Menu
jeuxvideo.com / Actualités à la une / Derniers dossiers / 2019 : Tops, flops, coups de cœur et coups de gueule de la rédaction /

L’année d’Ayden : Du physique au dématérialisé, le jeu vidéo poursuit sa mue - 2019 : Tops, flops, coups de cœur et coups de gueule de la rédaction

Page Dossier
L’année d’Ayden : Du physique au dématérialisé, le jeu vidéo poursuit sa mue
L’année d’Ayden : Du physique au dématérialisé, le jeu vidéo poursuit sa mue
Partager sur :

Le tout connecté

En ébullition permanente, le jeu vidéo est d’une richesse vraiment surprenante. Tout se complaisant dans une facilité parfois agaçante, le média n’en finit plus de s’ouvrir au plus grand nombre et il paraît difficile, en 2019, de ne pas y trouver son compte. À condition de ne pas être un amoureux de l’objet. Car il ne faut pas se faire d’illusions, le dématérialisé – en dépit des incontournables versions collector – est en train de dévorer les parts restantes du modèle physique et ce ne sont pas les consoles rétro – qui fonctionnent avec des roms – ou l’arrivée de nouveaux services d’abonnements (Apple Arcade, Google Stadia…) qui vont changer la donne. Surtout quand on voit la direction entreprise par Microsoft et Sony avec le Xbox Game Pass ou le PlayStation Now. Le futur, qu’il s’agisse de téléchargements ou de cloud-gaming, sera au tout connecté. S’il y aura toujours des nostalgiques de l’objet, dont votre serviteur, les mentalités sont en train d’évoluer et les acteurs majeurs l’ont bien compris. En ce sens, 2019 apparaît comme une année de transition, d’abord parce que la nouvelle génération de machines frappe à la porte et, ensuite, parce qu’elle est sans doute une étape charnière de la prochaine décennie qui s’annonce.

Ce qui est amusant, c’est que l’on pourrait presque transposer cela à la rédaction de Jeuxvideo.com. En effet, autour de la rédaction « physique » (que vous connaissez désormais très bien) gravitent de petites mains indépendantes « dématérialisées » qui participent au contenu du site. Et cet ensemble forme un tout… que vous découvrez jour après jour. Avouez que l’image est intéressante, non ? Cette richesse est l’une des grandes forces de Jeuxvideo.com et j’en profite, d’un point de vue plus personnel, pour remercier la rédaction de l’infinie liberté qu’elle nous accorde. Sans cette ouverture d’esprit, je n’aurais jamais pu réaliser les dossiers « making of » ou certains portraits. Et notre présence dans les tops et flops de 2019 témoigne, une nouvelle fois, de cette confiance. Tout en gérant des projets parallèles (pour ma part, l’écriture du double-ouvrage l’Histoire de Rare), ce sentiment d’appartenance à Jeuxvideo.com – par le biais des tests, dossiers, soluces… – permet de garder notre passion totalement intacte. Et pour cela, je n’ai qu’une chose à dire : merci.

L’année d’Ayden : Du physique au dématérialisé, le jeu vidéo poursuit sa mue

Mon top 5 de 2019 :

  1. A Plague Tale : Innocence

  2. Shenmue III

  3. Death Stranding

  4. Luigi's Mansion 3

  5. Life is Strange 2

Video-test de A Plague Tale : Innocence

L’année d’Ayden : Du physique au dématérialisé, le jeu vidéo poursuit sa mue

Mon coup de coeur : Shenmue III, un cas d’école

Clivant, différent, en marge de notre époque, Shenmue III est l’œuvre d’un auteur, en l’occurrence Yu Suzuki, qui n’est pas un joueur. Cette simple réalité explique, en grande partie, l’archaïsme apparent du jeu dans sa technique, son rythme et ses mécaniques. Mais lorsqu’on le gratte la couche, on comprend bien vite que ce titre est, pour les fans, une véritable bénédiction. Pour quelqu’un de perfectionniste comme Yu Suzuki, ce troisième épisode tient du miracle. Il aura fallu dix-huit ans pour que Ryo et Shenhua sortent de cette foutue grotte… dix-huit années d’attente, d’espoir, de déception ou encore de résignation (à l’époque, j’étais étudiant, aujourd’hui je suis marié avec deux enfants). Si le Japonais, pour des questions d’équipes et de budget, a obligatoirement fait des concessions, on retrouve tout ce qui fait le charme de la licence : l’ambiance, l’humour, le sentiment de dépaysement, une direction artistique soignée, un doublage japonais de qualité, des musiques de toute beauté… Shenmue III respire la caducité mais il demeure, pour une niche de joueuses et de joueurs, un cadeau du ciel.

