Menu
Feeding Frenzy
  • Tout support
  • PC
  • PS3
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Feeding Frenzy
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Akedysseril
L'avis de Akedysseril
MP
Journaliste jeuxvideo.com
22 janvier 2010 à 00:00:15
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.4/20
Test Feeding Frenzy

"Feeding Frenzy", ou la frénésie alimentaire. Voilà un titre alléchant, qui repose sur une recette on ne peut plus simple : manger, manger, manger, jusqu’à devenir le roi de la chaîne alimentaire. Manger, oui, mais pas n’importe quoi : ici, poissons et fruits de mer sont au menu.

Feeding Frenzy

Feeding Frenzy c'est l'histoire d'un poisson qui, de bouchée en bouchée, grandit jusqu'à pouvoir manger d'autres poissons plus gros encore. Son objectif : le Récif aux requins, où règne sans partage le Roi Requin, un squale qui terrorise l'océan. Évidemment, vous incarnez ce menu fretin dans l'espoir de parvenir à votre tour au sommet de la chaîne alimentaire, vous retrouvant à zigzaguer entre les plus gros morceaux qui, eux aussi, doivent se nourrir. Sprout Game, à l'origine de ce jeu, n'a pourtant pas inventé le concept. Déjà, en 1982, le grand blanc sévissait sur Mattel Intellivision dans Shark ! Shark !, où le joueur avait pour objectif de gonfler son score jusqu'à la mort. En revanche, le studio a considérablement amélioré la recette originale en y ajoutant de nombreux ingrédients.

Feeding Frenzy
La jauge de croissance indique que deux sortes de poissons peuvent être mangées.
Tout d'abord, on peut souligner la présence d'une interface plutôt claire, qui facilite grandement la vie du joueur. En effet, s'affichent à l'écran les éléments les plus indispensables au bon déroulement du jeu, comme le "menu" et la jauge de croissance. À la base du jeu, le menu indique sur quels poissons le joueur peut se précipiter afin de les consommer, sans risquer d'être lui-même mangé. Une jauge de croissance mesure également l'évolution de son poisson : chaque proie gobée augmente légèrement cette barre, proportionnellement à sa taille. On comprendra bien sûr par là que plus la victime est imposante, plus elle participe à la croissance du poisson. Divisée en trois parties égales, la jauge fonctionne par paliers, une forme de checkpoint qui permet au joueur de ne pas recommencer entièrement le niveau s'il vient à mourir. Toujours à l'écran, un multiplicateur augmente au gré des poissons avalés – à condition que le joueur soit assez rapide et conserve un certain rythme pour qu'il ne retombe pas à zéro, permettant de gagner des vies.

Feeding Frenzy
Quel animal peut bien se cacher derrière cette dernière silhouette ?...
Pour parvenir à ses fins, le joueur dispose de quelques mouvements relativement simples à assimiler. Tandis que le stick analogique permet de se déplacer, le bouton A est assigné à une brève accélération que le joueur peut reproduire sans contrainte, si ce n'est celle de tomber nez à nez avec plus gros que lui qui aurait été dissimulé par le bord de l'écran. Le bouton X, quant à lui, fonctionne avec la jauge de pouvoir. Cette capacité, qui permet d'aspirer tout ce qui se trouve aux alentours pendant un bref instant, se révèle très utile pour avaler un banc entier de poissons, technique supplémentaire pour augmenter son compteur de points. Outre ces quelques commandes, le joueur peut aussi compter sur de nombreuses bulles d'air qui remontent fréquemment l'écran, et qui renferment diverses options parmi lesquelles des bonus de vitesse et de paralysie des autres poissons, voire carrément des vies. À chaque fin de niveau, les meilleurs joueurs qui n'ont pas utilisé la moindre vie peuvent même compter sur le soutien d'une sirène, qui distribue quantité de bonus qui viennent encore gonfler la jauge de score.

Feeding Frenzy
Petit poisson deviendra grand.
En ce qui concerne l'aventure proposée, il s'agit pour le joueur de parcourir six mondes composés de huit tableaux chacun, parmi lesquels quelques niveaux bonus chronométrés ; l'occasion, une fois encore, d'engranger des vies. De logique ou de cohérence dans l'organisation de ces différents mondes, il n'en existe point, si ce n'est celle de contrôler un nouveau poisson tous les huit niveaux. Les différences entre rascasse, poisson-lanterne, john dory et orque sont malheureusement inexistantes, et on aurait bien aimé que les développeurs réfléchissent davantage pour offrir une plus grande variété de gameplay. En réalité, seul le scalaire se distingue de ses congénères par son incapacité à aspirer ses proies, et il est au final dommage que seuls les ennemis proposent une faune variée dans leurs réactions et leurs effets – les méduses étourdissant, les huîtres exhibant leurs trésors avant de se refermer, les requins naviguant impunément avec pour seul point faible la crainte de se faire mordre la queue.

