Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / Thatgamecompany, les poètes du jeu vidéo /

Journey : L’apothéose de la trilogie de l’onirisme - Thatgamecompany, les poètes du jeu vidéo

Page Dossier
Journey : L’apothéose de la trilogie de l’onirisme
PC PS3 Vita Web PSP
Partager sur :

Journey : L’apothéose de la trilogie de l’onirisme
Journey est de loin le plus ambitieux des trois jeux que thatgamecompany conçoit pour Sony, mais aussi le plus énigmatique. Le cadre dans lequel Journey nous transporte dénote complètement avec son prédécesseur Flower. En effet, l’aventure débute au beau milieu d’un désert de dunes s’étendant à perte de vue, où un petit personnage vêtu de tissu rouge est assis dans le sable fin. D’où vient-il ? Que fait-il ici ? Est-il un homme ou une femme? Autant de questions qui resteront sans réponses. Pourtant, c’est bien cette énigmatique personne que le joueur est amené à incarner. Grâce au stick de la manette permettant de se déplacer, on observe avec fascination le sable se mouvant au rythme de nos pas. Mais notre regard est vite attiré par une petite colline, surplombant le plat du désert, et ornée sur son pic d’une sorte de stèle. Monter sur cette dune s’avère laborieux : nos jambes sont frêles et compliquent l’escalade.

Cependant, une fois gravie, on se rend compte que cette colline cachait quelque chose de beaucoup plus impressionnant : une immense montagne se dessine au loin, illuminée par le soleil levant. De son sommet se dégage une étrange mais captivante lumière. S’en suit un incroyable voyage qui vous fera découvrir les vestiges d’une civilisation perdue, votre but ultime étant d’atteindre ce sommet, et cette lumière synonyme de paix et de rédemption. Toutefois, ce périple, vous ne le vivrez pas seul. A tout moment, vous pourrez croiser un autre personnage identique au vôtre, mais contrôlé par un autre joueur dont vous ne connaissez rien, pas même son pseudo, et avec lequel vous ne pourrez communiquer qu’en produisant un unique son. La relation qui se crée et qui vous unit à cet inconnu est d’autant plus forte, de par la sincérité de ce lien et l’interdépendance qui se forme entre les deux joueurs.

Journey : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirisme

Le rêve de Jenova Chen

Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est en jouant à World of Warcraft, le célèbre MMORPG de Blizzard, que Jenova Chen imagine le concept social de Journey dès 2006, soit bien avant que le jeu ne soit développé. A l’époque, Chen était un joueur assidu de WoW, si bien qu’il n’accordait qu’assez peu d’intérêt à sa vie sociale. Cependant, il cherche tout de même à combler ce manque dans le jeu et tente de trouver des amis à travers World of Warcraft. Bien vite, Chen se rend compte que la plupart des autres joueurs ne voient leurs partenaires que comme des outils pour battre un ennemi plus facilement ou pour parcourir un donjon. Très peu de nouveaux liens se créent entre les joueurs et leurs partenaires, qui préfèrent jouer avec des personnes qu’ils connaissent, au grand dam de Jenova.

Du coup, il se met à rêver d’un jeu où le lien qui unit les joueurs laisse place à un échange émotionnel unique et puissant. Au départ, il voit mal comment parvenir à créer une connexion si forte entre deux personnes dans un jeu vidéo. C’est finalement beaucoup plus tard que Jenova trouve le concept qui deviendra celui de Journey, en discutant avec des astronautes ayant marché sur la Lune. Effectivement, ces derniers lui font part de la sensation étrange que l’on ressent une fois sur la Lune, une sensation de solitude et de faiblesse. Il n’y a aucun bruit, c’est désert, et la Terre est si petite qu’on peut la couvrir avec son pouce. On se sent si petit que l’on se questionne sur son existence : « Qu’est-ce que je fais là ?», « Pourquoi j’existe ?» et d’autres questions existentielles submergent alors l’esprit. C’est cette sensation de solitude, d’impuissance et de crainte face à l’immensité de la nature que Jenova décide de reproduire dans son prochain jeu, dans le but d’amener le joueur à s’interroger sur le sens de sa propre vie.

