Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / Comparatif : 42 casques audio filaires à l'essai, entre 40 et 280€ /

Test du casque Steelseries Siberia 350 : La douche froide - Comparatif : 42 casques audio filaires à l'essai, entre 40 et 280€

Page Dossier
Test du casque Steelseries Siberia 350 : La douche froide
Test du casque Steelseries Siberia 350 : La douche froide
PC PS4 ONE Mac iOS Android
Partager sur :
Profil de oliveroidubocal
L'avis de oliveroidubocal
MP
Twitter
Rédaction jeuxvideo.com
20 mars 2017 à 22:13:31
8/20
Spécifications
CompatibilitéPC, Mac, PS4
Transducteurs2x50 mm
Réponse en fréquence50 Hz à 16 kHz
Impédance32 ohms @1kHz
Sensibilité80 dB SPL/mW
Type microphoneunidirectionnel, sur bras rétractable
Atténuation bruit microNon
Zones éclairéesOui, RGB
Rendu 7.17.1 virtuel
Poids260 g
Connexions disponiblesUSB

Si l’on sait Steelseries capable de sortir du lot avec ses casques haut de gamme, on peut toujours craindre que l’exercice du compromis ne corresponde pas aux attentes des joueurs. Et c’est malheureusement ce qui nous attend avec ce Siberia 350. A trop vouloir répondre à l’appel du surround ou du rétroéclairage, le fabricant est un peu passé à côté de son sujet.

Disponible en noir ou en blanc, le Siberia 350 a, au premier abord, tout pour réussir. Un design épuré et plutôt classieux, des matériaux de qualité (même si l’on reste sur une prédominance de plastique) et deux larges écouteurs pour parfaitement englober les oreilles. Sur la balance, ce modèle affiche un poids de 260 grammes. Plutôt léger donc, notamment grâce à l’absence de garniture autour de l’armature du casque, composée pour son arceau principal de deux tubes en plastique assez rigides, tandis que le haut du crâne est en contact avec une large bande souple dont la tension sert d’unique réglage. Comme nous venons de le dire, l’ensemble inspire donc confiance, mais cette dernière va très vite s’étioler… Dès les premières utilisations, en vérité.

Test du casque Steelseries Siberia 350 : La douche froide

Pour commencer, si le système de maintien semble efficace, il présente aussi un double problème. Le niveau de serrage des oreillettes n’est pas modifiable et apparaît rapidement comme insuffisant lors des mouvements de tête, alors que l’ensemble a tendance à se décaler inexorablement vers le haut, obligeant le joueur à régulièrement le remettre en position. Il semblerait d’ailleurs que ce dernier phénomène soit plus important sur les grandes têtes que sur les plus petites, le ressort de la suspension responsable de ce défaut étant alors plus sollicité.

Test du casque Steelseries Siberia 350 : La douche froide

Deuxième point énervant, l’unique connexion en USB qui limite le casque à une utilisation sur PC, Mac ou PS4, sachant qu’en prime, cette dernière ne pourra pas profiter de l’effet Surround, et devra se contenter d’un câble dont la longueur atteint à peine 1m40. Quant aux fonctions disponibles, elles se limitent à un interrupteur ON/OFF derrière l’oreille gauche et un volume des écouteurs sur le boîtier discret placé à 40 centimètres le long du câble du casque. Pour profiter d’un réglage du micro, il faudra donc obligatoirement afficher le logiciel Engine, lequel propose finalement plus d’options pour le rétro-éclairage que pour l’audio. On se limite en effet à une banque de profils, l’activation du dolby surround (dont on aura l’occasion de reparler un peu plus bas) et un égaliseur à 5 bandes, quand le contrôle des LEDs offre des fonctions dignes de menus de dégradés dans Photoshop. C’est toujours mieux que l’absence de logiciel imposée par l’HyperX Cloud II, mais ça reste quand même un peu léger.

Test du casque Steelseries Siberia 350 : La douche froide

Et ces détails seraient presque acceptables si la qualité sonore était au rendez-vous, mais ce sera loin d’être le cas. Les fréquences les plus élevées, garantes de la clarté et de la précision, sont tout bonnement absentes. Les aigus sont donc soit étouffés, soit criards quand le volume monte, pendant que les mediums s’octroient bien plus de place qu’il ne leur en faut. Ne reste aux graves que leurs yeux pour pleurer. Ces derniers (les graves, pas les yeux) n’arrivant jamais à s’exprimer correctement et bavant lamentablement lorsqu’on les pousse depuis l’égaliseur. Ajoutez à cela l’absence de traitement en 7.1 en entrée, le signal n’étant considéré qu’en stéréo, et vous comprendrez que la déception est totale.

Test du casque Steelseries Siberia 350 : La douche froide

Heureusement, il reste la qualité du micro pour rattraper le tout. Sauf que non... Nous avons là encore un champion de la médiocrité : entre son très métallique, distorsion, saturation et souffle omniprésent, il est le premier à nous offrir un tel spectacle. En clair, il reste un atout majeur si vous jouez en compétitif puisque votre voix devrait rapidement agacer vos concurrents.

Test du casque Steelseries Siberia 350 : La douche froideTest du casque Steelseries Siberia 350 : La douche froide

Vous l’aurez compris, ce Siberia 350 fait l’unanimité : il est beau, mais c’est bien tout ce qu’il a pour lui. Ni pratique, ni efficace, il nous semble bien loin de mériter les 120€ qu’il demande pour son acquisition. A ce prix, vous trouverez bien mieux ailleurs.

