Menu
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Tous les forums  /  Forum principal Savoir & Culture  /  Forum Politique  / 

Topic Pronos Régionales

Sujet : Pronos Régionales

Page suivanteFin
Aerpheus
Aerpheus
MP
10 juin 2021 à 20:32:17

(Oui, je ne reviens sur le FoPo que pour créer des topics de pronos avant une élection.)

Dans la continuité de mon topic sur l'élection Biden / Trump, voici le topic consacré à vos pronos pour les régionales, après une présentation des forces en présence.

Synthèse générale

https://www.noelshack.com/2021-23-4-1623349262-synthese.png
Régions colorées : A la couleur du parti qui en est le favori
Régions grises : Issue indécise entre les partis représentés par un carré

NB : La Corse et l'outre mer ne sont pas traités faute de données suffisantes (les régionalistes sont généralement favoris).

Rassemblement national et Front républicain

https://www.noelshack.com/2021-23-4-1623349280-rn.png
Bleu foncé : Chances sérieuses pour le RN de l'emporter même avec le retrait de listes
Bleu marine : RN favori ou concurrent sérieux sans retrait de listes, mais peu à très peu de chances de l'emporter en cas de retrait
Bleu gris : Outsider potentiel à condition qu'aucun retrait de listes ait lieu
Carré rouge : Chances réalistes à quasi-certitude que le RN arrive en tête au 1er tour

Le RN présente un paradoxe à cette élection : il ne progresse pas spécialement dans les urnes par rapport à 2015, mais il a plus de chances de remporter des régions cette année, en raison de deux facteurs.

Quadrangulaires

Depuis 2015, un parti du nom de EM! puis LREM a émergé au centre. S'il n'a en soi que peu de chances de ne gagner ne serait-ce qu'une région, il peut en revanche se qualifier au second tour dans plusieurs régions et créer des quadrangulaires. Cela fait mécaniquement baisser les votes de la gauche et de la droite, à tel point que le RN, sans gagner des voix par rapport à 2015, pourrait se retrouver premier en cas de maintien de toutes les listes.

C'est ainsi le cas du Grand Est, de la BFC, du Centre et de la Normandie, rien que ça.

Front républicain menacé de déliquescence

Selon la formule d'un papier daté d'aujourd'hui dans le Monde.

La gauche d'une part a mal vécue de ne pas avoir de représentants en HdF et en PACA pendant 6 ans. Mais si Bertrand n'a plus besoin du retrait de la gauche en soi (mais celui de LREM oui), celui-ci est absolument nécessaire en PACA. Or, si le PS et le PCF sont disposé à se retirer pour le front républicain, EELV semble plus frileux et la FI y est hostile. Et c'est bien un candidat écologiste qui se présente en Provence. Est-ce que 12 années (et plus si affinité) passeront sans représentant de gauche à l'assemblée de PACA ?

La Macronie d'autre part proposerait des fusions techniques plus que des retraits. Surtout en HdF. Pourquoi faire le cadeau d'un retrait à celui qui veut se servir d'une réélection comme tremplin pour 2022 ? Mais ces fusions sont peu vraisemblables. Quel sera donc le moindre mal selon la présidence entre aider à l'émergence d'un concurrent présidentiel et la victoire du RN ? Encore faut-il pouvoir se qualifier au second tour, ce qui n'est pas acquis dans cette région.

La droite en revanche, bien que cela n'empêche pas ses cadres de disserter sur ce sujet, semble finalement peu concernée par ce dilemme. Comme en 2015, il ne semble pas en effet qu'il y ait ne serait-ce qu'une région dans laquelle le retrait d'une liste de droite soit utile à un barrage au RN (avec une réserve peut-être pour la région Centre). D'ailleurs, s'il y avait quand même retrait de la LR, ses électeurs feraient-ils vraiment le choix des partis centristes voire de gauche plutôt que le RN ?

<u>Premier échec d'un front républicain formé ?/u>

Au-delà de ces configurations électorales favorables au le RN mais pas spécialement méritoires pour lui (en tout cas pas plus qu'en 2015), il est néanmoins une victoire qui elle serait particulièrement belle pour lui : la PACA.

La PACA pourrait en effet être remporté par le RN malgré un front républicain formé et total, contre une droite se présentant seule. Les sondages commencent même à suggérer qu'il s'agirait de l'issue la plus probable. Est-ce que cette tendance va se maintenir ?

La Droite, la Gauche, et le Centre

LREM

https://www.noelshack.com/2021-23-4-1623349307-lrem.png
Orange pâle : Chances non négligeables de victoire du Modem
Carré noir : La majorité pourrait ne pas être qualifiable au second tour / n'est pas présente au premier tour

Géant national et nain local. Performer pour 2022 mais couler pour 2021 dans les sondages. Un autre en même temps macronien.

Le Modem aurait des chances de remporter le Centre en absorbant la droite au second tour (mais encore faut-il qu'elle l'accepte, et que la fusion ne se fasse pas dans l'autre sens). Mais c'est bien tout.

LR

https://www.noelshack.com/2021-23-4-1623349394-lr.png
Bleu : LR favori
Bleu clair : Bonnes chances à chances réalistes pour LR de l'emporter

Pécresse et Wauquiez garderont leur siège, mais LR perdra le Pays de la Loire à cause de la présence de LREM au second tour.

Le reste sont des incertitudes plus ou moins grandes. LR (ou plutôt ses alliés de centre-droit) devrait pouvoir garder la Normandie même sans front républicain, les HdF pourraient également s'en passer (ou pas), le Grand Est pourrait être en revanche très limite. Et bien sûr, il y a le cas provençal.

Seul gain possible : le Centre. A condition que le Modem les rejoignent. Et de gagner en étant outsider.

