Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / 2021 : Attentes, phénomènes et tendances /

Les salons de nouveau en berne ? - 2021 : Attentes, phénomènes et tendances

Page Dossier
Les salons de nouveau en berne ?
Les salons de nouveau en berne ?
Partager sur :

Cette année a été marquante a plus d'un titre et s'il est bien un élément qui a entaché la tradition dans le calendrier annuel de l'industrie du jeu vidéo, c'est bien l'épidémie de Covid 19. E3, Gamescom, Paris Games Week, PAX... autant d'événements charnières qui n'ont pu se tenir en raison des précautions sanitaires instaurées en 2020. De quoi donner de nouvelles habitudes aux organisateurs ?

Une année sans salon ? C'est possible

Les salons de nouveau en berne ?

Outre les sorties de jeu qui permettent au public de marquer d'une croix rouge les dates de commercialisations qui les intéressent, le calendrier d'un amateur du média est aussi rythmé par la tenue des différents salons tout au long de l'année. Au-delà de leur caractère festif certain, ils sont aussi l'occasion de faire le plein d'informations sur les titres qui font ou feront l'actualité pour l'année en cours et celles à venir. Présentations officielles, preview de la presse, extraits de gameplay... les salons constituent une mine d'or pour quiconque s'intéresse au jeu vidéo. La crise sanitaire actuelle a logiquement eu raison de ces manifestations qui brassaient une foule colossale, contraignant les éditeurs à adapter leur communication à leur guise, chacun ayant choisi de mettre sur pied sur propre événement en ligne, afin de diffuser au plus grand nombre les projets qui sont dans ses cartons. De quoi finalement les convaincre de l'utilité « modérée », point de vue communication publique, de l'intérêt relatif des salons ? Peut-être.

Les salons de nouveau en berne ?

Si nous partons de l’hypothèse probable que la crise sanitaire continue de faire largement parler d'elle en 2021 et qu'elle pourrait continuer à mettre à mal toute manifestation accueillant du public, interdisant par conséquent la tenue des différents salons, les éditeurs pourront sans aucun doute se reposer sur les acquis de l'année 2020 pour communiquer mieux et plus intelligemment et à moindre coût. Si l'on excepte toute la partie business, prépondérante dans le cadre de l'E3, par exemple, la participation à un tel événement coûte une petite fortune à l'éditeur qui paye un prix d'or le moindre mètre carré destiné à accueillir son stand, et il en va de même pour les conférences, organisées à grands frais. Cela le contraint également a se faire dicter son calendrier de communication par les dates de l'événement, là où des soirées en live organisées en interne ne sont pas soumises à des contraintes de dates autres que celles fixées par l'éditeur lui-même.

Les salons de nouveau en berne ?

Partant de ce principe, et même si l'E3, par exemple, cherche à conserver son caractère événementiel d'une manière ou d'une autre, il se pourrait que les mastodontes de l'industrie cherchent à conserver le schéma adopté en 2021, en multipliant tout le long de l'année les petits événements destinés à promouvoir le futur de la marque pour une communication moins coûteuse et plus maîtrisée. Le salon majeur du jeu vidéo était, disait-on, en perte de vitesse et le torchon commençait déjà à brûler entre Sony, dont la conférence E32 fait partie des moments forts de l’événement, et les organisateurs du salon, à tel point que le constructeur avait confirmé qu'il n'occuperait pas les allées du Convention Center de Los Angeles, bien avant que l'épidémie ne frappe le monde entier.

Alors certes, il est facile pour un Electronic Arts, un Sony, un Microsoft ou un Ubisoft de ne pas faire grand cas d'un événement mondial tel que l'E3, mais ce n'est pas le cas des studios plus modestes, qui pouvaient profiter des projecteurs tournés vers un même endroit dans une courte période pour sortir de l'ombre. Car les salons, ce ne sont pas que du business ou des conférences, ce sont aussi de belles opportunités de voir et d'essayer des jeux qui n'auraient pas nécessairement pu être mis en lumière autrement. Et en cela, il est plus que souhaitable que des manifestations centralisées, publiques ou non, puissent se tenir afin que chacun ait la chance de pouvoir s'exprimer. Reste à savoir à quelle sauce 2021 va dévorer, ou non, les événements publics.

Mis à jour le 03/01/2021 à 11:35

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Sommaire Dossier
  • Le vrai lancement de la next gen
  • Le dématérialisé dans les nuages
  • Les salons de nouveau en berne ?
  • L'emphase sur le jeu en groupe et cross plate-forme ?
  • Des suites attendues
  • Le retour de franchises de poids
  • Les nouvelles licences à surveiller
A lire aussi