Menu
Viva Piñata
  • Tout support
  • PC
  • 360
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Viva Pinata
360
Viva Piñata
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de aiste
L'avis de aiste
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 novembre 2006 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (84)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.5/20
Partager sur :

Oublions, le temps du test, que Viva Pinata est une franchise en devenir, bientôt soutenue par une imparable flotte marketing. Mettons de côté la série d'animation et ses produits dérivés. Ne gardons que le jeu. Presque tout le Rare de l'ère Nintendo 64 est là, à coeur ouvert, dans un cantique aux peluches animales, aux Banjo et Kazooie, aux Conker, aux Diddy. Pour autant, jusque-là, personne n'était capable d'exposer clairement la nature de Viva Pinata. Gestion de Zoo, Pokémon-like, god game, simulateur de vie sociale, FPS ? A échapper aux étiquettes, le jeu fut logiquement soupçonné d'originalité à haute dose. Une notion à chaque fois synonyme de réussite chez le développeur anglais...

Viva Pinata

Commençons donc par tenter la classification de Viva Pinata. Les premiers moments nous aiguillent sur la voie du God Game. Vous contrôlez la situation de haut par le biais d'un curseur omnipotent. A chaque fois que celui-ci passe à proximité d'un objet, PNJ ou Pinata, les héros en peluche que je vous invite à découvrir plus loin, un lock se déclenche entre votre cercle de sélection et l'item. La prise en main est d'emblée assez agréable et instinctive même si l'on est surpris par le positionnement assez rase-motte de la caméra, même en dézoom maximum. En haut à droite de l'écran, les actions disponibles apparaissent, assignées aux quatre boutons colorés de la manette 360. Tout fonctionne donc sur le principe des zones et actions contextuelles comme dans un Black And White.

Viva Pinata
Vous pouvez renommer toutes vos Pinata. Ici ma petite Zapatatita vous souhaite la bienvenue. Ca lui va bien non ?
Mais le dieu, ici, est un jardinier. Votre terrain de jeu est une parcelle de terre sauvage à défricher puis à cultiver. Vos outils : une pelle, un arrosoir et un sac de semi-gazon. Chaque instrument a son panel de fonctions, dont la bonne utilisation vous mène à une première ébauche de jardin. La pelle pour battre la terre et la rendre cultivable. Le sac de semi pour recouvrir une bonne partie de la zone d'une verte pelouse. L'arrosoir pour mener à maturité vos premières plantes issues de graines fournies par un certain PNJ ou achetées directement au magasin Costolot. Le stock de cette boutique est essentiel, il représente le gros des améliorations que vous pourrez apporter à votre jardin. On y trouve un nouveau semis, un nouvel arrosoir, de l'engrais, de la déco et des barrières. Là ça sera les fruits, là les arbres, là un petit enclos pour tel ou tel type de Pinata, là un petit lagon... que vous aurez préalablement creusé grâce à la pelle, elle aussi sujet à des évolutions. En fait, à chaque enrichissement de votre jardin, qu'il s'agisse de paysagisme ou de Pinatas, vous augmentez votre expérience d'un niveau. Ainsi apparaissent des boutiques supplémentaires, les fonctions avancées de votre pelle et l'élargissement de votre terrain de jeu. Le passage des niveaux en début de jeu est presque trop rapide et les nouvelles informations et dispositions s'enchaînent de manière assez abruptes, hachant continuellement le rythme. A contrario on s'étonne, après plusieurs heures de jeu, de devoir encore se satisfaire d'une aire très réduite. Concrètement, il vous faut atteindre le niveau 15 pour enfin obtenir vos premiers lopins de terre additionnels. Mis à part ces deux revers, la montée de niveau est assez régulière et donc plutôt agréablement menée.

