Menu
Feeding Frenzy 2 : Shipwreck Showdown
  • Tout support
  • PS3
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Feeding Frenzy : Shipwreck Showdown
360
Feeding Frenzy 2 : Shipwreck Showdown
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Akedysseril
L'avis de Akedysseril
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 janvier 2010 à 06:35:00
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Partager sur :

Trois ans après sa copie de Shark ! Shark ! et une grande activité sur le secteur du jeu vidéo, PopCap Games réinvestit le Xbox Live Arcade avec une suite à Feeding Frenzy, sous-titrée Shipwreck Showdown. La formule a-t-elle vraiment été rafraîchie ?

Feeding Frenzy : Shipwreck Showdown

Le premier épisode de Feeding Frenzy reposait sur un concept d'une grande simplicité : le joueur incarnait un petit poisson qui, à force de manger, grandissait jusqu'à devenir le maître des océans. Avec Shipwreck Showdown, rien n'a changé en surface : le propos reste identique et nous invite à sillonner les mers sur une soixantaine de tableaux, soit une douzaine de plus que son prédécesseur. Heureusement, si l'on plonge plus profondément dans les abysses du jeu, on s'aperçoit très vite que les développeurs ont rectifié le tir pour tenter d'offrir une expérience de jeu différente et moins lassante, afin de donner un sens à cette nouvelle mouture.

Feeding Frenzy : Shipwreck Showdown
Au rayon des nouveautés, l’appât dingo se révèle plutôt utile pour attirer les prédateurs.
Toujours décliné en deux choix – histoire et chrono –, le mode un joueur permet d'enchaîner les niveaux. De tableau en tableau, il est toujours possible de découvrir de nouvelles espèces de poissons à diriger et qui, soulignons-le, sont toutes différentes des premiers spécimens proposés dans Feeding Frenzy. C'est donc aux commandes de Boris le poisson-papillon, Basile le baliste royal, Guitou le poisson-lanterne, Pierre le pompano, Harry le labre géant et Goliath le grand requin blanc que vous partez explorer les profondeurs, les protagonistes se relayant en fonction des zones viables pour leur espèce. À ce propos, si l'intrigue reste quelque part très anecdotique, elle a l'immense avantage de proposer des bases narratives qui invitent à l'aventure en ménageant même quelque suspense. Quel est ce mystérieux voyageur dont on ne voit que la silhouette de niveau en niveau ? À nos amis de le découvrir en se serrant les nageoires, jusqu'à la terrible confrontation finale.

Feeding Frenzy : Shipwreck Showdown
Je ralentis, je rétrograde d'une vitesse et je me gare sur le côté.
Vous l'aurez compris, Feeding Frenzy : Shipwreck Showdown reste modeste dans son propos, mais comble une carence du premier opus qui peinait à tenir le joueur en haleine. Les plus réticents n'y trouveront toujours pas leur compte mais le fait est que PopCap Games a tout fait pour proposer une aventure plus complète. Ainsi, le périple des protagonistes est parsemé de combats contre des boss ou bien de tableaux à thèmes, dans lesquels les barracudas ou les méduses pullulent. Une manière de rompre la monotonie qui menacerait de frapper le joueur, tout comme cette utilisation judicieuse du poisson-lanterne qui joue avec la luminosité qu'il dégage et les ténèbres abyssales, afin de faire plonger le joueur dans des profondeurs insondables où Guitou représente sa seule source de lumière. Une menace supplémentaire qu'il lui faut contrer en absorbant des algues luminescentes, seul moyen de recharger ses batteries et d'éclairer suffisamment la zone. Face à cette vraie bonne idée qui oblige le joueur à appréhender les zones de jeu différemment, en l'incitant à la prudence, on ne peut toutefois que regretter l'absence d'une généralisation de ce procédé à tous les poissons, qui ne présentent malheureusement pas tous des caractéristiques spécifiques à leur espèce.

Feeding Frenzy : Shipwreck Showdown
Le concept du premier volet a été repris à la lettre.
Heureusement, les développeurs ont tout de même réfléchi à d'autres moyens de varier les plaisirs, notamment en ajoutant à son titre des zones de jeu "aériennes". En effet, le joueur peut désormais bondir hors de l'eau pour gober des papillons qui se déplacent individuellement ou en essaims, amplifiant son score comme le font les poissons. L'occasion pour lui de se fendre de quelques pirouettes qu'il ne faut cependant pas rater, sous peine de faire un gros plat qui l'étourdit et le rend vulnérable aux prédateurs, ou d'acquérir des bonus qui flottent à la surface de l'eau. Quelques espèces font également leur apparition comme les poulpes, qui crachent leur encre et gênent la visibilité du poisson qui se matérialise par des trajectoires approximatives, ou les poissons-globes qui gonflent leur corps pour éviter d'être attaqués. Afin de mener sa quête à bien, le joueur dispose heureusement de tout un tas de bonus spéciaux qui lui octroient des pouvoirs éphémères tels que les champiminis tout droit venus de Mario, qui rétrécissent même les plus gros prédateurs, ou les appâts dingo qui se matérialisent sous la forme d'un hameçon qui permet d'attirer même les plus grosses menaces des bas-fonds. À ceux-ci se rajoutent évidemment tous ceux qui faisaient la force du premier épisode, comme les bonus de vitesse ou les 1up qui attendent bien sagement dans des bulles ou des huîtres.

