Menu
Assassin's Creed Origins
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Assassin's Creed Origins  /  Tous les forums  /  Forum Assassin's Creed Origins  /  Topic [JEU] A la poursuite du Suaire d'Eden.  / 

Topic [JEU] A la poursuite du Suaire d'Eden. - Page 122

Sujet : [JEU] A la poursuite du Suaire d'Eden.

DébutPage précedente
Page suivanteFin
FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
01 mars 2019 à 23:23:28

Yo,

Réponses aux avis de Malthus, Suppo et Laza.
C'est du très très lourd, avec des explications/développements parfois capitaux donc je vous serai reconnaissant de tous lire les posts suivants (je ne crois pas avoir déjà formulé une telle demande donc merci de la considérer :hap:).

J'en profite pour dire que je ne suis pas mort, bien sûr, simplement je suis toujours dans une période très très "demandeuse" dans le cadre de mes études. Exposés, recherche de stage, révisions pour examens à venir ; y'a même un concours dans le lot. Mon mois de Mars va être complètement immobilisé, impossible pour moi d'écrire un chapitre à ce moment. Donc ... le 16 ne viendra pas avant Avril et j'en suis désolé. Je me suis mis en tête de finir la Poursuite pour les 2 ans (donc en Juillet) ; à ce rythme je risque d'avoir un ou deux mois de retard mais pas plus que ça, si cela peut vous rassurer.

Je renouvelle mes remerciements pour votre investissement et votre intérêt, qui demeurent malgré l'écoulement du temps et j'apprécie sincèrement ça. N'hésitez pas à discuter sur le topic comme d'habitude, je passe très régulièrement et trouverai toujours le temps de répondre mais voilà, pas de chapitre avant Avril malheureusement (surtout parce que le 16 va être très complexe à mettre en place, à organiser et à rédiger, comme vous vous en doutez, eu égard à tous les choix que je vous ai donnés et à la grande variété de combinaisons envisageables).

A bientôt !

FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
01 mars 2019 à 23:23:44

MALTHUS :

Le 19 janvier 2019 à 05:21:53 Malthusianisme a écrit :
Francis m'a demandé un retour immédiat pendant la lecture elle-même et, comme il l'a intelligemment relevé, je suis perplexe à propos d'à peu près chaque partie.
Pas de la même façon, cela va sans dire, mais tout de même.

Heureusement que les autres lecteurs me donnent des retours positifs, car s'il n'y avait que toi, tu déprécies tellement mon travail que je ferais une dépression. :) Oups, je suis déjà en dépression. :) Lol. :) C'est bien d'enfoncer le clou. :) Tirer sur une ambulance c'est rigolo. :) :) :)

L'Ermite et la Descendante : L'Ermite hyper abrupt, incroyablement négligent et très peu ancré dans sa position de "père", qui semble ne voir sa gamine que sous un versant strictement utilitaire. Pas incohérent du tout en considération de sa personnalité, mais terriblement déconcertant.

C'est tout lui. :hap: Encore que, il peut parfaitement y avoir autre chose sous ce voile apparent.

En ce qui concerne Bentley/Liliya, je l'estime très digne et très réfléchie dans sa réaction face à son père ; ce dont on la sait capable depuis quelques Chapitres maintenant.

Oui je pense qu'il y a eu une bonne évolution du personnage, ou plutôt, une "mise sous projecteur" tout à fait souhaitable pour le personnage, dont le potentiel avait tendance à être sous-estimé. :oui:

Aussi, rencontre avec Jupiter. J'suis pas autant au fait du pourquoi cette entrevue est indéniablement exceptionnelle. Enfin si. J'ai quand même fait correctement mes devoirs, je sais que Minerve (en substance, la gentille), Jupiter (en substance, le neutre) et Junon (ne substance, la vilaine fifille) sont à la racine de l'univers d'Assassin's Creed etc., mais je ne peux pas saisir à quel point, en mon for intérieur, cette discussion est meaningful, si vous voulez.

Suppo t'a très bien répondu (avec encore plus de détail que je ne l'aurais fait) donc je n'y reviens pas. :oui:

Le Samouraï et la Sentinelle : [...] Je trouve l'amalgame Bentley/défuntes sœurs assez opportun (ceci n'est pas une critique péjorative) et assez adroit. L'analogie était effectivement ""évidente"" ou, du moins, aisée.

C'est une idée de Jet lui-même, que je n'avais pas pensé à implémenter pour le coup. :p)

J'attends de voir comment sa personnalité progresse et, juste pour le fun, il faudrait que la Descendante meure, histoire qu'il développe tout son potentiel de monstre et qu'il ressemble enfin à feu papounet, le Démon du Lac Écarlate, parti trop tôt.

C'est un dénouement tout à fait envisageable ... :hap:

Pour la Sentinelle, j'ai trouvé sa réaction face à l'échauffement du Samouraï très appropriée :
"Pourquoi réagis-tu ainsi ? Ça n'est pas ton genre."
De cette façon et, selon mon point de vue, tu retranscris les probables pensées du lecteur au travers des propos d'un personnage, ce qui permet auxdits lecteurs de ne pas se formaliser et de comprendre que l'évolution du caractère de Jet est violente, qu'elle est déroutante et qu'il est normal d'être étonnés, a minima.

Oui effectivement, il y a bien quelque chose de volontairement déroutant dans le développement récent du Samouraï et le lecteur n'est pas le seul à s'en rendre compte. Tant mieux si le fait de faire remarquer ça à un autre personnage (ici la Sentinelle) permet d'accentuer la compréhension et l'empathie du lecteur.

Le Génocidaire et le Fantassin : Ah oui. Le background du Géno se voit étoffé. Je ne pense pas que ce flashback le rende plus vulnérable et donc plus sujet à l'empathie du lecteur, en revanche, j'estime qu'il participe à nous faire comprendre ce en quoi Sun s'est détaché et a été destitué d'à peu près tout ce qui aurait pu lui permettre de ressentir des affects sains et positifs à propos de qui que ce soit

Je pense que c'est une bonne analyse. J'ai écrit ce passage pour étoffer le background du Géno au premier chef, comme tu l'observes. Ensuite si ça pouvait "faciliter" l'empathie qu'on est susceptible de ressentir à son égard, tant mieux mais je n'avais pas cet objectif puisque ça dépend de tout un chacun, je ne peux pas vraiment gérer/instrumentaliser ça. S'agissant, en revanche, de vous faire mieux comprendre "d'où il vient", ça oui, c'était bien un but que je m'étais fixé. Très important. Comme je l'ai dit à plusieurs reprises, le Géno – en tant qu'archétype – était dans ma tête un bad guy sans réel relief. Au fil de l'écriture, nécessairement ça se déploie et se développe, mais Sun y est clairement pour beaucoup à ce niveau (notamment en ce qui concerne la thématique des "tensions familiales" qui, si je ne dis pas de bêtise, avait été évoquée très en amont par lui-même en privé). A cet égard, ce point intéresse intimement le Géno et je tenais à le mettre en scène. :oui:

Lors de ce flashback, il restait encore un tant soit peu de bon en lui : intrinsèquement, viscéralement et sans même se sentir encore affilié à elle, il voulait sauver sa famille, en sachant pertinemment que ses chances de réussite étaient maigres et qu'il ne mériterait même pas d'accéder au succès, en considération des actes qu'il a lui-même perpétrés.
Mais il a essayé.
Et échoué.

L'un des drames de sa vie. :oui: Du coup j'ignore si vous avez suivi, pour le petit clin d'oeil : lorsque le Géno devait choisir son wagon dans le Transsibérien, qu'il s'en battait les "ye-cou" et que pour donner une dimension un peu ludique à la chose, s'était tourné vers les chiffres qui lui évoquaient quelque chose. Il y avait le 2 (ce que Sun a choisi) par rapport à son binôme avec le Fantassin, le 6 par rapport au nombre d'êtres chers qu'il a perdus et le 10 par rapport au nombre d'années qui le séparaient du funeste contrat évoqué par le Commandant (durant lequel a eu lieu la mort de Nina, en 1906, sachant que oui on est plus proches des onze ans que des dix à la date de la Poursuite mais bon, littéralement ça fait une décennie). Eh bien : son père, sa mère, sa soeur, ses deux frères et Nina, ça fait 6. Le compte est bon, vous avez enfin la réponse concernant ce petit hint qui remonte au Chapitre 4. :hap:

Ce qui m'amène à parler d'Häari (quel joli prénom, sans déconner. Très mélodieux, je suis sincère) et à reconsidérer la vision que je me faisais de lui ; comme je te l'ai dit Francis, je pense qu'il y a de ta personnalité là-dedans. Doarry massacre la mère de Sun car ce dernier a ordonné l'exécution de sa propre mère lorsque Golgoth a quitté le navire.
Œil pour œil, dent pour dent.
Un grand classique.
Sauf que moi, j'pensais que Doarry c'était pas foncièrement un monstre aka gourgandin. Mettons, qu'il aurait pu considérer que maman Sunshine, eh bien, elle n'était pas responsable des conneries de son rejeton et qu'en conséquence, il aurait pu, non pas l'épargner (car c'était son job de faire de la bouillie d'arméniens), mais ne pas ressentir une satisfaction en la battant à mort [...]
Mais comme tu me l'as dit aussi Francis, lui et son frère, on le sait, ce sont des violents par nature, faut pas se voiler la face. Ils ont ça en eux.

Tout d'abord, je l'ai déjà dit mais je le répète : moi aussi j'adore ce prénom (définitivement mieux que "Harry" dans le même genre). :noel: Pour le reste, je doute que tu aies voulu faire cette analogie mais est-ce que selon toi, l'application rigoureuse et absolue de la loi du Talion peut suffire à faire de quelqu'un un monstre ? Vu que tu dis "il fait ça oeil pour oeil dent pour dent, SAUF QUE j'pensais pas qu'il était foncièrement un monstre".

Selon moi, le Fantassin n'est pas un monstre ; les scientifiques de la Milice ont voulu le réduire à ça, et le Géno – les croyant – a tendance à le voir ainsi également (bien qu'il sache que son collègue ne se résume pas à ça). Comme au début de la Poursuite, il était dit à un moment – du point de vue du Géno – que le Fantassin était capapble d'arracher le coeur d'une personne et de le bouffer cru. Bien sûr ça n'est pas le cas en réalité, mais c'était le projet des scientifiques.

J'ai peut-être l'air de m'égarer mais ça n'est pas le cas. :hap: Le Fantassin a été épargné d'une portion substantielle du traitement qui lui a été administré ; on ne sait pas exactement laquelle, mais plus le temps passe plus on voit qu'il s'en est bien sorti (toutes proportions gardées). AU DEMEURANT, ça, et la vie menée au sein de la Milice sans parler de ses afflictions et frustrations personnelles, le tout se nourrissant comme tu peux l'imaginer, n'ont pas été sans impact sur sa santé mentale, sa "philosophie", son rapport à autrui comme au monde et j'en passe ... Bref, je ne t'apprends strictement rien.

DONC tout ça pour dire que selon moi, le Fantassin n'est pas foncièrement un monstre MAIS comme tu le dis, déjà il y a un terrain tout à fait fertile : les Novekeyt, donc le Pugiliste est lui, sont violents par nature. Et il se trouve que ledit terrain a été plus ... "entretenu" pour le Fantassin, de manière malsaine bien entendu, de sorte qu'il en est venu à s'abandonner à certains affects qu'il juge légitimes. Tel que je le vois, il n'aurait jamais fait une chose pareille (tuer la mère du Géno de cette manière) si ça n'avait pas été mérité selon lui. J'entends qu'un sens biaisé de la justice ne soit pas une caractéristique qui exclue la possibilité d'être un monstre, mais je pense que ce que ça signifie, de facto et a minima, c'est que l'individu en question n'est pas un psychopathe qui prend du plaisir à faire le mal (corrige-moi si jamais). D'ailleurs en l'occurrence, le Fantassin ne prend bien aucun plaisir particulier, c'est écrit : il applique "juste" la réciprocité, observe le Géno par curiosité (d'un air de dire "alors, qu'est-ce que ça fait ?") mais rien de plus.

Tout ça pour dire que le Fantassin n'est pas rendu plus monstrueux par ce flashback, à mon sens, mais plus ... déterminé, ça c'est certain. A titre anecdotique, il est amusant de voir qu'il a longtemps "reproché" (entre guillemets seulement) au Pugiliste d'avoir battu une jeune femme jusqu'à la plonger dans le coma, alors que lui bah ... il a fait nettement, nettement pire depuis. :noel:

Le Pugiliste, la Traqueuse et le Mélomane : Je trouve qu'on a pas suffisamment eu à lire du Pugiliste. Non pas que ce soit mon personnage favori et donc que je m'en plaigne bruyamment mais bon, je note.

J'ai estimé qu'il y avait moins à dire sur lui pour ce chapitre, pareil pour le Fantassin d'ailleurs (sauf que lui, il a un gros "indice" qui est balancé dans son paragraphe pour compenser). Du coup je me suis contenté de le mettre en scène tranquillement au bord de l'eau, à songer à tout ce qui lui tourne autour dernièrement et pour le futur aussi. :oui: J'aimais bien l'image, en plus. Un bref retour à la solitude, perdue depuis deux semaines après l'avoir pourtant cultivée pendant des années.

Ce qui me perturbe bien plus, et c'est peu de le dire, c'est l'attitude que la Traqueuse adopte face au Mélomane. Bien que ce ne soit pas fait sciemment. J'ai beaucoup de mal à déterminer comment elle se situe par rapport à lui et Bon Dieu que ça ne date pas d'hier. [...] Alors je me questionne sur leur histoire passée, une fois encore, et Francis ne me dit rien. Naturellement.

C'est une conséquence difficilement évitable de mon choix d'entretenir le flou sur ce qui les lie (à savoir, la période à laquelle la Traqueuse vivait chez le Mélomane). Je maintiens cette décision d'ailleurs, même si d'un côté Suppo l'apprécie et de l'autre tu la déplores, donc c'est assez difficile à concilier. J'espère que les quelques précisions que je t'ai apportées en privé depuis (globalement déductibles du récit selon moi, de toute façon) ont suffi à éclairer ta lanterne. :oui:

Mais j'aimerais savoir comment une jeune femme peut s'être autant abandonnée à un homme aussi dérangé et aussi malsain sans pour autant en avoir été totalement dégoûtée. Quoiqu'on a tous des personnes dans notre entourage qui répondent grossièrement à cette description. Et que nous sommes tous, grossièrement encore, sujets à y correspondre à notre tour, suivant les expériences qui feront de notre vie ce qu'elle sera.

Comme tu le dis, on connait tous des personnes qui répondent plus ou moins à cette description. Des personnes un peu "masochistes" en amour (très très masochistes en l'occurrence), ayant un rapport compliqué en la matière, s'éprenant de drôles d'oiseaux (pour dire ça joliment) quitte à se mettre en danger – que ce soit pour rompre avec le quotidien, pour s'y retrouver ou que sais-je. Je ne crois pas qu'on ait besoin de comprendre intimement la Traqueuse pour l'apprécier (même si bien sûr, ça doit substantiellement aider). Comme tous les personnages, inévitablement, certains parlent à telles personnes et pas à d'autres, d'autres parlent à telles personnes et pas à d'autres – et c'est ce qui est "beau" je dirais. Ce qui compte pour moi, c'est que mes personnages soient réalistes (une qualité qui s'acquiert assez facilement selon moi, puisqu'il "suffit" d'être identifiable à des individus que l'on est susceptibles de croiser dans la vie de tous les jours). S'ils le sont, il y aura toujours des lecteurs pour s'y identifier ou pour y reconnaître des connaissances – que ce soit dans l'ensemble ou plus spécifiquement sur des traits isolés. En la matière, la Traqueuse a une place assez confortable selon moi (je trouve, par exemple, que le Mutin, le Mélomane ou encore le Fantassin sont moins "identifiables", quoique parfaitement réalistes je le crois).

Le Mutin : [...] La révélation majeure restant celle concernant les parents du Mutin. Vous savez, ceux qui se sont fait assassiner. PLOT TWIST. SES PARENTS VONT TRÈS BIEN ! Enfin, ses parents biologiques, parce que les adoptifs, eh bien, couic couic, y'a pu.

Hah ! Ma foi, ses parents biologiques pourraient avoir mal fini également ... qui sait. :hap: Je considère qu'ils ont en tout cas véritablement disparu dans la nature et qu'ils n'ont même pas essayé de suivre de loin l'enfance, l'adolescence etc du Mutin. Zéro risque, l'illusion se voulait parfaite.

Et, je sais pas vous mais j'aurais tendance à considérer que le fait que ses parents biologiques soient toujours en vie ne serait qu'un maigre réconfort au décès de ses parents adoptifs.

Je suis tout à fait d'accord. :oui:

Hey. J'ai fait un mini commentaire, finalement (petite indication pour ceux n'ayant pas appuyé sur la bannière "SPOIL". You have been warned. J'était vraiment pas partie pour. Mais j'ose espérer que tu es content, Francesco.

Je le suis, ça fait carrément plaisir ! Merci beaucoup. :coeur:

PS : Chapitre très important pour l'Histoire de toute évidence et très bien rédigé, malgré les inquiétudes que tu as pu avoir et as toujours.

Effectivement c'était un chapitre capital, incontournable concernant la trame. Encore merci !
FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
01 mars 2019 à 23:24:10

SUPPO (1/4) :

Le 02 février 2019 à 16:55:38 Supaltair a écrit :
L'ermite et la descendante
Le passage commence par un "[...]". On insiste plus sur le côté "je sauve ma vie" que la curiosité, qui a joué un rôle, mais vraiment minime, c'est du moins ce que cette phrase laisse entendre. Même ensuite, on a ça: "[...]"
Ya vraiment l'idée que le fait que ce soit son père biologique importe pas trop, c'est pas du tout, pour le moment du moins, la première préoccupation de la Descendante, et en fait, à mes yeux, ça traduit le fait que pour le moment, elle subit plus qu'autre chose: au moment où elle est en sécurité dans la voiture, la première chose à laquelle elle pense, c'est qu'elle va "subir" (dans le sens, ça va arriver sans son concours) le sauvetage des Templiers, et ça donne dès le début l'idée qui sera explicité plus tard: la Descendante semble dès le départ être un objet qu'on déplace sans vraiment lui demander son avis

Oui effectivement, tout cela est bien analysé et elle prend bien de plus en plus conscience du fait qu'elle est utilisée à gauche et à droite. Les gens autour d'elles s'en cachent de moins en moins. :hap: Cette évolution est parallèle à l'avancement de la Poursuite, faut dire, et c'est logique en soi.

"Et le désarroi qu'elle éprouvait dernièrement apparaissait d'autant plus grand, à la suite des révélations du Mutin sur le Samouraï."

Je trouve que c'est quelque chose de tout bonnement passionnant, l’influence de quelques mots dans l’esprit d’un homme. Je suis sûr que le Mutin n’espérait même pas un tel impact. En plus, ça donne encore l'impression que c'est le concours de circonstance qui fait réagir la Descendante, pas l'inverse.

Je ne considère pas que le Mutin envisageait d'avoir une influence pareille en effet, bien qu'il ne l'ait pas exclu (parce que c'était quand même le but, ultimement et idéalement). Et c'est vrai que, présenté ainsi, on en arrive à se dire "à cause du bordel la Descendante se remet en question et PAS DE BOL vu que le Mutin est passé par là c'est encore pire". Question de point de vue. :noel:

On a là une Descendante pleine de lucidité, qui a vu le voile autour d’elle tomber [...] Y a un mix de curiosité et de volonté de dévoiler un peu tous ces mystères, mais aussi une vraie résignation : il y aura toujours des mystères autour d’elles, et elle choisit donc de vouloir s’entourer auprès des « moins pires » à ce niveau-là. Elle pressent déjà que son père ne va pas tout lui dire, c'est intéressant de noter comment elle ne s'attend pas à ce qu'il "change de place" et se substitue à la famille des Templiers: elle s'attend à ce qu'il lui cache des choses et lui ment, comme avec l'Ordre.

C'est exact, finement observé. :oui:

Ça n’est que la deuxième fois, si je ne m’abuse, que l’on voit l’Ermite plus décontracté qu’à l’accoutumée, la première fois étant lorsqu’il avait fait la fête avec des citoyens dans le Transsibérien. En tout cas, c'est la deuxième fois que ça me frappe. C'est plutôt rafraîchissant pour le lecteur car ça le rend plus humain

Y'a aussi le moment où il discute avec la Traqueuse et le Pugiliste dans le Transsibérien à Omsk, et que ce dernier remet en doute son honnêteté/sa fiabilité. :hap:

ça casse tout de suite le cliché du gars super mystérieux avec sa fille qui diraient des phrases types comme "les enjeux te dépassent"

Je fais franchement mon possible pour qu'il y ait le moins de cliché possible dans la Poursuite, donc j'apprécie toujours quand c'est remarqué. :noel:

"- Il doit être tôt pour te demander si tu continueras de renier ton passé, mais songes-y.
- Pour l'instant il y a encore lieu de me renseigner sur le sujet, et de me convaincre, donc ..."

