Menu
Assassin's Creed Valhalla
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • PS5
  • ONE
  • Xbox Series
  • Stadia
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Assassin's Creed Valhalla  /  Tous les forums  /  Forum Assassin’s Creed Valhalla  / 

Topic Mon ressenti personnel par rapport à l'évolution de la série

Sujet : Mon ressenti personnel par rapport à l'évolution de la série

1
PorteuseDaigle
PorteuseDaigle
MP
12 juillet 2020 à 16:50:46

Bonjour tout le monde !

A l'occasion du "leak" des 30 minutes de gameplay qui nous ont été livré il y a environ une semaine de ça et des réaction qu'il a suscité, j'ai décidé de clarifier mon point de vue en tant que fan de la série et "acceptant" de son nouveau tournant...

Alors personnellement, je comprends les craintes des joueurs par rapport à Valhalla et son "bourrinisme" qui semble mettre l'infitration au second plan, sauf qu'à mon humble avis elles ne sont que partiellement fondées.

Ce que retiennent principalement les joueurs dans le titre de la série et son développement en temps que pure jeu d'infiltration qui a peu à peu mutée en rpg, c'est la notion d'assassinat et je ne peux pas les blâmer, la série nous y a énormément habitué.

Pourtant, le titre est assez évocateur finalement, on parle du crédo des assassins, pas des assassins en eux même et assassin's creed raconte l'histoire d'un affrontement millénaire entre les factions du libre arbitre et celles de l'autorité, il n'y a aucune raison que l'on ne voit ce conflit et ses origines que sous les mêmes angles sempiternellement.

Parler de leurs origines n'a rien d'invalide dans le sens où ça nous aide à comprendre ledit crédo et sa création, à avoir des éléments complémentaire sur le lore aussi (les précurseurs et les motivations des différents cultes qui veulent s'accaparer leurs artefacts etc...).

Le problème des joueurs de la série (et encore une fois je ne les blâme pas), c'est à mon avis leur manque de familiarité avec son potentiel énorme qui dépasse de très loin celui du pure jeu d'assassin. Selon moi, la série aurait du s'affirmer en tant que rpg depuis le début car la richesse de son lore le permettait amplement.

Bon nombre de fan considèrent que la série se cherche vainement et perd de son identité. Je pense bien au contraire que la série est en train de se trouver... mais trop tard.

Je peux comprendre que partir d'un maître - assassin capuchonné qui se mue dans la foule pour finir en mercenaire spartiate/viking/ou encore medjai ça déstabilise, mais cette série aurait largement gagnée à se diversifier dans ses approches et mécanique depuis bien longtemps...

Vraiment insister sur la notion de crédo et sur l'aspect métaphysique du lore qui pousse à la sempiternelle réflexion autour du libre arbitre plutôt que de mettre en avant le côté dark et classieux des assassins...

Ce n'est que mon avis et je vous invite à profiter de cet espace pour en débattre.

Calciphera
Calciphera
MP
12 juillet 2020 à 17:05:47

Je n'ai pour ma part aucun problème avec les univers des opus récents et le fait qu'on n'y voie plus tellement d'assassins. Je pense surtout que les déceptions des joueurs viennent du fait qu'on a affaire à de mauvais RPG. Bien sûr, en rajoutant ça à une période que l'on aime peut-être pas trop, ou un manque de charisme du personnage principal qui ne nous rappelle pas ceux des premiers jeux et un fil scénaristique du temps présent quasi inexistant, il y a peu de choses auxquelles s'accrocher.

L'idée est souvent bonne, mais l'exécution est mauvaise, comme beaucoup de productions. On aurait sans doute pris plus de plaisir s'ils s'étaient concentrés sur la qualité plutôt que la quantité. J'ai apprécié de voyager 75h dans le monde d'Odyssey, mais j'en ais souffert tout autant. De mauvaises quêtes, des dialogues insipides, des points d'intérêt sans intérêt, etc... Et tout ceci n'a rien à voir avec les univers choisis. Ce n'est juste pas amusant.

PorteuseDaigle
PorteuseDaigle
MP
12 juillet 2020 à 17:18:51

Le 12 juillet 2020 à 17:05:47 Calciphera a écrit :
Je n'ai pour ma part aucun problème avec les univers des opus récents et le fait qu'on n'y voie plus tellement d'assassins. Je pense surtout que les déceptions des joueurs viennent du fait qu'on a affaire à de mauvais RPG.

Ce que tu dis est très subjectif. Par ailleurs, j'ai cru comprendre que la définition de "jeu de rôle" différait beaucoup d'un individu à l'autre. Pour certain, un rpg se caractérise par sa possibilité de faire du roleplay (je penche plutôt vers ça moi) à l'instar d'un skyrim par exemple que certain ne considèrent même pas comme un vrai rpg.

D'autres encore, te diront que c'est caractérisé par le soin apporté à l'écriture et aux choix qui nous sont offert, à l'instar d'un the witcher que pour ma part je ne considère pas comme un vrai rpg.

Il y en a encore d'autre qui te diront qu'il suffit de foutre un système d'inventaire ou une quelconque autre mécanique du genre (comme un zelda)... Tu peux parfaitement trouver qu'ac n'est pas un vrai rpg ni un bon rpg, mais alors il est loin d'être le seul si on s'en réfère à tous les titres qui y sont recensés

Bien sûr, en rajoutant ça à une période que l'on aime peut-être pas trop, ou un manque de charisme du personnage principal qui ne nous rappelle pas ceux des premiers jeux

Encore une fois, très subjectif. Je préfère largement le charisme de bayek à celui d'ezio par exemple qui s'apparente plus à du cabotinage et à de la caricature raciste. La période j'en parle même pas. Tous les AC se déroulent à une période différente. On ne peut pas satisfaire tout le monde de ce côté là. jamais. Et la période viking étant assez inédite dans les JV, ça en fera au moins un pour faire plaisir à un public.

De mauvaises quêtes

Subjectif

des dialogues insipides

Subjectif (je pensais la même chose pour Ezio perso)

des points d'intérêt sans intérêt, etc... Et tout ceci n'a rien à voir avec les univers choisis. Ce n'est juste pas amusant.

Subjectif, subjectif, subjectif... Et encore subjectif derrière

Tu aurais "je trouve que" ou "je pense que" ça aurait complétement changé la donne

Message édité le 12 juillet 2020 à 17:21:24 par PorteuseDaigle
Calciphera
Calciphera
MP
12 juillet 2020 à 17:28:06

Attention, je n'encense pas forcément les premiers jeux non, je ne suis pas un fan de la licence techniquement, je l'apprécie comme ça. Et bien sûr, tout ce que je dis est bien évidemment subjectif et ne reflète que mon avis (et je suis pas là pour parler d'objectivité de toute façon). La définition de RPG varie beaucoup selon les personnes c'est vrai, mais pour moi c'est un dérivé du jeu de rôle sur table, remis au goût du jour par le média pour raconter une histoire, avec toutes ou quelques mécaniques qui incombent au genre (d'où le fait que les derniers AC ne rentrent pas dans ma case des "bons" RPG). Et en enlevant ces mécaniques on obtient un jeu d'aventure ou d'action.

