Menu
Assassin's Creed Unity
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
EtoileAbonnementRSS
jeuxvideo.com  /  Assassin's Creed Unity  /  Tous les forums  /  Forum Assassin's Creed Unity  /  Topic [JEU] La Quête du Saint-Graal.  / 

Topic [JEU] La Quête du Saint-Graal. - Page 11

Sujet : [JEU] La Quête du Saint-Graal.

DébutPage précedente
1  ... 678910111213141516  ... 266»
Page suivanteFin
cow-boy03
cow-boy03
MP
06 juillet 2014 à 22:10:01

Francis, ok, je retiens que je devrais m'en prendre à Flash :noel:

Et oui, "en fait", parce que j'ai trouvé ta façon de faire en mp particulièrement pénible :hap:
A vouloir jouer les mystérieux, au final, j'ai trouvé que ça donnait une impression de ne pas être au point sur ton sujet, de repousser les choses... ça faisait pas envie. C'est comme si on m'avait dit "un jeu d'Ubisoft va sortir". Ca donne pas envie. Si on me dit "un AC à Paris va sortir dans quelques mois", ça change déjà :noel:
Et comme on ne savait rien, perso, je n'attendais pas grand chose du jeu, je m'étais inscrit pour te faire plaisir et en me disant que si ça ne me plaisait pas, tu trouverais bien quelqu'un.
C'est pour ça que j'avais pas l'air motivé :noel:

Après, maintenant c'est lancé, mais si tu en refais un, fais gaffe quand même, je trouve pas ça très correct de dire "ouais, inscrivez vous", et 2h avant de lancer le jeu "ah ben en fait vos places sont pas réservées, je lance le jeu". Surtout sachant qu'un tiers des inscrits n'est pas présent pour le savoir :hap:

FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
06 juillet 2014 à 22:21:39

Certes. Mais j'avais envie de savoir s'il y avait des intéressés, tout en préservant un effet de surprise auquel je tenais. C'est aussi simple que ça ... :hap: Mais c'était laborieux.

Pour les places, je suis vraiment navré. Mais n'exagère pas, il ne manque que kiki et toi. :noel:

[sora98]
[sora98]
MP
06 juillet 2014 à 22:23:18

"[21:03:56] <FrancisLa-Laine>
Mais si Wawa roh. :honte: Bon ... D'ici une heure, ça devrait être bon. :hap:
" Ca fait une heure :-((

FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
06 juillet 2014 à 22:26:46

Justement, je cherche juste une musique pour le dernier paragraphe. :hap:

Mais je risque de ne pas en mettre.

Sora
Sora
MP
06 juillet 2014 à 22:29:30

Mets la musique des bisounours :coeur:

cow-boy03
cow-boy03
MP
06 juillet 2014 à 22:31:12

Francis, et Assa :hap:
3/10, ça fait un tiers (en arrondissant) :noel:

FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
06 juillet 2014 à 22:31:28

En fait si. Bon ok, évitez de poster. En espérant que ce soit à la hauteur de vos attentes. :hap:

Je rappelle qu'il est conseillé de tout lire, au moins pour le Prologue, le Chap 1 et 2, histoire de s'imprégner de tous les personnages. Vous n'êtes pas obligés, mais c'est un conseil. :o))

Bonne lecture !

Flash_info
Flash_info
MP
06 juillet 2014 à 22:31:34

Mets Never Gonna Give You Up :coeur:

FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
06 juillet 2014 à 22:31:52

_____________________________ :globe: PROLOGUE :globe: _____________________________

__________ :d) Les Assassins : Le Sicaire (Ramirez) & le Hacker (MisterAZ) :g) __________

( https://www.youtube.com/watch?v=fMPj8c676po )

La mission était claire.

