Menu
Dragon Quest : La Fiancée Céleste
  • Tout support
  • DS
  • iOS
  • Android
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Dragon Quest : La Fiancée Céleste
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
20 février 2009 à 16:56:55
18/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (195)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18.2/20
Test : Dragon Quest : La Fiancée Céleste
DS

Dragon Quest : La Fiancée Céleste : Trailer de lancement

Chargement du lecteur vidéo...
Partager sur :

Parvenus en Europe dans le désordre mais suivant malgré tout une certaine logique, les épisodes de la saga Dragon Quest se chargent de nous faire découvrir tout un pan de la culture rôliste nippone restée trop longtemps inaccessible au public européen. Si le ton du quatrième volet était plutôt léger, la trame narrative de Dragon Quest V : La Fiancée Céleste se veut beaucoup plus sombre et explique sans doute pourquoi cet opus compte parmi les plus plébiscités par les nostalgiques.

Dragon Quest : La Fiancée Céleste

Ce Dragon Quest V, nous vous en parlions déjà dans un dossier réalisé il y a plus de quatre ans à l'occasion de la sortie du remake PS2 au Japon. La saga de Yuji Horii était alors totalement inédite sur notre territoire et il aura fallu attendre la venue de Dragon Quest VIII pour avoir enfin droit à un épisode localisé en français de la série de RPG la plus adulée par les Japonais. Bien que l'abandon de la numérotation dans les titres ne facilite pas vraiment le suivi de la chronologie Dragon Quest pour le public européen, n'oublions pas que La Fiancée Céleste est bel est bien le cinquième volet de la série, et qu'il constitue aussi le second chapitre de la trilogie zénithienne amorcée avec L'épopée des élus, quatrième volet de la saga. Si vous n'avez pas fait cet opus, n'ayez crainte, les liens narratifs reliant les épisodes IV, V et VI sont infimes. Il est donc tout à fait possible de découvrir la série dans le désordre sans être aucunement pénalisé. Nombreux sont d'ailleurs ceux à considérer Dragon Quest V comme nettement supérieur à son aîné.

Dragon Quest : La Fiancée Céleste
Le double écran profite merveilleusement à ce remake de Dragon Quest V.
Derrière son sous-titre évoquant plutôt l'espoir et l'onirisme, Dragon Quest : La Fiancée Céleste nous inflige en réalité l'un des scénarios les plus difficiles que l'on ait connu dans un RPG. Cruel destin que celui d'un gamin ayant vu le jour au prix du sacrifice de sa mère. S'ouvrant à la fois sur une naissance et un décès, le jeu assume d'emblée sa volonté de nous confronter au thème de la vie et de la mort. L'abandon, le sacrifice, puis l'esclavage, voilà ce qui attend notre jeune héros au cours de son voyage par-delà le monde en quête d'un mystérieux élu capable de brandir l'épée zénithienne. Se déroulant sur trois générations successives, Dragon Quest V fait partie des rares RPG sur consoles à suivre le parcours des personnages à travers toute leur vie. Débutant son périple en tant que jeune garçon, le héros sera plus tard amené à choisir celle qui partagera sa vie lorsqu'il sera adulte. Le plus étonnant est que le jeu vous demande bel et bien de choisir entre plusieurs jeunes femmes que le héros a rencontrées au cours de son voyage. Mais la surprise de cette version DS est que Bianca, votre amie d'enfance, et Nera (Flora), l'héritière d'un riche baron, ne sont plus les seules prétendantes au titre de future épouse. La nouvelle venue est pour le moins inattendue et donne à ce remake un argument supplémentaire pour inciter les fans à refaire le jeu. Je vous laisse la surprise mais sachez que ce choix aura son importance sur la suite des événements. Non pas dans le déroulement de l'aventure en elle-même, mais sur votre descendance et sur le gameplay, puisque chacune des trois demoiselles se distingue par des capacités d'évolution différentes en termes de magies et d'aptitudes.