PS / EELV

https://www.noelshack.com/2021-23-4-1623349415-ps.png
Rouge : PS favori
Vert : EELV (ou PS) favori
Rose : Bonnes chances à chances réalistes pour le PS de l'emporter

La PS devrait garder les deux régions du Sud-ouest et la Bretagne sans problème notable, à condition de savoir s'unir aux autres gauches. Il a aussi de bonnes chances de conserver le Centre, sans que cela soit une certitude cependant.

Il pourrait même reconquérir les Pays de la Loire pour parfaire sa domination atlantique, à condition toutefois que EELV les rejoignent. Or les écologistes ont de bonnes chances d'être devant les socialistes au premier tour et de s'offrir le leadership au second tour. Première région écologiste ?

La soldate bourguignonne aurait en revanche besoin d'un front républicain qui est bien incertain.

Et donc, quels sont vos pronostics ?

kotaro123
kotaro123
MP
10 juin 2021 à 21:11:16

Ce serait marrant que le front républicain saute, histoire que la recomposition politique s'accélère d"ici à 2022

Aerpheus
Aerpheus
MP
10 juin 2021 à 21:37:37

Je ne sais pas si une victoire du RN en 2021 est bon pour le RN en 2022 de ce point de vue là.
D'un côté, sa victoire le renforcera je pense envers les électeurs LR, sur sa présentabilité en parti de gouvernement et en fissurant la digue chiraquienne à son égard.
De l'autre, elle pourrait effrayer les électeurs de gauche qui s'amusent aujourd'hui au ni ni, mais à condition quand même que le RN perde à la fin. Faire passer certains de l'idée que la pureté morale se trouve dans le vote utile plutôt que le refus de choisir. Mélenchon de 2002 au lieu de celui de 2017 en somme.

kotaro123
kotaro123
MP
10 juin 2021 à 21:49:31

Je sais pas. Franchement pour moi la recomposition c'est autour de l'islam et de l'immigration qu'elle se joue.

La gauche à mon sens est dynamitée sur le même plan, entre les laïcards républicains et les indigénistes... Les écolos sont les seuls à ne pas être phagocytés et écartelés par cette question migratoire.

La droite même sujet, avant on pouvait encore faire une synthèse entre droite libérale, sociale et conservatrice. Aujourd'hui comme les uns tiennent une ligne dure sur l'immigration et d'autres non, il y a une vraie gêne.

Au bout d'un moment les factions en auront marre d'être les dindons de la farce, à faire barrage à un FN qui est finalement proche de leurs convictions structurantes et de faire gagner une ligne qui ne les rassemble plus.

D'ailleurs à mon avis MLP a tort de vouloir se recentrer, elle fait artificiellement vivre le clivage historique qui est en état de mort cérébrale depuis 3 élections au moins. Un Messiha ou un Zemmour accélèrent la recomposition qui lui bénéficiera sans doute.

Je pense que la défaite du RN n'est plus la fin en soi des élections et que 2022 sera une élection différente.

-Lindle-
-Lindle-
MP
10 juin 2021 à 23:14:58

Pour revenir sur le sujet précis (:hap:) j'ai pas suivi toutes les régions mais je suis prêt à prendre le risque de pronostiquer Mariani en PACA, avec un maintien de la gauche, parce que c'est bien beau le barrage mais ça fait perdre de l'argent et de l'ancrage local (certes assez faible dans la région). Et puis la faute politique colossale de LREM et LR plus les divisions internes de la droite locale ont déjà quasiment offert la victoire sur un plateau au RN.

Pour AURA Wauquiez va hélas repasser à mon sens et entre les écolos et le PS je sens le PS tirer son épingle du jeu en finissant leader de la gauche dans la région, la dynamique lui semble plus favorable.

Après le gros Bertrand semble parti pour garder sa région et là aussi je pense que la gauche va se maintenir.

L'élection intéressante c'était l'IDF qui permettait de bien mesurer la force des listes de gauche mais vu le lâchage en plein vol de Pulvar c'est pas fou même si pas totalement sans intérêt.

Aerpheus
Aerpheus
MP
10 juin 2021 à 23:32:10

Il y a un focus sur l'immigration, l'Islam et la sécurité dans le débat public, mais je ne pense pas qu'il y ait encore un impact dans les votes et la composition du paysage public.

La gauche est minée par ce débat, mais elle était de toute façon déjà divisée avant. La droite parle davantage de ça certes (et encore, Sarkozy 2007 et 2012 et Fillon 2017 étaient quand même sur une ligne similaire), mais ça vient surtout du fait que le centre droit est parti chez Macron et donc qu'il n'existe qu'à travers ça. La vraie dynamique sur ce sujet vient surtout de Macron qui a opéré pendant son quinquennat un virage à droite tout en conservant une bonne partie de ses électeurs venus de gauche.

Mais en ce qui concerne le paysage politique en lui-même, je pense que ce qu'on ne verra en 2022 que la concrétisation de la recomposition de 2017, en tout cas pour le premier tour.

C'est dans un second tour Macron et Le Pen que ce focus sera plus intéressant, pour voir si le report de vote LR est plus favorable à MLP de part la mise en avant de ces questions, et si le report de la gauche le sera moins à Macron pour la même raison (davantage de ni ni chez les indigénistes, davantage de MLP chez les sympathisants de l'ordre).

Et pour ça je suis en désaccord sur l'inopportunité que présenterait pour MLP son recentrage. Je ne pense pas que la ligne qu'elle adopte sur ces questions soit vraiment un sujet. C'est plus une question de cordon sanitaire, et le contexte peut aider à le faire sauter, mais ce n'est pas encore fait. En revanche, son recentrage sur l'Europe et l'économie était important, et abandonner totalement les vestiges de la ligne Philippot serait à mon avis une bonne stratégie pour elle.

