Menu
Bioshock Infinite
  • Tout support
  • PC
  • Switch
  • PS3
  • 360
  • Mac
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Bioshock Infinite  /  Tous les forums  /  Forum Bioshock Infinite  / 

Topic La Cage ou l'Oiseau ? L'élégance de Bioshock

Sujet : La Cage ou l'Oiseau ? L'élégance de Bioshock

1
panda_congaaa
panda_congaaa
MP
31 janvier 2018 à 12:55:17

Pour tous ceux ayant joué au chef d'œuvre qu'est la saga Bioshock, vous vous souvenez sans doute du dilemme de la Cage et de l'Oiseau où il faut faire un choix entre deux faces d'un même pendentif. Ce choix est bien sûr symbolique et s'inscrit d'abord dans la narration du troisième opus : libère-t-on ou capture-t-on Elizabeth ? Mais il va loin, beaucoup plus loin que ça.

Bioshock, c'est avant tout l'illustration de modèles socio-économiques particuliers et, bien qu'embellis et romancés au travers du prisme du fantastique et de la science fiction, ne sont pas si éloignés d'un futur, voire d'un présent hypothétique. Nous nous voyons proposés alors deux villes, deux modèles, deux utopies que sont Rapture et Columbia. Chacune par leur complexité et leur subtilité sont deux modèles bien différents, la première, ville sous-marine coupée du monde, a été fondée par un riche Homme d'Affaire assoiffé de libertés d'entreprendre et désireux de voir émerger, mais sous l'eau (le comble), une société nouvelle. De l'autre, une ville aérienne, symbolique de l'exceptionnalism Américain régit par un seul Homme qualifié par ses habitants de "prophète".

Il est alors aisé, de par leur nature, de comparer ces deux villes au choix délicat de la cage et de l'oiseau, et l'esprit commun qui s'attache et adore effectuer des raccourcis de pensée, assimilera l'oiseau à Columbia et la cage à Rapture. Et chacun rivalisera de clichés en affirmant que le choix de l'oiseau est le mieux, le plus juste et le plus naturel, parce que "la liberté, c'est mieux que l'aliénation". Mais c'est là que le génie de Bioshock s'illustre, car son thème général sous-jacent est celui de la liberté et ses limites inhérentes à sa définition même.

Ainsi, il s'agit d'interroger l'œuvre et de l'aborder dans le bon sens, car Columbia serait plutôt adaptée à l'allégorie de la cage. La ville est sous l'emprise d'un despote, chassant littéralement la Vox Populi (la voix du peuple, la démocratie donc), mais n'est pas dépeinte comme une dystopie affreuse où règne la crainte et la terreur. Les habitants sont polis et courtois et le développement de la ville peut apparaitre d'un premier abord prospère. A son strict opposé, Rapture, elle plutôt assimilable à l'allégorie de l'oiseau, la ville est sous l'emprise du libéralisme à son aspect le plus pur : les habitants sont soumis aux seules lois régaliennes et à la règle naturelle du Darwinisme Social. Notre première arrivée se fait alors dans un royaume déchu où l'anarchisme semble avoir pris le dessus, les habitants littéralement défigurés par ce modèle de liberté.

Mais c'est là que l'image est très artistique et tragique, car le modèle despotique presque de Columbia se fait dans les airs, dans une ville volante, symbole même de la liberté (qui lui a permis d'aller jusqu'en Chine). Ainsi la société dépeinte comme aliénante Américaine a permis d'accomplir des choses prodigieuses mais à quel prix ? Il s'agit de rappeler qu'avant tout, la ville de Columbia est une arme de destruction massive qui sert les desseins de l'Empire Américain, et que c'est uniquement dans son désir de se libérer de l'emprise Américaine pour son indépendance, que les habitants ont du céder la responsabilité de la gouvernance à un seul Homme, ou un seul groupe.

Rapture, de son côté, pour offrir la liberté à son peuple, a du se cacher, s'immerger au fond des abysses pour développer son modèle à l'abri des regards des deux superpuissances s'affrontant alors : le modèle Soviétique et le modèle libéral Américain. Ainsi, le modèle de liberté d'Andrew Ryan n'a pu se faire que dans une cage, un biome sous les mers, où les Hommes sont libres de leur mouvement, mais dans la limite spatiale de la cité sous-marine.

Ainsi le véritable dilemme de Bioshock Infinite de la Cage et l'Oiseau est le suivant : où peut-on trouver la véritable liberté ? A l'extérieur de la cage ? où règne l'insécurité et où nous sommes soumis aux caprices et intérêts d'autres entités qui ont chacun leur propre conception de la société (nous sommes libres, mais soumis aux dérives d'autrui), où alors en son sein, car la cage propose de la sécurité et borne les libertés, mais la stabilité proposée et son isolement peut amener de nouveaux problèmes. La question est complexe et semble insoluble, mais la beauté de l'œuvre que constitue Bioshock est qu'il pose les bonnes questions, avec élégance.

Merci de m'avoir lu https://image.noelshack.com/fichiers/2017/31/5/1501857511-jesussmile.png

Scagh_bis
Scagh_bis
MP
18 février 2018 à 19:06:52

Oui

[SoONeR]
[SoONeR]
MP
16 mars 2018 à 19:56:01

Bioshock Infinite fini à l'heure actuel, j'ai bien lu ton analyse et c'est un beau travail d'analyse je n'y avais pas pensé au moment de faire le Choix mais comme beaucoup j'ai finis par choisir l'oiseau. :)

AlastMonster
AlastMonster
MP
21 mars 2018 à 01:24:56

Je m'étais contenté de prendre l'oiseau car c'était le symbole présent sur la clé pour libérer Elizabeth,ça ne me serait pas venu à l’esprit de faire une analyse de ce style et quand bien même j'en aurais était incapable.C'est un texte de qualité et après réflexion je choisis la cage car comme cette phrase résume si bien ce dilemme "nous sommes libres, mais soumis aux dérives d'autrui" et Dieu sait que ces dérives peuvent être des plus atroces.
Par ailleurs je ne penses pas que la liberté existe,on est toujours soumis à quelque chose que ça sois une éducation,un Etat ou a de bas instincts

Message édité le 21 mars 2018 à 01:26:04 par AlastMonster
Mornebidoullie
Mornebidoullie
MP
09 avril 2018 à 22:52:08

Merci pour avoir partager ta réflexion sur ce sujet!

J'avais cherché par moi-même à trouver une réponse au dilemme qui nous est imposé au début du jeu, Bioshock Infinite, en vain malheureusement.

Clairement ta façon de voir ce dilemme et la réflexion que tu y apportes m'aident grandement à mieux comprendre ce chef-d'oeuvre du jeu vidéo, qui ne cesse de me surprendre au fil des ans.
:merci:

RainerRilke
RainerRilke
MP
07 décembre 2018 à 11:32:09

Bonne analyse :)

Sion24
Sion24
MP
05 juin 2020 à 00:09:46

je viens de le finir, jai pas trop compris la fin, mais c le Bioshock qui me le plus touché par son ambiance et la charisme de Booker / Elizabeth :cimer:

brandnewplayer
brandnewplayer
MP
15 juillet 2020 à 17:51:24

vous avez d'autres analyses de ce genre ?

1
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Ganondorfzl, RuinsOfMemory
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer

  • Aucun sujet à ne pas manquer
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Fnac Marketplace 360 2.90€ Fnac Marketplace PS3 4.45€ Fnac PC 4.49€ Fnac Marketplace PS3 8.93€ Amazon 360 10.56€ Fnac Marketplace PC 10.99€
Marchand
Supports
Prix