Menu
Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers
  • Wii
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
02 février 2010 à 15:57:59
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (127)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.4/20
Test Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers

Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers : Trailer

36 176 vues

On attendait beaucoup de The Crystal Bearers, dernier né de la famille des Final Fantasy Crystal Chronicles sur Wii. Ne conservant que l'essentiel du background de la série, le jeu s'annonçait ambitieux et rafraîchissant, tablant sur une atmosphère décomplexée pour séduire les joueurs blasés par l'orientation trop traditionnelle des précédents opus. Mais, pour un jeu ayant subi une gestation aussi longue, le résultat est loin de répondre à nos attentes.

Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers

Rattaché à la branche des Final Fantasy Crystal Chronicles, The Crystal Bearers présente un univers qui se relève d'un conflit mondial connu sous le nom de Grande Guerre. A la suite de cette bataille opposant les quatre tribus récurrentes de la série, la civilisation liltie obtint la mainmise sur le royaume, asservissant au passage les autres tribus. Mais si les selkies et les clavats ont pu survivre en faisant profil bas, les yukes ont carrément disparu de la planète. Il faut dire que magie et technologie ne font pas vraiment bon ménage, ce qui explique pourquoi l'existence du peuple yuke est progressivement tombée dans l'oubli. Jusqu'au jour où Amidatelion, un membre de cette tribu que l'on croyait éteinte, se matérialise sous les yeux de Layle, un "porteur de cristal". Cette appellation, donnée à ceux qui ont hérité des pouvoirs télékinésiques des cristaux, les relègue au rang de parias, les capacités inexpliquées par la science n'étant pas vues d'un très bon oeil par la société liltie. Par la force des choses, Layle se retrouve donc embarqué dans une aventure mouvementée sur les traces de celui qu'il surnomme "cafetière d'or" et qui semble en savoir long sur l'origine et la nature des cristaux.

Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers
En l'absence de carte détaillée, vous pouvez toujours capturer les panneaux indicateurs pour ne pas vous égarer.
A peine entré dans le monde de The Crystal Bearers, on comprend que l'aventure ne sera pas avare en péripéties mouvementées, l'introduction nous faisant déjà enchaîner deux séquences très arcades que l'on pourrait aussi bien qualifier d'événements interactifs. Ces phases de jeu, qui ponctueront notre progression jusqu'à la fin, se bornent en effet à faire intervenir à outrance le maniement de la Wiimote pour un résultat qui est loin d'être précis. Après une chute libre placée sous le signe du shoot, Layle nous dévoile ses talents de pilote de vaisseau aux commandes de l'Alexis, un imposant vaisseau de guerre qui a bien du mal à slalomer au milieu des montagnes rocheuses. Concrètement, même si vous ne faites rien pendant ces deux épreuves, vous réussirez à terminer la séquence, ce qui prouve à quel point ces « mini-jeux » ne sont là que pour servir l'ambiance et non le gameplay du titre. Un constat d'autant plus regrettable qu'il se répercute à l'identique sur les épreuves suivantes, et que la progression est truffée de ce genre de scènes pas franchement jouables.

Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers
Utilisez la télékinésie à bon escient pour vaincre vos adversaires rapidement...
Le soft se rattrape heureusement en termes d'ambiance puisque l'univers de The Crystal Bearers compte parmi les plus étonnants de la série. Qu'ils soient hostiles ou non, les environnements grouillent de vie et les NPC réagissent constamment en fonction de ce qu'ils vous voient faire. L'icône placée au-dessus de leur tête symbolise leur humeur du moment, mais il suffit d'un rien pour les divertir ou les mettre en colère. Un aspect original qui n'est pas là que pour le fun puisque les réactions des gens qui vous entourent peuvent avoir des conséquences assez inattendues sur les autres NPC. Même chose pour les monstres qui réagissent de manière différente à tel ou tel stimulus. L'attrait principal du jeu consiste d'ailleurs à trouver de quelle manière venir à bout de ces créatures le plus efficacement possible en les projetant les unes sur les autres ou en leur balançant certains éléments du décor en pleine figure. Le soft ne se prend jamais au sérieux et pousse aux expérimentations les plus farfelues. Les décors regorgent ainsi d'éléments anodins que l'on peut utiliser pour tester les réactions de chacun à l'aide des pouvoirs télékinésiques de Layle. Car, en tant que porteur du cristal, notre héros d'origine clavat est capable d'interagir à distance avec les éléments qui l'entourent. Son pouvoir lui permet ainsi de capturer tout ce qu'il veut dans une sphère qu'il transporte ensuite au-dessus de sa tête et qu'il peut relâcher n'importe où avec plus ou moins de violence. Layle n'est pas un bon samaritain et son comportement arrogant en fait un personnage plutôt plaisant à contrôler.

Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers
... avant qu'il ne soit trop tard pour refermer le courant de miasme.
Ces pouvoirs télékinésiques restent en tout cas au coeur du gameplay du titre et nous poussent à rester attentif à ce qui nous entoure pour en faire le meilleur usage possible. C'est d'autant plus vrai dans les zones de combat où seule une bonne maîtrise des pouvoirs du cristal permet de se débarrasser des créatures ennemies dans les temps. Car la plupart des zones que l'on traverse dans cet épisode sont tantôt hostiles, tantôt pacifiques. A intervalles réguliers, des courants de miasme apparaissent dans le ciel, libérant des hordes de monstres qu'il faut éliminer avant la fin du temps imparti. A chaque fois que vous réussissez à vaincre tous les ennemis et à refermer un courant de miasme, vous gagnez un fragment de myrrhe qui rajoute une unité de vie supplémentaire. Un concept qui a aussi ses défauts puisqu'il peut s'avérer frustrant d'être interrompu dans ses hauts faits par un chrono qui vous stoppe dans votre élan alors que vous étiez sur le point de refermer un courant de miasme. Le joueur est ainsi tributaire du temps qui passe et sera donc souvent tenté de remettre à plus tard ces missions de « nettoyage » qui restent de toute façon optionnelles.

Final Fantasy Crystal Chronicles : The Crystal Bearers
Des épreuves spéciales en tout genre parsèment l'aventure.
Si le jeu avait imposé la réussite de ces campagnes visant à refermer les courants de miasme, nul doute que la durée de vie s'en serait trouvée considérablement accrue. En l'état, le soft ne nous offre qu'une petite douzaine d'heures de jeu, ce qui est loin d'être suffisant pour un titre estampillé Final Fantasy. Autre motif de déception, le pouvoir télékinésique de Layle constitue sa seule et unique action tout au long du jeu, ses capacités n'évoluant jamais. Il peut seulement échanger différents matériaux pour acquérir des accessoires qui amélioreront ses caractéristiques physiques. Si les épreuves arcades sont assez désastreuses sur le plan du gameplay, la gestion des pouvoirs de télékinésie n'est pas non plus irréprochable. Combinant l'usage du stick analogique et du pointeur de la Wiimote, le jeu se révèle assez peu ergonomique lorsqu'il s'agit de contrôler les angles de vue. La caméra doit être gérée en permanence avec la croix directionnelle tout en interagissant avec le décor, et l'absence de carte détaillée favorise les errances interminables dans les différentes contrées du jeu. Car la carte globale dont on dispose n'est pas suffisamment détaillée et on se perd facilement en l'absence de mini-map, ce qui finit vite par agacer, surtout quand on a eu la mauvaise idée de partir sans chocobo. Le développement de The Crystal Bearers ne s'est visiblement pas déroulé sans heurts. Annoncé de longue date, le titre réussit à nous étonner d'entrée de jeu pour mieux nous décevoir par la suite. On ne peut s'empêcher d'y voir un potentiel gâché par un manque de cohérence global.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    The Crystal Bearers fait partie de ces titres qui se donnent les moyens de prouver qu'on peut obtenir un rendu graphique de qualité, même sur une console telle que la Wii. Les environnements sont non seulement détaillés et diversifiés mais aussi grouillants de vie. Les monstres et les NPC réagissent au moindre de vos faits et gestes et rendent l'univers de cet épisode vraiment crédible. Le character designer a réussi à offrir aux quatre races du jeu une multiplicité de visages différents.

  • Jouabilité 12 /20

    Les pouvoirs télékinésiques de Layle auraient mérité d'évoluer en cours de jeu pour rendre le gameplay un peu plus attractif. La progression est surtout truffée de séquences arcades pas franchement jouables et assez inintéressantes au niveau du gameplay, mais que l'on peut refaire en New Game + une fois le jeu terminé.

  • Durée de vie 10 /20

    Comptez seulement 12 heures pour terminer le jeu en ligne droite ! On peut d'ailleurs finir l'aventure sans verrouiller quasiment aucun courant de miasme, auquel cas on passe complètement à côté de l'intérêt du jeu. L'obtention des médailles n'est pas très motivante non plus mais elle a le mérite d'inciter le joueur à réfléchir à des manières originales d'interagir avec les ennemis.

  • Bande son 17 /20

    Une bande-son explosive qui porte à elle seule toute l'ambiance du jeu. Les musiques sont on ne peut plus éclectiques et constituent le gros point fort du titre.

  • Scénario 14 /20

    En faisant le choix de nous placer dans la peau d'un paria de la société arrogant et doté de pouvoirs hors du commun, le soft réussit à se démarquer considérablement de ses prédécesseurs. Le contexte de rivalité raciale est également bien intégré au scénario.

En faisant le pari de relancer complètement la branche des Final Fantasy Crystal Chronicles, The Crystal Bearers s'égare dans des choix de gameplay peu harmonieux. La progression basée sur le contrôle des pouvoirs télékinésiques qui devait être au coeur de l'aventure s'efface au profit de séquences arcades sans intérêt sur le plan ludique. Souffrant également d'une durée de vie rachitique, le soft ne se rattrape que par son atmosphère décomplexée et sa bande-son audacieuse.

Note de la rédaction

13
15.4

L'avis des lecteurs (127)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de Romendil,  Jeuxvideo.com
Par Romendil, Journaliste jeuxvideo.com
MP
Dernières Preview
PreviewWartales : un RPG médiéval qui vous veut du mal 30 nov., 16:00
PreviewHalo Infinite va-t-il s'imposer comme le FPS de cette fin d'année ? 19 nov., 09:01
PreviewBabylon's Fall : vers un Platinum en demi-teinte ? 18 nov., 17:05
Les jeux attendus
1
Elden Ring
25 févr. 2022
2
Gran Turismo 7
04 mars 2022
3
Légendes Pokémon : Arceus
28 janv. 2022