La digue se fissure mais je ne pense pas qu'elle cédera en 2022. Et si Macron gagne encore contre elle, je ne vois pas de recomposition jusqu'en 2027, et à ce moment je pense que ce seront plus les successions de Macron (deuxième mandat) et de Mélenchon et MLP (troisième échec) qui poseront problème. LREM et LFI sont des partis qui ne tiennent que grâce à leurs chefs, preuve en est les élections locales, et le RN reste un parti lepeniste malgré tout.

Un Zemmour pourrait enclencher cette recomposition mais dans le sens où il serait peut-être moins sujet à ce cordon, donc capable de récupérer plus de voix pour le second tour à droite. Mais en même temps je doute qu'il puisse avoir autant de voix venus de LFI comme MLP. A voir donc si ça se compense.

A mon avis ça aurait été plus une figure style de Villiers (Pierre, pas Philippe) qui aurait été capable d'entraîner cette recomposition, figure d'autorité capable de réunir électorat LR et RN avec une capacité d'attrait non négligeable pour les électeurs de gauche et de Macron sensible aux questions d'ordre. Mais je ne pense pas que ça soit encore une hypothèse plausible.

Aerpheus
Aerpheus
MP
10 juin 2021 à 23:34:18

Le 10 juin 2021 à 23:14:58 :
Pour revenir sur le sujet précis (:hap:) j'ai pas suivi toutes les régions mais je suis prêt à prendre le risque de pronostiquer Mariani en PACA, avec un maintien de la gauche, parce que c'est bien beau le barrage mais ça fait perdre de l'argent et de l'ancrage local (certes assez faible dans la région). Et puis la faute politique colossale de LREM et LR plus les divisions internes de la droite locale ont déjà quasiment offert la victoire sur un plateau au RN.

Pour AURA Wauquiez va hélas repasser à mon sens et entre les écolos et le PS je sens le PS tirer son épingle du jeu en finissant leader de la gauche dans la région, la dynamique lui semble plus favorable.

Après le gros Bertrand semble parti pour garder sa région et là aussi je pense que la gauche va se maintenir.

L'élection intéressante c'était l'IDF qui permettait de bien mesurer la force des listes de gauche mais vu le lâchage en plein vol de Pulvar c'est pas fou même si pas totalement sans intérêt.

PACA je parierai plutôt sur Mariani malgré le front républicain, ce qui serait un gros événement. Plus que Mariani en triangulaire, qui choquerait une semaine avant de devenir un non-sujet comme la mairie de Perpignan.

kotaro123
kotaro123
MP
11 juin 2021 à 00:22:30

Le 10 juin 2021 à 23:32:10 :
Il y a un focus sur l'immigration, l'Islam et la sécurité dans le débat public, mais je ne pense pas qu'il y ait encore un impact dans les votes et la composition du paysage public.

Je sais pas comment on peut dire ça, ça fait quand même un paquet d'élections ou le FN arrive à rassembler une tripotée d'électeur, au point que même LREM est obligée de chasser sur les terres comme on dit, avec une faction Blanquer "dure" qui semble-t-il pris les reines du mouvement (encore une coalition qu'on croyait solide qui se disloque sur l'islam)...

La gauche est minée par ce débat, mais elle était de toute façon déjà divisée avant. La droite parle davantage de ça certes (et encore, Sarkozy 2007 et 2012 et Fillon 2017 étaient quand même sur une ligne similaire), mais ça vient surtout du fait que le centre droit est parti chez Macron et donc qu'il n'existe qu'à travers ça. La vraie dynamique sur ce sujet vient surtout de Macron qui a opéré pendant son quinquennat un virage à droite tout en conservant une bonne partie de ses électeurs venus de gauche.

Le centre-droit justement est pas totalement parti chez Macron ; prends une Pécresse, qui est certes complètement Macron compatible mais qui fait tâche à côté des Guéant, des Hortefeux et des (rires) Copé, Waucquiez et al.

Je pense que la droite, comme la gauche ne peut plus faire le grand écart sur le sujet en mobilisant la logique politique traditionnelle française. Ce qui était l'affaire d'individus transfuges isolés partis au FN va devenir l'affaire de factions entières. C'est déjà le cas par ex avec Kuzmanovic qui s'est fait purger. Mélenchon a bien compris que la gauche plurielle de demain il faut la chercher dans le consensus pro-migration, il n'y a plus rien d'autre qui unit les partis de gauche, hystérisés par un électorat ouvrier a rebours de leurs lignes politiques.

Dans mon microcosme universitaire, tous les ex-souverainistes sont passés chez Marine, même les mélenchonistes pur jus qui ont mal vécu les renoncements de la gauche laïcarde et républicaine que mélenchon incarnait à une époque, et notamment sur la question de l'islam et du rapport aux indigénistes et à la gauche américanisée importée par l'université.

Mais en ce qui concerne le paysage politique en lui-même, je pense que ce qu'on ne verra en 2022 que la concrétisation de la recomposition de 2017, en tout cas pour le premier tour.

La recomposition de 2017, c'est justement la question migratoire, sous couvert de débat progressistes / conservateurs. J'en veux pour preuve par exemple la montée en flèche du vote RN chez les homosexuels qui ont perçu l'enjeu de la décennie. Sur la stratégie de Macron de dynamiter le centre il y a une stratégie payante sur un diagnostic erroné, à savoir que le centre est rassemblé par autre chose que par la question migratoire. Le progressisme ce n'est qu'un rideau qui s'estompe de plus en plus, les factions sont face à face et se regardent en chien de faïence pour savoir qui tirera le premier pour enclencher la recomposition.

C'est dans un second tour Macron et Le Pen que ce focus sera plus intéressant, pour voir si le report de vote LR est plus favorable à MLP de part la mise en avant de ces questions, et si le report de la gauche le sera moins à Macron pour la même raison (davantage de ni ni chez les indigénistes, davantage de MLP chez les sympathisants de l'ordre).

Je ne sais pas, il ne faut pas sous estimer le côté repoussoir de Macron, qui va bcp jouer.

