CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Soldes
    • Find Your Next Game
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Soldes
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Page Dossier Lara Croft : Tomb Raider
Lara Croft : Tomb Raider

Vu que Tomb Raider s'inspire ouvertement de nombreuses oeuvres cinématographiques, ce n'est qu'un juste retour des choses que de voir le 7ème art s'accaparer la franchise d'Eidos. Ainsi, sort le 27 juin 2001 sur les écrans français le premier film de Tomb Raider. Bien que les précédents jeux vidéo portés à l'écran (Street Fighter, Mario Bros, Wing Commander....) n'aient pas vraiment brillé par leur qualité, ce premier long métrage mettant en scène la belle Lara se veut plus ambitieux, tout en étant très proche de son modèle de pixels, enfin c'est du moins ce que suggère son réalisateur, Simon West (Les ailes de l'enfer), un des poulains de l'écurie Bruckheinmer. Et c'est qu'on aimerait bien le croire le bougre, puisqu'à première vue, tout semble concorder pour qu'on se retrouve avec un ersatz d'Indiana Jones agrémenté de quelques formes voluptueuses. Tout d'abord le choix d'Angelina Jolie est des plus judicieux vu que la ressemblance avec l'égérie de Core Design est des plus frappantes. Le passage se fait d'autant plus en douceur en France que l'actrice Françoise Cadol prête à nouveau sa voix très sensuelle pour le film. Angie (entre nous, pas de cachotteries) suit donc un entraînement de plusieurs semaines au cours duquel elle se forge un corps d'athlète. Le résultat est très convaincant, la pitite Angelina n'hésitant pas à faire elle-même certaines cascades à l'image de la fameuse scène où tel un ange (ou un gibbon, c'est selon), elle effectue un ballet aérien accrochée à deux élastiques dans le hall de sa demeure.

Lara Croft : Tomb RaiderLara Croft : Tomb RaiderLara Croft : Tomb Raider

Ensuite, le scénario est dans la droite lignée de celui des deux premiers opus vidéoludiques. Il y est question d'une éclipse ayant lieu tous les 5000 ans, d'une relique permettant de maîtriser le cours du temps et d'une ancienne secte du nom d'Illuminati qui cherche bien entendu à récupérer le précieux objet. Outre le côté globe-trotter qui nous fait voyager de Venise à la Sibérie en passant par le Cambodge, on retrouve également tout ce qu'on est en droit d'attendre d'une telle production : de l'action, du fantastique et une pincée de sensualité. Pourtant, la première impression qui se dégage à la vision du film se résume en un gros soupir, suivi d'un hochement de tête signe d'une nette déconvenue vis-à-vis de ce qui aurait pu être un bon petit film d'action. De fait, le scénario de Massett et Zinman, qui sera ensuite retouché par Colleary et Werb (l'excellent Volte/Face de Woo, c'est eux !), enchaîne les erreurs et n'arrive à aucun moment à trouver le ton juste. Doit-on faire rire le spectateur, le faire frémir ou faire plaisir au fan coûte que coûte ? Douloureuse question qui ne trouvera jamais de réponse. Au bout du compte, on doit se coltiner le petit génie en informatique et accessoirement pote de Lara qui n'est autre qu'un side-kick de base très agaçant, le subalterne de Powell (le grand méchant du film) qui ne sert à rien si ce n'est à ouvrir des portes et à balancer quelques blagues et sous-entendus qui ne feront rire personne. Ensuite, passés quelques détails qui n'ont pas beaucoup d'importance (le père de Lara, incarné par celui d'Angelina Jolie, se voit ici renommé Richard pour Dieu sait quelle raison, la mère de l'aventurière n'est jamais évoquée...), on est légèrement désabusé par des scènes complètement idiotes (celle de la glissade à la fin du film) ou très éloignées de l'état d'esprit du personnage d'origine. Par exemple, une fois arrivée en Sibérie, Lara n'éprouve aucun remord à acheter tous les chiens de la populace locale à l'aide de quelques biftons. Quand on sait que lesdits chiens sont indispensables pour la survie de ces habitants, on peut être surpris par le côté "politiquement incorrect" de la transaction. Et que dire de la relation entre Lara et Alex West (campé par Daniel Craig, le prochain James Bond à l'écran) qui bien que renvoyant à celle avec Pierre Dupont (le premier Tomb Raider) n'ajoute rien à l'intrigue. Au contraire, elle empêche le film de pleinement s'émanciper comme il aurait pu le faire.

Lara Croft : Tomb RaiderLara Croft : Tomb RaiderLara Croft : Tomb Raider

Pourtant, certains passages ont un fort potentiel à l'image de la séquence d'ouverture où Lara affronte un droïde de combat qui entretient quelques liens de parenté avec la scène finale de Ghost In The Shell lorsque le sergent Motoko affronte un tank surpuissant. On retiendra aussi l'invasion des Illuminati dans la demeure de la riche héritière, complètement flinguée (c'est le cas de le dire) par un montage épileptique ou comment obtenir un maelström de plans saccadés aptes à faire réveiller votre estomac. Malheureusement, après le passage très inspiré, durant lequel Lara affronte tour à tour des singes et griffons de pierre, ainsi qu'une statue géante, le reste du film est encore plus indigeste et ne présente que peu d'intérêt autant pour les fans endurcis que pour le spectateur lambda. Reste que dans tout ça, la Paramount avait à la base signé pour trois films et qu'il faudrait peut-être déjà penser au second épisode. Oui, oui, c'est un fait mais pendant ce temps, on ne retiendra qu'une chose de ce Lara Croft : Tomb Raider... Tempus Fugit... A l'image du spectateur qui aura tôt fait de détaler avant la fin de cette production en demi-teinte.

360 GB GBA PS1 PS2 Core Design Eidos Interactive THQ Ubisoft Activision Crystal Dynamics Aventure Plate-Forme Action Jouable en solo Rétrogaming
Commentaires
Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Sommaire Dossier
  • La fille spirituelle du professeur Jones
  • Quand archéologie rime avec mythologie
  • Tomb Raider
  • De la demeure de Lara au Perou
  • Monument Saint Francis
  • Cité de Khamoon
  • Mines de Natla
  • Tomb Raider II
  • La demeure de Lara
  • De la Grande Muraille de Chine à Venise
  • Plate-forme pétrolière
  • Le Tibet
  • Tomb Raider III
  • La demeure de Lara :
  • L'Inde
  • Le Pacifique
  • Le Nevada
  • Londres
  • L'Antarctique
  • L'église Hallows
  • Tomb Raider IV : La Révélation Finale
  • Angkor Vat
  • Le tombeau de Seth
  • La jeep
  • Karnak
  • Le train
  • Alexandrie
  • Le Caire
  • Guizeh
  • Tomb Raider V : Sur Les Traces De Lara Croft
  • Rome
  • L'Ile noire
  • La Russie
  • Tower Block
  • Bonus
  • Tomb Raider : L'Ange Des Ténèbres
  • Paris
  • Le Louvre
  • Prague
  • Prague / Deuxième partie
  • Bonus
  • Un retour vers le passé
  • Tomb Raider
  • Tomb Raider : La Malédiction De L'Epée
  • Tomb Raider : The Prophecy
  • Veuillez laisser un message après le bip sonore
  • Lara Croft : Tomb Raider
  • Lara Croft : Tomb Raider : Le Berceau De La Vie
  • ...et sa publicité
  • Dessine-moi une Miss Croft
  • Lara prend vie
La vidéo du moment