Menu
Rayman Origins
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • 360
  • 3DS
  • Vita
  • Wii
  • Mac
  • Box Orange
  • Box SFR
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Rayman Origins
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de hiro
L'avis de hiro
MP
Journaliste jeuxvideo.com
11 juin 2012 à 17:00:57
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (90)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14/20
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Amazon PC 1.56€ Amazon PC 9.99€ Fnac Marketplace PS3 12.04€ Rakuten PS3 16.00€ Amazon 360 18.08€ Amazon 360 34.00€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Test Rayman Origins

Rayman Origins : Le Mac à l'honneur

10 426 vues

Avec pas mal de retard sur les versions HD et même sur la version Vita, voilà que débarque enfin sur 3DS la petite merveille qu'est Rayman Origins. Comme sur la portable de Sony, le sublime jeu de plates-formes d'Ubisoft se retrouve toutefois amputé de son précieux mode co-op. Le jeu demeure certes excellent mais il s'avère cependant nettement moins fun et donc moins indispensable que sur consoles de salon.

Rayman Origins

Conçu avant tout comme un portage du titre déjà sorti sur PS3, 360 et Wii, Rayman Origins sur 3DS en reprend l'exact contenu, à quelques petits détails près. Les ajouts, il n'y en a pas vraiment et hélas le simple fait de ne plus pouvoir jouer en coopération se révèle lourdement préjudiciable pour ce qui est de l'aspect purement ludique du jeu. Ne pouvant plus compter sur la dimension conviviale du Rayman Origins que l'on connaît, la version 3DS se repose uniquement sur la qualité de l'aventure proposée, l'inventivité de son level design et sa quasi-perfection en termes de gameplay. Côté réalisation en revanche, cette ultime mouture du jeu de Michel Ancel a tout de même morflé, mais nous parlerons de cet aspect un peu plus tard.

Rayman Origins
Les animations des différents persos sont toujours aussi somptueuses.
En outre, le seul petit bonus proposé par cette version consiste à pouvoir s'échanger ses temps avec d'autres joueurs via StreetPass. Avouez que ce n'est pas très affriolant. Même le système de reliques à collecter implémenté dans la version Vita brille par son absence. Pour ne rien arranger, le constat n'est pas franchement plus positif sur le plan des spécificités de la console, puisque l'écran tactile n'est tout simplement pas utilisé, si ce n'est pour afficher une pauvre barre de progression. Même combat pour les fonctions gyroscopiques, totalement absentes. La 3D relief n'apporte rien non plus et l'on voit bien que Rayman Origins n'a pas été développé avec cette technologie en tête. Tout juste pourra-t-on observer des Lums s'agiter un peu devant l'écran lorsque vous les collecterez, au risque de vous gêner. Au fond, il y a fort à parier que l'immense majorité des joueurs coupera la 3D après seulement quelques minutes. Le contenu de l'aventure reste, en revanche, identique à l'original. Pour ce qui est du scénario, le soft se contente de nous présenter la lutte impitoyable entre Rayman et ses voisins de la Lande des Esprits Frappés. Et la raison de ce combat titanesque, c'est la propension de Rayman et de ses potes à faire trop de bruit lorsqu'ils ronflent... Bref, de ce côté-là, c'était un peu léger, mais si cela permet à Rayman de visiter près de 60 niveaux répartis en 6 mondes répondant chacun à une délicieuse thématique, alors qu'à cela ne tienne ! D'autant que vous l'avez compris, la série n'a rien perdu de son humour et on se prend régulièrement à sourire comme un gamin en découvrant les mimiques des personnages ou une quelconque trouvaille de gameplay. Il faut d'ailleurs dire que puisque tout a lieu dans un monde onirique, les choses prennent vite une tournure assez délirante. Par exemple, tout ou presque est vivant ou semble l'être, y compris certaines plates-formes, qui remuent gaiement et tressautent lorsque vous grimpez dessus.

Rayman Origins
C'est sur la Croisée de Rêves que vous sélectionnerez votre niveau.
A l'écran, on retrouve le style graphique de la série, très coloré, bourré de détails et bénéficiant d'une direction artistique débridée qui donne plus l'impression de profiter d'un dessin animé de luxe que d'un jeu vidéo. Manque de bol, les incroyables qualités graphiques du soft sur les autres machines sont loin d'être aussi flamboyantes sur 3DS. En effet, outre une caméra qui ne s'est pas rapprochée par rapport aux autres consoles et qui se retrouve donc trop éloignée de l'action sur le petit écran de la machine, les décors apparaissent en plus très flous, avec des contours moins fins. Parfois, dans certains niveaux, on peine même à repérer les Lums. Mais le plus grave, c'est que le soft manque clairement de fluidité, ce qui nuit souvent au gameplay en rendant les déplacements plus hachés et donc bien moins précis. Le jeu y perd ainsi une grande partie de son dynamisme, et de son charme. Bon heureusement, le fait est que Rayman Origins n'est pas un jeu qui s'amuse à vous punir par principe, une mauvaise chute vous faisant le plus souvent apparaître à deux écrans de là, mais pour les complétistes, ceux qui souhaitent dénicher tous les Lums du jeu, l'affaire risque d'être bien plus grave.