L’année d’Ayden : Du physique au dématérialisé, le jeu vidéo poursuit sa mue

Mon coup de gueule : Cette soupe que l’on nous réchauffe

À l’image du cinéma hollywoodien, le jeu vidéo est devenu un tel théâtre financier que nos marionnettes numériques risquent d’être tirées par les mêmes ficelles pendant encore longtemps. Si les joueurs, grimés en Guignol, n’hésitent plus à mettre de bons gros coups de bâton (Anthem ou Ghost Recon Breakpoint peuvent en témoigner), cela ne suffira sans doute pas à faire changer les choses. Les créateurs de jeux, au même titre que les scénaristes dans le milieu du cinéma, sont généralement contraints, sauf à de rares exceptions, à revoir leurs ambitions à la baisse. Si l’univers indépendant permet l’émergence de petites pépites de temps à autre, le jeu vidéo souffre du manque de ces jeux d’auteurs à même de marquer toute une génération. Oui, il y a d’excellents remakes, aventures et mondes ouverts mais il suffit de faire le point sur une année de sorties – comme en 2019 – pour s’apercevoir que les mécaniques d’un jeu peuvent être transposées dans un nombre incalculable de ses confrères. Et c’est regrettable car le jeu vidéo est d’une telle richesse qu’il pourrait, si on suivait les envies des créateurs et non pas les multiples entrées des tableaux Excel, apporter encore plus de magie qu’il ne procure actuellement.

Mis à jour le 27/12/2019 à 09:23

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
PhenomenaIOne
PhenomenaIOne
MP
le 28 déc. 2019 à 01:15

Ayden, la plume que l'on souhaite lire encore plus souvent sur JVC.

Lire la suite...
Top commentaires
PhenomenaIOne
PhenomenaIOne
MP
le 28 déc. 2019 à 01:15

Ayden, la plume que l'on souhaite lire encore plus souvent sur JVC.

Lire la suite...
Sommaire Dossier
  • L'année de 87 : le jeu vidéo accessible, la claque C-RPG, la déception Google
  • L'année d'Anagund : Un coup de génie et des axes d'améliorations
  • L'année d'Antistar : 2019 est morte, vive(ment) 2020 !
  • L’année d’Ayden : Du physique au dématérialisé, le jeu vidéo poursuit sa mue
  • L'année de Carnbee : De nouveaux noms au service du jeu. Mais gare aux désillusions.
  • L’année de Clementoss : la Switch en force, la grande épopée Final Fantasy XIV et le cross-play
  • L'année de Damien-Scaletta : 2019 l'année des annonces, 2020 l'année des réponses
  • L'année d'Indee : une "année de transition" pourtant riche en nouveautés
  • L'année de JeromeJoffard : Les services par abonnement et le grand retour de Capcom
  • L'année de Jiikaa : Un démarrage du tonnerre, un atterrissage en douceur
  • L’année de JustineChloe : Découvertes narratives, Ubisoft cultive votre esprit et le blâme du marketing
  • L'année de Kaaraj : une année riche en créativité, mais pauvre en conférences E3
  • L'année de LaPetitePelle : le retour de Capcom, le règne de la Switch et l'arrivée de Stadia
  • L'année de Logan : Jeuxvideo.com ou ma seconde famille, le passé revisité, un potentiel gâché
  • L'année de MalloDelic : l'aube d'une nouvelle ère pour le jeu vidéo
  • L'année de Midnailah : Sous le signe des concessions
  • L'année de naglaglasson : le retour des jeux de gestion/stratégie à l'ancienne
  • L'année de oliveroidubocal : les derniers jours de nos consoles actuelles
  • L’année de Panthaa : Les derniers changements à l'aube d'une nouvelle génération...
  • L'année de Rivaol : l'évolution de jeuxvideo.com, la fin des saisons...
  • L’année de Silent_Jay : Abondance, Solidarité & Tumulte
  • L’année de Sylvain : du changement, des surprises et une ( grosse ) déception
  • L'année de thegreatreview : quelques originalités au milieu de sorties sentant le réchauffé
  • L'année de Tiraxa : Nostalgie, attentes, et transition technologique