Quant au personnage principal, je pensais surtout aux derniers épisodes qui vont vers la tendance d'un personnage plus généralisé. C'est-à-dire que le monde est plus important que le personnage (comme les TES par exemple) et pas l'inverse (la prochaine étape très clairement c'est la création de personnage).

PorteuseDaigle
PorteuseDaigle
MP
12 juillet 2020 à 17:32:38

Le 12 juillet 2020 à 17:28:06 Calciphera a écrit :
Attention, je n'encense pas forcément les premiers jeux non, je ne suis pas un fan de la licence techniquement, je l'apprécie comme ça. Et bien sûr, tout ce que je dis est bien évidemment subjectif et ne reflète que mon avis (et je suis pas là pour parler d'objectivité de toute façon). La définition de RPG varie beaucoup selon les personnes c'est vrai, mais pour moi c'est un dérivé du jeu de rôle sur table, remis au goût du jour par le média pour raconter une histoire, avec toutes ou quelques mécaniques qui incombent au genre (d'où le fait que les derniers AC ne rentrent pas dans ma case des "bons" RPG). Et en enlevant ces mécaniques on obtient un jeu d'aventure ou d'action.

Quant au personnage principal, je pensais surtout aux derniers épisodes qui vont vers la tendance d'un personnage plus généralisé. C'est-à-dire que le monde est plus important que le personnage (comme les TES par exemple) et pas l'inverse (la prochaine étape très clairement c'est la création de personnage).

Entendu, je te suis mieux et merci.

GameBender
GameBender
MP
12 juillet 2020 à 17:34:05

Ton point de vue est intéressant, cependant, il faut prendre en compte que les développeurs ont choisi volontairement de faire entrer les joueurs dans le camps des Assassins, pas des Templiers...

En effet, les deux ordres ont des méthodes de travail différents. Le premier joue sur la discrétion, la furtivité, l'évolution dans l'ombre alors que le second évolue en espace découvert, en pleine lumière et utilise des techniques brutales... C'est l'Ombre face à la Lumière.

De l'épisode 1 jusqu'à Origin (excepté Rogue et Blag Flag peut-être), tous les jeux se faisaient avec les Assassins et leurs méthodes de travails: pèche aux infos, repérages, préparations des assassinats, etc... Cela prenait du temps, on était pas en mode bourrin.

Il n'y avait pas la notion de RPG parce que le fondement même de la Saga ne le présentait pas et c'était justifié par un élément scénaristique: l'Animus, une machine qui permet de revivre les évènements passés d'un ancêtre... et donc à ne pas changer ce qu'il/elle a vécu (coucou Odyssey).

La monté de niveau était justifiée par le comportement du personnage ou sa situation (déchéance d'Altaïr/Ezio qui n'y connais rien à cet univers et doit apprendre les bases, etc...) lié au scénario du jeu voulu par les développeurs.

Le fait que dans la saga Mythologique on passe du mode doux au mode violent peut-être justifié par l'époque dans lequel se déroule le jeu: Odyssey se passe avant Origins, le concept d'Assassinat tel que montré dans l'épisode 1 n'existait pas à l'époque, d'où le terme de Mysthios et le fait qu'on peut facilement jouer en mode bourrin.
Le paradoxe et l'ironie même de ce que je dis est le dialogue systématique de Kassandra qui dit à chaque fois qu'elle s'approche d'un camps ennemi ceci: "il faut que je reste prudente/je ne dois pas me faire repérer"... des termes illustrant des comportements d'Assassin lié à un concept qu'elle n'est pas sensée connaitre.... jusqu'à l'arrivée de Darius qui lui a quand même présentée les prémices de ce genre de chose (et là, cela aurait eu plus de poids par la suite d'entendre ce genre de phrases).

Origins est bien dans le sens où son scénario présente le passage du mode "Templier" au mode "Assassin" vu qu'il traite de la création même de la Confrérie et ses préceptes.

Par conséquent, Valhalla se déroulant bien après ce dernier, on s'attend donc à être dans la continuité de cette création, donc de l'infiltration, donc des OS à la lame secrète...

L'aspect RPG n'a absolument pas sa place parce que ce n'est pas le genre même de la série, à la base et parce que l'univers même du jeu ne s'y prête pas et ne le justifie pas.

L'identité du jeu était déjà là de part son titre: Assassin's Creed. Le mot Assassin faisait comprendre aux joueurs qu'il allait jouer un Assassin, pas un Templier, pas un Mercenaire, pas un Guerrier (Hors-Univers=choix des développeurs). Le mot Creed pour Crédo, justifiait le pourquoi de jouer un Assassin et pas une autre classe (In-Universe).

Au moment où le RPG est entrée en scène, le fondement même de la série s'est écroulé, d'où les multiples plaintes de la part des joueurs.

Anal_ytique
Anal_ytique
MP
12 juillet 2020 à 17:34:44

Ce n'est que mon avis et je vous invite à profiter de cet espace pour en débattre.

Il y en a déjà mille des espaces pour en débattre ici avec des discussions exactement similaires qui se passent sur d'autres topics, donc non.

Message édité le 12 juillet 2020 à 17:35:02 par Anal_ytique
PorteuseDaigle
PorteuseDaigle
MP
12 juillet 2020 à 18:00:52

Le 12 juillet 2020 à 17:34:05 GameBender a écrit :
Ton point de vue est intéressant, cependant, il faut prendre en compte que les développeurs ont choisi volontairement de faire entrer les joueurs dans le camps des Assassins, pas des Templiers...

En effet, les deux ordres ont des méthodes de travail différents. Le premier joue sur la discrétion, la furtivité, l'évolution dans l'ombre alors que le second évolue en espace découvert, en pleine lumière et utilise des techniques brutales... C'est l'Ombre face à la Lumière.

Et je pense que c'est un problème car c'est un forcing s'apparentant à une forme de manichéisme (disons inversé car habituellement, on aime faire triompher la lumière) mais ça encore, c'est pas le problème. Je pense que depuis le début, le lore (qui est finalement très profond) aurait un meilleur développement. Quelque part, peu importe qu'on se concentre davantage sur les templiers que sur les assassins, dès l'instant où les deux points de vues suscite de grandes réflexions. Que le crédo, qui est au coeur de toutes les intrigues depuis le 1, soit bien étayé et opportune de vraies implications de la part du joueur tant sur le plan émotionnel qu'intellectuel.

