CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • French days 2022
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • TV
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Fire Emblem : The Sacred Stones
  • Tout support
  • WiiU
  • 3DS
  • GBA
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Etoile Abonnement RSS

Sujet : Syrene : Soutiens

1
[Soren57]
[Soren57]
MP
08 décembre 2013 à 00:08:25

:globe: Soutiens possibles

:d) Syrene/Gilliam
:d) Syrene/Kyle
:d) Syrene/Moulder
:d) Syrene/Tana
:d) Syrene/Vanessa

[Soren57]
[Soren57]
MP
08 décembre 2013 à 00:08:46

:globe: Syrene/Gilliam

:d) Soutien C

Syrene : Gilliam, ça faisait longtemps !
Gilliam : Syrene. Il y a si longtemps... Tu es superbe.
Syrene : Toi aussi, Gilliam... Euh...
Gilliam : Qu'est-ce qu'il y a, Syrene ? J'ai quelque chose sur le visage ?
Syrene : Non, ce n'est rien. Tu es resté l'un des plus beaux guerriers de l'armée frelianne.
Gilliam : Tu sais que je déteste quand tu me taquines. Pourquoi tu souris ? Ça me rend nerveux.
Syrene : Tu étais avec moi lors de ma première mission en tant que chevalier pégase d'élite de Frelia. Tu te souviens ?
Gilliam : Vraiment ? Je m'en souviens à peine. J'ai dû mal à me rappeler la fameuse guerrière Syrene à ses débuts. Ça remonte à tellement longtemps !
Syrene : Oh, vraiment ? Qu'est-ce que tu veux dire par là ?
Gilliam : Oh, rien, rien. Juste que tu as toujours été l'une des plus redoutables guerrières de Frelia.
Syrene : Gilliam... Cette mission est pour moi bien plus importante que ma première mission.
Gilliam : Je comprends. Si nous échouons, les conséquences seraient désastreuses.
Syrene : Nous n'échouerons pas. J'y veillerai !
Gilliam : Sois prudente !
Syrene : Merci, Gilliam. Je suis heureuse que tu sois là, avec moi.

:d) Soutien B

Syrene : Gilliam, comment vas-tu ?
Gilliam : Tout va bien, mais... Syrene ? Tu es toute pâle. Tu ne te sens pas bien ?
Syrene : Je vais bien, Gilliam. Ne t'inquiète pas pour moi.
Gilliam : ...
Syrene : ...
Gilliam : Syrene... Les gens viennent te voir pour que tu les conseilles, non ?
Syrene : En effet. Pourquoi cette question ? Ne me dis pas que tu as besoin de mes conseils ?!
Gilliam : Si. Pouvons-nous parler ?
Syrene : Oh... Eh bien... D'accord.
Gilliam : De nombreuses personnes viennent aussi me parler. Elles doivent me prendre pour un... vieux sage. Mais je ne sais pas quoi leur dire. Que fais-tu quand tu n'as pas conseil à donner ?
Syrene : Ça arrive tout le temps. Mais j'ai pris conscience d'une chose. Les gens se sentent mieux après avoir parlé de leurs problèmes. Ils veulent juste qu'on les écoute. Nous sommes en guerre. Il est naturel d'avoir peur et de chercher du réconfort.
Gilliam : Et toi... tu as peur ?
Syrene : Gilliam... Tu n'essaierais pas de me tirer les vers du nez pour que je te parle de mes problèmes ?
Gilliam : Oh, euh...
Syrene : Ne t'inquiète pas pour moi. En cas de problème, c'est à toi que je viendrai me confier.
Gilliam : Je serai toujours là pour toi.
Syrene : Merci, Gilliam.

