CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Cyber Monday
    • JV Fan Contest
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Cyber Monday
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Etoile Abonnement RSS

Sujet : [TOPIC UNIQUE] Suivi du coronavirus

DébutPage précedente
Page suivanteFin
Jejeninjaki1 Jejeninjaki1
MP
17 mai 2022 à 18:58:18

Purée je retourne sur ce topic après plusieurs semaines, je lis encore ça:

"L’HCQ a montré son efficacité contre le SARS. Covid-19 = SARS-CoV-2."

Le topic n'a pas changé :hap:

RealZakarik RealZakarik
MP
17 mai 2022 à 19:58:48

Le 17 mai 2022 à 18:50:50 :
Il y a quoi que tu comprends pas dans "signal d’alarme"? Tout ces faits sont remontés depuis le début de la vaccination.

Cela peut expliquer un certain nombre de cas. Certainement pas tout les cas. Et par la réciproque, je pourrai te dire que cette augmentation de problèmes cardiaques ne pourrai pas être la seule cause des confinements ; qu’il y a des biais (comme un certain vaccin qui provoque des troubles cardiaques). C’est un peu lâche. J’ai parlé de signaux d’alarme.

Signaux d'alarmes != preuve, et pour le moment, il y a eu quelques signaux d'alarmes qui se sont avérés vrais (Astrazeneca, Janssen et leurs problèmes, Pfizer et Moderna pour les péricardites et myocardites), ce qui démontre tout de même que la pharmacovigilance fait son job, et beaucoup qui se sont avérés faux.

"La parole d'expert, c'est le plus bas niveau de preuve. Et on a vu de nombreux experts dire tout et n'importe quoi" c’est de toi ! Donc un chercheur reconnu dans un domaine c’est de la merde mais n’importe quel scientifique interrogé par un no name employé par un GAFAM ou Reuters c’est fiable et doit être pris en compte.

Je vais poser une question à laquelle personne n'a jamais (il me semble) donné de réponse :
Comment sais-tu qu'un chercheur est reconnu dans son domaine ?
Je vois tellement souvent "Cet expert mondialement reconnu" => Mais comment tu juges qu'un expert est mondialement reconnu ?

Pour le reste, c'est parole d'expert contre parole d'expert. En quoi ton expert est meilleur que celui interrogé par libé ? En quoi machin est meilleur que truc ? Pourquoi je croirais machin plutôt que bidule ?

Le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des coronavirus, le SARS-CoV-1 (souce Institut Pasteur).

C’est bien de faire semblant de pas comprendre.

L’HCQ est un médicament sûr. Je te laisse mijoter pour comprendre le pourquoi du comment. J’ai déjà parlé de l’historique pré-pandémique. L’HCQ a montré son efficacité contre le SARS. Covid-19 = SARS-CoV-2.

Effets secondaires du plaquenil :
Très fréquents (plus de 10 % des cas) : douleur abdominale, nausées.

Fréquents (1 à 10 % des cas) : diarrhée, vomissements, perte d'appétit, maux de tête, démangeaisons, éruption cutanée, troubles de l'accommodation (vision floue).

Peu fréquents (moins de 1 % des cas) : coloration ardoisée, en particulier des ongles et des muqueuses, décoloration ou chute des cheveux, nervosité, vertiges, bourdonnement d'oreilles, dépôt du médicament dans la cornée pouvant se traduire par des halos ou une intolérance à la lumière, maladie de la rétine régressant à l'arrêt du traitement, augmentation des transaminases.

Fréquence indéterminée : éruption bulleuse potentiellement grave, faiblesse musculaire, troubles du rythme cardiaque, insuffisance cardiaque, mouvements anormaux, tremblements, convulsions, hypokaliémie, crise de porphyrie, anomalie de la numération formule sanguine, réaction allergique (urticaire, bronchospasme, œdème de Quincke).

---
Ca ne veut pas dire qu'il n'est pas sûr, mais si tu prends un médicament qui peut causer des problèmes cardiaques lorsque tu as une maladie qui peut toucher le coeur (oui, le COVID touche le coeur, entre autre), c'est pas une bonne chose. Ca peut se faire si le médicament a une utilité... S'il en a aucune, ça peut juste te tuer pour rien. Voilà.

C’est quoi ce torchon de Libération c’est sensé être pertinent? Je suis pas complètement idiot.

Pourquoi ton article est meilleur que le miens ?
Parce que bouh libé c'est pas bien pis c'est tout ?

Message édité le 17 mai 2022 à 19:59:38 par RealZakarik
Spartacus_re Spartacus_re
MP
17 mai 2022 à 21:08:34

Le 17 mai 2022 à 19:58:48 :

Le 17 mai 2022 à 18:50:50 :
Il y a quoi que tu comprends pas dans "signal d’alarme"? Tout ces faits sont remontés depuis le début de la vaccination.

Cela peut expliquer un certain nombre de cas. Certainement pas tout les cas. Et par la réciproque, je pourrai te dire que cette augmentation de problèmes cardiaques ne pourrai pas être la seule cause des confinements ; qu’il y a des biais (comme un certain vaccin qui provoque des troubles cardiaques). C’est un peu lâche. J’ai parlé de signaux d’alarme.

Signaux d'alarmes != preuve, et pour le moment, il y a eu quelques signaux d'alarmes qui se sont avérés vrais (Astrazeneca, Janssen et leurs problèmes, Pfizer et Moderna pour les péricardites et myocardites), ce qui démontre tout de même que la pharmacovigilance fait son job, et beaucoup qui se sont avérés faux.

"La parole d'expert, c'est le plus bas niveau de preuve. Et on a vu de nombreux experts dire tout et n'importe quoi" c’est de toi ! Donc un chercheur reconnu dans un domaine c’est de la merde mais n’importe quel scientifique interrogé par un no name employé par un GAFAM ou Reuters c’est fiable et doit être pris en compte.

Je vais poser une question à laquelle personne n'a jamais (il me semble) donné de réponse :
Comment sais-tu qu'un chercheur est reconnu dans son domaine ?
Je vois tellement souvent "Cet expert mondialement reconnu" => Mais comment tu juges qu'un expert est mondialement reconnu ?

Pour le reste, c'est parole d'expert contre parole d'expert. En quoi ton expert est meilleur que celui interrogé par libé ? En quoi machin est meilleur que truc ? Pourquoi je croirais machin plutôt que bidule ?

Le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des coronavirus, le SARS-CoV-1 (souce Institut Pasteur).

C’est bien de faire semblant de pas comprendre.

L’HCQ est un médicament sûr. Je te laisse mijoter pour comprendre le pourquoi du comment. J’ai déjà parlé de l’historique pré-pandémique. L’HCQ a montré son efficacité contre le SARS. Covid-19 = SARS-CoV-2.

Effets secondaires du plaquenil :
Très fréquents (plus de 10 % des cas) : douleur abdominale, nausées.

Fréquents (1 à 10 % des cas) : diarrhée, vomissements, perte d'appétit, maux de tête, démangeaisons, éruption cutanée, troubles de l'accommodation (vision floue).

Peu fréquents (moins de 1 % des cas) : coloration ardoisée, en particulier des ongles et des muqueuses, décoloration ou chute des cheveux, nervosité, vertiges, bourdonnement d'oreilles, dépôt du médicament dans la cornée pouvant se traduire par des halos ou une intolérance à la lumière, maladie de la rétine régressant à l'arrêt du traitement, augmentation des transaminases.

Fréquence indéterminée : éruption bulleuse potentiellement grave, faiblesse musculaire, troubles du rythme cardiaque, insuffisance cardiaque, mouvements anormaux, tremblements, convulsions, hypokaliémie, crise de porphyrie, anomalie de la numération formule sanguine, réaction allergique (urticaire, bronchospasme, œdème de Quincke).

---
Ca ne veut pas dire qu'il n'est pas sûr, mais si tu prends un médicament qui peut causer des problèmes cardiaques lorsque tu as une maladie qui peut toucher le coeur (oui, le COVID touche le coeur, entre autre), c'est pas une bonne chose. Ca peut se faire si le médicament a une utilité... S'il en a aucune, ça peut juste te tuer pour rien. Voilà.

C’est quoi ce torchon de Libération c’est sensé être pertinent? Je suis pas complètement idiot.

Pourquoi ton article est meilleur que le miens ?
Parce que bouh libé c'est pas bien pis c'est tout ?

Il ne s’agit pas ici d’études scientifiques, à l’exception de l’étude israélienne. Tu ignores sciemment le problème. Les troubles cardiaques et les AVC sont en augmentation.

Alors déjà ne mélange pas tout. Il s’agit d’un pathologiste qui a effectué lui-même les autopsies. Un fact checker peut interrogé n’importe quel scientifique travaillant dans le milieu hospitalier pour donner son avis d’"expert". Qui a effectué les autopsies? La personne interrogé sera-elle seulement un pathologiste... pourquoi les scientifiques doivent déclarer tout conflit d’intérêt dans une étude ; qui nous dit que ces scientifiques sont honnêtes ou que leurs avis sont pertinents? C’est comme demander l’avis d’un chimiste pour dénigrer un expert en physique nucléaire si son avis dérange !

L’HCQ est en vente libre depuis des décennies. Il a déjà montré son efficacité contre la précédente épidémie de SRAS. Plusieurs études montrent son efficacité contre le Covid. La plupart des médicaments ont des effets secondaires minoritaires, même le doliprane.
Doliprane effets secondaires :
Rarement : difficulté à respirer (œdème de Quincke), malaise brutale avec baisse importante de la pression artérielle etc.
Exceptionnellement : diminution de certaines cellules du sang et plaquettes.
Autres possibles : trouble du foie, diminution des globules blancs, destruction des globules rouges, douleur localisée dans la poitrine, difficulté à respirer (bronchospasme) etc.

L’article de Libération ne nie pas l’augmentation des doses par rapport à la prescription thérapeutique, mais "autorisées dans un contexte de recherche".
Dans l’article :
L’agence MHRA précise qu'elle n'a pas fixé de recommandations sur les dosages maximums mobilisés dans un cadre de recherche. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) rappelle que, pour les pathologies associées à l'AMM, la posologie maximale «est de 600 mg par jour pour un adulte». Plus loin : ce seuil ne s'applique toutefois pas non plus aux essais cliniques et, dès lors que les comités d'éthiques valident les protocoles, d'autres posologies peuvent être utilisées.
La «dose de charge» de 2 400 mg de sulfate d'hydroxychloroquine utilisée dans Recovery, sensiblement plus élevée que dans les recherches précédentes, est-elle dangereuse ? Dans un document présentant le protocole de l'étude Recovery, ses responsables expliquent recourir sciemment à une «dose de charge» élevée afin «d'atteindre dès que possible des concentrations plasmatiques inhibitrices du virus». Cette idée selon laquelle des concentrations plasmatiques élevées d'HCQ sont un prérequis à tout effet sur ce coronavirus a déjà été défendue par d'autres pharmacologues, et n'avait pas été évaluée jusqu'à présent.

Cet article cite les propos du co-auteur de l’étude et celle d’un chef de service pour dire que tout va bien. Visiblement non dans les faits. D’autres études ont montrés des résultats positifs, même contre le précédent SRAS dont la mortalité était supérieure au Covid. Cet article ne confronte aucunement la posologie utilisée dans chacune des études ni même celle utilisée au IHU Méditerranée Infection.

Message édité le 17 mai 2022 à 21:11:52 par Spartacus_re
RealZakarik RealZakarik
MP
17 mai 2022 à 21:27:43

Le 17 mai 2022 à 21:08:34 :

Le 17 mai 2022 à 19:58:48 :

Le 17 mai 2022 à 18:50:50 :
Il y a quoi que tu comprends pas dans "signal d’alarme"? Tout ces faits sont remontés depuis le début de la vaccination.

Cela peut expliquer un certain nombre de cas. Certainement pas tout les cas. Et par la réciproque, je pourrai te dire que cette augmentation de problèmes cardiaques ne pourrai pas être la seule cause des confinements ; qu’il y a des biais (comme un certain vaccin qui provoque des troubles cardiaques). C’est un peu lâche. J’ai parlé de signaux d’alarme.

Signaux d'alarmes != preuve, et pour le moment, il y a eu quelques signaux d'alarmes qui se sont avérés vrais (Astrazeneca, Janssen et leurs problèmes, Pfizer et Moderna pour les péricardites et myocardites), ce qui démontre tout de même que la pharmacovigilance fait son job, et beaucoup qui se sont avérés faux.

"La parole d'expert, c'est le plus bas niveau de preuve. Et on a vu de nombreux experts dire tout et n'importe quoi" c’est de toi ! Donc un chercheur reconnu dans un domaine c’est de la merde mais n’importe quel scientifique interrogé par un no name employé par un GAFAM ou Reuters c’est fiable et doit être pris en compte.

Je vais poser une question à laquelle personne n'a jamais (il me semble) donné de réponse :
Comment sais-tu qu'un chercheur est reconnu dans son domaine ?
Je vois tellement souvent "Cet expert mondialement reconnu" => Mais comment tu juges qu'un expert est mondialement reconnu ?

Pour le reste, c'est parole d'expert contre parole d'expert. En quoi ton expert est meilleur que celui interrogé par libé ? En quoi machin est meilleur que truc ? Pourquoi je croirais machin plutôt que bidule ?

Le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des coronavirus, le SARS-CoV-1 (souce Institut Pasteur).

C’est bien de faire semblant de pas comprendre.

L’HCQ est un médicament sûr. Je te laisse mijoter pour comprendre le pourquoi du comment. J’ai déjà parlé de l’historique pré-pandémique. L’HCQ a montré son efficacité contre le SARS. Covid-19 = SARS-CoV-2.

Effets secondaires du plaquenil :
Très fréquents (plus de 10 % des cas) : douleur abdominale, nausées.

Fréquents (1 à 10 % des cas) : diarrhée, vomissements, perte d'appétit, maux de tête, démangeaisons, éruption cutanée, troubles de l'accommodation (vision floue).

Peu fréquents (moins de 1 % des cas) : coloration ardoisée, en particulier des ongles et des muqueuses, décoloration ou chute des cheveux, nervosité, vertiges, bourdonnement d'oreilles, dépôt du médicament dans la cornée pouvant se traduire par des halos ou une intolérance à la lumière, maladie de la rétine régressant à l'arrêt du traitement, augmentation des transaminases.

Fréquence indéterminée : éruption bulleuse potentiellement grave, faiblesse musculaire, troubles du rythme cardiaque, insuffisance cardiaque, mouvements anormaux, tremblements, convulsions, hypokaliémie, crise de porphyrie, anomalie de la numération formule sanguine, réaction allergique (urticaire, bronchospasme, œdème de Quincke).

---
Ca ne veut pas dire qu'il n'est pas sûr, mais si tu prends un médicament qui peut causer des problèmes cardiaques lorsque tu as une maladie qui peut toucher le coeur (oui, le COVID touche le coeur, entre autre), c'est pas une bonne chose. Ca peut se faire si le médicament a une utilité... S'il en a aucune, ça peut juste te tuer pour rien. Voilà.

C’est quoi ce torchon de Libération c’est sensé être pertinent? Je suis pas complètement idiot.