Là, on tombe sur un passage super intéressant. Francis, je vais te considérer comme un grand écrivain et analyser cette phrase probablement plus que de raison. Il y aurait presque une sorte de reproche dans la formulation de l’Ermite, alors même que la Descendante n’y est pour absolument rien. En fait, je pense que même lui a un peu de mal à appréhender la situation, c’est du moins la première impression qui me vient en lisant cette phrase. L’Ermite parle de « continuer à renier le passé », pas juste « se mettre à le renier », y a une sorte d’accusation proférée à l’encontre de la Descendante. Alors certes, il se « dédouane » lui-même en disant qu’il est peut-être tôt pour parler de continuer à renier le passé, mais pour l’Ermite, elle a renié son passé toute sa vie, passé dont normalement elle vient tout juste d’être informée, et c’est ça qui me fait penser, à moi humble lecteur, que l’Ermite n’est pas totalement rationnel dans ce qu’il dit, qu'il laisse aussi ses affects et notamment la corde "t'as rien fait pour me trouver" parler. Sur-analyse terminée.

C'est parfaitement exact ; bien qu'il puisse s'agir, dans l'immédiat, d'une simple tournure, d'une simple manière de formuler sa phrase, l'Ermite manque presque indéniablement de rationalité à ce moment. Même lui ne peut pas s'empêcher de sous-entendre quelque chose comme "t'as rien fait pour me trouver", ou plutôt, "t'as rien fait pour prendre conscience de ta véritable identité et de tes racines". Ça ne doit pas le bousculer d'avoir ce genre de réflexion car, intimement, il doit s'estimer légitime puisqu'il sait que la Descendante a, en elle, le pouvoir de se connaître et de ne pas se noyer dans l'illusion vendue par les Templiers. Selon lui elle est supérieure (ce qui est vrai), elle a une intuition surnaturelle, des aides extérieures (quelque part les Isus lui susurrent des choses dans le creux de l'oreille, pour l'Ermite c'est de famille :hap:) etc, d'où l'intransigeance dont il fait montre à l'égard de sa fille sur ce point. Bref, très bonne "sur-analyse". :oui:

Et de l’autre côté, la Descendante ne le nie pas. Je ne sais pas si c’est pck je suis un lecteur devant un écran, et pas avec eux, que je trouve cette réaction criante de sens, mais pour moi c'est vraiment parlant. Je veux dire, là, la Descendante aurait plutôt dû dire, à mon sens « comment renier quelque chose que je ne connais pas », une connerie de ce genre, mais elle accepte plutôt le reproche illégitime. Toute cette analyse tient sur le fait que je pense que tu as réfléchi au moment d'écrire "continueras", si c'est pas le cas je suis un peu triste

Je n'ai pas réfléchi autant que toi sur le "continueras" ça c'est certain, en revanche ce qui était induit (et ce que tu en as déduit) est parfaitement juste, c'est bien ce que j'avais instinctivement en tête, en cela que c'est ce que je voulais retranscrire, lorsque j'ai narré ce passage. Donc pas d'inquiétude, aucune raison d'être triste mon cher Suppo. :hap:

S'agissant donc de la réponse de la Descendante, elle aurait effectivement pu dire ce que tu as suggéré si elle avait été dans un certain état d'esprit ; si elle avait été nettement plus dans l'opposition, pour ainsi dire. Or selon moi, elle est trop chamboulée à ce moment pour tenir tête à son père de manière aussi ... superficielle, dirais-je. Elle comprend l'idée, elle est elle-même déçue, quelque part, de ne pas avoir su mettre le doigt sur ce qui clochait exactement alors qu'elle a bel et bien toujours eu le sentiment qu'il y avait un problème. Typiquement, elle s'en veut de manière assez diffuse pour quelque chose qui était hors de sa connaissance et, conséquemment, de son champ d'action. Un ressenti tout à fait humain. :hap:

"Et je suis ... heureux de me dire que je serai présent."

L’Ermite semble penser que tout va bien se passer, cette phrase respire vraiment l'optimisme.'Fin, je sais pas pour vous, mais je pense pas que ce qui importe pour l'Ermite, c'est qu'elle se souvienne et meure. A mon avis, il s'attend à ce qu'elle se souvienne de ses 27 ans et survive, d'où pour moi l'optimisme de cette phrase. Du coup, je sais pas trop ce qu’ils comptent faire par la suite, mais généralement, l’Elu finit mal dans ce genre d’aventures. Je pense pas que l'Ermite est du genre à sous-estimer ce genre de missions, cependant, donc c'est une phrase qui me laisse perplexe

Boarf, pas de quoi être spécialement perplexe, comme tu le dis l'Ermite a un léger élan d'optimisme (et je pense que tu n'as aucun mal à en comprendre la source, les explications). Je pense qu'il se doute que le chemin est semé d'embûches, il est peut-être le mieux placé pour avoir conscience des risques et des dangers ... mais il "s'engage" à ce que la Descendante soit protégée au maximum, tant que ça sera dans son champ d'action.

"- Hah, une pointe de cynisme. Je parle en l'occurrence de celui auquel se résume ton existence. La fois où les Templiers t'ont arrachée de mes mains, il y a vingt-cinq ans de cela."

Perso je suis pas du tout surpris, mais je peux comprendre que la Descendante le soit.

Ouais pour moi, c'était hyper sous-entendu depuis le début et ça n'est un twist que pour elle. :noel:

"Si elle était effectivement née sous l'égide de la Confrérie, beaucoup de questions trouvaient leurs réponses, comme le mal-être qui la transcendait intimement depuis toujours aux abords de ses contemporains ou la couleur bleue qu'elle avait distinguée sur la silhouette de l'homme tué par la Sentinelle à Moscou."

Je suis plutôt d’accord avec sa pensée, mais ça ne justifie pas réellement pourquoi l’Assassin était en bleu, ou les Templiers en rouge. Je veux dire, ok, les Assassins sont la Confrérie qu’elle était censée servir, mais était-ce pour autant sa volonté ? Je ne pense pas que la Descendante se voilait la face quand elle était du côté des Templiers, je pense qu’elle appréciait vraiment les idéaux de son groupe, et du coup, je trouve que ça va pas avec son explication de « les Templiers étaient en rouge car ils m’ont détournée de l’intérêt des Assassins ». Par contre, ça va tout à fait avec le fait qu’elle était manipulée, je ne sais pas si vous voyez la nuance.
En gros, la Descendante semble dire que l’Assassin était en bleu car elle était censée suivre les idéaux Assassins, mais pour moi ça devait être chose parce que je ne pense pas qu’elle se voilait intérieurement la face pendant toutes ces années, quand elle servait les Templiers. A mon avis, c’est juste qu’ils lui voulaient du mal, mais pas qu’ils la manipulaient. Je ne pense même pas qu’ils étaient au courant de son affiliation d’origine (elle était plutôt dépréciée à cause de son statut de favorite du grand maître, je pense), donc pour moi, ça tient pas trop, son idée, je trouve.

Mmh, là on entre dans le champ des approximations propres à la Vision d'aigle. Selon moi, elle est une manifestation exacerbée (et concrètement surnaturelle) des instincts plus ou moins profond de son détenteur. Je pense, par ailleurs, qu'il peut en exister des formes légèrement différentes (par exemple j'estime que Vernost et la Descendante n'ont pas la "même" Vision d'aigle) mais c'est un autre sujet.

La Descendante est la fille d'un Mentor de la Confrérie, ses ancêtres sont des Assassins et elle était appelée à en devenir une. Mais très tôt, elle a été kidnappée, dévoyée et manipulée (pas par le premier Templier du coin, effectivement la plupart ignoraient le vrai background de la Descendante, mais le Maître n'a rien laissé au hasard de son côté). Je pense donc qu'intrinsèquement, ce que sa Vision d'aigle va chercher à lui transmettre dans la mesure du possible (parce que ça reste un instinct, il n'est pas question là d'un savoir), c'est que "famille = Assassins = bleu / étrangers malintentionnés = Templiers = rouge". Très grossièrement, c'est ainsi que j'ai géré la manifestation de son don et que j'ai décidé de conduire sa trame personnelle (autour de cette question). Bien sûr sa Vision d'aigle n'avait pas la "prétention" de lui dire si l'Assassin de Moscou lui voulait vraiment du bien, ni si le Templier qui l'interroge dans le Prologue lui voulait vraiment du mal. Ce qu'elle lui disait en revanche, c'était "tu es appelée à te rapprocher du premier et à t'éloigner du second". D'ailleurs, l'Assassin de Moscou comme le Templier de Petrograd ignoraient bien sûr qui elle était réellement (à savoir, la fille kidnappée de l'ancien Mentor de Kazan). Ils ne pouvaient avoir que des suspicions, rien de plus, et conséquemment aucune intention bienveillante/malveillante à cet égard.

bravo Francis, parce que t'as réussi à rendre crédible la temporalité d'un élément qui vient de nous arriver à la gueule, je pense pas que c'est si simple.

C'est en effet une galère, faut dire. Vous vous faites souvent la réflexion genre "putain qu'est-ce que c'est dense, y'a beaucoup trop d'infos à retenir" ? Bah imaginez de mon côté, moi qui sais tout et doit tout gérer de manière cohérente (et divertissante) : parfois, je me dis que j'ai peut-être été trop ambitieux. :hap:

Je vois pas comment installer un sceau totalement inutile dans 99% du temps sur quelqu’un peut accroître son potentiel, vraiment, à moins que l’on parle bien sûr d’un potentiel de lien avec ceux-ci.

Eh bien oui, c'est précisément de cela dont on parle. :noel:

on peut parler d'un footballeur ayant du potentiel, d'un enfant ayant le potentiel pour faire de grandes choses d'un point de vue scolaire, mais pas d'un enfant ayant du potentiel sans rien ensuite. Un potentiel, le plus souvent, c'est vers quelque chose, on parle pas de "potentiel global" pour un enfant, quoi. Je sais pas trop si je me suis fait comprendre: en gros, ton enfant a du potentiel pour quelque chose, pas du potentiel tout court, je pense. Et du coup, ça veut dire qu'il sous-entendait quelque chose, le vieillard. Et ce qu'il sous-entend, ça semble pas être "le potentiel pour vivre la vie qu'elle veut", ou "le potentiel pour qu'elle puisse mener ses propres rêves" , ça ressemblerait plutôt à "potentiel de connexion aux Isus", et ça c'est... Bah, incommodant, comme je l'avais dit

Je confirme que c'est exactement ce qu'il sous-entend à ce moment ; un potentiel de connexion avec les Isus et, par extension, pour tout ce que ça permet et pour tout ce qui en découle.

"La compréhension et la lucidité s'obtiennent, pour le commun des mortels, au prix d'un rude abandon : celui de l'insouciance et de l'humanité, de ce qui compte pour chacun."

Tout le passage et l’entièreté de la Poursuite laissent à penser que Loki a fait ce sacrifice.

:oui:
FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
01 mars 2019 à 23:24:23

SUPPO (2/4) :

Le 02 février 2019 à 16:58:03 Supaltair a écrit :
j’ai clairement l’image de la sorte de fabrique à fragments d’Eden que l’on avait vue dans « la vérité » dans AC2 (pour Malthus et autres, voici ce dont je parle : https://www.youtube.com/watch?v=X3xxdh1ujhY de souvenir y avait pas de musique, je peux me tromper). Bref, pour moi, il est assez probable que ce soit de cette « manufacture » dont parle Jupiter. Après, le terme de « manufacture », c’est pas « l’usine », ça semble plutôt signifier l’atelier d’un petit artisan, ce qui semble pas trop être le cas de ce qu’on voit dans AC2. Peut-être que j’accorde trop de sens aux mots qui nous sont donnés, après. Mais j'espère pas, parce que ce serait réduire le travail de Francis.

Le mot "manufacture" n'est pas choisi au hasard ; au demeurant, tu sais à quel point les Isus sont ... nébuleux, sibyllins dans leur propos, donc il est clair qu'il ne faut pas être littéral dans ton interprétation des mots utilisés. :noel: En l'occurrence il s'agissait surtout d'une métaphore : par l'évocation de l'outil (ici le Suaire), pour évoquer quelque chose de plus grand qui le précède, on parle de manufacture. Selon moi ça peut vouloir dire que c'est là-bas que l'outil a été créé mais pas forcément ; ça peut aussi vouloir dire, de manière plus diffuse, que l'outil a un rapport avec ce lieu, dans lequel des choses – toujours en rapport – sont faites et observables. Tu apprécieras la largeur, la généralité de la notion de "rapport". :hap:

La discussion était super intéressante, je trouve, parce que t’as pas du tout calqué les précédentes rencontres Isus que l’on connaît des jeux. La Descendante dialogue littéralement, et ne tente pas uniquement de comprendre et d’ingérer ce que lui dit Jupiter, c’est intéressant à voir.

Ça se voulait effectivement différent. Je me suis permis de mettre un tel dialogue en scène car je sais que c'est possible (je pense typiquement à la discussion entre Connor et Junon dans AC3).

Jupiter explique quant à lui que les voix Isus dans la tête de l’Ermite, c’est la voix de Junon. [...] Ca reste assez intéressant, parce que ça nous donne une idée de la mentalité des voix dans la tête de l'Ermite, et, à mes yeux, ça rend encore plus plausible la théorie Mutin Sage, je m'explique:
de souvenir, c'est l'Ermite qui a tué Asyl et Ulan, les parents de ma go sûre. Et à mon avis, c'était fait pour retourner la psyché du Mutin. En effet, quand les parents de Supa (je parle de moi à la troisième personne lol) sont morts, elle est allée voir le Mutin, et c'est, comme je l'avais dit dans un précédent commentaire, un moment charnière pour Sergueï (aussi pour la Traqueuse, mais ça, Junon doit bien s'en carrer): j'avais dit que c'était la première fois que Sergueï s'était mis à manipuler et qu'il ressemblait au Mutin que l'on connaît. Evidemment, à ce moment-là, je connaissais rien d'Uzhets et de Lazarus, mais en gros, ce moment aurait été le début de l'envol d'Uzhets, peut-être même sa création, je peux pas dire. Et ça, c'est vraiment quelque chose d'essentiel pour le Mutin, on est tous d'accord sur ce point. Maintenant, je vais pas vous mentir, je saisis pas entièrement l'intérêt de Junon dans tout ça, mais quand on sait qu'elle est liée (de loin, certes, mais quand même) à la création d'Uzhets et que SMS est peut-être un Sage, bah la probabilité qu'il soit sage augmente, à mes yeux.
Sans partir dans 10 000 hypothèses, je pense que l'intérêt de Junon résidait dans le fait qu'ainsi, la personnalité "Aïta" serait inhibée jusqu'à un moment plus opportun, ou bien, beaucoup plus simplement, c'est peut-être juste qu'elle savait qu'Uzhets allait être vital pour la survie de Sergueï, qu'elle veut en vie pour X raison à la fin de la Poursuite.

Bon sang, quelle théorie intéressante et développée ! :cute: Juste un truc sur lequel je me dois de réagir pour éviter tout malentendu : j'estime que Junon n'est pas personnellement à l'origine de tous les errements de l'Ermite. Pour moi elle lui susurre des choses à l'oreille (en gros), il est même tout à fait possible qu'elle ait pris possession de lui par moment mais je le juge – peut-être à tort, c'est peut-être incorrect dans le lore – trop "puissant" pour se laisser posséder ainsi par la portion (j'insiste sur "portion") de Junon qui exerce une influence sur lui. En fait, je pense qu'elle lui instille des tendances dans le cerveau, des croyances, et que ça le rend conséquemment très confus puisqu'il est lui-même, en tant que personne, particulièrement ferme, cohérent et pragmatique. Ça fout un peu le bordel dans sa tête, il s'en rend compte, il soupçonne Junon (il connait les bails, comme on dit :hap:) mais il n'est sûr de rien. Tout ça pour dire qu'il est sur le qui-vive, ça n'est pas une victime inconsciente de Junon ; à un certain égard il se bat contre elle en son for intérieur, j'aime l'image.

Et donc en conséquence (parce que j'y viens, c'est le sujet) : ... désynchronisation. Voilà, en fait je viens d'effacer un paragraphe entier de réponse parce que je me suis rendu compte que je dévoilais trop d'infos, désolé. :hap: Donc désolé si ça paraît incomplet mais je ne vais pas pouvoir en dire plus, au risque de confirmer ou d'infirmer ta théorie ... t'inquiète pas, on y reviendra bientôt.

le terme d’ « entité » est carrément vague, j'ose espérer que c'est voulu

Bien sûr que c'est voulu, mais c'est surtout le terme qu'utilisent les Isus (Jupiter dans ACR en tout cas) pour désigner leurs interlocuteurs au travers du nexus temporel.

Templiers :
"l'enfer blanc du Kolyma était à la Sibérie ce qu'un ravin était à un nid-de-poule"

désolé, mais ça m’a pas trop parlé, là

C'était peut-être un peu trop "audacieux" de ma part mais en gros, ça signifiait que si la Sibérie était un nid-de-poule (donc tu vois, un petit trou sur une route, une imperfection), le Kolyma était un ravin en comparaison (je ne te décris pas ce qu'est un ravin). J'ai écrit ça d'une traite, j'aurais pu trouver une comparaison métaphorique plus parlante mais j'suis resté sur le premier jet. C'était histoire de dire que déjà la Sibérie c'est chiant, mais alors le Kolyma c'est vraiment funeste. :oui:

"De manière tout à fait inconsciente, il était possible que le Samouraï ait commencé malgré lui à projeter le sort de ses défuntes soeurs sur celui de la Descendante"

Très psychanalytique, tout ça, et ça donne l’idée que cette mission dépasse finalement pour lui le simple cadre du Bushido ou de l’Ordre, et la touche bien plus profondément. C'est important de le noter, parce que ça laisse à penser que cette fois, le sentimental entre aussi en jeu, ce qui donne un caractère unique à la mission car jusque-là, je ne pense pas que le Samouraï ait déjà reçu des missions à l'impact émotionnel aussi fort de la part des Templiers. Quand on sait que le Grand Maître avait aussi pour but de tester le Samouraï, ça laisse penser que tout est possible, qu'il est capable cette fois du meilleur comme du pire

Bonne analyse. :oui:

"Se maintenant en équilibre sur la tranche dans les périodes d'incertitude, il encourait dans ces moments le danger inhérent au fait de tomber sur la mauvaise face

J'ADORE, mais genre vraiment, l'image de la pièce pour le Samouraï. C'est SUPER intéressant de noter comment le Japonais semble se décrire, alors que du point de vue du lecteur, il semble avoir fait preuve d’un contrôle de soi assez exceptionnel pendant toute la mission (allez, à la limite, il s’est un peu relâché quand il a dit au Mutin qu’il allait le tuer, mais c’est tout). L’un des gars qui semblait le plus fiable dans les situations de stress parle de la quintessence du hasard pour parler de son self-control. Et en plus, il nous laisse penser que c'est pas très dur de tomber sur la mauvaise face, y autant de chances de voir son bon côté que son mauvais, ça en dit long sur la psyché de l'ami et c'est pour ça que j'adore cette image, sans parler de la manière assez originale avec laquelle tu t'en es servie: tu nous as pas juste de parler du côté pile ou face, tu nous as aussi parlé de la tranche, l'image est à la fois originale et parlante, c'est du grand art.