Shark, Gator et Piranha, trois agents spéciaux d'une organisation secrète devaient se rendre dans un grand immeuble du 14ème arrondissement de Paris, dans le but de capturer un illustre scientifique connu pour ses nombreux prix Nobel. Cependant, les moyens ne manquaient pas, et un hélicoptère de combat avait été mis à leur disposition de sorte à ce qu'ils puissent mener la mission dans des conditions optimales. Avec Shark aux commandes, l'on pouvait considérer que tout était joué d'avance.

- Alors p'tit gars, t'es prêt ? hurla Gator, dont la voix était en grande partie couverte par le brouhaha de l'hélice, à l'attention de Piranha.
- Pardon ? répondit celui-ci en haussant encore plus le ton.
- T'ES PRÊT ? C'EST DU SÉRIEUX SUR CE COUP LA !
- Ah ! Ouais, ouais ...

Piranha tourna alors la tête sur sa droite pour admirer le panorama, et Gator en profita pour le dévisager. Ce petit gars était-il prêt à assumer une mission pareille ? Les deux agents, assis à l'arrière du véhicule, et Shark au pilotage, approchaient de plus en plus de l'immeuble cible.

C'est alors que tout semblait aller pour le mieux qu'un sifflement se fit entendre, jusqu'à ce qu'un missile passe à moins d'un mètre de l'hélicoptère. Shark effectua une manoeuvre qui lui permit d'éviter la première attaque, mais pas la deuxième, et un second projectile explosif vint pulvériser la queue du véhicule, le déséquilibrant totalement. Il se mit alors à tournoyer de plus en plus vite sur lui-même, et une alarme se mit à retentir en même temps que tous les voyants rouges commencèrent à clignoter. Le pilote choisit ce moment pour prendre le micro et s'adresser à ses collègues, à savoir un Gator alerte et un Piranha paniqué.

- Comme vous l'avez sans doute remarqué, nous avons été touchés. Alors écoutez-moi bien. Nous allons nous écraser contre cet immeuble ; la collision est imminente. Donc ...

Il fit soudainement tourner la sulfateuse et fracassa littéralement la façade vitrée du bâtiment, permettant une entrée possible, bien que très difficile voire suicidaire. Il reprit la parole.

- Vous allez sauter à mon signal, et atteindre cet immeuble. A mon signal ...

Le bruit de l'alarme agressait de plus en plus les tympans de Gator et Piranha, et l'adrénaline était montée si rapidement qu'ils n'avaient même pas le temps de réaliser à quel point ce qu'ils allaient faire était déraisonné. L'hélicoptère s'approcha très péniblement du bâtiment tout en perdant de l'altitude et en tournoyant toujours plus vite.

- Maintenant !

Le temps s'arrêta presque. Les deux agents bondirent de l'hélicoptère en direction de la façade en grande partie détruite de l'immeuble, et entamèrent le saut le plus long de toute leur vie. Sous leurs pieds, ils ne virent pas tout de suite la petite centaine de mètres qui les séparaient du sol, et un ultrason assourdissant pris place dans leurs oreilles lorsque le véhicule s'écrasa un peu plus bas contre le bâtiment, avant d'exploser dans une déflagration qui calcina instantanément Shark, qui n'avait vraisemblablement pas eu le temps d'actionner le siège éjectable. Gator et Piranha, quant à eux, comprirent rapidement que la distance à couvrir était bien trop grande. Ils croisèrent le regard médusé des bureaucrates et scientifiques de leur étage cible, avant de tomber dans le vide, et ainsi entamer leur irrémédiable chute vers la carcasse de l'hélicoptère. Bien que claire, la mission avait été un échec cuisant.

(coupez la musique)

Maz se réveilla en sursaut, haletant et transpirant. Encore ce foutu rêve ... Il chercha aussitôt Ramirez du regard, qui se balançait sur une chaise en le dévisageant. Comme d'habitude.