Journey : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirisme

Une expérience sociale unique

Mais revenons à l’aspect social de la chose. Jenova Chen souhaite qu’un lien fort unisse les deux joueurs, un échange émotionnel sincère né de l’entraide et de l’amitié qui rapprochent les individus. Pour cela, il faut que toute l’attention du joueur soit centrée sur son partenaire. Ce cadre de désert silencieux et vide, inspiré par un paysage lunaire, se révèle être la solution pour provoquer cet intérêt pour l’autre. Effectivement, si l’on y place quelqu’un, il est immédiatement saisi par la solitude et la crainte du monde qui l’entoure. Toutefois, le simple fait de rencontrer une autre personne également égarée fait naturellement naître un sentiment de réconfort. Cette seule présence de vie crée un contraste avec l’environnement désertique dans lequel le joueur progresse. Ainsi, l’intérêt que l’on porte à son partenaire s’en voit décuplé. Certes, cette rencontre joue un rôle important dans la création des liens qui rapprochent les joueurs, mais l’ambition de thatgamecompany ne s’arrête pas là.

Une interprétation innovante du multijoueur

Le studio ne veut pas qu’au fil du voyage, cette liaison se casse à cause d’un gameplay mal agencé. C’est pourquoi il décide dans un premier temps d’intégrer le mode multijoueur de manière transparente. Concrètement, cela signifie qu’il n’y a pas de mode multijoueur à part entière, ce qui veut dire pas de lobby à rejoindre, etc. L’interface multijoueur est donc totalement inexistante, ce qui renforce l’authenticité de la rencontre avec un autre joueur, puisqu’elle est aléatoire et inattendue. Dans la même perspective, thatgamecompany repense la communication entre les deux joueurs : pas de chat vocal, ni même écrit. Tout ce que l’on peut faire pour « parler » avec son compagnon de voyage, c’est produire un son, en appuyant simplement sur la touche "rond". En outre, on ne connaît pas non plus le pseudo de son ami, qui ne nous est dévoilé qu’à la fin du jeu. Pourquoi ces étranges et inhabituels choix ? Jenova Chen les justifie en expliquant qu’ils renforcent la sincérité de l’échange entre les deux individus. Les deux joueurs se considèrent ainsi comme des êtres humains avant tout, laissant parler leurs émotions les plus primaires et naturelles.

Journey : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirismeJourney : L’apothéose de la trilogie de l’onirisme

Cette connexion, ce lien d’une pureté absolue entre les deux joueurs, est également due à d’autres éléments de game design, comme notamment le principe d’entraide. Comme son nom l’indique, il consiste à récompenser les joueurs s’ils marchent côte-à-côte, unis face à la nature qui les menace. En effet, en se rapprochant l’un de l’autre, ils régénéreront mutuellement leur capacité de s’envoler, qui est limitée dans Journey. Par ailleurs, Journey devait initialement comporter quelques phases durant lesquelles les personnages devaient coopérer pour escalader certaines falaises. Cependant, Jenova Chen remarque, en jouant avec l’un de ses collègues, que mettre la vie d’un joueur entre les mains de son partenaire n’est pas une bonne idée. En effet, ce dernier est tenté de le tuer, simplement par curiosité. Par conséquent, Jenova décide de faire en sorte que l’on ne puisse jamais éliminer son compagnon, en le poussant du haut d’un pont, par exemple. De la même manière, thatgamecompany supprime le principe de ressources à collecter qu’ils voulaient implémenter à Journey, car les mésententes entre les deux joueurs dues à un vol de ressources ternissaient l’expérience de jeu. Finalement, toutes ces simplifications ont pour conséquence non seulement de garantir un échange émotionnel puissant entre les deux joueurs en les encourageant à s’aimer, mais aussi de rendre le soft beaucoup plus accessible, ce qui est très important dans les jeux thatgamecompany.

