. La formulation resterait la même, mais les souches à partir desquels ce serait fabriqué varierait au gré des variants. Donc si ça ne choque pas pour la grippe, pourquoi ça choquerait pour le COVID ?

Figure-toi que j’avais compris. Je t’invite à lire mon poste précédent dans ce cas (et celui sur le vaccin expérimental d'ARNm Pfizer d'autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) au lieu du Comirnaty approuvé par la FDA - page précédente).

En fait, je vois pas le problème. Ils ont des autorisations (que ce soit d'urgence ou non) pour plusieurs formulations du vaccins. Ils sont libre de produire celui qu'ils veulent en pratique, tant que les autorisations sont toujours valable. Ce qui est à priori le cas ici.

Par exemple que :

-la toxicité du principe actif ARNm du vaccin n'a jamais été étudiée (étude de biodistribution en administrant "un ARNmod codant pour la luciférase" au lieu de la protéine de pointe)

Le principe actif ARNm est de... l'ARNm... Donc par définition, l'ARNm n'est pas toxique.
Et je ne vois pas ce que la Luciférase viens faire la-dedans, vu qu'il n'y en a pas à priori, pas plus que d'ARN codant pour elle.

- que plusieurs composants du produit final approuvé n’ont pas été étudiés, par dérogation arbitraire de la FDA

Les composants sont assez simple et, hormis l'ARN, il y a surtout des lipides. Donc littéralement du gras, qui sert a encapsuler l'ARN. Il y a aussi 2 - 3 autres ingrédients, mais rien d'horrible.

- etc (voir article de Sasha Latypova).

Et là on va jouer aux apprentis sorciers avec de nouveaux ARNm codant la protéine spike (qui seule provoque l’inflammation)? Alors que l’on reconnaît les problèmes cardiovasculaires et le déclin de l'immunité avec le temps !

Une boite de Pandore a été ouverte et il ne sera plus possible de la refermer.

Pour le reste, je reste sur :
On le fait avec le vaccin contre la grippe, il est adapté aux souches qui circule chaque année.
Pourquoi le vaccin contre le COVID ça pose problème ?

Message édité le 12 juin 2022 à 01:22:06 par RealZakarik
Infovrai
Infovrai
MP
12 juin 2022 à 01:34:02

C'est vraiment à se demander si Zakarik reçoit une alarme sur son pc dès qu'un post est posté :malade:

Pour le reste, je reste sur :
On le fait avec le vaccin contre la grippe, il est adapté aux souches qui circule chaque année.
Pourquoi le vaccin contre le COVID ça pose problème ?

Heu qu'on continue à découvrir en ce moment même les effets secondaires existant. Que y'a pas si longtemps de ça ( même pas 1 mois) que le sénat a fait une réunion pour des effets secondaires non reconnus comme les problèmes urinaires et troubles menstruels. Que en ce moment des familles se battent pour des problèmes grave où certains en sont même mort suite à la vaccination, elles se battent contre des géants intouchable afin de reconnaître les liens avec la vaccination...etc etc

Continue de défendre l'indéfendable et de comparer un vaccin de la grippe avec un vaccin covid qui n'ont absolument rien à voir du tout. Afin de tromper autrui et de leur faire croire que tout est normal.

Message édité le 12 juin 2022 à 01:36:32 par Infovrai
Spartacus_re
Spartacus_re
MP
12 juin 2022 à 01:45:14

Le 12 juin 2022 à 01:21:35 :

Le 12 juin 2022 à 01:06:35 :

Le 11 juin 2022 à 23:57:58 :

Le 11 juin 2022 à 22:53:45 :
Non mais c’est sérieux?

Le comité consultatif sur les vaccins de la Food and Drug Administration des États-Unis votera le 28 juin sur quelque chose appelé «Future Framework», un programme qui permettrait à Pfizer et Moderna de «reformuler» les vaccins à ARNm COVID-19 à perpétuité, sans mener d'essais cliniques sur les nouveaux vaccins.
https://childrenshealthdefense.org/defender/fda-pfizer-moderna-skip-trials-covid-vaccines/

Si ce «Future Framework» est approuvé, tous les futurs vaccins COVID-19, quelle que soit la formulation, seront automatiquement considérés comme «sûrs et efficaces» sans essais cliniques supplémentaires, car ils sont considérés comme «biologiquement similaires» aux vaccins existants.

