Menu
Heroes of Mana
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Heroes of Mana sur DS /

Test du jeu Heroes Of Mana sur DS

Test : Heroes Of Mana
DS
Heroes of Mana
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
14 septembre 2007 à 18:00:00
13/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (16)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.8/20
Partager sur :

Depuis quelque temps, la saga des Seiken Densetsu a pris un tournant auquel on ne s'attendait pas, chaque nouvel épisode étant l'occasion d'expérimenter un nouveau style de jeu, comme si l'Action-RPG n'inspirait plus vraiment les concepteurs de la série. Ne reculant devant aucun défi, l'équipe de Brownie Brown s'est donc attelée à la création d'un STR sur DS, mais le bien nommé Heroes of Mana a encore beaucoup à apprendre de ses pairs.

Heroes Of Mana

Avec un nom qui ressemble étrangement au très populaire Heroes of Might & Magic, Heroes of Mana ne pouvait que s'en inspirer fortement. Il s'agit donc bel et bien d'un jeu de stratégie comportant quelques éléments de jeu de rôle, mais ceux-ci sont largement mis de côté dans le titre de Square Enix, et le tour par tour laisse la place au temps réel pour faire de ce titre un véritable STR. C'est donc une grande première dans la série des Seiken Densetsu qui semble décidément ne plus savoir à quel saint se vouer pour retrouver sa réputation d'antan. Dans le cas présent, on a hélas le sentiment que Brownie Brown s'égare dans un genre qu'il ne maîtrise pas, et même si la prise de risque est louable, elle ne correspond pas forcément aux attentes des joueurs.

Heroes Of Mana
On préférera souvent utiliser les raccourcis plutôt que de tracer le cercle de sélection des unités.
Dans la forme, pourtant, Heroes of Mana est un soft que bien des jeux pourraient prendre en modèle. Sa réalisation finement ciselée apporte une touche féerique qui rend le jeu particulièrement agréable à regarder, mais on n'en attendait pas moins du rejeton d'une série connue justement pour sa qualité esthétique légendaire. Reprenant plus ou moins le même type de design que celui de Sword of Mana, le profil des personnages est pourtant assez trompeur puisqu'il laisse présager d'une aventure tout droit issue d'un conte, alors que l'ambiance générale et la trame narrative sont extrêmement sérieuses. L'histoire gravite en effet autour de sujets vraiment adultes, faisant intervenir complots et guerres entre royaumes, ce qui nous éloigne beaucoup de l'atmosphère de contes et légendes qui caractérise habituellement la série. Les batailles se font souvent épiques, et les préoccupations des personnages sont plus terre à terre, plus héroïques. Ces derniers sont d'ailleurs en nombre considérable, et il n'est pas facile de démêler nettement les caractères et les personnalités de chacun, surtout que les textes n'ont malheureusement pas été traduits en français. Voilà bien une faute qui ne fait pas les affaires d'Heroes of Mana, son histoire travaillée ne pouvant être appréciée pleinement que par ceux qui feront l'effort de la comprendre. Les plus jeunes ne seront sans doute pas à même de le faire, et passeront à côté de l'un des points les plus intéressants du jeu, ce qui est regrettable. D'une manière générale, l'ambiance rappelle un petit peu celle de Final Fantasy Tactics ou de la saga des Shining Force. Et si la réalisation graphique est impeccable, les compositions musicales de Yôko Shimomura ne passent pas non plus inaperçues et englobent le jeu d'une atmosphère sonore vraiment fantastique.

Heroes Of Mana
Vos rangs s'agrandissent, mais vous ne pouvez sélectionner qu'un nombre réduit de héros par mission.
Sur le fond, Heroes of Mana s'avère pourtant beaucoup moins impressionnant. La faute revient principalement à des errances regrettables dans le gameplay, car si celui-ci est plutôt bien pensé sur le papier, il souffre en pratique de très lourds défauts qui sabotent considérablement le plaisir de jeu. L'histoire étant basée dans un univers totalement fantaisiste où les races de tous les royaumes distants s'unissent et se déchirent dans des guerres sans fin, on ne sera pas surpris de voir nos héros évoluer à bord d'un vaisseau qui les conduit par-delà les différents territoires du monde. Ce vaisseau, vous devrez cependant le protéger coûte que coûte des éventuels assauts ennemis, car l'engin est totalement vulnérable une fois posé sur la surface du sol. Tout juste pouvez-vous choisir de le déplacer en l'attachant à des ancres réparties çà et là dans la zone de jeu, ce qui vous permettra surtout de gagner du terrain tout en gardant vos troupes à proximité. Au fil de votre avancée dans l'aventure, vous serez rejoint par des héros qui viendront grossir vos rangs et parmi lesquels vous pourrez sélectionner des personnages leaders qui participeront à la prochaine mission. Ces protagonistes ne peuvent pas augmenter de niveau mais vous pouvez tout de même les équiper avec des accessoires acquis en obtenant les meilleurs rangs possibles sur chaque mission.

