Menu
Axelay
  • Tout support
  • WiiU
  • Wii
  • SNES
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Axelay / Axelay sur SNES /

Test du jeu Axelay sur SNES

Test : Axelay
SNES
Axelay
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Rockstar78
L'avis de Rockstar78
MP
Journaliste jeuxvideo.com
15 janvier 2010 à 04:21:13
17/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (18)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.1/20
Partager sur :

En 1993, Konami sort un shoot’em up que l’on n'attendait pas vraiment et qui réussit pourtant à créer la surprise en proposant des graphismes et des effets spéciaux inédits à l’époque dans ce genre de jeu. Le plus beau shoot de la Super Nintendo était né et il s’appelait Axelay.

Axelay

Dans un lointain futur et dans une lointaine galaxie, d'affreux aliens eurent l'idée saugrenue d'envahir votre chère planète bleue et de réduire ses habitants à esclavage, tout cela pour des raisons encore obscures. Mais fort heureusement, vous êtes un habile pilote des forces armées et vous avez à disposition le fleuron des vaisseaux spatiaux : un prototype nommé Axelay. Votre mission, si vous l'acceptez, est d'aller seul zigouiller ces méchants extraterrestres jusqu'au dernier, sur leur propre planète s'il le faut ! Il faut bien avouer que la vacuité du scénario a de quoi donner le vertige… Mais ne partez pas tout de suite, vous risqueriez de passer à côté d'un bon jeu malgré tout ! Après tout, il est bien connu que ce n'est pas le scénario qui fait ou non la qualité d'un shoot'em up, mais bien son gameplay et son esthétique. Et de ce côté-là, il faut bien admettre que Axelay a été gâté. Vous commencez par sélectionner vos armes, mais au début vous n'avez pas le choix, vous vous contentez donc de prendre bêtement les 3 armes proposées. Le jeu se présente ensuite sous forme d'un shoot'em up alternant des phases en scrolling vertical et horizontal.

Axelay
Le boss du deuxième niveau bénéficie d’une animation incroyable.
La particularité d'Axelay est en effet de proposer des niveaux à scrolling vertical utilisant le fameux mode 7 de la console afin de créer une impression de profondeur inédite jusque là dans un shoot'em up. Le joueur a alors l'impression que les ennemis arrivent non pas bêtement du haut de l'écran comme dans un shoot vertical classique, mais surgissent plutôt de l'horizon. Il faut bien avouer que l'effet est saisissant, le décor en mode 7 défilant tantôt rapidement, tantôt lentement sous vos réacteurs, donnant non seulement une impression de profondeur mais aussi un rythme changeant au niveau survolé. De plus, votre vaisseau ainsi que la plupart des ennemis rencontrés sont très classieux, l'ensemble donnant un cachet particulier au jeu. La musique de ce premier niveau a également un petit côté épique qui accentue encore la première impression du joueur d'avoir affaire à un très bon jeu. Vous pulvérisez allègrement vos ennemis à l'aide des trois armes sélectionnées au début du niveau. Il est possible de switcher de l'une à l'autre à votre guise en fonction des situations rencontrées. Puis la musique se fait plus angoissante et le premier boss apparaît à l'écran : une énorme araignée mécanique dotée d'une animation incroyable. Vous en viendrez cependant rapidement à bout et passerez avec la bave au coin des lèvres au deuxième niveau… Et c'est là que le soufflé retombe. Non pas que ce deuxième niveau soit foncièrement mauvais, mais après la claque technique du premier niveau et son fameux mode 7 le jeu paraît bien plus classique et laisse enfin transparaître ses quelques défauts.

Axelay
Ces projections de lave sont aussi magnifiques que dangereuses.
Ce deuxième niveau offre un scrolling horizontal cette fois, sans mode 7 donc ni aucune autre fioriture technique, un niveau toujours très beau mais classique en somme, comme en proposent moult shoot'em up. Même la musique, moins épique, se fait plus discrète, sans être pour autant mauvaise non plus, au contraire. Les graphismes restent pourtant très réussis, mais une triste constatation apparaît dans l'esprit encore tout retourné du pauvre joueur : dans Axelay les niveaux à scrolling horizontal, bien que réussis dans l'absolu, sont largement en retrait par rapport aux exubérants niveaux à scrolling vertical. Un autre défaut que l'on avait plus ou moins volontairement éclipsé jusqu'ici apparaît alors dans la foulée : le jeu souffre d'un rythme assez mollasson. Non pas que l'animation du jeu soit faiblarde ou que celui-ci souffre de ralentissements, mais les vagues d'ennemis arrivent bien tranquillement les unes après les autres de façon très éparse et il est rare que l'on ait l'impression d'être submergé ou que l'on ait une poussée d'adrénaline. D'ailleurs à ce propos, le jeu propose dans son écran d'options 3 niveaux de difficulté au choix : bannissez à tout jamais le niveau le plus facile qui vous gâchera irrémédiablement le jeu, même si vous n'êtes pas doué pour les shoot'em up, et entamez directement le niveau le plus difficile si vous êtes un habitué du genre, le challenge proposé reste accessible même dans ce mode. La fin du second niveau vous donnera l'occasion d'affronter tout de même un boss encore une fois impressionnant et surtout magnifiquement animé : un énorme robot bipède à la démarche très mécanique qui semble tout droit sorti de l'univers de Robocop. Un gros effort a visiblement été fourni par l'équipe de développement pour nous proposer des boss étonnants sur fond de musiques angoissantes, et ce n'est pas le reste du jeu qui nous contredira !