Le «comité consultatif d'experts» de la FDA (VRBPAC) s'est réuni le 6 avril pour discuter du «Future Framework» pour la première fois. Tous les membres du comité ont convenu que les injections de COVID-19 ne fonctionnent pas, qu'il n'est pas possible de les booster plusieurs fois par an et que les injections doivent être reformulées. Ils ont également convenu à l'unanimité qu'il n'y a pas de « corrélats de protection » que l'on puisse utiliser pour prédire quels niveaux d'anticorps seraient suffisants pour prévenir l'infection par le SRAS-CoV-2.

Le 28 juin, le VRBPAC se réunira à nouveau pour discuter du «Future Framework» et il sera présenté comme un accord conclu car les fabricants veulent une décision sur la sélection des souches vaccinales d'ici juin pour livrer des injections pour les rendez-vous de vaccination d'automne.

Donc, si la FDA autorise les injections COVID-19 pour les enfants les 14 et 15 juin, puis approuve le «Future Framework» le 28 juin, les injections qui seront administrées aux enfants à l'automne seront les injections reformulées qui ont sauté les essais cliniques.

Alors si j'ai bien compris, le but est d'en faire un vaccin comme la grippe. Les vaccins contre la grippe sont reformulés avec les nouvelles souches chaque année sans qu'il y ait besoin de passer par des essais cliniques long, vu que la seule chose qui change, ce sont les souches incluses.

Ici, ce serait pareil. La formulation resterait la même, mais les souches à partir desquels ce serait fabriqué varierait au gré des variants. Donc si ça ne choque pas pour la grippe, pourquoi ça choquerait pour le COVID ?

Figure-toi que j’avais compris. Je t’invite à lire mon poste précédent dans ce cas (et celui sur le vaccin expérimental d'ARNm Pfizer d'autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) au lieu du Comirnaty approuvé par la FDA - page précédente).

En fait, je vois pas le problème. Ils ont des autorisations (que ce soit d'urgence ou non) pour plusieurs formulations du vaccins. Ils sont libre de produire celui qu'ils veulent en pratique, tant que les autorisations sont toujours valable. Ce qui est à priori le cas ici.

Par exemple que :

-la toxicité du principe actif ARNm du vaccin n'a jamais été étudiée (étude de biodistribution en administrant "un ARNmod codant pour la luciférase" au lieu de la protéine de pointe)

Le principe actif ARNm est de... l'ARNm... Donc par définition, l'ARNm n'est pas toxique.
Et je ne vois pas ce que la Luciférase viens faire la-dedans, vu qu'il n'y en a pas à priori, pas plus que d'ARN codant pour elle.

- que plusieurs composants du produit final approuvé n’ont pas été étudiés, par dérogation arbitraire de la FDA

Les composants sont assez simple et, hormis l'ARN, il y a surtout des lipides. Donc littéralement du gras, qui sert a encapsuler l'ARN. Il y a aussi 2 - 3 autres ingrédients, mais rien d'horrible.

- etc (voir article de Sasha Latypova).

Et là on va jouer aux apprentis sorciers avec de nouveaux ARNm codant la protéine spike (qui seule provoque l’inflammation)? Alors que l’on reconnaît les problèmes cardiovasculaires et le déclin de l'immunité avec le temps !

Une boite de Pandore a été ouverte et il ne sera plus possible de la refermer.

Pour le reste, je reste sur :
On le fait avec le vaccin contre la grippe, il est adapté aux souches qui circule chaque année.
Pourquoi le vaccin contre le COVID ça pose problème ?

Et sinon lire l’article ou simplement mon poste (non les deux mentionnés) pour comprendre de quoi je parle?

La toxicité du principe actif ARNm du vaccin n'a jamais été étudiée :

De plus, la formulation d'administration de LNP utilisée n'est pas la même, mais « suffisamment proche » du produit vaccinal final. Les affirmations non étayées par des données dans la non-étude de seulement la moitié de la formulation du produit sont d'une malhonnêteté scientifique à couper le souffle :

«La distribution au foie est probablement médiée par les LNP entrant dans la circulation sanguine. L'expression de la luciférase aux sites d'injection a chuté à des niveaux de fond après 9 jours. L'étude de toxicité à doses répétées chez le rat n'a montré aucun signe de lésion hépatique (section 2.4.4.3). La biodistribution de l'antigène codé par le composant ARN de BNT162b2 devrait dépendre de la distribution de la LNP et les résultats présentés devraient être représentatifs de la plate-forme d'ARN du vaccin, car le modARN codant pour la luciférase formulé par la LNP avait la même composition lipidique.