Et pour ça je suis en désaccord sur l'inopportunité que présenterait pour MLP son recentrage. Je ne pense pas que la ligne qu'elle adopte sur ces questions soit vraiment un sujet. C'est plus une question de cordon sanitaire, et le contexte peut aider à le faire sauter, mais ce n'est pas encore fait. En revanche, son recentrage sur l'Europe et l'économie était important, et abandonner totalement les vestiges de la ligne Philippot serait à mon avis une bonne stratégie pour elle.

Oui ça je suis d'accord, de toute façon en France on gagne rarement sur des doctrines économiques structurantes et radicales -ce que portait la ligne Philippot, on gagne sur les postures et les mesures symbole.

La digue se fissure mais je ne pense pas qu'elle cédera en 2022. Et si Macron gagne encore contre elle, je ne vois pas de recomposition jusqu'en 2027, et à ce moment je pense que ce seront plus les successions de Macron (deuxième mandat) et de Mélenchon et MLP (troisième échec) qui poseront problème. LREM et LFI sont des partis qui ne tiennent que grâce à leurs chefs, preuve en est les élections locales, et le RN reste un parti lepeniste malgré tout.

C'est ce dernier point qui fait sans doute son attrait parce qu'il,y a assez peu de doutes que ce qu'elle propose ne l'est pas juste pour des raisons électorales comme un Darmanin ou un Sarkozy à l'époque.

Un Zemmour pourrait enclencher cette recomposition mais dans le sens où il serait peut-être moins sujet à ce cordon, donc capable de récupérer plus de voix pour le second tour à droite. Mais en même temps je doute qu'il puisse avoir autant de voix venus de LFI comme MLP. A voir donc si ça se compense.

Je crois pas une seconde au candidat Zemmour.

A mon avis ça aurait été plus une figure style de Villiers (Pierre, pas Philippe) qui aurait été capable d'entraîner cette recomposition, figure d'autorité capable de réunir électorat LR et RN avec une capacité d'attrait non négligeable pour les électeurs de gauche et de Macron sensible aux questions d'ordre. Mais je ne pense pas que ça soit encore une hypothèse plausible.

Difficile de gagner en France avec une particule.

backstabber75
backstabber75
MP
11 juin 2021 à 11:22:33

Bon retour Aerpheus! :ok:

Petit bilan quand même par rapport à ton précédent topic, au final même si je n'avais pas parié sur le bon président US, le scénario était quand même assez proche de ce que j'avais imaginé, c'est-à-dire un relatif second échec des instituts de sondage après 2016, ou plutôt demi-échec puisqu'elles ont quand même, au final, trouvé le bon président. Avec du recul aujourd'hui, on se rend compte que les conseillers de Trump avaient anticipé le scénario de la campagne, puisque, rappelons-le, pendant la campagne Trump insistait beaucoup sur le fait que seuls les résultats du jour J comptent, ses conseillers ont donc bien anticipé la remontada des votes par correspondance. Une élection très spéciale en tout cas qui restera très longtemps dans les mémoires :)

Pour ces régionales, n'ayant pas du tout suivi la campagne, je n'ai malheureusement pas grand chose à dire. Mais j'ai toujours un problèmes avec cette élection, on sait bien qu'en France la région a relativement peu de pouvoir comparé à d'autres démocraties libérales: l'éducation, la santé et la sécurité relèvent de l'Etat central essentiellement malgré les différents va-et-vient de transferts de pouvoir dans l'Histoire récente. Le principe de subsidiarité marche relativement mal en France.

Du coup, de par la faiblesse du pouvoir régional, cette élection prend son sens sur des thèmes nationaux de manière complètement assumée, et malgré tout ce qu'on en dit, ça ne changera pas et ne changera peut-être jamais, c'est une constante de cette élection. C'est donc bien une élection avant tout politicienne et national, il faut en être conscient.

De ce que j'ai pu en lire en diagonal, cette année les thèmes majeurs sont: la sécurité, l'économie et l'environnement. L'économie étant un thème plus fort que d'habitude, période post-covid oblige.

Ce qui va être intéressant je crois pour cette élection et celle de l'année prochaine dans la dynamique des partis, c'est le sort de LR, ou le sort de la droite "historique", c'est ma conviction personnelle.

2017 a fait super mal à la droite, en crise idéologique depuis bien avant déjà, coincé entre EM et le FN, LR était confronté à une crise existentielle majeure, entre un parti qui a osé dans son logiciel les réformes que LR n'a jamais réussi à mener et un autre parti qui s'est ramolli pour devenir plus présentable et "républicain" ©. Or depuis les dernières municipales, on a pu voir dans certaines villes une pulsion de survie du parti; Rachida Dati à Paris, malgré sa défaite, a mené une campagne avec une énergie incroyable et remarquable pour récupérer la place de la droite parisienne d'avant EM. Actuellement, les sondages semblent confirmer ce revival de LR, on en saura un peu plus dans les prochaines semaines.

A gauche, je crois qu'un des enjeux est de savoir si EELV peut confirmer son succès des municipales en vue de 2022, ou bien confirmer l'idée que c'est avant tout un parti de grandes villes dédié uniquement aux municipales où les préoccupations soulevées par le parti sont très citadines et locales. Est-ce qu'EELV peut être un vrai parti national? Idem, on en saura un peu plus dans les prochaines semaines.

En dehors de ces points, je ne vois rien d'intéressant dans cette élection. Je note juste, pour parler de l'Ile-de-France, que si à moyen terme la tendance au télétravail se confirme, ce serait un véritable camouflet pour le projet du Grand Paris qui a coûté une somme astronomique et qui risque d'être à contre-courant des tendances de demain. Si ce gâchis se confirme, aucun Francilien ne doit l'oublier, tout cet argent jeté par les fenêtres c'est juste honteux.

Mon pronostic? Je ne vais pas trop prendre de risque contrairement à la dernière fois sur les élections US, je pense que cette élection confirmera le revival de LR.