Axelay
Le boss du cinquième niveau est juste incroyable !
Le boss du cinquième niveau en particulier, un géant couvert de lave en fusion, est l'un des boss, si ce n'est LE boss le plus impressionnant jamais vu sur la console 16 bits de Nintendo, rien que ça ! Ce cinquième niveau est d'ailleurs impressionnant d'un bout à l'autre. Vous y survolez un océan de lave d'où surgissent d'énormes vers sûrement cousins des vers des sables de Dune. Les effets de distorsion qui s'appliquent à la lave ainsi que les effets de projection de lave en fin de niveau sont tellement hallucinants pour une pauvre SNES que l'on pourrait presque se croire sur PlayStation ou Saturn ! Le seul petit détail qui saurait trahir le fait que l'on se trouve sur une console 16 bits est la présence de quelques légers ralentissements finalement peu gênants lorsque énormément de sprites sont présents à l'écran, chose qui arrive relativement peu et uniquement en mode difficile. Mais compte tenu de ce que la console arrive à afficher, on lui pardonnera aisément ce détail. Pour pinailler un peu, on peut aussi relater le fait que quelques vaisseaux ennemis, par leur aspect ou leur comportement face à vos tirs, paraissent faits de polystyrène. Cependant cette impression reste discutable et cela n'entache pas la qualité du jeu. Dans l'absolu, Axelay se révèle particulièrement agréable à jouer tout en flattant largement l'œil du joueur. Il s'agit d'un excellent shoot'em up au final qu'on ne peut que conseiller aux amateurs du genre.

Les notes
  • Graphismes 18 /20

    C’est beau, très beau même ! Mention spéciale aux boss qui bénéficient d’une animation incroyable et au level 5 qui sort les tripes de la console. Juste un petit bémol pour les quelques saccades sporadiques qui viennent entacher le tableau lorsque trop de sprites envahissent l’écran.

  • Jouabilité 14 /20

    Pas de soucis concernant la prise en main, le système d’armement est intéressant et le vaisseau répond correctement. Cependant le jeu souffre d’un problème de rythme et les habitués des shoots nerveux peuvent le trouver quelque peu soporifique.

  • Durée de vie 11 /20

    Il s’agit du point faible du jeu. Axelay ne compte que six niveaux et la difficulté n’est pas très élevée. Seul le mode le plus difficile offre un semblant de challenge.

  • Bande son 15 /20

    Les thèmes musicaux sont inégaux, certains sont excellents et d’autres paraissent trop timides. L’ensemble est tout de même correct. Les bruitages quant à eux sont réussis et le jeu comprend quelques voix digitalisées réussies, ce qui faisait toujours son petit effet à l’époque.

  • Scénario /

    Pas vraiment de scénario : il faut sauver le monde d’une invasion alien en tirant sur tout ce qui bouge.

Malgré ses quelques faiblesses, à savoir un rythme nonchalant et une durée de vie limitée, Axelay est un jeu magnifiquement réalisé, avec une forte personnalité et un charisme indescriptible. On y joue toujours avec plaisir et on regrette seulement qu’Axelay 2, pourtant annoncé et qui aurait pu gommer les défauts de jeunesse de son ainé, n’ait jamais vu le jour.

Profil de Rockstar78
L'avis de Rockstar78
MP
Journaliste jeuxvideo.com
15 janvier 2010 à 04:21:13
17/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (18)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.1/20
Mis à jour le 15/01/2010 à 04:21
Super Nintendo Shoot'em Up Konami Rétrogaming
Dernières Preview
PreviewTony Hawk's Pro Skater 1+2 : Tout roule pour la refonte des origines de la série Il y a 14 heures
PreviewPGA Tour 2K21 : cap en vue pour la simulation de golf ? 07 août, 09:00
PreviewMarvel’s Avengers : En route vers le Endgame ? 05 août, 15:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Microsoft Flight Simulator
18 août 2020
3
Star Wars : Squadrons
02 oct. 2020