CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • JV Fan contest
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Page Dossier L'année de Carnbee : 2017 pleine de diversité, mais quelques doutes subsistent
L'année de Carnbee : 2017 pleine de diversité, mais quelques doutes subsistent

Des jeux qui feront date et des politiques qui troublent

Difficile de prendre l'année 2017 à défaut sur la qualité et la diversité des jeux qui l’ont jalonnée. Il y a eu de l’aventure en paravoile au dessus de plaines enchantées, de l’horreur en réalité virtuelle au sein d’une famille démoniaque et même un soupçon de stratégie sur une arche mère des mondes anneaux. Les indés ont également brillé avec des œuvres singulières qui traitent d’une malédiction familiale liée à une étrange bâtisse ou encore d’un Diable qui fait boire la tasse aux dessins animés des années 30. Il est également compliqué de pester sur 2017 pour le hardware qui a rythmé son règne. L’arrivée de la Switch, tout d’abord, qui a permis à Nintendo de sortir une machine synthétisant l’ADN de la société : à la fois portable et de salon, pensée pour le multijoueur local et abreuvée d'exclusivités top qualität. La Xbox One X, ensuite, qui a exposé un hardware particulièrement puissant capable de faire tourner les jeux multi plateformes dans les meilleures conditions qui puissent exister sur console.

Et heureusement qu’ils étaient là, les éditeurs tiers, tant l’année de Microsoft s’est révélée peu excitante côté jeux, excepté Cuphead. Si le point des exclusivités ne semble pas forcément animer le discours orienté business des représentants de la marque, il n'empêche qu’elles restent un repère important pour les passionnés. J’en viens au bilan moins positif de 2017 : cette année sème le doute sur diverses technologies et politiques. Malgré la sortie de bons titres, la réalité virtuelle peine à gommer certaines limites liées à son concept. La politique dédiée aux jeux de Microsoft reste toujours aussi peu audible pour une grande partie du public, et Nintendo continue de semer le trouble aussi bien sur sa politique de jeu en ligne que sur la manière dont vont cohabiter Switch et 3DS. Enfin, les microtransactions abusives continuent d’envahir les contenus solo comme multi et demandent donc une certaine vigilance. Gageons que 2018 permettra aux géants qui façonnent l’industrie de trouver la juste balance entre profits et propositions allant vers les besoins des consommateurs.

L'année de Carnbee : 2017 pleine de diversité, mais quelques doutes subsistent

Mon top 5 de 2017 :

  1. Resident Evil VII

  2. The Legend of Zelda : Breath of the Wild

  3. Super Mario Odyssey

  4. Cuphead

  5. What Remains of Edith Finch

Video-test de Resident Evil VII

L'année de Carnbee : 2017 pleine de diversité, mais quelques doutes subsistent

Mon coup de coeur : Dropmix, le jeu musical servi sur un plateau

J’ai déjà eu l’occasion au détour de deux Gaming-Live et d’un Lunch-Play d’aborder le cas Dropmix, ce drôle de jeu de cartes mis au point par Harmonix et Hasbro. Je ne voudrais pas vous donner l’impression que je ne change pas de disque, mais je répète que ce titre qui se joue sur mobile (smartphone, tablette) mérite tout votre intérêt si vous appréciez les expériences musicales. Le principe est aussi simple et entraînant que le meilleur hymne d’un Kavinsky : chaque carte posée sur le plateau de jeu fourni joue une séquence de sons (percussion, basse, clavier, voix, etc) ce qui permet de créer des mix surprenants lorsque l’on essaye les multiples combinaisons possibles. La technologie mise en place fonctionne tellement bien qu’elle ne peut que provoquer le wow-effect chez vos convives, qui souhaiteront forcément jouer les DJ d’un soir dans un des deux modes multijoueur ou lors d’une session freestyle. De mon côté et en tant que victime consentante, j’espère que de nombreuses cartes additionnelles viendront enrichir l'expérience, avec pourquoi pas la venue de certains artistes comme Daft Punk, Justice et autres Chemical Brothers.

L'année de Carnbee : 2017 pleine de diversité, mais quelques doutes subsistent

Mon coup de gueule : PUBG en boîte, le point final d'une copie raturée signée Xbox

L’année 2017 n’a pas été facile pour la Xbox. Toujours totalement distancée par la PlayStation 4 au niveau des charts, victime du report de Crackdown 3 et témoin d'un E3 n’ayant pas redonné confiance quant aux investissements first party, la Xbox One voit en plus une petite Switch collectionner les succès critiques et commerciaux. Afin de s’assurer une exclusivité hivernale dont tout le monde parle, Microsoft et Bluehole sortent à deux semaines de Noël le déjà célèbre PUBG. Le problème, c’est que les boîtes disponibles dans les boutiques contiennent non pas un blu-ray mais un code de téléchargement, code qui ne donne pas accès à un jeu considéré comme à peu près terminé mais à une early-access disponible depuis le même jour en dématérialisé. Sans surprise, le soft est pour le moment techniquement à la ramasse, ce qui est plutôt normal puisqu’il s’agit d’un accés anticipé. Mais le vendre en boîte dans les boutiques pour les fêtes comme n’importe quel autre jeu “fini” est une manoeuvre critiquable. Oui, il y a bien des avertissements sur la jaquette et oui, nous pourrions discuter de la définition d’un produit terminé à l’époque des patchs à répétition et des jeux-service. C’est tout de même la première fois que l'on constate un tel procédé sur Xbox One, les game preview étant auparavant uniquement cantonnés à une section plus confidentielle du Xbox Store. Enfin, les publicités diffusées comme les informations sur la boîte indiquent qu'il s'agit "d'une exclusivité pour console Xbox One". Il reste pourtant un certain flou quant à cette affirmation.

Annonce
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
suprakan suprakan
MP
le 30 déc. 2017 à 05:36

Pour ce qui est de ton coup de gueule, je suis 100% d'accord, c'est vraiment prendre les joueurs pour des cons que de sortir (sans doute pour la 1ere fois au monde) une boite de jeu contenant un Code a télécharger, surtout que le format des jeux en DIGITAL CODE existent déjà sur Xbox, qu'on en trouve partout y compris en magasin, c'est donc bel et bien une ENORME arnaque, et je ne parle même pas de l'état de la version livré, mais juste du procédé...

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • L'année de [87] : Divinity Original Sin II, l'envol de Larian, les difficultés de la VR...
  • L'année d'Anagund : Une formidable année, qui prédit un futur morose
  • L'année de Carnbee : 2017 pleine de diversité, mais quelques doutes subsistent
  • L'année d'Epyon : 2017 historique, la renaissance de Zelda, pas encore convaincu par la Switch...
  • L'année de Kaaraj : Une année charnière, Assassin's Creed Origins, le solo de Star Wars...
  • L'année de Logan : Une excellente année 2017 plombée par la fin de la neutralité du net
  • L'année de MrDeriv : Prendre le temps d'apprécier les choses, la Switch cartonne et Steam s'emballe..
  • L'année de Panthaa : Course à la 4K, salons en déclin, Ubisoft et Nintendo en odeur de sainteté...
  • L'année de Rivaol : C'est déjà 2018, la densité qualitative du marché, la fin des simu de sport...
  • L'année de Silent_Jay : Hellblade, le retour en force du Japon, les jeux en kit...
La vidéo du moment