Les notes
+Points positifs
  • Un casque qui a de la gueule
  • Le micro rétractable très discret
-Points négatifs
  • Une sonorité vraiment passable
  • Il ne tient pas bien sur la tête
  • Câble USB trop court
  • Le son du micro, une horreur

Le Siberia 350 est un produit à oublier. Il fait montre d'une certaine esthétique, mais c'est le seul argument qui plaidera en sa faveur. Derrière se cacheront une qualité sonore médiocre, à l'écoute ou en termes de restitution de la voix, et une stabilité plus que discutable.

Profil de oliveroidubocal
L'avis de oliveroidubocal
MP
Twitter
Rédaction jeuxvideo.com
20 mars 2017 à 22:13:31
8/20
Mis à jour le 14/03/2019 à 15:12

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Azzurvif
Azzurvif
MP
le 21 mars 2017 à 13:52

Ok le siberia 350 a des défauts mais là ça déconne sur la critique et la note.
Il tient super bien sur la tête, je l'ai depuis qu'il existe et je n'ai jamais eu de problème
Le câble USB fait une taille parfaite, j'ai même du mou. En plus les clavier gaming viennent généralement avec des ports USB donc je ne vois pas de problème.

Pour les sons (entrée et sortie), c'est vrai que ça ne vaut pas son prix. A la rigueur avec 30/40% en moins oui

Demandez un autre modèle parce que le votre semble défectueux.

Lire la suite...
Commentaire édité 21 mars 2017, 13:53 par Azzurvif
Top commentaires
Azzurvif
Azzurvif
MP
le 21 mars 2017 à 13:52

Ok le siberia 350 a des défauts mais là ça déconne sur la critique et la note.
Il tient super bien sur la tête, je l'ai depuis qu'il existe et je n'ai jamais eu de problème
Le câble USB fait une taille parfaite, j'ai même du mou. En plus les clavier gaming viennent généralement avec des ports USB donc je ne vois pas de problème.

Pour les sons (entrée et sortie), c'est vrai que ça ne vaut pas son prix. A la rigueur avec 30/40% en moins oui

Demandez un autre modèle parce que le votre semble défectueux.

Lire la suite...
Commentaire édité 21 mars 2017, 13:53 par Azzurvif
Sommaire Dossier
  • Test du casque MSI Immerse GH50 : MSI veut faire vibrer nos coeurs
  • Test casque Konix Drakkar Bodhran : quand la chaleur l’emporte
  • Test Roccat Noz : un casque trop léger pour être net
  • Test Turtle Beach Recon Spark : un casque à petit prix, mais aux prestations solides
  • Test Cooler Master MH752 : Une bonne surprise
  • Test HyperX Cloud Alpha S : Pour quelques graves de plus
  • Test Audio-Technica ATH-G1 : Équilibre difficile entre qualités et défauts
  • Test Logitech Pro X : De nets progrès, mais est-ce suffisant ?
  • Test Logitech Pro Headset : Une belle évolution qui craque
  • Test Cooler Master MH752 : Une bonne surprise
  • Casques et technologies surround : L'histoire du bon et du mauvais casque 7.1
  • Test du casque Cougar Phontum : Le charme à l'ancienne
  • Test du casque Logitech G Pro : LE casque pour les joueurs pro ? Vraiment ?
  • Test Plantronics RIG 300 : Un (trop?) petit casque d'entrée de gamme
  • Test Plantronics RIG 400 : La recette était presque parfaite
  • Test du casque Sennheiser GSP 303 : A-t-il hérité des qualités de ses aînés ?
  • Test du casque Sennheiser GSP 600 : Un modèle catégorie poids lourd
  • Test du casque Astro Gaming A40 TR + MixAmp Pro TR : Une vraie plus-value pour le joueur
  • Test du casque ASUS ROG Centurion : La grosse déception
  • Test du casque ASUS Strix 7.1 : Promesses non tenues
  • Test du casque Cougar Immersa Pro : Tout ce qui brille n’est pas fait d’or
  • Test HP Omen Mindframe : Winter is coming...
  • Test du casque HyperX Cloud Revolver S : Un incontournable dans sa catégorie
  • Test du casque HyperX Cloud II : Une évolution à minima
  • Test du casque Logitech G433 : Un compromis bien pensé
  • Test du casque Logitech G633 : Le plein de fonctions
  • Test du casque Logitech G430 : Une (bonne) affaire de compromis
  • Test du casque MSI Immerse GH70 : La lampe d’ambiance qu’il vous faut ?
  • Test du casque Plantronics RIG 500E : Le bonheur est dans le kit
  • Test du casque Plantronics RIG 500 Pro Esports Edition : Simplicité et efficacité à prix élevé
  • Test du casque Razer ManO'War : Des progrès suffisants ?
  • Test du casque Roccat Khan Aimo : La recette qu'on attendait
  • Test du casque Sennheiser GSP 350 : Un concurrent sérieux
  • Test du casque Sennheiser PC 373D : L’argent ne fait pas le bonheur
  • Test du casque SteelSeries Arctis 5 : Des changements qui font mouche
  • Test du casque SteelSeries Arctis Pro + GameDAC : Hail to the king, baby !
  • Test du casque Thrustmaster Y-350X 7.1 Powered : C’est compliqué
  • Test Turtle Beach Elite Pro 2 + SuperAmp (PS4) : Une révision qui déçoit
  • Test du casque Corsair VOID Surround : Quand les sirènes chantent faux
  • Test du casque Razer Kraken 7.1 v2 : L'heure est grave
  • Test du casque Sound BlasterX H7 : Le casque “à la Papa”
  • Test du casque Steelseries Siberia 350 : La douche froide
  • Test du casque Turtle Beach Elite Pro + TAC : Le contrôle du bout des doigts