De l'épisode 1 jusqu'à Origin (excepté Rogue et Blag Flag peut-être), tous les jeux se faisaient avec les Assassins et leurs méthodes de travails: pèche aux infos, repérages, préparations des assassinats, etc... Cela prenait du temps, on était pas en mode bourrin.

Oui exact, mais néanmoins, la volonté de la série insiste sur le combat morale du camps, pas tant sur ce dernier.
Je trouve que le choix des assassins et de l'infiltration lorgne vers la facilité.

Il n'y avait pas la notion de RPG parce que le fondement même de la Saga ne le présentait pas et c'était justifié par un élément scénaristique: l'Animus, une machine qui permet de revivre les évènements passés d'un ancêtre... et donc à ne pas changer ce qu'il/elle a vécu (coucou Odyssey).

Sauf que théoriquement, tu es le joueur et il n'y a aucune raison que tu ne puisse pas décidé par le biais de ton imagination ce qui a pu se passer. Mettons par exemple que tu choisisse Kassandra et la mauvaise fin, ce sera la tienne, d'une certaine façon, AC Odyssey et ton jeu et pas celui du voisin. Tu n'as qu'à imaginer que l'histoire s'est réellement déroulée comme ça car tu l'auras voulu

La monté de niveau était justifiée par le comportement du personnage ou sa situation (déchéance d'Altaïr/Ezio qui n'y connais rien à cet univers et doit apprendre les bases, etc...) lié au scénario du jeu voulu par les développeurs.

Le fait que dans la saga Mythologique on passe du mode doux au mode violent peut-être justifié par l'époque dans lequel se déroule le jeu: Odyssey se passe avant Origins, le concept d'Assassinat tel que montré dans l'épisode 1 n'existait pas à l'époque, d'où le terme de Mysthios et le fait qu'on peut facilement jouer en mode bourrin.
Le paradoxe et l'ironie même de ce que je dis est le dialogue systématique de Kassandra qui dit à chaque fois qu'elle s'approche d'un camps ennemi ceci: "il faut que je reste prudente/je ne dois pas me faire repérer"... des termes illustrant des comportements d'Assassin lié à un concept qu'elle n'est pas sensée connaitre.... jusqu'à l'arrivée de Darius qui lui a quand même présentée les prémices de ce genre de chose (et là, cela aurait eu plus de poids par la suite d'entendre ce genre de phrases).

Là avec tout mon respect, je pense que tu extrapole un peu. La prudence est de mise pour toute manoeuvre tactique/furtive et même les guerriers les plus frontaux adopte cette logique pour ne pas se retrouver en mauvaise posture... Ca relève plus de la survie que de l'expertise en assassinat

Origins est bien dans le sens où son scénario présente le passage du mode "Templier" au mode "Assassin" vu qu'il traite de la création même de la Confrérie et ses préceptes.

Là nous sommes d'accord, Origins, comme son nom l'indique, traite de la fondation du crédo et le fait très bien. Mais le lore du jeu est très vaste et parler des artefacts d'eden de façon inédite et parfois culloté n'est pas forcément une mauvaise idée. On est dans un univers de science fiction qui est finalement très abscon et revisite l'histoire. J'estime qu'il n'y a pas de mal à s'amuser avec ça et à partir parfois dans les extrêmes pour étendre l'univers (ce qui pour bon nombre de joueurs s'apparente à du fantastique est régit par la technologie des précurseurs en réalité)

Par conséquent, Valhalla se déroulant bien après ce dernier, on s'attend donc à être dans la continuité de cette création, donc de l'infiltration, donc des OS à la lame secrète...

L'aspect RPG n'a absolument pas sa place parce que ce n'est pas le genre même de la série, à la base et parce que l'univers même du jeu ne s'y prête pas et ne le justifie pas.

Sauf que c'est une erreur car une vision réductrice d'un personnage qui a juste choisi son camps. Si demain je prend le partie d'épouser une cause, ça ne veut pas dire que je vais en porter constamment les couleurs. Dans Valhalla, on est souvent amené a changer d'équipement en fonction des situations. ça illustre bien mon propos. Notre personnage s'adapte (il ne fait aucun doute que la stratégie soit à l'honneur dans cet opus) et il sera sûrement plus complexe que les assassins traditionnels qui ont appris d'autres disciplines dans les millénaires suivant. Dans black flag, on utilise deux lame, c'est même de coutume alors que c'est inédit dans la série par exemple

L'identité du jeu était déjà là de part son titre: Assassin's Creed. Le mot Assassin faisait comprendre aux joueurs qu'il allait jouer un Assassin, pas un Templier, pas un Mercenaire, pas un Guerrier (Hors-Univers=choix des développeurs). Le mot Creed pour Crédo, justifiait le pourquoi de jouer un Assassin et pas une autre classe (In-Universe).

Au moment où le RPG est entrée en scène, le fondement même de la série s'est écroulé, d'où les multiples plaintes de la part des joueurs.

C'est comme si tu disais d'un film dont le titre est le nom porté par l’antagoniste trahi le héros (ça arrive) c'est juste pour insisté sur l'importance de l'antagoniste dans l'histoire. là c'est sensiblement pareil. Le jeu raconte le crédo des assassins. Si il est vu d'un point de vue erroné, opposé, ou lointain, il n'en demeurera pas moins que c'est ce qui nous intéresse en premier lieu

Skitsky
Skitsky
MP
12 juillet 2020 à 18:10:26

Un cercle sans fin.

Y a pas vraiment de débat à avoir tellement le ressentis diffère d'un individu à l'autre.
Tu peux avoir une personne qui a adoré Odyssey et/ou Origins à un point qu'ils les considèrent comme les meilleurs, et tu peux avoir des personnes qui les considèrent comme des purges et qui encense les premiers comme des Messies.

Honnêtement à ce stade, le débat n'a plus grand intérêt, tout le monde se croit dans sa bulle à imaginer que son avis est la généralité, qu'Ubisoft va faire faillite ou va faire des flops, qu'Ubi est sur la bonne voie etc....

La seule chose pertinente que l'on peut faire c'est patienter de pouvoir y jouer et ensuite se faire son propre avis.

Je fais partis de ceux qui pensent que l'évolution d'AC vers cette formule était inévitable et a plutôt bien tourné. La licence n'a jamais été du grand luxe ou des chef d’œuvres, et pour moi on reste dans le même genre. C'est plaisant, c'est fun, c'est parfois intéressant et plutôt bien trouvé mais c'est jamais INCROYABLE.