Dragon Quest : La Fiancée Céleste
On remercie Toriyama pour la pertinence de son character design.
Composante cruciale et caractéristique essentielle de Dragon Quest V, la possibilité de dompter des monstres apporte réellement un énorme plus à l'aventure. Contrairement à la grande majorité des RPG, Dragon Quest V ne contraint pas le joueur à former un groupe constitué uniquement des personnages prévus à cet effet. En plus des individus qui se joindront à vous au gré du scénario, vous pourrez en effet être amené à capturer des monstres après les avoir affrontés et vaincus en combat. Attention toutefois, il n'est pas question de les affaiblir pour les capturer, mais plutôt d'attendre qu'ils acceptent de sympathiser avec vous pour les voir rejoindre leurs nouveaux compagnons dans le chariot. Vous pourrez ensuite les équiper dignement pour en faire des alliés puissants sur lesquels vous pourrez compter et entre lesquels vous pourrez alterner à tout moment. Un énorme atout pour cet épisode qui profite ainsi d'une quête supplémentaire passionnante consistant en une vaste chasse aux monstres dont l'intérêt se répercute directement sur le déroulement du jeu. Notez toutefois que ces créatures n'accepteront de vous obéir qu'à partir d'un certain seuil de sagesse, celui-ci évoluant au fil des niveaux. Ainsi, si vous intégrez un monstre encore sauvage dans votre groupe, attendez-vous à ce qu'il ne suive pas scrupuleusement les ordres que vous lui aurez donnés. Malgré tout, la présence de quatre monstres mis en réserve dans le chariot permet de remplacer immédiatement un membre actif en difficulté. On dispose ainsi de huit personnages susceptibles d'intervenir au cours d'un même combat, sauf dans les donjons où la caravane ne suit pas. Dans certains villages, un vieil homme vous offrira d'ailleurs ses services en assurant la garde des monstres que vous ne souhaitez pas conserver avec vous, faute de place dans le chariot.

Dragon Quest : La Fiancée Céleste
Et si Bianca et Nera (Flora) n'étaient plus vos seules prétendantes ?
Les cités, qu'elles soient fastueuses ou modestes, abritent toujours leur lot de NPC précieux, à l'instar du banquier qui veillera sur votre or pendant que vous risquerez votre vie dans les donjons. La mort entraînant la perte de la moitié du capital d'argent, ce n'est pas une chose à prendre à la légère. Moins sinistre, le casino regorge de machines à sous et autres épreuves destinées à vous divertir, pour peu que vous ayez le goût du jeu. Entre les paris sur les courses de slimes (les gluants) et le jeu de l'oie grandeur nature, les amateurs devraient trouver là une bonne raison de faire quelques écarts à la quête principale. Le soft regorge d'ailleurs d'éléments amusants que la version française nous permet enfin d'apprécier à leur juste valeur. Saviez-vous pourquoi le prêtre est remplacé par une nonne la nuit venue ? Parce que cet homme d'église court les tavernes en criant à qui veut l'entendre des insanités concernant la déesse ! Des touches d'humour comme celle-là, il y en a des dizaines dans cet épisode, et c'est un réel plaisir de les découvrir en marge d'un scénario plutôt torturé.