Merci beaucoup, content que ça t'ait plu, j'aime bien cette image aussi ! :cute: Je reprends juste sur un point : le Samouraï est assez conscient de ses travers mais je ne le juge pas aussi lucide et objectif que l'est le narrateur à ce moment, c'est pourquoi j'estime que ce passage est davantage écrit au point de vue omniscient qu'interne. :oui: Donc il n'est pas tout à fait exact de dire que le Samouraï se décrit ainsi, même s'il n'aurait probablement pas grand chose à redire. :noel:

Autre chose : j'ai pris l'image de la pièce, pile ou face donc c'est du 50/50 certes, mais j'insiste pour dire que la question de ce 50/50 ne se pose que dans les moments de crise (quand il se met sur la tranche, tel qu'expliqué). Or, intrinsèquement, ces moments de crise sont rares. En temps normal, 90% du temps, il est clairement sur le bon côté de la pièce – et de manière stable, car il s'évertue à ne pas être comme son père. :oui: Tu saisis ?

au début de la Poursuite, j'aurais plutôt dit de lui que c'est une pièce sur la bonne face, mais à l'extrémité d'une table: un choc trop violent donnerait un résultat imprévisible (c'est ce que pense aussi le Grand Maître vu qu'il le met à l'épreuve). Là, on a une image différente qui coïnciderait pas franchement avec ce que l'on a vu de lui plutôt, c'est une très belle manière de nous décrire Jet, bravo

Bah tu vois, typiquement j'adhère aussi à l'image que tu en avais donc disons que la tienne et la mienne se complètent : le Samouraï est sur la bonne face de la pièce mais au bord d'une table, un choc violent la fait tomber sur la surface du dessous, elle vrille sur sa tranche et là le "lancer de dé" se fait pour savoir s'il va tomber de nouveau sur la bonne face (plus grande proba) ou exceptionnellement sur la mauvaise (plus petite proba), étant entendu – si on veut sophistiquer la chose – que plus les chocs violents s'enchaînent, et plus ils sont violents, plus la proba de tomber sur la mauvaise face au moment de tomber au niveau inférieur augmente. Pas mal, c'est satisfaisant, on a fait du bon taf Suppo. :noel:

Alors on pourrait dire que c'est une description assez générale qui pourrait correspondre à tout un chacun, mais je ne suis pas d'accord. Evidemment les distinctions se font dans le détail (qui n'a pas sa place dans ce schéma "pédagogique" dirais-je), mais surtout, je pense que le côté "je fais vraiment TOUT – plus que la normale – pour rester cool, mais le jour où je pète un plomb, ça n'est pas ponctuel, je change véritablement de tendance et je deviens dangereux pendant un certain temps" est proprement inédit, surtout en considération de ce qu'est le Samouraï.

Paisiblement, ils s'abandonnèrent aux sonorités que l'on connaissait à ce type de lieu. Vagues venant mourir inlassablement sur le rivage ou s'écraser contre les pontons, vent soufflant dans les oreilles comme dans les voiles, cordes des mâts de bateaux se tendant et se distendant dans un concert à la fois discret et authentique, à l'instar d'une toile de fond tranquillisante au coeur des tumultes d'une grande aventure. Mais en dépit des efforts déployés par la nature pour apaiser les tensions, rien n'aurait su détourner le Samouraï et la Sentinelle de ce qui les préoccupait alors respectivement.

Beaucoup aimé ce petit passage avec la musique en arrière-fond, une musique qui elle aussi peut à tout moment tomber du côté de la tension ou de l’apaisement, du moins, c'est ce que je trouve. C’était super bien foutu, bien joué.

Merci. :coeur:

"Le problème vient de toi, Jet. Tu n'es pas censé t'attacher ainsi à tes partenaires. Nous sommes tous sacrifiables, dans l'absolu, c'est quelque chose que tu ne peux pas ignorer. Et entends-moi bien : je te ne dis pas que je compte laisser cette jeune femme mourir. Je te dis juste ... que tu dois prendre de la hauteur. Réfréner tes affects, pour qu'ils ne puissent pas entrer en contradiction avec l'objectif. A fortiori maintenant que Vernost est dans les parages.
- Hé, qu'est-ce que j'en ai à foutre de Vernost ? Sérieusement ?"

[...] Premièrement, la Sentinelle voir en Jet un problème d’affect lorsqu’il s’agit de mener à bien des missions, alors que moi, je pense justement que (jusqu’à la Poursuite tout du moins) c’était son sens du devoir accru et son contrôle de soi qui faisaient que ses actes n’allaient pas toujours dans la direction de l’objectif des Templiers.

Je partage ce point de vue. :oui:

C’est dommage que je n’ai jamais joué à Bauldur’s Gate, je connais pas très bien les alignements, sinon je me serais fait un plaisir de dire « il est passé de lawful good à chaotic good » (je le redis au cas où: je suis pas trop trop sûr de ce que ça signifie).

http://easydamus.com/alignment.html
Tout y est. Et il se peut que t'aies raison sur le Samouraï, je suppose que ça se discute. En tout cas j'adore ces histoires d'alignement, parce que j'adore mettre les trucs/gens dans des cases. :hap:

Le 02 février 2019 à 16:58:36 Supaltair a écrit :
"Quoique ressentant l'envie pressante et ardente d'embrocher l'envoyé du Maître sur son katana, le Samouraï se retint"

A mon plus grand malheur. J’aurais adoré voir ça, en tant qu’Assassin et lecteur.

Apparemment Vernost n'est pas plus populaire que Goryach ... :snif2:

By the way, je viens tout juste de remarquer, après avoir tout lu, mais j'aime beaucoup ce que tu fais de Vernost, je trouve d'ailleurs que tu as très bien traité tous tes deutéragonistes jusque-là: ils sont vivants, ne remplissent pas uniquement une fonction , ne disparaissent pas si facilement et "interagissent" avec les protagonistes: j'entends par là qu'on ne ressent pas du tout le fait que ce ne sont pas des personnages joués dans les dialogues, ils sont complexes et bien travaillés, t'as pas lésiné sur les détails et ça, c'est bien. Mashallah.

Ah mince, j'ai parlé trop vite. :hap: Quoique, tu les apprécies pour leur "qualité" mais pas en tant que personnes donc ça reste triste ! :nah: En tout cas merci, effectivement j'ai tenu à peaufiner ça parce que c'était important pour moi. Ces deutéragonistes sont très importants pour les trames personnelles de certains archétypes, et même pour la trame principale à certains égards. Je prends du plaisir à les travailler, ils sont un peu les incarnations du MDJ (moi) dans le monde de la Poursuite, pour interagir avec les personnages qui vous sont affectés. :sournois:
FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
01 mars 2019 à 23:25:30

SUPPO (3/4) :

Milice :
J’avais pas trop fait attention au fait que tu nous abreuves de petits commentaires historiques sympas, mais la précision de tes propos lorsque tu parles de l’Empire Ottoman (je suis pas un spécialiste du tout, mais je pense pas que ce soit de l’inventé)fait plaisir et est même annonciatrice, je dirais. Je sais pas trop si c'est parce que c'est l'endroit en particulier quif ait ça, mais quand on voit des trucs aussi bien détaillés, avant même d’avancer, on se doute que ce passage va être des plus passionnants à suivre. Du coup, on a hâte, ça met l'eau à la bouche

Alors pour le coup je confirme que rien n'est inventé, enfin il peut y avoir des approximations puisque je ne suis pas un fervent historien, mais justement afin d'éviter ça je me cantonne aux faits généraux sans trop entrer dans le détail. Content que ça t'ait plu, moi aussi j'ai aimé contextualiser ainsi, ça fait du bien aussi parfois de cadrer l'intrigue de manière aussi "soignée" et claire.

"ses bonnes intentions ne faisaient pas de doute : il était venu jusqu'ici, au péril de sa carrière voire même de sa vie, dans l'espoir de faire une action chère à ce qu'il pouvait rester de son coeur."

[...] J'aime beaucoup la manière, cependant, que tu as de l'"humaniser" ici, surtout que, comme je l'ai dit, ton but n'est pas vraiment de le rendre humain pour le lecteur dans le présent, mais de montrer son humanité passée, avant un événement qui, semble-t-il, va réduire cette humanité à néant et consacrer la carapace dont je parlais qui est le fondement de son être, aujourd'hui.

En effet et j'apprécie que tu le relèves : je fais vraiment en sorte de ne pas tomber dans le pathos, j'veux pas que vous vous disiez "allez pleure" (je fais d'autant plus attention depuis que je sais avec quelle facilité t'as tendance à avoir le sentiment qu'on veut manipuler tes émotions, rofl :hap:). Sincèrement je raconte une histoire avec des faits, je retranscris des émotions mais je mets un point d'honneur a être un narrateur "neutre" et objectif quoi. Soit lesdits faits et émotions ont de quoi vous toucher en tant que tels, soit ça ne prend pas et je ne forcerai la main à personne avec ma subjectivité.

Autre chose: je sais pas vraiment si c’était voulu, mais le fait que la musique s’appelle « Coward » fait réfléchir, dans ce passage : on nous montre un acte plutôt vaillant du Génocidaire, mais on se souvient en même temps de ses accès d’impuissance lorsqu’il est en face d’ennemis trop puissants, effectuant des actes pouvant tout à fait s’apparenter à de la lâcheté (brûler un manoir entier pour éviter d’avoir à affronter l’Ermite, par exemple), et cela donne aussi une ambiance dérangeante au récit, ça donne l’impression qu’on sait ce qu’il va se passer : le Génocidaire n’arrivera pas à faire face à la Milice, et n’essaiera même pas.

Plus j'y pense plus je me rends compte que très souvent, je m'arrange pour que le titre de la musique ait un rapport (même métaphorique, même lointain) avec le passage – ou alors je le trouve tout seul dans ma tête et je fais le truc à ma sauce ... va savoir, j'sais pas comment je me débrouille. Déjà c'est pas évident de trouver une musique qui match avec un passage, alors trouver une musique qui, en plus, a un nom qui s'y rapporte ... :rire: Bref, en tout cas là c'était volontaire typiquement (je précise : je ne mets pas une musique pour son intitulé, mais je m'aperçois sur le moment ou a posteriori que ça match particulièrement). Et j'ai bien envie, à la fin de la Poursuite, de reprendre absolument toutes les musiques en vous disant si le titre avait sciemment un rapport avec le passage et, le cas échéant, lequel c'était. Parfois ça pourra être tiré par les cheveux, je préviens. :hap:

L’arrivée de la Milice fait froid dans le dos, et on fait face à une scène absolument effroyable où le Fantassin prend du plaisir à broyer une mère en face de son fils. [...] C’était une scène tout bonnement choquante, qu’on se représente dans nos têtes sans trop de difficultés. A ajouter à cette catégorie de scènes choquantes qui ne tombent jamais dans le gore ou dans le pathétique, très bien dosées et qui jalonnent littéralement la Poursuite.

Oui j'aime soigner ces scènes, elles sont cardinales à mon sens. :cute:

pourquoi avoir écrit quelque chose en arménien ? Pour toi, quel effet cela était-il censé avoir ? Les phrases d’avant, tu ne l’as pas fait, donc voilà, je me pose la question, parce que, faut bien te l’avouer, moi ça m’a pas touché plus que ça, donc j’aimerais bien savoir ce que j’ai raté par insensibilité artistique. 'Fin vraiment, je l'ai lu, je me suis dit "ok, faut ouvrir le spoiler du début, il avait dit que la signification y serait", et voilà

Oui alors, j'aurais aimé tout mettre en arménien (pour bien insister sur le fait qu'ils ne discutent pas en russe) mais ça aurait été chiant pour des raisons évidentes. :hap: Et d'un autre côté, je trouvais ça trop dommage de mettre en scène un échange entre arméniens, locaux et authentiques quoi (on est en plein dedans, en plein dans leur vie, en plein dans leur misère de l'époque) sans y faire le moindre clin d'oeil appuyé. Ça aurait été un peu nul, à mes yeux, de rester en retranscription 100% française sachant qu'en général, c'est pour traduire du russe dans le cadre de la Poursuite.

Tu vas me dire que c'est différent mais après tout, quand j'ai donné le "pseudonyme" du père du Samouraï – le démon du lac écarlate – je l'ai bien mis en japonais parce que je voulais que ça fasse plus authentique, je voulais appuyer sur le changement de langue, de culture et de sonorité (j'vous prends pas pour des cons, je me doute que vous savez le faire comme des grands dans votre tête, mais je voulais y contribuer). Là je voulais au moins mettre une phrase en arménien, et s'il fallait en mettre une ça me paraissait plus logique de choisir la toute dernière, qui est une sorte d'hommage que le Génocidaire fait à sa mère à mi-voix, tout seul. Connaissant le personnage d'ailleurs, je trouve cette intention particulièrement forte et notable. Le fait de ne pas la mettre en français contribuait également à la mettre en relief selon moi. :oui: Mais je ne cherchais pas à rendre la chose plus émouvante ou gratuitement exotique ; seulement plus notable et exceptionnelle.

"Que lui était-il arrivé, pour ne plus être en mesure de supprimer ses collègues d'une balle dans le crâne lorsque ça lui semblait mérité ?"

Phrase très intéressante, parce qu’ici le Génocidaire parle de Doarry, et sauf erreur de ma part, c’est pas souvent qu’il le pense comme un vulgaire collègue.

Non certes, le Génocidaire ne voit pas le Fantassin comme un banal collègue et ça n'est toujours pas le cas, ici non plus. C'est d'ailleurs développé dans les raisons pour lesquelles il ne lui tire pas dessus. En gros il se demande "depuis quand j'suis plus capable de buter mes collègues ?" et ce qui en découle, c'est "ouais mais lui en même temps je sais que c'est pas n'importe quel collègue, parce que ceci, parce que cela ...".

il parle de ce que lui disent les scientifiques, mais cette fois-ci, ce n’est plus la pensée rassurante qui arrange tout le monde selon laquelle Doarry ne se souvient de rien, non, c’est l’évocation d’un risque de réminiscence, ce qui montre, à mes yeux, le changement de point de vue. Après, ça fait peut-être plusieurs chapitres que c’est comme ça, mais je vais pas vous mentir, j’en ai pas un souvenir parfait.

En effet, l'hypothèse selon laquelle le Fantassin n'aurait en fait pas été réduit au rang de légume dénué de libre arbitre commence à être de plus en plus ... envisageable. S'il y a bien une personne qui se prend cette prise de conscience en pleine tronche, c'est le Génocidaire. Les indices en ce sens se multiplient et il le soupçonne de plus en plus, sans toutefois savoir s'y résoudre complètement, car par conviction il croit au travail des scientifiques (ça c'est une question de personnalité, de vécu et j'en passe ; à l'inverse par exemple, le Commandant n'y a jamais cru un seul instant). Ça fait donc plusieurs chapitres que la chose germe, de manière progressivement évidente, dans la tête du Génocidaire.

Plus sérieusement, en fait, ce passage m'a fait me rendre compte d'une chose, c'est que le Fantassin mène en fait une double quête, dans tout cette Poursuite: y a sa quête du Suaire pour pouvoir se remettre de toutes les séquelles physiques des expériences et pouvoir redevenir un être humain normal, donc une quête vers l'humanisation véritable du Fantassin, et aussi une quête vers l'humanisation à nos yeux: je le répéterai jamais assez, mais au tout début de la Poursuite, Doarry était aux antipodes de l'humanité. Maintenant, chapitre après chapitre, il retrouve peu à peu une humanité à nos yeux, et s'approche de plus en plus de l'humanité effective que lui apporterait le Suaire.

Absolument, oui. :oui: Je rajouterai même qu'il y a une troisième quête, de vengeance, dont on a eu vent de manière claire depuis le flashback du Chapitre 12 et qui s'étoffe au fil du récit.

Le 02 février 2019 à 16:59:51 Supaltair a écrit :
Assassins
[...] Finalement, le fait que tout le monde avait la tête ailleurs nous a bien aidés. J'aime beaucoup ce genre de concours de circonstance qui aurait pu se passer totalement différent selon certains choix, c'est toujours grisant de s'en rendre compte pour nous autres lecteurs Du coup, vous imaginez bien que j'attend avec une impatience extrême les prochains chapitres

Non seulement je me dépasse pour faire en sorte que les choix soient "meaningful" et intéressants, voire tiraillants (idéalement), mais en plus oui, je mets un point d'honneur à ce qu'ils aient des impacts sur l'histoire bien sûr. C'est tout le principe, c'est le concept et je veux le pousser autant que je le peux ; personnellement je vois déjà un immense fossé entre la Quête et la Poursuite, et ça me fait plaisir. :hap:

C’est beau de voir que le Pugiliste est dans le stade 1 de la relation avec Dodo, ici : il espère qu’il n’a pas été impacté du tout par les expériences, comme le Génocidaire espérait aussi, avant, que les expériences aient totalement ruiné la mémoire de Hääri. D’où ce « stade 1 » comme je dis : en fait, quand on compare avec le Génocidaire, on voit à quel point le Pugiliste ne sait rien de son frère aujourd’hui et doit se rabattre sur son intuition (là où le Génocidaire se rabattait sur les affirmations des scientifiques) pour espérer le meilleur. Je sais pas trop si c’était voulu, mais je trouve ce parallèle dans la façon d’appréhender le Fantassin saisissant, et n’augurant rien de bien bon pour le Pugiliste s’il venait à se perpétuer : le Génocidaire commence à se rendre compte que ce n’est pas si simple, et que le Fantassin est finalement un être fondamentalement dangereux et différent de Hääri et je pense que notre McGregor Russe ne tardera pas à s’en rendre compte aussi.

C'est très pertinemment analysé de ta part, merci de mettre le doigt sur ce parallèle car je te le confirme, il est tout à fait volontaire de ma part (et ça fait partie des choses que je m'évertue à développer à peu près subtilement, au fil du récit, en espérant que quelqu'un le relève). Et c'est marrant comme le simple fait de lire "le Fantassin est finalement un être fondamentalement dangereux (et différent de Häari)" me donne des frissons. :hap: Peut-être parce que j'en sais plus que vous à ce sujet, mais je suis impatient de vous montrer le suite.

Omission totale et complète du Mélomane, qui n’est pour lui clairement pas un membre de son groupe, y a même pas de « en compagnie de leur compagnon de fortune » ou quoi. [...] La, c'est vraiment catégorique, le Mélomane n'existe pas, quoi.

Bien vu. :oui:

on voit aussi une évolution de la mentalité de notre Pugiliste, ce qui fait que du coup, tout le monde est affecté mentalement, de près ou de loin, par cette Poursuite. Ca montre bien la dimension de cette mission pour nous autres lecteurs.

C'est exact et pour ainsi dire, je trouve que le Chapitre 15 occasionne une "mise-à-jour" voire un chamboulement (ou sa confirmation) concernant la psyché de chaque personnage. C'est à cet égard, entre autres, que je trouve qu'il est véritablement l'un des plus importants de la Poursuite (y'a des twists, l'apparition concrète des Isus au travers de Jupiter, énormément de choix à faire, etc). Pour le coup je vais m'amuser à lister ce qui est mis en exergue (mentalement) pour chaque personnage dans ce chapitre car personne n'a été épargné et c'est assez notable. Evidemment c'est plus ou moins substantiel en fonction des archétypes mais ça se remarque dans tous les cas :

- Le Pugiliste : Il change officiellement d'approche vis-à-vis de la Traqueuse et met des mots dessus, se résignant à ne plus chercher à la faire adhérer à ses convictions. Il privilégie la compréhension et l'un et de l'autre ainsi que la complicité, car elle "vaut mieux que ça".

- La Traqueuse : Elle s'ouvre davantage au Mélomane, le considérant moins comme une menace absolue et envisageant qu'il puisse y avoir une certaine alchimie entre eux deux.

- L'Ermite : C'est inévitablement déclenché par les retrouvailles avec sa fille. Il se justifie, fournis des explications, se retrouve confronté à ce que c'est que d'être un père (malgré toutes ses tentatives pour rester en maîtrise de la situation). Il apprécie l'interaction, il sourit, il nourrit le souhait d'être là pour l'anniversaire de la Descendante ... c'est carrément inédit.

- Le Samouraï : Pour le coup là c'est tellement manifeste que j'ai pas besoin d'expliciter. Il bascule, abandonne le Suaire (déjà qu'il n'y accordait une importance que très moyenne), se jure de sauver la Descendante et de la protéger, en plus de l'associer à ses soeurs décédées. Pour le coup il change complètement de trajectoire et d'énergie.
FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
01 mars 2019 à 23:25:56

SUPPO (4/4) :

- La Descendante : Un peu comme le complément de ce que traverse l'Ermite. Elle rencontre son père, apprend mille et une chose la concernant, elle et son passé, rencontre Jupiter, se retrouve enfin officiellement investie d'une mission capitale ... ça fait beaucoup à encaisser.

- La Sentinelle : Elle se laisse de plus en plus saisir par ses émotions, ses affects qui resurgissent des "ténèbres" de sa conscience. Pour l'heure elle les subit mais ne les comprend pas. Mais sa quête personnelle progresse.

- Le Mutin : Là aussi c'est à peu près aussi clair que pour le Samouraï. Pétage de plomb en son for intérieur, Lazarus peine de plus en plus à maintenir le contrôle, Uzhets commence à s'impatienter et à multiplier les bravades, Sergueï émerge avec violence et en tant qu'hôte, c'est comme s'il secouait rageusement l'aquarium dans lequel se trouvent les deux autres (une image qui ne coïncide pas avec la métaphore habituelle de la maison, mais il peut s'agir d'un autre point de vue).

