Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / 2020 : Tops, flops, coups de cœur et coups de gueule de la rédaction /

L'année d'Indee : 2020, à la fois généreuse et déconcertante - 2020 : Tops, flops, coups de cœur et coups de gueule de la rédaction

Chargement du lecteur vidéo...
Page Dossier L'année d'Indee : 2020, à la fois généreuse et déconcertante
3908 vues
Partager sur :

L'annulation des gros temps forts de l'année

Difficile de dresser le bilan de 2020 sans évoquer la crise du COVID-19, qui a chamboulé le quotidien de millions de personnes à travers le monde, et qui a immanquablement agité l’industrie du jeu vidéo. Mais cette dernière a démontré une extraordinaire capacité d’adaptation. Et les habitudes prises pendant la crise sanitaire resteront sans doute après le passage du virus, comme l’illustrent les nouveaux moyens de communication des acteurs du JV.

Car l’annulation des gros temps forts de l’année, à l’instar de l’E3, fut la porte ouverte à toute une galaxie d’événements, qu’il s’agisse de version numérique de salon physique, ou alors de rendez-vous d’ampleur organisés par les médias eux-mêmes. Sony a ainsi embrayé sur sa stratégie de l’an dernier, créant ses temps de parole par ses propres moyens, tout comme Ubisoft, EA et Microsoft. Curieux de voir la programmation de l’E3 2021 après ça, alors que tout le monde a pris le pli des communications pré-enregistrées, bien moins coûteuses.

Mais ce genre de mutation n’a pas que du bon. Notamment pour les petites mains du jeu vidéo, qui profitent généralement de ces salons pour rencontrer des éditeurs et étendre leur réseau. La crise sanitaire les a de plus forcés à totalement revoir leur manière de bosser, privilégiant le télétravail dans la grande majorité des cas, devant parfois développer des outils sur le tas pour maintenir une activité. Cette année a ainsi été le théâtre de retards de jeux, et globalement, de conditions de travail particulières, sinon plus rudes. Surtout dans un contexte de lancement de nouvelle console. Bref, dans le JV et le reste du monde, on n’est pas prêt d’oublier 2020.

L'année d'Indee : 2020, à la fois généreuse et déconcertante

Mon top 5 de 2020 :

  1. The Last of Us Part II

  2. Skater XL

  3. A Monster’s Expedition

  4. The Pedestrian

  5. Call of Duty : Warzone

The Last of Us Part II - Notre avis en trois minutes

Chargement de la vidéo Test The Last of Us Part II en vidéo
L'année d'Indee : 2020, à la fois généreuse et déconcertante

Mon coup de coeur : Des sensations fortes

Je ne sais pas si c’est 2020 ou le fait que mes chakras étaient plus ouverts que les années précédentes, mais j’ai vécu des expériences vidéoludiques particulièrement fortes pendant ces douze derniers mois. A commencer par The Last of Us Part II, qui offre une suite magistrale au titre de Naughty Dog, qui m’a pris aux tripes, retourné émotionnellement et offert une aventure que je ne suis pas prêt d’oublier. Mais la plupart de ces moments forts se sont manifestés sur des jeux que je n’attendais pas forcément au tournant. Comme dans A Monster’s Expédition, qui m’a touché par sa douceur, sa simplicité, et son escapade suspendue dans le temps sur un archipel où règne des énigmes empruntées au genre du Sokoban. Ou dans The Pedestrian, qui invite à prendre le contrôle d’un piéton de signalisation pour résoudre des énigmes et se balader de panneau en panneau, passant de la crasse de la rue à l’intimité d’un foyer. Bref, des titres assez anodins mais qui ont résonné en moi. Preuve que le jeu vidéo peut parfois emporter les joueurs avec des choses toutes simples, pour peu qu’on y soit réceptif.

L'année d'Indee : 2020, à la fois généreuse et déconcertante

Mon coup de gueule : Conditions de travail dans l’industrie

Plus que jamais, 2020 nous invite à méditer sur notre consommation du JV et la manière dont nos titres préférés sont élaborés. Cette année a ainsi vu s’enchaîner des scandales concernant les conditions de travail chez Ubisoft, qui ont débouché sur des démissions ainsi qu’à une série de mesures qui devra porter ses fruits. Des studios comme Rockstar et CD Projekt Red se sont aussi retrouvés sous le feu des projecteurs pour de mauvaises raisons, en raison du crunch nécessaire pour livrer leur jeu dans les temps. Pour le studio polonais, les développeurs devront sans doute encore fournir de nombreux efforts pour réparer les nombreux bugs qui gangrènent les versions PC et consoles de Cyberpunk 2077, surtout pour ce qui est des moutures PS4 et Xbox One Fat, au bord de l’injouable à leur début. Comme Red Dead Redemption II, le RPG en monde ouvert a fait l’objet de nombreux reports, symbole d’une industrie pris en étau entre des productions pharaoniques qui “se doivent” d’être à la hauteur, et des impératifs budgétaires voire contractuels. Avec des jeux toujours plus gros et demandeurs en ressources, il va falloir revoir la chaîne de production pour ne pas épuiser les développeurs, qui rendent nos rêves possibles.

Mis à jour le 30/12/2020 à 09:00

COMMENTAIRES

Tous les commentaires (0)
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Sommaire Dossier
  • L'année de 87 : Entre petites découvertes et gros RPG
  • L'année d'Antistar : Une fin de génération inoubliable
  • L'année d'Aubin : Des FPS et des rogue-lites entre 2 parties de Smash Bros...
  • L’année d’Ayden_ : Suis-je trop vieux pour ces conneries ?
  • L'année de Carnbee : Les anciennes gloires au service d’une année de tous les records
  • L'année de Fkz : J’avais plus de temps, merci le confinement !
  • L'année d'Indee : 2020, à la fois généreuse et déconcertante
  • L'année d'Izokay : Le sport manque sa transition
  • L'année de JeromeJoffard : Quand pandémie rime avec Tony !
  • L'année de Jiikaa : 2020, plus de bonnes surprises que de mauvaises
  • L'année de K-Miye : Des attentes et des surprises au rythme d'Animal Crossing
  • L'année de LaPetitePelle : De bons petits jeux et une grande déception
  • L'année de Logan : 2020, particulière et charnière à la fois
  • L'année de MalloDelic : 2020, la fin de l'affrontement direct entre constructeurs
  • L'année de Midnailah : Entre amertume et exception
  • L'année de naglaglasson : Le futur du cinéma, c'est le jeu vidéo
  • L'année de oliveroidubocal : Un retour en adolescence
  • L'année de Panthaa : Le PC n’est plus la seule plateforme reine
  • L'année de Silent_Jay : Pandémie, Evasion & Morosité
  • L'année de Sylvain : 2020, l'année où l'on a célébré le crunch
  • L'année de TheXsable : Du jeu japonais, une épopée et du réchauffé
  • L'année de Tiraxa : Un temps record passé à jouer