CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • JV Fan Contest
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus JVTECH
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Overwatch 2
    • FUT 23
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Page Dossier Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès
Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

Note de la rédaction

19
Spécifications
Compatibilité : PS4, PC, Mac ou Xbox One, PC, Mac / Transducteurs : 2 x 40 mm / Réponse en fréquence : 20 Hz-20 kHz / Impédance : NC Sensibilité : 118dB @1kHz Type microphone : Unidirectionnel rotatif/ Atténuation bruit micro : oui / Zones éclairées : Non / Rendu 7.1 : Logiciel interne / Poids : 380g / Connexions disponibles : sans fil propriétaire avec base USB/Optique / Prix constaté (10/2018) : 320€

”Chérie, j’ai envie de me payer un bon casque. J’ai vu qu’Astro Gaming avait sorti sa 3ème génération d’A50 avec une jolie base de recharge, ce qui me permettrait de profiter de mes jeux PS4 et PC sans que tu aies à te plaindre du volume sonore, ni même des câbles qui parcourent le salon. Combien ça va nous couter ? Oh, à peine plus cher que la console... Non mais attends, arrête de crier, je t’explique.”

A la vue du tarif de ce A50 Wireless, bon nombre d’entre vous sont surement déjà partis râler dans les commentaires en argumentant que 320€ pour un casque gaming, c’est n’importe quoi. Une réaction que l'on aurait voulu un poil plus mesurée, mais que l'on peut comprendre... Les manettes de nos consoles étant désormais équipées de ports mini-jack pour véhiculer l’audio, il n'y a plus forcément de raison d'investir des sommes folles dans un matériel sans fil dédié. De nombreux modèles filaires deviennent dans ce contexte tout à fait capables de vous faire profiter d'un bon son, et d’un joli niveau de fabrication, avec un minimum de câblages à gérer et dans une enveloppe budgétaire raisonnable. Cela étant dit, il y a une différence entre le produit qui va s'évertuer à proposer un excellent rapport qualité-prix, et celui qui va frôler l'excellence à presque tous les niveaux. C'est dans cette seconde catégorie que le A50 d'Astro Gaming vient se positionner avec une belle réussite, au point que le prix en deviendrait presque anecdotique.

Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès
Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

Au sortir de sa boite, l’A50 n’est pas ce que l’on pourrait appeler un modèle discret. A l’instar de ce que l’on disait du A40, avec lequel il partage de nombreux points de design, le casque se présente avec une esthétique assez particulière, désormais exacerbée par la couleur bleue des tiges métalliques de la version PlayStation. Et que dire de celle dédiée à la Xbox One, dont le vert criard parcourt aussi quelques pièces de plastique de l’arceau comme de la base... Une question de goût, certainement, mais le manque de sobriété n’empêche pas l’A50 de respirer la qualité de fabrication. Pas de grincements, une bonne résistance aux torsions et des matériaux judicieusement choisis et agencés attestent de son niveau de gamme élevé. Tout au plus peut-on regretter quelques vis apparentes à la jointure des tiges métalliques, heureusement invisibles une fois le casque sur la tête.

Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succèsTest Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

En termes de confort, ce A50 se montre admirable. D’abord, il s’adapte facilement à toutes les tailles de tête, simplement par glissement de l’arceau rigide le long des tiges métalliques latérales. Le réglage demande cependant une certaine concentration lorsqu’il est effectué avec le casque sur la tête, afin d'éviter de mettre le coussin supérieur de travers. Ce système inhabituel présente néanmoins l’avantage non négligeable d’être très stable, avec peu de risques qu’il se dérègle pendant l’utilisation, et offre en prime la possibilité de mettre le tout à plat, par simple rotation des oreillettes.

Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

Le maintien du casque n’est pas des plus fermes, mais il suffit à assurer une bonne tenue sur la tête. Seul l’axe gauche/droite, lors des mouvements latéraux, donne la sensation d’un risque de chute, ou du moins de perte de la position, mais cela reste de l’ordre du ressenti et à moins de faire un geste délibérément exagéré, les oreillettes gardent bien leur position. De même, la zone de contact avec le haut du crâne et l’arceau est suffisamment souple pour atténuer le poids pourtant conséquent du casque, avec pour résultat un confort indéniable, même sur le long terme. Quant aux oreillettes par défaut, elles se présentent avec un toucher à peine pelucheux, très agréable, mais laissant passer peu d’air. Suivant vos conditions de jeu, la température ambiante et votre niveau de sudation, ça peut rapidement se transformer en hammam.

