Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / Call of Duty : Une histoire du temps /

Epoque contemporaine - Call of Duty : Une histoire du temps

Page Dossier Epoque contemporaine
Epoque contemporaine

En 2007, sans crier gare, Infinity Ward (amené par Vince Zampella et Jason West) signe l'épisode canonique qui fait entrer la série dans une nouvelle dimension. Terminé les opérations se déroulant durant la Seconde Guerre Mondiale !

Epoque contemporaine

Le studio américain change son fusil d'épaule et transporte le joueur en pleine époque contemporaine. Les 6 jours relatés dans le jeu gravitent autour des années 2010, sans que le scénario l'explique clairement. Call of Duty 4 : Modern Warfare dépeint un futur alternatif avec des évènements imaginaires et des héros fictifs. Tout débute lorsque le Sergent "Soap", le personnage que l'on incarne (en tout cas durant la majeure partie de l'aventure), débarque à Hereford en Angleterre. Après un court tutoriel, on est catapultés au Détroit de Béring, séparant l'Alaska de la Sibérie orientale (considéré comme la "frontière du Rideau de Glace", il s'agissait de la limite entre les États-Unis et la Russie durant la période de la Guerre Froide) .

Dès le départ, le ton est donné ! En compagnie du Capitaine Price (un personnage récurrent dans la série), il faut infiltrer un cargo en pleine mer. Il fait nuit et la visibilité est très réduite à cause d'une pluie diluvienne. Une fois à bord et après avoir neutralisé les badauds de la salle de pilotage, on s'infiltre à travers les coursives du navire. Dehors, la tempête fait rage et l'océan, déchaîné, vient se fracasser contre la coque du géant des mers. Tout est soigné, précis et on se croit vraiment en pleine mission. Modern Warfare atomise les anciens épisodes en terme d'ambiance, et c'est d'autant plus remarquable qu'il nous fait voyager à travers le monde entier. Le passage sur le cargo se termine de façon spectaculaire, le tout à grands renforts de musique orchestrale. Après cette mise en bouche d'une efficacité redoutable, le joueur se retrouve dans les montagnes du Caucase russe. Là encore, difficile de ne pas souligner le soin apporté à la mise en scène : forêt drapée d'un soleil levant, brume stagnant à la surface des marécages, baraquements infestés d'ennemis... la progression s'avère très immersive.

Call of Duty 4 : Modern Warfare trailer

Chargement de la vidéo

La suite des opérations prend place au Moyen-Orient, dans une ville entièrement contrôlée par l'armée. Cette contrée semi-désertique rappelle certains lieux de Battlefield 3. Si le chemin reste balisé, le joueur a l'impression d'évoluer dans un décor assez ouvert. Tout a été fait pour que l'on ressente le danger à chaque coin de ruelle. La mission se termine à l'intérieur d'un bâtiment regroupant une chaîne de télévision locale. La variété des lieux est l'une des grandes forces de Modern Warfare. Par la suite, plusieurs objectifs se déroulent à nouveau en Russie et au Moyen-Orient, mais le jeu trouve le moyen de se renouveler, notamment lors de l'utilisation de l'opérateur d'image thermique.