Pourquoi ton article est meilleur que le miens ?
Parce que bouh libé c'est pas bien pis c'est tout ?

Il ne s’agit pas ici d’études scientifiques, à l’exception de l’étude israélienne. Tu ignores sciemment le problème. Les troubles cardiaques et les AVC sont en augmentation.

Alors déjà ne mélange pas tout. Il s’agit d’un pathologiste qui a effectué lui-même les autopsies. Un fact checker peut interrogé n’importe quel scientifique travaillant dans le milieu hospitalier pour donner son avis d’"expert". Qui a effectué les autopsies? La personne interrogé sera-elle seulement un pathologiste... pourquoi les scientifiques doivent déclarer tout conflit d’intérêt dans une étude ; qui nous dit que ces scientifiques sont honnêtes ou que leurs avis sont pertinents? C’est comme demander l’avis d’un chimiste pour dénigrer un expert en physique nucléaire si son avis dérange !

Qui nous dit que ce pathologiste a effectivement effectué ces autopsies ?

L’HCQ est en vente libre depuis des décennies. Il a déjà montré son efficacité contre la précédente épidémie de SRAS. Plusieurs études montrent son efficacité contre le Covid. La plupart des médicaments ont des effets secondaires minoritaires, même le doliprane.

Non, aucune étude crédible ne montre d'efficacité contre le COVID.

Doliprane effets secondaires :
Rarement : difficulté à respirer (œdème de Quincke), malaise brutale avec baisse importante de la pression artérielle etc.
Exceptionnellement : diminution de certaines cellules du sang et plaquettes.
Autres possibles : trouble du foie, diminution des globules blancs, destruction des globules rouges, douleur localisée dans la poitrine, difficulté à respirer (bronchospasme) etc.

Et ?

L’article de Libération ne nie pas l’augmentation des doses par rapport à la prescription thérapeutique, mais "autorisées dans un contexte de recherche".
Dans l’article :
L’agence MHRA précise qu'elle n'a pas fixé de recommandations sur les dosages maximums mobilisés dans un cadre de recherche. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) rappelle que, pour les pathologies associées à l'AMM, la posologie maximale «est de 600 mg par jour pour un adulte». Plus loin : ce seuil ne s'applique toutefois pas non plus aux essais cliniques et, dès lors que les comités d'éthiques valident les protocoles, d'autres posologies peuvent être utilisées.
La «dose de charge» de 2 400 mg de sulfate d'hydroxychloroquine utilisée dans Recovery, sensiblement plus élevée que dans les recherches précédentes, est-elle dangereuse ? Dans un document présentant le protocole de l'étude Recovery, ses responsables expliquent recourir sciemment à une «dose de charge» élevée afin «d'atteindre dès que possible des concentrations plasmatiques inhibitrices du virus». Cette idée selon laquelle des concentrations plasmatiques élevées d'HCQ sont un prérequis à tout effet sur ce coronavirus a déjà été défendue par d'autres pharmacologues, et n'avait pas été évaluée jusqu'à présent.

Cet article cite les propos du co-auteur de l’étude et celle d’un chef de service pour dire que tout va bien. Visiblement non dans les faits. D’autres études ont montrés des résultats positifs, même contre le précédent SRAS dont la mortalité était supérieure au Covid. Cet article ne confronte aucunement la posologie utilisée dans chacune des études ni même celle utilisée au IHU Méditerranée Infection.

Pourquoi "Visiblement non dans les faits" ?
Encore une fois, non, il n'y a pas eu de résultats positifs contre le COVID.
Vu que tu parles de l'IHU, que penses-tu du fait que Raoult ai publié dans une revue où le rédacteur en chef était... son subordonné ? En un temps records par rapport à n'importe quel étude. Temps qui permet de démontrer qu'il n'y a pas eu de relecture par les paires.

Conflit d'intérêts, vous dites ?

Spartacus_re Spartacus_re
MP
17 mai 2022 à 22:18:59

Le 17 mai 2022 à 21:27:43 :

Le 17 mai 2022 à 21:08:34 :

Le 17 mai 2022 à 19:58:48 :

Le 17 mai 2022 à 18:50:50 :
Il y a quoi que tu comprends pas dans "signal d’alarme"? Tout ces faits sont remontés depuis le début de la vaccination.

Cela peut expliquer un certain nombre de cas. Certainement pas tout les cas. Et par la réciproque, je pourrai te dire que cette augmentation de problèmes cardiaques ne pourrai pas être la seule cause des confinements ; qu’il y a des biais (comme un certain vaccin qui provoque des troubles cardiaques). C’est un peu lâche. J’ai parlé de signaux d’alarme.

Signaux d'alarmes != preuve, et pour le moment, il y a eu quelques signaux d'alarmes qui se sont avérés vrais (Astrazeneca, Janssen et leurs problèmes, Pfizer et Moderna pour les péricardites et myocardites), ce qui démontre tout de même que la pharmacovigilance fait son job, et beaucoup qui se sont avérés faux.

"La parole d'expert, c'est le plus bas niveau de preuve. Et on a vu de nombreux experts dire tout et n'importe quoi" c’est de toi ! Donc un chercheur reconnu dans un domaine c’est de la merde mais n’importe quel scientifique interrogé par un no name employé par un GAFAM ou Reuters c’est fiable et doit être pris en compte.

Je vais poser une question à laquelle personne n'a jamais (il me semble) donné de réponse :
Comment sais-tu qu'un chercheur est reconnu dans son domaine ?
Je vois tellement souvent "Cet expert mondialement reconnu" => Mais comment tu juges qu'un expert est mondialement reconnu ?

Pour le reste, c'est parole d'expert contre parole d'expert. En quoi ton expert est meilleur que celui interrogé par libé ? En quoi machin est meilleur que truc ? Pourquoi je croirais machin plutôt que bidule ?

Le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des coronavirus, le SARS-CoV-1 (souce Institut Pasteur).

C’est bien de faire semblant de pas comprendre.

L’HCQ est un médicament sûr. Je te laisse mijoter pour comprendre le pourquoi du comment. J’ai déjà parlé de l’historique pré-pandémique. L’HCQ a montré son efficacité contre le SARS. Covid-19 = SARS-CoV-2.

Effets secondaires du plaquenil :
Très fréquents (plus de 10 % des cas) : douleur abdominale, nausées.

Fréquents (1 à 10 % des cas) : diarrhée, vomissements, perte d'appétit, maux de tête, démangeaisons, éruption cutanée, troubles de l'accommodation (vision floue).

Peu fréquents (moins de 1 % des cas) : coloration ardoisée, en particulier des ongles et des muqueuses, décoloration ou chute des cheveux, nervosité, vertiges, bourdonnement d'oreilles, dépôt du médicament dans la cornée pouvant se traduire par des halos ou une intolérance à la lumière, maladie de la rétine régressant à l'arrêt du traitement, augmentation des transaminases.

Fréquence indéterminée : éruption bulleuse potentiellement grave, faiblesse musculaire, troubles du rythme cardiaque, insuffisance cardiaque, mouvements anormaux, tremblements, convulsions, hypokaliémie, crise de porphyrie, anomalie de la numération formule sanguine, réaction allergique (urticaire, bronchospasme, œdème de Quincke).

---
Ca ne veut pas dire qu'il n'est pas sûr, mais si tu prends un médicament qui peut causer des problèmes cardiaques lorsque tu as une maladie qui peut toucher le coeur (oui, le COVID touche le coeur, entre autre), c'est pas une bonne chose. Ca peut se faire si le médicament a une utilité... S'il en a aucune, ça peut juste te tuer pour rien. Voilà.

C’est quoi ce torchon de Libération c’est sensé être pertinent? Je suis pas complètement idiot.

Pourquoi ton article est meilleur que le miens ?
Parce que bouh libé c'est pas bien pis c'est tout ?

Il ne s’agit pas ici d’études scientifiques, à l’exception de l’étude israélienne. Tu ignores sciemment le problème. Les troubles cardiaques et les AVC sont en augmentation.

Alors déjà ne mélange pas tout. Il s’agit d’un pathologiste qui a effectué lui-même les autopsies. Un fact checker peut interrogé n’importe quel scientifique travaillant dans le milieu hospitalier pour donner son avis d’"expert". Qui a effectué les autopsies? La personne interrogé sera-elle seulement un pathologiste... pourquoi les scientifiques doivent déclarer tout conflit d’intérêt dans une étude ; qui nous dit que ces scientifiques sont honnêtes ou que leurs avis sont pertinents? C’est comme demander l’avis d’un chimiste pour dénigrer un expert en physique nucléaire si son avis dérange !

Qui nous dit que ce pathologiste a effectivement effectué ces autopsies ?

L’HCQ est en vente libre depuis des décennies. Il a déjà montré son efficacité contre la précédente épidémie de SRAS. Plusieurs études montrent son efficacité contre le Covid. La plupart des médicaments ont des effets secondaires minoritaires, même le doliprane.

Non, aucune étude crédible ne montre d'efficacité contre le COVID.

Doliprane effets secondaires :
Rarement : difficulté à respirer (œdème de Quincke), malaise brutale avec baisse importante de la pression artérielle etc.
Exceptionnellement : diminution de certaines cellules du sang et plaquettes.
Autres possibles : trouble du foie, diminution des globules blancs, destruction des globules rouges, douleur localisée dans la poitrine, difficulté à respirer (bronchospasme) etc.

Et ?

L’article de Libération ne nie pas l’augmentation des doses par rapport à la prescription thérapeutique, mais "autorisées dans un contexte de recherche".
Dans l’article :
L’agence MHRA précise qu'elle n'a pas fixé de recommandations sur les dosages maximums mobilisés dans un cadre de recherche. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) rappelle que, pour les pathologies associées à l'AMM, la posologie maximale «est de 600 mg par jour pour un adulte». Plus loin : ce seuil ne s'applique toutefois pas non plus aux essais cliniques et, dès lors que les comités d'éthiques valident les protocoles, d'autres posologies peuvent être utilisées.
La «dose de charge» de 2 400 mg de sulfate d'hydroxychloroquine utilisée dans Recovery, sensiblement plus élevée que dans les recherches précédentes, est-elle dangereuse ? Dans un document présentant le protocole de l'étude Recovery, ses responsables expliquent recourir sciemment à une «dose de charge» élevée afin «d'atteindre dès que possible des concentrations plasmatiques inhibitrices du virus». Cette idée selon laquelle des concentrations plasmatiques élevées d'HCQ sont un prérequis à tout effet sur ce coronavirus a déjà été défendue par d'autres pharmacologues, et n'avait pas été évaluée jusqu'à présent.

Cet article cite les propos du co-auteur de l’étude et celle d’un chef de service pour dire que tout va bien. Visiblement non dans les faits. D’autres études ont montrés des résultats positifs, même contre le précédent SRAS dont la mortalité était supérieure au Covid. Cet article ne confronte aucunement la posologie utilisée dans chacune des études ni même celle utilisée au IHU Méditerranée Infection.

Pourquoi "Visiblement non dans les faits" ?
Encore une fois, non, il n'y a pas eu de résultats positifs contre le COVID.
Vu que tu parles de l'IHU, que penses-tu du fait que Raoult ai publié dans une revue où le rédacteur en chef était... son subordonné ? En un temps records par rapport à n'importe quel étude. Temps qui permet de démontrer qu'il n'y a pas eu de relecture par les paires.

Conflit d'intérêts, vous dites ?

Il ne s’agit pas de déclarations de la part d’un alarmiste. Les résultats sont dans les rapports d’autopsie. En plus ce n’est même pas un antivaccin.

Je te retourne la question sur les effets secondaires du plaquenil.

J’ai lu l’article de Libération visiblement tu n’as pas lu l'article que j’ai posté. Une version plus fournie de l'article : https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/06/who-trial-using-potentially-fatal.html

Dans l'article :
l'Association américaine des centres antipoison a déclaré le 25 mars : "Ces médicaments ont une fenêtre thérapeutique étroite, ce qui signifie que l'ingestion accidentelle de quantités dépassant la dose recommandée peut être extrêmement dangereuse avec une toxicité comprenant le coma, des convulsions, des troubles du rythme cardiaque, de faibles niveaux de potassium, un arrêt cardiaque et la mort.

Pour résumé :
- Solidarity » est un essai clinique international auprès de 3500 patients Covid-19 dans 400 hôpitaux de 35 pays, lancé par l’Organisation mondiale de la santé et ses partenaires dans le but de trouver un traitement efficace de la COVID-19. L’essai a été suspendu le 25 mai à la suite du rapport frauduleux de Surgisphere dans The Lancet qui faisait état de taux de mortalité 35% plus élevés chez les patients recevant de l’hydroxychloroquine. Mais lorsque The Lancet a retiré le rapport, l’OMS a repris l’essai de hydroxychloroquine par « Solidarity », le 3 juin. Plus de 100 pays ont exprimé leur intérêt à participer à l’essai.
- Recovery est un essai expérimental similaire mené au Royaume-Uni, utilisant des doses très similaires. Il était parrainé par le Wellcome Trust (GlaxoSmithKline), la Fondation Bill et Melinda Gates et le gouvernement britannique. L’expérience a été menée à l’Université d’Oxford, sur 1 542 patients, dont 396 de ces patients (25,7%) sont décédés.
- Après que la découverte du Dr Nass a été diffusée publiquement, l’OMS a annoncé qu’elle avait mis en terme à l’étude de l’hydroxychloroquine dans le cadre de l’essai « Solidarity ». (Cette personne a été persécuté et a perdue sa licence)

Raoult n’est pas le centre du monde. Les résultats de IHU sont à prendre en compte en toute neutralité.

RealZakarik RealZakarik
MP
17 mai 2022 à 23:04:51

Le 17 mai 2022 à 22:18:59 :

Le 17 mai 2022 à 21:27:43 :

Le 17 mai 2022 à 21:08:34 :

Le 17 mai 2022 à 19:58:48 :

Le 17 mai 2022 à 18:50:50 :
Il y a quoi que tu comprends pas dans "signal d’alarme"? Tout ces faits sont remontés depuis le début de la vaccination.

Cela peut expliquer un certain nombre de cas. Certainement pas tout les cas. Et par la réciproque, je pourrai te dire que cette augmentation de problèmes cardiaques ne pourrai pas être la seule cause des confinements ; qu’il y a des biais (comme un certain vaccin qui provoque des troubles cardiaques). C’est un peu lâche. J’ai parlé de signaux d’alarme.

Signaux d'alarmes != preuve, et pour le moment, il y a eu quelques signaux d'alarmes qui se sont avérés vrais (Astrazeneca, Janssen et leurs problèmes, Pfizer et Moderna pour les péricardites et myocardites), ce qui démontre tout de même que la pharmacovigilance fait son job, et beaucoup qui se sont avérés faux.

"La parole d'expert, c'est le plus bas niveau de preuve. Et on a vu de nombreux experts dire tout et n'importe quoi" c’est de toi ! Donc un chercheur reconnu dans un domaine c’est de la merde mais n’importe quel scientifique interrogé par un no name employé par un GAFAM ou Reuters c’est fiable et doit être pris en compte.