Rayman Origins
Parvenez à dénicher toutes les "dents" de ce personnage et vous obtiendrez un jolie surprise.
En termes de contenu cependant, rien ne change et c'est tant mieux. Ainsi, si Rayman Origins semble souvent se contenter de reprendre ce qui se fait ailleurs, il se l'approprie si bien et y injecte tant de fraîcheur qu'on a souvent l'impression de toucher au Graal des jeux de plates-formes. A la base du jeu se trouvent pourtant des mécaniques classiques : une touche de saut, une pour distribuer des mandales et la possibilité de courir. Au fur et à mesure de la progression, vous apprendrez néanmoins à planer (la fameuse mèche de Rayman faisant alors office d'hélice), à courir sur les murs et même à réduire votre taille pour passer dans un trou de souris, ce qui mine de rien, change pas mal de choses, surtout lorsqu'on repasse dans des niveaux déjà connus. Le bougre a aussi appris à nager et même à faire des bonds que Flipper lui envierait. Car bien sûr, comme nous l'évoquions plus haut, l'objectif n'est pas seulement d'atteindre la sortie de chaque niveau mais plutôt de collecter un maximum de Lums, ces petites bestioles luminescentes, indispensables pour délivrer plus d'Electoons, qui eux-mêmes vous donneront accès à d'autres niveaux. C'est là qu'on prend vraiment toute la mesure de l'excellence du level design de ce Rayman Origins. En effet, chaque tableau semble différent du précédent et introduit un petit truc rigolo qui fait qu'on ne s'ennuie jamais, même au sein d'un même monde. Citons pêle-mêle les glissades du monde de glace et ses multitudes de blocs gelés à détruire comme dans un Boulder Dash, les sessions de shoot'em up sur le dos de Moskito le moustique de combat, les tambours rebondissants du désert et ses nombreux tuyaux qui vous feront planer en permanence, les serpentins mobiles qu'il vous faudra chevaucher au-dessus du vide ou ces petites algues lumineuses qui vous colleront au dos dans les profondeurs de l'océan et vous permettront de voir devant vous.

Rayman Origins
Les boss ne sont pas bien méchants, mais quelle classe !
Et que dire de ces ennemis qui assommés, se transforment en bulles sur lesquelles on pourra joyeusement sauter pour atteindre des endroits en apparence inaccessibles ? En outre, chaque niveau réserve bien sûr quelques zones secrètes et des sections facultatives nettement plus ardues que l'on atteindra en faisant preuve d'une adresse old-school, ici plus délicate que sur les autres consoles. Mais quoi qu'il en soit, Rayman Origins se renouvelle à chaque instant et apparaît véritablement grisant, riche, mais aussi exigeant ! Car si faire plaisir au joueur est clairement l'objectif de Rayman Origins, le jeu ne sombre jamais dans une facilité condescendante et, comme nous le disions, propose même un challenge assez relevé aux joueurs les plus complétistes. Cela passe notamment par les Pièces de la Mort à collecter dans chaque niveau. Et si elles répondent à ce nom, ce n'est pas pour rien. En effet, les bougresses sont généralement placées dans des endroits très dangereux, obligeant celui qui souhaite s'en emparer à frôler la mort. Mais le truc vicieux, c'est que si vous succombez une seconde après avoir sauté sur une pièce, elle reviendra immédiatement à sa place comme si de rien n'était. Non, pour récolter ces gourgandines, il faudra non seulement les débusquer mais aussi survivre ! Cela peut paraître anodin, mais ça change en fait pas mal de choses. Malgré tout, la mort n'est pas vraiment pénalisante dans Rayman Origins puisqu'on reprendra généralement non loin du lieu de notre dernier trépas. Une mort peu pénalisante certes, mais fréquente, car Rayman meurt au moindre choc, à moins qu'il n'ait préalablement déniché un cœur dans une fiole, ce qui lui conférera une chance supplémentaire. Bref, ajoutons à cela des niveaux spéciaux bourrés d'embûches et dans lesquels on se livrera à de véritables courses-poursuites alors que le décor défilera automatiquement, et on obtient un jeu qui sans être horriblement dur, pourra satisfaire sans le moindre souci les plus acharnés du genre.

