Menu
Last Rebellion
  • PS3
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Last Rebellion sur PS3 /

Test du jeu Last Rebellion sur PS3

Test : Last Rebellion
PS3
Last Rebellion
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
02 avril 2010 à 17:12:49
10/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (29)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
9.9/20
Partager sur :

Malgré l'arrivée bruyante de Final Fantasy XIII sur PS3, d'autres éditeurs tentent de se faire un trou dans le domaine du jeu de rôle sur la console de Sony. Un pari délicat que relève NIS America avec Last Rebellion, un RPG développé par Hit Maker avec beaucoup d'ambitions mais peu de moyens. Il faut dire que le développeur n'avait déjà pas convaincu grand monde sur PSP avec Blade Dancer et Dragoneer's Aria, mais qu'importe ! Découvrons sans plus attendre les particularités de ce soft.

Last Rebellion

Déchiré entre deux divinités rivales, Meiktilia, la déesse de la mort, et Formival, le dieu de la naissance et de la résurrection, l'univers de Last Rebellion interpelle. On y découvre que l'équilibre du monde est sur le point d'être rompu par les actes des disciples de Formival qui entreprennent de ressusciter les défunts sous la forme de morts-vivants. Le salut pourrait alors venir de la déesse de la mort, ainsi que des seuls êtres capables de vaincre les démons (les Blades) et d'annihiler leurs âmes (les Sealers). Bien que l'histoire ne soit agrémentée que d'écrans fixes, l'absence de cinématiques étant légèrement compensée par la qualité des artworks proposés, on ne peut qu'être troublé par le début de l'intrigue. Nine Asfel, un Blade, décède tragiquement après avoir été trahi par ses proches, mais il est en partie sauvé par les pouvoirs d'Aisha Romandine, une Sealer, qui réussit à fusionner leurs deux âmes en une seule grâce au soutien de la déesse Meiktilia.

Last Rebellion
Pas moyen d'être tranquille deux secondes, les ennemis vous collent sans arrêt.
Réduits à se partager un seul et même corps, Nine et Aisha vont quand même prendre les armes pour s'opposer au dieu Formival en tentant de comprendre quelles sont les véritables ambitions de leurs ennemis. Mais le temps joue contre eux et, s'ils ne se dépêchent pas, leur âme commune pourrait bien disparaître définitivement. De par sa nature, notre duo ne peut se matérialiser dans le monde des vivants qu'en adoptant l'apparence de l'un ou de l'autre. Cela influe évidemment sur les réactions qu'ont les NPC en leur présence, mais cela permet aussi de jongler entre Nine et Asfel pour utiliser leurs talents respectifs. Le fait de contrôler Nine sur le terrain permet par exemple de remplir la jauge de MP commune, tandis que ce sont les HP qui se restaurent dans le cas d'Aisha. En passant de l'un à l'autre à tout moment, on peut garder un contrôle permanent sur ces jauges sans difficulté, d'autant qu'il est possible d'affecter les sortilèges au personnage que l'on veut et même de les utiliser en dehors des combats.

Last Rebellion
Toute la difficulté consiste à trouver l'ordre dans lequel frapper les parties du corps de l'adversaire.
Tout est fait pour nous faciliter la tâche, sans doute pour éviter que l'on ne se décourage devant l'aspect déroutant du système de combat. Mais une fois les bases du système de jeu bien assimilées, on progresse finalement avec beaucoup de facilité. Si la progression se déroule dans des environnements atrocement réduits et bien laids sur le plan visuel, la force de Last Rebellion réside avant tout dans son système de combat original. Les affrontements ont pour particularité de nous permettre de cibler les différentes parties du corps de nos adversaires, le but étant de les frapper dans le bon ordre pour leur infliger le plus de dégâts possible. Mais chaque monstre possède son point faible et il faut donc commencer par trouver la combinaison unique permettant de le mettre à mal. Une fois celle-ci découverte, vaincre cet ennemi ne sera plus qu'une formalité, mais encore faut-il tâtonner à maintes reprises pour trouver le seul ordre qui convienne. Autant dire que, même si le principe est original, on a parfois un peu l'impression de jouer au loto, aucune logique ne permettant de savoir à l'avance quels membres viser en premier. Heureusement pour nous, chaque bonne réponse entraîne l'affichage d'un joli « Bingo » à l'écran, ce qui signifie que le numéro correspondant à la partie trouvée restera mémorisé pour toute la suite du jeu.