C’est d’ailleurs là le seul point qui donne envie de retirer le casque de temps en temps, histoire de respirer un peu, et on ose à peine imaginer le résultat avec les oreillettes en simili-cuir, vendues séparément pour une quarantaine d’euros. Ce sont néanmoins ces modèles optionnels qui offrent une vraie isolation des bruits extérieurs, ceux par défaut étant plus adaptés au calme d'une maison de campagne qu’à une zone bruyante. Et tant qu’à parler des options, notez qu’il vous en coûtera une vingtaine d’euros supplémentaires pour l’acquisition de la housse de transport. Un peu mesquin, si vous voulez notre avis.

Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès
Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

Comme tout bon casque sans fil qui se respecte, le A50 place ses commandes directement sur les oreillettes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que malgré la profusion de possibilités, l’ergonomie reste excellente avec un accès aux fonctions principales parfaitement priorisé. Ainsi, on retrouve sur la face de l’oreillette droite deux larges boutons pour ajuster la balance entre le chat et la source principale, quand le volume général se place sur l’unique molette du casque, en bas et à l’arrière, à un endroit que votre pouce trouvera naturellement. Il est juste dommage que cette molette ne soit pas cliquable pour offrir un mute général digne de ce nom. Côté micro, c’est la bascule de la tige qui propose l’activation et la désactivation de la voix, avec un cran léger en fin de course pour s’assurer que le micro ne se remette pas en marche malencontreusement.

Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

Bien que demandant plus d’habitude pour être utilisées sans regarder, les fonctions secondaires restent suffisamment espacées et différenciées pour être utilisables en jeu. Ainsi, on garde à portée de doigts l’égalisation du casque avec 3 presets grâce à un interrupteur dédié, l’activation ou non du Dolby avec un bouton poussoir, et enfin la mise à l’arrêt du casque avec un dernier interrupteur placé tout en haut de l’oreillette. On a aussi droit à un arrêt automatique après quelques minutes sans signal pour éviter de vider la batterie inutilement. C’est limpide, simple, et rudement efficace puisqu’on se retrouve finalement avec l’ensemble des contrôles d’un Mixamp Pro TR, la connectique encombrante en moins, celle-ci restant au niveau de la base.

Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

Cette dernière propose d’ailleurs une double fonction. D’abord, elle sert de support pour votre casque quand vous ne l’utilisez pas, avec un réceptacle pour chaque oreillette et une fonction de charge. Un mot d’ailleurs pour signaler que la position du casque doit être très précise pour que la charge soit opérationnelle et qu’il suffit de très peu pour que le casque se décale et perde son alimentation. Avec “seulement” 15 heures d’autonomie, il ne faut pas se rater, surtout que le casque ne propose pas de mode passif. Pour le coup, il manque peut être un petit aimant histoire d’empêcher qu’on récupère son casque avec les batteries vides après ce que l’on pensait être une nuit de charge. On apprécie néanmoins que l’appairage se fasse simplement en plaçant son casque sur sa base, donnant au passage la possibilité d’utiliser plusieurs bases, pour par exemple des questions de compatibilité (une base Xbox One et une base PS4, la base supplémentaire étant vendue 99€ sur le site du fabricant).

Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

La deuxième fonction de cet accessoire tient dans sa liaison avec votre console ou votre PC, puisque c’est elle qui vient se connecter en filaire et assurer la transmission sans fil avec le casque, jusqu'à 7-8 mètres sans aucun problème d'après nos tests, 12-13 mètres si vous acceptez quelques rares décrochages. En termes de connectique, que l’on parle de la version Xbox One ou PlayStation 4, on passe toujours par une récupération du signal 7.1 en optique et du chat entrée/sortie par un port USB. On note dès lors un problème pour les possesseurs de PS4 Slim, console dénuée de port optique, qui doivent alors récupérer le signal de leur téléviseur ou acquérir un boitier supplémentaire pour extraire le 7.1 de l’HDMI. Reste la possibilité de récupérer le signal stéréo directement depuis l’USB, ce qui enlève tout de même l’effet surround et la gestion séparée du chat. Cette problématique ne se retrouve pas sous Mac et Windows, OS qui voient nativement le boîtier en USB comme une carte son offrant le 7.1, le chat et le micro. Les possesseurs de Switch, smartphones et tablettes apprécieront quant à eux la possibilité de connecter leur appareil en mini-jack 4 pôles 3.5, pour un signal limité à la stéréo en sortie et au mono en entrée.

Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

Si au final on apprécie que la base s’intègre parfaitement dans un environnement avec console ou PC, quel que soit l’équipement audio que vous utilisez, on regrette tout de même qu’elle continue à être visible en tant que carte son même lorsque le casque est posé dessus, et lorsqu'il est éteint. C’est à l’utilisation quotidienne que ce petit détail apporte sa lourdeur puisqu’il oblige à fouiller dans les paramètres audio de son PC ou de sa console pour passer d’une utilisation sur enceintes à une utilisation sur casque, alors que le tout aurait pu être géré automatiquement par la présence ou non du casque sur sa base. Et si sur Mac ou PC l’opération tient à un clic, c’est une tout autre histoire quand il s’agit de la Xbox One ou de la Playstation 4. Heureusement, il reste la solution fonctionnelle (mais non spécifiée par le fabricant) de basculer la base du mode console à PC, via l’interrupteur sur le côté. Ce n'est pas aussi classe que simplement poser son casque, mais c’est toujours mieux que de se perdre dans des menus avec une manette.

Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succèsTest Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

Pour la partie audio, on est sur un sans-faute, tout simplement. L’A50 propose une égalisation naturelle tout à fait cohérente, agréable, sans défaut particulier, et ce quel que soit le volume. On apprécie les basses précises et puissantes, sans excès, les médiums bien clairs et dénués d’agressivité, et les aigus qui profitent d’une belle présence et d’une bonne définition. On ne pourra même pas se plaindre des quelques bosses et creux sur la largeur du spectre puisque le casque réagit parfaitement à l’égalisation proposée par le logiciel Astro Command Center et qu’il est, au final, possible de se créer jusqu’à 3 profils sonores directement intégrés dans la mémoire du casque et accessibles à la volée. Vous aimez les basses ultra rondes et puissantes ? C’est possible. Des médiums en retrait pour éviter la fatigue auditive ? Aucun problème. Les aigus vous agacent ou au contraire vous manquent ? Pas de souci. Tout est à portée et que l’on travaille avec les fréquences en positif ou en négatif, les haut-parleurs encaissent parfaitement tous nos désirs, avec précision.

Quant au 7.1, activable et désactivable à la volée, il est à la hauteur de nos attentes, simple et sans fioriture, avec un effet de spatialisation modéré idéal pour profiter des avantages de cette technologie sans que la qualité sonore n’en pâtisse. Le Dolby étant de plus la technologie la plus répandue parmi les créateurs de jeux comme de films, on profite d'un maximum de titres compatibles et, dans les cas où la gestion en multi-canaux est bonne, d'un joli spectacle pour nos oreilles.

Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succèsTest Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succèsTest Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès
Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

Pour ne rien gâcher, le logiciel d’Astro Gaming s'impose comme un exemple d’ergonomie et de praticité. Que l’on soit débutant ou à la recherche de réglages précis, tout (ou presque) y est, avec en prime une simplicité d’utilisation hors du commun. Egalisation de base ou complexe (avec réglage du Q, les ingés-son apprécieront), réglage de l’alerte en cas d’excès de volume, contrôle du volume de chaque entrée/sortie, réglage du gate (le filtre anti bruit ambiant) dont l’efficacité est exceptionnelle, gestion du volume du micro et du retour casque, mais aussi égalisation du micro avec 3 presets, le tout à intégrer directement dans la mémoire de la base, de telle sorte que l’on puisse emporter ses réglages sur une autre plateforme n’ayant pas le Command Center installé.

Un vrai bonheur, surtout que le micro offre en plus une qualité sonore à même de faire de vous le roi du chat. Avec l’égalisation “Chaud”, on profite d’une voix très naturelle, légèrement gonflée en graves, idéale pour un streaming dans la douceur, quand les presets “Clair” et “Léger” se montrent plus orientés “Médium-Aigu”, sans dénaturation du timbre, mais avec juste ce qu’il faut de clarté supplémentaire pour aider la voix à ressortir. On apprécie aussi que le micro encaisse plutôt bien les nuances, que l’on chuchote ou que l’on crie, sans saturation ni mots inaudibles. Du grand art. Tout juste faudra-t-il faire attention à la position du micro pour éviter que votre souffle ne fasse partie de l’équation, la bonnette intégrée y étant légèrement sensible.

Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès

Vu le prix pratiqué, nous avions pris le parti de ne faire strictement aucun cadeau à cet A50, de ne laisser passer aucun détail, de le traiter avec la plus grande sévérité. Le résultat c’est que si ce casque n’est pas parfait, la faute à quelques petits manques, il brille néanmoins par ses très nombreuses qualités et finit par nous convaincre pleinement. Finition et ergonomie, sonorité à l’écoute comme au micro, confort et gestion logicielle, sont des points sur lesquels ce modèle se montre irréprochable et effectivement à la hauteur de ses prétentions tarifaires. Il ne lui manque au final qu’une entrée mini-jack avec un mode passif, histoire d’éviter les pannes sèches, ainsi qu’une fonction pour désactiver la carte son de la base dès que le casque est posé dessus, ce afin de mieux s’intégrer dans le salon. Franchement, c’est bien peu de reproches au regard des prestations exceptionnelles d’un casque sans fil qui répond finalement à tellement de nos attentes avec brio. Clairement le meilleur modèle gamer sans fil à l’heure actuelle, que l’on soit streamer ou simple amateur. Chapeau Astro Gaming.

Points forts

  • Un serrage bien dosé, pour toutes les tailles de tête
  • Matériaux de qualité
  • Une ergonomie agréable et efficace
  • La sonorité vraiment réussie et malléable
  • Une belle puissance et des haut-parleurs bien adaptés
  • Un 7.1 convaincant en jeu comme en film
  • La qualité du micro pour le chat ou le stream
  • Le support logiciel juste exceptionnel
  • Bases supplémentaires en achat séparé
  • 15 heures d’autonomie

Points faibles

  • Pas de mode passif ni de port mini-jack sur le casque
  • Ca manque un peu d’aération côté oreillettes
  • La base qui reste connectée même avec le casque éteint
  • Position de charge du casque trop précise
  • Housse et mousses en simili-cuir en option

Note de la rédaction

19
Annonce
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
sung25 sung25
MP
le 08 nov. 2018 à 12:17

Avec ce genre de point negatif vous lui mettez 19 ? Vous êtes sponso non ?
Faites un test de l'Arctis pro Wireless de chez Steelseries.

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • Test Audeze Mobius : L'excellence, tout simplement...
  • Test du casque Steelseries Arctis 1 Wireless : Une référence multiplateforme.
  • Test Sony Platinum Wireless Headset : le meilleur casque multi-plateforme ?
  • Test Casque Corsair Virtuoso SE : Magnifique esthétique, sonorité en progrès
  • Test Audio-Technica ATH-G1WL : Déception haut de gamme
  • Test Plantronics RIG 700HD : Un peu trop léger
  • Test du casque Alienware AW988 : De belles perspectives mais quelques ratés
  • Test Astro Gaming A50 (3ème Gen) : La rançon du succès
  • Test du casque Corsair H2100 Wireless 7.1 : L’heure de la retraite n’a pas encore sonné !
  • Test du casque Corsair VOID Dolby 7.1 RGB : Qu'il est difficile de succéder au H2100 !
  • Test du casque HyperX Cloud Flight : Aller à l'essentiel, le faire bien !
  • Test du casque Logitech G533 : Le charme du G933, sans l'arrière coût
  • Test du casque Logitech G933 : Un véritable couteau suisse de l'audio
  • Test Logitech G935 : Une évolution en demi-teinte
  • Test du casque Plantronics RIG 800 HD
  • Test du casque Razer ManO'War : Le fabricant ne la joue plus profil basse !
  • Test du casque SteelSeries Arctis 7 : Un passage au sans fil compliqué
  • Test du casque SteelSeries Siberia 840 : Enfin une véritable expérience sans fil !
  • Test du casque Tritton Katana HD 7.1 : La polyvalence comme objectif, et une déception à l'arrivée
  • Test du casque Turtle Beach Stealth 450 : Prix modéré mais qualités indéniables
  • Test Turtle Beach Stealth 600 : Prix attractif, perfs en conséquence
  • Test Turtle Beach Stealth 700 : Un couteau suisse pour joueur occasionnel
La vidéo du moment