Réitérons : Pfizer a évalué un substitut de produit non apparenté et a affirmé que les résultats de toxicité et de sécurité sont représentatifs de son ingrédient actif ARNm codant pour la protéine de pointe ! Plus choquant encore, la FDA n'a pas trouvé cela répréhensible.

Le problème est justement cette foutue protéine Spike ; les multiples omissions d’études de sécurité standard, la malhonnêteté et les mensonges répétés (comme la non distribution depuis le muscle deltoïde) de la part des fabricants, de l’OMS et du CDC.

RealZakarik
RealZakarik
MP
12 juin 2022 à 01:46:46

Le 12 juin 2022 à 01:34:02 :
C'est vraiment à se demander si Zakarik reçoit une alarme sur son pc dès qu'un post est posté :malade:

Pour le reste, je reste sur :
On le fait avec le vaccin contre la grippe, il est adapté aux souches qui circule chaque année.
Pourquoi le vaccin contre le COVID ça pose problème ?

Heu qu'on continue à découvrir en ce moment même les effets secondaires existant. Que y'a pas si longtemps de ça ( même pas 1 mois) que le sénat a fait une réunion pour des effets secondaires non reconnus comme les problèmes urinaires et troubles menstruels. Que en ce moment des familles se battent pour des problèmes grave où certains en sont même mort suite à la vaccination, elles se battent contre des géants intouchable afin de reconnaître les liens avec la vaccination...etc etc

Des gens qui en meurent, ça reste à démontrer. De très rares effets secondaires, ça reste possible.

RealZakarik
RealZakarik
MP
12 juin 2022 à 01:48:30

Le 12 juin 2022 à 01:45:14 :

Le 12 juin 2022 à 01:21:35 :

Le 12 juin 2022 à 01:06:35 :

Le 11 juin 2022 à 23:57:58 :

Le 11 juin 2022 à 22:53:45 :
Non mais c’est sérieux?

Le comité consultatif sur les vaccins de la Food and Drug Administration des États-Unis votera le 28 juin sur quelque chose appelé «Future Framework», un programme qui permettrait à Pfizer et Moderna de «reformuler» les vaccins à ARNm COVID-19 à perpétuité, sans mener d'essais cliniques sur les nouveaux vaccins.
https://childrenshealthdefense.org/defender/fda-pfizer-moderna-skip-trials-covid-vaccines/

Si ce «Future Framework» est approuvé, tous les futurs vaccins COVID-19, quelle que soit la formulation, seront automatiquement considérés comme «sûrs et efficaces» sans essais cliniques supplémentaires, car ils sont considérés comme «biologiquement similaires» aux vaccins existants.

Le «comité consultatif d'experts» de la FDA (VRBPAC) s'est réuni le 6 avril pour discuter du «Future Framework» pour la première fois. Tous les membres du comité ont convenu que les injections de COVID-19 ne fonctionnent pas, qu'il n'est pas possible de les booster plusieurs fois par an et que les injections doivent être reformulées. Ils ont également convenu à l'unanimité qu'il n'y a pas de « corrélats de protection » que l'on puisse utiliser pour prédire quels niveaux d'anticorps seraient suffisants pour prévenir l'infection par le SRAS-CoV-2.

Le 28 juin, le VRBPAC se réunira à nouveau pour discuter du «Future Framework» et il sera présenté comme un accord conclu car les fabricants veulent une décision sur la sélection des souches vaccinales d'ici juin pour livrer des injections pour les rendez-vous de vaccination d'automne.

Donc, si la FDA autorise les injections COVID-19 pour les enfants les 14 et 15 juin, puis approuve le «Future Framework» le 28 juin, les injections qui seront administrées aux enfants à l'automne seront les injections reformulées qui ont sauté les essais cliniques.

Alors si j'ai bien compris, le but est d'en faire un vaccin comme la grippe. Les vaccins contre la grippe sont reformulés avec les nouvelles souches chaque année sans qu'il y ait besoin de passer par des essais cliniques long, vu que la seule chose qui change, ce sont les souches incluses.