Heroes Of Mana
Vous n'avez que peu de temps pour empêcher vos ennemis de franchir la porte.
Lorsque vous aurez pris connaissance des conditions de victoire et de défaite, vous serez libre de planifier votre stratégie comme vous l'entendez, en commençant par produire des unités pour soutenir vos héros. Les fameux Rabbites sont les premiers représentants des unités de collecte qu'il faut envoyer sur les pierres de Gaïa et les baies de Treant pour réunir un maximum de ressources. Celles-ci sont indispensables à la construction des bâtiments nécessaires à la production de soldats de toutes sortes. Dans Heroes of Mana, les armées sont d'ailleurs constituées exclusivement de monstres issus du bestiaire de la série, et chaque bâtiment construit à l'intérieur du vaisseau vous permet de créer plusieurs espèces de créatures d'un même type. Plus vous avancerez dans le scénario, plus vous disposerez d'unités différentes, leur coût étant proportionnel à leur efficacité. Comme dans tout STR, il n'est pas question de produire des unités au hasard, et c'est d'autant plus valable dans Heroes of Mana où le système de correspondance des unités et des rapports de forces est déterminant dans la résolution des batailles. Celui-ci rappelle un peu le principe de Fire Emblem, à savoir que les unités lourdes prédominent sur les unités au sol, qui sont plus fortes que les unités missiles, qui prévalent sur les unités volantes, qui elles-mêmes ont le dessus sur les unités lourdes. La boucle est bouclée et elle doit rester bien ancrée dans votre tête étant donné que ce principe vous permet d'infliger deux fois plus de dégâts et d'en recevoir deux fois moins.

Heroes Of Mana
Le brouillard de guerre n'apparaît que sur la carte, pas sur le terrain. Gare aux unités invisibles.
L'importance du système est donc considérable, et c'est bel et bien dans le déploiement des unités que réside la clé de la réussite. Car la création des troupes est généralement très limitée en nombre, d'où l'importance de les choisir le plus intelligemment possible. En plus de ces unités de combat, vous pourrez également produire quelques unités spéciales, comme les monstres affectés à la reconnaissance du terrain. Les casernes peuvent être accompagnées de maisons de soin, ou encore d'autels d'invocations servant à déclencher la fureur des esprits de Mana, comme Gnome ou Salamander. Ces autels requièrent toutefois un nombre considérable de pierres de Gaïa, mais les personnages qui sont équipés de ces esprits ont la possibilité de lancer des magies sur le terrain. D'une manière générale, le déroulement des missions se complique réellement lorsque l'ennemi dispose lui aussi d'une base qu'il peut développer en réunissant des ressources. Par conséquent, si les dix premiers chapitres se terminent assez facilement, les choses sérieuses commencent après, vous donnant l'occasion de crier votre rage contre les nombreux problèmes inhérents au gameplay.

Heroes Of Mana
A l'intérieur du vaisseau, chaque bâtiment permet de créer des unités différentes.
Le principal défaut du jeu se situe justement là, et suffit à anéantir en grande partie les sentiments positifs qu'on pouvait avoir envers ce titre. Commençons par évoquer l'imprécision de l'interface qui manque d'ergonomie malgré la présence d'icônes de raccourcis et la possibilité d'utiliser le stylet. Pour éviter de contrôler chaque unité individuellement, on peut soit sélectionner toute une catégorie d'unités via les icônes, soit tracer un cercle autour d'un groupe pour le déplacer d'un seul coup. Le problème vient du fait que le jeu ne comporte pas de pause active, ce qui nous oblige à jouer constamment sur la vitesse d'écoulement du temps. Un rapide passage dans les options permet en effet de réduire ou d'augmenter considérablement le défilement de l'action, car il devient vite impossible de gérer proprement une situation de conflit sans ralentir le temps au maximum. En plus de ne pas pouvoir zoomer sur l'écran, les rotations sont limitées sur quatre angles, et la lisibilité générale n'est jamais optimale. Le plus gros souci réside cependant dans le fait que l'intelligence artificielle n'est pas du tout au point, les réactions des unités étant parfois complètement aberrantes, sans parler du pathfinding qui est entièrement à revoir. Puisqu'elles ne peuvent pas se traverser, vos unités s'obstinent presque toujours à contourner une cible en faisant des détours inutiles qui leur coûtent souvent la vie, et restent parfois bêtement bloquées à ne rien faire. Elles n'ont d'ailleurs pas toujours l'idée de passer à une autre cible si celle-ci est éloignée de plus d'un centimètre de distance, ce qui vous oblige à guetter constamment la moindre réaction imprévue pour limiter la casse. On termine avec le brouillard de guerre qui apparaît seulement sur la carte, et pas sur le terrain, ce qui fait qu'on a souvent l'impression que la zone est dégagée alors qu'un ennemi invisible peut se trouver juste à côté de nous.

