Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / La difficulté et son évolution dans le jeu vidéo /

Gamers et joueurs occasionnels, inégaux devant l'erreur - La difficulté et son évolution dans le jeu vidéo

Page Dossier
Gamers et joueurs occasionnels, inégaux devant l'erreur
Gamers et joueurs occasionnels, inégaux devant l'erreur
PC PS3 360 VCS Nes PS1
Partager sur :

Même si le jeu vidéo est né avec le désir de plaire au plus grand nombre, la démocratisation du Pong de Nolan Bushnell étant là pour le prouver, il a rapidement pris une direction le destinant en priorité aux joueurs confirmés. Si certains titres comme Pac-Man conservaient une approche grand public (la petite pastille est notamment née de la volonté d'intéresser les femmes), nombre d’entre eux demandaient d’importants réflexes et une attention de tous les instants. Pour terminer Donkey Kong, pour ne citer que lui, il faut avoir l'oeil vif et les nerfs bien accrochés. Et comme de nombreux hits se voyaient porter sur console, la difficulté originelle se retrouvait généralement dans nos salons.

Gamers et joueurs occasionnels, inégaux devant l'erreur
Donkey Kong n'est pas insurmontable mais demande un certain doigté.

Ainsi, malgré l’instauration de points de vie et autres aides pour le joueur, le média s’est spécialisé de plus en plus et s’est finalement « enfermé ». Et ce fut ainsi pendant très longtemps… jusqu’à l’apparition de la PlayStation. C’est véritablement à cette époque, soit au milieu des années 1990, que le jeu vidéo, porté par la communication décalée de Sony, a changé de statut. Les développeurs – selon la nature des jeux – devaient parler au plus grand nombre et adapter la difficulté de leurs productions. Les années passant, le profil des joueurs a évolué considérablement, obligeant les studios à s’adapter.

Les joueurs d’hier ont grandi et n’ont plus du tout la même attente, comme le résume X-Fab :

Je n’aime plus tellement les jeux (très) difficiles. Un minimum de challenge ? Pourquoi pas évidemment mais des trucs qui rendent fou tels que Mega Man, Dark Souls et tout le tralala, ce n’est plus pour moi. Déjà d’une, ça m’énerve et donne envie de jeter la manette (surtout à cause du syndrome « M. Bison - l’IA a décidé de gagner et ne te laisse pas voir le jour – comme on le voit dans les jeux de baston), et d’autre part par manque de temps (famille, boulot…). Sauf à la limite en coop’, j’adore la coop’ avec Dark Souls et d’autres jeux d’horreur qui te permet de flipper / rager entre potes et d’affronter la difficulté en groupe pour mettre en place des stratégies.

Il faut bien imprimer que de très nombreux jeux à l’époque des 8, 16, voire même 32-bits, n’étaient quasiment jamais finis par les joueurs. Pour Laurent Lebailly, cela se traduit par une réalité implacable : « C’est bien simple, je n’ai jamais fini autant de jeux que depuis l’ère PS3 – 360. » Les joueurs d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes qu’il y a vingt ou trente ans, les attentes sont totalement différentes. « Trop de difficulté, trop de skill me rebute. », insiste Rachalan Ludd. « Le Die and Retry imposé par les contraintes techniques, ça ne m’intéresse plus trop aujourd’hui. » Les habitudes d’hier, en revanche, sont ancrées chez de nombreux joueurs et beaucoup estiment qu’il faut trouver un juste équilibre entre l’accessibilité et le challenge. Comme le rapporte Olivier Brunel, « peu importe la difficulté du moment, à condition qu’elle soit cohérente avec son gameplay et son univers. Par contre, ce qui est insupportable, c’est le tas d’assistances inutiles que l’on intègre dans certains jeux modernes et qui sont une insulte à l’intelligence du joueur. » Comme on peut le voir, pour satisfaire le plus grand nombre, les développeurs ont encore du travail… et on sait à quel point cette notion de difficulté est compliquée à équilibrer durant la création d’un jeu. Et ça ne date pas d'aujourd'hui...

Mis à jour le 09/02/2019 à 21:11
PC PlayStation 3 Xbox 360 Atari 2600 Nes PlayStation Action RPG Plate-Forme Adresse Namco Limited Namco Capcom Hasbro Interactive Atari From Software Supersonic Software Bandai Namco Heroic Fantasy Rétrogaming

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
BBlake
BBlake
MP
le 10 févr. 2019 à 12:55

"Comme le rapporte Olivier Brunel, « peu importe la difficulté du moment, à condition qu’elle soit cohérente avec son gameplay et son univers."

Cette citation résume bien ce que devrait être la difficulté dans tout les jeux, une difficulté cohérente.

Ce qui dégrade vraiment la difficulté du jeu vidéo, c'est l'esport. Pourquoi ? Parce qu'on vous met des "joueurs pro" sur des jeux vidéo dit "Accessible à tous". Vous comprenez le paradoxe ? Du coup on vous vend un jeu en mode "Attention c'est un jeu pour les pros, la preuve il y a de l'esport dessus" du coup le joueur un peu jeune ou con, va y aller se sentir fort du un jeu accessible à tous et vu que le 3/4 préfère avoir de la pseuso récompense sociale sur des jeux simples au lieu de jouer à des jeux réellement dur mais le problème c'est que les jeux réellement dur ne sont pas populaire puisqu'ils sont dur..

Lire la suite...
Pseudo supprimé
le 10 févr. 2019 à 12:02

le soucis de la difficulté est que justement pour plaire au plus grand nombre, on fini par détériorer le média.

Donc le développeur actuel se dit si je fait un jeu dur, je ne cible que 10% des joueurs si je le fait facile je cible 90%...

Donc temps pis pour les gamer, et c'est d'autant plus le cas pôur les jeu AAA qui sont fait pour toucher le plus grand public possible et donc sont considérer comme casual pour les gamer...

Lire la suite...
MysteryBug
MysteryBug
MP
le 10 févr. 2019 à 08:46

(la petite pastille est notamment née de la volonté d'intéresser les femmes)

Comment ça ? J'aimerais bien un peu plus d'explications là dessus !

Lire la suite...
Top commentaires
MysteryBug
MysteryBug
MP
le 10 févr. 2019 à 08:46

(la petite pastille est notamment née de la volonté d'intéresser les femmes)

Comment ça ? J'aimerais bien un peu plus d'explications là dessus !

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • Droit à l'erreur et accessibilité, deux notions au centre du jeu
  • Gamers et joueurs occasionnels, inégaux devant l'erreur
  • De l'importance d'une difficulté personnalisée
  • La frustration éprouvée et évitée par les playtests
  • Difficulté : de simple paramètre à véritable concept
  • Quand la technique s'en mêle
  • Démocratisation des jeux... et des tutos
  • La performance, alliée privilégiée de la difficulté
  • Europe, Etats-Unis, Japon : la même passion mais des jeux différents
  • Records et speedruns : les joueurs créateurs de difficulté
  • Et on retient quoi ?