Journey : L’apothéose de la trilogie de l’onirisme
Mis à jour le 28/08/2013 à 14:50
PC PlayStation 3 PlayStation Vita Web PlayStation Portable Action Aventure Puzzle-Game Autres University Of Southern California Sony The Games Company Thatgamecompany

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
azerty78kb
azerty78kb
MP
le 01 sept. 2013 à 18:29

Journey, meilleur jeux PSN et de loin la meilleure expérience vidéo ludique à ce jour (pour moi en tout cas). :content:

Lire la suite...
illidansquall
illidansquall
MP
le 30 août 2013 à 00:12

ah les parties a deux ...je n'ai toujours pas le trophée Méditation, pour-temps 20 secondes ce n'est pas long...

j'ai et j'adore les trois jeux TGC.

Lire la suite...
pyvesnaanou
pyvesnaanou
MP
le 29 août 2013 à 20:45

Ah Journey! CE JEU! Dommage que parfois les joueurs qu'on rencontre ne jouent pas vraiment le jeu, et fonce tout droit sans s'interresser aux contacts émotionnels et à l'entraide!

Lire la suite...
Fanta_Gazeu
Fanta_Gazeu
MP
le 29 août 2013 à 02:11

Jeux-man2, c'est quand tu sais ajuster ces divers mondes que Journey trouve toute sa splendeur pour des joueurs comme moi, car, après avoir tranchés des têtes avec Kratos, rien de tel qu'une poésie lié frénétiquement à tout ses univers barbares et impitoyables que j'ai l'habitude de jouer. Sans ça, je me ciblerai plus vers la philosophie d'un joueur occasionnel qui ne trouve manette en main que le plaisir procurer par des jeux ThatGameCompagny, que le stupide bon à rien qui va essayer de te contredire en disant que ce genre de jeux ne vaut pas un COD et même un GOW, parce que "ta hu, tsss c koi se jeu de merde la ! chu peut etre con à se poin la, mai dépanssé 15 dollars la dedant non mé allo quoi !"

Lire la suite...
Jeux-man2
Jeux-man2
MP
le 29 août 2013 à 00:29

Les gens voient dans le jeu vidéo sa: tuer, avancer et encore tuer ou alors bêtise bêtise bêtise. Journey nous prouve alors que le jeu vidéo est poésie, calme, relaxation et surtout émotion. N’êtes vous pas d'accord avec moi ?

Lire la suite...
Lilopops
Lilopops
MP
le 28 août 2013 à 21:31

Un des jeux les plus sensationnel de tous les temps. :ok:

Lire la suite...
UmbraCatervae
UmbraCatervae
MP
le 28 août 2013 à 19:01

Un superbe OVNI des jeux vidéos!

Lire la suite...
zeroblackV7
zeroblackV7
MP
le 28 août 2013 à 18:52

griffondor95 +1 :hap:

Lire la suite...
AlpYro
AlpYro
MP
le 28 août 2013 à 17:06

Journey : Meilleur jeu PS3.

Lire la suite...
gryffondor95
gryffondor95
MP
le 28 août 2013 à 16:28

Tuer les gens pour voir ce que ça fait ? Le pire c'est que j'en serais capable ! Si l'Humanité doit disparaitre un jour, ce ne sera pas à cause de sa cupidité ou de son arrogance, mais de sa curiosité :noel:

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • L’ambition d’un homme : Jenova Chen
  • La rencontre avec Kellee Santiago
  • La révélation : Cloud
  • La création du studio thatgamecompany
  • flOw : Immersion dans un autre monde
  • flOw : De la théorie à la pratique
  • Flower : Le pouvoir des fleurs
  • Flower : Interaction et contemplation
  • Journey : L’apothéose de la trilogie de l’onirisme
  • Journey : La narration au service de l’émotion
  • Innover pour évoquer de nouvelles émotions
  • Proposer une expérience accessible à tous
  • Une recherche esthétique poussée
  • Une bande-son couplée au gameplay
  • L’inspiration de Jenova Chen
  • L’avenir de thatgamecompany
  • Conclusion
Meilleures offres
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store