Comme dit déjà dans un autre topic, j'encouragerai toujours Ubi de d'abord faire un BON JEU plutôt que de chercher à faire un AC avec tout le fan service lié à ça.

Foutre une lame secrète, une capuche et 2 séquences d'Animus en plus, rendra pas les jeux meilleurs. Une fois qu'ils auront réussis à capter une formule vraiment très solide (pas encore le cas pour moi) là pourquoi pas ...

Tralalatsouin
Tralalatsouin
MP
12 juillet 2020 à 18:21:12

Le 12 juillet 2020 à 16:50:46 PorteuseDaigle a écrit :
Bonjour tout le monde !

A l'occasion du "leak" des 30 minutes de gameplay qui nous ont été livré il y a environ une semaine de ça et des réaction qu'il a suscité, j'ai décidé de clarifier mon point de vue en tant que fan de la série et "acceptant" de son nouveau tournant...

Alors personnellement, je comprends les craintes des joueurs par rapport à Valhalla et son "bourrinisme" qui semble mettre l'infitration au second plan, sauf qu'à mon humble avis elles ne sont que partiellement fondées.

Ce que retiennent principalement les joueurs dans le titre de la série et son développement en temps que pure jeu d'infiltration qui a peu à peu mutée en rpg, c'est la notion d'assassinat et je ne peux pas les blâmer, la série nous y a énormément habitué.

Pourtant, le titre est assez évocateur finalement, on parle du crédo des assassins, pas des assassins en eux même et assassin's creed raconte l'histoire d'un affrontement millénaire entre les factions du libre arbitre et celles de l'autorité, il n'y a aucune raison que l'on ne voit ce conflit et ses origines que sous les mêmes angles sempiternellement.

Parler de leurs origines n'a rien d'invalide dans le sens où ça nous aide à comprendre ledit crédo et sa création, à avoir des éléments complémentaire sur le lore aussi (les précurseurs et les motivations des différents cultes qui veulent s'accaparer leurs artefacts etc...).

Le problème des joueurs de la série (et encore une fois je ne les blâme pas), c'est à mon avis leur manque de familiarité avec son potentiel énorme qui dépasse de très loin celui du pure jeu d'assassin. Selon moi, la série aurait du s'affirmer en tant que rpg depuis le début car la richesse de son lore le permettait amplement.

Bon nombre de fan considèrent que la série se cherche vainement et perd de son identité. Je pense bien au contraire que la série est en train de se trouver... mais trop tard.

Je peux comprendre que partir d'un maître - assassin capuchonné qui se mue dans la foule pour finir en mercenaire spartiate/viking/ou encore medjai ça déstabilise, mais cette série aurait largement gagnée à se diversifier dans ses approches et mécanique depuis bien longtemps...

Vraiment insister sur la notion de crédo et sur l'aspect métaphysique du lore qui pousse à la sempiternelle réflexion autour du libre arbitre plutôt que de mettre en avant le côté dark et classieux des assassins...

Ce n'est que mon avis et je vous invite à profiter de cet espace pour en débattre.

Je suis en partie d'accord, en partie seulement. Ce que tu dis est vrai dans l'angle que tu traites. Je trouve l'angle en décalage avec le sujet que tu traites par contre.

Effectivement, si l'on prend un angle purement scénaristique, AC peut être tout. Le lore est assez riche, ça fonctionnerait même sur, soyons fou, un jeu de golf dans un trip manga sportif dans un monde avec un assassin contemporain tennisman qui doit empêcher les templiers de gagner Rolland Garros. Dans l'absolu, tout est permis.

Le problème des derniers AC est autre. Au delà d'être une histoire au riche lore, c'est une histoire matérialisée dans un format, le jeu vidéo. Je ne t'apprendrai pas que c'est une discipline répondant à ses propres codes, comme chaque discipline.

AC premier du nom a pioché dans de l'existant et innové pour proposer quelque chose de novateur justement à l'époque. C'est par ailleurs la convergence entre l'existant, la nouveauté, ou la réappropriation de l'existant qui a donné ce résultat novateur.
Un monde ouvert (rien de nouveau, GTA entre autre), des déplacements fun et nerveux (Prince of persia), de l'infiltration (Splinter Cell), des combats (tellement de jeux) etc.

De là s'est dessiné les piliers d'AC en tant que jeu, un voyage à travers le temps avec la retranscription d'ambiances, un dynamisme des déplacements rendant la simple promenade distrayante, des combats qui, bien qu'aisés, nous rappelaient qu'Altaïr était pas le premier péquenaud venu, des assassinats bien classes qui, encore une fois, iconisaient le héro. Une excellente recette en somme qui nécessitait de l'approfondissement, parce que oui, la base une fois établie, il faut reconnaître que la répétitivité du premier opus qui n'était qu'un petit défaut pour l'époque serait aujourd'hui un défaut majeur.

Parce que oui, le jeu vidéo évolue, ce qui était acceptable en 2007 ne l'est plus en 2020, les développeurs doivent s'adapter et trouver de nouvelles idées. Bref, le jeu s'est approfondit dès le second opus, en ajoutant des trucs annexes et ainsi de suite jusqu'à la saturation des joueurs et la nécessité pour Ubisoft de revoir entièrement la formule.

Je ne parle pas de la transition avec Unity, mon pavé sera déjà bien assez long comme ça. Je passe direct à Origins. Pour être clair, je l'ai bien aimé origins, malgré ses défauts. La couche assez light RPG ne poussait pas au farm, les combats, bien que pas exceptionnels n'était pas rédhibitoires pour autant. Les ennemis n'étant pas de si gros sacs de PV, on ne perdait pas trop en rythme.

Mais en terme de narrative design, des bons éléments en émergeait déjà. Être un medjay, reconnu par la population, permettait de justifier les quêtes annexes par exemple. C'est plus ou moins repris dans Odyssey avec le fait d'être mercenaire, même si c'est pas écrit sur notre tête, ça passe.

Tout ça pour en arriver au point suivant, les piliers qui faisait d'un AC un AC on commencé à s'estomper avant de disparaître dans Odyssey.
Le terrain inadapté enlève le sentiment amusant de se déplacer nerveusement partout. On ne peut pas grimper, s'enfuir en passant dans des ruelles ou des petits espaces quand on est au milieu d'une plaine. Il fallait ici offrir une alternative, Ubisoft n'a proposé qu'un cheval qui est objectivement mal animé et subjectivement horrible manette en main. La partie free run a souffert de cette transition en devenant elle aussi encore plus mécanique que dans le précèdent. Puisque le jeu se déroulera en grande partie dans la nature, inutile de trop travailler cet aspect.
L'un des piliers, les mouvements fun et amusant, tombe ici.