Je vais poser une question à laquelle personne n'a jamais (il me semble) donné de réponse :
Comment sais-tu qu'un chercheur est reconnu dans son domaine ?
Je vois tellement souvent "Cet expert mondialement reconnu" => Mais comment tu juges qu'un expert est mondialement reconnu ?

Pour le reste, c'est parole d'expert contre parole d'expert. En quoi ton expert est meilleur que celui interrogé par libé ? En quoi machin est meilleur que truc ? Pourquoi je croirais machin plutôt que bidule ?

Le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des coronavirus, le SARS-CoV-1 (souce Institut Pasteur).

C’est bien de faire semblant de pas comprendre.

L’HCQ est un médicament sûr. Je te laisse mijoter pour comprendre le pourquoi du comment. J’ai déjà parlé de l’historique pré-pandémique. L’HCQ a montré son efficacité contre le SARS. Covid-19 = SARS-CoV-2.

Effets secondaires du plaquenil :
Très fréquents (plus de 10 % des cas) : douleur abdominale, nausées.

Fréquents (1 à 10 % des cas) : diarrhée, vomissements, perte d'appétit, maux de tête, démangeaisons, éruption cutanée, troubles de l'accommodation (vision floue).

Peu fréquents (moins de 1 % des cas) : coloration ardoisée, en particulier des ongles et des muqueuses, décoloration ou chute des cheveux, nervosité, vertiges, bourdonnement d'oreilles, dépôt du médicament dans la cornée pouvant se traduire par des halos ou une intolérance à la lumière, maladie de la rétine régressant à l'arrêt du traitement, augmentation des transaminases.

Fréquence indéterminée : éruption bulleuse potentiellement grave, faiblesse musculaire, troubles du rythme cardiaque, insuffisance cardiaque, mouvements anormaux, tremblements, convulsions, hypokaliémie, crise de porphyrie, anomalie de la numération formule sanguine, réaction allergique (urticaire, bronchospasme, œdème de Quincke).

---
Ca ne veut pas dire qu'il n'est pas sûr, mais si tu prends un médicament qui peut causer des problèmes cardiaques lorsque tu as une maladie qui peut toucher le coeur (oui, le COVID touche le coeur, entre autre), c'est pas une bonne chose. Ca peut se faire si le médicament a une utilité... S'il en a aucune, ça peut juste te tuer pour rien. Voilà.

C’est quoi ce torchon de Libération c’est sensé être pertinent? Je suis pas complètement idiot.

Pourquoi ton article est meilleur que le miens ?
Parce que bouh libé c'est pas bien pis c'est tout ?

Il ne s’agit pas ici d’études scientifiques, à l’exception de l’étude israélienne. Tu ignores sciemment le problème. Les troubles cardiaques et les AVC sont en augmentation.

Alors déjà ne mélange pas tout. Il s’agit d’un pathologiste qui a effectué lui-même les autopsies. Un fact checker peut interrogé n’importe quel scientifique travaillant dans le milieu hospitalier pour donner son avis d’"expert". Qui a effectué les autopsies? La personne interrogé sera-elle seulement un pathologiste... pourquoi les scientifiques doivent déclarer tout conflit d’intérêt dans une étude ; qui nous dit que ces scientifiques sont honnêtes ou que leurs avis sont pertinents? C’est comme demander l’avis d’un chimiste pour dénigrer un expert en physique nucléaire si son avis dérange !

Qui nous dit que ce pathologiste a effectivement effectué ces autopsies ?

L’HCQ est en vente libre depuis des décennies. Il a déjà montré son efficacité contre la précédente épidémie de SRAS. Plusieurs études montrent son efficacité contre le Covid. La plupart des médicaments ont des effets secondaires minoritaires, même le doliprane.

Non, aucune étude crédible ne montre d'efficacité contre le COVID.

Doliprane effets secondaires :
Rarement : difficulté à respirer (œdème de Quincke), malaise brutale avec baisse importante de la pression artérielle etc.
Exceptionnellement : diminution de certaines cellules du sang et plaquettes.
Autres possibles : trouble du foie, diminution des globules blancs, destruction des globules rouges, douleur localisée dans la poitrine, difficulté à respirer (bronchospasme) etc.

Et ?

L’article de Libération ne nie pas l’augmentation des doses par rapport à la prescription thérapeutique, mais "autorisées dans un contexte de recherche".
Dans l’article :
L’agence MHRA précise qu'elle n'a pas fixé de recommandations sur les dosages maximums mobilisés dans un cadre de recherche. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) rappelle que, pour les pathologies associées à l'AMM, la posologie maximale «est de 600 mg par jour pour un adulte». Plus loin : ce seuil ne s'applique toutefois pas non plus aux essais cliniques et, dès lors que les comités d'éthiques valident les protocoles, d'autres posologies peuvent être utilisées.
La «dose de charge» de 2 400 mg de sulfate d'hydroxychloroquine utilisée dans Recovery, sensiblement plus élevée que dans les recherches précédentes, est-elle dangereuse ? Dans un document présentant le protocole de l'étude Recovery, ses responsables expliquent recourir sciemment à une «dose de charge» élevée afin «d'atteindre dès que possible des concentrations plasmatiques inhibitrices du virus». Cette idée selon laquelle des concentrations plasmatiques élevées d'HCQ sont un prérequis à tout effet sur ce coronavirus a déjà été défendue par d'autres pharmacologues, et n'avait pas été évaluée jusqu'à présent.

Cet article cite les propos du co-auteur de l’étude et celle d’un chef de service pour dire que tout va bien. Visiblement non dans les faits. D’autres études ont montrés des résultats positifs, même contre le précédent SRAS dont la mortalité était supérieure au Covid. Cet article ne confronte aucunement la posologie utilisée dans chacune des études ni même celle utilisée au IHU Méditerranée Infection.

Pourquoi "Visiblement non dans les faits" ?
Encore une fois, non, il n'y a pas eu de résultats positifs contre le COVID.
Vu que tu parles de l'IHU, que penses-tu du fait que Raoult ai publié dans une revue où le rédacteur en chef était... son subordonné ? En un temps records par rapport à n'importe quel étude. Temps qui permet de démontrer qu'il n'y a pas eu de relecture par les paires.

Conflit d'intérêts, vous dites ?

Il ne s’agit pas de déclarations de la part d’un alarmiste. Les résultats sont dans les rapports d’autopsie. En plus ce n’est même pas un antivaccin.

Rapport d'autopsie contrôlé par personne, vérifié par personne. C'est ça le problème : A partir du moment où il n'y a pas de contrôle extérieure, on est obligé de croire sur parole.

Je te retourne la question sur les effets secondaires du plaquenil.

Je t'ai donné la liste des effets secondaires du plaquenil déjà.

J’ai lu l’article de Libération visiblement tu n’as pas lu l'article que j’ai posté. Une version plus fournie de l'article : https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/06/who-trial-using-potentially-fatal.html

Dans l'article :
l'Association américaine des centres antipoison a déclaré le 25 mars : "Ces médicaments ont une fenêtre thérapeutique étroite, ce qui signifie que l'ingestion accidentelle de quantités dépassant la dose recommandée peut être extrêmement dangereuse avec une toxicité comprenant le coma, des convulsions, des troubles du rythme cardiaque, de faibles niveaux de potassium, un arrêt cardiaque et la mort.

Pour résumé :
- Solidarity » est un essai clinique international auprès de 3500 patients Covid-19 dans 400 hôpitaux de 35 pays, lancé par l’Organisation mondiale de la santé et ses partenaires dans le but de trouver un traitement efficace de la COVID-19. L’essai a été suspendu le 25 mai à la suite du rapport frauduleux de Surgisphere dans The Lancet qui faisait état de taux de mortalité 35% plus élevés chez les patients recevant de l’hydroxychloroquine. Mais lorsque The Lancet a retiré le rapport, l’OMS a repris l’essai de hydroxychloroquine par « Solidarity », le 3 juin. Plus de 100 pays ont exprimé leur intérêt à participer à l’essai.
- Recovery est un essai expérimental similaire mené au Royaume-Uni, utilisant des doses très similaires. Il était parrainé par le Wellcome Trust (GlaxoSmithKline), la Fondation Bill et Melinda Gates et le gouvernement britannique. L’expérience a été menée à l’Université d’Oxford, sur 1 542 patients, dont 396 de ces patients (25,7%) sont décédés.
- Après que la découverte du Dr Nass a été diffusée publiquement, l’OMS a annoncé qu’elle avait mis en terme à l’étude de l’hydroxychloroquine dans le cadre de l’essai « Solidarity ». (Cette personne a été persécuté et a perdue sa licence)

Alors si j'en crois ton article, c'est des patients de la branche HCQ qui sont morts.
Sinon, tu veux en venir où au juste ?
Si ces essais te posent problème, on peut se baser sur d'autres essais, c'est pas ça qui manque.
Tiens, je vais faire plus simple, une méta-analyse de l'HCQ :
https://www.clinicalmicrobiologyandinfection.com/article/S1198-743X(20)30505-X/fulltext

"L'association de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine a été associée à une augmentation de la mortalité (RR = 1,27 ; IC à 95 % 1,04-1,54, n = 7 études). Nous avons trouvé des résultats similaires avec une méta-analyse bayésienne."

Raoult n’est pas le centre du monde. Les résultats de IHU sont à prendre en compte en toute neutralité.

Les résultats de l'IHU sont ceux de Raoult jusqu'à récemment : Raoult était le directeur de l'IHU jusqu'à récemment. C'est lui qui a dirigé l'essentiel des papiers de l'HCQ et truqué les résultats.

Spartacus_re Spartacus_re
MP
17 mai 2022 à 23:53:14

Le 17 mai 2022 à 23:04:51 :

Le 17 mai 2022 à 22:18:59 :

Le 17 mai 2022 à 21:27:43 :

Le 17 mai 2022 à 21:08:34 :

Le 17 mai 2022 à 19:58:48 :

> Le 17 mai 2022 à 18:50:50 :

>Il y a quoi que tu comprends pas dans "signal d’alarme"? Tout ces faits sont remontés depuis le début de la vaccination.

>

> Cela peut expliquer un certain nombre de cas. Certainement pas tout les cas. Et par la réciproque, je pourrai te dire que cette augmentation de problèmes cardiaques ne pourrai pas être la seule cause des confinements ; qu’il y a des biais (comme un certain vaccin qui provoque des troubles cardiaques). C’est un peu lâche. J’ai parlé de signaux d’alarme.

Signaux d'alarmes != preuve, et pour le moment, il y a eu quelques signaux d'alarmes qui se sont avérés vrais (Astrazeneca, Janssen et leurs problèmes, Pfizer et Moderna pour les péricardites et myocardites), ce qui démontre tout de même que la pharmacovigilance fait son job, et beaucoup qui se sont avérés faux.

> "La parole d'expert, c'est le plus bas niveau de preuve. Et on a vu de nombreux experts dire tout et n'importe quoi" c’est de toi ! Donc un chercheur reconnu dans un domaine c’est de la merde mais n’importe quel scientifique interrogé par un no name employé par un GAFAM ou Reuters c’est fiable et doit être pris en compte.

Je vais poser une question à laquelle personne n'a jamais (il me semble) donné de réponse :
Comment sais-tu qu'un chercheur est reconnu dans son domaine ?
Je vois tellement souvent "Cet expert mondialement reconnu" => Mais comment tu juges qu'un expert est mondialement reconnu ?

Pour le reste, c'est parole d'expert contre parole d'expert. En quoi ton expert est meilleur que celui interrogé par libé ? En quoi machin est meilleur que truc ? Pourquoi je croirais machin plutôt que bidule ?

> Le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des coronavirus, le SARS-CoV-1 (souce Institut Pasteur).

>

> C’est bien de faire semblant de pas comprendre.

>

> L’HCQ est un médicament sûr. Je te laisse mijoter pour comprendre le pourquoi du comment. J’ai déjà parlé de l’historique pré-pandémique. L’HCQ a montré son efficacité contre le SARS. Covid-19 = SARS-CoV-2.

Effets secondaires du plaquenil :
Très fréquents (plus de 10 % des cas) : douleur abdominale, nausées.

Fréquents (1 à 10 % des cas) : diarrhée, vomissements, perte d'appétit, maux de tête, démangeaisons, éruption cutanée, troubles de l'accommodation (vision floue).

Peu fréquents (moins de 1 % des cas) : coloration ardoisée, en particulier des ongles et des muqueuses, décoloration ou chute des cheveux, nervosité, vertiges, bourdonnement d'oreilles, dépôt du médicament dans la cornée pouvant se traduire par des halos ou une intolérance à la lumière, maladie de la rétine régressant à l'arrêt du traitement, augmentation des transaminases.

Fréquence indéterminée : éruption bulleuse potentiellement grave, faiblesse musculaire, troubles du rythme cardiaque, insuffisance cardiaque, mouvements anormaux, tremblements, convulsions, hypokaliémie, crise de porphyrie, anomalie de la numération formule sanguine, réaction allergique (urticaire, bronchospasme, œdème de Quincke).

---
Ca ne veut pas dire qu'il n'est pas sûr, mais si tu prends un médicament qui peut causer des problèmes cardiaques lorsque tu as une maladie qui peut toucher le coeur (oui, le COVID touche le coeur, entre autre), c'est pas une bonne chose. Ca peut se faire si le médicament a une utilité... S'il en a aucune, ça peut juste te tuer pour rien. Voilà.

> C’est quoi ce torchon de Libération c’est sensé être pertinent? Je suis pas complètement idiot.

Pourquoi ton article est meilleur que le miens ?
Parce que bouh libé c'est pas bien pis c'est tout ?

Il ne s’agit pas ici d’études scientifiques, à l’exception de l’étude israélienne. Tu ignores sciemment le problème. Les troubles cardiaques et les AVC sont en augmentation.

Alors déjà ne mélange pas tout. Il s’agit d’un pathologiste qui a effectué lui-même les autopsies. Un fact checker peut interrogé n’importe quel scientifique travaillant dans le milieu hospitalier pour donner son avis d’"expert". Qui a effectué les autopsies? La personne interrogé sera-elle seulement un pathologiste... pourquoi les scientifiques doivent déclarer tout conflit d’intérêt dans une étude ; qui nous dit que ces scientifiques sont honnêtes ou que leurs avis sont pertinents? C’est comme demander l’avis d’un chimiste pour dénigrer un expert en physique nucléaire si son avis dérange !

Qui nous dit que ce pathologiste a effectivement effectué ces autopsies ?

L’HCQ est en vente libre depuis des décennies. Il a déjà montré son efficacité contre la précédente épidémie de SRAS. Plusieurs études montrent son efficacité contre le Covid. La plupart des médicaments ont des effets secondaires minoritaires, même le doliprane.

Non, aucune étude crédible ne montre d'efficacité contre le COVID.

Doliprane effets secondaires :
Rarement : difficulté à respirer (œdème de Quincke), malaise brutale avec baisse importante de la pression artérielle etc.
Exceptionnellement : diminution de certaines cellules du sang et plaquettes.
Autres possibles : trouble du foie, diminution des globules blancs, destruction des globules rouges, douleur localisée dans la poitrine, difficulté à respirer (bronchospasme) etc.

Et ?