:d) Soutien A

Syrene : Gilliam ! Je vais rester ici !
Gilliam : Syrene ! Sois prudente !
Syrene : Gilliam, tu me dis tout le temps d'être prudente... Tu sais très bien que je veille toujours sur tout le monde. Mais toi... tu es celui qui veille toujours sur moi.
Gilliam : Syrene...
Syrene : Sais-tu pourquoi je reste toujours près de toi ? Juste pour t'entendre dire ça.
Gilliam : ...
Syrene : Gilliam...
Gilliam : C'est... tout ce que tu veux entendre ?
Syrene : Que veux-tu dire ?!
Gilliam : Syrene... Après cette guerre... ... ... ... Marions-nous.
Syrene : Gilliam !
Gilliam : Tu n'es pas obligée de me répondre maintenant. Après cette guerre... Lorsque nous rentrerons à Frelia... Attends jusqu'à ce jour, tu veux ? Attends ce jour pour me donner ta réponse.
Syrene : Gilliam... Tu n'as pas besoin d'attendre aussi longtemps. Tu connais déjà ma réponse. Mais si c'est ce que tu veux, Gilliam, alors oui ! J'attendrai la fin de la guerre pour te donner ma réponse ! Bonne chance à toi !
Gilliam : Syrene... Bonne chance.

[Soren57]
[Soren57]
MP
08 décembre 2013 à 00:09:14

:globe: Syrene/Kyle

:d) Soutien C

Kyle :Vous êtes Syrene, le commandant des chevaliers pégases de Frelia, non ?
Syrene : Tout à fait. Moi aussi, je sais qui vous êtes. Vous êtes Kyle, cavalier de Renais.
Kyle : Je suis honoré que vous sachiez mon nom. Je n’ai jamais eu le plaisir de vous rencontrer, n’est-ce pas ?
Syrene : Nous nous sommes rencontrés une seule fois. C’était il y a dix ans environ. Vous avez peut-être oublié.
Kyle : Il y a dix ans ? Attendez, vous êtes…CETTE Syrene ?!
Syrene : Vous vous souvenez enfin de moi ?
Kyle : Jamais je n’aurais pensé vous revoir un jour.
Syrene : Eh bien, sieur Kyle, je vois que vous avez fait carrière.
Kyle : Oh, je vous en prie. Pas de formalisme entre nous.
Syrene : Comme vous voulez, Kyle. Ah, vous n’avez pas changé.
Kyle : Je vous reconnais à peine, Syrene. Vous semblez métamorphosée. J’ignorais que vous étiez devenue chevalier, et qui plus est, un chevalier pégase!
Syrene : C’est gentil. J’ai beaucoup progressé, n’est-ce pas ?
Kyle : En effet. C’est dommage de nous retrouver sur un champ de bataille.
Syrene : Je trouve aussi. Nous devrions aller dans un endroit tranquille pour parler.
Kyle : Ce serait avec plaisir, Syrene. Mais occupons-nous d’abord de ces malotrus, d’accord ?
Syrene :Très bien. Mais n’essayez pas de jouer au héros, comme la dernière fois, d’accord ?
Kyle : Jouer au héros ? Qu’ai-je donc fait ?
Syrene : Vous devez trouver la réponse tout seul. C’est le défi que je vous lance.