Ensuite le combat. Autrefois il était certes simple, mais n'avait pas que pour seule fonction d'éliminer les ennemis. Il était aussi grisant de faire exploser la badassitude de notre personnage. Les combats d'Odyssey dépendent essentiellement des stats d'Alexios/Kassandra. L'autre partie, c'est le skill des joueurs, et honnêtement, le schéma esquive suivi d'un bourrinage, c'est pas exigeant ni amusant, pour moi c'est redondant et chiant.
Voilà, deuxième pilier tombé.
Quant à l'infiltration, comme le combat, est aussi essentiellement régie par la fiche de personnage. La capacité du joueur à se faufiler est pour ainsi dire inutile s'il n'a pas travaillé le build du personnage. Encore un pilier qui s'effondre.

Pour l'ambiance, c'est assez différent. Pour Origins, j'ai bien ressenti une ambiance assez cohérente. Les deserts avec ses mirages par exemple, ou Crocodilopolis (de mémoire) bénéficiait d'un bon travail. On savait aussi, grâce à l'ambiance qui se dégageait, si on était plutôt dans le monde Romain, Egyptien, grec ou hybride.

Dans Odyssey, je ne trouve pas. Les villes se ressemblent toutes. Les décors, en raison de la difficultés de remplir une si vaste carte j'imagine, se répètent encore et encore. Mais ce qui m'a gonflé le plus, c'est le manque de cohérence entre l'ambiance et la période choisie. Jamais dans le jeu je n'ai ressenti le danger d'évoluer dans un pays en guerre. Cette ambiance est selon moi inexistante. Je reconnais avoir croisé de temps à autre une poignée de spartiates se fritter avec une poignée d’athéniens mais c'est tout. Unity n'avait pas besoin de me dire que c'était la révolution, Syndicate n'avait pas besoin de me dire que c'était la révolution industrielle non plus. Je n'avais qu'à ouvrir les yeux.
Si Odyssey ne me disait pas que c'est la guerre, est ce que je l'aurai su en ouvrant simplement les yeux ? Je ne suis pas sûr, du moins, pas aussi facilement que pour Unity.

Pour moi, le pilier de l'ambiance, même s'il n'a pas disparu, a beaucoup perdu de sa superbe. (Je parle du passé, pas de Valhalla, j'attends ce soir pour me faire une idée plus précise, et les futurs tests voire un essai personnel encore plus tard pour me faire un avis définitif. Pour l'instant j'émets uniquement des craintes.)

Alors pour conclure, oui je te rejoins sur le fait que scénaristiquement, aC peut être tout et n'importe quoi, la dualité Assassin Templier peut nourrir énormément de Gameplay. De ce point de vue, Les ACO sont tout autant des AC que les autres.
D'un point de vue de Gameplay, le jeu n'a pas évolué, il a changé de formule, le jeu AC d'avant s'est estompé avant de disparaître dans le dernier opus. Sa base a été changée, ce n'est plus de l'action - aventure - infiltration, mais de l'open world RPG.
Et pour moi l'identité d'un jeu ne tient pas uniquement dans son scénario mais aussi dans ce qu'il cherche à accomplir via son gamplay, ce qui fait que je trouve qu'AC est en train de perdre son identité pour devenir une marque qu'on décline en ce qu'on veut, parce que justement, scénaristiquement, tout est justifiable.

PorteuseDaigle
PorteuseDaigle
MP
12 juillet 2020 à 18:33:08

Le 12 juillet 2020 à 18:21:12 tralalatsouin a écrit :

Le 12 juillet 2020 à 16:50:46 PorteuseDaigle a écrit :
Bonjour tout le monde !

A l'occasion du "leak" des 30 minutes de gameplay qui nous ont été livré il y a environ une semaine de ça et des réaction qu'il a suscité, j'ai décidé de clarifier mon point de vue en tant que fan de la série et "acceptant" de son nouveau tournant...

Alors personnellement, je comprends les craintes des joueurs par rapport à Valhalla et son "bourrinisme" qui semble mettre l'infitration au second plan, sauf qu'à mon humble avis elles ne sont que partiellement fondées.

Ce que retiennent principalement les joueurs dans le titre de la série et son développement en temps que pure jeu d'infiltration qui a peu à peu mutée en rpg, c'est la notion d'assassinat et je ne peux pas les blâmer, la série nous y a énormément habitué.

Pourtant, le titre est assez évocateur finalement, on parle du crédo des assassins, pas des assassins en eux même et assassin's creed raconte l'histoire d'un affrontement millénaire entre les factions du libre arbitre et celles de l'autorité, il n'y a aucune raison que l'on ne voit ce conflit et ses origines que sous les mêmes angles sempiternellement.

Parler de leurs origines n'a rien d'invalide dans le sens où ça nous aide à comprendre ledit crédo et sa création, à avoir des éléments complémentaire sur le lore aussi (les précurseurs et les motivations des différents cultes qui veulent s'accaparer leurs artefacts etc...).

Le problème des joueurs de la série (et encore une fois je ne les blâme pas), c'est à mon avis leur manque de familiarité avec son potentiel énorme qui dépasse de très loin celui du pure jeu d'assassin. Selon moi, la série aurait du s'affirmer en tant que rpg depuis le début car la richesse de son lore le permettait amplement.

Bon nombre de fan considèrent que la série se cherche vainement et perd de son identité. Je pense bien au contraire que la série est en train de se trouver... mais trop tard.

Je peux comprendre que partir d'un maître - assassin capuchonné qui se mue dans la foule pour finir en mercenaire spartiate/viking/ou encore medjai ça déstabilise, mais cette série aurait largement gagnée à se diversifier dans ses approches et mécanique depuis bien longtemps...

Vraiment insister sur la notion de crédo et sur l'aspect métaphysique du lore qui pousse à la sempiternelle réflexion autour du libre arbitre plutôt que de mettre en avant le côté dark et classieux des assassins...

Ce n'est que mon avis et je vous invite à profiter de cet espace pour en débattre.

Je suis en partie d'accord, en partie seulement. Ce que tu dis est vrai dans l'angle que tu traites. Je trouve l'angle en décalage avec le sujet que tu traites par contre.

Effectivement, si l'on prend un angle purement scénaristique, AC peut être tout. Le lore est assez riche, ça fonctionnerait même sur, soyons fou, un jeu de golf dans un trip manga sportif dans un monde avec un assassin contemporain tennisman qui doit empêcher les templiers de gagner Rolland Garros. Dans l'absolu, tout est permis.

Le problème des derniers AC est autre. Au delà d'être une histoire au riche lore, c'est une histoire matérialisée dans un format, le jeu vidéo. Je ne t'apprendrai pas que c'est une discipline répondant à ses propres codes, comme chaque discipline.