- Ce rêve ... Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à m'en défaire ?
- J'ai l'air d'un psy ? rétorqua le Sicaire en fronçant les sourcils.
- Épargne moi donc ton sarcasme. Encore et toujours cette mission dans laquelle nous mourrons ... J'étais pas prêt pour ça. Et la tournure que ça a pris n'a pas arrangé les choses.
- Dédramatise, on est pas morts, regarde ! La mission a été un échec, certes. De toute façon, la cible a claqué d'une crise cardiaque une semaine après. On l'aurait pas gardé longtemps, répondit Ramirez en se levant de sa chaise avant de se diriger vers la porte d'entrée.
- Mais Shark est bel et bien mort dans l'explosion, en revanche, ajouta le Hacker à mi-voix.

Le Sicaire grimaça, sans que son collègue ne puisse s'en rendre compte.

"Bref, j'ai reçu un appel. Lève toi, on a du pain su la planche." dit-il sèchement.

______________________ :d) Templier : Le Savant (Doarry) :g) ______________________

( https://www.youtube.com/watch?v=dm0m7JsdyxU )

Doarry s'assit à sa place, côté fenêtre pour pouvoir profiter du paysage. Le train pouvait démarrer ! Il l'avait eu de justesse pour le coup, c'était vraiment un coup de chance.

Il avait quitté son époque avec un peu plus d'une centaine d'anciens Deutschemarks en poche, histoire de pouvoir sortir de l'Allemagne. Mais à part cette modeste somme, ainsi qu'un vulgaire calepin et un crayon à papier, il était parti sans rien : en effet, il n'y avait pas de place pour mettre un homme ET une valise dans sa Machine à voyager de le Temps ! En parlant de cela ... Tout s'était finalement passé comme prévu !

Le Savant avait atterrit au beau milieu d'un champ de blé ; une chance qu'il n'y ait pas un quelconque bâtiment en 1976, à l'endroit où se situera son bureau dans une cinquantaine d'années ... A peine arrivé, il s'était dirigé vers le centre-ville de Nuremberg et avait de suite constaté qu'il avait changé d'époque, ne serait-ce que par rapport à l'architecture et le style vestimentaire. Mais histoire d'en avoir le coeur net, il demanda l'année, le jour et l'heure à un homme qui passait par là, et ses soupçons furent confirmés. Il était bien en 1976 ! Bien qu'il se soit vraisemblablement trompé de quelques heures à cause d'un petit problème de calcul au niveau des années bissextiles, ça n'était rien de bien grave, et son objectif était atteint.

Doarry se dirigea ensuite vers la gare à toute hâte pour prendre le premier train et quitter le pays. A cette époque, la guerre froide était encore d'actualité, et le mur de Berlin toujours construit. Une chance que Nuremberg fut du côté de la RFA, mais ... Il ne faisait quand même pas bon vivre en Allemagne, et de toute façon son enquête se passait en France.

Et puis il était finalement là, dans un train en direction de Paris gare du Nord.
Il pouvait enfin se laisser aller à ses pensées. D'ailleurs, si l'on se considérait dans un référentiel terrestre galiléen, et que l'on étudiait le système "Train" selon la deuxième loi de Newton en prenant en compte la somme des forces extérieures de ...

"Guten Tag Herr wünschen Sie, etwas zu trinken ? Wasser, Wein, Fruchtsaft ?"

Alors qu'il venait de sortir son calepin et son crayon pour étudier sans plus attendre ce train du point de vue de la mécanique gravitationnelle selon Newton, il fut interrompu par un serveur. Doarry le toisa alors de haut en bas. Après tout, il lui restait quelques Deutschemarks ...

1) Prendre de l'eau.
2) Prendre du vin.
3) Prendre un jus de fruit (préciser lequel).

FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
06 juillet 2014 à 22:32:15

______________________ :d) L'Ivrogne (Sunshine_Desire) :g) ______________________

- Bonjour. Je ... m'appelle Sun, dit-il en hésitant.
- Bonjour Sun, répondirent-ils tous en coeur.