Rayman Origins
En route vers un nouveau monde !
Alors évidemment, on pourra peut-être reprocher quelques petits trucs de-ci de-là au soft de Michel Ancel. Tenez par exemple, sa volonté de nous imposer une chasse aux Electoons un petit peu trop appuyée à la fin, nous forçant à refaire une partie des niveaux parcourus, pourra en faire rager certains, mais vu l'excellence du level design, on voit mal comment véritablement se plaindre. D'autres encore argueront qu'une dizaine d'heures est suffisante pour voir la conclusion de l'aventure, mais on leur répondra que pour tout débloquer et collecter, ils pourront largement multiplier cette durée par deux, tout en profitant au passage de petites surprises inattendues. Non, au fond, les principaux défauts de ce portage tiennent bien sûr à la disparition pure et simple du multijoueur mais aussi à sa réalisation décevante. Attention, celle-ci est loin d'être honteuse et le jeu reste encore très beau, mais on voit bien qu'Ubisoft a eu beaucoup de peine à faire rentrer tout ça sur 3DS. Du coup, comme nous le disions déjà de la version Vita, cette nouvelle mouture de Rayman Origins ne s'adresse donc qu'à ceux qui seraient dans l'impossibilité de jouer à Rayman Origins en coop sur PS3, 360, Wii ou sur PC. Autant dire pas grand monde...

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Oui, Rayman Origins reste très beau sur 3DS. Oui, le jeu conserve beaucoup de sa poésie et de son élégance. Oui, il reste marqué par un souci du détail qui frise l'indécence, par de superbes animations ainsi qu'une succession de somptueux décors merveilleusement colorés. Mais hélas, tout ça vous apparaîtra comme flouté et vu de trop loin sur l'écran de la 3DS. En outre, l'incroyable fluidité du jeu d'origine (sans mauvais jeu de mots) est ici remplacée par un framerate bien plus limité, qui tend parfois à hacher l'animation et donc à nous sortir du jeu.

  • Jouabilité 14 /20

    Si les spécificités de la machine ne sont pas vraiment mises à contribution, ce n'est pas forcément un mal ici. Toutefois, en raison des problèmes de lisibilité évoqués dans le paragraphe ci-dessus, le gameplay n'est pas aussi exemplaire que dans les autres versions du jeu. Moins souple et moins précis, le titre reste plaisant mais donne l'impression de fricoter avec un top model asthmatique : beau en apparence, il tend à cracher ses poumons dès les premiers mètres (attention, il s'agit ici d'une image débile, nous n'avons rien contre les top models et les asthmatiques). Reste un soft extrêmement varié qui offre une surprise intelligente à chaque tableau et qui s'avère à la fois simple et très profond.

  • Durée de vie 16 /20

    Rayman Origins compte une soixantaine de niveaux répartis en 6 mondes aux thématiques bien définies. En traînassant un peu, on mettra plus d'une dizaine d'heures pour en voir le bout, mais on peut facilement doubler ce compte si l'on cherche à tout débloquer. Pas de multijoueur en coopération, mais la possibilité de s'échanger des temps via StreetPass.

  • Bande son 18 /20

    Là, Rayman Origins fait dans le très haut de gamme, avec des thèmes qui collent parfaitement à l'univers délirant conçu par Ubisoft. Les morceaux sont simplement délicieux, variés et évoluent joyeusement dans chaque stage, même si certaines boucles semblent se répéter plus que sur les autres versions du soft. La musique contribue donc largement à la bonne humeur ambiante, tout comme les bruitages, excellents de bout en bout et qui nous plongent au beau milieu d'un dessin animé.

  • Scénario /

Parce qu'elle se retrouve privée de son mode coopératif et que sa réalisation est logiquement loin d'être aussi flamboyante que sur les autres machines, la version 3DS de Rayman Origins ne s'adresse qu'à ceux qui n'auront pas la possibilité de découvrir le jeu ailleurs. Dommage, car le soft reste excellent, très inventif et artistiquement très abouti.

Note de la rédaction

15
14

L'avis des lecteurs (90)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de hiro,  Jeuxvideo.com
Par hiro, Journaliste jeuxvideo.com
MP
3DS Plate-Forme Ubisoft Fantastique
A lire aussi
Dernières Preview
PreviewSIFU : Le jeu d'arts martiaux qui met KO ? 09 sept., 16:00
PreviewCall of Duty Vanguard : Après Cold War, est-ce que le multijoueur passe la Seconde ? 07 sept., 19:30
PreviewWorld War Z Aftermath : Une vue FPS pour jouer façon Left 4 Dead ? 07 sept., 16:00
Les jeux attendus
1
Gran Turismo 7
04 mars 2022
2
God of War : Ragnarok
2022
3
Horizon : Forbidden West
18 févr. 2022