- Le Mélomane : En complément de la Traqueuse, il est de plus en plus à l'aise dans son giron, abandonnant progressivement l'appréhension première qui lui faisait perdre le contrôle habituellement. Son emprise sur la jeune femme s'affirme et se resserre avec brio.

- Le Génocidaire : Troisième et dernier protagoniste pour lequel c'est le plus évident à mes yeux. Il perd de plus en plus régulièrement son sang-froid, il se sent de plus en plus en danger et va même jusqu'à se dire "finalement le Suaire, pourquoi pas ?" pour la première fois. Il y a, selon moi, un glissement assez clair vers de la paranoïa (ou plutôt, son exacerbation car je pense qu'elle a toujours été là pour le Génocidaire).

- Le Fantassin : Là c'était nettement plus sous-entendu et condensé. Il est entré en phase de stoïcisme, du moins apparent, où il se dit "il se passera ce qu'il doit se passer, je sais que j'y trouverai mon compte". Il est plus confiant que jamais.

le frère devient clairement la préoccupation numéro 1 du Pugiliste (normal me direz-vous), et on a l’impression que l’affiliation avec les Assassins a limite disparu de sa pensée : le Credo et la Confrérie ne sont clairement pas ses préoccupations pour le moment, ce qui me laisse d’ailleurs penser que j’ai du mal à croire que le Pugiliste rentrera bien sagement dans les rangs Assassins sans son frère à la fin de cette aventure.

Après tout, il a rejoint la Confrérie de manière tellement subite et simple ... les attaches qu'il a avec cette affiliation ne sont, en définitive, qu'une portion des attaches qu'il a avec la Traqueuse, selon moi. Vu les circonstances de son "intronisation", ça aurait été irréaliste, selon moi, de faire du Pugiliste un bon petit soldat qui embrasse la cause des Assassins avec une ferveur miraculeuse. A mon sens, il le fera tant qu'il sera dans le giron de la Traqueuse, pour ne pas la décevoir au premier chef et ensuite parce que oui, les idéaux prônés lui parlent (du moins, il le croit). Il est dans cette "période" si tu veux. Si ses liens se rompent avec la Traqueuse avant qu'il n'en sorte, il ne rejoindra jamais la Confrérie effectivement. Mais si ils se maintiennent au delà, jusqu'à ce qu'il parvienne à dissocier – dans sa tête et dans son coeur – la Confrérie de la Traqueuse, alors il pourra envisager sincèrement de rejoindre les rangs de cette faction indépendamment de la jeune femme. Du moins, c'est comme ça que ça doit être considéré, envisagé et analysé pour être cohérent, d'après moi.

Vient ensuite une des scènes les plus belles de la Poursuite,du moins pour moi.. Du moins, surtout la deuxième partie

Tu me flattes. :coeur:

J’aime bien cette idée que la Traqueuse aurait aimé trouvé un homme changé, qui ne fait pas sursauter à la moindre prise de parole, comme si elle décelait en lui un vrai potentiel, gâché par son « fanatisme » et la tournure des événements. Finalement, il est toujours le même, et il y a toujours le même problème de fanatisme qui nuit à la relation entre les deux sans même que le Mélomane ne s'en rende compte. Passionnant.

C'est tout à fait ce qu'elle ressent au fond d'elle, sans forcément se l'avouer d'ailleurs car mettre des mots dessus n'est pas toujours évident, surtout lorsqu'il est question d'un individu aussi ... atypique que le Mélomane. Je suis d'accord avec toi, et très heureux que tu trouves cela passionnant. :oui:

"En attendant toutefois, il lui fallait trouver de quoi faire patienter l'albinos, de quoi conserver sa coopération et cristalliser son potentiel jusqu'à la fin de cette aventure."

Ce qui suit est vraiment une leçon de pragmatisme et de "faut faire avec donc je tire le meilleur possible" que la Traqueuse nous avait déjà faite avant lorsqu'elle avait conclu un petit pacte avec les Miliciens. Je suis bien content de la tournure qu'a pris mon personnage, personnellement

J'aime aussi, c'est vrai que ça n'était pas couru d'avance quand on voit l'archétype initial mais c'était l'une des voies possibles à emprunter, et elle est franchement satisfaisante à mes yeux. :oui:

"C'est ... à l'homme que vous avez rencontré que vous avez donné votre coeur.
- C'est l'homme que j'ai rencontré qui a tenté de me l'arracher. C'est très différent, Malthus."

On ne sent pas le moindre cynisme ou sarcasme dans la phrase de la Traqueuse, on voit vraiment que chez Malthus, cela ne va pas de soi, et c’est ce qu’elle tente de lui expliquer, à voir si elle va y arriver. C'est vraiment la première fois que l'on touche du doigt le problème et qu'on l'explicite clairement: Malthus, il y a un problème dans ta façon d'aimer

J'en profite pour rebondir sur ton "on voit vraiment que chez Malthus, cela ne va pas de soi". Effectivement, et il faut bien le comprendre, le Mélomane n'a jamais pensé à mal en ce qui concerne la Traqueuse. Il l'aime de tout son être, mais il ne le fait pas "correctement" (faut dire qu'il est en totale violations des conventions sociales et morales, franchement il ne le fait pas à moitié :hap:). A cet égard, parmi tant d'autres d'ailleurs, il serait parfaitement erroné de dire de Malthus qu'il est un psychopathe. Il n'en est pas du tout un. Et je remercie Malthus (la "joueuse") et ses précieux conseils en psychologie car sans elle, je ne pourrais pas me permettre une telle affirmation. :noel:

[concernant le passage Traqueuse/Mélomane] c'est pour ça que ce passage est si beau: juste avant, on a les idées d'une Traqueuse qui a un peu oublié ce lien qu'elle a avec le Mélomane, qui veut lui dire qu'il est dangereux et que ce jeu ne peut plus durer. Et juste derrière, boom, changement de vision, la Traqueuse voit ce qui est si intéressant chez le Mélomane, et moi aussi, et ça, j'ai vraiment kiffé, premièrement, ça rentrait parfaitement dans ta volonté de faire de cette relation une relation vraiment complexe, ni noire ni blanche, sans pour autant dire trop du noir ou du blanc. Un des "écueils" que tu as su éviter est de trop nous laisser supposer le "noir" (cf. La phrase "tu as tenté de m'arracher le coeur) et pas assez le "blanc", ce qui est pas simple du tout quand on voit à quel point cette relation semble malsaine (et donc plus "noir") d'un point de vue extérieur: t'as réussi à montrer et concrétiser la complexité de cette relation, sans trop en dire et en restant bien équilibré dans tout cela, c'est vraiment magnifique, chapeau. [...] c’était vraiment un passage mené d'une main de maître, à la fin, même moi qui suis le joueur incarnant la Traqueuse n'avait plus les idées claires concernant le Mélomane, t'as réussi à toucher le lecteur et le joueur en même temps, je te tire mon chapeau

Eh bien merci beaucoup, beaucoup pour tous ces éloges. :cute: Ce que je peux dire, c'est que je tenais sincèrement à faire quelque chose de qualitatif pour la relation qu'entretenaient ces deux personnages (bien sûr je veux être qualitatif pour toute la Poursuite mais je veux dire que, là, l'exercice était particulièrement complexe comme tu le dis toi-même). Alors si ça a porté ses fruits, si c'est convaincant et si ça ne tombe pas dans le cliché (ce que je m'évertue à faire), c'est la meilleure des récompenses pour moi. J'ai d'ailleurs vu que même Sun apprécie ce qui ressort de cette relation donc bon, là directement je sais que j'ai fait fort. :noel:

Le 02 février 2019 à 17:00:05 Supaltair a écrit :
Mutin :
"Mais alors qu'il ruminait cette dernière interaction, il baissa sa garde mentale et fut assez vite parasité par ses voisins de chambrée : ils demandaient des nouvelles, des comptes qu'ils étaient légitimes à vouloir."

Je sais pas trop si c’était voulu, mais avant de lire la suite, on se demande vraiment si c’est les autres dans sa tête qui lui demandent des comptes, ou les agents de l’Okhrana, comme si y avait aucune distinction de réalité (si je puis dire) entre les 2, que les 2 étaient sur le même plan de réalité et que les voix dans la tête du Mutin sont réelles, et c’était très intéressant à noter, je trouve.

Pour le coup c'était pas volontaire de ma part mais c'est une interprétation tout à fait plausible. :oui: Et puis après tout, on se doute effectivement que les deux réalités que tu évoques (les agents dans la voiture et les personnalités dans la tête du Mutin) sont tout à fait appelées à se confondre avec le temps, jusqu'à être placées sur le même plan, puisqu'elles sont toutes les deux parfaitement palpables pour l'intéressé.

Ca donne vraiment l'idée que c'est pas juste un petit problème qu'un gentil psychanalyste arrivera à soigner, c'est quelque chose de sévère

Ah ça, j'en suis persuadé aussi. :hap:

- Ils (les objectifs d'Uzhets) ne sont pas conciliables avec les nôtres, rétorqua-t-il enfin pour sortir du silence.
- Les "nôtres" ?
- Ceux de Sergueï, et conséquemment les miens. Qui devraient aussi être les tiens, tu le sais.
- T'es fatigant. Je veux bien te laisser les compétences martiales, les machins, fais ton singe. Mais ne prétends pas comprendre Sergueï. Tu sais bien que t'as pas les prédispositions pour, t'es un bloc de glace ! Or il faut de l'empathie pour comprendre les gens, hein Laz ? Moi je sais ce qu'il veut, j'suis pas un automate, je suis fondamentalement humain

On note bien que l’hégémonie de Lazarus fait débat : pour reprendre la métaphore de Kloon, on en est pas encore à la mutinerie, mais on a d’un côté le matelot qui dit tout connaître du navire, et le capitaine qui croit mieux savoir car il est capitaine. Très propre et cohérent, ça donne pas l’impression que ça n’arrivait jamais avant parce qu’on ne le voyait pas, ça fait plaisir.

Bien relevé de ta part : c'était important pour moi de ne surtout pas donner l'impression que c'est la première fois qu'une telle interaction a lieu. Je voulais sous-entendre, peut-être pas une routine (parce que là ça serait problématique pour Lazarus et il ne laisserait plus depuis longtemps la place qu'il a toujours laissée à Uzhets), mais au moins un précedent. Je ne sais pas trop comment je m'en suis sorti mais puisque tu as su apprécier ça, c'est déjà une victoire pour moi. :hap:

Prazrik qui comme d’habitude est plutôt insondable dans la manière qu’il a de parler au Mutin : on ne comprend pas vraiment ses intentions (ça me rappelle un gars que j’adore, ça) et c’est grisant à voir, cf ce que je disais plus haut: tes deutéragonistes ont du talent, Francis

Je suis ravi de voir que tu aimes toujours Prazrik, j'avais peur que tu aies trop d'attentes et que tu sois déçu de ses interventions postérieures à celle du Chapitre 13 (qui était, logiquement, plus spectaculaire pour marquer le coup de son arrivée sur scène). :o))

Après un passage lourd en révélations, il semblerait donc, si j’ai bien compris, que les parents de Supa ont tué les faux parents de SMS en pensant que c’étaient les vrais, les géniteurs Templiers de celui-ci ? Le quiproquo se comprend mieux, mais si je peux me permettre, les gars étaient vraiment des supers potes quand même, pour vouloir garder près d’eux un tel nid à problèmes.

Oui c'est ça. S'agissant du fait d'être de super potes, boarf, ils étaient effectivement bien proches des parents biologiques du Mutin pour accepter une telle requête de leur part (encore que, ça pourrait se discuter, on pourrait aussi imaginer qu'ils n'arrivaient pas à avoir d'enfants et qu'ils y ont trouvé leur bonheur) mais ils n'avaient pas la moindre idée de la mesure dans laquelle ils risquaient d'avoir des problèmes. A cet égard, c'est peut-être les parents biologiques qui n'ont pas été clean avec les parents adoptifs ... mais d'un autre côté, ils imaginaient que les pistes seraient brouillées et que personne ne parviendrait à faire le lien entre l'Ordre et leur fils après son abandon (ou plutôt, sa transmission de main à main :hap:). Et de toute façon, en tant que Templiers, ils n'allaient pas informer de simples civils des enjeux donc bon ... pas le choix.

Ca c’est très intéressant, on a l’idée que tout le Mutin, 100% du mec est faux, c’est du moins ce que se dirait Sergueï s’il apprenait la chose. Ca me permet, personnellement, de mieux comprendre pourquoi Sergueï est enfermé à double tour : pour le protéger des vérités qui pourraient le détruire.

Absolument. :oui:

Le traitement que lui inflige Lazarus semble maintenant justifié, après, on est d'accord avec ou pas, c'est pas la question, mais il est cohérent, et ça c'est intéressant: Lazarus veut vraiment le bien de SMS, et fait ce qu'il pense être le mieux pour être lui.

Ça me fait plaisir que tu arrives à cette conclusion parce que c'est celle que je souhaitais. :fier:

On nous donne ensuite la suite des événements: deux bateaux, une destination, un Suaire: https://www.youtube.com/watch?v=ulqiYVVvxuY

Oh rofl ... :hap:

Voilà la fin de mon commentaire, c'était vraiment un excellent chapitre, avec des informations intéressantes distillées un peu partout, qui présage une montée de régime dans la Poursuite.

Et quel commentaire, franchement ! J'suis pas sûr d'avoir déjà autant développé mes réponses par le passé, j'espère que t'en as pour ton argent. :noel: Un immense merci à toi pour ton implication et ta pertinence, toujours au top.
FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
01 mars 2019 à 23:26:18

LAZARUZHETS (1/3) :

Le 23 février 2019 à 01:45:40 Lazarusse a écrit :
Je ne suis pas sûr de pouvoir apporter grand-chose à la discussion, que je n’ai pas encore lue mais il semble y avoir eu débat, mais my bad, j’arrive après la bataille.

Tu trouves toujours des choses très intéressantes à relever, pas d'inquiétude. :coeur: Mais c'est vrai qu'avec touuut ce que j'ai répondu à Suppo déjà, je risque d'avoir moins d'occasion de détailler.

Et à ce propos, avant d’entrer dans le détail, encore un excellent chapitre ! On sent qu’on est clairement à un moment charnière de la poursuite, et qu’on a atteint LE point de non-retour.

Ça me fait rire parce qu'à chaque fois vous êtes plusieurs à dire ça des chapitres quand ils sortent, du coup j'en déduis que la Poursuite est en montée de tension quasi-permanente. :noel:

L’Ermite et la Descendante :d) [...] quand tu dis « à la suite des révélations du Mutin sur le Samouraï » , à mon sens, cela signifie qu’a priori, la Descendante a décidé de ne pas remettre en doute les paroles du Mutin et de le croire sur le Samouraï (même si on s’en doutait déjà au vu de sa froideur lors de leur dernier échange).

Je confirme, elle n'a pas de quoi confirmer les dires du Mutin mais j'aime à penser que le choc a été tellement grand lorsqu'elle a imaginé que ça puisse être vrai (ce à quoi on ajoute l'impossibilité de prouver que ce soit faux), qu'elle s'est "naturellement" mise à douter du Samouraï. Peut-être sans se l'avouer littéralement, car elle se rendrait compte au passage qu'elle manque de matière, mais ... au fond d'elle, c'est ce qu'elle ressent : du doute. Le Samouraï l'a d'ailleurs parfaitement envisagé, et c'est pour ça qu'il en a immédiatement tenu rigueur au Mutin. Il ne s'est pas dit un seul instant "boarf y'a pas à s'inquiéter, c'est que du mytho y'a aucune preuve" ; il a compris qu'elle pourrait être chamboulée par la seule idée que tout puisse être vrai. :oui:

en plus de ça, je ne sais pas si c’est un signe de naïveté ou plutôt un témoignage du flou constant qui entoure la Descendante à ce moment, mais elle pense que les Templiers sont ceux qui s’habillent le moins de mystère à ses yeux, alors qu’elle sait que la Sentinelle lui cachait des choses, qu’elle croit que le Samouraï lui a menti, et qu’elle a interagi avec mon perso, pas besoin d’en dire plus.

Je ne l'ai pas détaillé à l'écrit de peur d'être lourd, mais je prends l'occasion de préciser ici du coup (au cas où) : la Descendante estime que les Templiers sont les moins mystérieux en proportion et en comparaison des autres membres et factions en lice. Il faut dire qu'elle ne sait pas grand chose de la Milice (qui la pourchasse et la violente dès que possible sans lui expliquer quoi que ce soit), et rien des Assassins (pour ainsi dire elle n'en a pas croisé un seul à l'exception de l'Ermite, qui n'en est pas spécialement le représentant ici), dans le cadre de la Pourrsuite. Donc à l'arrivée, malgré les mensonges et omissions que les Templiers lui servent depuis le début, il se trouve que c'est eux qu'elle connait et "maîtrise" le mieux.

Je ne sais pas si la lumière blanche du soleil et le ciel dégagé renferment une quelconque symbolique sur les nouvelles perspectives qui s’offrent à la Descendante (et à l’Ermite) avec cette nouvelle rencontre, mais j’apprécierais si c’était le cas. Ou ça représente peut-être juste le calme avant la tempête.

Le calme avant la tempête, ça oui, certainement. Mais s'agissant des perspectives qui s'offrent à l'Ermite et à la Descendante, ma foi ... ça n'est pas (que) en mon pouvoir. :sournois:

Mais une fois que le dialogue s’installe, on peut apprendre plusieurs choses [...] notamment son véritable prénom : Liliya. Je ne sais pas si c’était vraiment nécessaire, mais j’ai quand même fait quelques recherches sur la signification du prénom, car l’orthographe n’est pas anodine, et on peut retrouver quelques traits de la Descendante sur différents sites : sensible, émotive, qui aime l’affection, vulnérable, intuition développée (qui se manifeste ici avec la vision d’Aigle), qui a des affinités avec l’ésotérisme (ses liens avec les Isus). Donc je ne sais pas si c’est voulu, mais en tout cas la description du prénom colle pas mal avec le perso (il y a même un lien fait entre le prénom et le numéro 7, comme le 7 d’ « Agent 76 »).

Comme d'habitude, lorsqu'il est question de signification des prénoms et des chiffres, je ne laisse rien au hasard donc tu as bien fait de faire des recherches (non pas que j'y croie pour de vrai, à ces histoires de signification, mais je trouve le fait de les intégrer franchement ludique, justement pour ce genre de déductions sur le symbolisme :coeur:). Très bonne affectation des caractéristiques, très juste. Par contre j'ignorais le lien du prénom avec le chiffre 7, pour le coup (ça a dû m'échapper), mais c'est opportun. :noel:

quand on y pense, c’est la première fois que la Descendante apprend quelque chose qui lui appartient, qui la définit vraiment, dans un contexte où elle est constamment dépersonnalisée.

Tout à fait, et ça, c bo. Elle a bien le droit d'avoir un prénom quand même, la p'tiote. :hap:

Hélas, j’ai fait des recherches sur son nom de famille, mais je n’ai pas trouvé de signification particulière. Peut-être à mettre en relation avec le cosmos.

Pas de signification pour le nom de famille en effet, ça je ne le fais pas. :hap: Je cherche en revanche à trouver quelque chose qui soit cohérent : ici, un nom qui existe réellement chez les russes, et c'est le cas de "Kosma" (il se peut qu'il y ait des origines hongroises par ailleurs, mais c'est une supposition et rien de plus, je ne m'appuie que sur une personnalité connue – Joseph Kosma – qui était hongrois). La mise en relation avec le cosmos est opportune également, j'adhère.

d’ailleurs, je me demandais, à partir de quel âge la Vision d’Aigle se manifeste ? Car Loki dit être au courant que Bentley la possédait

Bonne question, j'ai vu que vous en avez brièvement discuté avec Suppo. Personnellement je pense qu'elle peut se manifester à un âge trèèès variable ... et apparemment on peut même s'entraîner pour la développer (ça je l'ignorais), donc bon. Mais disons que lorsqu'elle est strictement héréditaire, j'imagine qu'elle se déclare au cours de la petite enfance, je dirais vers 3 ou 4 ans par défaut et à la louche. Donc effectivement, la Descendante avait déjà été kidnappée à cet âge là mais je pars du principe que l'Ermite se doutait, de toute façon, qu'elle développerait la Vision d'aigle en temps voulu car il a tout fait pour, notamment en lui greffant un artefact à un très jeune âge (et en plus, il estime qu'elle est la clé de voûte d'une prophétie liée aux Isus, sans parler du fait que sa vie à lui – et donc ça peut rejaillir sur sa progéniture – est bercée, rythmée, dictée par la Première Civilisation). Vois ça comme un "pari franchement pas risqué" qu'il avait fait, concernant la Vision d'aigle de sa fille.

il a le mérite d’au moins lui apprendre les conditions de son entrée forcée chez les templiers : elle a été enlevée vingt cinq ans plus tôt, à donc à peine plus de un ans alors que jusque là , la Descendante aimait se complaire dans le mensonge que le Maître l’avait choisi car elle était spéciale (et c’était d’ailleurs vital pour elle de se rattacher à ça car c’était une de ses raisons de vivre, d’épouser le destin spécial que le Maître l’aurait vu accomplir. Ca lui permettait de survivre dans l’environnement parfois froid que lui offrait l’Ordre). Mais ici, rien qu’avec cette révélation, une partie entière de son monde s’effondre.