AC premier du nom a pioché dans de l'existant et innové pour proposer quelque chose de novateur justement à l'époque. C'est par ailleurs la convergence entre l'existant, la nouveauté, ou la réappropriation de l'existant qui a donné ce résultat novateur.
Un monde ouvert (rien de nouveau, GTA entre autre), des déplacements fun et nerveux (Prince of persia), de l'infiltration (Splinter Cell), des combats (tellement de jeux) etc.

De là s'est dessiné les piliers d'AC en tant que jeu, un voyage à travers le temps avec la retranscription d'ambiances, un dynamisme des déplacements rendant la simple promenade distrayante, des combats qui, bien qu'aisés, nous rappelaient qu'Altaïr était pas le premier péquenaud venu, des assassinats bien classes qui, encore une fois, iconisaient le héro. Une excellente recette en somme qui nécessitait de l'approfondissement, parce que oui, la base une fois établie, il faut reconnaître que la répétitivité du premier opus qui n'était qu'un petit défaut pour l'époque serait aujourd'hui un défaut majeur.

Parce que oui, le jeu vidéo évolue, ce qui était acceptable en 2007 ne l'est plus en 2020, les développeurs doivent s'adapter et trouver de nouvelles idées. Bref, le jeu s'est approfondit dès le second opus, en ajoutant des trucs annexes et ainsi de suite jusqu'à la saturation des joueurs et la nécessité pour Ubisoft de revoir entièrement la formule.

Je ne parle pas de la transition avec Unity, mon pavé sera déjà bien assez long comme ça. Je passe direct à Origins. Pour être clair, je l'ai bien aimé origins, malgré ses défauts. La couche assez light RPG ne poussait pas au farm, les combats, bien que pas exceptionnels n'était pas rédhibitoires pour autant. Les ennemis n'étant pas de si gros sacs de PV, on ne perdait pas trop en rythme.

Mais en terme de narrative design, des bons éléments en émergeait déjà. Être un medjay, reconnu par la population, permettait de justifier les quêtes annexes par exemple. C'est plus ou moins repris dans Odyssey avec le fait d'être mercenaire, même si c'est pas écrit sur notre tête, ça passe.

Tout ça pour en arriver au point suivant, les piliers qui faisait d'un AC un AC on commencé à s'estomper avant de disparaître dans Odyssey.
Le terrain inadapté enlève le sentiment amusant de se déplacer nerveusement partout. On ne peut pas grimper, s'enfuir en passant dans des ruelles ou des petits espaces quand on est au milieu d'une plaine. Il fallait ici offrir une alternative, Ubisoft n'a proposé qu'un cheval qui est objectivement mal animé et subjectivement horrible manette en main. La partie free run a souffert de cette transition en devenant elle aussi encore plus mécanique que dans le précèdent. Puisque le jeu se déroulera en grande partie dans la nature, inutile de trop travailler cet aspect.
L'un des piliers, les mouvements fun et amusant, tombe ici.

Ensuite le combat. Autrefois il était certes simple, mais n'avait pas que pour seule fonction d'éliminer les ennemis. Il était aussi grisant de faire exploser la badassitude de notre personnage. Les combats d'Odyssey dépendent essentiellement des stats d'Alexios/Kassandra. L'autre partie, c'est le skill des joueurs, et honnêtement, le schéma esquive suivi d'un bourrinage, c'est pas exigeant ni amusant, pour moi c'est redondant et chiant.
Voilà, deuxième pilier tombé.
Quant à l'infiltration, comme le combat, est aussi essentiellement régie par la fiche de personnage. La capacité du joueur à se faufiler est pour ainsi dire inutile s'il n'a pas travaillé le build du personnage. Encore un pilier qui s'effondre.

Pour l'ambiance, c'est assez différent. Pour Origins, j'ai bien ressenti une ambiance assez cohérente. Les deserts avec ses mirages par exemple, ou Crocodilopolis (de mémoire) bénéficiait d'un bon travail. On savait aussi, grâce à l'ambiance qui se dégageait, si on était plutôt dans le monde Romain, Egyptien, grec ou hybride.

Dans Odyssey, je ne trouve pas. Les villes se ressemblent toutes. Les décors, en raison de la difficultés de remplir une si vaste carte j'imagine, se répètent encore et encore. Mais ce qui m'a gonflé le plus, c'est le manque de cohérence entre l'ambiance et la période choisie. Jamais dans le jeu je n'ai ressenti le danger d'évoluer dans un pays en guerre. Cette ambiance est selon moi inexistante. Je reconnais avoir croisé de temps à autre une poignée de spartiates se fritter avec une poignée d’athéniens mais c'est tout. Unity n'avait pas besoin de me dire que c'était la révolution, Syndicate n'avait pas besoin de me dire que c'était la révolution industrielle non plus. Je n'avais qu'à ouvrir les yeux.
Si Odyssey ne me disait pas que c'est la guerre, est ce que je l'aurai su en ouvrant simplement les yeux ? Je ne suis pas sûr, du moins, pas aussi facilement que pour Unity.

Pour moi, le pilier de l'ambiance, même s'il n'a pas disparu, a beaucoup perdu de sa superbe. (Je parle du passé, pas de Valhalla, j'attends ce soir pour me faire une idée plus précise, et les futurs tests voire un essai personnel encore plus tard pour me faire un avis définitif. Pour l'instant j'émets uniquement des craintes.)

Alors pour conclure, oui je te rejoins sur le fait que scénaristiquement, aC peut être tout et n'importe quoi, la dualité Assassin Templier peut nourrir énormément de Gameplay. De ce point de vue, Les ACO sont tout autant des AC que les autres.
D'un point de vue de Gameplay, le jeu n'a pas évolué, il a changé de formule, le jeu AC d'avant s'est estompé avant de disparaître dans le dernier opus. Sa base a été changée, ce n'est plus de l'action - aventure - infiltration, mais de l'open world RPG.
Et pour moi l'identité d'un jeu ne tient pas uniquement dans son scénario mais aussi dans ce qu'il cherche à accomplir via son gamplay, ce qui fait que je trouve qu'AC est en train de perdre son identité pour devenir une marque qu'on décline en ce qu'on veut, parce que justement, scénaristiquement, tout est justifiable.

Je fais une petite sieste et je te réponds dans la soirée.