Dragon Quest : La Fiancée Céleste
En extérieur, les monstres stockés dans le chariot peuvent prendre le relais à tout moment.
La progression a également le mérite de faire preuve de subtilité, certaines énigmes nous obligeant à jouer avec l'alternance naturelle du jour et de la nuit, sans parler des multiples coffres et portes cachés, camouflés derrière le décor et visibles uniquement en faisant pivoter la caméra. Par rapport à la version originale sortie sur Super Famicom, et en plus du lifting graphique évident, l'opus DS comporte un certain nombre de remaniements apportant un meilleur confort de jeu. Comme sur le remake PS2, et afin de rendre la progression moins laborieuse, le nombre de personnages autorisé simultanément dans le groupe passe de trois à quatre, et on dispose à présent d'un sac qui permet d'entreposer un très grand nombre d'objets, alors qu'il était indispensable sur la version originale de les stocker dans un dépôt prévu à cet effet dans certains villages. L'apparition d'icônes, calquées sur l'interface de Dragon Quest IV : L'épopée des élus, nous fait presque oublier l'austérité du gameplay de la série, même si la longueur des sauvegardes et la gestion de l'inventaire font toujours preuve de lourdeurs sur cet opus DS. Finalement, ces quelques défauts se révèlent minimes en comparaison de cette immense fresque que représente Dragon Quest V : La Fiancée Céleste. Espérons que la sortie simultanée de Chrono Trigger ne lui fera pas de l'ombre, car les deux softs sont définitivement incontournables.

Les notes
  • Graphismes 18 /20

    Bien que légèrement moins beau que sur PS2, ce remake DS a le mérite de nous offrir un champ de vision deux fois plus vaste avec des environnements grandioses qui s'étalent sur le double écran et qui profitent de la 3D pour nous permettre d'effectuer des rotations à 360°. Très impressionnant !

  • Jouabilité 15 /20

    En dehors de l'interface qui a été remaniée pour offrir un meilleur confort de jeu, le gameplay reste assez archaïque et satisfera surtout les habitués qui pensent que le schéma classique du RPG nippon se suffit à lui-même. Le stylet n'est d'ailleurs pas utilisé dans le jeu, mais la possibilité d'enrôler des monstres est un atout non négligeable pour cet opus.

  • Durée de vie 17 /20

    Une quête principale qui s'étale sur trois générations, un monde rempli de secrets à découvrir et des monstres que l'on peut recruter pour renforcer son équipe, sans compter les inévitables mini-jeux du casino et les quêtes annexes. En marge de l'incontournable quête des médailles, il existe également une vaste demeure isolée qui fait office de musée. C'est là que vous pourrez exposer toutes les pièces de collection que vous serez parvenu à dénicher à travers le monde, avant de les échanger ensuite entre joueurs.

  • Bande son 17 /20

    Les compositions de Koichi Sugiyama pour Dragon Quest V comptent parmi ses plus belles réussites. Comme sur le remake PS2, la version DS nous offre une bande-son du plus bel effet, dans une atmosphère résolument héroïque où les affrontements sont particulièrement bien mis en valeur.

  • Scénario 17 /20

    Si le volet précédent pêchait un petit peu sur le plan de la narration, La Fiancée Céleste peut se vanter de nous entraîner dans une quête de toute une vie. Quel sort attend ce héros marqué par les tragédies successives, élevé dans la souffrance et résolu à mener à bien une quête qui impliquera toute sa famille ?

Avec La Fiancée Céleste, c'est l'un des chapitres majeurs de la saga Dragon Quest qui nous arrive enfin sur DS dans une version entièrement localisée. L'attente fut longue mais elle en valait la peine. Beaucoup plus riche sur le plan narratif que son aîné, ce Dragon Quest V se démarque aussi par son système de monstres à enrôler et de générations successives permettant de suivre la destinée du héros sur une vie entière, ou presque.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
20 février 2009 à 16:56:55
18/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (195)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
18.2/20
Mis à jour le 20/02/2009 à 16:56
Nintendo DS RPG Square Enix Arte Piazza
Dernières Preview
PreviewLittle Nightmares II : De petites monstruosités prêtes à frapper un grand coup ? 13 janv., 16:00
PreviewHitman 3 : L'art d'assassiner son prochain avec style 08 janv., 15:00
PreviewThe Medium : Une enquête horrifique aux influences artistiques multiples 05 janv., 15:00
Les jeux attendus
1
Resident Evil Village
07 mai 2021
2
Monster Hunter Rise
26 mars 2021
3
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022