L’article de Libération ne nie pas l’augmentation des doses par rapport à la prescription thérapeutique, mais "autorisées dans un contexte de recherche".
Dans l’article :
L’agence MHRA précise qu'elle n'a pas fixé de recommandations sur les dosages maximums mobilisés dans un cadre de recherche. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) rappelle que, pour les pathologies associées à l'AMM, la posologie maximale «est de 600 mg par jour pour un adulte». Plus loin : ce seuil ne s'applique toutefois pas non plus aux essais cliniques et, dès lors que les comités d'éthiques valident les protocoles, d'autres posologies peuvent être utilisées.
La «dose de charge» de 2 400 mg de sulfate d'hydroxychloroquine utilisée dans Recovery, sensiblement plus élevée que dans les recherches précédentes, est-elle dangereuse ? Dans un document présentant le protocole de l'étude Recovery, ses responsables expliquent recourir sciemment à une «dose de charge» élevée afin «d'atteindre dès que possible des concentrations plasmatiques inhibitrices du virus». Cette idée selon laquelle des concentrations plasmatiques élevées d'HCQ sont un prérequis à tout effet sur ce coronavirus a déjà été défendue par d'autres pharmacologues, et n'avait pas été évaluée jusqu'à présent.

Cet article cite les propos du co-auteur de l’étude et celle d’un chef de service pour dire que tout va bien. Visiblement non dans les faits. D’autres études ont montrés des résultats positifs, même contre le précédent SRAS dont la mortalité était supérieure au Covid. Cet article ne confronte aucunement la posologie utilisée dans chacune des études ni même celle utilisée au IHU Méditerranée Infection.

Pourquoi "Visiblement non dans les faits" ?
Encore une fois, non, il n'y a pas eu de résultats positifs contre le COVID.
Vu que tu parles de l'IHU, que penses-tu du fait que Raoult ai publié dans une revue où le rédacteur en chef était... son subordonné ? En un temps records par rapport à n'importe quel étude. Temps qui permet de démontrer qu'il n'y a pas eu de relecture par les paires.

Conflit d'intérêts, vous dites ?

Il ne s’agit pas de déclarations de la part d’un alarmiste. Les résultats sont dans les rapports d’autopsie. En plus ce n’est même pas un antivaccin.

Rapport d'autopsie contrôlé par personne, vérifié par personne. C'est ça le problème : A partir du moment où il n'y a pas de contrôle extérieure, on est obligé de croire sur parole.

Je te retourne la question sur les effets secondaires du plaquenil.

Je t'ai donné la liste des effets secondaires du plaquenil déjà.

J’ai lu l’article de Libération visiblement tu n’as pas lu l'article que j’ai posté. Une version plus fournie de l'article : https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/06/who-trial-using-potentially-fatal.html

Dans l'article :
l'Association américaine des centres antipoison a déclaré le 25 mars : "Ces médicaments ont une fenêtre thérapeutique étroite, ce qui signifie que l'ingestion accidentelle de quantités dépassant la dose recommandée peut être extrêmement dangereuse avec une toxicité comprenant le coma, des convulsions, des troubles du rythme cardiaque, de faibles niveaux de potassium, un arrêt cardiaque et la mort.

Pour résumé :
- Solidarity » est un essai clinique international auprès de 3500 patients Covid-19 dans 400 hôpitaux de 35 pays, lancé par l’Organisation mondiale de la santé et ses partenaires dans le but de trouver un traitement efficace de la COVID-19. L’essai a été suspendu le 25 mai à la suite du rapport frauduleux de Surgisphere dans The Lancet qui faisait état de taux de mortalité 35% plus élevés chez les patients recevant de l’hydroxychloroquine. Mais lorsque The Lancet a retiré le rapport, l’OMS a repris l’essai de hydroxychloroquine par « Solidarity », le 3 juin. Plus de 100 pays ont exprimé leur intérêt à participer à l’essai.
- Recovery est un essai expérimental similaire mené au Royaume-Uni, utilisant des doses très similaires. Il était parrainé par le Wellcome Trust (GlaxoSmithKline), la Fondation Bill et Melinda Gates et le gouvernement britannique. L’expérience a été menée à l’Université d’Oxford, sur 1 542 patients, dont 396 de ces patients (25,7%) sont décédés.
- Après que la découverte du Dr Nass a été diffusée publiquement, l’OMS a annoncé qu’elle avait mis en terme à l’étude de l’hydroxychloroquine dans le cadre de l’essai « Solidarity ». (Cette personne a été persécuté et a perdue sa licence)

Alors si j'en crois ton article, c'est des patients de la branche HCQ qui sont morts.
Sinon, tu veux en venir où au juste ?
Si ces essais te posent problème, on peut se baser sur d'autres essais, c'est pas ça qui manque.
Tiens, je vais faire plus simple, une méta-analyse de l'HCQ :
https://www.clinicalmicrobiologyandinfection.com/article/S1198-743X(20)30505-X/fulltext

"L'association de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine a été associée à une augmentation de la mortalité (RR = 1,27 ; IC à 95 % 1,04-1,54, n = 7 études). Nous avons trouvé des résultats similaires avec une méta-analyse bayésienne."

Raoult n’est pas le centre du monde. Les résultats de IHU sont à prendre en compte en toute neutralité.

Les résultats de l'IHU sont ceux de Raoult jusqu'à récemment : Raoult était le directeur de l'IHU jusqu'à récemment. C'est lui qui a dirigé l'essentiel des papiers de l'HCQ et truqué les résultats.

Non ce rapport a été publié puis supprimé (censuré). Seule une publication allemande a publié les résultats. Il est directeur de l'Institut pathologique de l'Université de Heidelberg. Lui, son équipe et l’institut ne sont pas accusés de fraudes.

Et justement je t’ai répondu...

Je veux en venir que la dose administrée était 4 fois supérieure à la dose thérapeutique. Qu’une quantité excessive peut être mortelle et que la fenêtre thérapeutique est étroite. En fait les doses sont les mêmes que pour la précédente étude déjà incriminée du Lancet. Il y a largement ici de quoi aller au pénal ! Et la fondation de Gates et Wellcome Trust sont dans le coup. Un hasard?

Lis cet article...

Il y a aussi des études qui affirment le contraire. Là j’ai pas envie de me lancer dans des recherches.

Et donc les résultats dépendent de la personnalité de Didier Raoult? T’as une base solide pour dire que tout les résultats de l’IHU de Marseille sont faux? Raoult est ambigu et personnellement je me suis jamais vraiment intéressé à son cas.

Message édité le 17 mai 2022 à 23:56:46 par Spartacus_re
RealZakarik RealZakarik
MP
18 mai 2022 à 00:14:25

Le 17 mai 2022 à 23:53:14 :

Le 17 mai 2022 à 23:04:51 :

Le 17 mai 2022 à 22:18:59 :

Le 17 mai 2022 à 21:27:43 :

Le 17 mai 2022 à 21:08:34 :

> Le 17 mai 2022 à 19:58:48 :

>> Le 17 mai 2022 à 18:50:50 :

> >Il y a quoi que tu comprends pas dans "signal d’alarme"? Tout ces faits sont remontés depuis le début de la vaccination.

> >

> > Cela peut expliquer un certain nombre de cas. Certainement pas tout les cas. Et par la réciproque, je pourrai te dire que cette augmentation de problèmes cardiaques ne pourrai pas être la seule cause des confinements ; qu’il y a des biais (comme un certain vaccin qui provoque des troubles cardiaques). C’est un peu lâche. J’ai parlé de signaux d’alarme.

>

> Signaux d'alarmes != preuve, et pour le moment, il y a eu quelques signaux d'alarmes qui se sont avérés vrais (Astrazeneca, Janssen et leurs problèmes, Pfizer et Moderna pour les péricardites et myocardites), ce qui démontre tout de même que la pharmacovigilance fait son job, et beaucoup qui se sont avérés faux.

>

> > "La parole d'expert, c'est le plus bas niveau de preuve. Et on a vu de nombreux experts dire tout et n'importe quoi" c’est de toi ! Donc un chercheur reconnu dans un domaine c’est de la merde mais n’importe quel scientifique interrogé par un no name employé par un GAFAM ou Reuters c’est fiable et doit être pris en compte.

>

> Je vais poser une question à laquelle personne n'a jamais (il me semble) donné de réponse :

> Comment sais-tu qu'un chercheur est reconnu dans son domaine ?

> Je vois tellement souvent "Cet expert mondialement reconnu" => Mais comment tu juges qu'un expert est mondialement reconnu ?

>

> Pour le reste, c'est parole d'expert contre parole d'expert. En quoi ton expert est meilleur que celui interrogé par libé ? En quoi machin est meilleur que truc ? Pourquoi je croirais machin plutôt que bidule ?

>

> > Le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des coronavirus, le SARS-CoV-1 (souce Institut Pasteur).

> >

> > C’est bien de faire semblant de pas comprendre.

> >

> > L’HCQ est un médicament sûr. Je te laisse mijoter pour comprendre le pourquoi du comment. J’ai déjà parlé de l’historique pré-pandémique. L’HCQ a montré son efficacité contre le SARS. Covid-19 = SARS-CoV-2.

>

> Effets secondaires du plaquenil :

> Très fréquents (plus de 10 % des cas) : douleur abdominale, nausées.

>

> Fréquents (1 à 10 % des cas) : diarrhée, vomissements, perte d'appétit, maux de tête, démangeaisons, éruption cutanée, troubles de l'accommodation (vision floue).

>

> Peu fréquents (moins de 1 % des cas) : coloration ardoisée, en particulier des ongles et des muqueuses, décoloration ou chute des cheveux, nervosité, vertiges, bourdonnement d'oreilles, dépôt du médicament dans la cornée pouvant se traduire par des halos ou une intolérance à la lumière, maladie de la rétine régressant à l'arrêt du traitement, augmentation des transaminases.

>

> Fréquence indéterminée : éruption bulleuse potentiellement grave, faiblesse musculaire, troubles du rythme cardiaque, insuffisance cardiaque, mouvements anormaux, tremblements, convulsions, hypokaliémie, crise de porphyrie, anomalie de la numération formule sanguine, réaction allergique (urticaire, bronchospasme, œdème de Quincke).

>

> ---

> Ca ne veut pas dire qu'il n'est pas sûr, mais si tu prends un médicament qui peut causer des problèmes cardiaques lorsque tu as une maladie qui peut toucher le coeur (oui, le COVID touche le coeur, entre autre), c'est pas une bonne chose. Ca peut se faire si le médicament a une utilité... S'il en a aucune, ça peut juste te tuer pour rien. Voilà.

>

> > C’est quoi ce torchon de Libération c’est sensé être pertinent? Je suis pas complètement idiot.

>

> Pourquoi ton article est meilleur que le miens ?

> Parce que bouh libé c'est pas bien pis c'est tout ?

Il ne s’agit pas ici d’études scientifiques, à l’exception de l’étude israélienne. Tu ignores sciemment le problème. Les troubles cardiaques et les AVC sont en augmentation.

Alors déjà ne mélange pas tout. Il s’agit d’un pathologiste qui a effectué lui-même les autopsies. Un fact checker peut interrogé n’importe quel scientifique travaillant dans le milieu hospitalier pour donner son avis d’"expert". Qui a effectué les autopsies? La personne interrogé sera-elle seulement un pathologiste... pourquoi les scientifiques doivent déclarer tout conflit d’intérêt dans une étude ; qui nous dit que ces scientifiques sont honnêtes ou que leurs avis sont pertinents? C’est comme demander l’avis d’un chimiste pour dénigrer un expert en physique nucléaire si son avis dérange !

Qui nous dit que ce pathologiste a effectivement effectué ces autopsies ?

L’HCQ est en vente libre depuis des décennies. Il a déjà montré son efficacité contre la précédente épidémie de SRAS. Plusieurs études montrent son efficacité contre le Covid. La plupart des médicaments ont des effets secondaires minoritaires, même le doliprane.

Non, aucune étude crédible ne montre d'efficacité contre le COVID.

Doliprane effets secondaires :
Rarement : difficulté à respirer (œdème de Quincke), malaise brutale avec baisse importante de la pression artérielle etc.
Exceptionnellement : diminution de certaines cellules du sang et plaquettes.
Autres possibles : trouble du foie, diminution des globules blancs, destruction des globules rouges, douleur localisée dans la poitrine, difficulté à respirer (bronchospasme) etc.

Et ?

L’article de Libération ne nie pas l’augmentation des doses par rapport à la prescription thérapeutique, mais "autorisées dans un contexte de recherche".
Dans l’article :
L’agence MHRA précise qu'elle n'a pas fixé de recommandations sur les dosages maximums mobilisés dans un cadre de recherche. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) rappelle que, pour les pathologies associées à l'AMM, la posologie maximale «est de 600 mg par jour pour un adulte». Plus loin : ce seuil ne s'applique toutefois pas non plus aux essais cliniques et, dès lors que les comités d'éthiques valident les protocoles, d'autres posologies peuvent être utilisées.
La «dose de charge» de 2 400 mg de sulfate d'hydroxychloroquine utilisée dans Recovery, sensiblement plus élevée que dans les recherches précédentes, est-elle dangereuse ? Dans un document présentant le protocole de l'étude Recovery, ses responsables expliquent recourir sciemment à une «dose de charge» élevée afin «d'atteindre dès que possible des concentrations plasmatiques inhibitrices du virus». Cette idée selon laquelle des concentrations plasmatiques élevées d'HCQ sont un prérequis à tout effet sur ce coronavirus a déjà été défendue par d'autres pharmacologues, et n'avait pas été évaluée jusqu'à présent.

Cet article cite les propos du co-auteur de l’étude et celle d’un chef de service pour dire que tout va bien. Visiblement non dans les faits. D’autres études ont montrés des résultats positifs, même contre le précédent SRAS dont la mortalité était supérieure au Covid. Cet article ne confronte aucunement la posologie utilisée dans chacune des études ni même celle utilisée au IHU Méditerranée Infection.

Pourquoi "Visiblement non dans les faits" ?
Encore une fois, non, il n'y a pas eu de résultats positifs contre le COVID.
Vu que tu parles de l'IHU, que penses-tu du fait que Raoult ai publié dans une revue où le rédacteur en chef était... son subordonné ? En un temps records par rapport à n'importe quel étude. Temps qui permet de démontrer qu'il n'y a pas eu de relecture par les paires.

Conflit d'intérêts, vous dites ?

Il ne s’agit pas de déclarations de la part d’un alarmiste. Les résultats sont dans les rapports d’autopsie. En plus ce n’est même pas un antivaccin.

Rapport d'autopsie contrôlé par personne, vérifié par personne. C'est ça le problème : A partir du moment où il n'y a pas de contrôle extérieure, on est obligé de croire sur parole.

Je te retourne la question sur les effets secondaires du plaquenil.

Je t'ai donné la liste des effets secondaires du plaquenil déjà.

J’ai lu l’article de Libération visiblement tu n’as pas lu l'article que j’ai posté. Une version plus fournie de l'article : https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/06/who-trial-using-potentially-fatal.html

Dans l'article :
l'Association américaine des centres antipoison a déclaré le 25 mars : "Ces médicaments ont une fenêtre thérapeutique étroite, ce qui signifie que l'ingestion accidentelle de quantités dépassant la dose recommandée peut être extrêmement dangereuse avec une toxicité comprenant le coma, des convulsions, des troubles du rythme cardiaque, de faibles niveaux de potassium, un arrêt cardiaque et la mort.