Tu as l'air intéressant aussi et jusqu'à présent, les gens qui postent n'ont pas l'air dénués d'arguments

Je reviens plus tard

GameBender
GameBender
MP
12 juillet 2020 à 18:41:46

Sauf que théoriquement, tu es le joueur et il n'y a aucune raison que tu ne puisse pas décidé par le biais de ton imagination ce qui a pu se passer. Mettons par exemple que tu choisisse Kassandra et la mauvaise fin, ce sera la tienne, d'une certaine façon, AC Odyssey et ton jeu et pas celui du voisin. Tu n'as qu'à imaginer que l'histoire s'est réellement déroulée comme ça car tu l'auras voulu

En effet, je n'ai aucune raison que je ne puisse pas décider ce qui aurait pu se passer.... Le problème est que le jeu est de base un action/aventure, pas un RPG et depuis le début il nous présentait une fin unique, irréversible et canonique... Le fait que sur Odyssey on passe à 9 fins possible m'a complètement déstabilisé (et je ne suis peut-être pas le seul au passage) et je me suis demandé laquelle était canon in-universe en plus d'être la meilleure possible (ce qui est celle de la Famille en tout logique).

Je me suis habitué à ce type de réalisation et donc à des fins uniques qui ne peuvent être changées.

Dans Valhalla, on est souvent amené a changer d'équipement en fonction des situations. ça illustre bien mon propos. Notre personnage s'adapte (il ne fait aucun doute que la stratégie soit à l'honneur dans cet opus) et il sera sûrement plus complexe que les assassins traditionnels qui ont appris d'autres disciplines dans les millénaires suivant. Dans black flag, on utilise deux lame, c'est même de coutume alors que c'est inédit dans la série par exemple

Oui, le personnage s'adapte à la situation, mais adapter, ne veut pas dire changer ce qui a été fait. Or avec le RPG, in-universe la fonction même de l'animus ne sert à rien au final et pire encore, il n'y a aucune fin canonique in-universe de ce fait. Certes je peux avoir toutes les fins que je veux, mais in-universe, quel intérêt?

En tant que joueur, on me présente un jeu avec un personnage qui rentre dans une machine pour revivre des évènements passés (donc impossible à changer) sur 5/6 jeux et là d'un coup on me dit qu'il est possible que je fasse ce que je veux dans le passé (choix de dialogue qui change la fin=RPG)? Mais WTF? Il n'y a plus aucune crédibilité, l'univers s'effondre puisqu'il se contredit carrément.

Autant carrément présenter un AC ou on peut sauver Jésus-Chist ou voir s'il va vraiment ressusciter si on lui coupe la tête dans ce cas-là!!! (super le délire mais quel intérêt au final?)

(Je m'excuse par avance pour ce propos mais c'est pour illustrer l'absurdité d'avoir implanté le RPG dans la saga).

J'estime qu'il n'y a pas de mal à s'amuser avec ça et à partir parfois dans les extrêmes pour étendre l'univers (ce qui pour bon nombre de joueurs s'apparente à du fantastique est régit par la technologie des précurseurs en réalité)

L'utilisation de la technologie des Précurseurs à outrance peut se justifier par l'époque dans laquelle se déroule le jeu. Je n'ai pas du tout été étonné de leurs apparitions fréquentes dans Odyssey et j'ai même adoré. Le DLC sur l'Atlantide que je n'ai pas encore fait justifie à merveille leur utilisation à foisons.

Au fait, super ton avatar, j'adore :)

Bruce_Banner43
Bruce_Banner43
MP
12 juillet 2020 à 23:28:36

Le 12 juillet 2020 à 18:21:12 Tralalatsouin a écrit :

Le 12 juillet 2020 à 16:50:46 PorteuseDaigle a écrit :
Bonjour tout le monde !

A l'occasion du "leak" des 30 minutes de gameplay qui nous ont été livré il y a environ une semaine de ça et des réaction qu'il a suscité, j'ai décidé de clarifier mon point de vue en tant que fan de la série et "acceptant" de son nouveau tournant...

Alors personnellement, je comprends les craintes des joueurs par rapport à Valhalla et son "bourrinisme" qui semble mettre l'infitration au second plan, sauf qu'à mon humble avis elles ne sont que partiellement fondées.

Ce que retiennent principalement les joueurs dans le titre de la série et son développement en temps que pure jeu d'infiltration qui a peu à peu mutée en rpg, c'est la notion d'assassinat et je ne peux pas les blâmer, la série nous y a énormément habitué.

Pourtant, le titre est assez évocateur finalement, on parle du crédo des assassins, pas des assassins en eux même et assassin's creed raconte l'histoire d'un affrontement millénaire entre les factions du libre arbitre et celles de l'autorité, il n'y a aucune raison que l'on ne voit ce conflit et ses origines que sous les mêmes angles sempiternellement.

Parler de leurs origines n'a rien d'invalide dans le sens où ça nous aide à comprendre ledit crédo et sa création, à avoir des éléments complémentaire sur le lore aussi (les précurseurs et les motivations des différents cultes qui veulent s'accaparer leurs artefacts etc...).

Le problème des joueurs de la série (et encore une fois je ne les blâme pas), c'est à mon avis leur manque de familiarité avec son potentiel énorme qui dépasse de très loin celui du pure jeu d'assassin. Selon moi, la série aurait du s'affirmer en tant que rpg depuis le début car la richesse de son lore le permettait amplement.

Bon nombre de fan considèrent que la série se cherche vainement et perd de son identité. Je pense bien au contraire que la série est en train de se trouver... mais trop tard.

Je peux comprendre que partir d'un maître - assassin capuchonné qui se mue dans la foule pour finir en mercenaire spartiate/viking/ou encore medjai ça déstabilise, mais cette série aurait largement gagnée à se diversifier dans ses approches et mécanique depuis bien longtemps...

Vraiment insister sur la notion de crédo et sur l'aspect métaphysique du lore qui pousse à la sempiternelle réflexion autour du libre arbitre plutôt que de mettre en avant le côté dark et classieux des assassins...

Ce n'est que mon avis et je vous invite à profiter de cet espace pour en débattre.

Je suis en partie d'accord, en partie seulement. Ce que tu dis est vrai dans l'angle que tu traites. Je trouve l'angle en décalage avec le sujet que tu traites par contre.

Effectivement, si l'on prend un angle purement scénaristique, AC peut être tout. Le lore est assez riche, ça fonctionnerait même sur, soyons fou, un jeu de golf dans un trip manga sportif dans un monde avec un assassin contemporain tennisman qui doit empêcher les templiers de gagner Rolland Garros. Dans l'absolu, tout est permis.

Le problème des derniers AC est autre. Au delà d'être une histoire au riche lore, c'est une histoire matérialisée dans un format, le jeu vidéo. Je ne t'apprendrai pas que c'est une discipline répondant à ses propres codes, comme chaque discipline.