Participation très faible en vue je pense: post-covid les gens n'ont pas le temps ni l'envie de penser à ces élections, il y a l'Euro aussi qui je l'espère confirmera le statut de favori de l'équipe de France, les gens ont envie de retrouver une vraie vie loin de leur PC, et c'est tout ce que je souhaite à tous les Français. :)

LibegonGentrash
LibegonGentrash
MP
11 juin 2021 à 14:35:16

[21:37:37] <Aerpheus>
Je ne sais pas si une victoire du RN en 2021 est bon pour le RN en 2022 de ce point de vue là.
D'un côté, sa victoire le renforcera je pense envers les électeurs LR, sur sa présentabilité en parti de gouvernement et en fissurant la digue chiraquienne à son égard.
De l'autre, elle pourrait effrayer les électeurs de gauche qui s'amusent aujourd'hui au ni ni, mais à condition quand même que le RN perde à la fin. Faire passer certains de l'idée que la pureté morale se trouve dans le vote utile plutôt que le refus de choisir. Mélenchon de 2002 au lieu de celui de 2017 en somme.

Pour moi c'est clairement un avantage :
- Le barrage républicain qui saute, recomposition politique.
- Le RN ENFIN devant l'exercice du pouvoir a grande échelle. Si tout se passe bien en un an ça donnera déjà une idée positive ou négative du parti aux affaires (les maires verts en même pas 10 mois étaient complètement décrédibilisés, donc ça suffit déjà pour juger un peu).
- Réelle implantation locale, ce qui manque au RN.
- Émergence de personnalités ministrables, qui est aussi une critique faite au RN.

Hakudude
Hakudude
MP
11 juin 2021 à 15:44:55

Merci pour ce topic intéressant et bien présenté. SI comme dit juste avant les élections ne sont pas si importantes, étant donné que contrairement à des pays comme la Suisse ou le Canada, les régions ont un pouvoir limité, cela aura un rôle dans la recomposition politique. Les résultats pour LR et ses alliés, le RN ainsi que de possibles alliances PS/LREM ou LR/LREM peuvent avoir un impact sur le paysage politique. Si une victoire du RN pourrait dynamiser son électorat en prouvant que la victoire est possible, c'est LR qui joue son avenir et sa survie. Si les résultats sont mauvais, le parti risque bien de se marginaliser davantage tandis que s'ils sont bons, des électeurs de centre-droit de Macron pourraient revenir au parti. Je pense d'ailleurs que dans le cadre de 2022, si Bertrand est candidat, Pécresse qui est appréciée dans sa région pourrait l'aider à récupérer des voix macronistes. Je pense d'ailleurs qu'ils auront de bonnes élections et que le statut quo de président de région se profile. Le RN peut espérer l'emporter en PACA (j'expliquerai après pourquoi je ne pense que ce sera le cas dans d'autres régions) et cela le renforcerait pas mal. Au passage, cela sera confirmé au second tour en 2022 mais la stratégie de centralisation semble bonne. Si bien évidemment il y aura des déperditions, c'est plus le front républicain qui l'empêche de gagner. Le parti a une base solide et dédiabolisation ou non, l'électorat ne bouge pas significativement, le Pen devrait réaliser le même score qu'en 2017 (comme il y a 4 ans, elle va baisser dans les sondages). Certes, comme montré le front républicain s'effrite mais je pense e phénomène se verra renforcé par la centralisation du RN.

Concernant les régions, j'ai quelques désaccords avec la carte présentée. Je suis d'accord avec l'AURA, la Bretagne, l'IDF, la Nouvelle-Aquitaine et l'Occitanie. Par contre, mettre les Pays de la Loire en Vert me parait particulièrement optimiste pour EELV et la région sera je pense beaucoup plus serrées que la Normandie, où il n'y a pas de risque.

Le dernier sondage en PDL indique que Morançais ne gagnerait pas de point entre les deux tours, alors que le RN en gagnerait 1, la gauche réaliserait une fusion parfaite et de Rugy sans réserve de voix avec une gauche unie augmenterait de 4%. Je pense que Morançais, entre DLF assez puissant dans la région (réaliser en 2015 4% avec Retailleau en PDL montre une solidité) et des électeurs du RN du premier tour. Elle mise pas mal sa campagne sur la sécurité, a fait récemment un pacte de sécurité, promet de créer un vice-président chargé de la sécurité etc. et tout ça devrait attirer les électorats à sa droite. Par ailleurs, même si ça a peu de chance d'arriver car c'est une proche de Retailleau, elle n'exclut pas une fusion avec LREM, qui malgré les déperditions l'emporterait sans difficulté. Je ne dis pas que la gauche ne peut pas l'emporter, loin de là, seulement le match sera serré et ça sera question de mobilisation de son électorat et des reports de voix.

Comme en PDL, le dernier sondage de second tour est bizarre en Normandie, avec Morin qui ne gagnerait pas de voix alors que même Bay, sans réserve gagnerait 1%. Le président sortant est bien parti pour l'emporter de facilement 5%. Et, en cas d'un excellent score de Bay au premier tour, l'électorat LREM se reportera fortement sur Morin, qui n'est absolument pas clivant. Je vois ma région comme l'une des plus safe pour le président sortant.

Avec les polémiques d'Odoul, je ne pense pas qu'il puisse l'emporter la BFC maintenant. Enfin même en cas de danger, je vois Thuriot se retirer au profit du Dufay. Dans cette région, il y a trop de marge de manœuvre en cas de danger RN et les têtes de liste devraient agir. Platret devrait réaliser un bon score et avec son image droitière et son alliance au RN, il devrait récupérer l'électorat déçu d'Odoul.