Epoque contemporaine

Après ce premier acte s'ouvre un second chapitre encore plus intense et qui a marqué les esprits. En compagnie de "Soap", le joueur foule le sol du nord de l'Azerbaïdjan. Là encore, la mission se passe de nuit aux abords d'un petit village. Puis vient certainement l'une des séquences les plus inoubliables dans l'histoire du jeu vidéo : Pripyat en Ukraine, célèbre pour être la ville la plus proche de la centrale de Tchernobyl. Cette mission se déroule 15 ans en arrière et vous agissez dans la peau du lieutenant Price (qui deviendra Capitaine), l'un des meilleurs tireurs d'élite de son unité. Assurément, cette phase est la plus libre de tout le jeu. Si celle-ci est si marquante, c'est qu'elle nous touche profondément. 1986 n'est pas si éloignée et tout le monde a encore dans l'esprit la terrible catastrophe nucléaire du 26 avril de cette année-là. Tout commence non loin de la ville, on arpente la campagne vêtu d'un branchage pour passer inaperçu. Muni d'un fusil de précision, cette "fuite" en avant est étonnante de réalisme. Lorsqu'on arrive à Pripyat, on ne peut qu'avoir l'estomac noué en évoluant à travers les immeubles et appartements de cette cité abandonnée. Une fois le point de rendez-vous atteint, le jeu nous invite à nous poster dans un bâtiment qui se trouve juste en face de la centrale de Tchernobyl, reconnaissable par sa grande cheminée. Modern Warfare se termine dans les Montagnes de l'Altaï, en Russie. Pour un coup d'essai, c'est un coup de maître ! West et Zampella sont parvenus à amener la série dans une époque plus moderne, avec un scénario cohérent et une réalisation dantesque. Un premier volet qui ne pouvait qu'en appeler un autre...

FIVE YEARS AGO

Epoque contemporaine

Call of Duty : Modern Warfare 2 se déroule cinq années après les évènements du premier Modern Warfare et débute en Afghanistan avant de se poursuivre au Kazakhstan. Les premiers environnements que l'on rencontre sont ceux d'une ville quasiment vidée de ses habitants (seuls quelques badauds fuient à l'arrivée des véhicules militaires). Mais la petite "visite" ne tarde pas à tomber dans un embuscade, créant un énorme chaos dans les rues de la cité. Lors de la seconde mission, le joueur se retrouve en très mauvaise posture sur une montagne. Les conditions climatiques extrêmes n'aident pas à la progression et sont très bien reproduites. Au cours d'un saut, on est même à deux doigts de plonger dans le vide. L'ennemi a vraiment le chic pour se planquer dans des endroits hors du commun. Ce n'est pas pour rien que cette mission périlleuse s'appelle "Cliffhanger". Il s'agit en effet d'un clin d'œil au film avec Stallone.

Pour traquer le terroriste Makarov, la CIA n'a d'autre choix que d'envoyer des agents infiltrés en Russie, et précisément à Moscou. La séquence suivante a fait l'objet d'une vaste polémique car elle nous place dans un aéroport où vous pouvez, au choix, commettre un attentat ou traverser le hall sans créer la terreur autour de vous. Le fait d'éliminer des centaines de civils a été très mal perçu, beaucoup fustigeant l'intérêt de cette phase et le message véhiculé. L'aéroport aurait pu être un terrain de jeu mieux exploité. Après les méfaits de Makarov, vous voilà au cœur des favelas de Rio de Janeiro au Brésil. Changement de décor et d'ambiance radical ! Les tons sont plus clairs, les couleurs plus resplendissantes et les graphistes ont fait en sorte de proposer des bâtisses qui ne se ressemblent pas toutes. C'est là qu'on se rend compte du côté labyrinthique de ces quartiers défavorisés.

Epoque contemporaine

La mission qui suit (et qui lance l'acte II) est lourde de sens, avec des États-Unis au bord du gouffre. Attaqués par les Russes (Makarov est parvenu à tromper son propre pays), les soldats tentent de défendre la population. Toute la côte Est est concernée et l'action prend place non loin de Washington, dans des quartiers à l'américaine, comme on peut en voir dans les séries, style Desperate Housewives. L'intensité dramatique de cette séquence est appuyée par une musique qui prend aux trippes. Station-service, enseigne de restauration rapide, voitures... la Guerre est aux portes de la civilisation. Après avoir neutralisé une plateforme pétrolière, on termine l'acte II lors d'une bataille fracassante autour du Washington Monument. En terme de variété visuelle, Modern Warfare 2 fait très fort, un peu comme son aîné.