Last Rebellion
En dehors de quelques téléporteurs, les environnements sont minuscules et linéaires.
Le fait de réussir une séquence complète de Bingo a un double intérêt. D'une part, cela permet d'affaiblir l'ennemi en vue de lui infliger par la suite des dégâts magiques. D'autre part, cela fait monter le score de bonus qui n'est autre qu'un multiplicateur de points d'expérience. Par conséquent, si vous vous y prenez bien et que vous enchaînez une bonne trentaine de combos, vous pourrez atteindre facilement le bonus de 999 qui multipliera par dix l'XP obtenue à la fin du combat. Un bon moyen de monter de niveau rapidement pour progresser dans le jeu en toute sérénité. Le gameplay fonctionne essentiellement autour de ce principe là, avec tout de même quelques subtilités en plus. D'abord, il faut garder à l'esprit que les ennemis peuvent être sensibles à telle ou telle magie en particulier. Il convient donc de booster ses sortilèges pour les envoyer sur chacun des marqueurs temporaires laissés sur le corps de l'ennemi après une attaque physique. Ensuite, il faut penser à sceller l'âme de ses adversaires lorsqu'ils sont vaincus, faute de quoi ils ressuscitent sous une forme encore plus puissante. Aisha est la seule à pouvoir effectuer cette opération grâce à ses talents de Sealer. Le pouvoir de Nine lui permet en revanche d'absorber les MP sur les corps de ses ennemis en très grande quantité. Enfin, la jauge MF (Meiktilia Force) représente le soutien de la déesse de la mort et se remplit à chaque fois qu'on subit des dommages. Lorsqu'elle atteint son maximum, la déesse apparaît et libère sa colère en visant directement les points faibles de tous les ennemis.

Last Rebellion
La magie prend pour cibles les marqueurs placés en attaquant physiquement les membres de l'ennemi.
Bien qu'intéressants, les combats de Last Rebellion nous entraînent vite sur le chemin de la routine, chaque affrontement se résolvant plus ou moins de la même façon. Sur la quantité astronomique de sorts mis à notre disposition, seuls quelques-uns s'avèrent réellement utiles. Qui plus est, même si les objets permettant de renforcer les grimoires de magie sont limités, on peut les associer différemment à chaque fois qu'on le souhaite. Quant à l'exploration des environnements du jeu, elle est d'une linéarité affligeante. La seule véritable difficulté du soft est de gérer son quota de CP pour ne pas se retrouver à court, sachant que ce total de points diminue drastiquement dès qu'on expérimente plusieurs combinaisons de coups. Mais comme il existe un sort pour regagner ses CP et que les points de magie se restaurent automatiquement, cela ne présente finalement qu'un infime handicap. Trop facile mais aussi trop court sur sa durée, Last Rebellion déçoit également par son scénario qui ne se développe pas autant qu'on aurait pu l'espérer. La fréquence exagérée des combats conduit vite à l'overdose, les ennemis réapparaissant presque instantanément pour vous courser à travers toute la map sans jamais vous lâcher. Difficile donc de conseiller ce titre qui aurait mérité d'être proposé à un prix nettement moins élevé.

Les notes
  • Graphismes 8 /20

    Puisque le développeur n'avait visiblement pas les moyens de doter son titre d'une réalisation digne de la PS3, pourquoi ne pas l'avoir sorti sur Wii ou sur PSP ? Tout l'aspect graphique est décevant, seuls les splendides artworks qui ponctuent les conversations et les chargements sauvent le titre de la catastrophe.

  • Jouabilité 13 /20

    Un système de combat original qui n'est toutefois pas aussi passionnant qu'on l'avait espéré. Le fait de devoir deviner l'ordre dans lequel il faut frapper les membres de l'adversaire ressemble un peu trop à de la loterie et les affrontements finissent par tous se ressembler.

  • Durée de vie 8 /20

    Comptez entre 15 et 20 heures pour explorer de fond en comble les environnements cachés derrière les 12 miroirs du jeu. La fréquence exagérée des combats gonfle artificiellement cette durée de vie déjà très faible pour un RPG.

  • Bande son 12 /20

    La bande-son ne parvient pas à nous faire oublier les nombreux défauts du titre même si certaines mélodies s'écoutent avec plaisir. Mention spéciale au thème des combats qui rappelle un peu celui de Shadow Hearts. Les voix anglaises ne sont pas toujours très convaincantes.

  • Scénario 11 /20

    Prometteuse en début de partie, l'histoire retombe vite dans la simplicité et on finit par décrocher totalement. Les dialogues ne sont composés que d'écrans fixes et de textes en anglais, le développeur n'ayant pas eu les moyens de réaliser la moindre cinématique ni même la moindre cut-scene.

Développé avec les moyens du bord, Last Rebellion ne peut en aucun cas rivaliser avec les meilleurs RPG sortis sur PS3 ces derniers temps. Très limité sur le plan technique, le titre se rattrape un peu sur le plan artistique mais seule l'originalité de son système de combat pourra vous inciter à tenter l'expérience.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
02 avril 2010 à 17:12:49
10/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (29)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
9.9/20
Mis à jour le 02/04/2010 à 17:12
PlayStation 3 RPG Hitmaker NIS America
A lire aussi
Wiki de Last Rebellion 07 déc. 2014, 17:14
Images de Last Rebellion 21 janv. 2010, 09:41
Last Rebellion de sortie en Europe 08 janv. 2010, 16:27
Dernières Preview
PreviewCyberpunk 2077 : Nos impressions après les 15 premières heures de jeu en exclu 19 nov., 18:30
PreviewFootball Manager 2021 : Simple affinage à l'horizon 10 nov., 09:15
PreviewHyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La préquelle de BOTW inquiète autant qu'elle fait envie 09 nov., 15:19
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
10 déc. 2020
2
Mass Effect : Legendary Edition
2ème trimestre 2021
3
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2021