Tout à fait. :oui: Et si ça peut te consoler, moi j'avais compris ce que tu voulais dire par "la Descendante aimait se complaire dans le mensonge". :hap:

Le 23 février 2019 à 01:46:44 Lazarusse a écrit :
« Je devais m'armer de patience, ce que j'ai fait ... plus ou moins bien, en fait. ».

Ici, je ne sais pas si le Mentor dit ça juste pour parler, ou bien s’il faut y voir une référence à certains événements, durant lesquels l’Ermite aurait perdu le contrôle dans l’optique de retrouver Lilya. Comme par exemple, s’abandonner aux Isus dans le but d’avoir un indice de la localisation de sa fille.

Mystère et boule de gomme. :sournois:

De tous les persos qui se sont adressés à elle pour l’instant dans des rapports normaux, un des seuls qui ne l’a pas objectifiée (en excluant le Samouraï qui n’a plus sa confiance pour le moment)… et bien c’est le mien. Ne connaissant manifestement pas sa valeur, le Mutin est le seul (même s’il jouait la comédie) à s’être adressée à elle en tant qu’être humain, en l’amenant notamment à se questionner sur sa condition de Templier et même en tentant de plaisanter avec elle. Ne connaissant pas son véritable rôle (et même si ses interactions avec elle avaient principalement pour but de le découvrir), ses discussions avec elle étaient plus pures, désintéressées et consistaient en grande partie à faire connaissance. Il l’a même appelée à l’aide lorsque Sergueï a repris le contrôle. C’est peut-être une grosse extrapolation de ma part, mais je me demande si ce serait possible qu’elle en vienne à me considérer comme un potentiel allié de taille comparé aux autres.

A-ha, qui sait. Pour ça, il faudrait cependant qu'on ne lui expose pas la vérité concernant le Mutin ... ce qui risque d'arriver si elle recroise le chemin du Samouraï. Encore que, tout dépendra de sa manière d'accueillir le trouble mental du Mutin, qu'elle ne résumera pas à de la méchanceté, de la perfidie et de banales intentions de nuire, la connaissant (puisqu'elle est très empathique). Il se peut en revanche qu'elle en vienne à se méfier d'Uzhets, voire de Lazarus mais pas de Sergueï. We shall see.

Viennent ensuite les deux grandes révélations de ce chapitre : la révélation de la valeur de la Descendante et de l’existence de l’observatoire.

Les deux "macro-révélations" de ce chapitre (à l'échelle de la Poursuite dans son ensemble), pour moi, c'est effectivement l'existence de l'Observatoire et – plus précisément – la véritable mission de la Descendante, qui n'est pas de trouver le Suaire mais d'intercepter une personne qui risque d'agir en un sens qui favoriserait la survenance de la Seconde Catastrophe. :oui: Donc oui il est bien question de la valeur de la Descendante mais je reformule car ça va bien plus loin que ça à mes yeux.

On apprend donc qu’un mystique a rencontré l’Ermite et lui a parlé de la prophétie qui a ensuite dirigé le reste de sa vie.

C'est assez bien résumé. :oui:

On apprend donc trois informations capitales : premièrement, l’existence de l’Observatoire. Rien que la révélation de cette information permet de remettre en question les motivations de chaque camp dans cette Poursuite. Je ne vais pas revenir sur ce qu’est l’observatoire, mais rien que pour l’Okhrana, une telle découverte pourrait s’avérer capitale, pour le recueil d’informations et la surveillance de certaines personnes. Même si les hauts gradés de l’Okhrana ne sont sans doute pas au courant des véritables tenants d’une telle technologie, ils doivent sans doute être attirés par les outils qui semblaient rendre Raspoutine si omniscient. Il en est de même pour les Templiers, même s’ils semblent avoir missionné leurs agents à trouver le Suaire, il est évident qu’ils ont pour intention d’utiliser l’observatoire à leurs fins (c’est évident, avec la Sentinelle qui devait recueillir tous les sceaux Isus afin d’ouvrir l’observatoire). Quant aux « dispositions » que devaient avoir pris Raspoutine, peut-être que laisser le Suaire sur place faisait partie des conditions nécessaires à l’ouverture du Temple.

Plusieurs choses à préciser (au cas où), car c'est hyper important pour la suite de la Poursuite mais aussi parce que je ne suis pas sûr d'avoir réussi à être très clair (à cause des tenants de la narration qui, selon moi, m'empêchaient de verser dans un exposé lourd et détaillé de ces considérations là).

Alors oui, un Observatoire se trouve dans la même "structure" que le Temple, sachant que je dissocie les deux. Dans le Temple, il y a le Suaire et les vestiges des travaux Isus pour prévenir la Catastrophe de Toba ; dans l'Observatoire, il y a toute la structure qui permet d'utiliser un Crâne de cristal et, supposément, un tel crâne. Je ne crois pas qu'une structure regroupant Temple et Observatoire ait déjà été présentée dans l'un des jeux AC mais j'ai pris cette liberté, on va dire (tout en continuant de les dissocier, car ils remplissent leurs fonctions normalement et séparément ; je dis juste qu'ils ont été construits à immédiate proximité par les Isus dans ce cas précis).

Il y a un malentendu dans les propos de l'Ermite car le Temple n'est pas nommé en tant que tel, son existence est sous-entendue et effacée par la révélation autour de l'Observatoire. Ça donne quelque chose comme "on cherche le Suaire et on sait qu'il se trouve dans un Temple des Précurseurs, mais il n'y a pas que ça, il y a un Observatoire surtout et c'est ça le truc que personne ne sait mais dont tout le monde pourrait vouloir tirer profit à tel point que ça créerait le bordel, dans le contexte politique mondial complexe qu'est le nôtre, si ça tombait entre de mauvaises mains". Je sais pas si c'est très clair ? J'ai peut-être été trop ambitieux et je me suis perdu. :hap: J'envisage potentiellement de reformuler ce passage de l'Ermite pour rendre le tout un peu plus limpide.

Et ce que je révèle dans le Chapitre 15, en fait ... c'est qu'en cherchant le Suaire (et donc un Temple, en l'occurrence), on va tomber sur un Observatoire (et donc un Crâne de cristal, potentiellement). Mais ça, officiellement, seul l'Ermite le sait (et maintenant la Descendante), grâce au mystique qu'il a rencontré à l'époque. En d'autres termes, l'Okhrana ne recherche pas l'Observatoire car en plus d'ignorer son potentiel, ils ignorent son existence. Les Templiers ne recherchent pas l'Observatoire non plus (encore que, il serait parfaitement probable que le Maître, avec sa connaissance de la Première Civilisation et des réelles intrigues autour de Raspoutine, ait pu déduire l'utilisation d'un Crâne de cristal et donc l'existence d'un Observatoire ; en tout état de cause, il n'en aurait parlé à personne). La Sentinelle croit qu'elle a récolté les sceaux pour ouvrir le Temple, et c'est le cas, car pour ouvrir un Observatoire il faut le sang d'un Sage. Enfin, les Assassins ne recherchent pas l'Observatoire non plus car même s'ils savent ce que c'est, bien sûr, ils ne s'attendent pas à tomber dessus.

Tout ça pour dire que personne ne recherche l'Observatoire et personne ne s'attend à tomber dessus, à part l'Ermite et la Descendante, au stade du Chapitre 15. Pourtant, ils vont tous s'y retrouver ... reste à savoir s'ils réussiront à en faire quelque chose ou non. :hap: Et pour finir, ça c'est cadeau, je reprends ta dernière phrase et y apporte une petite correction pour vous donner une nouvelle piste : "Quant aux « dispositions » que devaient avoir pris Raspoutine, peut-être que laisser le Suaire sur place faisait partie des conditions nécessaires à l’ouverture de l'Observatoire".
FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
01 mars 2019 à 23:27:12

LAZARUZHETS (2/3) :

l’Ermite a forcément une part d’intérêt dans tout ça. Si son seul objectif était d’éviter l’ouverture du Temple, la solution la plus simple serait tout simplement de s’en éloigner le plus possible avec la Descendante, empêchant son ouverture dans le même temps. Mais comme il décide d’y aller tout de même, on peut imaginer que sa seule motivation n’est pas d’empêcher la réalisation du « cataclysme » prévu par le mystique.

C'est très finement observé de ta part. Toutefois un point t'échappe : il ne suffirait pas d'empêcher l'ouverture du Temple pour éviter la Seconde Catastrophe. Je dirais même plus : d'un certain point de vue, on pourrait même dire que l'ouverture du Temple est nécessaire pour éviter la catastrophe ... Ouais c'est tordu. :hap: ça l'Ermite ne le sait pas clairement, mais c'est (comme beaucoup de choses) une "conviction", une "intention" qui lui est instillée et dictée pour le faire agir dans un sens déterminé. N'allez pas forcément en déduire que c'est Junon qui en est responsable. :siffle: J'estime aussi, plus simplement, qu'il a un instinct et une expérience qui lui font se dire "la solution n'est pas de fuir avec la clé, la solution c'est d'y aller et de traiter le problème de front".

Autre chose : le flou est entretenu sur la question de savoir si le cataclysme évoqué par le mystique est lié à la Seconde Catastrophe ou non. Et je peux le dire (car ça n'est pas un twist à venir, c'est quelque chose qui se devine en filigranes si on épluche le Chapitre 15) : la réponse est non, le cataclysme évoqué par le mystique (en rapport avec l'Observatoire entre autres) est différent de la Seconde Catastrophe évoquée par Jupiter (en rapport avec le Temple entre autres). Comme dans ma réponse à Suppo, sur un autre point, je vais devoir m'arrêter là pour ne pas spoiler ... mais c'est hyper dérangeant pour moi, j'aimerais développer davantage pour éviter que vous soyez dans le flou mais ça reviendrait à vous en dire trop. :-( Mais si tu veux, la quête de l'Ermite se résout plutôt du côté de l'Observatoire tandis que celle de la Descendante se résout plutôt du côté du Temple.

si mon personnage était un sage, j’en viendrai donc à me demander, comment se manifeste-t-il dans la pratique ? En effet, pour le moment, je n’ai encore manifesté aucune intention de ressusciter Junon par exemple. A moins que… Et si le véritable mensonge de Uzhets, c’était sa véritable identité, à savoir les réminiscences de l’esprit d’Aïta ? Et si depuis tout ce temps, cette personnalité, qui n’a pas été créée par Lazarus à proprement parler, cachait ses véritables intentions ? On a aucune preuve, mais dans le cas où mon perso est vraiment un Sage, ça semble probable. Et dans ce cas, la personnalité d’Aïta lutterait pour prendre le contrôle total sans y parvenir.

Théorie, théorie. :noel: J'en profite juste pour intervenir sur un point : quand j'ai dit que cette personnalité n'avait pas été créée à Lazarus à proprement parler, c'était pour corriger Uzhets (qui a présenté les choses ainsi au Samouraï mais à tort, car il ne connait rien au TDI évidemment, comme concrètement tout le monde à cette époque). Une personnalité ne peut pas en créer une autre, seul l'hôte peut faire ça (inconsciemment en tout état de cause, et à condition d'être dans un état de nécessité urgente, d'incomplétude absolue, je dirais). Uzhets pense être une sorte d'émanation, de création de Lazarus car il ne reconnait rien à Sergueï qui n'est, à ses yeux, rien de plus qu'une misérable loque qui prête son enveloppe corporelle (et encore, reste à admettre que c'est SON enveloppe corporelle à lui ; ça se discuterait sans doute selon Uzhets :hap:). Lazarus, de son côté, sait parfaitement qu'il n'est pas le créateur d'Uzhets mais il a un peu "surfé" sur cette croyance pour asseoir sa légitimité et mieux pouvoir assurer sa fonction de gardien incontesté de Sergueï.

d’ailleurs un élément supplémentaire qui permettrait d’affirmer que mon personnage est un Sage serait la première vision de l’Ermite pendant l’aventure, qui l’a clairement mis sur la piste de S.M.S., indiquant qu’il s’agirait d’une personne d’intérêt pour les Précurseurs

Pas forcément. L'évocation de S.M.S. dans la vision de l'Ermite peut parfaitement avoir d'autres justifications, tu t'en doutes. :hap: Et je pense d'ailleurs qu'elle en a déjà trouvées, de sorte que le fait que le Mutin s'avère être un Sage ne serait qu'un "bonus". En effet, je pense que de tous les acteurs de la Poursuite, le Mutin est celui qui sait le mieux "où il va" dans sa recherche du Suaire. Et il est aussi parmi ceux dont les intentions sont les plus critiquables ... ça suffit, à mon sens, pour justifier que l'Ermite soit dirigé vers lui dans sa quête pour trouver l'artefact.

Le 23 février 2019 à 01:48:31 Lazarusse a écrit :
Mais ensuite, il tend la Boule de Cristal à Bentley qui l’active et on a donc droit à notre première rencontre avec une entité Isu de ce récit. Pour le mécanisme, tu t’es en partie inspiré de la rencontre avec Junon dans Assassin’s Creed 3 avec Connor, ou c’est purement par des recherches que tu as mis au point cette rencontre ?

Un peu des deux, je dirais. Je me suis inspiré de la rencontre Connor/Junon d'AC3 pour ce qui est du fonctionnement de la Boule de cristal et des possibilités offertes dans le nexus temporel (notamment celle de discuter en direct avec l'Isu), càd la forme. Pour le reste, à savoir le fond, ce ne sont que des recherches dont le fruit a été couplé à ma propre imagination.

ce n’est pas plus mal que la rencontre se passe avec Jupiter, car elle nous assure une certaine neutralité dans ses paroles, eu égard du lore d’Assassin’s Creed.

Indeed. :oui:

En tout cas, j’ai beaucoup aimé les descriptions de ce passage et les conditions dans lesquelles se déroulent la rencontre, on est vraiment mis dans l’ambiance (à laquelle participe la musique très bien choisie pour faire monter la tension de la scène). Mais, en plus de bien respecter le personnage (j’adore la manière dont tu fais s’exprimer Jupiter), elle nous permet de récolter davantage d’informations.

Merci, c'était un passage ultra important de la Poursuite donc je tenais à le soigner et je suis content s'il a plu !

« Mon but, à moi et à mes "semblables", c'est d'empêcher les mauvaises personnes de mettre la main sur un pouvoir qu'ils pourraient utiliser à mauvais escient »

ici on peut voir que Liliya fait encore preuve d’une certaine candeur vis-à-vis des intentions des Templiers (si c’est bien d’eux dont elle parle), en leur prêtant le bon rôle, entre guillemets.

Non, ici "semblables" fait référence à "humains bien intentionnés c'est-à-dire dépourvus d'avidité à l'endroit des artefacts d'Eden". :hap: C'est donc encore plus schématiquement manichéen que ce que tu croyais, mais plus diffus, moins ciblé.

dans les dires de Jupiter, on a clairement l’impression que Junon va jouer un rôle prépondérant dans la suite de l’aventure, et deux extraits m’ont intrigué à ce propos :

« Junon n'a jamais cessé d'exister au travers des fragments d'Eden disséminés sur la surface du monde. Elle vit, tant que les artefacts continuent de changer de mains – ce qui reste nécessaire pour vous donner les pouvoirs d'exploiter les fruits de nos travaux »

et :

« Mais ne place rien entre les serres de l'aigle grisonnant, car ce sont les mains de Junon qui s'en empareront ».

J’ai l’impression que ces deux phrases corroborent une théorie que j’avais déjà émise par le passé : d’abord, l’Ermite serait en possession d’un fragment d’Eden, et ensuite, grâce à ce fragment, Junon pourrait prendre son contrôle à plusieurs occasions et guider ses pas. Si c’est elle qui lui a donné sa première vision, d’ailleurs, et si le Mutin est véritablement un Sage, et bien ça semblerait logique que Junon l’ait mis sur la piste de S.M.S.

Effectivement Junon ne saurait être absente, et le flirt de l'Ermite avec les artefacts d'Eden au cours de sa vie n'y est pas pour rien. Mais s'agissant de ta théorie, je te renvoie à ma réponse un tout petit peu plus haut sur ce point. :noel: Cela dit j'insiste : je n'affirme ni n'infirme rien, je te dis juste que pour moi, les explications de l'évocation de S.M.S. dans la vision de l'Ermite sont déjà satisfaisantes en tant que telles.

Enfin, j’aimerais revenir sur l’autre phrase énigmatique de Jupiter.

« Il existe une autre entité, aveugle et dangereuse. Elle ne sert personne et entend desservir tout le monde, [...] Elle marche sur les mêmes traces que les autres, mais son objectif se distingue. Son discernement est vicié. ».

L’évocation immédiate de Doarry et Sergueï pour cette entité me laisse justement à penser qu’on pourrait les éliminer de la liste des candidats potentiels à cette nomination

Excellent, ce raisonnement est exactement le mien. Reste à savoir si c'est en ce sens que je l'ai retranscrit ou si j'ai justement fait de la psychologie inversée. :hap:

Le 23 février 2019 à 01:49:31 Lazarusse a écrit :
Le Samouraï et la Sentinelle :d) Tout d’abord, rien que le fait que cela se déroule deux jours après les événements du passage précédent me font me demander si on aura une sorte de compte rendu de ce qui se sera passé pour l’Ermite et la Descendante pendant ces deux jours, ou si ces personnages rejoindront plus brutalement la temporalité présente.

Y'aura un compte-rendu, mais assez lapidaire car l'action ne se situera plus là. :oui:

D’ailleurs, pour le choix de la fin, voilà ce que j’ai compris de la géographie du récit à ce moment : https://image.noelshack.com/fichiers/2019/08/5/1550838680-carte.png , ce qui rend indispensable l’utilisation d’un bateau à ce moment.

Toujours au top hein, merci pour ça. :coeur: Dans l'absolu on pourrait faire le trajet en voiture, en contournant la mer par le nord, mais franchement ... D'une part ça aurait été très long et d'autre part, si je vous avais laissé le choix (bateau pour les uns, voiture pour les autres) ça aurait été trop compliqué de tout agencer de sorte à vous garder sur la même temporalité. Concrètement, ceux qui auraient pris le bateau seraient parvenus au bout de l'aventure plusieurs jours avant que ceux qui auraient pris la voiture soient arrivés sur la péninsule. Sans parler du fait que ladite péninsule est tellement impraticable (à l'époque) que s'engager en son sein aurait été exclu car trop laborieux.

je trouve que tu installes bien l’ambiance du port marin, j’ai très bien réussi à visualiser les lieux et de manière très naturelle, mais je te l’ai déjà dit, c’est un des grands atouts de ton écriture, à mon sens.

Merci, je tenais à bien retranscrire cette ambiance parce qu'elle m'apaisait particulièrement. :oui:

s’il s’avérait que la Descendante en vienne à mourir lors de cette aventure, le Samouraï pourrait bien embrasser ses affects les plus sombres et se transformer totalement comme son père, devenir le démon du lac écarlate. Et donc devenir ce qu’il s’était juré de ne jamais être.

:oui:

je pense que son maître samouraï, d’ailleurs, n’avait rien à lui apprendre sur le plan martial mais l’aidait principalement à canaliser ces émotions, les empêcher de prendre le contrôle.