Quelle idée stupide. Une réunion chez les alcooliques anonymes, vraiment ?
Le cul vissé à une chaise, dévisagé par ces hommes et ces femmes qui n'attendaient qu'une chose : entendre les malheurs d'autrui. Pourquoi faire au juste ? Aider ? Mais que diable pouvaient-ils bien savoir de son malheur ?! Absolument rien !

- Et ... je suis alcoolique, continua-t-il en baissant les yeux.

Sans blague. Pourquoi serait-il là sinon ? Pour écouter les problèmes existentiels des uns et des autres ? Humf. Proposer une aide, éventuellement, une solution ? Mais s'il n'en trouvait pas pour ses propres problèmes, pourquoi irait-il se torturer le cerveau pour des gens dont il ne connait que le prénom ? Et pour la même raison, pourquoi l'aiderait-on ?

Tout s'accordait pour dire qu'il n'avait rien à faire ici. C'était une mauvaise idée.
En étant là, il se sentait encore plus alcoolique que face à un verre de scotch dans un bar miteux. Il se sentait encore plus misérable, et trouvait son cas d'autant plus désespéré.
Mais maintenant qu'il était là, autant essayé d'y mettre de la bonne volonté, non ?

- J'ai perdu ma maison, ma femme ... Mon enfant ... Un procès. Ma vie, quoi. Et ...

Difficile de perdre plus. Son travail peut-être ? Son argent ? Sa fierté, sa dignité, son amour propre ? Au point où il en était, Sun considérait que ces choses là n'était même plus essentielles. Il n'y avait que l'affect qui comptait, mais malheureusement c'était la dernière chose à laquelle il pouvait se rattacher. L'Ivrogne releva lentement la tête, et balaya la salle du regard en toisant l'assemblée en silence. Chaque homme, chaque femme. Chaque regard. Chaque oeil. Compatissant ... A un tel point que ça en devenait méprisant.

Il se leva brusquement et envoya valser la chaise sur laquelle il était assis.

- Et je n'ai pas besoin de votre pitié, ni de votre aide ! Bordel ! héla-t-il.

Tout le monde le dévisagea. Encore et toujours ... Voilà que même eux, ces déchets de la société, le regardaient comme n'importe quel quidam l'aurait regardé dans la rue : avec mépris voire dégoût. Sun tapa rageusement du pied et sortit de la pièce en trombe. Prendre l'air ...

1) Aller au bar.
2) Aller se détendre dans un parc.
3) Déambuler dans la rue.

__________________________ :d) L'Inspecteur (sora) :g) __________________________

L'Inspecteur jeta nonchalamment sa Gauloise par terre et l'écrasa sous sa chaussure en regardant tout autour de lui. Personne ... Pourtant il y avait un petit quelque chose dans l'air. Il observa la devanture du commissariat, hésitant entre y rentrer de suite ou bien attendre de voir si la place publique, devant, restait déserte longtemps. Il regarda alors sa montre, qui affichait 6h50. Bon, c'était peut-être lui qui était trop matinal sur ce coup là ...

Il s'approcha alors de la porte d'entrée, et pénétra dans le bâtiment à l'aide des clés : une fois encore, personne, même à l'intérieur. Sora plissa les yeux en déambulant dans le couloir principal et se dirigea vers son bureau, quand soudain, un collègue en sorti en mettant un coup de pied dans la porte. L'Inspecteur écarquilla les yeux, et l'homme couru pour venir à sa rencontre. Il haletait et paraissait étonnamment paniqué.

- Inspecteur, ils ... Nous subissons un assaut ! Le commissariat est attaqué !
- Pardon ? Mais je n'ai rien vu en arrivant ... répondit Sora, hésitant.

( https://www.youtube.com/wom/watch?v=SBP1Lxsj0wc#t=0m18s )

Soudain, une banane vint s'écraser contre la porte d'entrée vitrée du bâtiment. Le jeune policier se retourna tel un éclair et plissa les yeux, quand tout à coup, une vingtaine de bananes rejoignirent la première. "Bon sang ... La journée ne pouvait pas plus mal commencer".