Le Centre val de Loire est très indécis et promet d'être serré. Dans le débat, Forissier n'a pas attaqué Fesneau, ce qui peut être signe d'une future fusion. Le fait que Fesneau est du modem et non de LREM et que comme Forissier il a été membre de l'UDF pourrait aider à l'union. Dans ce cas, la victoire apparaitrait possible, avec l'un des deux en tête de liste. Il faudrait voir avec les pertes de voix, mais Forissier devrait être le meilleur pour porter l'union car il a un profil rassembleur et il attirera moins de voix contre lui par rejet du gouvernement.

Dans les Hauts de France, je vois bien Bertrand gagnant. C'est la région la moins favorable à Macron et il y aura un fort vote sanction. La principale question sera ici de savoir si pietraszewski va atteindre les 10% et si ce n'est pas le cas, Bertrand sera réélu triomphalement. En cas de quandrangulaire, Chenu aurait ses chances mais je vois quand même Bertrand gagnant car des électeurs de gauche et de LREM ainsi que des abstentionnistes vont se reporter sur lui. Bertrand devrait sortir de cette élection, surtout s'il y a une triangulaire, ce serait un véritable camouflet pour Macron, qui perdrait même en envoyant 5 ministres et avec une large avance, Bertrand pourrait se placer en meilleur rempart face au RN.

Le Grand Est devrait voir la victoire de Rottner, Klinkert devrait se retirer pour lui, d'autant plus qu'elle sera facilement réélue aux départementales. En cas de danger RN, il y aura au pire une fusion mais contrairement à Xavier Bertrand, Macron n'a aucun intérêt à faire perdre Rottner.

Enfin, en PACA, cela promet d'être complexe. Le premier élément sera le maintien de la gauche ou non. Si elle se maintient, Mariani gagnera avec aise. En cas de duel, cela sera très serré et tout dépendra de la mobilisation de la gauche. Muselier, qui était apprécié et semble avoir un bon bilan s'est vraiment tiré une balle dans le pied en faisant alliance, il l'aurait emporté sans encombre sans cette erreur. En Marche n'aurait sûrement pas fait 10% et ce serait bien reporté sur lui, il perd beaucoup plus d'électeurs de droite avec l'alliance qu'il n'en gagne de macronistes. Reste à voir le report de la gauche sur Muselier au second tour, qui sera une bonne indication du front républicain en 2022. Je donnerais Muselier légèrement favori en cas de duel, et avec les pressions la gauche devrait se retirer mais avec sa capacité à se saborder (un membre du LR a carrément parler maintenant d'alliance avec la gauche), rien n'en est moins sûr et Mariani a de bonnes chances de l'emporter.

Bref, cela sera intéressant de voir les rapports de force des partis avec cette élection. Par exemple, il y a un risque que la gauche ne se qualifie pas au second tour en AURA et en IDF, débouchant sur une victoire probables de la droite dans les départements de la Seine Saint Denis (la droite n'a juste qu'a faire basculer 2 cantons et la nouvelle maire d'Aubervilliers se présente dans son canton), Val de Marne et du Puy de Dôme.

Si quelqu'un connait bien la situation en AURA, est-ce qu'il pourrait m'expliquer comment ça se fait que Wauquiez est si populaire dans sa région alors que c'est totalement le contraire au niveau national ?

Aerpheus
Aerpheus
MP
11 juin 2021 à 15:50:40

Le 11 juin 2021 à 00:22:30
Je sais pas comment on peut dire ça, ça fait quand même un paquet d'élections ou le FN arrive à rassembler une tripotée d'électeur, au point que même LREM est obligée de chasser sur les terres comme on dit, avec une faction Blanquer "dure" qui semble-t-il pris les reines du mouvement (encore une coalition qu'on croyait solide qui se disloque sur l'islam)...

Le centre-droit justement est pas totalement parti chez Macron ; prends une Pécresse, qui est certes complètement Macron compatible mais qui fait tâche à côté des Guéant, des Hortefeux et des (rires) Copé, Waucquiez et al.

Je pense que la droite, comme la gauche ne peut plus faire le grand écart sur le sujet en mobilisant la logique politique traditionnelle française. Ce qui était l'affaire d'individus transfuges isolés partis au FN va devenir l'affaire de factions entières. C'est déjà le cas par ex avec Kuzmanovic qui s'est fait purger. Mélenchon a bien compris que la gauche plurielle de demain il faut la chercher dans le consensus pro-migration, il n'y a plus rien d'autre qui unit les partis de gauche, hystérisés par un électorat ouvrier a rebours de leurs lignes politiques.

Dans mon microcosme universitaire, tous les ex-souverainistes sont passés chez Marine, même les mélenchonistes pur jus qui ont mal vécu les renoncements de la gauche laïcarde et républicaine que mélenchon incarnait à une époque, et notamment sur la question de l'islam et du rapport aux indigénistes et à la gauche américanisée importée par l'université.

La recomposition de 2017, c'est justement la question migratoire, sous couvert de débat progressistes / conservateurs. J'en veux pour preuve par exemple la montée en flèche du vote RN chez les homosexuels qui ont perçu l'enjeu de la décennie. Sur la stratégie de Macron de dynamiter le centre il y a une stratégie payante sur un diagnostic erroné, à savoir que le centre est rassemblé par autre chose que par la question migratoire. Le progressisme ce n'est qu'un rideau qui s'estompe de plus en plus, les factions sont face à face et se regardent en chien de faïence pour savoir qui tirera le premier pour enclencher la recomposition.

On ne parlait pas de la même chose alors. Tout ça reste issu de la recomposition de 2017. Je suis d'accord qu'immigration et sécurité sont plus mis en avant par celle-ci, mais ça reste un paysage politique fondamentalement favorable à Macron. Seules deux choses pour moi pourraient en provoquer une autre recomposition et faire perdre Macron.

L'émergence d'un candidat de droite rassembleur des électeurs LR et RN, mais comme tu le dis ça ne semble pas probable.

