Menu
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Tous les forums  /  Forum principal Savoir & Culture  /  Forum Politique  / 

Topic Comment les français vont faire pour être plus intelligents dans 9 ans?

Sujet : Comment les français vont faire pour être plus intelligents dans 9 ans?

1
laragedu972
laragedu972
MP
15 juin 2021 à 05:17:47

Dans 9 ans, c'est 2030.Tous les métiers seront automatisés à cause des robots et de l'intelligence artificielle, la fibre,la 5 G... beaucoup de métiers vont disparaître comme caissières ,chauffeurs, ouvriers,manutention ,magasiniers...
La france aura donc besoin de 10 fois plus d'ingénieurs , de chercheurs , de techniciens , de bac+10, de bac+5, d'experts.
Du coup, comment les français vont faire pour être 10 fois plus intelligents en seulement 9 ans?
c'est ça que je ne comprends pas.
:question:

laragedu972
laragedu972
MP
15 juin 2021 à 05:33:42

ça prend 10 ans pour former un chercheur français et 5 ans pour former un ingénieur français....
Donc on sait déjà qu'on a échoué pour former les chercheurs de 2030...Puisque la France n'a rien fait pour multiplier par 10 ses chercheurs...

Bitchass
Bitchass
MP
17 juin 2021 à 13:44:44

Le 15 juin 2021 à 05:17:47 :
Dans 9 ans, c'est 2030.Tous les métiers seront automatisés à cause des robots et de l'intelligence artificielle, la fibre,la 5 G... beaucoup de métiers vont disparaître comme caissières ,chauffeurs, ouvriers,manutention ,magasiniers...
La france aura donc besoin de 10 fois plus d'ingénieurs , de chercheurs , de techniciens , de bac+10, de bac+5, d'experts.
Du coup, comment les français vont faire pour être 10 fois plus intelligents en seulement 9 ans?
c'est ça que je ne comprends pas.
:question:

On sait pas. Certains te diront que d'autres jobs vont être créés car dans l'histoire ça a tjrs été comme ça depuis la révolution industrielle, des métiers qui semblaient indispensables avant, comme ceux de l'artisanat, sont aujourd'hui devenus quasi-obsolète avec la standardisation, de la même manière, des tâches au boulot sont tombées en désuétude à cause de l'informatique. Dès lors, il est pas tellement con de dire que t'auras juste de nouveaux jobs dans le futur qui ne nécessiteront pas forcément un diplôme d'informatique pour les pratiquer. Par ailleurs, ça dépend aussi de la culture, en France contrairement au Japon par exemple, une importance est accordée aux métiers où le contact humain est valorisé, par conséquent ils sont en réalité difficilement remplaçable. Les chaines de grande distribution ont encore des caissières, même si ça leur couterait 3*moins cher d'avoir intégralement des caisses auto.

D'un autre coté, beaucoup prônent un revenu universel pour accommoder les "laissés pour compte", ou alors un changement de la manière dont on se représente le travail. Dès lors, le temps de travail sera réduit et une plus grande place sera accordée au temps libre grâce à la productivité induite par l'automatisation.

Je planche plus pour le premier scénario :
-Pour des raisons culturelles, les gens sont à mon avis plus prompt à interagir avec des vrais humains et sont moins à l'aise avec les relations para-sociales.
-L'économie de marché dépend des consommateurs, et c'est difficile de faire tourner la machine quand les gens n'ont pas de revenus. Donc pour moi, ce qui se fait déjà va perdurer : T'auras de nouveaux "bullshit jobs" et autres fonctions de support qui vont fleurir ou/et des métiers qui appellent à plus de créativité ou d'interactivité et donc moins dépendants de l'automatisation.
-Les entreprises auront du mal à faire valoir leurs intérêts auprès des parties prenantes (employés, localisation où ils opèrent, gouvernement, clients, fournisseurs etc...) si elles ne créent pas d'emploi. Le profit à court terme n'est pas la seule finalité, tu dois faire valoir une identité et une image attrayantes auprès de la société, sinon ton projet tombera à l'eau tôt ou tard.