Ah j'aime bien cette idée. Ça n'est pas quelque chose que j'ai "figé dans le marbre" mais en effet, la logique va déjà en ce sens (puisque le Samouraï n'a plus grand chose à apprendre sur le plan martial, on va dire). :oui:

« la mer d'Okhotsk, dont les mouvements s'agitaient à vue d'oeil par des vagues de plus en plus déchaînées, sous un soleil qui avait vite fait d'être occulté par de la grisaille cotonneuse. L'accalmie propre au beau temps n'avait pas duré, et c'était sous ce nouveau ciel qu'elle retournait à la rencontre des sinistres mercenaires. »

Encore une fois, je dois dire que j’ai beaucoup aimé comment l’environnement reflétait la réalité des relations entre les persos dans ce chapitre

J'aime bien faire ça oui, ça contribue au symbolisme que j'aime intégrer, à mes yeux. :coeur:

Le 23 février 2019 à 01:50:18 Lazarusse a écrit :
Les Miliciens :d) [...] je me demande d’ailleurs si on aura le droit plus tard à un flashback sur le Génocidaire pré-Milice, mais je ne pense pas que ce soit encore temps, et puis ça ne serait peut-être pas si intéressant.

Non, ça n'arrivera pas. :noel: J'estime qu'assez de choses ont été dites ou sous-entendues concernant cette période de sa vie, donc effectivement comme tu le dis, le risque serait de ne rien dire de particulièrement capital ou même intéressant.

quand tu dis que son père l’a bousculé dans sa jeunesse, est-ce qu’il le battait ?

Ouaip. Pas comme les parents du Mélomane le faisaient, mais quand même. Et comme les parents du Mélomane cependant, il a dû arrêter quand son enfant a commencé à devenir un jeune homme ... c'est juste qu'il n'est pas passé par la case "enfermé dans une cage à mourir de faim", car le Mélomane et le Génocidaire ont des méthodes différentes. :hap:

la Milice ne tarde pas à arriver sur les lieux, et le Fantassin tue de sang froid la mère de Sunshine. [...] il n’est pas plus affecté que cela quand il voit qu’en apparence, cela n’attriste pas le Génocidaire.

Bien relevé. Le Fantassin est un peu en mode "voilà, ta mère est morte. Alors, qu'est-ce que ça fait enfoiré ? Pas grand chose ? D'accord, soit. Je trouverai d'autres occasions de te faire mal". C'est pour ça que je dis que le Fantassin ressent une satisfaction physique au fait d'avoir donné la mort, genre ça irrigue son corps, mais rien de mental (d'où son visage impassible quand il observe la réaction du Génocidaire).
FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
01 mars 2019 à 23:27:27

LAZARUZHETS (3/3) :

on pouvait croire que la vengeance de Doarry n’était véritablement en marche que depuis le début de la Poursuite, mais elle a débuté bien avant

Absolument, d'ailleurs le Commandant y fait allusion dans le flashback du Chapitre 12 quand il parle de "ce qu'il s'est passé à Erzurum".

même s’il a conscience d’un éventuel danger, j’aurais tendance à dire qu’il n’en a pas entièrement conscience : il suppose que ces réminiscences n’en sont encore qu’au stade d’impressions et d’instincts, alors que cela semble quand même beaucoup plus clair dans l’esprit de Doarry.

:oui:

C’est d’ailleurs ironique que la première blessure que le Génocidaire ait à endurer dans cette aventure ne soit pas le fait d’un autre personnage, mais de ses propres accès de rage.

Bien relevé oui.

on peut voir (pour la première fois, corrige-moi si je me trompe), Sunshine envisage de pouvoir prétendre à garder le Suaire pour lui une fois la mission accomplie.

C'est exact. :oui:

Et on arrive a un détail capital, la voix que le Fantassin entend dans sa tête. Ce n’est clairement pas la sienne, car il acquiesce comme si ça venait de l’extérieur, mais en plus ce n’est pas la première fois qu’il entend cette voix. La première fois qu’elle s’était manifestée, c’était lorsqu’il était dans les laboratoires de la Milice, et qu’il avait reçu la visite régulière d’un « homme à la barbe noire hirsute ». A la relecture de ces passages, on peut clairement voir que la voix se manifestait de plus en plus au fur et a mesure des visites du barbu, qui, du peu d’éléments dont on dispose, pourrait très bien s’avérer être Raspoutine. Et ce que j’avais d’abord interprété comme la voix du barbu s’insinuant de plus en plus dans la conscience de Doarry.

Mais, en faisant quelques recherches sur le Suaire, à l’époque d’Assassin’s Creed Syndicate, je me rappelle également avoir appris l’existence de Consus, le concepteur Isu des Suaires d’Eden, qui, à travers l’histoire, s’est déjà manifesté à plusieurs reprises à des utilisateurs du Suaire, car il avait réussi à transférer sa conscience à l’intérieur du Suaire. Eu égard de ses informations, on peut tout à fait se dire que la voix que Doarry entendrait serait celle de Consus. En effet, si on admet que le barbu qui lui rendait visite était Raspoutine, on pourrait supposer que l’objet de ces visites était bel et bien de mettre Doarry en contact avec le Suaire. Et, au fil des visites, Consus aurait donc pu entrer en contact avec la conscience de Doarry. Mais, suivant cette théorie, cela pourrait justifier à quel point Doarry a pu se remettre de sa lobotomie.

Théorie intéressante, en tout cas merci d'avoir relevé la voix que le Fantassin entend car effectivement, à ce moment là il ne se parle pas à lui-même et ça n'est pas anodin. :noel:

Dans le flot des théories qui ont fleuri dans mon esprit, mais à laquelle il ne faut pas accorder plus de crédit que cela, et si Raspoutine était le père des jumeaux Novekeyt ? On sait juste que leur père était absent et que Raspoutine était un chaud lapin donc bon, pourquoi pas… Mais ça va sans doute trop loin

Excellent, c'est vrai que ça pourrait être le cas ! :rire:

En tous les cas, je suppose que cela sera développé de manière significative à l’avenir, donc wait and see.

Absolument. Inévitablement. :sournois:

Le 23 février 2019 à 01:51:37 Lazarusse a écrit :
Les Assassins :d) [...] On peut voir d’ailleurs tout au long de l’extrait que la Traqueuse est la première fascinée. Sa raison lui dit qu’elle doit canaliser le Mélomane et se débarrasser de lui quand l’occasion se présentera, mais de l’autre, sa passion la fait admirer cet homme, elle est hypnotisée par ses paroles tout au long de l’extrait. Dans d’autres circonstances, le cadre, avec le feu de cheminée, l’éclairage, serait presque romantique, en mettant de côté son aspect malsain.

C'est exact, j'ai trouvé ça intéressant d'installer un cadre qui soit non seulement romantique (classiquement), mais aussi très semblable à celui que l'on trouvait dans le manoir du Mélomane à Vasilyevo ... et conséquemment, malsain comme tu le dis. L'association est séduisante. :hap:

On peut d’ailleurs saisir toute l’ironie de la situation : pendant tout l’extrait, la Traqueuse s’efforce de soigner les blessures endurées par le Mélomane, alors que ce dernier a justement altéré celui de Supa de nombreuses années auparavant.

Parallèle intéressant. :noel:

dans leur relation, j’ai l’impression que le Mélomane entend se placer en guide pour la Traqueuse, qui ne parvient pas, à ses yeux, à le comprendre entièrement, mais il est prêt à lui pardonner cela.

Je suis d'accord pour dire que c'est l'un des aspects de leur relation, en effet (mais pas le plus prégnant). :oui:

En plus de la poésie qui se dégage de la façon de parler de Malthu ( <3 ), on peut avoir un nouvel aperçu de la vision du monde de Malthus. Il les voit, lui et elle, comme deux parias, évoluant dans le noir, mais ensemble, qui ont tous deux une compréhension supérieure du monde qui les relie.

C'est absolument ça. J'aime beaucoup cette idée, moi aussi.

Et donc, avant de passer à mon personnage, j’aimerais donc revenir sur ce que je disais plus haut, les candidats potentiels pour ce que Jupiter appelle « l’entité aveugle qui entend desservir tous les autres ». A mon sens, trois personnages peuvent prétendre à ce titre : tout d’abord, tous les deux à leur manière, Malthu et Supa pourraient correspondre et ensuite à mon sens, le Samouraï également.

J'en profite pour intervenir sur un point, encore une fois pour éviter tout malentendu. Je conçois que j'aie pu manquer de clarté dans le Chapitre 15, avec touuutes ces informations, énormément d'informations à communiquer et à formuler tout en conservant la qualité de rédaction et de narration à un niveau satisfaisant, sans tomber dans la lourdeur : j'ai été en quelques sortes obligé de faire des raccourcis parfois, laissant des considérations importantes, voire capitales, à votre seule (ou presque) appréciation et discrétion, ce qui est risqué. Cela étant dit, donc : quand je dis "l'entité aveugle qui entend desservir tous les autres", par "entend", je veux dire qu'elle compte desservir tout le monde. Au demeurant, ça ne signifie pas forcément qu'elle compte le faire sciemment.

Voilà, je pense que tu l'avais compris mais dans le doute et pour les autres, je précise. De toute façon, les Isus sont connus pour être assez nébuleux voire amphigouriques dans leur façon de s'exprimer donc bon, ça fait sens s'il y a des incompréhensions au pire. :noel: Je veux juste éviter que vous preniez ça pour des incohérences le moment venu.

Tout d’abord, le Mélomane peut sembler une réponse des plus évidentes car, à l’opposé de tous les autres protagonistes de la poursuite, c’est le seul qui s’y est engagé sans penser au Suaire. Et s’il venait à arriver malheur à la Traqueuse, je n’ose même pas imaginer dans quelle mesure sa fureur pourrait se déchaîner sur les autres personnages.

Ensuite, la Traqueuse, même si elle est bien à la recherche de tous les autres, au contraire de tous ceux-ci, elle entend détruire ce dernier et trahir le Mélomane au bout d’un moment, elle desservirait donc tous les participants de la Poursuite, à sa manière.

Enfin, je pense que le Samouraï pourrait également correspondre à ce descriptif, notamment les parties « son discernement est vicié », depuis l’enlèvement de la Descendante, il a renoncé au Suaire et a donc embrassé un objectif différent des autres protagonistes de la poursuite. De plus, je le verrais bien empêcher la Descendante d’interagir avec le Temple, au nom de sa sécurité, et dans ce sens, il desservirait les autres personnages aussi bien que la Descendante qui a envie de jouer son rôle. Et de plus, ce serait lui que la Descendante serait le plus à même d’aider à « ouvrir les yeux ». A moins que, bien sûr, cet objectif différent des autres soit celui d’un autre personnage qui n’a pas encore été dévoilé.

Je vous encourage à discuter tout ça, y'a matière à théoriser. :sournois:

Le Mutin :d) [...] entre Uzhets qui réclame du sang, Sergueï totalement obnubilé par Supa et Lazarus concentré sur la sauvegarde de ce dernier, on a vraiment l’impression que le moindre faux pas pourrait lui faire perdre le contrôle, malgré celui qu’il exerce apparemment pour le moment.

:oui: :sournois: :)

« là où Uzhets était convaincu d'avoir juste en permanence et dans tous les domaines, Sergueï avait tout bonnement des oeillères et des bouchons de cire dans les oreilles », je crois que cette phrase résume totalement la difficulté de Lazarus de composer avec les autres personnalités du Mutin.

N'est-ce pas ? :noel:

Et….je suppose que c’est voulu, mais Serguei fait vraiment peine à entendre, lorsqu’il arrive à se manifester.

Oui c'est voulu, j'y tenais d'ailleurs. J'voulais surtout pas en faire trop par contre, donc tant mieux si ça ne parait pas "too much".

On en vient donc à un nouvel échange avec Prazrik, tout aussi savoureux que les précédents (sache que j’adore réellement ce personnage, encore plus que Goryach, même s’ils sont tous les deux bien écrits)

Je suis content que tu l'apprécies. :coeur: Mais ... un peu d'amour pour Vernost ? :) :hap:

fun fact, la Poursuite a commencé le jour de mes 33 ans

Exact, on purpose d'ailleurs, couplé à la volonté de faire du Mutin un Capricorne. :oui:

Donc, les parents du Mutin avaient confié ceux-ci à des amis pour cacher leur enfant des Templiers et le protéger car il aurait pu s’avérer être un Sage. Ce qui a provoqué une confusion menant à l’assassinat des parents adoptifs de Sergueï qui auront gardé le secret jusqu’au bout.

Etant entendu que le secret, pour les parents adoptifs du Mutin, se résumait à "cet enfant n'est pas le nôtre" (comme je l'ai dit un peu plus haut). :oui:

les seuls éléments que Sergueï pouvaient penser comme acquis sur sa propre identité, au final, même ceux-ci étaient basés sur un mensonge, comme le reste de son existence. Et apprendre une telle information pourrait détruire Sergueï, ce qui rajoute encore une pression sur mes épaules

Ouaip, Lazarus doit composer avec tout ça, en tant que gardien. :noel:

Tout le monde :d) Ce nombre hallucinant de choix amène tellement de combinaisons possibles, je te souhaite bien du courage pour gérer tout ça

Merci, j'en ai bien besoin. :hap: Cela dit je ne voyais pas comment gérer ce passage (celui de la traversée de la mer d'Okhotsk) autrement. A moins de tous vous imposer le même moyen de locomotion, ce que j'ai déjà fait avec le Transsibérien (mais ça passait parce que le train était énorme donc tous les personnages n'étaient pas obligés de se croiser et j'avais trouvé quelque chose pour justifier que vous finissiez tous dedans en même temps), et sachant de toute façon que je voulais éviter ça pour ne pas refaire une phase type "wow nous sommes tous dans le même avion, incroyable" #Quête. :hap:

Encore gg pour cet excellent chapitre, et désolé du retard encore une fois !

Merci beaucoup pour cet excellent commentaire, là aussi j'ai eu beaucoup beaucoup de choses à développer (des choses essentielles) donc décidément, Suppo et moi vous m'avez gâté. :rire:
Uzhets
Uzhets
MP
02 mars 2019 à 00:21:58

Alors, ça parle mal de moi dans mon dos ?

Supaltair
Supaltair
MP
02 mars 2019 à 10:48:37

Bon, y a pas grand chose, mais j'aime répondre à des réponses donc je vais pas m'en priver :hap:

Heureusement que les autres lecteurs me donnent des retours positifs, car s'il n'y avait que toi, tu déprécies tellement mon travail que je ferais une dépression. :) Oups, je suis déjà en dépression. :) Lol. :) C'est bien d'enfoncer le clou. :) Tirer sur une ambulance c'est rigolo. :) :) :)

Tu nous dis de tout lire, tu commences ta fournée de commentaire avec un sérieux sans faille :hap:

Bien sûr sa Vision d'aigle n'avait pas la "prétention" de lui dire si l'Assassin de Moscou lui voulait vraiment du bien, ni si le Templier qui l'interroge dans le Prologue lui voulait vraiment du mal. Ce qu'elle lui disait en revanche, c'était "tu es appelée à te rapprocher du premier et à t'éloigner du second".

Je te remercie pour ces précisions sur ta manière de voir la Vision d'Aigle, ça me permet de mieux comprendre ce passage :oui:

j'estime que Junon n'est pas personnellement à l'origine de tous les errements de l'Ermite.

Je peux pas te dire si tu as tort ou non dans le lore, mais dans le cas précis dont on parle (le meurtre d'Asyl et Ulan), le Mutin nous dit que l'Ermite semblait vraiment possédé, un peu à la manière de Desmond dans ACB. Du coup, pour toi, dans ce cas précis, les voix l'ont rendu fou mais ne l'ont pas vraiment manipulé, c'est ça?

t'inquiète pas, on y reviendra bientôt.

J'ai hâte :hap:

C'était histoire de dire que déjà la Sibérie c'est chiant, mais alors le Kolyma c'est vraiment funeste.

D'aaaaacord, je comprends mieux :hap:

Pas mal, c'est satisfaisant, on a fait du bon taf Suppo. :noel:

:coeur:

Quoique, tu les(les personnages secondaires) apprécies pour leur "qualité" mais pas en tant que personnes donc ça reste triste ! :nah:

C'est faux pour Prazrik déjà. :hap: Les autres, ça se discute un peu, c'est vrai, mais en fait, je trouve, pour parler de Vernost, qu'il est un peu "caricatural" ,alors que juste avant je dis que j'aime bien et qu'il donne pas cette impression :hap: Je m'explique, ne me prenez pas pour un fou:
D'un côté, c'est vrai, Vernost semble "vivant", dynamique, interagit bien avec les autres personnages et donc je l'apprécie pour sa fonction. C'est vrai. Mais de l'autre côté, je ne suis pas super fan de la personne qu'il est parce que pour le moment, il est très très carré dans sa manière d'être, peut-être même un peu trop: avant que l'on sache que c'est lui qui parle, on sait ce qui va se passer, il va rembarrer le Samouraï, dire à la Sentinelle de se concentrer, sous des formes différentes mais c'est toujours ça. Ca ne pose pas vraiment de problème puisqu'on a pas lu les aventures de Vernost pendant 15 chapitres donc c'est normal d'avoir cette impression, mais même si je ne t'en tiens pas du tout rigueur, force est de constater que ça m'empêche de pleinement apprécier le personnage pour le moment. Mais déjà, ça vient du personnage et pas de la fonction, donc c'est déjà très bien, je ne le considère pas uniquement comme fonction mais aussi comme personnage. Donc tout le monde est content. :hap:

Mais je ne cherchais pas à rendre la chose plus émouvante ou gratuitement exotique ; seulement plus notable et exceptionnelle.

Ah d'accord, bah je suis passé un peu à côté, du coup :-( déso. Alors que bizarrement, ça avait bien marché pour le démon du lac écarlate, que tu as relevé. Comme quoi, je pense que j'ai juste un problème avec les arméniens. :hap: (message supprimé dans quelques heures)

En tout cas j'ai beaucoup apprécié ma partie de commentaire, oui. Forcément, j'en parle beaucoup, mais c'est parce que dans mon commentaire, bah tu réponds à mes questionnements (encore heureux :hap:), et j'ai donc forcément plus à dire :oui:

Et si ça peut te consoler, moi j'avais compris ce que tu voulais dire par "la Descendante aimait se complaire dans le mensonge". :hap:

:-(
Supaltair
Supaltair
MP
03 mars 2019 à 10:36:31

Je viens tout juste de noter l'apparition du pseudo "Uzhets" :hap:
Francis m'a demandé mon avis concernant le premier personnage qui risque de mourir, et je trouvais cette question bien intéressante du coup je trouve que c'est une bonne idée de développer ma réponse ici, d'où le message suivant :hap:

C'est pas un truc auquel j'ai réfléchi pendant 8 ans, je me suis dit qu'il fallait pas que je parte dans quelque chose de suuuper poussé, mais bon, ça rend la chose d'autant plus intéressante, puisque ça veut dire qu'il y aura pas mal de ressentis et d'incertitudes, du coup ce sera super intéressant de voir ce que vous allez répondre :oui:

Du coup, avec beaucoup de feeling et d'instinct, je suis tenté de répondre trois personnages (alors qu'on m'en demande qu'un oui mais voilà :hap: ): L'Ermite, le Samouraï, le Génocidaire. Je m'explique mais d'abord, je reviens sur le fait que je n'ai pas mis la Descendante (que j'avais mis quand Francis m'a demandé ça alors que j'avais plus les yeux en face des trous :hap: )

Au début, la Descendante avait pour moi de grandes chances de mourir parce que c'est la personne la plus recherchée de la Poursuite, centre des attentions de la Milice et des Templiers et sujette à une balle perdue. Puis en fait, je me suis dit que certes, dans l'absolu, vu que c'est une civile au milieu d'un conflit armé, elle risque beaucoup, mais ce n'est pas n'importe quelle civile, c'est l'objet de leurs tensions, et tous les combattants sont compétents, on parle pas d'une guerre dans des favelas où les gars tiennent leurs pistolets à l'horizontale et tirent au hasard :hap: Donc elle ne risque pas grand-chose à court terme, avant même de faire entrer l'Ermite dans l'équation, donc en fait je ne pense pas qu'elle mourra en premier. Mais je la vois bien mourir un petit peu plus tard, lorsqu'on aura atteint le Temple. Soit parce que l'artefact avec elle sera retiré sans doigté (je vois bien le Génocidaire la planter au hasard pour sortir l'artefact), soit parce qu'en tant qu'Elu, elle aura peut-être à sacrifier sa vie, soit parce qu'on va la tuer au dernier moment pour ne pas qu'on puisse entrer dans le Temple ou dans l'observatoire (ça me fait penser à quelque chose ça :hap: ). Bref, dans l'absolu, elle a pour moi beaucoup de chances de mourir, mais très peu de mourir en première.