Pour résumé :
- Solidarity » est un essai clinique international auprès de 3500 patients Covid-19 dans 400 hôpitaux de 35 pays, lancé par l’Organisation mondiale de la santé et ses partenaires dans le but de trouver un traitement efficace de la COVID-19. L’essai a été suspendu le 25 mai à la suite du rapport frauduleux de Surgisphere dans The Lancet qui faisait état de taux de mortalité 35% plus élevés chez les patients recevant de l’hydroxychloroquine. Mais lorsque The Lancet a retiré le rapport, l’OMS a repris l’essai de hydroxychloroquine par « Solidarity », le 3 juin. Plus de 100 pays ont exprimé leur intérêt à participer à l’essai.
- Recovery est un essai expérimental similaire mené au Royaume-Uni, utilisant des doses très similaires. Il était parrainé par le Wellcome Trust (GlaxoSmithKline), la Fondation Bill et Melinda Gates et le gouvernement britannique. L’expérience a été menée à l’Université d’Oxford, sur 1 542 patients, dont 396 de ces patients (25,7%) sont décédés.
- Après que la découverte du Dr Nass a été diffusée publiquement, l’OMS a annoncé qu’elle avait mis en terme à l’étude de l’hydroxychloroquine dans le cadre de l’essai « Solidarity ». (Cette personne a été persécuté et a perdue sa licence)

Alors si j'en crois ton article, c'est des patients de la branche HCQ qui sont morts.
Sinon, tu veux en venir où au juste ?
Si ces essais te posent problème, on peut se baser sur d'autres essais, c'est pas ça qui manque.
Tiens, je vais faire plus simple, une méta-analyse de l'HCQ :
https://www.clinicalmicrobiologyandinfection.com/article/S1198-743X(20)30505-X/fulltext

"L'association de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine a été associée à une augmentation de la mortalité (RR = 1,27 ; IC à 95 % 1,04-1,54, n = 7 études). Nous avons trouvé des résultats similaires avec une méta-analyse bayésienne."

Raoult n’est pas le centre du monde. Les résultats de IHU sont à prendre en compte en toute neutralité.

Les résultats de l'IHU sont ceux de Raoult jusqu'à récemment : Raoult était le directeur de l'IHU jusqu'à récemment. C'est lui qui a dirigé l'essentiel des papiers de l'HCQ et truqué les résultats.

Non ce rapport a été publié puis supprimé (censuré). Seule une publication allemande a publié les résultats. Il est directeur de l'Institut pathologique de l'Université de Heidelberg. Lui, son équipe et l’institut ne sont pas accusés de fraudes.

Et justement je t’ai répondu...

Je veux en venir que la dose administrée était 4 fois supérieure à la dose thérapeutique. Qu’une quantité excessive peut être mortelle et que la fenêtre thérapeutique est étroite. En fait les doses sont les mêmes que pour la précédente étude déjà incriminée du Lancet. Il y a largement ici de quoi aller au pénal ! Et la fondation de Gates et Wellcome Trust sont dans le coup. Un hasard?

Lis cet article...

Et je t'ai répondu avec un autre article qui expliquait tout. Que tu accepte ou pas cette explication, c'est à peu près la même. Sauf que je t'ai aussi montré une méta-analyse disant justement que l'HCQ causait une surmortalité avec le COVID. Donc qu'il y ait une surmortalité dans le bras HCQ pour le traitement du COVID dans une étude... Ben en fait, ça semble pas déconnant.

Comme dit, l'HCQ a des troubles cardiaques dans ses effets secondaires, le COVID attaque, entre autre, le coeur, donc l'un dans l'autre, ça semble un mauvais combo, surtout si l'HCQ n'a pas d'effet sur le COVID.

Il y a aussi des études qui affirment le contraire. Là j’ai pas envie de me lancer dans des recherches.

Je t'ai mis cette étude parce que... Eh bien c'est une méta-analyse bordel. Pour la contredire, il faut sortir une autre méta-analyse, pas une simple étude. J'ai pioché volontairement le haut du panier au niveau de la preuve scientifique.

Et donc les résultats dépendent de la personnalité de Didier Raoult? T’as une base solide pour dire que tout les résultats de l’IHU de Marseille sont faux? Raoult est ambigu et personnellement je me suis jamais vraiment intéressé à son cas.

C'est lui qui a mené toutes les premières études de l'IHU sur l'HCQ au début de la pandémie, et les a publié dans la revue de son amie, collègue et subordonné.

Spartacus_re Spartacus_re
MP
18 mai 2022 à 00:41:11

Le 18 mai 2022 à 00:14:25 :

Le 17 mai 2022 à 23:53:14 :

Le 17 mai 2022 à 23:04:51 :

Le 17 mai 2022 à 22:18:59 :

Le 17 mai 2022 à 21:27:43 :

> Le 17 mai 2022 à 21:08:34 :

>> Le 17 mai 2022 à 19:58:48 :

> >> Le 17 mai 2022 à 18:50:50 :

> > >Il y a quoi que tu comprends pas dans "signal d’alarme"? Tout ces faits sont remontés depuis le début de la vaccination.

> > >

> > > Cela peut expliquer un certain nombre de cas. Certainement pas tout les cas. Et par la réciproque, je pourrai te dire que cette augmentation de problèmes cardiaques ne pourrai pas être la seule cause des confinements ; qu’il y a des biais (comme un certain vaccin qui provoque des troubles cardiaques). C’est un peu lâche. J’ai parlé de signaux d’alarme.

> >

> > Signaux d'alarmes != preuve, et pour le moment, il y a eu quelques signaux d'alarmes qui se sont avérés vrais (Astrazeneca, Janssen et leurs problèmes, Pfizer et Moderna pour les péricardites et myocardites), ce qui démontre tout de même que la pharmacovigilance fait son job, et beaucoup qui se sont avérés faux.

> >

> > > "La parole d'expert, c'est le plus bas niveau de preuve. Et on a vu de nombreux experts dire tout et n'importe quoi" c’est de toi ! Donc un chercheur reconnu dans un domaine c’est de la merde mais n’importe quel scientifique interrogé par un no name employé par un GAFAM ou Reuters c’est fiable et doit être pris en compte.

> >

> > Je vais poser une question à laquelle personne n'a jamais (il me semble) donné de réponse :

> > Comment sais-tu qu'un chercheur est reconnu dans son domaine ?

> > Je vois tellement souvent "Cet expert mondialement reconnu" => Mais comment tu juges qu'un expert est mondialement reconnu ?

> >

> > Pour le reste, c'est parole d'expert contre parole d'expert. En quoi ton expert est meilleur que celui interrogé par libé ? En quoi machin est meilleur que truc ? Pourquoi je croirais machin plutôt que bidule ?

> >

> > > Le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) est une maladie infectieuse causée par un virus appartenant à la famille des coronavirus, le SARS-CoV-1 (souce Institut Pasteur).

> > >

> > > C’est bien de faire semblant de pas comprendre.

> > >

> > > L’HCQ est un médicament sûr. Je te laisse mijoter pour comprendre le pourquoi du comment. J’ai déjà parlé de l’historique pré-pandémique. L’HCQ a montré son efficacité contre le SARS. Covid-19 = SARS-CoV-2.

> >

> > Effets secondaires du plaquenil :

> > Très fréquents (plus de 10 % des cas) : douleur abdominale, nausées.

> >

> > Fréquents (1 à 10 % des cas) : diarrhée, vomissements, perte d'appétit, maux de tête, démangeaisons, éruption cutanée, troubles de l'accommodation (vision floue).

> >

> > Peu fréquents (moins de 1 % des cas) : coloration ardoisée, en particulier des ongles et des muqueuses, décoloration ou chute des cheveux, nervosité, vertiges, bourdonnement d'oreilles, dépôt du médicament dans la cornée pouvant se traduire par des halos ou une intolérance à la lumière, maladie de la rétine régressant à l'arrêt du traitement, augmentation des transaminases.

> >

> > Fréquence indéterminée : éruption bulleuse potentiellement grave, faiblesse musculaire, troubles du rythme cardiaque, insuffisance cardiaque, mouvements anormaux, tremblements, convulsions, hypokaliémie, crise de porphyrie, anomalie de la numération formule sanguine, réaction allergique (urticaire, bronchospasme, œdème de Quincke).

> >

> > ---

> > Ca ne veut pas dire qu'il n'est pas sûr, mais si tu prends un médicament qui peut causer des problèmes cardiaques lorsque tu as une maladie qui peut toucher le coeur (oui, le COVID touche le coeur, entre autre), c'est pas une bonne chose. Ca peut se faire si le médicament a une utilité... S'il en a aucune, ça peut juste te tuer pour rien. Voilà.

> >

> > > C’est quoi ce torchon de Libération c’est sensé être pertinent? Je suis pas complètement idiot.

> >

> > Pourquoi ton article est meilleur que le miens ?

> > Parce que bouh libé c'est pas bien pis c'est tout ?

>

> Il ne s’agit pas ici d’études scientifiques, à l’exception de l’étude israélienne. Tu ignores sciemment le problème. Les troubles cardiaques et les AVC sont en augmentation.

>

> Alors déjà ne mélange pas tout. Il s’agit d’un pathologiste qui a effectué lui-même les autopsies. Un fact checker peut interrogé n’importe quel scientifique travaillant dans le milieu hospitalier pour donner son avis d’"expert". Qui a effectué les autopsies? La personne interrogé sera-elle seulement un pathologiste... pourquoi les scientifiques doivent déclarer tout conflit d’intérêt dans une étude ; qui nous dit que ces scientifiques sont honnêtes ou que leurs avis sont pertinents? C’est comme demander l’avis d’un chimiste pour dénigrer un expert en physique nucléaire si son avis dérange !

Qui nous dit que ce pathologiste a effectivement effectué ces autopsies ?

> L’HCQ est en vente libre depuis des décennies. Il a déjà montré son efficacité contre la précédente épidémie de SRAS. Plusieurs études montrent son efficacité contre le Covid. La plupart des médicaments ont des effets secondaires minoritaires, même le doliprane.

Non, aucune étude crédible ne montre d'efficacité contre le COVID.

> Doliprane effets secondaires :

> Rarement : difficulté à respirer (œdème de Quincke), malaise brutale avec baisse importante de la pression artérielle etc.

> Exceptionnellement : diminution de certaines cellules du sang et plaquettes.

> Autres possibles : trouble du foie, diminution des globules blancs, destruction des globules rouges, douleur localisée dans la poitrine, difficulté à respirer (bronchospasme) etc.

Et ?

> L’article de Libération ne nie pas l’augmentation des doses par rapport à la prescription thérapeutique, mais "autorisées dans un contexte de recherche".

> Dans l’article :

> L’agence MHRA précise qu'elle n'a pas fixé de recommandations sur les dosages maximums mobilisés dans un cadre de recherche. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) rappelle que, pour les pathologies associées à l'AMM, la posologie maximale «est de 600 mg par jour pour un adulte». Plus loin : ce seuil ne s'applique toutefois pas non plus aux essais cliniques et, dès lors que les comités d'éthiques valident les protocoles, d'autres posologies peuvent être utilisées.

> La «dose de charge» de 2 400 mg de sulfate d'hydroxychloroquine utilisée dans Recovery, sensiblement plus élevée que dans les recherches précédentes, est-elle dangereuse ? Dans un document présentant le protocole de l'étude Recovery, ses responsables expliquent recourir sciemment à une «dose de charge» élevée afin «d'atteindre dès que possible des concentrations plasmatiques inhibitrices du virus». Cette idée selon laquelle des concentrations plasmatiques élevées d'HCQ sont un prérequis à tout effet sur ce coronavirus a déjà été défendue par d'autres pharmacologues, et n'avait pas été évaluée jusqu'à présent.

>

> Cet article cite les propos du co-auteur de l’étude et celle d’un chef de service pour dire que tout va bien. Visiblement non dans les faits. D’autres études ont montrés des résultats positifs, même contre le précédent SRAS dont la mortalité était supérieure au Covid. Cet article ne confronte aucunement la posologie utilisée dans chacune des études ni même celle utilisée au IHU Méditerranée Infection.

Pourquoi "Visiblement non dans les faits" ?
Encore une fois, non, il n'y a pas eu de résultats positifs contre le COVID.
Vu que tu parles de l'IHU, que penses-tu du fait que Raoult ai publié dans une revue où le rédacteur en chef était... son subordonné ? En un temps records par rapport à n'importe quel étude. Temps qui permet de démontrer qu'il n'y a pas eu de relecture par les paires.

Conflit d'intérêts, vous dites ?

Il ne s’agit pas de déclarations de la part d’un alarmiste. Les résultats sont dans les rapports d’autopsie. En plus ce n’est même pas un antivaccin.

Rapport d'autopsie contrôlé par personne, vérifié par personne. C'est ça le problème : A partir du moment où il n'y a pas de contrôle extérieure, on est obligé de croire sur parole.

Je te retourne la question sur les effets secondaires du plaquenil.

Je t'ai donné la liste des effets secondaires du plaquenil déjà.

J’ai lu l’article de Libération visiblement tu n’as pas lu l'article que j’ai posté. Une version plus fournie de l'article : https://anthraxvaccine.blogspot.com/2020/06/who-trial-using-potentially-fatal.html

Dans l'article :
l'Association américaine des centres antipoison a déclaré le 25 mars : "Ces médicaments ont une fenêtre thérapeutique étroite, ce qui signifie que l'ingestion accidentelle de quantités dépassant la dose recommandée peut être extrêmement dangereuse avec une toxicité comprenant le coma, des convulsions, des troubles du rythme cardiaque, de faibles niveaux de potassium, un arrêt cardiaque et la mort.

Pour résumé :
- Solidarity » est un essai clinique international auprès de 3500 patients Covid-19 dans 400 hôpitaux de 35 pays, lancé par l’Organisation mondiale de la santé et ses partenaires dans le but de trouver un traitement efficace de la COVID-19. L’essai a été suspendu le 25 mai à la suite du rapport frauduleux de Surgisphere dans The Lancet qui faisait état de taux de mortalité 35% plus élevés chez les patients recevant de l’hydroxychloroquine. Mais lorsque The Lancet a retiré le rapport, l’OMS a repris l’essai de hydroxychloroquine par « Solidarity », le 3 juin. Plus de 100 pays ont exprimé leur intérêt à participer à l’essai.
- Recovery est un essai expérimental similaire mené au Royaume-Uni, utilisant des doses très similaires. Il était parrainé par le Wellcome Trust (GlaxoSmithKline), la Fondation Bill et Melinda Gates et le gouvernement britannique. L’expérience a été menée à l’Université d’Oxford, sur 1 542 patients, dont 396 de ces patients (25,7%) sont décédés.
- Après que la découverte du Dr Nass a été diffusée publiquement, l’OMS a annoncé qu’elle avait mis en terme à l’étude de l’hydroxychloroquine dans le cadre de l’essai « Solidarity ». (Cette personne a été persécuté et a perdue sa licence)

Alors si j'en crois ton article, c'est des patients de la branche HCQ qui sont morts.
Sinon, tu veux en venir où au juste ?
Si ces essais te posent problème, on peut se baser sur d'autres essais, c'est pas ça qui manque.
Tiens, je vais faire plus simple, une méta-analyse de l'HCQ :
https://www.clinicalmicrobiologyandinfection.com/article/S1198-743X(20)30505-X/fulltext

"L'association de l'hydroxychloroquine et de l'azithromycine a été associée à une augmentation de la mortalité (RR = 1,27 ; IC à 95 % 1,04-1,54, n = 7 études). Nous avons trouvé des résultats similaires avec une méta-analyse bayésienne."