Il se dirigea vers l'entrée au pas de course, tout en dégainant son revolver calibre .357 sous le regard médusé de son collègue. ça n'est que face à la menace que Sora prit conscience du danger ... Une armada de singes descendaient des arbres et lançaient des bananes.

- L'usage d'une banane à des fins différentes que la rassasiement est interdit en ville ! Veuillez vous rendre immédiatement, ou bien je devrai sévir ! s'exclama l'Inspecteur en mettant tour à tour en joue les primates qui hurlaient de plus en plus fort.
- Mais vous n'avez pas le droit de dire des choses pareilles ! C'est du racisme !

Sora tiqua, et ouvrit sa veste de la main gauche tout en gardant les singes en joue. Il en sortit une carte d'adhérent au FN qu'il montra fièrement à son collègue, tout en lui faisant un clin d'oeil. Il reporta à nouveau son attention sur les fauteurs de trouble qui ne semblaient pas se calmer, tout en remettant sa carte à sa place, puis il hurla à nouveau.

- Très bien les primates, je vais vous renvoyez d'où vous venez, vous allez voir !

Puis il fit soudainement feu. Un bonobo chuta d'un arbre, ce qui provoqua un état de panique général. Sora ne faiblit pas, et descendit dans la foulée deux babouins et quatre autres bonobos, mais il fut très vite noyé sous les bananes qui lui étaient lancées. Son collègue retourna à l'intérieur du commissariat en se protégeant la tête avec ses bras, et l'Inspecteur fut très rapidement dépassé par l'ennemi, surtout lorsque des gorilles et des orangs-outans commencèrent à descendre des arbres pour venir directement s'en prendre à lui.

(coupez la musique)

Le réveil agressa soudainement les tympans de Sora, qui émergea en grimaçant.
Eh bien ... ça n'était donc qu'un rêve. Heureusement. Il était 7h30 ; en théorie il aurait dû se presser pour aller au travail mais il était plutôt du genre posé, en général. Il sortit de son lit, se prépara et partit aussitôt de chez lui, se disant qu'il prendrait un café sur place.

Une fois arrivé au commissariat, l'Inspecteur constata avec soulagement qu'il n'y avait aucune trace de singe ou de banane. Il pénétra dans l'enceinte du bâtiment, et tomba nez-à-nez avec le collègue de son rêve. Celui-ci l'attendait, apparemment.

- Vous tombez à pic, on a du boulot. On attend de vous que vous interrogiez quelqu'un.

1) "Un suspect ? Amenez-moi à ce sombre fils de catin."
2) "Hé ho, je viens d'arriver. Foutez moi la paix et laissez moi prendre mon café."
3) "Vous aussi, vous avez rêvé que le commissariat était attaqué par des singes ?"

FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
06 juillet 2014 à 22:32:27

___________________________ :d) Le Clown (Lokiel) :g) ___________________________

( https://www.youtube.com/watch?v=1D5Sa2Yq-2g )

Alors on était là. Après avoir apporté joie et félicité à moult sales garnements, on se retrouvait ... Là. C'est-à-dire en proie à une réflexion on ne peut plus intense. ça doit bien arriver, parfois.

Soudain, un poney rose arriva à la rencontre de Lokiel et le tira hors de ses pensées. Il esquissa un sourire tellement large qu'il joignait ses deux oreilles et laissait voir la totalité de sa dentition carnassière. Il monta alors sur le dos de la créature équestre et la dirigea vers un petit bac d'eau pour qu'elle puisse s'y désaltérer. Le Clown poussa un petit peu la tête de la bête pour l'inviter à y boire, et elle s'exécuta sans une once de résistance. Le poney commença donc à boire, boire, encore et encore ... Sa tête ne quittait plus le bac, si bien que Lokiel se lassa et descendit de son dos, avant d'aller courir au milieu des fleurs et des animaux.