:d) Soutien B

Syrene : Comment allez-vous, Kyle ?
Kyle : La guerre est difficile, mais mon épée est redoutable et je vais bien.
Syrene : Hum. C’est une réponse fort pompeuse.
Kyle : Pompeuse ? Elle est précise, c’est tout! Bref. Je ne vois toujours pas ce dont vous me parliez l’autre jour.
Syrene : Oh, le défi ? Vous y avez pensé pendant tout ce temps ? Vous êtes si sérieux!
Vous n’avez pas du tout changé. Vous vous souvenez du jour où j’ai essayé de vous faire visiter Frelia ? Vous avez dit : « Je suis venu pour accomplir mon devoir, pas pour voir les curiosités d’une ville fortifiée. » Vous êtes rentré chez vous sans même goûter à nos délicieux fruits de mer ! Le roi Hayden croyait que je n’avais pas pris le temps de vous faire une petite visite guidée.
Kyle : Je suis désolé, Syrene. Je l’ignorais… J’étais en mission spéciale. Je devais remettre une lettre au roi Hayden. Je n’avais pas le temps de me distraire.
Syrene : Vous me présentez des excuses, alors que tant d’années ont passé ?!
Kyle : Ah ah ah ah… Vous avez raison. Je n’étais resté que trois jours, mais ce fut une visite mémorable. J’ai grandi à Renais, une nation qui n’a pas accès à la mer. Je n’avais jamais vu l’océan. Pas avant que vous me le montriez.
Syrene : Vous sembliez si peu intéressé par la culture et les spécialités locales. Mais lorsque je vous ai demandé si vous vouliez voir l’océan, vous étiez si enthousiaste!
Kyle : C’était si intense. Je me sentais minuscule, debout face à l’océan. Je voulais être aussi fort et persistant que les vagues.
Syrene : C’est la seule fois où j’ai peu entrevoir votre vraie personnalité. Nous n’avions passé qu’une demi-journée ensemble, mais ce fut très agréable.
Kyle :Vraiment ? Ça me va droit au cœur.
Syrene : Nous pouvons y retourner, si vous voulez.
Kyle : J’aimerais beaucoup. Utilisons l’espoir pour aller de l’avant. Quand la paix sera restaurée, nous irons revoir la côte de Frelia.
Syrene : Oui.

:d) Soutien A

Kyle : Qu'avez-vous, Syrene ? Vous êtes blessée ?
Syrene : Non, je vais bien, mais je m'inquiète pour mon pégase...
Kyle : Laissez-moi regarder. Hum, on dirait qu'il a une blessure, juste ici, qui s'est infectée. Je peux la soigner. Ce n'est rien de grave, mais je vous conseille de la montrer à un guérisseur, à l'occasion.
Syrene : Merci, Kyle. Vous êtes mon sauveur. A cause de ma négligence, je n'avais pas vu cette blessure.
Kyle : Votre pégase est rusé. Il vous l'a peut-être cachée pour ne pas vous affoler. Ce n'est pas de votre faute, Syrene. Vous ne devriez pas vous en faire.
Syrene : Non, je ne suis pas digne d'être un chevalier pégase. Je suis si pitoyable. Si vous n'aviez pas remarqué cette blessure, j'aurais pu nous mettre en danger tous les deux. Ma négligence aurait pu nous coûter la vie.
Kyle : Vous êtes trop sévère envers vous-même. Si vous étiez en danger, j'aurais immédiatement volé à votre secours. Je suis sûr que vous en feriez autant, n'est-ce-pas ?
Syrene : … Oui, sans hésiter.
Kyle : Nous devons nous entraider dans les moments difficiles. Vous et moi, nous nous connaissons depuis plus de dix ans, après tout.
Syrene : Depuis plus de dix ans ?
Kyle : C'est exact, Syrene. A l'époque, vous en avez fait autant pour moi.
Syrene : Pardon ?
Kyle : C'était le jour où j'ai quitté Frelia. Près de la frontière, je suis tombé nez à nez avec des bandits importunant un pauvre marchand. J'ai essayé de lui venir en aide, mais ils étaient trop nombreux. Quand ils ont vu que j'étais un chevalier, ils ont eu vite fait de m'encercler. Je me croyais perdu, quand vous avez surgi de nulle part. Vous et moi, nous avons repoussé ces bandits. Vous m'avez sauvé la vie ce jour-là.
Syrene : Je vois que vous avez remporté notre défi.
Kyle : Oh, vous vouliez que je me souvienne de cet incident ! «Ne jouez pas au héros », en effet !
Syrene : Vous aviez quitté Frelia sans me laisser le temps de vous donner votre cadeau d'adieu. Je suis donc partie au galop dans l'espoir de vous rattraper. Puis j'ai vu ces bandits qui vous encerclaient. Vous vous battiez contre eux pour sauver ce marchand... Jamais je n'avais vu de chevalier aussi déterminé à protéger un innocent.
Kyle : Un cadeau d'adieu... c'est de ceci que vous parlez ?
Syrene : Le pégase de bois que j'ai sculpté pour vous ! Vous l'avez encore ?!
Kyle : Bien entendu ! Après nous être débarrassés de tous ces bandits, vous avez dit : « Gardez ceci et souvenez-vous de Frelia. » Cet objet ne m'a jamais quitté depuis. Il me donne l'impression que quelqu'un me protège tout le temps. En fait, j'ai commencé à collectionner les figurines en bois dès le jour où vous m'avez fait cadeau de cet objet. Mais je garde toujours celui-ci sur moi.
Syrene : Je suis heureuse de voir qu'il a autant de valeur pour vous.
Kyle : Je le garderai toujours précieusement.
Syrene : … Kyle... Quand la paix sera revenue, allez-vous revenir visiter Frelia ?
Kyle : Vous savez... J'y pensais moi aussi. J'ai toujours regretté de ne pas avoir goûté aux fameux fruits de mer de Frelia. Et j'aimerais aussi voir ses paysages et curiosités. Vous voulez bien être mon guide, Syrene ?
Syrene : Naturellement. Et on dit que je cuisine très bien le poisson !