Feeding Frenzy
La jauge de frénésie est bientôt remplie.
Graphiquement, le jeu est plutôt joli et très coloré. Chaque tableau est constitué d'un décor flou en arrière-plan et de quelques éléments détaillés au premier plan qui collent assez bien à l'ambiance. Les différents habitants de l'océan sont eux aussi plutôt mignons, mais ne possèdent en tout et pour tout que quatre à cinq animations, bien que cela ne constitue pas un défaut rédhibitoire pour ce type de jeu. Les musiques sont quant à elles plutôt discrètes mais s'inscrivent parfaitement dans l'ambiance de ce titre. En revanche, les quelques bruitages sont omniprésents et pourront en agacer plus d'un, un bruit de Craquotte ponctuant chaque gobage de proie. Ceci étant, le tout témoigne d'un titre relativement soigné à bien des égards, qui occupera certainement les joueurs quelques parties le temps de venir à bout des succès proposés par le jeu. On peut néanmoins s'étonner de l'absence d'un mode multijoueurs qui se serait révélé efficace, simple à intégrer, et qui était déjà disponible chez son lointain ancêtre Shark ! Shark !

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    Mignon et coloré, l’univers de Feeding Frenzy n’atteint évidemment pas des sommets en termes de recherche et d’animation, mais reste agréable à regarder sans pour autant donner l’impression d’être devant un aquarium. On regrettera le manque de variété des situations proposées afin de briser la monotonie du Grand Bleu.

  • Jouabilité 15 /20

    Les mécaniques s’assimilent à vitesse grand V et, très vite, on se sent comme un poisson dans l’eau. Il est cependant bien dommage que chaque poisson contrôlé ne possède pas des caractéristiques propres. Notez également une certaine gêne visuelle sur les bords de l’écran, qui dissimulent parfois des gros poissons que l’on aurait aimé ne pas rencontrer. Le même problème peut survenir en raison du scrolling vertical qui cache partiellement la vue du tableau.

  • Durée de vie 10 /20

    Le mode aventure et son alternative, le mode chronomètre, proposeront quelques heures de jeux à eux deux. L’absence d’un mode deux joueurs est incompréhensible et extrêmement pénalisant pour ce titre agréable mais sur lequel on ne reviendra pas facilement en solo. En revanche, comptez minimum dix heures pour boucler l’intégralité des succès proposés ; mais on ne prend guère de plaisir à obtenir les 200G.

  • Bande son 12 /20

    Les musiques sont sympathiques, les bruitages en agaceront certains. On peut quoi qu’il en soit se passer facilement du son pour jouer à Feeding Frenzy.

  • Scénario /

    Un poisson doit arriver jusqu’au grand requin blanc pour prendre sa place au sommet de la chaîne alimentaire… C’est l’histoire de la vie. Le semblant de scénario développé par Sprout Game ne vaut pas grand-chose et est plus un prétexte à l’enchaînement de niveaux sans vrai lien entre eux. Quelques réflexions sur l’histoire naturelle viennent agrémenter les écrans de chargement, vous informant du temps de formation du corail-cerveau et autres méduses.

Pour 400 points sur le XBOX Live, Feeding Frenzy fait partie de ces jeux sans prétention et que l’on ne prend guère de risque à acheter. Le concept, décongelé après presque trente ans, fait toujours son effet et bénéficie d’une réalisation simple mais soignée qui occupera plusieurs heures le joueur moyen. Les chasseurs de succès, quant à eux, se risqueront dans les abysses entre dix et quinze heures avant de revenir pour toujours à la surface. À essayer avant toute chose, car il y a fort à parier qu’on ne replongera pas une fois fini.

Profil de Akedysseril
L'avis de Akedysseril
MP
Journaliste jeuxvideo.com
22 janvier 2010 à 00:00:15
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (5)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
13.4/20
360 Action Sprout Oberon Media
A lire aussi
Wiki de Feeding Frenzy 07 déc. 2014, 17:14
Dernières Preview
PreviewReturnal : l’exclusivité PS5 fait la différence par rapport à la concurrence Il y a 12 heures
PreviewShin Megami Tensei III Nocturne HD Remaster est-il à la hauteur du J-RPG culte ? 20 avr., 16:00
PreviewResident Evil Village : Le Survival-Horror de référence à son meilleur ? 19 avr., 17:00
Les jeux attendus
1
Resident Evil Village
07 mai 2021
2
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022
3
Diablo II : Resurrected
2021