Un biscuit géant l'interpela avant de lui demander de goûter à sa chair. Affirmant être succulent, et mettant ainsi le Clown en confiance, celui-ci ne se fit pas prier et commença à croquer dans la pâtisserie à pleines dents, ce qui avait l'air de l'amuser puisqu'elle riait à gorge déployée.

Le reste de la journée fut constitué d'événements similaires, tous plus ... Gais les uns que les autres, en vérité. Lokiel avait taillé des haies et entretenu le champ pour rendre service à la petite voix qu'il y avait dans sa tête pleine d'idées folles. Mais la fête avait été interrompue lorsque des sirènes, sorties de nulle part, vinrent à sa rencontre pour lui parler de barreaux. Des barreaux, hein ? Un barreau plutôt : le sien ! N'ayant jamais vu de sirènes auparavant, et surtout pas des aussi entreprenantes, le Clown se laissa embarquer par ces merveilleuses créatures, espérant qu'elles l'amèneraient dans un sanctuaire fabuleux ...

Et il ne fut pas déçu. Des barreaux pour le coup, il y en avait : ils étaient d'ailleurs en fer, et cette fois-ci, ça n'était pas une métaphore. Le pauvre Lokiel était en cellule, et nulle part ailleurs.

On lui avait rapporté les faits : meurtre d'une vieille dame par noyade, cannibalisme sur personne mineure, massacre à la tronçonneuse dans une maternelle. De quoi passer un bon bout de temps à l'ombre ... Ou bien avec une chemise blanche aux manches rigolotes, si d'aventure il s'amusait à plaider la démence. En attendant, ayant été interpelé en pleine nuit sur les coups de 4h du matin, il avait été enfermé à l'arrière du commissariat de Paris.

1) Hurler à la mort.
2) Fixer les policiers avec insistance.
3) Demander un café.

_________________________ :d) Le Renégat (supaltair) :g) _________________________

( https://www.youtube.com/watch?v=YMA7PkVDCMk )

Posons le contexte. Une journée de Septembre ensoleillée, des fins de mois difficiles, une vie quotidienne qui se résume par le mot "solitude" ... Ainsi qu'un ennui morbide et constant.

Supalta pénétra dans l'enceinte de la banque en réajustant sa capuche et en s'assurant que son bandana couvrait bien toute la partie inférieure de son visage. A peine arrivé, tous les regards se tournèrent naturellement vers lui car l'on savait qu'un homme avec une telle allure ne se retrouvait jamais dans une banque par hasard. En partant de là ... Personne n'y venait par hasard. Mais il y avait ceux qui venait retirer leur argent, et ceux qui venaient pour le coffre.

Le Renégat balaya toute la salle du regard et constata que les vigiles avaient déjà un oeil sur lui. Mais il fit l'air de rien, et commença à faire la queue, comme chacun. Une fois son tour arrivé, il avança son buste et le colla contre le guichet, sans sortir les deux mains de ses poches, de sorte à être le plus près possible du secrétaire en charge. Celui-ci le dévisagea avec une expression inquiète non dissimulée marquée sur le visage, en remarquant à quel point l'allure du Renégat était dérangeante. Ce dernier prit finalement la parole.

- Bonjour. Je viens retirer de l'argent, dit-il à mi-voix.
- Monsieur, il y a un distributeur dehors ... Combien venez-vous retirer ? répondit le secrétaire, hésitant comme jamais et lançant des regards furtifs aux vigiles.
- A combien s'élève le montant de votre coffre ?

L'homme tressaillit. Il manqua de tomber de sa chaise, et hurla "c'est un hold up !". Instantanément, les deux vigiles qui observaient Supalta depuis une bonne dizaine de minutes se ruèrent sur lui, mais il dégaina son TBR et colla une balle entre les deux yeux d'un des deux assaillants, avant de mettre l'autre en joue. Celui-ci avait bien une arme de fonction, mais il était désormais trop tard pour dégainer. La demi-douzaine de clients présents se jeta soudainement au sol en hurlant, voire même en pleurant pour certains. Le paria haussa les sourcils, s'étonnant du sang-froid inexistant de ceux-là.