[Soren57]
[Soren57]
MP
08 décembre 2013 à 00:09:30

:globe: Syrene/Moulder

:d) Soutien C

Syrene : Père Moulder, vous semblez épuisé. Nous exigeons beaucoup de vous ces derniets temps, n'est-ce-pas ?
Moulder : Ne vous inquiétez pas pour moi. C'est de vous, Syrene, que nous devrions nous inquiéter. Vous avez rejoint notre groupe lorsque nous avons quitté Frelia. J'imagine que ce doit être déroutant de ne voir aucun visage familier autour de soi.
Syrene : Je connais le nom ainsi que la spécialisation de chacun. Ne vous en faites pas pour moi.
Moulder : Impressionnant. Vous êtes très attentive.
Syrene : Pour pouvoir battre l'ennemi, il faut connaître ses alliés. Si vous ne connaissez pas les aptitudes de vos propres unités, vous perdrez toutes les batailles. Je ne veux pas mourir parce que j'ignorais ce que je pouvais attendre de mes troupes.
Moulder : J'avais peur que vous n'ayez quelques difficultés à vous intégrer dans le groupe. On dirait que vous avez la situation bien en main. Je suis fier de vous, Syrene. Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas à venir me voir.
Syrene : Merci, père Moulder. J'apprécie votre prévenance.

:d) Soutien B

Moulder : Syrene, vous dites que vous savez déjà tout sur notre premier groupe. Quelqu'un à Frelia vous a-t-il donné tous les détails avant votre départ ?
Syrene : Non, mon père. Juste avant notre départ, le chaos s'installait à Frelia. Tout ce que je sais, je l'ai appris sur le tas, pour ainsi dire. Les gens... se confient à moi, et j'apprends en observant.
Moulder : Intéressant. Bien que vous soyez nouvelle, ils savent qu'ils peuvent se confier à vous ?
Syrene : Oui. Les femmes semblent particulièrement à l'aise avec moi.
Moulder : Je comprends. Même un homme du clergé reste un homme. Ça doit les rassurer de savoir qu'il y a une autre femme avec laquelle elles peuvent parler. Il y a plusieurs femmes dans le groupe. Si je ne peux pas être un "père" pour elles, je vous prie de bien vouloir les aider comme une "mère".
Syrene : Avec tout le respect que je vous dois, mon père, je refuse de pourvoir à leurs besoins telle qu'une mère le ferait. Je suis encore très jeune. Je préfère leur parler comme une "soeur".
Moulder : Ah ah ah ah... oui, bien sûr. Veuillez m'excuser. Alors, aidez-les comme une soeur le ferait.
Syrene : Oui, mon père ! Est-ce que je peux vous dire un mot maintenant, en tant que soeur ?
Moulder : Je vous demande pardon ? Vous voulez... me parler ? Est-ce que quelqu'un s'est plaint de moi ?
Syrene : Eh bien, je vous le dirai le jour qui suivra la prochaine nouvelle lune.
Moulder : Dois-je vraiment attendre aussi longtemps ? La nouvelle est si terrible qu'il faut que je m'y prépare ?
Syrene : Calmez-vous, mon père ! Ce n'est qu'une suggestion, pas une critique.
Moulder : Hum... qu'est-ce que cela peut être ?