Maintenant, pour mes trois zigotos :hap:
-L'Ermite est en danger en tant que gardien de la Descendante. Il est très adroit au combat, et je pense pas qu'on puisse le prendre à revers, certes, mais il risque quand même de faire face à des conflits asymétriques, là. Y a un risque de se battre contre toute la Milice, déjà. Ok, il est déjà passé par là et a même remporté le combat, mais le Génocidaire avait un otage dans les bras, il était encombré. Cette fois, c'est l'Ermite qui sera "encombrée" de la Descendante (en combat j'entends, je ne veux vexer personne, je suis sûr que la Descendante est pétrie de talent autre part :hap:)

-Les présences du Génocidaire et du Samouraï répondent à la même logique: ils n'ont pas une confiance absolue en ceux qui assurent leurs arrières à court terme.
Pour le Génocidaire, avoir derrière lui un Fantassin qu'il ne comprend plus et dont il a peur, suivi en plus d'Ischyeki ne répondant qu'à Big Boss, sachant (si je ne m'abuse) que celui-ci ne semblait pas du tout porter l'arménien dans son coeur quand il parlait à Doarry dans son bureau, ça doit pas le rassurer. Je ne pense pas qu'il craigne les Ischyeki, mais comme je l'ai dit dans mon commentaire, je crois, le rapport avec le Fantassin, lui, est totalement changé et incertain: le Génocidaire craint qu'il ne se souvienne de plus que ce qu'on lui avait promis, et donc que le Fantassin soit enclin à se venger (d'ailleurs, je viens d'y penser, mais je crois que j'avais jamais noté à quel point le fait d'avoir ligoté la bouche du Fantassin aura été à double tranchant: c'est sûr, il est mutique et c'est plus facile de contrôler quelqu'un qui ne peut pas parler, parce qu'il pourra normalement pas trop vous tourner le dos. Mais de l'autre côté, le Fantassin rumine en son for intérieur des idées dont absolument personne n'a idée, et il peut en jouer autant qu'il veut du coup puisque l'expérience n'a pas eu l'effet escompté sur son cerveau. Comme quoi... :hap:).
Et, d'un autre côté, le Milicien ne semble pas à son aise lors d'un combat symétrique, et pour moi, y en a un très clair qui peut arriver à court terme: Milice vs Templiers. S'ils venaient à apprendre que la Milice n'est plus en possession de la Descendante, ça pourrait barder, et je ne pense pas que la Milice soit favorite dans ce combat (ça dépendrait pas mal du Samouraï, en vrai, je pense :oui: ). Bref, le Génocidaire a derrière lui un allié peu fiable, devant lui des ennemis prêts à bondir face auxquels il n'est pas toujours à son aise, pour moi, les prochains chapitres ne seront pas de tout repos pour lui :oui:
A nuancer un petit peu pour le Génocidaire, cela dit: Big Boss (à travers les Ischyeki) et le Fantassin comptent savourer leur vengeance, je les vois donc pas le trahir en plein combat, mais plutôt s'amuser et savourer leur vengeance plus tard. Du coup, pour moi, le Génocidaire est celui des trois que j'ai cités qui a le moins de chance de mourir à court terme. Mais il a quand même plus de chance de mourir que les autres protagonistes, à cause de son aversion des combats équilibrés, le fait qu'il n'a pas la situation en main, le fait qu'il n'a pas la situation en main (si les Templiers apprennent d'une autre manière pour la Descendante, ils prennent l'ascendant tactique sur la Milice sans même que celle-ci puisse s'en rendre compte)...

-Y a un peu de la même logique chez le Samouraï, et en fait, chez lui, je m'imagine un scénario très clairement: les Templiers retrouvent la Descendante, le Samouraï parle un peu trop, il se prend une balle dans le dos de Vernost. J'arrive bien à imaginer comment il peut arriver et tout (je vous ai dit que j'allais me servir d'intuitions et d'instincts pour répondre :hap:), mais même sans aller aussi loin dans une idée du futur, le fait que le Samouraï soit perturbé émotionnellement (pas très très important, mais pas anodin non plus) mais surtout qu'il ait à ses côtés un allié plaçant l'Ordre avant tout et ayant donc une vision différente de celle du Samouraï rend les prochains chapitres comme anxiogènes pour Jet. Surtout que, si on re-contextualise un peu, Vernost est envoyé par le grand maître en personne, il place donc une vraie confiance en lui. Et, de l'autre côté, c'est ce même grand maître qui compte tester le Samouraï dans cette mission. Honnêtement, que Vernost le tue et dise au grand maître qu'il a renié les préceptes Templiers, forçant le deutéragoniste à exécuter son ancien allié pour préserver l'intégrité de la mission, ne me semble pas impossible du tout. En gros, le Samouraï a près de lui un allié envers lequel il n'a pas confiance et éprouve même une vraie inimité, et ce même compagnon serait tout à fait capable de tuer le Samouraï pour s'épargner des difficultés dans la suite de l'aventure. S'il suit les Templiers (ce qui semble gravé dans le marbre, on voit bien le choix qu'il a à faire :oui:), il n'est donc pas en sécurité. Puis, comme le Génocidaire, il risque de se battre avec la Milice (pour le génocidaire, avec les Templiers évidemment :hap:), et au vu de son état mental et de son allié non fiable, il risque gros en combat.

Voilà voilà, hâte d'entendre vos réponses :oui:

Uzhets
Uzhets
MP
03 mars 2019 à 14:27:42

Pseudo collector :cool:
Je réponds en profondeur plus tard à la problématique (que Francis m'a posée également ceci dit) :hap:

Message édité le 03 mars 2019 à 14:28:42 par Uzhets
Malthusianisme
Malthusianisme
MP
04 mars 2019 à 21:38:27

Alors, je vais me prêter à l'exercice, avec toute l'approximation et les biais subjectifs inhérents à ce type d'arrangements :cool: .

J'vais faire tous les archétypes dans l'ordre. Cela dit, j'ai vraiment du mal à déterminer lequel viendrait possiblement à mourir le premier. En revanche, j'ai quelques idées concernant la survie, in fine, de nos protagonistes favoris :-d .

Le Pugiliste : Alors alors. Ça va se jouer en fonction du Fantassin. J'ai tendance, de manière un peu systématique (et donc, sans grande valeur), à considérer que les duos ne peuvent pas survivre jusqu'au bout de l'Histoire. Bien entendu, le Pugiliste et le Fantassin ne sont pas un duo, à proprement parlé dans l'Histoire, mais ils sont frères. Ce qui constitue, vous en conviendrez, en un lien assez exceptionnel légitimant mon appellation de "duo" :hap: . J'ai tendance à croire que le Pugiliste va mourir pour plusieurs raisons : le Fantassin a plus de choses à vivre dans la Poursuite, selon moi. Il est en connexion avec les Isus, il a une revanche à prendre sur la vie en possédant le Suaire, une revanche à prendre sur la Milice, une indépendance à redécouvrir. Bref. Il a encore beaucoup de chemin à faire. On peut aussi considérer que le Pugiliste fait partie d'une triade : Mélomane/Traqueuse/Pugiliste. Et j'ai très envie de croire que le Pugi n'a rien à faire avec la petite Supa. Donc même là, il y a peu de choses à développer le concernant. SUBJECTIVITÉ QUAND TU NOUS TIENS BORDEL. Donc, sous n'importe quel plan, il a moins de choses à vivre que les autres :siffle: .

La Traqueuse : Je ne la vois pas mourir de suite, franchement. Mais faut dire qu'elle a plusieurs gros tarés qui pourraient lui faire la peau. Genre, le Mélomane :cool: . Genre, Uzhets (ouais, je le sépare des autres, parce que les motivations d'Uzhets diffèrent absolument de celles de Lazarus et Sergueï, comme on le sait) :cool: . Je pense qu'elle a encore beaucoup de choses à vivre, puisqu'elle est au centre de l'intrigue amoureuse principale de l'Histoire. Oui, j'ai parlé d'intrigue AMOUREUSE, j'ai pas peur des mots :-) . Dans le même temps, sa mort pourrait être déclencheur de bien des changements auprès du Pugiliste, du Mélomane et du Mutin, ce qui créerait une dynamique nouvelle et appréciable au récit :rouge: .

L'Ermite : Là, je tombe dans le cliché. "Le sensei doit mourir afin que les personnages le suivant puissent se développer.". Et, comme personnages qui s'en inspirent plus ou moins, on a la Traqueuse et la Descendante. Les deux entretiennent une estime toute relative envers Loki. Reste que la Traqueuse le respecte pour son rôle de Mentor et que la Descendante vient de découvrir que c'était son père, elle va forcément le percevoir sous un versant très très particulier désormais, d'autant plus que l'Ermite va se placer en antagoniste du Maître, tant d'un point de vue éthique (Templiers VS Assassins) que filial (père adoptif VS père biologique).

Le Samouraï : Arf, là j'ai pas trop d'avis. Je pense que Francis a encore beaucoup de choses à dire sur lui, on vient de comprendre qu'il était loin d'être tout blanc, qu'il avait un potentiel darkness démentiel, alors je doute qu'il meurt rapidement, d'autant plus qu'il s'est investit d'une mission : celle de protéger la Descendante. Il pourrait mourir en s'évertuant à la protéger, à la sauver, mais je pense qu'il va tenir encore quelques Chapitres. En revanche, je ne le vois pas aller au bout de la Poursuite.

La Descendante : Autant je pense que la mort de l'Ermite pourrait servir d'élément déclencheur à une progression flagrante de sa part, voire d'une certaine forme de transcendance (l'Enveloppe, vmvc :-))) ), autant je pense que la mort de la Descendante pourrait être tout autant profitable à d'autres protagonistes, comme l'Ermite, mais pas que : le Samouraï pourrait aussi s'en voir diablement changé (noté le choix de mots, j'suis une artiste). La Sentinelle aussi, sait-on jamais. Parce que, dans le fond, ce n'est pas qu'un énorme glaçon, cette petite dame. Elle peut s'attacher à ses coéquipiers, à plus forte raison que, depuis le début de l'Histoire, elle a largement remis en question sa foi envers les Templiers, ce qui alimenterait d'autant plus son empathie envers la Descendante qui ne lui a été présentée que comme un colis à livrer.

La Sentinelle : Eh bien elle, je l'imagine tout à fait aller au bout. Jusqu'à l’Épilogue, j'entends. Qu'elle puisse au moins avoir le choix de retourner voir Artiom et de lui passer le "Bonjour" à grands renforts de coups de lame :hap: . Cela dit, elle pourrait se faire buter par le Génocidaire sur un coup de tête, m'enfin, tous les protagonistes sont sujets à ce type d'éventualités. Donc non, j'pense que la Sentinelle est safe.

Le Mutin : Compliqué. Ça résume tout un tas de choses. Très très compliqué, parce que je tends à m'appuyer sur la personnalité du protagoniste pour déterminer de son éventuel futur. Et là. Bah. Y'a 3 personnalités à considérer :ok: . Même pas 2, hein, parce qu'on sait pas, peut-être que Sergueï viendrait à se révéler et à reprendre le contrôle, sous certaines conditions. Ce ne serait pas étonnant, puisque c'est l'une des richesses scénaristiques de l'oeuvre. Et de ce qu'on sait de sa personnalité, ça risque de mettre le Mutin en danger. Lazarus, lui seul, resterait en vie. C'est une personne intelligente, disciplinée, à peine capable de ressentir des émotions pouvant le faire vaciller. Lui, il est en sécurité. Mais Uzhets... Uzhets, c'est vraiment pas la même soupe. Uzhets c'est un nerveux, un théâtrale, une sorte de drama queen futée mais trop imbue d'elle-même, donc trop facilement embrasable si les choses ne vont pas dans son sens. Uzhets est, intrinsèquement, très instable émotionnellement. Ça peut tellement partir en couilles, il peut tellement se mettre en danger par orgueil, même si je considère qu'il est assez lâche. De plus, c'est un personnage très moralement mauvais : en ce sens qu'il mériterait amplement de mourir, lui et lui seul. Sauf que cela emporterait également Lazarus et Sergueï. Alors je pense que le Mutin mourra, très probablement, ne serait-ce parce qu'il doit jongler entre 3 personnalités distinctes, 3 raisonnements distincts et 3 buts distincts. Ils peuvent tout à fait se desservir les uns les autres, alors je vois difficilement comment cela ne pourrait pas se retourner fatalement contre eux, in fine :pf: .

Le Mélomane : J'vais pleurer. Je ne crois pas en sa survie. J'aimerais vraiment qu'il s'en sorte mais, vu le personnage, vu ses déviances mentales et ses déficiences affectives, ça va être très complexe. D'autant plus qu'il faut considérer ses capacités physiques : face à un lambda, c'est un loup. Face aux monstres surentraînés constituants la Poursuite, c'est un agneau. Pour peu qu'on cherche à le déglinguer, ça va être compliqué pour lui, même si je le sais très adroit, opportuniste et hargneux. Je pense que le Mélomane a une quête personnelle à achever, à accomplir MAIS, contrairement aux autres protagonistes, sa quête personnelle n'est pas "juste" (difficile de définir la notion de "justesse", mais j'vais tenter). Son envie, son but dévorant, c'est de posséder la Traqueuse. Intégralement. Viscéralement. Ce n'est pas de vivre en harmonie avec la Traqueuse, non non, c'est de faire fusion avec son âme. Rien de sain. Rien de raisonnable. Rien de légitime. Rien de souhaitable, dans l'absolu. Donc, contrairement aux autres protagonistes, le priver de faire réaliser son souhait le plus cher, ce ne serait pas objectivement frustrant pour le lecteur, parce qu'on sait que le Mélomane ne dirige pas ses envies là où il le devrait :-( .

Le Fantassin : J'en ai déjà beaucoup dit au sein de mon petit paragraphe sur le Pugiliste. Mais je crois également que je n'ai vraiment pas envie qu'il y passe. Je veux vraiment qu'il aille au bout et qu'il puisse avoir une seconde chance. Même logique que pour le Mélomane, d'ailleurs, mais sous le versant inverse : il mérite de survivre. Il mérite d'aller mieux. Il mérite de reconquérir cette vie qu'on lui a arrachée.

Le Génocidaire : Mon poulain. Mon bébé :cute: . Je crains pour sa vie. Il ne peut pas mourir dans les premiers. Francis ne ferait pas ça, il aime trop le Génocidaire et il ne souhaiterait pas briser mon cœur en effaçant ses futures aventures de la Poursuite :cute: (stp fais pas ta timpe). Le Génocidaire est au milieu de deux intrigues annexes, mais importantes (surtout l'une) : son duo avec le Fantassin et son désir de rapprochement intime et sexuel avec la Sentinelle. L'intrigue importante étant bien évidemment celle de ses liens avec le Fantassin. Il pourrait d'ailleurs mourir de ses mains, ou de celles de son frère. Il pourrait mourir de la main de la Descendante, de l'Ermite ou de la Sentinelle. Trop de protagonistes lui en veulent déjà beaucoup. Il est bien trop en danger. Trop d'ennemis mortels pour parvenir à l’Épilogue et, sa mort serait très signifiante pour le Fantassin, dans le cadre de sa libération, de sa reprise d'indépendance. La mort du Génocidaire représenterait en quelque sorte la victoire du bien sur le mal parce que, sans équivoque, à mes yeux et de tous les personnages, Sun est celui qui correspond le plus à une personnification du mal. Attention, je ne dis pas que le Génocidaire est absolument noir : il est gris foncé. Très foncé. Le fait est que le Génocidaire, dans un autre cadre, aurait pu être un homme cynique, brillant, mais pas complètement néfaste pour son prochain. Je pense que son environnement a énormément joué sur sa personnalité et qu'il a décidé d'accueillir cet environnement malsain avec beaucoup d’allégresse, en comprenant qu'il ferait mieux de s'amuser de ce que le monde avait à lui offrir. Non pas que Francis aime les Happy Endings, loin de là. Mais certaines morts sont plus inévitables que d'autres.

En résumé, s'il faut VRAIMENT tenter de donner des noms, je dirais que les premiers morts seront : le Pugiliste et l'Ermite.

Lazarusse
Lazarusse
MP
04 mars 2019 à 23:04:09

Bon, essayons d’apporter ma contribution a cet épineux débat. :hap: Tout d’abord, je vais traiter chaque perso un à un, et mes analyses se baseront sur deux critères, l’un étant beaucoup plus objectif et réaliste que l’autre : le premier critère est une combinaison du danger dans lequel ils se trouvent et de leur capacité face à ce danger ; le deuxième, un peu plus compliqué est plus difficile à expliquer, mais je dirais leur… contribution au scénario (ce qui incluerait donc l’avancement de chaque arc global, mais aussi la participation à chaque personnage au scénario global). Bien sûr, ce deuxième argument est plus de nature à réduire le risque pour un personnage de mourir que de créer un risque de mourir pour le perso. Allons-y donc !

Le Pugiliste :d) Pour moi, on va dire que pour le moment, il est exposé à un danger plutôt modéré, mais que ça dépend aussi de comment vont évoluer les relations dans le trio Pugi-Traqueuse-Mélomane. Certes, ces capacités martiales lui donneraient l’avantage dans un combat en 1v1, sans arme ou à l’arme blanche, contre une bonne majorité des personnages de la Poursuite, mais à mon sens, une chose pourrait le mettre en danger : son absence de vraie cause à défendre pour le moment. Je m’explique : on l’a vu dans le dernier chapitre, son engagement dans l’aventure tient autant de son amitié avec sa Traqueuse, même plus que ses vraies convictions d’Assassin. Et ça, ça peut être dangereux de pas avoir de vraie motivation en combat : ses sentiments pour la Traqueuse sont confus et ne peuvent pas suffire à le motiver, d’autant qu’il n’est pas vraiment d’accord avec sa décision de garder le Mélo, son frère le met en stand-by en lui disant de patienter pour le moment…En gros, les deux le laissent tomber d’une certaine manière et il est plus seul qu’on pourrait le penser. Bref, même s’il est très fort, ça pourrait ne pas suffire en cas d’affrontement.

La Traqueuse :d) Alors là, difficile à dire. Elle a déjà été mise grandement en danger par son affrontement avec Goryach, j’ai tendance à penser que ça l’aidera à être plus alerte et que ça a remonté sa motivation, mais je ne la vois pas en danger immédiat, de par sa proximité avec le Mélomane (paradoxalement). En tout cas, pas en danger de mort : peu importe jusqu’où va son art morbide, le Mélomane n’ira pas jusqu’à tuer la Traqueuse, à moins que cela ne se résolve avec sa propre mort à lui, mais en tous les cas, ce ne serait pas dans l’immédiat au vu des demandes de la Traqueuse pour le moment. Et pour les autres factions qui pourraient menacer la Traqueuse, elle pourra bénéficier de l’aide du Mélomane et, dans une égale mesure, de Golgoth.

L’Ermite :d) Là c’est à voir, mon argument est mitigé puisque je fais appel au deuxième argument, mais je pense qu’il y a encore trop à dire sur l’Ermite pour qu’il meure dans l’immédiat. Je veux dire, pour le moment, c’est encore le seul lien apparent avec Junon (jusqu’à ce qu’on en sache plus sur moi, Sage ou non) qu’on a dans l’aventure, donc à mes yeux il a encore trop de chose à faire pour mourir maintenant. Mais comme j’ai dit, ça repose sur le deuxième argument, étant le gardien de la Descendante, il va se retrouver sous les feux des projecteurs, avec une vengeance à prendre même pour Doarry, donc il est indéniablement en danger. Mais je ne le vois pas mourir tout de suite. Par contre, je le vois pas du tout aller au bout de l’aventure, même pas jusqu’à l’Epilogue.

Le Samouraï :d) Hmmm… Difficile à dire. Ici, ça dépend énormément notamment du sort de la Descendante (qui n’est pas menacée à court terme pour moi, j’y reviens après), mais aussi du comportement de ses « alliés », en particulier Vernost. J’imagine que s’il arrive à renouer le contact à court terme avec la Descendante, sa volonté de la sauver s’en verra d’autant plus renforcée et ça stimulera ses capacités ; dans le cas contraire, il se pourrait que toutes les idées noires qu’il rumine l’entraîne dans une spirale autodestructrice qui pourrait se concrétiser dans un baroud d’honneur, un dernier combat qui s’avérerait fatal pour lui. Hors des Templiers cependant, il n’a pas d’ennemi « concret » qui en ferait la cible précise de quelqu’un, à la différence d’autres personnages.

La Descendante :d) A mon sens, c’est celle qui est la moins menacée de mort pour le moment. Certes, elle est le sens de toutes les attentions, mais d’un autre côté, la plupart des acteurs dont elle fait l’attention ont conscience de sa valeur (même le Génocidaire) vivante, et ne tenteront pas de la tuer, au contraire ils pourraient tenter de la garder en vie. C’est bien sûr la moins à même de faire face à une situation de combat, mais elle peut se targuer d’avoir beaucoup d’alliés de fortune qui tenteront de la sauver dans leur propre intérêt.