L'acte III débute par un clin d'œil à Modern Warfare avec une mission qui rappelle Pripyat : fusil de précision en main, forêt enneigée, infiltration... tout est là ! A la différence que l'ennemi ne tarde pas à nous repérer. Par la suite, le jeu offre même une séquence, pas vraiment jouable, dans l'espace. Modern Warfare 2 a donné les pistes pour renouveler l'expérience et demeure, avec son aîné, le Call of Duty le plus apprécié. L'évolution graphique et l'intensité des différentes phases, appuyées par des effets spéciaux de toute beauté, fait qu'il est difficile de lâcher la manette avant la fin.

JAMAIS DEUX SANS TROIS

Epoque contemporaine

Sur sa lancée, Infinity Ward s'est associé à Sledgehammer Games pour réaliser Call of Duty : Modern Warfare 3. Conservant sa cohérence scénaristique, le jeu dépeint la confrontation entre les États-Unis et la Russie ayant entraîné la Troisième Guerre Mondiale. Comme un symbole, ce troisième volet ne débute pas à Washington mais à New York. La Grosse Pomme est en ruines et l'action se déroule entre les gigantesques buildings de la cité. Intitulée "Mardi Noir", cette mission est une référence au célèbre krach boursier de 1929 et à un certain 29 octobre qui est considéré comme le pire jour de toute l'Histoire de la Bourse américaine. C'est d'ailleurs sur le bâtiment de cette institution que la mission prend fin.

Dans la série, on ne recense que peu de niveaux sous l'eau. Dès la seconde mission, Modern Warfare 3 utilise la voie maritime pour créer une autre ambiance. L'action se déroule dans le port de New York dans l'optique de saborder un sous-marin russe. La séquence aux abords de la Big Apple, aux commandes d'une embarcation motorisée, est très spectaculaire et rappelle la célèbre attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941 par l'aviation japonaise, et par conséquent un certain Medal of Honor : Batailles du Pacifiquesur PC. D'ailleurs, pour la petite histoire, on peut voir au loin le One World Trade Center, l'immense édifice qui a remplacé les deux tours jumelles.

Epoque contemporaine

Modern Warfare 3 veut nous faire voir du pays et le prouve. La troisième mission se déroule en Inde à Himachal Pradesh, un village très dépaysant une nouvelle fois. Après le sol qui se dérobe sous nos pieds, place à la voie des airs. Dans l'avion du Président russe Boris Vorshevsky, on campe le rôle d'un garde du corps qui doit faire face à l'attaque de l'aéronef. Un vrai niveau sous turbulences ! Dans l'appareil, les ralentis s'enchaînent alors que la gravité joue au yoyo. L'engin, ravagé par les combats, finit par se scinder en deux et s'écraser. S'ensuit une mission de reconnaissance au sol, où vous devez retrouver le Président et sa fille.

Epoque contemporaine

Comme c'est désormais une habitude avec la série des Modern Warfare, cette troisième mouture nous transporte aux quatre coins du monde. Après l'accident d'avion, c'est l'Afrique et plus précisément la Sierra Leone qui vous attend. Les décors que l'on traverse, composé de vieilles bâtisses, de tôles et de linges qui sèchent dans les rues rappellent énormément les débuts de Resident Evil 5. Après ce passage en terre africaine, place à l'Europe et Londres, la sublime capitale anglaise. L'escouade des SAS doit s'infiltrer dans des hangars renfermant de mystérieux conteneurs, avec en point d'orgue une course-poursuite infernale dans le métro : grisant !

Dans l'acte II, on pourrait penser que cette avalanche d'environnements se calme et pourtant... C'est une véritable avalanche de lieux célèbres qui s'abat sur le joueur : Hambourg, Boosasoo en Somalie et même Paris et la butte de Montmartre avec les troupes du GIGN ! Tout un symbole ! Évoluer à travers la capitale (et les Catacombes) avec la Tour Eiffel en point de mire, ça fait son effet ! Dans la mission suivante, à Prague, l'ambiance est également remarquable avec des effets de lumière de toute beauté et fait écho au Printemps de Prague, une période durant laquelle un vent de liberté a soufflé sur la République Tchèque, mais ce mouvement fut stoppé net dans la nuit du 20 au 21 août 1968 lorsque les troupes du Pacte de Varsovie entrèrent dans la ville pour réprimer la population. Après un passage par Berlin (clin d'œil à la fin de la Seconde Guerre Mondiale en Europe) et la Sibérie orientale, le tryptique Modern Warfare tire sa révérence en Péninsule arabique. Dans l'ensemble, le jeu est d'une variété redoutable, même si les derniers niveaux laissent entrevoir un "rush" dans la finition.

