Menu
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Tous les forums  /  Forum principal Création  /  Forum Ecriture  / 

Topic Visions fugitives (Recueil)

Sujet : Visions fugitives (Recueil)

1
Regicide1
Regicide1
MP
08 juin 2021 à 00:59:15

-----------------------------
Retournons à la mer
-----------------------------

Retournons à la mer qui de nous se souvient,
Des baisers entraînés dans la fuite des rues,
De la plage et des pas mêlés où tout revient,
Des distances jadis que l’on a parcourues.

Retournons à la mer qui n’a pas oublié,
Contrairement à moi, la douceur de ton rire,
Le sable en petits grains et l’eau dans les souliers,
L’heureuse ivresse à deux du temps long à s’écrire.

Retournons à la mer, y laver nos vieux corps,
Sous le soleil puissant récolter les remords,
Punir à ses rayons l'occasion perdue.

Retournons à la mer, où notre amour est né,
Voir les bateaux glisser sur l’immense étendue,
Sentir en nous le poids des jours abandonnés.

Borodin
Borodin
MP
13 juin 2021 à 20:57:30

C'est la première fois que je croise quelqu'un qui écrive véritablement en vers avec quelque talent sur ce forument. Suitent.

Regicide1
Regicide1
MP
14 juin 2021 à 07:53:47

Merci clé, oui la suitent arrivent.

loidemurphyxxxx
loidemurphyxxxx
MP
14 juin 2021 à 10:12:13

C'est très jolif

Regicide1
Regicide1
MP
14 juin 2021 à 22:22:23

-----------------------------------
------ L’origine du feu ------
-----------------------------------

Il niche au fond des trous et dans l’antre du cœur,
Arraché du ciel, il répand sa morsure,
L’arbre en forêt apprend à craindre sa couleur,
Cet étrange animal dompté par la brûlure.

L’on a cherché partout son nid abandonné,
La crevasse primaire abritant ses lumières,
L’origine invisible, il meurt où il est né,
Il avance sans ombre ignorant les frontières.

L’un a dit : « Dieu seul nous a remis son sort »
L’homme se cru béni, pardonné dans son tort,
Et libre d’en choisir l’horrible ou noble usage.

Peut-être aussi qu’au pied d’un ange il fut volé,
L’évadé des cieux qui, mal gardé, ravage,
Tapis dans la chaumière, en l’astre désolé.

Regicide1
Regicide1
MP
02 juillet 2021 à 17:55:24

-----------------------------------
--------- Siddhartha ---------
-----------------------------------

Trop longs sont à mûrir les fruits de l’arbre-souche.
Ils boivent une eau noire, impure et sans clarté,
Patiemment extraite au sous-sol écarté,
Et tombent tard, hélas, pour les dignes de bouche.

Il faut pouvoir entendre en soi la voix du fleuve,
Le désert qui se plaint, répondre à sa clameur,
Traverser sa tempête en habile rameur,
Éloigner les désirs, ceux que l’envie abreuve.

Sois béni, ô grand Prince, enseigne-nous à voir,
Montre aux pauvres la route et les fins assouvies
Qui mènent à l’éveil, Sublime aux mille vies !

Puisses-tu, dans ton temple, un jour nous recevoir,
Et nous mener enfin par-delà ta lisière,
Ô Siddhartha, toi seul qui connut la lumière !

Regicide1
Regicide1
MP
02 juillet 2021 à 18:25:57

-----------------------------------
--------- Cascatelles ---------
-----------------------------------

La terre qui répand de grosses larmes blanches
A creusé dans sa peine un passage oublié
Où les arbres du lieu, sous l’ombre de leurs branches,
Ont bâti sur la roche un monde replié.

Toujours y entend-on gronder, sourdes cascades,
L’eau qui cogne la pierre et porte au clair du jour
Les hurlements divins des lointaines décades,
Quand régnaient dans les bois l’esprit et le tambour.

Et le soleil, le soir, éclaire à son orée
Le trou vert qui trahit la ruine arborée
Où vit le temps reclus qui s’écoule et se tort.

Mais sur ce toit qui perche à niveau d’hirondelle
Tient encore une flèche aux affres de la mort,
Haut mât de résistance et noble citadelle.

Regicide1
Regicide1
MP
04 août 2021 à 16:48:10

-----------------------------------
- Résidence du souvenir --
-----------------------------------

Un grand palais se vide et va bientôt s’éteindre,
Au milieu du désert, immense épave et corps
D’un navire esseulé déjà certain d’atteindre
L’inquiétant rivage aux scènes sans décors.

Qui devine, à le voir étendu, le mirage ?
Le grand intérieur, l’espace informe et nu,
Des tableaux face aux murs, des miroirs sans image,
Traçant le négatif d’un temps discontinu.

Au sol et dans l’air sonne un bourdon, qui rappelle
Qu’une salle lointaine, où se tient sous chapelle
Un bal insouciant, valse au bon souvenir.

On danse à la mémoire, aux lieux et aux personnes,
À tous ceux qui, ce jour, ont pu se réunir
Pour disparaître ensemble en fidèles colonnes.

1
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?