Ici, ce serait pareil. La formulation resterait la même, mais les souches à partir desquels ce serait fabriqué varierait au gré des variants. Donc si ça ne choque pas pour la grippe, pourquoi ça choquerait pour le COVID ?

Figure-toi que j’avais compris. Je t’invite à lire mon poste précédent dans ce cas (et celui sur le vaccin expérimental d'ARNm Pfizer d'autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) au lieu du Comirnaty approuvé par la FDA - page précédente).

En fait, je vois pas le problème. Ils ont des autorisations (que ce soit d'urgence ou non) pour plusieurs formulations du vaccins. Ils sont libre de produire celui qu'ils veulent en pratique, tant que les autorisations sont toujours valable. Ce qui est à priori le cas ici.

Par exemple que :

-la toxicité du principe actif ARNm du vaccin n'a jamais été étudiée (étude de biodistribution en administrant "un ARNmod codant pour la luciférase" au lieu de la protéine de pointe)

Le principe actif ARNm est de... l'ARNm... Donc par définition, l'ARNm n'est pas toxique.
Et je ne vois pas ce que la Luciférase viens faire la-dedans, vu qu'il n'y en a pas à priori, pas plus que d'ARN codant pour elle.

- que plusieurs composants du produit final approuvé n’ont pas été étudiés, par dérogation arbitraire de la FDA

Les composants sont assez simple et, hormis l'ARN, il y a surtout des lipides. Donc littéralement du gras, qui sert a encapsuler l'ARN. Il y a aussi 2 - 3 autres ingrédients, mais rien d'horrible.

- etc (voir article de Sasha Latypova).

Et là on va jouer aux apprentis sorciers avec de nouveaux ARNm codant la protéine spike (qui seule provoque l’inflammation)? Alors que l’on reconnaît les problèmes cardiovasculaires et le déclin de l'immunité avec le temps !

Une boite de Pandore a été ouverte et il ne sera plus possible de la refermer.

Pour le reste, je reste sur :
On le fait avec le vaccin contre la grippe, il est adapté aux souches qui circule chaque année.
Pourquoi le vaccin contre le COVID ça pose problème ?

Et sinon lire l’article ou simplement mon poste (non les deux mentionnés) pour comprendre de quoi je parle?

La toxicité du principe actif ARNm du vaccin n'a jamais été étudiée :

De plus, la formulation d'administration de LNP utilisée n'est pas la même, mais « suffisamment proche » du produit vaccinal final. Les affirmations non étayées par des données dans la non-étude de seulement la moitié de la formulation du produit sont d'une malhonnêteté scientifique à couper le souffle :

«La distribution au foie est probablement médiée par les LNP entrant dans la circulation sanguine. L'expression de la luciférase aux sites d'injection a chuté à des niveaux de fond après 9 jours. L'étude de toxicité à doses répétées chez le rat n'a montré aucun signe de lésion hépatique (section 2.4.4.3). La biodistribution de l'antigène codé par le composant ARN de BNT162b2 devrait dépendre de la distribution de la LNP et les résultats présentés devraient être représentatifs de la plate-forme d'ARN du vaccin, car le modARN codant pour la luciférase formulé par la LNP avait la même composition lipidique.

Réitérons : Pfizer a évalué un substitut de produit non apparenté et a affirmé que les résultats de toxicité et de sécurité sont représentatifs de son ingrédient actif ARNm codant pour la protéine de pointe ! Plus choquant encore, la FDA n'a pas trouvé cela répréhensible.

Le problème est justement cette foutue protéine Spike ; les multiples omissions d’études de sécurité standard, la malhonnêteté et les mensonges répétés (comme la non distribution depuis le muscle deltoïde) de la part des fabricants, de l’OMS et du CDC.

Les études standards pour un vaccin ont été faites.

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
12 juin 2022 à 02:51:41

Article à lire en profondeur. C’est effroyable !

Covid 19 « état des lieux » : les mensonges dévoilés dans une revue scientifique : https://anthropo-logiques.org/covid-19-etat-des-lieux-les-mensonges-devoiles-dans-une-revue-scientifique/

RealZakarik
RealZakarik
MP
12 juin 2022 à 03:08:25

Le 12 juin 2022 à 02:51:41 :
Article à lire en profondeur. C’est effroyable !

Covid 19 « état des lieux » : les mensonges dévoilés dans une revue scientifique : https://anthropo-logiques.org/covid-19-etat-des-lieux-les-mensonges-devoiles-dans-une-revue-scientifique/

C'est un éditorial. L'avis d'une personne, avec bien la note comme quoi cet avis n'engage que l'auteur et pas la revue.