Feeding Frenzy : Shipwreck Showdown
Les abysses et leur obscurité apportent une sacrée fraîcheur au titre.
Afin de palier un manque curieux et presque intolérable de Feeding Frenzy, Shipwreck Showdown propose cette fois-ci un mode multijoueur qui offre à quatre amis la possibilité de partager l'aventure. De quoi amplifier la durée de vie du titre de manière conséquente, puisque l'on reviendra toujours volontiers accompagné sur un jeu qui, seul, n'invite pas vraiment à la rejouabilité. PopCap Games a par ailleurs insisté sur cette particularité de son soft, puisqu'il propose désormais toute une série de mini-jeux auxquels s'essayer un à un ou sous forme de tournoi. Si l'objectif premier de bon nombre d'entre eux reste d'absorber un maximum de choses – des poissons, des bullétoiles, des perles, des mouches… –, certains sont réellement plaisants. Citons à ce titre "Dévorez et délogez", qui force les joueurs à lutter pour capturer une sorte de drapeau dans l'esprit FPS, ou bien "La ruée vers l'or" qui oblige à la plus grande dextérité pour gober le hareng doré, bien plus rapide que les autres spécimens. Nouveau regret néanmoins, en dépit de cet "effort" fait par les développeurs : aucun mode en ligne ne permet de se frotter à l'univers tout entier, cloisonnant l'expérience de jeu en local.

Feeding Frenzy : Shipwreck Showdown
Dans ces conditions, difficile de nager sans risque.
Techniquement, le jeu est légèrement plus fin que son aîné et propose une plus grande variété de poissons, ainsi que quelques effets graphiques sans grande prétention mais qui participent au bon état général du soft. Ceci étant, on reste cependant devant un jeu qui ne bouleverse pas ses fondamentaux, et qui peine à se renouveler. Formulé autrement, acheter Feeding Frenzy : Shipwreck Showdown se justifie difficilement lorsque l'on possède déjà le premier, et inversement. Trop similaires dans leur approche du genre, les deux titres peinent à se rendre indispensables, conférant au deuxième épisode le statut de version améliorée. Meilleurs modes de jeu, meilleur challenge, meilleur enrobage technique, mais un principe qui n'apporte presque pas de surprises. Pourtant, la recette fonctionnera à nouveau pour bon nombre de joueurs qui avaient accroché au premier opus, et qui se retrouveront sans nul doute à battre des ailerons pour découvrir quel mystérieux inconnu se cache dans les abysses.

Les notes
  • Graphismes 13 /20

    L’univers peine forcément à se renouveler mais on note tout de même la présence de nouveaux tableaux en arrière-plan, notamment cette épave qui donne son nom au jeu. Pour le reste, on note bon nombre de poissons supplémentaires qui bénéficient toujours d’une animation minimale. Une sorte de fond d’écran aquarium très mignon et bien flashy, en somme.

  • Jouabilité 16 /20

    La simplicité est toujours de rigueur dans Shipwreck Showdown : on va de gauche à droite, et on appuie parfois sur X pour aspirer ses proies. Le jeu ne propose rien de révolutionnaire mais a la bonne idée d’intégrer quelques nouveaux obstacles comme les abysses, plongées dans un noir profond, ou les mines qui explosent au moindre contact. Les zones de jeu sont également beaucoup plus larges et offrent bien plus d’espace qu’avant.

  • Durée de vie 11 /20

    Le mode multijoueur apporte un plus indéniable mais ne donne pas le coup de fouet attendu à la durée de vie d’un tel titre. On y reviendra à l’occasion de quelques parties, c’est certain, mais le potentiel de lassitude se révèle assez grand, à plus forte raison si l’on a déjà joué au premier. Heureusement, les succès s’obtiennent beaucoup plus facilement et ne monopoliseront pas inutilement l’attention du joueur durant de longues heures.

  • Bande son 12 /20

    Rien n’a vraiment changé depuis Feeding Frenzy. Les musiques sont toujours aussi adaptées et les bruitages quelque peu fatiguants. La voix off peut se montrer particulièrement horripilante par sa très grande présence, réagissant à chaque multiplicateur de score obtenu.

  • Scénario /

    Du mieux à ce niveau, avec une forme d’intensité dramatique destinée à accrocher le joueur. Mais ce sont surtout les plus petits qui joueront le jeu.

PopCap Games a repris son jeu en main pour combler les lacunes du premier épisode et proposer un résultat plus complet. Mission réussie à ce niveau, puisque Feeding Frenzy : Shipwreck Showdown jouit désormais d’un contenu beaucoup plus respectable en termes de missions ou de possibilités de jeu, accueillant un mode multijoueur plutôt bien réalisé. En revanche, on s’étonne encore et toujours de l’absence du jeu en ligne ou d’une plus grande variété de gameplay qui faisait déjà défaut au premier épisode. À ceci s’ajoute un fait à prendre en compte : le prix du jeu. Deux fois plus élevé que celui de l’ancienne version, le prix de 800 MS points risque de refroidir les éventuels acheteurs. Le jeu est loin d’être mauvais, au contraire ; mais à ce prix, il reste clairement dispensable pour ceux qui possèdent déjà le premier.

Profil de Akedysseril
L'avis de Akedysseril
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 janvier 2010 à 06:35:00
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Mis à jour le 25/01/2010 à 06:35
Xbox 360 Autres Sprout Oberon Media
Dernières Preview
PreviewHumankind : Un concurrent sérieux à Civilization ? 24 oct., 21:00
PreviewThe Falconeer : La Xbox Series X tient-elle son nouveau Crimson Skies ? 23 oct., 11:41
PreviewImmortals Fenyx Rising : Un AC pour les plus jeunes ? 22 oct., 18:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
10 déc. 2020
2
Assassin's Creed Valhalla
10 nov. 2020
3
Call of Duty : Black Ops Cold War
13 nov. 2020