:d) Soutien A

Moulder : Hier... c'était la nouvelle lune. Ça veut dire que c'est aujourd'hui le grand jour. Je me suis cassé la tête à essayer de deviner, Syrene. Quelle est cette suggestion ?
Syrene : Ah, en effet, mon père. C'est le grand jour. Eh bien, de la part de tout le monde, j'ai un message à vous communiquer. Père Moulder ?
Moulder : Oui ?
Syrene : Joyeux anniversaire !!!
Moulder : Quoi ? Mon anniversaire ? Oh... oh, oui ! C'est aujourd'hui mon anniversaire, n'est-ce-pas ? Mais...
Syrene : C'est une belle tradition de fêter les anniversaires, mon père. Dans une guerre, l'incertitude nous entoure à chaque moment qui passe. Au lieu de nous inquiéter pour demain, célébrons la vie aujourd'hui. Cela nous incitera tous à aller de l'avant, vous ne croyez pas ?
Moulder : Oui, en effet. Partager les joies de la vie est quelque chose de primordial. Merci, Syrene. Dans ce chaos, j'aurais oublié mon propre anniversaire.
Syrene : Vous êtes épuisé à force de vouloir veiller sur les autres, et vous vous négligez complètement. Nous vous sommes infiniment reconnaissants pour tout ce que vous faites pour nous. Tant de gens sont venus me voir pour me demander comment ils pourraient vous témoigner leur gratitude. Vous êtes un grand homme de grande vertu et une source d'inspiration pour nous tous.
Moulder : Je suis très touché... A mon âge, je croyais ne plus jamais avoir de fête d'anniversaire. D'ailleurs, ça m'embarrasse...
Syrene : Souvenez-vous de prendre soin de vous, mon père. Et merci !

[Soren57]
[Soren57]
MP
08 décembre 2013 à 00:09:49

:globe: Syrene/Tana

:d) Soutien C

Tana : Syrene !
Syrene : Dame Tana ! Toute la cour est en émoi, vous savez ? Vous avez fui le royaume pour aller vous battre avec ce groupe ?
Tana : Je suis navrée du tumulte que j'ai causé, mais je vais bien.
Syrene : On m'a ordonné de vous protéger et de veiller à votre prompt retour. Je vais rester à vos côtés et vous servir de garde du corps.
Tana : Je suis heureuse de vous avoir auprès de moi, Syrene. La situation commençait à m'agacer un peu, pour être honnête avec vous.
Syrene : Mais pourquoi, madame ?
Tana : J'ai lu le message que mon père a envoyé. "Défendez Tana jusqu'à la mort." Est-il sérieux ? Les soldats ne me lâchent plus d'une semelle à présent ! J'apprécie l'attention qu'on me porte, mais j'ai besoin de mon intimité !
Syrene : Ah ah ah... Je reconnais bien là le roi Hayden. Votre départ l'a tant attristé. Le voir ainsi m'a fait beaucoup de peine.
Tana : Je sais. J'ai mauvaise conscience... Hé, Syrene. Ça ne vous rappelle pas l'époque où nous étions enfants ? Quand nous étions ensemble, j'avais l'impression d'être avec une grande soeur.
Syrene : C'était ma première affectation après avoir fini mes classes. On m'avait demandé de vous protéger. C'était une tâche très importante pour un jeune chevalier. Mais j'aimais mon travail. Vous étiez si gentille avec moi. Cette époque me manque.
Tana : Lorsque vous êtes devenue chevalier pégase, je me suis sentie très seule. Mais je suis fière de votre réussie professionnelle. Maintenant, même sur le champ de bataille, nous pouvons être ensemble. Je veux parler du bon vieux temps, de Frelia et de mon père avec vous.
Syrene : Volontiers. Partons, d'accord ?
Tana : D'accord, mais n'oubliez pas de passer ce soir !

:d) Soutien B

Tana : Bonjour, Syrene ! Je suis contente que nous ayons pu parler l'autre soir. C'était si drôle.
Syrene : Moi aussi, je suis contente, madame. En fait, je suis assez surprise. La jeune princesse Tana d'autrefois a tellement mûri.
Tana : Vous trouvez ? Dites-moi sur quel plan j'ai changé.
Syrene : La guerre vous a donné un air très sérieux. Vous êtes différente de la princesse de ma jeunesse.
Tana : Je sais qu'en tant que princesse, j'ai toujours vécu dans un cocon. J'ai toujours considéré la richesse de ma famille comme une évidence. Mais en voyant ce que la guerre a fait subir au peuples de Renais et de Frelia, j'ai ressenti le besoin de me joindre au combat pour changer les choses. Et vous savez quoi ? Vous m'avez appris une chose que je n'oublierai jamais.
Syrene : ... Ah bon ?
Tana : Oui. La force et la fierté du chevalier pégase que vous êtes. La grâce et la gentillesse de l'être sensible que vous êtes. Vous avez toujours été pour moi un modèle de conduite, Syrene.
Syrene : Je suis honorée d'avoir eu autant d'impact sur vous. Vous êtes une femme si douce. Servir la maison royale de Frelia a été ma plus grande joie.
Tana : Il y a... une autre leçon que je souhaiterais apprendre de vous.
Syrene : Tout ce que vous voudrez.
Tana : J'aimerais que vous m'appreniez à... cuisiner.
Syrene : Je sais cuisiner les plats traditionnels de Frelia, mais je ne peux pas vraiment me vanter d'être un cordon-bleu. Je serais toutefois ravie de vous montrer ce que je sais faire.
Tana : Merci ! De retour à Frelia, je voudrais cuisiner pour que mes proches me pardonnent de leur avoir fait faux bond.
Syrene : Je suis sûre qu'ils seront étonnés de voir combien vous avez mûri. Etonnés et heureux. Ils ne vous reprocheront plus de vous être enfuie.
Tana : Parfois, j'en doute... J'espère qu'ils me pardonneront.
Syrene : C'est évident. Ils sont en colère car ils craignent pour votre vie. Si vous leur revenez saine et sauve, ils seront soulagés.
Tana : Vous avez raison... Merci, Syrene. Mais il n'y a pas de mal à apaiser leur colère avec un bon repas !
Syrene : Vous n'avez pas tort, madame. Je vous montrerai toutes les recettes que je connais.

:d) Soutien A

Syrene : Le plat que vous avez préparé l'autre jour était divin. Les soldats m'en ont parlé.
Tana : Vraiment ? Ils vous ont parlé du plat que je leur ai cuisiné ? J'étais si nerveuse !
Syrene : Vous maîtrisez les bases. La cuisine de Frelia n'a plus aucun secret pour vous. Prenez soin de vous, madame. J'ai hâte de savoir comment vos parents réagiront en goûtant vos petits plats.
Tana : Prenez également soin de vous, Syrene. Votre devoir est de me protéger, non ? Je veux que vous accomplissiez votre mission et que vous me promettiez de rentrer à la maison avec moi !
Syrene : Je ferai de mon mieux. Mais sur un champ de bataille, il y a beaucoup d'imprévus. Si quelque chose m'arrive, vous devrez rentrer chez vous sans moi.
Tana : Syrene... Vous êtes comme une soeur pour moi. Je vous ai toujours voué une admiration sans borne. Vous m'avez tellement appris, et il me reste tant de choses à apprendre de vous... Voilà pourquoi vous ne pouvez pas mourir. Vous irez à Frelia avec moi. Peu importe ce qui arrive.
Syrene : Dame Tana... Je ne vous quitterai jamais, madame. Mais s'il m'arrivait quelque chose... Si la... mort venait à m'emporter, je m'en irais l'esprit tranquille en sachant que vous êtes indemne. Je vous en prie, ne gâchez pas mon sacrifice. Rentrez chez vous vivante.
Tana : Je vous le promets. Mais vous devez vous aussi me promettre de faire l'impossible pour retourner à la maison avec moi...
Syrene : Vous avez ma parole, dame Tana.

[Soren57]
[Soren57]
MP
08 décembre 2013 à 00:10:16

:globe: Syrene/Vanessa

:d) Soutien C

Vanessa : Capitaine Syrene !
Syrene : Vanessa ! Comment vas-tu ? J'étais tellement inquiète !
Vanessa : Je vais bien, capitaine. Merci de vous en soucier. Et je suis ravie de voir que vous allez bien, vous aussi.
Syrene : Vanessa, tu sais que tu n'es pas obligée de parler comme ça quand nous sommes seules.
Vanessa : Mais nous sommes en service !
Syrene : Disons que c'est un ordre de ton capitaine ! Quand nous sommes entre nous, tu dois me parler comme si nous étions à la maison.
Vanessa : Oui, capitaine !
Syrene : Vanessa... As-tu écouté ce que je viens de dire ?
Vanessa : Oui.
Syrene : Ah ah ah ! Oui, c'est ça ! Oh, au fait, j'ai quelque chose pour toi.
Vanessa : Qu'est-ce que c'est ?
Syrene : Papa voulait que je te donne ceci.
Vanessa : Mais c'est... l'amulette du Dieu de la guerre !
Syrene : Oui, c'est une amulette de combat. J'en ai également reçu une le jour où j'ai quittée la maison. Tu as été convoquée si subitement que papa n'a pas eu le temps de te la donner. Et maman m'a chargée de te transmettre ce message : "Garde toujours cette amulette avec toi."
Vanessa : Mais...
Syrene : Elle voulait aussi que tu te ménages et que tu donnes le meilleur de toi. Et que tu dormes suffisamment.
Vanessa : Eh bien, j'essaie.
Syrene : Beaucoup ne le remarquent pas, mais je te connais trop bien, Vanessa. Je sais que tu as tendance à te surmener quand tu es accablée de responsabilités. Mais pour être en forme, tu dois prendre soin de toi, d'accord ?
Vanessa : Oui, capitaine... Je veux dire, grande soeur.
Syrene : Je resterai près de toi ce soir, alors, détends-toi. Tu as besoin d'une bonne nuit de sommeil.
Vanessa : Merci. Je dors comme un ange quand tu es là.