Heroes Of Mana
Les artworks sont aussi réussis que les cinématiques.
Tout ceci est loin d'être négligeable pour un jeu de stratégie temps réel, le plus frustrant étant ce sentiment permanent de ne pas pouvoir appliquer proprement son plan de bataille, et surtout d'assister à un chaos général lors des affrontements de masse. Le soft ne comporte qu'un seul niveau de difficulté, et même si la sauvegarde est permise à tout moment, les missions finissent par devenir éprouvantes une fois passé le premier tiers du jeu. Le mode solo est complété par un certain nombre de maps bonus qui vous proposent de nouveaux challenges sur des environnements déjà explorés. Enfin, si la connexion Wi-Fi permet juste de consulter le classement des joueurs, les parties en Versus sont autorisées si vous disposez de plusieurs cartouches. Vous savez maintenant à peu près tout sur Heroes of Mana, un titre qui aurait pu être vraiment intéressant s'il ne souffrait pas d'autant d'approximations de gameplay. Car en l'état, le soft de Brownie Brown ne fera l'unanimité ni auprès des fans de la saga, ni auprès des amateurs de STR sur consoles.

Les notes
  • Graphismes 16 /20

    Le design est assez trompeur et ne nous prépare pas à plonger dans un univers aussi sérieux que celui-là. La réalisation bénéficie pourtant d'une bonne dose de féerie, et le jeu est globalement splendide et très détaillé. Dommage que la lisibilité ne soit pas toujours optimale.

  • Jouabilité 10 /20

    Le talon d'Achille de Heroes of Mana, c'est justement sa jouabilité approximative et ses carences au niveau de l'IA et du pathfinding. Entre les détours inutiles, les contournements d'unités et l'absence de réaction de certains monstres qui ne voient pas les cibles situées juste à côté, on finit par s'arracher les cheveux. L'absence de pause active oblige d'ailleurs à réduire au maximum la vitesse d'écoulement du temps durant les batailles.

  • Durée de vie 13 /20

    On avance vite durant les dix premières missions, mais les choses deviennent beaucoup plus laborieuses à partir de là. La connexion Wi-Fi ne sert qu'à consulter les classements, et le mode Versus est possible seulement avec deux exemplaires du jeu.

  • Bande son 17 /20

    Les compositions de Yôko Shimomura (Legend of Mana, Kingdom Hearts) se remarquent vraiment et enrichissent grandement l'ambiance générale du titre. Une OST à ne pas manquer, donc.

  • Scénario 15 /20

    L'histoire axée sur les conflits raciaux, les complots et les luttes entre royaumes donne au soft une atmosphère beaucoup plus adulte que dans les précédents jeux de la série. Dommage que les textes ne soient pas traduits, car beaucoup de personnes risquent de passer à côté.

En tentant le pari audacieux de combiner l'univers de Seiken Densetsu avec le principe du jeu de stratégie temps réel, Brownie Brown affiche des intentions remarquables mais accuse un manque d'expérience évident en la matière. Le gameplay est trop approximatif pour apprécier pleinement le système de jeu, alors que le titre s'en sort pourtant haut la main sur le plan technique. Si vous recherchez un STR sur DS, préférez-lui tout de même Anno 1701 ou Age of Empires : The Age of Kings.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
14 septembre 2007 à 18:00:00
13/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (16)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
12.8/20
Mis à jour le 14/09/2007 à 18:00
Nintendo DS RPG Stratégie Square Enix Brownie Brown
A lire aussi
Dernières Preview
PreviewCyberpunk 2077 : Nos impressions après les 15 premières heures de jeu en exclu 19 nov., 18:30
PreviewFootball Manager 2021 : Simple affinage à l'horizon 10 nov., 09:15
PreviewHyrule Warriors : L'Ère du Fléau - La préquelle de BOTW inquiète autant qu'elle fait envie 09 nov., 15:19
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
10 déc. 2020
2
Mass Effect : Legendary Edition
2ème trimestre 2021
3
Immortals Fenyx Rising
03 déc. 2020