AC premier du nom a pioché dans de l'existant et innové pour proposer quelque chose de novateur justement à l'époque. C'est par ailleurs la convergence entre l'existant, la nouveauté, ou la réappropriation de l'existant qui a donné ce résultat novateur.
Un monde ouvert (rien de nouveau, GTA entre autre), des déplacements fun et nerveux (Prince of persia), de l'infiltration (Splinter Cell), des combats (tellement de jeux) etc.

De là s'est dessiné les piliers d'AC en tant que jeu, un voyage à travers le temps avec la retranscription d'ambiances, un dynamisme des déplacements rendant la simple promenade distrayante, des combats qui, bien qu'aisés, nous rappelaient qu'Altaïr était pas le premier péquenaud venu, des assassinats bien classes qui, encore une fois, iconisaient le héro. Une excellente recette en somme qui nécessitait de l'approfondissement, parce que oui, la base une fois établie, il faut reconnaître que la répétitivité du premier opus qui n'était qu'un petit défaut pour l'époque serait aujourd'hui un défaut majeur.

Parce que oui, le jeu vidéo évolue, ce qui était acceptable en 2007 ne l'est plus en 2020, les développeurs doivent s'adapter et trouver de nouvelles idées. Bref, le jeu s'est approfondit dès le second opus, en ajoutant des trucs annexes et ainsi de suite jusqu'à la saturation des joueurs et la nécessité pour Ubisoft de revoir entièrement la formule.

Je ne parle pas de la transition avec Unity, mon pavé sera déjà bien assez long comme ça. Je passe direct à Origins. Pour être clair, je l'ai bien aimé origins, malgré ses défauts. La couche assez light RPG ne poussait pas au farm, les combats, bien que pas exceptionnels n'était pas rédhibitoires pour autant. Les ennemis n'étant pas de si gros sacs de PV, on ne perdait pas trop en rythme.

Mais en terme de narrative design, des bons éléments en émergeait déjà. Être un medjay, reconnu par la population, permettait de justifier les quêtes annexes par exemple. C'est plus ou moins repris dans Odyssey avec le fait d'être mercenaire, même si c'est pas écrit sur notre tête, ça passe.

Tout ça pour en arriver au point suivant, les piliers qui faisait d'un AC un AC on commencé à s'estomper avant de disparaître dans Odyssey.
Le terrain inadapté enlève le sentiment amusant de se déplacer nerveusement partout. On ne peut pas grimper, s'enfuir en passant dans des ruelles ou des petits espaces quand on est au milieu d'une plaine. Il fallait ici offrir une alternative, Ubisoft n'a proposé qu'un cheval qui est objectivement mal animé et subjectivement horrible manette en main. La partie free run a souffert de cette transition en devenant elle aussi encore plus mécanique que dans le précèdent. Puisque le jeu se déroulera en grande partie dans la nature, inutile de trop travailler cet aspect.
L'un des piliers, les mouvements fun et amusant, tombe ici.

Ensuite le combat. Autrefois il était certes simple, mais n'avait pas que pour seule fonction d'éliminer les ennemis. Il était aussi grisant de faire exploser la badassitude de notre personnage. Les combats d'Odyssey dépendent essentiellement des stats d'Alexios/Kassandra. L'autre partie, c'est le skill des joueurs, et honnêtement, le schéma esquive suivi d'un bourrinage, c'est pas exigeant ni amusant, pour moi c'est redondant et chiant.
Voilà, deuxième pilier tombé.
Quant à l'infiltration, comme le combat, est aussi essentiellement régie par la fiche de personnage. La capacité du joueur à se faufiler est pour ainsi dire inutile s'il n'a pas travaillé le build du personnage. Encore un pilier qui s'effondre.

Pour l'ambiance, c'est assez différent. Pour Origins, j'ai bien ressenti une ambiance assez cohérente. Les deserts avec ses mirages par exemple, ou Crocodilopolis (de mémoire) bénéficiait d'un bon travail. On savait aussi, grâce à l'ambiance qui se dégageait, si on était plutôt dans le monde Romain, Egyptien, grec ou hybride.

Dans Odyssey, je ne trouve pas. Les villes se ressemblent toutes. Les décors, en raison de la difficultés de remplir une si vaste carte j'imagine, se répètent encore et encore. Mais ce qui m'a gonflé le plus, c'est le manque de cohérence entre l'ambiance et la période choisie. Jamais dans le jeu je n'ai ressenti le danger d'évoluer dans un pays en guerre. Cette ambiance est selon moi inexistante. Je reconnais avoir croisé de temps à autre une poignée de spartiates se fritter avec une poignée d’athéniens mais c'est tout. Unity n'avait pas besoin de me dire que c'était la révolution, Syndicate n'avait pas besoin de me dire que c'était la révolution industrielle non plus. Je n'avais qu'à ouvrir les yeux.
Si Odyssey ne me disait pas que c'est la guerre, est ce que je l'aurai su en ouvrant simplement les yeux ? Je ne suis pas sûr, du moins, pas aussi facilement que pour Unity.

Pour moi, le pilier de l'ambiance, même s'il n'a pas disparu, a beaucoup perdu de sa superbe. (Je parle du passé, pas de Valhalla, j'attends ce soir pour me faire une idée plus précise, et les futurs tests voire un essai personnel encore plus tard pour me faire un avis définitif. Pour l'instant j'émets uniquement des craintes.)

Alors pour conclure, oui je te rejoins sur le fait que scénaristiquement, aC peut être tout et n'importe quoi, la dualité Assassin Templier peut nourrir énormément de Gameplay. De ce point de vue, Les ACO sont tout autant des AC que les autres.
D'un point de vue de Gameplay, le jeu n'a pas évolué, il a changé de formule, le jeu AC d'avant s'est estompé avant de disparaître dans le dernier opus. Sa base a été changée, ce n'est plus de l'action - aventure - infiltration, mais de l'open world RPG.
Et pour moi l'identité d'un jeu ne tient pas uniquement dans son scénario mais aussi dans ce qu'il cherche à accomplir via son gamplay, ce qui fait que je trouve qu'AC est en train de perdre son identité pour devenir une marque qu'on décline en ce qu'on veut, parce que justement, scénaristiquement, tout est justifiable.

Superbe analyse! j'approuve totalement :bravo: :bravo: :bravo:

Message édité le 12 juillet 2020 à 23:29:02 par Bruce_Banner43
1
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Evilash08, Vortex646, Tomy-Fett, Leirok, MamYume, ]Faustine[, latios[jv]
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer

Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Ubisoft StoreUbisoft Store Précommander sur le Playstation StorePlaystation Store Acheter sur MicrosoftMicrosoft Store
Fnac PS4 59.99€ Fnac ONE 59.99€ Fnac PS4 99.99€ Amazon PS4 99.99€ Amazon ONE 99.99€ Fnac ONE 99.99€
Marchand
Supports
Prix