Call of Duty : Modern Warfare 3 trailer

Chargement de la vidéo
PC PS4 ONE WiiU PS3 360 Wii Mac PS2 Xbox Action FPS Tir Aspyr Activision Treyarch Infinity Ward Beenox Studios Activision Blizzard Sledgehammer Games Futuriste Contemporain Europe Asie Espionnage

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Djowin
Djowin
MP
le 28 sept. 2015 à 17:52

Le niveau de Prypiat dans MW reste un de mes excellents souvenirs.... le 2ème sniper invisible allongé à coté de moi, la ville fantôme avec sa fameuse piscine et sa grande roue, la centrale de Tchernobyl... Quelle ambiance !
MW2 aussi envoyait du lourd avec la guerre aux US (et puis pauvre ISS...)
MW3 n'est pas apprécié des français à cause de vous savez quoi pour notre monument fétiche... :-)))

Lire la suite...
xantcha
xantcha
MP
le 27 sept. 2015 à 21:02

Une bonne claque ce MW. Ils ont su se moderniser juste quand il fallait, et en plus en jouant un scénar choc avec des séquences choc.
On appréciera, ou pas, la dévalorisation du héros américain, incapable d'arrêter une catastrophe nucléaire. Certes, ca fait de lui un martyr, mais hey, en attendant il perd.
Ajoutons à cela la torture, les massacres, les morts en pagaille ( en premiere personne! ), toutes ces choses qui rendent MW moralement discutable mais malgré tout très mature, et on a quand même un bon cru.

Perso j'ai moins aimé le 2 que le 3, mais en toute honnêteté je ne me souviens plus pourquoi...

Lire la suite...
deadly-jojo
deadly-jojo
MP
le 27 sept. 2015 à 19:28

MW1 était super, MW2 encore meilleur, et MW3 assez bas comparé a ses prédécesseurs.
Et heureusement que le jeu est un peu référencé, que les lieux changent et que ca évolue un peu ! Pas besoin de le préciser... Si les 3 jeux restaient tous sur la même zone et la même chose, faire un dossier ne servirait pas...
(Je sais que je vais passer pour un hater a dire ça mais bon respectez les avis des autres)

Lire la suite...
INeVeRdZz
INeVeRdZz
MP
le 27 sept. 2015 à 17:48

mw1 était une grosse claque sa c'est sur, le 2 était a la hauteur j'ai passer des heures et des heures, et le 3 c'est l'un des pire que j'ai jouer juste apres ghost

Lire la suite...
Yoda2143
Yoda2143
MP
le 27 sept. 2015 à 16:58

MW un des meilleurs avec les premiers :snif:

Lire la suite...
Top commentaires
INeVeRdZz
INeVeRdZz
MP
le 27 sept. 2015 à 17:48

mw1 était une grosse claque sa c'est sur, le 2 était a la hauteur j'ai passer des heures et des heures, et le 3 c'est l'un des pire que j'ai jouer juste apres ghost

Lire la suite...
Yoda2143
Yoda2143
MP
le 27 sept. 2015 à 16:58

MW un des meilleurs avec les premiers :snif:

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • Epoque seconde guerre mondiale
  • Les années 60
  • Epoque contemporaine
  • Un passage dans l'espace
  • Futur alternatif
Meilleures offres
Fnac Marketplace PS3 16.20€ Fnac Marketplace PC 19.00€ Fnac Marketplace 360 21.59€ Amazon PS3 23.50€ Fnac Marketplace PC 29.09€ Amazon 360 39.90€
Marchand
Supports
Prix