Ou l'effondrement de la digue autour du RN, mais le cordon est encore plus ou moins efficace en ce sens qu'insuffisamment d'électeurs LR se tournent au second tour vers le RN et que trop d'électeurs de gauche se reportent sur Macron pour faire barrage malgré tout. Macron a pour l'instant réussit à trouver l'équilibre en se droitisant suffisamment pour éviter l'union des droites par la base sans trop toutefois s'éloigner du centre gauche pour éviter le ni ni de gauche.

Les marges se sont resserrées depuis 2017 mais sont plus ou moins stables depuis 2019. Et la dernière fois, la dynamique finale était favorable à Macron, et globalement je trouve que l'année de réélection est moins dure pour le sortant que l'année qui précède.

La seule façon pour le RN pour briser la digue pour mois serait qu'il arrive à une sorte d'union des droites par le haut, et non la base, en recrutant des cadres LR comme Mariani. Si ce dernier gagne en PACA, ça pourrait les inciter à basculer, leurs intérêts carriéristes deviendraient d'un coup moins défavorables au RN s'il peut offrir maintenant s'offrir des régions. De même que la perspective probable d'une troisième présidentielle perdue consécutivement, sans aller au second tour pour la deuxième fois. Et de belles prises LR pourraient inciter également la base à basculer.

En fait le seul vrai changement depuis 2017 c'est la mise hors jeu de la gauche, elle a trop baissé. Le score cumulé de 3 ou 4 candidats de gauche dans les sondages dépassent à peine ceux de Macron et MLP seuls, et la gauche est trop divisée pour que même en cas d'union de la gauche, le report de voix sur le candidat unique soit suffisant pour permettre s'espérer décrocher le second tour.

Donc non seulement l'union des gauches est improbable, mais elle serait de toute façon insuffisante. Un parallèle peut-être avec le front républicain en PACA.

Aerpheus
Aerpheus
MP
11 juin 2021 à 16:00:31

En dehors de ces points, je ne vois rien d'intéressant dans cette élection. Je note juste, pour parler de l'Ile-de-France, que si à moyen terme la tendance au télétravail se confirme, ce serait un véritable camouflet pour le projet du Grand Paris qui a coûté une somme astronomique et qui risque d'être à contre-courant des tendances de demain. Si ce gâchis se confirme, aucun Francilien ne doit l'oublier, tout cet argent jeté par les fenêtres c'est juste honteux.

Je ne pense pas que le Grand Paris échouera dans ce sens là (à part une ou deux lignes de métro dont le principe était déjà douteux avant l'épidémie et qui ont dû être le fruit de magouilles locales).

L'immobilier de Paris est un enfer et le restera, voire s'empirera. Je ne pense pas que le télétravail aura une influence aussi énorme. Le télétravail partiel pourrait se pérenniser, mais pas de façon totale. Donc le soulagement de l'intra muros par la banlieue est une bonne idée je trouve.

Aerpheus
Aerpheus
MP
11 juin 2021 à 16:06:54

@Hakudude Globalement d'accord en ce qui concerne les retraits des LREM dans certaines régions, a priori sauf en HdF cela devrait être logiquement un retrait. Mais Macron a parfois des stratégies bien a lui et des rapports très variables selon les dirigeants locaux donc on n'est pas à l'abri de surprises néanmoins. Surtout si le danger d'une victoire RN est moins évidente que dans d'autres régions. Notamment dans le Grand Est où Philippot peut dissimuler le score de l'EXD au premier tour et ne pas inciter au barrage républicain (mais si Philippot se qualifie au second tour en revanche, ce qui n'est pas impossible, la victoire LR est assurée).

LibegonGentrash
LibegonGentrash
MP
11 juin 2021 à 17:24:12

La seule façon pour le RN pour briser la digue pour mois serait qu'il arrive à une sorte d'union des droites par le haut, et non la base, en recrutant des cadres LR comme Mariani. Si ce dernier gagne en PACA, ça pourrait les inciter à basculer, leurs intérêts carriéristes deviendraient d'un coup moins défavorables au RN s'il peut offrir maintenant s'offrir des régions. De même que la perspective probable d'une troisième présidentielle perdue consécutivement, sans aller au second tour pour la deuxième fois. Et de belles prises LR pourraient inciter également la base à basculer.

J'imagine qu'on pense tous à Morano là, ténor des LR, qui a été éjectée par Rottner aux régionales et départementales, qui depuis a laissé comprendre qu'elle ne voit pas en Jacobelli (candidat RN en Alsace) un "fasciste", et qui a même dit qu'elle pourrait rejoindre MLP si elle changeait son programme économique.

Ca va swinguer. :bave:

-Lindle-
-Lindle-
MP
11 juin 2021 à 18:19:55

Pour la gauche de toute façon l’union aurait été contre les intérêts de certains partis et en premier lieu des verts, ils semblent essayer de s’imposer comme le futur de la gauche pour les échéances à moyen terme une fois Méluche à la retraite. Puis JLM allait pas renoncer alors que c’est probablement sa dernière chance.

Au passage ça me semble être un point intéressant des prochaines années, savoir si un parti va finir par s’imposer comme un « nouveau PS » à gauche.

LibegonGentrash
LibegonGentrash
MP
11 juin 2021 à 18:47:11

Le 11 juin 2021 à 18:19:55 :
Pour la gauche de toute façon l’union aurait été contre les intérêts de certains partis et en premier lieu des verts, ils semblent essayer de s’imposer comme le futur de la gauche pour les échéances à moyen terme une fois Méluche à la retraite. Puis JLM allait pas renoncer alors que c’est probablement sa dernière chance.

Au passage ça me semble être un point intéressant des prochaines années, savoir si un parti va finir par s’imposer comme un « nouveau PS » à gauche.