Raoult n’est pas le centre du monde. Les résultats de IHU sont à prendre en compte en toute neutralité.

Les résultats de l'IHU sont ceux de Raoult jusqu'à récemment : Raoult était le directeur de l'IHU jusqu'à récemment. C'est lui qui a dirigé l'essentiel des papiers de l'HCQ et truqué les résultats.

Non ce rapport a été publié puis supprimé (censuré). Seule une publication allemande a publié les résultats. Il est directeur de l'Institut pathologique de l'Université de Heidelberg. Lui, son équipe et l’institut ne sont pas accusés de fraudes.

Et justement je t’ai répondu...

Je veux en venir que la dose administrée était 4 fois supérieure à la dose thérapeutique. Qu’une quantité excessive peut être mortelle et que la fenêtre thérapeutique est étroite. En fait les doses sont les mêmes que pour la précédente étude déjà incriminée du Lancet. Il y a largement ici de quoi aller au pénal ! Et la fondation de Gates et Wellcome Trust sont dans le coup. Un hasard?

Lis cet article...

Et je t'ai répondu avec un autre article qui expliquait tout. Que tu accepte ou pas cette explication, c'est à peu près la même. Sauf que je t'ai aussi montré une méta-analyse disant justement que l'HCQ causait une surmortalité avec le COVID. Donc qu'il y ait une surmortalité dans le bras HCQ pour le traitement du COVID dans une étude... Ben en fait, ça semble pas déconnant.

Comme dit, l'HCQ a des troubles cardiaques dans ses effets secondaires, le COVID attaque, entre autre, le coeur, donc l'un dans l'autre, ça semble un mauvais combo, surtout si l'HCQ n'a pas d'effet sur le COVID.

Il y a aussi des études qui affirment le contraire. Là j’ai pas envie de me lancer dans des recherches.

Je t'ai mis cette étude parce que... Eh bien c'est une méta-analyse bordel. Pour la contredire, il faut sortir une autre méta-analyse, pas une simple étude. J'ai pioché volontairement le haut du panier au niveau de la preuve scientifique.

Et donc les résultats dépendent de la personnalité de Didier Raoult? T’as une base solide pour dire que tout les résultats de l’IHU de Marseille sont faux? Raoult est ambigu et personnellement je me suis jamais vraiment intéressé à son cas.

C'est lui qui a mené toutes les premières études de l'IHU sur l'HCQ au début de la pandémie, et les a publié dans la revue de son amie, collègue et subordonné.

Tu te fous de la gueule du monde.

Déjà c’est très moyen d’affirmer que cet article fait la part des choses sans avoir lu l’autre. Aussi cette étude est plus que suspecte. On ne joue pas ainsi avec la vie des gens.

L’HCQ a été renié avant même le Covid. Pourquoi? Tout simplement qu’il avait déjà montré son efficacité par le passé pour le SARS-CoV-1. Il y a ici deux études frauduleuses qui ont délibérément utilisés une mauvaise posologie (d’autant qu’on parle dans un cas du Lancet). J’ai aucune idée de la qualité des autres études. Donc je n’en parlera pas pour le moment. L’article de Libération ne fait que noyer le poisson. Et tu dérobes du propos initial. Pourquoi il n’y a aucune étude pénale pour comprendre le fiasco de ces études qui ont fais potentiellement des morts. Pourquoi censure-t-on un pathologiste plutôt que de s’interroger sur la pertinence des résultats? Tout ce qu’a fait l’Allemagne, c’est de diaboliser un homme.

Et le doliprane peut provoquer des troubles respiratoires...

Message édité le 18 mai 2022 à 00:46:07 par Spartacus_re
Spartacus_re Spartacus_re
MP
18 mai 2022 à 00:49:15

Lancement d'une enquête au milieu d'un deuxième pic inhabituel de décès néonatals en Écosse : https://summit.news/2022/05/16/investigation-launched-after-mystery-surge-in-deaths-of-newborn-babies/

Un rapport du journal Herald met en évidence le pic "très inhabituel" de décès de bébés, l'alarme étant déclenchée après la mort de 18 nourrissons dans les quatre semaines suivant la naissance en mars.

Cette même limite de contrôle a également été dépassée en septembre de l'année dernière, lorsque 21 décès néonatals ont été signalés, la première fois que cela se produisait depuis le début des enregistrements.

"Le taux de mortalité néonatale était de 5,1 pour 1.000 naissances vivantes en septembre et de 4,6 pour 1.000 en mars, contre une moyenne de 1,49 pour 1.000 en 2019", rapporte le journal.

Message édité le 18 mai 2022 à 00:49:53 par Spartacus_re
RealZakarik RealZakarik
MP
18 mai 2022 à 02:19:11

Le 18 mai 2022 à 00:41:11 :

Tu te fous de la gueule du monde.

Déjà c’est très moyen d’affirmer que cet article fait la part des choses sans avoir lu l’autre. Aussi cette étude est plus que suspecte. On ne joue pas ainsi avec la vie des gens.

Ces études ont respectés le protocole et été validées par un comité d'éthique. Par ailleurs, la surmortalité due a l'HCQ avec le COVID apparaît aussi dans d'autres études, dont au moins une méta analyse.

L’HCQ a été renié avant même le Covid. Pourquoi? Tout simplement qu’il avait déjà montré son efficacité par le passé pour le SARS-CoV-1. Il y a ici deux études frauduleuses qui ont délibérément utilisés une mauvaise posologie (d’autant qu’on parle dans un cas du Lancet). J’ai aucune idée de la qualité des autres études. Donc je n’en parlera pas pour le moment. L’article de Libération ne fait que noyer le poisson. Et tu dérobes du propos initial. Pourquoi il n’y a aucune étude pénale pour comprendre le fiasco de ces études qui ont fais potentiellement des morts. Pourquoi censure-t-on un pathologiste plutôt que de s’interroger sur la pertinence des résultats? Tout ce qu’a fait l’Allemagne, c’est de diaboliser un homme.

Et le doliprane peut provoquer des troubles respiratoires...

La boucle.

Spartacus_re Spartacus_re
MP
18 mai 2022 à 04:40:03

Le 18 mai 2022 à 02:19:11 :

Le 18 mai 2022 à 00:41:11 :

Tu te fous de la gueule du monde.

Déjà c’est très moyen d’affirmer que cet article fait la part des choses sans avoir lu l’autre. Aussi cette étude est plus que suspecte. On ne joue pas ainsi avec la vie des gens.

Ces études ont respectés le protocole et été validées par un comité d'éthique. Par ailleurs, la surmortalité due a l'HCQ avec le COVID apparaît aussi dans d'autres études, dont au moins une méta analyse.

L’HCQ a été renié avant même le Covid. Pourquoi? Tout simplement qu’il avait déjà montré son efficacité par le passé pour le SARS-CoV-1. Il y a ici deux études frauduleuses qui ont délibérément utilisés une mauvaise posologie (d’autant qu’on parle dans un cas du Lancet). J’ai aucune idée de la qualité des autres études. Donc je n’en parlera pas pour le moment. L’article de Libération ne fait que noyer le poisson. Et tu dérobes du propos initial. Pourquoi il n’y a aucune étude pénale pour comprendre le fiasco de ces études qui ont fais potentiellement des morts. Pourquoi censure-t-on un pathologiste plutôt que de s’interroger sur la pertinence des résultats? Tout ce qu’a fait l’Allemagne, c’est de diaboliser un homme.

Et le doliprane peut provoquer des troubles respiratoires...

La boucle.

Résumé de l’article :

Comment le médicament hydroxychloroquine est-il normalement utilisé ? Pour une utilisation quotidienne chronique dans le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Lyme, les patients reçoivent entre 200 et 400 mg par jour, ou un maximum de 5 mg/kg. Dans la fièvre Q aiguë, 600 mg par jour peuvent être administrés en début de traitement. Pour les crises aiguës de paludisme, 1 500 à 2 000 mg peuvent être administrés sur 3 jours. Le groupe du professeur Didier Raoult à Marseille a utilisé 600 mg par jour jusqu'à dix jours chez 1061 patients Covid-19, et fait état de 8 décès, soit un taux de mortalité de 0,75%.

L'OMS a embauché un consultant pour explorer la toxicité de la chloroquine en 1979. Le consultant, H. Weniger, a examiné 335 épisodes d'empoisonnement d'adultes par des médicaments à base de chloroquine. Weniger à la page 5 note qu'une dose unique de 1,5 à 2 grammes de base de chloroquine "peut être mortelle ".

Selon Browning et Goldfrank, la pharmacocinétique et la puissance de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine sont presque identiques, tandis que la dose chronique maximale de chloroquine utilisée est de 3,5 mg/kg.  

Le schéma posologique de HCQ utilisé dans l'essai Recovery était de 12 comprimés au cours des 24 premières heures (dose initiale de 800 mg, 800 mg six heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard), puis 400 mg toutes les 12 heures pendant 9 heures supplémentaires. jours. Il s'agit de 2,4 grammes pendant les premières 24 heures et d'une dose cumulée de 9,2 grammes sur 10 jours.

Nous savons grâce à la consultation informelle de l'OMS du 13 mars sur le rôle potentiel de la chloroquine que la Fondation Gates avait étudié la pharmacocinétique complexe du médicament, et sur les 25 participants à cette réunion, 5 appartenaient à la Fondation Gates.  

La seule dose de traitement mentionnée dans le rapport de consultation informelle du 13 mars était dans un paragraphe sur les doses préventives. Il a déclaré : "Des doses plus élevées seraient envisagées pour le traitement, c'est-à-dire 10 mg / kg de base, suivis de 5 mg / kg deux fois par jour pendant sept jours." 

Et en parlant de Raoult, une étude a été publiée sur les principales différences de traitement et de résultats que les patients reçoivent lorsqu'ils sont placés dans des études « big data » par rapport à la réception de soins individualisés pour Covid-19. Ici : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2052297520300615

Comme je l’ai déjà dit je me prononce pas sur la méta-analyse. Cependant il existe bien des études qui montrent une efficacité et d’autres non ; en fait il semble exister une grande disparité dans les résultats d’études, ce qui est assez surprenant. Enfin bref, le sujet était à la base l’essai Recovery.

Message édité le 18 mai 2022 à 04:44:22 par Spartacus_re
RealZakarik RealZakarik
MP
18 mai 2022 à 13:45:11

Le 18 mai 2022 à 04:40:03 :

Le 18 mai 2022 à 02:19:11 :

Le 18 mai 2022 à 00:41:11 :

Tu te fous de la gueule du monde.

Déjà c’est très moyen d’affirmer que cet article fait la part des choses sans avoir lu l’autre. Aussi cette étude est plus que suspecte. On ne joue pas ainsi avec la vie des gens.

Ces études ont respectés le protocole et été validées par un comité d'éthique. Par ailleurs, la surmortalité due a l'HCQ avec le COVID apparaît aussi dans d'autres études, dont au moins une méta analyse.

L’HCQ a été renié avant même le Covid. Pourquoi? Tout simplement qu’il avait déjà montré son efficacité par le passé pour le SARS-CoV-1. Il y a ici deux études frauduleuses qui ont délibérément utilisés une mauvaise posologie (d’autant qu’on parle dans un cas du Lancet). J’ai aucune idée de la qualité des autres études. Donc je n’en parlera pas pour le moment. L’article de Libération ne fait que noyer le poisson. Et tu dérobes du propos initial. Pourquoi il n’y a aucune étude pénale pour comprendre le fiasco de ces études qui ont fais potentiellement des morts. Pourquoi censure-t-on un pathologiste plutôt que de s’interroger sur la pertinence des résultats? Tout ce qu’a fait l’Allemagne, c’est de diaboliser un homme.

Et le doliprane peut provoquer des troubles respiratoires...

La boucle.

Résumé de l’article :

Comment le médicament hydroxychloroquine est-il normalement utilisé ? Pour une utilisation quotidienne chronique dans le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Lyme, les patients reçoivent entre 200 et 400 mg par jour, ou un maximum de 5 mg/kg. Dans la fièvre Q aiguë, 600 mg par jour peuvent être administrés en début de traitement. Pour les crises aiguës de paludisme, 1 500 à 2 000 mg peuvent être administrés sur 3 jours. Le groupe du professeur Didier Raoult à Marseille a utilisé 600 mg par jour jusqu'à dix jours chez 1061 patients Covid-19, et fait état de 8 décès, soit un taux de mortalité de 0,75%.

L'OMS a embauché un consultant pour explorer la toxicité de la chloroquine en 1979. Le consultant, H. Weniger, a examiné 335 épisodes d'empoisonnement d'adultes par des médicaments à base de chloroquine. Weniger à la page 5 note qu'une dose unique de 1,5 à 2 grammes de base de chloroquine "peut être mortelle ".

Selon Browning et Goldfrank, la pharmacocinétique et la puissance de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine sont presque identiques, tandis que la dose chronique maximale de chloroquine utilisée est de 3,5 mg/kg.  

Le schéma posologique de HCQ utilisé dans l'essai Recovery était de 12 comprimés au cours des 24 premières heures (dose initiale de 800 mg, 800 mg six heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard), puis 400 mg toutes les 12 heures pendant 9 heures supplémentaires. jours. Il s'agit de 2,4 grammes pendant les premières 24 heures et d'une dose cumulée de 9,2 grammes sur 10 jours.

Nous savons grâce à la consultation informelle de l'OMS du 13 mars sur le rôle potentiel de la chloroquine que la Fondation Gates avait étudié la pharmacocinétique complexe du médicament, et sur les 25 participants à cette réunion, 5 appartenaient à la Fondation Gates.  

La seule dose de traitement mentionnée dans le rapport de consultation informelle du 13 mars était dans un paragraphe sur les doses préventives. Il a déclaré : "Des doses plus élevées seraient envisagées pour le traitement, c'est-à-dire 10 mg / kg de base, suivis de 5 mg / kg deux fois par jour pendant sept jours." 

Et en parlant de Raoult, une étude a été publiée sur les principales différences de traitement et de résultats que les patients reçoivent lorsqu'ils sont placés dans des études « big data » par rapport à la réception de soins individualisés pour Covid-19. Ici : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2052297520300615

Comme je l’ai déjà dit je me prononce pas sur la méta-analyse. Cependant il existe bien des études qui montrent une efficacité et d’autres non ; en fait il semble exister une grande disparité dans les résultats d’études, ce qui est assez surprenant. Enfin bref, le sujet était à la base l’essai Recovery.

C'est pour ça que j'ai pris une méta-analyse, c'est plus fiable qu'une seule étude.
Et pour le reste : La Boucle. Je pourrai te redire ce que je t'ai déjà dis, mais tu me redirais alors exactement la même chose, puis je te redirais la même chose, etc.

Donc ça ne sert à rien.

Message édité le 18 mai 2022 à 13:45:23 par RealZakarik
Spartacus_re Spartacus_re
MP
18 mai 2022 à 14:16:21

Le 18 mai 2022 à 13:45:11 :

Le 18 mai 2022 à 04:40:03 :

Le 18 mai 2022 à 02:19:11 :

Le 18 mai 2022 à 00:41:11 :

Tu te fous de la gueule du monde.

Déjà c’est très moyen d’affirmer que cet article fait la part des choses sans avoir lu l’autre. Aussi cette étude est plus que suspecte. On ne joue pas ainsi avec la vie des gens.

Ces études ont respectés le protocole et été validées par un comité d'éthique. Par ailleurs, la surmortalité due a l'HCQ avec le COVID apparaît aussi dans d'autres études, dont au moins une méta analyse.

L’HCQ a été renié avant même le Covid. Pourquoi? Tout simplement qu’il avait déjà montré son efficacité par le passé pour le SARS-CoV-1. Il y a ici deux études frauduleuses qui ont délibérément utilisés une mauvaise posologie (d’autant qu’on parle dans un cas du Lancet). J’ai aucune idée de la qualité des autres études. Donc je n’en parlera pas pour le moment. L’article de Libération ne fait que noyer le poisson. Et tu dérobes du propos initial. Pourquoi il n’y a aucune étude pénale pour comprendre le fiasco de ces études qui ont fais potentiellement des morts. Pourquoi censure-t-on un pathologiste plutôt que de s’interroger sur la pertinence des résultats? Tout ce qu’a fait l’Allemagne, c’est de diaboliser un homme.

Et le doliprane peut provoquer des troubles respiratoires...

La boucle.

Résumé de l’article :

Comment le médicament hydroxychloroquine est-il normalement utilisé ? Pour une utilisation quotidienne chronique dans le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Lyme, les patients reçoivent entre 200 et 400 mg par jour, ou un maximum de 5 mg/kg. Dans la fièvre Q aiguë, 600 mg par jour peuvent être administrés en début de traitement. Pour les crises aiguës de paludisme, 1 500 à 2 000 mg peuvent être administrés sur 3 jours. Le groupe du professeur Didier Raoult à Marseille a utilisé 600 mg par jour jusqu'à dix jours chez 1061 patients Covid-19, et fait état de 8 décès, soit un taux de mortalité de 0,75%.

L'OMS a embauché un consultant pour explorer la toxicité de la chloroquine en 1979. Le consultant, H. Weniger, a examiné 335 épisodes d'empoisonnement d'adultes par des médicaments à base de chloroquine. Weniger à la page 5 note qu'une dose unique de 1,5 à 2 grammes de base de chloroquine "peut être mortelle ".

Selon Browning et Goldfrank, la pharmacocinétique et la puissance de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine sont presque identiques, tandis que la dose chronique maximale de chloroquine utilisée est de 3,5 mg/kg.  

Le schéma posologique de HCQ utilisé dans l'essai Recovery était de 12 comprimés au cours des 24 premières heures (dose initiale de 800 mg, 800 mg six heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard), puis 400 mg toutes les 12 heures pendant 9 heures supplémentaires. jours. Il s'agit de 2,4 grammes pendant les premières 24 heures et d'une dose cumulée de 9,2 grammes sur 10 jours.

Nous savons grâce à la consultation informelle de l'OMS du 13 mars sur le rôle potentiel de la chloroquine que la Fondation Gates avait étudié la pharmacocinétique complexe du médicament, et sur les 25 participants à cette réunion, 5 appartenaient à la Fondation Gates.  

La seule dose de traitement mentionnée dans le rapport de consultation informelle du 13 mars était dans un paragraphe sur les doses préventives. Il a déclaré : "Des doses plus élevées seraient envisagées pour le traitement, c'est-à-dire 10 mg / kg de base, suivis de 5 mg / kg deux fois par jour pendant sept jours." 

Et en parlant de Raoult, une étude a été publiée sur les principales différences de traitement et de résultats que les patients reçoivent lorsqu'ils sont placés dans des études « big data » par rapport à la réception de soins individualisés pour Covid-19. Ici : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2052297520300615

Comme je l’ai déjà dit je me prononce pas sur la méta-analyse. Cependant il existe bien des études qui montrent une efficacité et d’autres non ; en fait il semble exister une grande disparité dans les résultats d’études, ce qui est assez surprenant. Enfin bref, le sujet était à la base l’essai Recovery.

C'est pour ça que j'ai pris une méta-analyse, c'est plus fiable qu'une seule étude.
Et pour le reste : La Boucle. Je pourrai te redire ce que je t'ai déjà dis, mais tu me redirais alors exactement la même chose, puis je te redirais la même chose, etc.

Donc ça ne sert à rien.

Et c’est moi qui prend pas en compte l’avis des autres? Il y a ici la preuve que des doses potentiellement mortelles ont été administrés. Mais bon aucun intérêt donc.

Et j’ai pas dit que cette méta-analyse est nulle mais qu’il en existe d’autres et que les résultats sont disparates. Ici aussi aucun intérêt donc. Ça va dans ton sens donc c’est celle-là et pas une autre !

Comme tu dis la boucle.

Message édité le 18 mai 2022 à 14:17:40 par Spartacus_re
RealZakarik RealZakarik
MP
18 mai 2022 à 14:21:46

Le 18 mai 2022 à 14:16:21 :

Le 18 mai 2022 à 13:45:11 :

Le 18 mai 2022 à 04:40:03 :

Le 18 mai 2022 à 02:19:11 :

Le 18 mai 2022 à 00:41:11 :

Tu te fous de la gueule du monde.

Déjà c’est très moyen d’affirmer que cet article fait la part des choses sans avoir lu l’autre. Aussi cette étude est plus que suspecte. On ne joue pas ainsi avec la vie des gens.

Ces études ont respectés le protocole et été validées par un comité d'éthique. Par ailleurs, la surmortalité due a l'HCQ avec le COVID apparaît aussi dans d'autres études, dont au moins une méta analyse.

L’HCQ a été renié avant même le Covid. Pourquoi? Tout simplement qu’il avait déjà montré son efficacité par le passé pour le SARS-CoV-1. Il y a ici deux études frauduleuses qui ont délibérément utilisés une mauvaise posologie (d’autant qu’on parle dans un cas du Lancet). J’ai aucune idée de la qualité des autres études. Donc je n’en parlera pas pour le moment. L’article de Libération ne fait que noyer le poisson. Et tu dérobes du propos initial. Pourquoi il n’y a aucune étude pénale pour comprendre le fiasco de ces études qui ont fais potentiellement des morts. Pourquoi censure-t-on un pathologiste plutôt que de s’interroger sur la pertinence des résultats? Tout ce qu’a fait l’Allemagne, c’est de diaboliser un homme.

Et le doliprane peut provoquer des troubles respiratoires...

La boucle.

Résumé de l’article :

Comment le médicament hydroxychloroquine est-il normalement utilisé ? Pour une utilisation quotidienne chronique dans le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Lyme, les patients reçoivent entre 200 et 400 mg par jour, ou un maximum de 5 mg/kg. Dans la fièvre Q aiguë, 600 mg par jour peuvent être administrés en début de traitement. Pour les crises aiguës de paludisme, 1 500 à 2 000 mg peuvent être administrés sur 3 jours. Le groupe du professeur Didier Raoult à Marseille a utilisé 600 mg par jour jusqu'à dix jours chez 1061 patients Covid-19, et fait état de 8 décès, soit un taux de mortalité de 0,75%.

L'OMS a embauché un consultant pour explorer la toxicité de la chloroquine en 1979. Le consultant, H. Weniger, a examiné 335 épisodes d'empoisonnement d'adultes par des médicaments à base de chloroquine. Weniger à la page 5 note qu'une dose unique de 1,5 à 2 grammes de base de chloroquine "peut être mortelle ".

Selon Browning et Goldfrank, la pharmacocinétique et la puissance de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine sont presque identiques, tandis que la dose chronique maximale de chloroquine utilisée est de 3,5 mg/kg.  

Le schéma posologique de HCQ utilisé dans l'essai Recovery était de 12 comprimés au cours des 24 premières heures (dose initiale de 800 mg, 800 mg six heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard), puis 400 mg toutes les 12 heures pendant 9 heures supplémentaires. jours. Il s'agit de 2,4 grammes pendant les premières 24 heures et d'une dose cumulée de 9,2 grammes sur 10 jours.

Nous savons grâce à la consultation informelle de l'OMS du 13 mars sur le rôle potentiel de la chloroquine que la Fondation Gates avait étudié la pharmacocinétique complexe du médicament, et sur les 25 participants à cette réunion, 5 appartenaient à la Fondation Gates.  

La seule dose de traitement mentionnée dans le rapport de consultation informelle du 13 mars était dans un paragraphe sur les doses préventives. Il a déclaré : "Des doses plus élevées seraient envisagées pour le traitement, c'est-à-dire 10 mg / kg de base, suivis de 5 mg / kg deux fois par jour pendant sept jours." 

Et en parlant de Raoult, une étude a été publiée sur les principales différences de traitement et de résultats que les patients reçoivent lorsqu'ils sont placés dans des études « big data » par rapport à la réception de soins individualisés pour Covid-19. Ici : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2052297520300615

Comme je l’ai déjà dit je me prononce pas sur la méta-analyse. Cependant il existe bien des études qui montrent une efficacité et d’autres non ; en fait il semble exister une grande disparité dans les résultats d’études, ce qui est assez surprenant. Enfin bref, le sujet était à la base l’essai Recovery.

C'est pour ça que j'ai pris une méta-analyse, c'est plus fiable qu'une seule étude.
Et pour le reste : La Boucle. Je pourrai te redire ce que je t'ai déjà dis, mais tu me redirais alors exactement la même chose, puis je te redirais la même chose, etc.

Donc ça ne sert à rien.

Et c’est moi qui prend pas en compte l’avis des autres? Il y a ici la preuve que des doses potentiellement mortelles ont été administrés. Mais bon aucun intérêt donc.

Et j’ai pas dit que cette méta-analyse est nulle mais qu’il en existe d’autres et que les résultats sont disparates. Ici aussi aucun intérêt donc. Ça va dans ton sens donc c’est celle-là et pas une autre !

Comme tu dis la boucle.

Et il y a des explications qui ont été fournis... La Boucle...

Spartacus_re Spartacus_re
MP
18 mai 2022 à 14:46:45

Le 18 mai 2022 à 14:21:46 :

Le 18 mai 2022 à 14:16:21 :

Le 18 mai 2022 à 13:45:11 :

Le 18 mai 2022 à 04:40:03 :

Le 18 mai 2022 à 02:19:11 :

> Le 18 mai 2022 à 00:41:11 :

>

> Tu te fous de la gueule du monde.

>

> Déjà c’est très moyen d’affirmer que cet article fait la part des choses sans avoir lu l’autre. Aussi cette étude est plus que suspecte. On ne joue pas ainsi avec la vie des gens.

Ces études ont respectés le protocole et été validées par un comité d'éthique. Par ailleurs, la surmortalité due a l'HCQ avec le COVID apparaît aussi dans d'autres études, dont au moins une méta analyse.

> L’HCQ a été renié avant même le Covid. Pourquoi? Tout simplement qu’il avait déjà montré son efficacité par le passé pour le SARS-CoV-1. Il y a ici deux études frauduleuses qui ont délibérément utilisés une mauvaise posologie (d’autant qu’on parle dans un cas du Lancet). J’ai aucune idée de la qualité des autres études. Donc je n’en parlera pas pour le moment. L’article de Libération ne fait que noyer le poisson. Et tu dérobes du propos initial. Pourquoi il n’y a aucune étude pénale pour comprendre le fiasco de ces études qui ont fais potentiellement des morts. Pourquoi censure-t-on un pathologiste plutôt que de s’interroger sur la pertinence des résultats? Tout ce qu’a fait l’Allemagne, c’est de diaboliser un homme.

>

> Et le doliprane peut provoquer des troubles respiratoires...

La boucle.

Résumé de l’article :

Comment le médicament hydroxychloroquine est-il normalement utilisé ? Pour une utilisation quotidienne chronique dans le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Lyme, les patients reçoivent entre 200 et 400 mg par jour, ou un maximum de 5 mg/kg. Dans la fièvre Q aiguë, 600 mg par jour peuvent être administrés en début de traitement. Pour les crises aiguës de paludisme, 1 500 à 2 000 mg peuvent être administrés sur 3 jours. Le groupe du professeur Didier Raoult à Marseille a utilisé 600 mg par jour jusqu'à dix jours chez 1061 patients Covid-19, et fait état de 8 décès, soit un taux de mortalité de 0,75%.

L'OMS a embauché un consultant pour explorer la toxicité de la chloroquine en 1979. Le consultant, H. Weniger, a examiné 335 épisodes d'empoisonnement d'adultes par des médicaments à base de chloroquine. Weniger à la page 5 note qu'une dose unique de 1,5 à 2 grammes de base de chloroquine "peut être mortelle ".

Selon Browning et Goldfrank, la pharmacocinétique et la puissance de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine sont presque identiques, tandis que la dose chronique maximale de chloroquine utilisée est de 3,5 mg/kg.  

Le schéma posologique de HCQ utilisé dans l'essai Recovery était de 12 comprimés au cours des 24 premières heures (dose initiale de 800 mg, 800 mg six heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard), puis 400 mg toutes les 12 heures pendant 9 heures supplémentaires. jours. Il s'agit de 2,4 grammes pendant les premières 24 heures et d'une dose cumulée de 9,2 grammes sur 10 jours.

Nous savons grâce à la consultation informelle de l'OMS du 13 mars sur le rôle potentiel de la chloroquine que la Fondation Gates avait étudié la pharmacocinétique complexe du médicament, et sur les 25 participants à cette réunion, 5 appartenaient à la Fondation Gates.  

La seule dose de traitement mentionnée dans le rapport de consultation informelle du 13 mars était dans un paragraphe sur les doses préventives. Il a déclaré : "Des doses plus élevées seraient envisagées pour le traitement, c'est-à-dire 10 mg / kg de base, suivis de 5 mg / kg deux fois par jour pendant sept jours." 

Et en parlant de Raoult, une étude a été publiée sur les principales différences de traitement et de résultats que les patients reçoivent lorsqu'ils sont placés dans des études « big data » par rapport à la réception de soins individualisés pour Covid-19. Ici : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2052297520300615

Comme je l’ai déjà dit je me prononce pas sur la méta-analyse. Cependant il existe bien des études qui montrent une efficacité et d’autres non ; en fait il semble exister une grande disparité dans les résultats d’études, ce qui est assez surprenant. Enfin bref, le sujet était à la base l’essai Recovery.

C'est pour ça que j'ai pris une méta-analyse, c'est plus fiable qu'une seule étude.
Et pour le reste : La Boucle. Je pourrai te redire ce que je t'ai déjà dis, mais tu me redirais alors exactement la même chose, puis je te redirais la même chose, etc.