- Tout compte fait, je me contre-fous du montant de votre coffre. Contentez-vous de m'amener son contenu, et rapidement si vous ne voulez pas que ça finisse en bain de sang. Oh et je vous déconseille, avec toute la bienveillance du monde, d'essayer d'appeler qui que ce soit.

Il avait prononcé ces mots tout en braquant le vigile restant, et sans le quitter des yeux. Tout le monde était tétanisé, mais Supalta fut satisfait lorsqu'il entendit le secrétaire détaler comme un lapin en direction du sous-sol. Il revint cinq minutes plus tard avec deux sacs remplis de billets, qu'il déposa aux pieds du Renégat. Celui-ci se baissa et les saisit de sa main gauche ; en effet l'argent n'avait jamais été très lourd. Il se déplaça alors lentement vers la sortie, à reculons, et fit volte-face lorsqu'il fut dehors avant de partir en courant vers sa voiture. Très rapidement, il lança les deux sacs sur la banquette arrière du véhicule, mit le contact et fit crisser les pneus, alors même qu'il entendait l'alarme de la banque retentir : la police n'allait pas tarder.
Mais théoriquement, il ne devrait plus être là à leur arrivée.

Tout s'était passé comme sur des roulettes.

Cependant, Supalta avait la désagréable impression d'avoir fait cela pour rien. En effet, ce braquage ne se justifiait pas que par l'ennui et le manque d'argent, sinon n'importe qui s'y essaierait et l'on parlerait d'anarchie. Non ... Il s'agissait d'attirer l'attention sur lui.

Était-ce une réussite ?

[sora98]
[sora98]
MP
06 juillet 2014 à 22:39:46

"Bien qu'il se soit vraisemblablement trompé de quelques heures à cause d'un petit problème de calcul au niveau des années bissextiles," Jerry :noel:

wawa37
wawa37
MP
06 juillet 2014 à 22:44:21

Genre t'as fait un random. :noel:

FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
06 juillet 2014 à 22:54:57

sora :d) Clin d'oeil. :noel:

Wawa :d) Disons que pour certains oui, et d'autres non, comme j'avais dit à Sun. :oui:

-[]Ramirez[]-
-[]Ramirez[]-
MP
06 juillet 2014 à 22:55:35

Oh mon dieu, je suis un mec completement stylée et en plus de ça je suis assassin avez MAZ :cute: Sa pue le random truqué quand même mais bon :hap: on va pas se plaindre :hap:

FrancisLa-Laine
FrancisLa-Laine
MP
06 juillet 2014 à 22:57:06

Rami :d) Figure toi que non. Sans le random, je t'aurais mis Renégat, sauf que t'es sorti Sicaire et tu m'as dit que t'aimais bien donc c'est tombé à pic. :noel: Pareil pour Maz.

Flash_info
Flash_info
MP
06 juillet 2014 à 22:59:29

Yeah :content:

Tu gères mon Ciscis :cute:

Sora
Sora
MP
06 juillet 2014 à 23:00:48

Des sirènes :bave:

-[]Ramirez[]-
-[]Ramirez[]-
MP
06 juillet 2014 à 23:01:14

Nan mais c'est mie ucomme ça :oui: Le Sicaire me fait rêvé :noel: Puis double magnum :bave: Et e nplus avec MAZ :bave:

[sora98]
[sora98]
MP
06 juillet 2014 à 23:01:37

J'ai explosay a la lecture de mon paragraphe, mon rêve :rire:

DébutPage précedente
1  ... 678910111213141516  ... 266»
Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Fnac Marketplace ONE 10.94€ Amazon ONE 18.23€ Rakuten PS4 19.74€ Amazon PS4 19.99€ Fnac Marketplace PC 21.68€ Fnac Marketplace PC 21.78€
Marchand
Supports
Prix