Message édité le 17 juin 2021 à 13:45:10 par Bitchass
ElimGarak
ElimGarak
MP
17 juin 2021 à 23:28:44

La France sera le dernier pays à être robotisé de façon.
En 2030 il y aura sûrement l'élection d'un Hamon bis qui trouvera l'idée géniale du revenu universel et de taxer les robots. Résultat des courses, on aura pas bougé d'un pouce.

ToutEstFaux
ToutEstFaux
MP
19 juin 2021 à 07:24:40

Je ne parle pas de l’influence qu’a eue l’imprimerie sur le perfectionnement des connaissances humaines et sur la civilisation ; je ne veux la considérer que comme manufacture et sous ses rapports économiques. Au moment où elle fut employée, une foule de copistes durent rester inoccupés ; car on peut estimer qu’un seul ouvrier imprimeur fait autant de besogne que deux cents copistes. Il faut donc croire que cent quatre-vingt-dix-neuf ouvriers sur deux cents restèrent sans ouvrage. Eh bien, la facilité de lire les ouvrages imprimés, plus grande que pour les ouvrages manuscrits, le bas prix auquel les livres tombèrent, l’encouragement que cette invention donna aux auteurs pour en composer en bien plus grand nombre, soit d’instruction, soit d’amusement ; toutes ces causes firent qu’au bout de très-peu de temps, il y eut plus d’ouvriers imprimeurs employés qu’il n’y avait auparavant de copistes. Et si à présent on pouvait calculer exactement, non-seulement le nombre des ouvriers imprimeurs, mais encore des industrieux que l’imprimerie fait travailler, comme graveurs de poinçons, fondeurs de caractères, fabricans de papier, voituriers, correcteurs, relieurs, libraires, on trouverait peut-être que le nombre des personnes occupées par la fabrication des livres est cent fois plus grand que celui qu’elle occupait avant l’invention de l’imprimerie.

Tout ça pour dire qu’on ne peut jamais rien prévoir, il faut faire confiance au progrès et au marché pour que chacun trouve du travail et une place dans la société.

Message édité le 19 juin 2021 à 07:25:53 par ToutEstFaux
ToutEstFaux
ToutEstFaux
MP
19 juin 2021 à 07:35:00

En fait l’histoire de l’humanité c’est une boucle, on a les mêmes débats sur la robotisation qu’on avait début 19ème sur la mécanisation https://image.noelshack.com/fichiers/2021/23/6/1623449437-adobe-20210612-001001.png

Si les fileurs de coton au rouet qui, en 1789, brisèrent les machines à filature qu’on introduisait alors en Normandie, avaient continué sur le même pied, il aurait fallu renoncer à fabriquer chez nous des étoffes de coton ; on les aurait toutes tirées du dehors ou remplacées par d’autres tissus ; et les fileurs de Normandie, qui pourtant finirent par être occupés en majeure partie dans les grandes filatures, seraient demeurés encore plus dépourvus d’occupation.

Qu’on me permette d’ajouter ici que si nous comparons en grand l’emploi des bras avec l’emploi des machines, et dans la supposition extrême où les machines viendraient à remplacer presque tout le travail manuel, le nombre des hommes n’en serait pas réduit, puisque la somme des productions ne serait pas diminuée, et il y aurait peut-être moins de souffrances à redouter pour la classe indigente et laborieuse ; car alors, dans les fluctuations qui, par momens, font souffrir les diverses branches d’industrie, ce seraient des machines principalement, c’est-à-dire des capitaux, qui chômeraient plutôt que des bras, plutôt que des hommes ; or, des machines ne meurent pas de faim ; elles cessent de rapporter un profit à leurs entrepreneurs, qui, en général, sont moins près du besoin que de simples ouvriers.

En poursuivant cette recherche dans tous les arts industriels, on verrait que la plupart des machines ne se bornent pas à suppléer simplement le travail de l’homme, et qu’elles donnent un produit réellement nouveau en donnant une perfection nouvelle. Le balancier, le laminoir exécutent des produits que l’art et les soins du plus habile ouvrier n’accompliraient jamais sans ces puissantes machines.