J'ajouterai que ladite personne est reconnu pour avoir des positions dans les médias qui vont a contre courant des données scientifiques.

Message édité le 12 juin 2022 à 03:12:08 par RealZakarik
Spartacus_re
Spartacus_re
MP
12 juin 2022 à 03:23:36

Le 12 juin 2022 à 03:08:25 :

Le 12 juin 2022 à 02:51:41 :
Article à lire en profondeur. C’est effroyable !

Covid 19 « état des lieux » : les mensonges dévoilés dans une revue scientifique : https://anthropo-logiques.org/covid-19-etat-des-lieux-les-mensonges-devoiles-dans-une-revue-scientifique/

C'est un éditorial. L'avis d'une personne, avec bien la note comme quoi cet avis n'engage que l'auteur et pas la revue.

J'ajouterai que ladite personne est reconnu pour avoir des positions dans les médias qui vont a contre courant des données scientifiques.

Ce qu’il dit est très intéressant et il y a les notes en bas de page au cas où.

Les médias subventionnés par les sociétés pharmaceutiques? Et de quelle science on parle au juste, de la Science ou de Big Pharma?

RealZakarik
RealZakarik
MP
12 juin 2022 à 03:39:39

Le 12 juin 2022 à 03:23:36 :

Le 12 juin 2022 à 03:08:25 :

Le 12 juin 2022 à 02:51:41 :
Article à lire en profondeur. C’est effroyable !

Covid 19 « état des lieux » : les mensonges dévoilés dans une revue scientifique : https://anthropo-logiques.org/covid-19-etat-des-lieux-les-mensonges-devoiles-dans-une-revue-scientifique/

C'est un éditorial. L'avis d'une personne, avec bien la note comme quoi cet avis n'engage que l'auteur et pas la revue.

J'ajouterai que ladite personne est reconnu pour avoir des positions dans les médias qui vont a contre courant des données scientifiques.

Ce qu’il dit est très intéressant et il y a les notes en bas de page au cas où.

Les médias subventionnés par les sociétés pharmaceutiques? Et de quelle science on parle au juste, de la Science ou de Big Pharma?

Pourquoi tu ne fais pas des recherches ? Ça devrait être la base pourtant.

Je te laisse lire ça.
https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/blaylock.html

Spartacus_re
Spartacus_re
MP
12 juin 2022 à 04:34:21

Le 12 juin 2022 à 03:39:39 :

Le 12 juin 2022 à 03:23:36 :

Le 12 juin 2022 à 03:08:25 :

Le 12 juin 2022 à 02:51:41 :
Article à lire en profondeur. C’est effroyable !

Covid 19 « état des lieux » : les mensonges dévoilés dans une revue scientifique : https://anthropo-logiques.org/covid-19-etat-des-lieux-les-mensonges-devoiles-dans-une-revue-scientifique/

C'est un éditorial. L'avis d'une personne, avec bien la note comme quoi cet avis n'engage que l'auteur et pas la revue.

J'ajouterai que ladite personne est reconnu pour avoir des positions dans les médias qui vont a contre courant des données scientifiques.

Ce qu’il dit est très intéressant et il y a les notes en bas de page au cas où.

Les médias subventionnés par les sociétés pharmaceutiques? Et de quelle science on parle au juste, de la Science ou de Big Pharma?

Pourquoi tu ne fais pas des recherches ? Ça devrait être la base pourtant.

Je te laisse lire ça.
https://www.sceptiques.qc.ca/dictionnaire/blaylock.html

J’ai survolé (un peu fatigué là tout de suite) mais y a des points assez critiquables comme l'eau fluorė par exemple qui a bien été utilisé dans les camps de concentration pour rendre les prisonniers dociles.

Il y a de la partisanerie comme la petite pique sur son orientation politique - en quoi ça concerne le sujet? Après je critique pas à priori tout ce qui est dit d’autant que ne connaissait pas cet individu avant - mais tout ce qui est dit dans l’article que j’ai posté n’est pas nécessairement faux et comme préciser il y a les notes de bas de page (personnellement la quasi totalité des informations m’étaient connues).

Message édité le 12 juin 2022 à 04:36:10 par Spartacus_re
DébutPage précedente
Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
La vidéo du moment