Viva Pinata
Les tableaux de Frogger-like deviennent plus corsés à partir de certaines Pinatas.
Sans tarder, parlons Viva, parlons Pinata. Nous reviendrons en détails sur leur design, et sur celui du titre dans son ensemble, à la fin de l'article. Intéressons-nous pour l'instant à leur rôle dans le gameplay. Comme indiqué plus haut, la richesse de votre jardin dépend aussi de ces créatures, sauvages par défaut, et qui logent donc à l'extérieur de votre espace vert. Vous obtenez des points d'expérience sur trois étapes. Avant tout, si votre jardin, de par une de ses spécificités, attire une Pinata. Ensuite, si vous remplissez d'autres conditions pour qu'elle décide de devenir résidente. Les requêtes en question sont alimentaires : la Pinata doit satisfaire son besoin de dévorer un congénère d'une autre race ou un élément végétal spécifique (plantes, fruits, légumes). Autre condition : aller acheter, dans la boutique de Willy Builder un habitat pour votre petit protégé, chaque race possédant un abri affilié. Enfin, après en être arrivé là pour deux Pinatas de même race, il conviendra de devenir un entremetteur, et d'obtenir une progéniture de ces deux zozos. Pour se faire, chaque Pinata doit d'abord être apte à tomber amoureuse. On retrouve à peu de choses près les mêmes conditions que plus haut. A ce stade du jeu, un petit coup de pouce est cependant disponible : les bonbons de bonheur, disponibles au magasin Costolot et qui permettent de faire sauter les conditions. Sous réserve que votre Pinata veuille bien l'avaler, ce qui n'est rapidement plus le cas avec des créatures un peu plus évoluées. Une fois que nos deux futures concubines sont apte à faire "des choses", une ultime étape sous forme de mini jeu, en fait un simili Frogger, vient symboliser nos deux coeurs qui cherchent à se rejoindre. Retour au jardin. Livré par une bonne fée-cigogne, l'oeuf, le résultat de cette union amoureuse, apparaît rapidement, éclot, un jeune poussin en sort, et ainsi va la viva.

Viva Pinata
Le grand méchant fait son apparition...
Quel est le propos de ce jeu ? Cela dépend pas mal de votre personnalité, le ressenti en sera très différent. Il existe plusieurs objectifs dans Viva Pinata, comme il existe une histoire, avec un méchant Dastoudos et la cité Pinata Central. Pour l'instant, une voie naturelle s'offre à vous. Grimper continuellement les niveaux et, insidieusement, développer la variété et la grandeur de votre jardin. Se pose après deux heures de jeu une coquille assez inattendue. Vous démarrez avec très peu d'argent et il est nécessaire d'acheter fréquemment de nouvelles graines, de nouveaux engrais, un nouvel arrosoir, de payer le docteur ou la chasseuse de Pinata, bref de sortir ses pièces, certes en chocolat, mais pas imaginaires pour autant. Et pas question de jouer les économes. Les conditions mêmes pour obtenir de nouveaux résidents et assumer votre rôle de Cupidon demandent de consommer, comme le gros capitaliste que vous êtes par ailleurs. Là où ça coince c'est qu'à moins d'avoir prévu très finement le coup dés le départ, comme planter une rangée de fruitiers dont vous pourrez revendre les enfants, on se retrouve rapidement à sec. Le soft nous impose alors d'utiliser la reproduction comme source financière, les Pinatas rapportant à la revente de beaux pactoles. Pas sûr que les plus jeunes d'entre vous, à qui Rare fait mine de s'adresser, perçoivent correctement ce biais comme étant le plus efficace pour éviter de rester bloqué trop longtemps. La méthode est de toute manière pour le moins... curieuse. Heureusement, passé un certain stade, le problème ne se pose plus jamais.