Les anciens ne connaissaient pas les moulins : de leur temps c’étaient des hommes qui broyaient le froment dont on fesait le pain ; on estime que la chute d’eau qui fait aller un moulin, équivaut à la force de cent cinquante hommes. Or, les cent cinquante hommes que les anciens étaient forcés d’employer de plus que nous, en place de chacun de nos moulins[5], peuvent de nos jours trouver à subsister comme autrefois, puisque le moulin n’a pas diminué les produits de la société ; et en même temps leur industrie peut s’appliquer à créer d’autres produits qu’elle donne en échange du produit du moulin, et multiplie ainsi la masse des richesses[6].

LibegonPDC0
LibegonPDC0
MP
19 juin 2021 à 13:37:12

[07:35:00] <ToutEstFaux>
En fait l’histoire de l’humanité c’est une boucle, on a les mêmes débats sur la robotisation qu’on avait début 19ème sur la mécanisation https://image.noelshack.com/fichiers/2021/23/6/1623449437-adobe-20210612-001001.png

Si les fileurs de coton au rouet qui, en 1789, brisèrent les machines à filature qu’on introduisait alors en Normandie, avaient continué sur le même pied, il aurait fallu renoncer à fabriquer chez nous des étoffes de coton ; on les aurait toutes tirées du dehors ou remplacées par d’autres tissus ; et les fileurs de Normandie, qui pourtant finirent par être occupés en majeure partie dans les grandes filatures, seraient demeurés encore plus dépourvus d’occupation.

Qu’on me permette d’ajouter ici que si nous comparons en grand l’emploi des bras avec l’emploi des machines, et dans la supposition extrême où les machines viendraient à remplacer presque tout le travail manuel, le nombre des hommes n’en serait pas réduit, puisque la somme des productions ne serait pas diminuée, et il y aurait peut-être moins de souffrances à redouter pour la classe indigente et laborieuse ; car alors, dans les fluctuations qui, par momens, font souffrir les diverses branches d’industrie, ce seraient des machines principalement, c’est-à-dire des capitaux, qui chômeraient plutôt que des bras, plutôt que des hommes ; or, des machines ne meurent pas de faim ; elles cessent de rapporter un profit à leurs entrepreneurs, qui, en général, sont moins près du besoin que de simples ouvriers.

En poursuivant cette recherche dans tous les arts industriels, on verrait que la plupart des machines ne se bornent pas à suppléer simplement le travail de l’homme, et qu’elles donnent un produit réellement nouveau en donnant une perfection nouvelle. Le balancier, le laminoir exécutent des produits que l’art et les soins du plus habile ouvrier n’accompliraient jamais sans ces puissantes machines.

Les anciens ne connaissaient pas les moulins : de leur temps c’étaient des hommes qui broyaient le froment dont on fesait le pain ; on estime que la chute d’eau qui fait aller un moulin, équivaut à la force de cent cinquante hommes. Or, les cent cinquante hommes que les anciens étaient forcés d’employer de plus que nous, en place de chacun de nos moulins[5], peuvent de nos jours trouver à subsister comme autrefois, puisque le moulin n’a pas diminué les produits de la société ; et en même temps leur industrie peut s’appliquer à créer d’autres produits qu’elle donne en échange du produit du moulin, et multiplie ainsi la masse des richesses[6].

Les lampadaires électriques qui ont tué le métier de ceux qui allumaient CHAQUE LAMPADAIRE le soir. https://image.noelshack.com/fichiers/2021/23/6/1623449437-adobe-20210612-001001.png

Message édité le 19 juin 2021 à 13:37:41 par LibegonPDC0
Sisypheen
Sisypheen
MP
19 juin 2021 à 15:16:58

Le Japon est l'un des pays les plus robotisés et pourtant il n'y a pas de chômage
https://www.noelshack.com/2021-24-6-1624108614-20210619-151602.jpg

Balavoooo6
Balavoooo6
MP
19 juin 2021 à 15:25:14

Pour programmer le deep learning il faut des humains qui font du travail à la chaîne en cliquant sur "ceci est un arbre" "ceci est une lampe"

1
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Paulop, Tris0m, Tomy-Fett, El-Tigrou
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer