CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • French days 2022
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • TV
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Fire Emblem : The Sacred Stones
  • Tout support
  • WiiU
  • 3DS
  • GBA
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Etoile Abonnement RSS

Sujet : Saleh : Soutiens

1
[Soren57]
[Soren57]
MP
08 décembre 2013 à 00:04:27

:globe: Soutiens possibles

:d) Saleh/Eirika
:d) Saleh/Ewan
:d) Saleh/Gerik
:d) Saleh/Myrrh

[Soren57]
[Soren57]
MP
08 décembre 2013 à 00:04:45

:globe: Saleh/Eirika

:d) Soutien C

Eirika : Maître Saleh !
Saleh : ...
Eirika : Maître ?
Saleh : ...
Eirika : ...
Saleh : ... ... Oh, je suis désolé, dame Eirika.
Eirika : Ce n'est rien. Etiez-vous en train de... prier ?
Saleh : Pas exactement. C'est ce qu'on appelle le Valéga.
Eirika : Le Valéga ?
Saleh : Oui.
Eirika : De quoi s'agit-il ? Y a-t-il un rapport avec l'histoire culturelle de Caer Pelyn ?
Saleh : Oui, dans un sens. Mais voyez le Valéga comme un voeu, un voeu très pur. C'est un voeu qui transcende le désir humain.
Eirika : Je vois. Je ne dis pas que je comprends, mais... C'est très intéressant. J'aimerais beaucoup en savoir plus. Pourrions-nous en discuter plus longuement la prochaine fois ?
Saleh : Si vous voulez.
Eirika : Merci.

:d) Soutien B

Eirika : Maître Saleh.
Saleh : Madame. Ce que vous m'avez raconté sur le Valéga a été très enrichissant.
Eirika : C'est comme si on créait une sorte d'harmonie entre nos désirs et le monde qui nous entoure. En apprenant à mieux connaître la nature, on apprend à se découvrir. De plus, en transcendant ses désirs personnels, on aspire à un monde meilleur. Ce que vous m'avez dit m'a aidée à redécouvrir l'importance de ce désir universel. Ce monde meilleur... c'est ce qui nous incite à faire cette guerre. Grâce à votre Valéga, mes convictions ont acquis une force nouvelle.
Saleh : Ah. Je suis heureux d'entre ça... Dame Eirika, vous me rappelez la princesse guerrière, Nada Kuya.
Eirika : Nada Kuya ?
Saleh : Il s'agit d'une ancienne héroïne de Caer Pelyn.
Eirika : Parlez-moi d'elle, s'il vous plaît.
Saleh : On raconte qu'elle était une femme forte, belle et fière. Elle défendait la nature et était en phase avec la terre.
Eirika : Mais vous avez dit que c'était une princesse guerrière, non ?
Saleh : En fait, en ces temps anciens, une nation étrangère avait envahi Caer Pelyn.
Eirika : Vraiment ?
Saleh : C'est Nada Kuya qui a pris la tête de la résistance contre les envahisseurs. Elle avait pour arme une épée courte, une griffe que les dragons lui avaient offerte. Grâce à cette épée, elle a refoulé tous les ennemis de Caer Pelyn.
Eirika : Waouh... quelle histoire ! Et vous pensez que je...
Saleh : Oui, vous me faites penser à elle.
Eirika : Non, non... Lorsque Grado a envahi Renais, j'étais paralysée. Je ne pouvais rien faire. C'est seulement parce que d'autres se sont sacrifiés que j'ai pu m'enfuir.
Saleh : Mais maintenant, vous êtes là. Avec votre force, votre courage et votre dignité.
Eirika : Maître Saleh...
Saleh : Si vous nous menez à la victoire, la légende deviendra réalité. Vous deviendez la Nada Kuya des temps modernes.
Eirika : Je vois. Oui, je vois ! J'ai une raison de me battre. J'ai des choses à protéger. Je me bats pour l'avenir de Renais et celui de mon peuple. Merci, maître Saleh. Vos histoires me donnent le courage de continuer.
Saleh : Je suis content de vous l'entendre dire.
Eirika : Je prie pour que votre sagesse nous mène à la victoire.
Saleh : Je vais faire de mon mieux.

:d) Soutien A

Eirika : ...
Saleh : ... Quelque chose vous ennuie, dame Eirika ?
Eirika : Oh, maître Saleh. Non, ce n'est rien. J'avais juste l'esprit ailleurs. Oh, et au beau milieu d'un combat. Je suis désolée.
Saleh : Ne soyez pas désolée. Je ne suis pas là pour juger vos actes ou vos pensées.
Eirika : Tant mieux. ... J'étais juste en train de me souvenir de mon pays. Je repensais au royaume de Renais, quand il était encore en paix.
Saleh : ...
Eirika : Les montagnes étaient majestueuses, l'eau des rivières était si pure... Le parfum des fleurs sauvages embaumait l'air. Le ciel était bleu et clair. C'était avant que la guerre ne défigure les paysages et n'assombrisse le ciel. C'était un endroit magnifique. Chaque jour nouveau était empli d'espoir. Mon frère et moi, nous allions chasser avec le prince Lyon. ... Je nous préparais à dîner. Ephraim me taquinait, mais Lyon était content. Comme cette époque me manque !
Saleh : Dame Eirika... Je vous promets que le Renais d'avant sera bientôt restauré.
Eirika : Maître Saleh... Je le souhaite de tout coeur. Mais vous et moi, nous devons d'abord nous concentrer sur ce combat. Nous devons gagner. Merci, maître Saleh. Votre nation, Caer Pelyn, était également un pays magnifique.
Saleh : Nous n'avions rien de spécial. Mais c'est grâce à cela que nous avions... tout.
Eirika : C'est quelque chose que je ne comprenais pas auparavant. Aujourd'hui, je crois comprendre ce que vous voulez dire.
Saleh : J'en suis heureux.
Eirika : Après la guerre, j'aimerais beaucoup vous rendre visite à Caer Pelyn. Je voudrais mieux connaître votre nation, en savoir plus sur le Valéga et sur la fameuse Nada Kuya.
Saleh : Vous êtes la bienvenue. Caer Pelyn et moi, nous vous accueillerons toujours les bras grand ouverts.

[Soren57]
[Soren57]
MP
08 décembre 2013 à 00:05:10

:globe: Saleh/Ewan

:d) Soutien C

Saleh : ...
Ewan : Maître !
Saleh : ... Oh, Ewan !
Ewan : Vous faisiez une séance de Valéga, n'est-ce-pas ? "Pour créer une symbiose entre le ciel et la terre, le corps et l'esprit..."
Saleh : Oui, c'est exact.
Ewan : "Contempler son âme et..." Et, euh... c'est quoi la suite ?
Saleh : "Contempler le monde et toutes ses composantes, pour mieux les comprendre."
Ewan : Ah oui ! Est-ce que ça ne devient pas difficile de se retirer dans un endroit tranquille ?
Saleh : La contemplation est un long processus. L'important, c'est de méditer et pas l'endroit où l'on médite.
Ewan : Oh... Eh bien, si le Valéga occupe une place importante dans l'histoire et la culture de Caer Pelyn, je crois que je devrais essayer, moi aussi.
Saleh : Vraiment ? Je me demande combien de jours ton intérêt va durer.
Ewan : Hélas, je crois que vous avez raison. Trouver l'harmonie entre le ciel et la terre ne semble pas si facile. Ne pourrais-je pas commencer l'entraînement par quelque chose de plus simple ?
Saleh : Hum, laisse-moi réfléchir. Ton niveau est relativement bas, mais...
Ewan : Merci, maître. Je me rappelle le jour où vous avez accepté de m'enseigner la magie. J'étais si excité que je m'entraînais dehors jour et nuit.
Saleh : Tu dois ménager tes forces. Une utilisation abusive de la magie peut vider ton corps et ton âme.
Ewan : Oui, je sais tout ça. Une fois, j'étais si fatigué que je ne pouvais plus rester éveillé. J'ai dormi un jour entier, puis je me suis réveillé dans mon lit.
Saleh : Pour être précis, c'étaient deux jours entiers.
Ewan : Oh, c'est donc vous qui m'avez porté jusqu'à la maison ?
Saleh : Oui.
Ewan : En y réflechissant, personne d'autre ne s'en serait donné la peine. Merci.
Saleh : Ewan, tu dois éviter de te surmener. La magie n'est pas un jeu.
Ewan : Je sais. Ne vous en faites pas !

:d) Soutien B

Ewan : Maître !
Saleh : Qu'y a-t-il, Ewan ?
Ewan : Il y a quelques années, vous êtes allé rendre visite au commandant Gerik, vous vous en souvenez ? C'est là que je vous ai rencontré. Ensuite, je vous ai suivi jusqu'à Caer Pelyn. Je ne vous ai jamais remercié pour m'avoir emmené avec vous, maître. Je n'ai pas regretté une seule fois de vous avoir suivi !
Saleh : Je me rappelle très bien. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser : "Dans quoi est-ce que je me suis laissé embarquer ?"
Ewan : Alors, pourquoi m'avez-vous laissé devenir votre élève ?
Saleh : A cause de tes yeux.
Ewan : Mes yeux ?
Saleh : Tu avais une étincelle dans les yeux. Dans ces yeux, j'avais vu un talent exceptionnel pour la magie.
Ewan : Waouh. Ça, c'est quelque chose ! Je ne l'aurais jamais deviné.
Saleh : Je suis sûr qu'au fur et à mesure que tu t'entraîneras, tu sentiras ton pouvoir grandir.
Ewan : Dans ce cas, je vais intensifier mon entraînement ! Au début, je vous trouvais un peu... effrayant.
Saleh : Effrayant ?
Ewan : Eh bien, vous parlez peu. Je pensais que vous étiez en colère contre moi, mais j'ignorais pourquoi.
Saleh : Juste parce que je ne disais rien ?
Ewan : Oui. Mais après quelque temps, j'ai compris que c'était votre façon d'être.
Saleh : Ewan, les mots, qu'ils soient prononcés ou pas, ne contiennent aucune vérité. La vérité se trouve dans nos coeurs.
Ewan : Mais personne ne peut dire ce qu'un coeur renferme, n'est-ce-pas ?
Saleh : Si on se fait mutuellement confiance, on peut le voir et le comprendre.
Ewan : Ok ! Ça marche comme ça ? Je crois que je comprends. Mais il faut se parler pour approfondir une amitié, non ? Nous utilisons les mots pour communiquer des choses, telles que des sentiments ou des idées. Mais tout ça reste superficiel. Si les gens utilisent leur coeur, peuvent-ils alors communiquer sans mots ?
Saleh : Tout à fait.
Ewan : Vous êtes génial, maître ! Vous m'enseignez bien plus que la magie. Vous me montrez comment apprendre de manière autodidacte. Un jour, vous étiez très en colère contre moi. Vous vous en souvenez ? J'avais pris l'un de vos tomes magiques.
Saleh : ... Je n'étais pas en colère parce que tu avais pris ce tome. Tu l'as pris sans permission et tu es parti te promener. Puis tu es allé jouer près de la rivière...
Ewan : C'est exact, mais sans le faire exprès, je l'ai laissé tomber et SPLASH !!! Il n'est resté dans l'eau que quelques instants, mais ses pages étaient complètement illisibles...
Saleh : C'est ta négligence et ton insouciance qui m'ont mis en colère.
Ewan : Je suis désolé. Mais après cet incident, je n'ai jamais emmené de livre à la rivière.
Saleh : Oh, mais il y a eu d'autres incidents...
Ewan : Oh, vous ne voulez pas parler de... ça ? Ah, oui. Ah ah ah.
Saleh : Incroyable... Je n'ai jamais eu d'élève aussi difficile que toi.
Ewan : Je jure d'être prudent à l'avenir !
Saleh : Y a-t-il une part de vérité dans ces mots ?
Ewan : Oui-ouille !
Saleh : Petit polisson...

:d) Soutien A

Saleh : Ewan.
Ewan : Ah, c'est vous, maître.
Saleh : Ewan. S'il venait à m'arriver quelque chose, prends tous mes parchemins et tomes magiques et garde-les précieusement.
Ewan : Quoi ? Pourquoi dites-vous ça ?
Saleh : Le combat se corse. Je ne suis pas sûr de pouvoir rester jusqu'à la fin. Et... si quelque chose m'arrive, je veux que tu t'occupes de Dara. Veille sur elle et sur Caer Pelyn.
Ewan : Il n'est pas question que quoi que ce soit vous arrive, maître ! De plus, si vous n'étiez pas là, je ne saurais absolument pas quoi faire.
Saleh : Ewan... ne te sous-estime pas. Un jour, tu me surpasseras.
Ewan : Hein ? Vraiment ? Vous pensez ce que vous dites, maître ?
Saleh : Tout dépend de tes efforts.
Ewan : Je ne vous décevrai pas !
Saleh : Seuls ceux qui choisissent la magie peuvent la maîtriser. Et tu es spécial. Aie confiance en toi. Tu as un talent rare qui est inné.
Ewan : Maître... Si vous le pensez vraiment, je ne veux pas vous laisser mourir.
Saleh : Ewan...
Ewan : Je resterai près de vous pour vous protéger. Si nous combinons nos forces, nous serons invincibles !
Saleh : Me... protéger ? Je me rends compte à quel point je dépends de toi.
Ewan : Oui ! Car je suis l'élève numéro un du grand sage Saleh !
Saleh : Bien parlé, Ewan. Allez, suis-moi ! Je vais me servir de cette guerre pour t'enseigner toute la magie que je connais. Mon cher élève...
Ewan : Je suis avec vous, maître !

[Soren57]
[Soren57]
MP
08 décembre 2013 à 00:05:36

:globe: Saleh/Gerik

:d) Soutien C

Gerik : Bonjour, Saleh !
Saleh : Gerik...
Gerik : Et dire que nous nous battons ensemble ! Décidément, la vie est pleine de surprises, n'est-ce-pas ?
Saleh : Je suppose.
Gerik : Alors, que pensez-vous de notre commandant ?
Saleh : Je suis là. Cette réponse suffit, non ?
Gerik : Oui. Vous savez, ce travail semble avoir plus de sens que les autres. C'est peut-être parce qu'il concerne toutes les nations. Je veux simplement accomplir les objectifs fixés par mon employeur. C'est ma première motivation.
Saleh : Je pense que tout ira pour le mieux. Tant que vous et moi serons ici...
Gerik : Ah ah ah ! Bien dit. Nous sommes intouchables, hein ? J'imagine que nous allons gagner tous les combats, n'est-ce-pas ? Mais ne soyons pas présomptueux.
Saleh : Mm. ...
Gerik : Qu'y a-t-il ?
Saleh : Gerik... Est-ce que...
Gerik : Est-ce que quoi ?
Saleh : Rien... Ne faites pas attention.
Gerik : Allez-y, parlez ! Qu'y a-t-il ?
Saleh : Pardonnez-moi. Ce n'est rien...
Gerik : Très bien... Dans ce cas, partons. A la première trêve, nous devrions aller manger un bout ensemble.
Saleh : Très bien. Et nous trinquerons à notre bonne fortune.
Gerik : Oui, à la chance !

:d) Soutien B

Gerik : Dites-moi, Saleh, comment se porte la Doyenne ?
Saleh : Elle n'a pas du tout changé.
Gerik : Vraiment ? Vous savez, j'étais très surpris lorque j'ai visité Caer Pelyn pour la première fois. Le regard de la Doyenne... Elle avait le regard si profond. Son regard était empli d'une sagesse infinie et semblait voir jusqu'au fond de votre âme. Un regard profond... et perçant. Et si clair. J'ai regardé un tas de gens dans les yeux, mais personne n'avait un tel regard. Toutefois, la Doyenne n'avait pas ces yeux durs qui vous jugent. C'est ce qui m'a le plus touché. En fait, la première fois que j'ai vu cette vieille dame, j'étais très intimidé. Mais elle m'a traité avec tant de douceur. C'est elle qui m'a appris à aimer Caer Pelyn, bien que cette nation n'ait pas de vie nocturne ! Je veux que vous preniez grand soin de la Doyenne, Saleh.
Saleh : Vous pouvez compter sur moi.
Gerik : Vos mots sont les bons, Saleh, mais vous sentez-vous réellement capable ?
Saleh : Capable ? Quand je suis à la maison, je veille sur vos effets personnels. Je lui prépare aussi ses repas et je surveille son état de santé...
Gerik : Ce sont des gestes naturels. Vous ne savez pas de quoi je parle, hein ? Ça ne m'étonne pas de vous.
Saleh : Y a-t-il... autre chose que je devrais faire ?
Gerik : La prochaine fois que vous irez chez vous, pensez à lui rapporter un petit cadeau. Offrez-lui un bijou ou un objet qui est populaire en ville.
Saleh : Mais... Je ne connais pas ses goûts...
Gerik : Oh, je vous en prie, Saleh ! Ce n'est pas le sujet. Recevoir ce genre de cadeau de son petit-fils lui fera très plaisir.
Saleh : Oh... vraiment ?
Gerik : Je me tue à essayer de vous le faire comprendre.
Saleh : Je vois. J'en tiendrai compte.
Gerik : La prochaine fois que nous irons en ville, je vous aiderai à choisir.
Saleh : Vos conseils me seront fort utiles.
Gerik : C'est bien d'étudier la magie, mais il faut parfois penser à ces choses. Et dans votre cas, vous avez besoin de mieux comprendre le coeur des femmes.
Saleh : ... Je vais essayer.
Gerik : Ah ah ah. Je vous aiderai.

:d) Soutien A

Saleh : Gerik...
Gerik : Qu'y a-t-il, Saleh ? Vous avez l'air si sérieux.
Saleh : Gerik... Vous me détestez, n'est-ce-pas ?
Gerik : Hein ?! Quoi ?
Saleh : Je...
Gerik : ...
Saleh : Votre ami, je...
Gerik : Ne dites rien, Saleh ! C'était l'oeuvre du destin. Vous n'aviez pas le choix. Vous deviez vous défendre.
Saleh : Gerik...
Gerik : Ecoutez, il arrive souvent aux mercenaires de devoir coopérer avec leurs ennemis jurés ou de se battre contre d'anciens alliés. Ça fait juste partie de notre travail. Mon ami Zabba est mort à cause de vous. C'est un fait incontestable. A l'époque, venger sa mort était une idée fixe qui m'obsédait et me démangeait ! Mais vous m'avez sauvé la vie. Nous sommes devenus amis. Je dis la vérité, non ?
Saleh : Oui...
Gerik : J'ai confiance en vous. Vous êtes mon ami. Je ne vous mens pas. Je ne mens jamais à mes amis. C'est contre mes principes.
Saleh : Et vous êtes mon ami. Depuis ce jour, vous m'avez sauvé maintes et maintes fois.
Gerik : Après tout, nous ne sommes que des hommes. Aider nos amis est un geste presque instinctif.
Saleh : Gerik... Vous... Vous êtes quelqu'un de bien.
Gerik : Assez ! Si vous continuez, je vais finir par rougir comme une écolière.
Saleh : Ah !
Gerik : Hé ! Ah ah ah ! C'est tellement rare de vous voir sourire. Ecoutez, Saleh, je sais que nous risquons nos vies ici, mais cette guerre n'est pas la raison de notre existence. Soyons prudents. Nous allons surmonter cette épreuve. Puis vous retournerez à Caer Pelyn pour vous occuper de la Doyenne !
Saleh : Oui... Et vous nous rendrez visite.
Gerik : Bien sûr ! Quand les choses se calmeront, vous organiserez une fête en mon honneur. J'ai hâte de pouvoir de nouveau goûter au fameux ragoût de mouton de Caer Pelyn.
Saleh : Nous vous attendrons, Gerik.

[Soren57]
[Soren57]
MP
08 décembre 2013 à 00:05:58

:globe: Saleh/Myrrh

:d) Soutien C

Myrrh : ...
Saleh : ...
Myrrh : ... Hum...
Saleh : Qu'est-ce qu'il y a ?
Myrrh : Saleh, où que j'aille, tu es toujours présent. Tu ne fais donc jamais rien dont tu as vraiment envie ?
Saleh : Je suis venu de Caer Pelyn. On m'a confié la responsabilité de vous escorter. Protéger le Grand dragon est ma raison de vivre.
Myrrh : Le Grand dragon ? Je t'en prie, ne m'appelle pas comme ça. C'est mon père le plus grand. Contrairement à lui, je n'ai rien accompli.
Saleh : Il est vrai, Grand dragon, que votre père a jadis sauvé l'humanité. Ce jour-là, il nous a protégés du Mal. Il est notre grand sauveur. Mais les hommes ont oublié la dette la plus sacrée qu'ils ont envers lui. Je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour réparer cette faute.
Myrrh : ...
Saleh : Grand dragon, est-ce que ma présence vous dérange ? Si c'est le cas, n'hésitez pas à me le dire. Je m'éclipserai sans délai et je ne reviendrai vous voir qu'en cas de besoin.
Myrrh : ... Fais comme tu le sens.
Saleh : ... Merci.

:d) Soutien B

Myrrh : ...
Saleh : ...
Myrrh : Hum...
Saleh : Oui ?
Myrrh : Je voudrais te demander quelque chose, car tu viens de Caer Pelyn. Sais-tu si mon père est déjà venu visiter ton village ?
Saleh : Oui, il est déjà venu au village. Je n'ai personnellement jamais rencontré ce noble personnage. Mais Dara l'a rencontré une fois, alors qu'elle était très jeune. Des monstres avaient pénétré dans Caer Pelyn, et le Grand dragon nous a sauvés.
Myrrh : Vraiment ? Je me demande pourquoi mon père a choisi de vous aider.
Saleh : Ça, je l'ignore. Nous, pauvres humais, nous ne pouvons espérer comprendre le raisonnement du Grand dragon.
Myrrh : ... Mon père a décidé de consacrer sa vie à la protection des hommes. Je n'avais jamais compris son choix... jusqu'à récemment. Depuis que je passe du temps avec vous tous, je commence à comprendre ce qu'il pouvait ressentir.
Saleh : Grand dragon...
Myrrh : Je vais continuer à me battre comme il l'a fait, pour le bien de toute l'humanité.
Saleh : Je vous suis reconnaissant d'avoir pris cette décision, Grand dragon.

:d) Soutien A

Myrrh : ...
Saleh : ...
Myrrh : ...
Saleh : Grand dragon... Je vais vous paraître irrespectueux, mais j'ai une faveur à vous demander.
Myrrh : Je t'écoute.
Saleh : Pourriez-vous venir au village ?
Myrrh : A Caer Pelyn ? Mais...
Saleh : Votre visite comblerait de joie Dara et les autres villageois. Le village est assez rudimentaire, mais nous ferons de notre mieux pour assurer votre confort et vous divertir. Vous pourriez rester jusqu'à ce que vous en ayez assez...
Myrrh : ... Saleh, cette requete, c'est juste pour me faire plaisir, n'est-ce-pas ?
Saleh : Non, pas du tout. Excusez-moi si je vous ai manqué de respect.
Myrrh : Non, je suis contente. Cependant... Je ne vais pas pouvoir rester longtemps.
Saleh : Mais pourquoi ?
Myrrh : Mon père me l'a expliqué. Nous sommes mi-hommes mi-dragons. Comme nous sommes les deux, nous ne sommes ni l'un ni l'autre.
Saleh : ...
Myrrh : Nous avons le pouvoir des dragons. C'est pourquoi nous ne pouvons pas vivre parmi les hommes. Nous avons le coeur des hommes. C'est pourquoi nous ne pouvons pas vivre parmi les dragons et les autres monstres. Nous sommes des marginaux en ce monde. Nous n'appartenons à aucune communauté. Nous sommes condamnés à vivre coupés du monde, sans que personne ne nous comprenne.
Saleh : Mais il y a des hommes dont les actions font d'eux des monstres aux yeux de tous ! Je suis sûr que les villageois se réjouiront de votre visite.
Myrrh : Saleh... Merci. Tes mots m'ont mis du baume au coeur. Je te donnerai ma réponse quand tout sera fini, quand la paix sera revenue.
Saleh : Je comprends.
Myrrh : Et lorsque je retournerai aux Bois de Lombres, je ne serai pas triste. Parce que j'aurais de bons moments avec vous tous, parce que j'aurai des souvenirs. Je ne me sentirai plus seule. Je ne serai plus isolée du reste du monde.
Saleh : Dame Myrrh...

1
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Evilash08, Vortex646, Tomy-Fett, Leirok, MamYume, ]Faustine[, Latios[JV], Remysangfamy, GamesOfLove
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer

  • Aucun sujet à ne pas manquer
La vidéo du moment