Viva Pinata
C'est l'heure de la sieste mexicaine chez les Pinatas. Le tableau est à la manière du jeu : totalement ravissant.
Revenons toutefois sur les gros défauts du jeu avec le décevant manque de rigueur ergonomique, et ce qu'il s'agisse de la navigation en jeu comme dans les menus. Le lock du curseur sur les objets ou zones contextuelles est bien trop lâche et mal adapté à la sélection de certains Pinatas. Je pense en particulier aux volants. On sélectionne alors quasiment à l'aveugle en essayant de "choper" le moment où le nom de la créature apparaît à l'écran signe que votre curseur se trouve juste en dessous de la bête. Mieux vaut être rapide car, je le redis, le lock est lâche et a la sale tendance à se dégager intempestivement de la sélection. On retrouve ce manque de précision dans les interfaces, dont beaucoup sont fondées sur une disposition radiale. Un principe qui devrait être définitivement interdit. J'insiste là-dessus car la "bibliothèque" du jeu, tout ce qu'il faut savoir sur les Pinatas, votre jardin ou l'histoire, est stockée dans ces interfaces. Un excellent principe dont on use sans compter, pour avoir par exemple une vision rapide et globale des Pinatas en notre possession. Il est de fait pénible de devoir supporter un chargement d'une dizaine de secondes entre le jardin et cette antichambre informative. Un loading que l'on retrouve d'ailleurs avant chaque magasin. Terminons nos reproches avec la caméra, définitivement trop basse. L'intention est compréhensible (un point de vue humain et non divin, soyons proches des animaux, affichage du moindre détail sans souci), mais un jeu de gestion s'accommodera toujours aussi bien d'un dézoom conséquent. Avec un jardin chargé en éléments élevés et touffus, allez donc me chercher un Pinata en particulier parmi cinquante autres. Il manque finalement une fonction de "saut" d'une créature à une autre. Le pire, question caméra, reste l'installation des bicoques, où l'objectif ne cadre rien d'autre que l'objet lui-même. Heureusement qu'une carte disponible d'une pression sur le stick droit permet de voir où l'on en est.

Viva Pinata
Un Pinata Malade, c'est vraiment très dur à supporter !
Alors, plutôt que de taper dans votre estime de joueur pro pour chercher à faire vite et bien, mieux vaut prendre son temps et accepter de ne pas pouvoir maîtriser complètement la situation. Et verser dans une utilisation plus curieuse et aventureuse. Le soft montre alors sa grande perméabilité. Pour prendre un exemple, certaines Pinatas dites mauvaises viendront par moment mettre le souk dans votre verger. A vous de les en expulser, de les laisser réguler elles-mêmes la démographie de votre population, voire d'en faire des résidents à part entière. Vous pouvez aussi vous lancer dans le plus grand élevage possible ou tenter de faire pousser de véritables plantes mutantes et d'essayer le résultat sur vos Pinatas. Il en est de même avec les nombreuses possibilités de customisation de votre jardin ou des Pinatas par le biais des magasins. Surprises garantis. La découverte de chaque nouveau type de Pinatas, signalée par une séquence à se tordre de rire la plupart du temps, et l'observation de leur comportement au naturel dans l'alimentation, le jeu, la bataille ou la drague (avec d'impayables tangos colorés) : voilà quels sont les plus merveilleux instants de l'expérience, à classer parmi les faits d'armes de Rare. Le studio revient aux affaires au moins sur le plan du character design puisque chaque bestiole, sans exception aucune, est croquée avec un humour fou et un sens de la mimique qui renvoie immédiatement à Conker ou Banjo. Preuve définitive: une Pinata malade, qui gémit seule dans son coin, vous remue le coeur sans concessions. Sans surprise, c'est donc la traque de tous ces étranges cousins d'origine mexicaine qui offre au titre de quoi contrebalancer ses défauts vers un seul effet : la dépendance.