Donc ça ne sert à rien.

Et c’est moi qui prend pas en compte l’avis des autres? Il y a ici la preuve que des doses potentiellement mortelles ont été administrés. Mais bon aucun intérêt donc.

Et j’ai pas dit que cette méta-analyse est nulle mais qu’il en existe d’autres et que les résultats sont disparates. Ici aussi aucun intérêt donc. Ça va dans ton sens donc c’est celle-là et pas une autre !

Comme tu dis la boucle.

Et il y a des explications qui ont été fournis... La Boucle...

Je réponds pour les gens du forum.

Après que la découverte du Dr Nass a été diffusée publiquement, l’OMS a mis en terme à l’étude de l’hydroxychloroquine.

La pharmacocinétique et les dosages sont connus en ce qui concerne l’HCQ. Le maximum est de 5 mg/kg.

Nous savons grâce à la consultation informelle de l'OMS du 13 mars sur le rôle potentiel de la chloroquine que la Fondation Gates avait étudié la pharmacocinétique complexe du médicament, et sur les 25 participants à cette réunion, 5 appartenaient à la Fondation Gates. (Pas la 1ère fois que la Fondation est mise en cause)

La seule dose de traitement mentionnée dans le rapport de consultation informelle du 13 mars était dans un paragraphe sur les doses préventives. Il a déclaré : "Des doses plus élevées seraient envisagées pour le traitement, c'est-à-dire 10 mg / kg de base, suivis de 5 mg / kg deux fois par jour pendant sept jours". 

L'essai Recovery a utilisé 1,86 gramme d'hydroxychloroquine base (égal à 2400 mg d'hydroxychloroquine) au cours des 24 premières heures pour le traitement de patients Covid-19 déjà très malades et hospitalisés. Les essais canadiens et norvégiens de solidarité ont utilisé 2 000 mg de HCQ, soit 1,55 gramme de base de HCQ au cours des 24 premières heures. Chaque essai a donné aux patients une dose cumulée au cours des 24 premières heures qui, lorsqu'elle est administrée en une seule dose, a été documentée comme étant mortelle (la demi-vie du médicament est d'environ un mois, la quantité cumulée est donc importante).

Les doses utilisées dans ces essais ne sont pas recommandées pour le traitement de toute condition médicale, ce qui est confirmé avec le manuel de pharmacologie de Goodman et Gilman, l'étiquette américaine du médicament et l'encyclopédie médicale par abonnement en ligne UptoDate.

Message édité le 18 mai 2022 à 14:49:33 par Spartacus_re
RealZakarik RealZakarik
MP
18 mai 2022 à 14:49:30

Le 18 mai 2022 à 14:46:45 :

Le 18 mai 2022 à 14:21:46 :

Le 18 mai 2022 à 14:16:21 :

Le 18 mai 2022 à 13:45:11 :

Le 18 mai 2022 à 04:40:03 :

> Le 18 mai 2022 à 02:19:11 :

>> Le 18 mai 2022 à 00:41:11 :

> >

> > Tu te fous de la gueule du monde.

> >

> > Déjà c’est très moyen d’affirmer que cet article fait la part des choses sans avoir lu l’autre. Aussi cette étude est plus que suspecte. On ne joue pas ainsi avec la vie des gens.

>

> Ces études ont respectés le protocole et été validées par un comité d'éthique. Par ailleurs, la surmortalité due a l'HCQ avec le COVID apparaît aussi dans d'autres études, dont au moins une méta analyse.

>

> > L’HCQ a été renié avant même le Covid. Pourquoi? Tout simplement qu’il avait déjà montré son efficacité par le passé pour le SARS-CoV-1. Il y a ici deux études frauduleuses qui ont délibérément utilisés une mauvaise posologie (d’autant qu’on parle dans un cas du Lancet). J’ai aucune idée de la qualité des autres études. Donc je n’en parlera pas pour le moment. L’article de Libération ne fait que noyer le poisson. Et tu dérobes du propos initial. Pourquoi il n’y a aucune étude pénale pour comprendre le fiasco de ces études qui ont fais potentiellement des morts. Pourquoi censure-t-on un pathologiste plutôt que de s’interroger sur la pertinence des résultats? Tout ce qu’a fait l’Allemagne, c’est de diaboliser un homme.

> >

> > Et le doliprane peut provoquer des troubles respiratoires...

>

> La boucle.

Résumé de l’article :

Comment le médicament hydroxychloroquine est-il normalement utilisé ? Pour une utilisation quotidienne chronique dans le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Lyme, les patients reçoivent entre 200 et 400 mg par jour, ou un maximum de 5 mg/kg. Dans la fièvre Q aiguë, 600 mg par jour peuvent être administrés en début de traitement. Pour les crises aiguës de paludisme, 1 500 à 2 000 mg peuvent être administrés sur 3 jours. Le groupe du professeur Didier Raoult à Marseille a utilisé 600 mg par jour jusqu'à dix jours chez 1061 patients Covid-19, et fait état de 8 décès, soit un taux de mortalité de 0,75%.

L'OMS a embauché un consultant pour explorer la toxicité de la chloroquine en 1979. Le consultant, H. Weniger, a examiné 335 épisodes d'empoisonnement d'adultes par des médicaments à base de chloroquine. Weniger à la page 5 note qu'une dose unique de 1,5 à 2 grammes de base de chloroquine "peut être mortelle ".

Selon Browning et Goldfrank, la pharmacocinétique et la puissance de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine sont presque identiques, tandis que la dose chronique maximale de chloroquine utilisée est de 3,5 mg/kg.  

Le schéma posologique de HCQ utilisé dans l'essai Recovery était de 12 comprimés au cours des 24 premières heures (dose initiale de 800 mg, 800 mg six heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard), puis 400 mg toutes les 12 heures pendant 9 heures supplémentaires. jours. Il s'agit de 2,4 grammes pendant les premières 24 heures et d'une dose cumulée de 9,2 grammes sur 10 jours.

Nous savons grâce à la consultation informelle de l'OMS du 13 mars sur le rôle potentiel de la chloroquine que la Fondation Gates avait étudié la pharmacocinétique complexe du médicament, et sur les 25 participants à cette réunion, 5 appartenaient à la Fondation Gates.  

La seule dose de traitement mentionnée dans le rapport de consultation informelle du 13 mars était dans un paragraphe sur les doses préventives. Il a déclaré : "Des doses plus élevées seraient envisagées pour le traitement, c'est-à-dire 10 mg / kg de base, suivis de 5 mg / kg deux fois par jour pendant sept jours." 

Et en parlant de Raoult, une étude a été publiée sur les principales différences de traitement et de résultats que les patients reçoivent lorsqu'ils sont placés dans des études « big data » par rapport à la réception de soins individualisés pour Covid-19. Ici : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2052297520300615

Comme je l’ai déjà dit je me prononce pas sur la méta-analyse. Cependant il existe bien des études qui montrent une efficacité et d’autres non ; en fait il semble exister une grande disparité dans les résultats d’études, ce qui est assez surprenant. Enfin bref, le sujet était à la base l’essai Recovery.

C'est pour ça que j'ai pris une méta-analyse, c'est plus fiable qu'une seule étude.
Et pour le reste : La Boucle. Je pourrai te redire ce que je t'ai déjà dis, mais tu me redirais alors exactement la même chose, puis je te redirais la même chose, etc.

Donc ça ne sert à rien.

Et c’est moi qui prend pas en compte l’avis des autres? Il y a ici la preuve que des doses potentiellement mortelles ont été administrés. Mais bon aucun intérêt donc.

Et j’ai pas dit que cette méta-analyse est nulle mais qu’il en existe d’autres et que les résultats sont disparates. Ici aussi aucun intérêt donc. Ça va dans ton sens donc c’est celle-là et pas une autre !

Comme tu dis la boucle.

Et il y a des explications qui ont été fournis... La Boucle...

Je réponds pour les gens du forum.

Non, tu spam ton texte pour avoir le dernier mot.

Du coup, je vais juste reposter l'article de réponse :
https://www.liberation.fr/checknews/2020/06/11/essai-recovery-les-chercheurs-ont-ils-administre-plus-de-trois-fois-la-dose-d-hydroxychloroquine-aut_1790733/

Spartacus_re Spartacus_re
MP
18 mai 2022 à 15:09:22

Les résidents de SLD de l'Ontario se sont vu refuser des suppléments essentiels par les ordonnances de « retenue d'urgence des médicaments » : https://lionessofjudah.substack.com/p/ontario-ltc-residents-were-denied?utm_source=email&s=r

Un article récent sur le traitement des résidents des maisons de retraite en 2020 :
https://www.lifesitenews.com/news/nursing-home-residents-were-given-deadly-euthanasia-cocktails-for-covid/?utm_source=popular

MandrinLouis MandrinLouis
MP
18 mai 2022 à 15:16:12

Le 18 mai 2022 à 14:49:30 :

Le 18 mai 2022 à 14:46:45 :

Le 18 mai 2022 à 14:21:46 :

Le 18 mai 2022 à 14:16:21 :

Le 18 mai 2022 à 13:45:11 :

> Le 18 mai 2022 à 04:40:03 :

>> Le 18 mai 2022 à 02:19:11 :

> >> Le 18 mai 2022 à 00:41:11 :

> > >

> > > Tu te fous de la gueule du monde.

> > >

> > > Déjà c’est très moyen d’affirmer que cet article fait la part des choses sans avoir lu l’autre. Aussi cette étude est plus que suspecte. On ne joue pas ainsi avec la vie des gens.

> >

> > Ces études ont respectés le protocole et été validées par un comité d'éthique. Par ailleurs, la surmortalité due a l'HCQ avec le COVID apparaît aussi dans d'autres études, dont au moins une méta analyse.

> >

> > > L’HCQ a été renié avant même le Covid. Pourquoi? Tout simplement qu’il avait déjà montré son efficacité par le passé pour le SARS-CoV-1. Il y a ici deux études frauduleuses qui ont délibérément utilisés une mauvaise posologie (d’autant qu’on parle dans un cas du Lancet). J’ai aucune idée de la qualité des autres études. Donc je n’en parlera pas pour le moment. L’article de Libération ne fait que noyer le poisson. Et tu dérobes du propos initial. Pourquoi il n’y a aucune étude pénale pour comprendre le fiasco de ces études qui ont fais potentiellement des morts. Pourquoi censure-t-on un pathologiste plutôt que de s’interroger sur la pertinence des résultats? Tout ce qu’a fait l’Allemagne, c’est de diaboliser un homme.

> > >

> > > Et le doliprane peut provoquer des troubles respiratoires...

> >

> > La boucle.

>

> Résumé de l’article :

>

> Comment le médicament hydroxychloroquine est-il normalement utilisé ? Pour une utilisation quotidienne chronique dans le lupus érythémateux disséminé, la polyarthrite rhumatoïde ou la maladie de Lyme, les patients reçoivent entre 200 et 400 mg par jour, ou un maximum de 5 mg/kg. Dans la fièvre Q aiguë, 600 mg par jour peuvent être administrés en début de traitement. Pour les crises aiguës de paludisme, 1 500 à 2 000 mg peuvent être administrés sur 3 jours. Le groupe du professeur Didier Raoult à Marseille a utilisé 600 mg par jour jusqu'à dix jours chez 1061 patients Covid-19, et fait état de 8 décès, soit un taux de mortalité de 0,75%.

>

> L'OMS a embauché un consultant pour explorer la toxicité de la chloroquine en 1979. Le consultant, H. Weniger, a examiné 335 épisodes d'empoisonnement d'adultes par des médicaments à base de chloroquine. Weniger à la page 5 note qu'une dose unique de 1,5 à 2 grammes de base de chloroquine "peut être mortelle ".

>

> Selon Browning et Goldfrank, la pharmacocinétique et la puissance de la chloroquine et de l'hydroxychloroquine sont presque identiques, tandis que la dose chronique maximale de chloroquine utilisée est de 3,5 mg/kg.  

>

> Le schéma posologique de HCQ utilisé dans l'essai Recovery était de 12 comprimés au cours des 24 premières heures (dose initiale de 800 mg, 800 mg six heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard, 400 mg 6 heures plus tard), puis 400 mg toutes les 12 heures pendant 9 heures supplémentaires. jours. Il s'agit de 2,4 grammes pendant les premières 24 heures et d'une dose cumulée de 9,2 grammes sur 10 jours.

>

> Nous savons grâce à la consultation informelle de l'OMS du 13 mars sur le rôle potentiel de la chloroquine que la Fondation Gates avait étudié la pharmacocinétique complexe du médicament, et sur les 25 participants à cette réunion, 5 appartenaient à la Fondation Gates.  

>

> La seule dose de traitement mentionnée dans le rapport de consultation informelle du 13 mars était dans un paragraphe sur les doses préventives. Il a déclaré : "Des doses plus élevées seraient envisagées pour le traitement, c'est-à-dire 10 mg / kg de base, suivis de 5 mg / kg deux fois par jour pendant sept jours." 

>

> Et en parlant de Raoult, une étude a été publiée sur les principales différences de traitement et de résultats que les patients reçoivent lorsqu'ils sont placés dans des études « big data » par rapport à la réception de soins individualisés pour Covid-19. Ici : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2052297520300615

>

> Comme je l’ai déjà dit je me prononce pas sur la méta-analyse. Cependant il existe bien des études qui montrent une efficacité et d’autres non ; en fait il semble exister une grande disparité dans les résultats d’études, ce qui est assez surprenant. Enfin bref, le sujet était à la base l’essai Recovery.

C'est pour ça que j'ai pris une méta-analyse, c'est plus fiable qu'une seule étude.
Et pour le reste : La Boucle. Je pourrai te redire ce que je t'ai déjà dis, mais tu me redirais alors exactement la même chose, puis je te redirais la même chose, etc.

Donc ça ne sert à rien.

Et c’est moi qui prend pas en compte l’avis des autres? Il y a ici la preuve que des doses potentiellement mortelles ont été administrés. Mais bon aucun intérêt donc.

Et j’ai pas dit que cette méta-analyse est nulle mais qu’il en existe d’autres et que les résultats sont disparates. Ici aussi aucun intérêt donc. Ça va dans ton sens donc c’est celle-là et pas une autre !

Comme tu dis la boucle.

Et il y a des explications qui ont été fournis... La Boucle...

Je réponds pour les gens du forum.

Non, tu spam ton texte pour avoir le dernier mot.

Du coup, je vais juste reposter l'article de réponse :
https://www.liberation.fr/checknews/2020/06/11/essai-recovery-les-chercheurs-ont-ils-administre-plus-de-trois-fois-la-dose-d-hydroxychloroquine-aut_1790733/

le journal de dov alfon, ancien du mossad, circulez et n oubliez pas votre muselière

Spartacus_re Spartacus_re
MP
18 mai 2022 à 19:31:16

Lettre ouverte de la GAA Coalition : Aviation commerciale et blessures causées par les vaccins des pilotes.
https://gaacoalition.substack.com/p/global-coalition-statement-commercial?s=r

DébutPage précedente
Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
La vidéo du moment