Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / 2020 : Tops, flops, coups de cœur et coups de gueule de la rédaction /

L'année de Tiraxa : Un temps record passé à jouer - 2020 : Tops, flops, coups de cœur et coups de gueule de la rédaction

Chargement du lecteur vidéo...
Page Dossier L'année de Tiraxa : Un temps record passé à jouer
83202 vues
Partager sur :

A côté des grands, une belle année pour les indés

Beaucoup le diront aussi : je n’ai jamais autant joué qu’en 2020. Et nous sommes probablement tout autant à avoir considéré le jeu comme un réconfort durant le calvaire de la pandémie. En attestent les records générés en termes de ventes, malgré une période que l’on présageait creuse en raison de son cycle en fin de vie. Cette année est une étape historique du jeu vidéo, notamment pour le rôle qu’il a eu et le tournant qu’il marque.

Je me souviendrai de 2020 d’abord pour ses grandes actualités : la tendance grand public du jeu en temps du confinement, l'exposition des scandales de harcèlement de l’industrie, le désastre sur console de Cyberpunk 2077, l’investissement personnel (et économique) particulier que j’ai consacré aux jeux vidéo, et bien sûr, la nouvelle génération. L’attente de la next-gen ne fut finalement pas plus difficile que celle de la VF de Disco Elysium, longtemps bloquée à 99% pendant des mois. Pour cause, un calendrier de sorties qui regorgeait de réussites, notamment chez les indépendants. Parmi mes favoris, There Is No Game : Wrong Dimension m’a proposé une expérience originale que je n’avais pas retrouvée depuis Stanley Parable. Par un heureux hasard, l’année a aussi assisté à la sortie de nombreuses productions dites “apaisantes”. Citons Spiritfarer, The Last Campfire, ou plus tôt Kentucky Route Zero. Il est enfin de rigueur de nommer Hades, qui attirerait même les plus réfractaires au rogue-lite. Pour ce qui est des grands noms, c’est The Last of Us Part II puis Marvel's Spider-Man : Miles Morales sur PS5 qui m’auront le plus marquée. L’un pour son écriture d’abord, l’autre pour son gameplay, surtout. Ajoutons à cette palette de jeux non-exhaustive la générosité incontestable du Game Pass de Microsoft et vous obtenez un temps de jeu bien chargé durant cette année à domicile.

L'année de Tiraxa : Un temps record passé à jouer

Mon top 5 de 2020 :

  1. The Last of Us Part II

  2. Marvel's Spider-Man : Miles Morales

  3. There Is No Game : Wrong Dimension

  4. Spiritfarer

  5. Kentucky Route Zero

Notre video-test de The Last of Us Part II

Chargement de la vidéo Test The Last of Us Part II en vidéo
L'année de Tiraxa : Un temps record passé à jouer

Mon coup de coeur : Le poids du jeu dans la société de 2020

En y repensant, si l’année 2020 était particulièrement médiocre, elle aura tout au moins ouvert la porte à un temps libre des plus appréciés pour le jeu. Le confinement fut l’occasion pour moi de découvrir posément des classiques manqués comme Bioshock, d’apprécier davantage le multi via Sea of Thieves, ou de m’essayer à d’autres titres que je n’avais pas encore envisagés. Dans ce sens, le Game Pass fut d’ailleurs un catalogue de découvertes bien agréable ces derniers mois, et s’impose comme un incontournable du service vidéoludique. Car ils ont occupé une large part de notre temps, l’année a considérablement mis en lumière les bienfaits personnels comme le poids culturel des jeux. Plus que jamais, on a vanté leurs vertus. L'Organisation mondiale de la santé nous les a recommandés en temps d'épidémie, des scientifiques de l’université d’Oxford estiment qu’ils sont bons pour la santé mentale, et la presse contribue à faire d’Animal Crossing et d’Among Us des sujets tendances pour le grand public. Le petit jeu multi du studio InnerSloth m’aura d’ailleurs permis de réunir autour de quelques parties des amis d’habitude indifférents au média. Le jeu vidéo fut important pour 2020. Et hormis la longue campagne des nex-gen, les ventes qui montent en flèche et la sortie d’excellents titres, 2020 fut également importante pour le jeu vidéo sur deux autres points : La parole a davantage dénoncé ses aspects toxiques, et l’opinion l’a mieux considéré.

L'année de Tiraxa : Un temps record passé à jouer

Mon coup de gueule : Cyberpunk 2077 et Devotion, les deux scandales CD Projekt

Parmi les tares et mésaventures que se collent cette année la communauté et l’industrie, citons par rapprochement les deux épisodes les plus scandaleux de cette fin d’année, qui découlent d’ailleurs du même studio. Cyberpunk 2077, en premier, a subi les revers d’un traitement final et d’une communication déplorables. Une livraison dans le crunch et la précipitation, une omission malvenue sur l’état technique des versions consoles, et en quelques jours, nous voilà en train d'assister au chaos historique du blockbuster le plus vanté de la dernière décennie. Le goût est d’autant plus amer quand on a eu l’idée - comme moi - de commander la version PlayStation 4. Quelques jours plus tard, Devotion, le jeu des Taïwanais de Red Candle Games, refait surface ; Deux ans plus tôt, il était effacé de Steam car une référence au président Xi Jinping y avait été involontairement laissée et avait reçu les foudres du gouvernement chinois. Le 18 décembre 2020, les retardataires comme moi étions censés retrouver le jeu sur la plateforme GOG, propriété de CD Projekt. Mais, peut-être par pression, le store se rétracte, et annonce ne plus publier le jeu en raison de “nombreux messages de la part des joueurs”. Pour la seconde fois, la communication à demi-mot de l’éditeur polonais laisse pantois. Et le travail de Red Candle Games que l’on sait fait avec soin s’en voit une fois encore tristement malmené.

Mis à jour le 30/12/2020 à 09:15

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Sommaire Dossier
  • L'année de 87 : Entre petites découvertes et gros RPG
  • L'année d'Antistar : Une fin de génération inoubliable
  • L'année d'Aubin : Des FPS et des rogue-lites entre 2 parties de Smash Bros...
  • L’année d’Ayden_ : Suis-je trop vieux pour ces conneries ?
  • L'année de Carnbee : Les anciennes gloires au service d’une année de tous les records
  • L'année de Fkz : J’avais plus de temps, merci le confinement !
  • L'année d'Indee : 2020, à la fois généreuse et déconcertante
  • L'année d'Izokay : Le sport manque sa transition
  • L'année de JeromeJoffard : Quand pandémie rime avec Tony !
  • L'année de Jiikaa : 2020, plus de bonnes surprises que de mauvaises
  • L'année de K-Miye : Des attentes et des surprises au rythme d'Animal Crossing
  • L'année de LaPetitePelle : De bons petits jeux et une grande déception
  • L'année de Logan : 2020, particulière et charnière à la fois
  • L'année de MalloDelic : 2020, la fin de l'affrontement direct entre constructeurs
  • L'année de Midnailah : Entre amertume et exception
  • L'année de naglaglasson : Le futur du cinéma, c'est le jeu vidéo
  • L'année de oliveroidubocal : Un retour en adolescence
  • L'année de Panthaa : Le PC n’est plus la seule plateforme reine
  • L'année de Silent_Jay : Pandémie, Evasion & Morosité
  • L'année de Sylvain : 2020, l'année où l'on a célébré le crunch
  • L'année de TheXsable : Du jeu japonais, une épopée et du réchauffé
  • L'année de Tiraxa : Un temps record passé à jouer