Les notes
  • Graphismes 18 /20

    Rare est en train de réaliser son rêve : toucher du doigt sur console le rendu et l'animation des premières productions Pixar. N'y serait-il pas en fait ? Concrètement. Regardez les screens. On ne peut pas reprocher à ce visuel d'être illisible, c'est la caméra et le curseur de sélection qui ne font pas leur boulot. Non, on ne peut rien reprocher à ce délicieux tableau, à moins d'avoir déjà du mal avec le style Rare à la base. Le plus beau jeu de la 360 avec Gears Of War. Un vrai jeu "seconde vague" de cette machine.

  • Jouabilité 14 /20

    Il s'en faut de peu pour que le jeu n'atteigne pas son objectif : créer l'addictivité. Le challenge est présent : augmenter son expérience, son terrain de jeu, dévoiler l'histoire. Mais à cause des sérieux problèmes d'ergonomie après quelques heures et l'impossibilité de pouvoir tout gérer efficacement, mieux vaut expérimenter, jouer en roue libre et profiter de l'absence de malus, ce qui conviendra bien aux plus jeunes. C'est plutôt la traque de tous les Pinatas et leur fantastique design qui permet au titre d'atteindre de plein fouet notre affect et de nous retenir devant l'écran.

  • Durée de vie 14 /20

    Après un démarrage en trombe, et un peu trop hâché par des explications et informations à la chaîne, le titre prend un rythme de croisière plus régulier. Il vous faudra cependant surmonter un petit palier de difficulté lié au manque d'argent après une ou deux heures de jeux. La progression se fluidifie à nouveau une ou deux heures plus tard et nous voilà embarqués pour au moins une douzaine bien plaisantes.

  • Bande son 16 /20

    Le travail de personnalisation des Pinatas s'étend évidemment aux doublages, dont les gazouillis et les bruitages à la bouche (c'est flagrant) ne font qu'ajouter au comique irrésistible de leurs interventions. A contrario, leurs douleurs sont aussi parfaitement retranscrites. Très belles musiques, aérés, sans électroniques d'aucune sorte, percutantes par moment, chagrines à d'autres.

  • Scénario 17 /20

    Plus que la trame de l'histoire, que l'on découvre après quelques heures de jeu, c'est le travail de character design qui laisse pantois. Chaque Pinata et PNJ est une vraie monstruosité en soi, mais Rare te retourne ça en un rien, un sourire, une mimique, un petit bruit. Avec eux, la difformité est comme chez Burton : un signe de distinction et de bonne humeur. On sent de vrais marionnettistes aux commandes, bravo !

Après les éternels FPS et jeux de plates-formes, Rare se risque vers des eaux plus troubles et bien lui a pris. Certes, loin des pseudos canons ludiques du jeu next-gen, Viva Pinata ne va pas s'assurer les regards des joueurs pressés. On aurait presque envie de dire heureusement. Avec une ergonomie qui lâche un peu l'affaire dès que votre jardin devient consistant, et un manque de contrôle sur la situation, mieux vaut mettre ses exigences de côté, prendre son temps, rester calme et se laisser embarquer par l'aspect plus bac à sable et "écololudique" du titre. Expérimenter, observer, rigoler et se laisser attendrir sont les mamelles de ce titre assez unique qui confirme à nouveau Rare dans un rôle de Pixar du jeu vidéo assez charmant. On attend évidemment encore mieux du studio mais ce Viva Pinata-là est déjà un véritable enchantement.

Profil de aiste
L'avis de aiste
MP
Journaliste jeuxvideo.com
25 novembre 2006 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (84)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.5/20
Mis à jour le 25/11/2006 à 18:00
Xbox 360 Gestion God Game Microsoft Rareware
Dernières Preview
PreviewRollerCoaster Tycoon 3 - Complete Edition : un portage Switch sur de bons rails 14 sept., 15:00
PreviewRide 4 : L'épisode de transition prometteur pour Milestone ? 11 sept., 14:00
PreviewImmortals Fenyx Rising : entre Zelda et Assassin's Creed, son coeur balance 10 sept., 21:45
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Gotham Knights
2021
3
Call of Duty : Black Ops Cold War
13 nov. 2020