:d) Soutien B

Vanessa : Capitaine, euh... Je veux dire, Syrene.
Syrene : Tu as meilleure mine, Vanessa. Tu as bien dormi ?
Vanessa : Oui. Il y a longtemps que cela ne m'était pas arrivé. Merci.
Syrene : Je voulais te demander...
Vanessa : Oui ?
Syrene : Tu sembles avoir perdu l'appétit dernièrement.
Vanessa : Eh bien, c'est juste que...
Syrene : Je te l'ai dit, Vanessa, je te connais trop bien. Dis-moi, qui est le veinard ?
Vanessa : Comment ?! Mais tu es folle ! J'ignore de quoi tu parles !
Syrene : Je sais quand tu mens. Et le fait que tu ne manges presque plus le confirme. A quand remonte la dernière fois où tu as refusé un gâteau ? Je ne dis pas ça pour te critiquer. L'un de tes qualités les plus charmantes, c'est que tu peux manger pour deux. Tu as rencontré quelqu'un de spécial, n'est-ce-pas ?
Vanessa : Eh bien, euh...
Syrene : L'important, c'est que tu prennes soin de toi. Je te soutiendrai quoi qu'il arrive, mais aucun homme ne mérite qu'on sacrifie sa santé pour lui.
Vanessa : Merci. Je vais faire de mon mieux. Parfois, je pense que si je te ressemblais un peu plus... Si j'étais un grand chevalier, une femme aussi séduisante et aussi parfaite que toi... Eh bien, j'aurais plus de chances de conquérir son coeur. ... Hum, en le pensant, ça n'était pas aussi pathétique qu'en le pronançant.
Syrene : Ne sois pas stupide, Vanessa ! Tu ne le vois peut-être pas, mais je suis sûre que cette personne t'aime comme tu es.
Vanessa : Tu le penses vraiment ? J'ai toujours voulu te ressembler. Tu as toujours été un modèle pour moi. Mais quand je crois t'avoir rattrapée, tu n'es déjà plus là. Tu as déjà avancé. Je ne te rattraperai jamais, même si je redouble d'efforts.
Syrene : Je suis très fière de toi, Vanessa. Je suis ta soeur aînée et je peux reconnaître ton talent mieux que personne. Aie confiance en toi !
Vanessa : Je me sens mieux, maintenant que je me suis confiée à toi. Je dois cesser de toujours chercher à te ressembler.
Syrene : Bien parlé ! Et souviens-toi de prendre soin de toi.
Vanessa : Oui, je sais. Comme toujours. Merci, Syrene.

:d) Soutien A

Vanessa : Bonjour, Syrene. Merci de m'avoir écoutée et conseillée l'autre jour.
Syrene : Tu te sens mieux maintenant ?
Vanessa : Eh bien... ça ne va pas être facile, mais j'ai décidé de ne plus me comparer à toi.
Syrene : Tu l'ignores sûrement, mais il y a quelque chose en toi que j'envie énormément.
Vanessa : En moi ? Qu'est-ce que tu veux dire ?
Syrene : Tu as une force de caractère que jamais je ne pourrai égaler.
Vanessa : Une... force de caractère ?
Syrene : Tu te souviens du jour où papa a perdu connaissance ? Maman et moi, nous étions complètement affolées. Nous ne savions plus quoi faire. Tu étais la plus jeune, mais tu es allée ramasser des noisettes pour aller les vendre au village. Tu es revenue à la maison avec des médicaments pour le soigner.
Vanessa : Je ne sais pas quoi dire...
Syrene : Quand tu es face à de graves problèmes, ta vraie personnalité émerge. Tu étais très jeune, mais tu avais assez de présence d'esprit et d'ingéniosité pour voler au secours de papa. Ti nous as consolées, maman et moi, puis tu as sauvé papa. J'ai toujours respecté ta force et j'espère en acquérir un peu.
Vanessa : Mais, c'est toi qui as rejoint l'ordre des chevaliers, alors que tu étais si jeune ! Et c'est toi qui as soutenu notre famille !
Syrene : Je n'ai fait qu'imiter ta force. J'ai voulu soutenir ma famille comme tu l'avais fait. Ça a toujours été mon objectif. Et je te respecte plus que personne. J'aurais souhaité que tu croies en toi comme moi je le fais. Peu importe ce qui arrive, tu t'en sortiras toujours.
Vanessa : Très bien. Je vais te le dire ! La personne que j'aime, c'est...
Syrene : Attends, Vanessa ! Attends la fin de la guerre pour me le dire. Quand tout sera fini, ramène-le à la maison. Je partirai la première pour vous attendre aux côtés de papa et de maman. Nous préparerons ton plat préféré. C'est assez pour te convaincre ?
Vanessa : Oui. Je vais faire de mon mieux. Pour cette guerre et aussi pour lui.
Syrene : Très bien ! Ne t'inquiète pas. Tu vas y arriver.

1
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Evilash08, Vortex646, Tomy-Fett, Leirok, MamYume, ]Faustine[, Latios[JV], Remysangfamy, GamesOfLove
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer

  • Aucun sujet à ne pas manquer
La vidéo du moment