La Sentinelle :d) Grosse inconnue sur elle. Niveau combat, elle peut gérer, à mon avis, ça dépend plus d’à quel point Vernost peut la désarçonner, la destabiliser. Je pense que le plus grand danger qu’elle encoure est d’ordre mental, d’autant plus si ses doutes viennent la reprendre en situation de danger physique. Elle semble bien gérer en extérieur, mais il faut se rappeler que dans le contexte de la Poursuite, la moindre erreur peut s’avérer fatale. Je ne la vois pas encore en danger. Peut-être plus tard, mais a priori Vernost la seconde, et le Samouraï n’est pas encore tout à fait prêt à la laisser entièrement tomber (il ne se battra pas pour les mêmes raisons qu’elle mais pourra tout de même se battre à ses côtés).

Le Mutin :d) Dans le meilleur des mondes, c’est mon perso et j’aimerais me dire qu’il a toutes les chances de survivre, mais je mentirais. Ce personnage est tout autant sur le fil que le Samouraï, voire peut-être plus. Un rien pourrait le faire basculer vers une personnalité qui pourrait s’avérer fatale pour lui, pour diverses raisons. Il y a tellement en jeu avec ces 3 personnalités que c’est difficile à évaluer. Du monde aimerait le buter, mais c’est loin d’être un manche, en tout cas quand Lazarus est au contrôle. Et j’aime à croire que les dispositions que j’ai prises à court terme me mettent, pour le moment, hors de danger. Je peux me tromper néanmoins, bien évidemment, mais on va dire que ce n’est pas du tout le premier que je verrai mourir. Par contre, j’ai du mal, hélas, à le voir survivre à l’aventure. Bien que je le souhaite de tout coeur.

Le Mélomane :d) Je ne le vois pas survivre non plus à la fin de la Quête, trop d’éléments jouent contre lui, en revanche pour ce qui tient de sa survie à court terme, tout dépend de la perception que la Traqueuse aura de lui, à quel point elle le considérera comme sacrifiable ou non, ou comme un véritable élement de son équipe. Dans le deuxième cas, il aura une alliée puissante, dans le premier, le Pugiliste et la Traqueuse pourraient le laisser tomber lors d’un combat. Ca me briserait le coeur. D’un autre côté, la Traqueuse semble vouloir le garder à proximité pour le moment, ça réduit donc ce risque en l’état actuel des choses. Et lui non plus n’a pas d’ennemis concrets qui veut l’éliminer, hormis Uzhets et les ennemis de la Traqueuse, mais ce n’est pas la même chose que s’il était lui-même la cible de ressentiments.

Le Fantassin :d) En l’état actuel des choses, je ne le vois pas mourir pour le moment. Sa vendetta est démarrée depuis trop longtemps, il est possiblement en contact avec Consus (deuxième argument), donc je ne le vois pas en danger de mort pour le moment. Je n’ai pas grand-chose d’autre à dire, ses objectifs sont clairs, sa détermination d’autant plus forte, ses talents ne sont plus à démontrer et ne trouvent d’égal qu’en l’Ermite OP en 1v1. Je ne le vois pas du tout en danger de mort pour le moment. A voir comment les choses se goupillent par la suite.

Le Génocidaire :d) Pour moi, il est un des protagonistes les plus mis en danger en ce moment. A mon sens, il a joué avec le feu avec bien trop de monde pour pouvoir espérer s’en sortir sans conséquences, et dès que le voile sera levé sur son mensonge sur la Descendante, il pourrait bien le payer de sa vie ou être menacé de mort en tout cas. Et puis, même s’il peut s’avérer très doué dans un combat à l’arme à feu, un peu à la manière du Pugiliste, ses motivations sont beaucoup moins stimulantes que celles d’autres personnages. Il est certes excellent dans son métier de Mercenaire, mais il se rend compte qu’il est plus que jamais seul dans cette mission, entre les Ishchyeski qui ne répondent pas exactement de lui et Dodo qui lui tourne le dos et même plus que ça. C’était aussi la satisfaction de se lancer dans la mission avec Doarry qui l’avait en partie motivé au départ, en plus de l’argent. Cette motivation s’est envolée. Après, avec mon deuxième argument, d’un point de vue du récit, hormis son attirance pour la Sentinelle, on n’a plus grand-chose de concret à apprendre sur lui et il faudra faire ses preuves pour s’insérer dans les enjeux qui vont arriver, et pour moi, ça le rend susceptible d’être plus menacé de mort que certains autres.

Si je devais dire 3 persos :Samouraï, Pugiliste, Génocidaire.

Uzhets
Uzhets
MP
04 mars 2019 à 23:05:01

VDD tu dis que de la merde.

Sunshine_Desire
Sunshine_Desire
MP
05 mars 2019 à 10:28:09

Ahahah ce tacle intra cérébral :noel:

Je me range après du paragraphe (à peine protecteur) de Malthu concernant le génocidaire. Fais pas le con Francis, faudrait pas qu'il t'arrive un accident :ok:

Supaltair
Supaltair
MP
05 mars 2019 à 11:18:30

Vos commentaires me font un double effet, Malthus et Lazarus: d'un côté je suis content qu'ils intègrent autant d'éléments "hors-récit", de l'autre, par naïveté j'imagine, je trouve ça dommage qu'on prenne cela en compte.
J'aimerais vivre dans un monde parfait où tout peut arriver et que l'auteur, en robot dénué de sentiments et de pragmatisme, se dise que n'importe qui peut mourir, n'importe quand, malgré son importance dans le récit, voyez. :hap:
M'enfin bon, ce serait en effet se voiler la face que de dire que l'apport dans le récit qu'un personnage pourrait avoir dans le futur n'a aucune incidence sur sa mort :oui:

Bon, maintenant, il serait peut-être temps de répondre :hap:

Malthus :d)
Pour le Pugiliste:

J'ai tendance à croire que le Pugiliste va mourir pour plusieurs raisons : le Fantassin a plus de choses à vivre dans la Poursuite, selon moi.

La deuxième partie de la phrase est vraie, à mon sens: après, je ne suis pas trop d'accord sur l'idée que ça rend le Pugiliste plus enclin à la mort, mais bon, tu nous as dit que c'était une idée plutôt subjective, soit. En effet, lorsqu'on réfléchit dans une logique de "duo à dissoudre", dans ce duo, il est vrai que le Pugiliste est plus sur la sellette que le Fantassin, ça je suis d'accord :oui:

Bref. Il (le Fantassin) a encore beaucoup de chemin à faire.

Comme on est encore dans une logique de duo, ta phrase sous-entend qu'il a plus de chemin à faire que le Pugiliste. Et là, I beg to differ. :hap:
Dans la Poursuite, c'est difficilement questionnable, le Fantassin a plus à faire que le Pugiliste. Mais en fait, quitte à voir les choses sous cet angle, je me dis que le Pugiliste a encore un développement intéressant dans le reste de la Poursuite, au regard de son rapport à la Confrérie, principalement. C'est très subjectif hein, mais moi je trouve la question de l'intégration du Pugiliste dans la Confrérie (qui est quelque chose qui dépasse la Poursuite: quand on se dit Assassin, c'est normalement pour la vie :hap:) passionnante, et si on devait réfléchir comme tu le fais (aucun reproche, j'y avais juste pas pensé :hap:) , bah pour moi, le Pugiliste ne devrait pas mourir tout de suite.

C'est un peu maigre, je le reconnais. Mais voilà, c'était juste pour dire qu'il ne faudrait pas enterrer le Pugiliste à cause du Fantassin, car il y a peut-être des développements autour du Pugiliste qui restent intéressants , qui sont certes à la limite de l'annexe concernant l'avancée de la Poursuite, mais qui auraient le mérite d'émanciper au moins partiellement notre McGregor national de cette logique de duo avec le Fantassin (peut-être pour plus s'inscrire dans la logique du Trio Assassin, mais bon, là c'est une supposition).
Cependant, je reconnais que j'avais pas pensé au Pugiliste comme une des premières morts à venir, et tes arguments ainsi que ceux de Laza me montrent que j'ai peut-être eu tort :oui:

La Traqueuse:

sa mort pourrait être déclencheur de bien des changements auprès du Pugiliste, du Mélomane et du Mutin, ce qui créerait une dynamique nouvelle et appréciable au récit :rouge: .

Rah ouais, ça en vient à souhaiter ma mort pour être diverti. Ca pique. :-( Sinon, on est plutôt d'accord, à court terme elle ne semble pas la plus en danger.

L'Ermite:
L'idée typique de la mort du sensei te fait croire qu'il pourrait mourir rapidement? C'est marrant, j'y avais pas du tout, mais alors du tout, pensé. Pour moi aussi, il est l'un des archétypes les plus en danger à court terme, mais pour des considérations du récit très réelles, comme le fait qu'il protège la personne la plus recherchée du coin. D'une certaine manière, nos arguments se complètent bien, on va dire :hap:

Le Samouraï :
Je pense plutôt pareil, le Samouraï nous a en effet révélé depuis peu un beau potentiel dark, mais je me dis que ça pourrait le tuer plus vite, plutôt que de lui accorder une sorte de "sursis" comme tu as l'air de le penser, ne serait-ce que pour la beauté du fait qu'il mourrait avec honneur, sans avoir plongé dans ses pires penchants:
https://www.youtube.com/watch?v=D_aQupiaCSA
Très sérieusement, cette toute petite quote me fait penser depuis bien longtemps que les héros en "sursis moral", on va dire, comme ici le Samouraï, ont autant de chances de mourir que de survivre. Si on rajoute, en plus, les considérations du récit que j'avais explicitées dans mon commentaire, bah pour moi, il a en fait plus de chances de mourir que de survivre, à court terme.

La descendante
Là aussi on est du même avis, bien que tu montres la chose d'une manière bien différente de la mienne: elle ne semble pas du tout en danger à court terme, mais y a peu de chances qu'elle voie la fin de la Poursuite aussi :oui:

La Sentinelle:
Je suis assez d'accord que le fait qu'elle termine la Poursuite semble presque souhaitable d'un point de vue du récit, mais du fait des considérations du récit, que Laza a très bien expliqué dans son commentaire à propos de la Sentinelle, elle n'est peut-être pas si safe à moyen/long terme :non:

Le Mélomane:
Je suis plutôt d'accord avec toi sur l'analyse, que ce soit au niveau du récit où de comment la mort du Mélomane semblerait être l'une des moins frustrantes pour le lecteur. D'ailleurs, c'est marrant que celui qui contrôle le personnage dont on parle dise ça, un peu de stratégie Malthus enfin, imagine si ce que tu dis inspire Francis inconsciemment :hap:

Le Fantassin:
Pareil, je suis assez d'accord, d'un point de vue "intérêt pour le récit" comme d'un point de vue "chances de survie dans le récit", le Fantassin semble assez bien loti :oui:

Le Génocidaire:
Encore une fois, d'accord avec toute ton analyse, sauf un petit truc: pour moi, son désir de rapprochement avec la Sentinelle est un petit détail, un easter egg, une note de bas de page de la Poursuite. Je dis pas qu'elle n'a aucun intérêt pour le récit, mais que c'est quelque chose de relégable au second plan, et loin au second plan, même. Le Génocidaire, bien qu'il fasse souvent allusion à tout ça, à l'air d'y penser en riant plutôt qu'en étant sérieux (bien que les multiples occurrences laissent à penser que ce ne serait pas si anodin pour lui, en vrai). La Sentinelle n'en a tout bonnement rien à faire, semblerait-il. Donc voilà, pour moi c'est vraiment un petit détail drôle de la Poursuite. Je peux me tromper hein, mais je crois pas que ça importe réellement.

Laza :d)
Ta vision des choses est plus proche de la mienne que celle de Malthus, du coup j'aurais moins à en dire dessus :-(

Pour le Pugiliste, je suis assez d'accord: en combat, il ne semble pas trop en mauvaise posture mais mentalement, il ne repose pas sur des bases solides, et au niveau du "second argument" comme tu l'appelles, Malthus répond bien et montre que là aussi c'est pas reluisant. Il semble donc un peu dans la tranche basse en termes de chances de survie, je suis assez d'accord.
D'ailleurs, on parle beaucoup de ces capacités martiales, mais comme la Sentinelle et le Génocidaire ont des armes à feu, et que le Pugiliste n'est normalement pas en possession de quoi que ce soit qui pourrait les dévier, je pense toujours à cette scène quand je m'imagine un combat Samouraï-Génocidaire, ou Pugiliste-Sentinelle:
https://www.youtube.com/watch?v=7YyBtMxZgQs . Voilà. :hap: J'ai vraiment une culture cinéma inexistante, mais par contre niveau scènes marrantes je suis là :hap:

Pour la Traqueuse je suis totalement d'accord avec toi, ce que tu dis se recoupe d'ailleurs bien avec les arguments de Malthus: des gens lui veulent du mal, mais ne lui vouent pas une haine viscérale, celle qui fait qu'on ne repart pas tant qu'on est bien sûr que la personne est morte (sauf Uzhets, il est vrai, faudrait pas l'oublier), puis elle est en compagnie du Pugiliste et surtout du Mélomane qui ne rechignerait pas à faire pare-balles humain si besoin il y a, je pense (mais t'inquiète, c'est pas du tout comme ça que je te vois, Malthu :cute: ). Donc elle est pas en danger immédiat, je trouve aussi. Faudrait cependant pas oublier, pour elle comme pour les autres, que le passage dans les bateaux à venir pourraient se révéler dangereux si les Assassins et les Templiers se retrouvent, par le coup du sort, sur le même bateau, par exemple. Ce qui fait que dans l'immédiat de l'immédiat, personne n'est vraiment à l'abri :non:

Pour l'Ermite, le fait qu'il semble encore avoir un intérêt pour la suite du récit n'est pas assez important, à mon sens, pour lui permettre d'échapper au danger à court terme. Je pense à quelque chose en particulier, comme contre-exemple parfait, mais pour le moment, je me tais. :hap: Sinon on est tout à fait d'accord, son statut de gardien de la Descendante, de lien avec Junon, etc., laissent à penser qu'il ne finira probablement pas la Poursuite, en effet.

Pour tous les autres personnages, je suis tout à fait d'accord et n'ai rien à redire :oui:

PS: Petite question qui m'intéresse: y avait Malthus, et peut-être d'autres, je sais plus,qui lisaient la Quête. Est-ce que du coup, vous avez fini, ou pas?

Message édité le 05 mars 2019 à 11:22:34 par Supaltair
The_Elephant
The_Elephant
MP
06 mars 2019 à 11:01:39

Bonjour :hap:

Bon, vu l’importance du dernier paquet de réponses de Francis, j’en viens presque à considérer ça comme un chapitre à part entière, et qui dit chapitre dit (commentaire détaillé ? :peur: ) notification de lecture.

A propos du débat sur les futurs défunts, je considère comme Laza qu’il y a deux façons d’aborder la question, en se plaçant dans le récit et en se plaçant à l’extérieur, avec un œil un peu plus « méta ». C’est comme ça que j’aurai fait si ça n’avait pas été déjà utilisé, mais vu le nombre de choses que vous avez déjà dites je vais faire autrement, dans l’espoir d’apporter de nouveaux éléments au débat. Je me disais que c’était intéressant de modifier un peu l’énoncé et de simplement se demander ce qui se passerait si chaque personnage mourrait, d’analyser la manière dont les cartes seraient rebattues. Alors allons-y :

Si la Descendante venait à mourir :d)
Je pense que cela marquerait un tournant, une remise en question de l’Ermite, peut-être un premier choc émotionnel dans sa longue vie. Je verrai bien des changements majeurs dans la psychologie de ce personnage faire suite au décès de sa fille. Selon les circonstances de sa mort, le personnage le plus proche de son corps (probablement son meurtrier) s’empresserait sûrement d’aller fouiller son ventre pour en extraire l’artefact, qui aura sûrement été le mobile du crime. Les Templiers seraient de nouveau libre de leurs moyens, déliés de la Milice, et Jet entrerait sûrement dans une colère sans précédent, je pense que la mort de la Descendante serait réellement un élément cataclysmique, car elle est le centre de la poursuite, et que son meurtrier sera très rapidement abattu par Jet. 2 morts en une, je suppose :hap:
Je pense que ce serait intéressant, car elle n’aura au final fait que subir toute sa vie, et ses dernières pensées peuvent vraiment être poignantes, et amener le lecteur à se questionner sur sa propre vie, la maîtrise de son destin, le libre-arbitre, etc. Des réflexions classiques mais qui, si elles sont bien amenées, sont toujours aussi troublantes et passionnantes, du moins en ce qui me concerne. D’ailleurs ces questions seraient aussi évoquées dans l’éventualité où le Fantassin et la Sentinelle venaient à mourir. La faible emprise qu’ils auront eu sur leur destin tout au long de leur vie me laisse un agréable goût de terrible tragédie qui prend aux tripes, et j’aime ça. :hap:

Si la Traqueuse venait à mourrir :d)
Les conséquences sur l’état mental du Mutin seraient très intéressantes. On peut imaginer que cet événement soit suffisant pour permettre à Sergei de reprendre le contrôle sur son corps, dans un élan infini de rage et de tristesse. Les comportements, buts, et moyens du Mutin seraient alors totalement altérés. De la même manière, l’impulsion dévastatrice donnée au Mélomane serait sans doute à l’origine d’un autre meurtre dans la foulée :hap:
Le camp des assassins perdrait un élément clef, je ne sais pas si le Pugiliste sera à même de protéger quasi seul (l’Ermite la joue assez solo et le Mélomane sera hors de contrôle) les intérêts de cette faction, je le verra plutôt se concentrer sur les problématiques liées à son frère et son pote arménien :hap:

Si le Pugiliste venait à mourir :d)
Je pense que l’impact le plus intéressant se situerait au niveau de son frère. Peut-être que le choc sera suffisant pour le réveiller, et qu’il pourra enfin briser ses chaînes. Là aussi, je prévois un retour de bâton pour le meurtrier de la part du Fantassin (décidément :hap: ). J’ai du mal à prévoir l’impact de cette mort sur la Traqueuse en revanche, je peux tant l’envisagée plus déterminée que jamais et galvanisée par cet événement qu’atterrée et incapable de sortir de sa tristesse. Son lien avec Malthus serait probablement affecté, mais je ne saurai dire dans quel sens. Elle pourrai trouver du réconfort en lui, le seul disponible, et s’abandonner à lui, ou bien vouloir définitivement en finir et se battre à mort avec lui, les deux scénarios me semblent identiquement envisageables.

Vous remarquerez que les 3 personnages que j’ai désignés comme futurs cadavres ne sont pas forcément ceux qui le « méritent » le plus. En fait j’ai horreur de cette notion de mérite. Dans la vie d’une manière générale j’ai tendance à considérer qu’on a ce que l’on a et pas ce que l’on mérite (je parles sur le plan de la moralité, pas du travail), et dans le domaine de l’art je suis exténué de voir quasi systématiquement le héros de l’œuvre survivre et terrasser son ennemi juré. Toutes les œuvres sont moralement impeccables, et donc intrinsèquement irréalistes et utopiques, ce qui me froisse grandement. En conséquence j’ai tendance à vraiment aimer quand je suis surpris par la mort soudaine d’un personnage central de l’intrigue, et encore plus quand un personnage flou, ou clairement mauvais, a l’avantage après le dénouement final.
Vous l’aurez donc compris : il ne s’agit pas ici d’un classement en fonction de ce que j’estime probable, mais plutôt en fonction de ce que j’aimerai voir, ce qui me semble intéressant scénaristiquement, peu importe le degré de fantaisie que l’hypothèse peut me sembler avoir.

Sinon, qui est à l’origine du pseudo Uzhets ? :hap:

Uzhets
Uzhets
MP
06 mars 2019 à 16:32:50

Ah, toi ! Cher monsieur, je te remercie de la représentation de moi que tu m'as fournie, et maintenant que tu es là, je te le demande en bonne et due forme : Puis-je conserver cet avatar, de ta création ?

Pour répondre à ta question, ne cherche pas trop loin :hap:

DébutPage précedente
Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Sous-forums
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Ubisoft StoreUbisoft Store Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store Acheter sur MicrosoftMicrosoft Store
Fnac PC 9.99€ Fnac Marketplace ONE 18.00€ Fnac Marketplace PS4 19.94€ Rakuten PS4 19.96€ Fnac PC 19.99€ Amazon ONE 19.99€
Marchand
Supports
Prix