Avec les scandales sur Mélenchon et son envie claire de ne pas abandonner à son âge, je me demande si la LFI va pas devenir le "FN" de gauche (FN de JMLP, considéré comme un parti infréquentable).
EELV le RPR de gauche. (moins centriste)
PS l'UDF de gauche (plus centriste)

La FI va être diabolisée par l'ensemble du spectre politique, et gênante pour PS/EELV, qui devront se centriser voire se droitiser sur beaucoup de sujet pour être crédible si parallèlement la droite s'organise et s'unit pour être forte et hégémonique. Les deux derniers sont amenés à s'unir comme l'UDF et le RPR l'ont fait également.
Ceci rappelle quand Mitterrand a fait monter JMLP pour diaboliser la droite et gauchiser le RPR jusqu'à son union avec l'UDF et une politique ultra-centriste.

Une sorte d'inversion des situations depuis 40 ans entre la droite et la gauche.

Hakudude
Hakudude
MP
11 juin 2021 à 19:09:06

Je pense comme Aerphus que le "cordon sanitaire" autour du RN va plus dépendre de LR que de la gauche, qui va se retrouver fortement marginalisée à cette élection. Même avec une liste commune, avec les divergences elle ne serait probablement pas au second tour. Ça ne décollerait pas avec les candidats testés, Mélenchon est bien trop clivant, Jadot aurait des problèmes avec toutes les polémiques des maires de son parti et Hidalgo n'est populaire qu'à Paris (en plus d'être détestée en périphérie). Il sera en effet intéressant de voir le futur PS de gauche mais j'imagine qu'en tout cas dans les prochaines années il n'y aura pas un leadership important à gauche. La FI n'est rien sans Mélenchon, EELV n'a pas beaucoup d'implantation locale et le peu de maires créent énormément de controverses et le PS ne devrais pas facilement se relever. Je pense que le PS sera fort localement dans ses fiefs mais que sa chute va continuer, les résultats s'annoncent mauvais par endroits aux régionales et des départements devraient être perdus. Peut-être qu'un grand parti de gauche, réunissant les différents partis, verra le jour plus tard mais je ne l'imagine ni tout de suite ni qu'il réalisera de bons scores. Hollande a vraiment été élu par anti-sarkozysme et a détruit son parti. Même si EELV prendrait le leadership à gauche, je ne l'imagine pas s'imposer comme le nouveau PS car sa base semble beaucoup plus volatile.

Si la FI devrait voter autant pour Macron que le Pen, le front républicain devrait bien continuer d'exister au sein du PS et d'EELV. L'attitude des électeurs de droite sera bien plus importante. Le Pen a fait le bon choix en envoyant Mariani (et même Garaud) aux régionales pour siphonner l'électorat républicain et préparer l'avenir. Je pense que les deux ont plus rejoint le parti par opportunisme (les deux n'ayant plus de mandat alors que le RN leur garantissait d'être député européen et au moins conseiller régional) que par adhésion, même si je peux me tromper. En cas de victoire de Mariani (ou dans une autre région) d'autres membres de LR seraient tenter de se joindre au RN, surtout si les résultats sont décevants pour leur parti. Le fait que Ciotti retire le soutien de la fédération LR des Alpes-Maritimes semble tendre en ce sens. Je l'imagine bien lui et comme dit avant Morano rejoindre le RN en cas de victoire de MLP. Je pense d'ailleurs que si la dynamique est favorable au RN, des élus LR n'hésiteraient pas à le rejoindre par opportunisme. En cas de victoire du RN, même s'il n'obtiendrait pas de majorité de député, avec des ralliements d'élus de droite, être proche de 289 peut sembler atteignable. Après, tout ceci est théorique et même si possible je pense que Macron devrait gagner mais on ne peut jamais savoir.

Hakudude
Hakudude
MP
11 juin 2021 à 19:22:43

Pour le Grand Paris, je le le trouve redondant avec la région, même si cela semble être une spécialité française. D'ailleurs ce sera intéressant de voir si Pécresse pourra bien organiser son référendum sur le périphérique. Après, il devrait toujours remplir son rôle. Peut être que le télétravail est amené à devenir plus important mais je n'imagine pas qu'il puisse se supplanter au travail. Et puis, il y a tellement d'habitants et de travailleurs dans la région que la nécessité de transport sera importante.

Sinon par rapport au retrait, LREM devrait bien se retirer sauf pour son possible concurrent, quoique Pietraszewski n'est pas sûr de faire 10%, il est toujours dans la marge d'erreur dans les sondages et sa campagne ne semble pas décoller. Après ouais il y a toujours des surprises donc on ne sait jamais, même si Rottner est assez macron-compatible et il n'y aurait pas d'utilité à le faire perdre au profit du RN. Je te rejoins sur le fait qu'en cas de quadrangulaire, Jacobelli devrait gagner, grâce à une forte réserve de voix. Je ne vois pas Phillipot dépasser les 10% honnêtement mais ça permettrait bien la victoire de Rottner. Je pense que Rottner comme Macron sont au courant du potentiel électoral du RN dans la région, ne serait-ce que grâce au sondage qui donne Jacobelli gagant, même si ce n'est pas si apparent que ça. Il devrait ne prendre aucun risque, d'autant qu'il n'y aura pas de remous venant de Klinkert qui a lassé entendre qu'elle pourrait se retirer et qui aura un nouveau mandat de conseillère départementale. Ça sera bien de voir les autres régions plus incertaines par contre, Macron pourrait ne pas vouloir une fusion avec Forissier s'il arrive devant Fesneau ou avec Dufay en Bourgogne (je ne vois pas Platret faire alliance avec LREM après DLF). Après, peut être qu'il vise les alliances à sa gauche et à sa droite pour avoir des élus et montrer qu'il est polyvalent mais il faudra attendre les attitudes après le premier tour pour voir.

Blokiao
Blokiao
MP
11 juin 2021 à 19:48:52

Le Rn qui remporte des régions, je n'y crois pas du tout.

Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Paulop, Tris0m, Tomy-Fett, El-Tigrou
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer