Menu
Def Jam Fight for NY : The Takeover
  • PSP
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Def Jam Fight for NY / Def Jam Fight for NY : The Takeover sur PSP /

Test du jeu Def Jam Fight For NY : The Takeover sur PSP

Def Jam Fight for NY
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
29 août 2006 à 18:00:00
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (52)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.7/20
Test : Def Jam Fight For NY : The Takeover
PSP

Def Jam Fight for NY : The Takeover : Snoop Dogg

Chargement du lecteur vidéo...
Partager sur :

En ce monde, il y a des sortes de légendes, de transmissions orales anciennes évoquant des mythes dormant sous la poussière des années. L'un de ces mythes est la transmigration des jeux PS2 les plus intéressants commercialement sur PSP. Certains parlent de Medievil, d'autres de Wipeout et quelques-uns de Gitaroo Man. Dans ces terres désolées où l'originalité n'est plus loi, des êtres continuent à affluer, lentement, comme des esprits à la recherche d'un accueil. Le dernier de ces spectres se nomme Def Jam et s'acclimate petit à petit à sa nouvelle existence. Mais tout ceci n'est qu'un conte, relaté encore et encore. Tout le monde le sait bien.

Def Jam Fight For NY : The Takeover

Ayant créé un véritable engouement sur les principales consoles de salon, à raison, la série Def Jam a su s'imposer malgré un background ludique pas forcément facile d'approche au premier coup d'oeil. Mettant en avant un fonctionnement général basé sur le catch, les titres d'EA ne se destinaient en effet pas vraiment au grand public. Néanmoins, intelligemment conçus et bourrés de bonnes idées, ces derniers parvinrent sans mal à étonner même les plus réticents. C'est donc avec cette bonne volonté, mais sans l'effet de surprise, que cette version Takeover arrive sur PSP, comme pour tenter de rallier les rares allergiques aux machines non portables. Conservant cette ambiance légèrement "salie" de la saga, et mélangeant des teintes sombres et ocrées à des environnements délabrés, cet opus tente le tout pour le tout et se prend à rêver de ressembler à ses grands frères. Enfant têtu mais motivé, celui-ci parvient on ne peut mieux à remplir ce contrat et affiche une réalisation graphique étonnante, même pour une PSP dont on connaît les capacités. Si l'animation s'avère un tantinet plus raide, il est en revanche difficile de reprocher quoi que ce soit aux décors qui affichent un niveau de détail élevé et bravent la technique pure et dure en proposant un public réactif et mouvant en arrière-plan. Def Jam compose donc une atmosphère crédible, immersive et réellement prenante de par sa réussite plastique. Des arènes de choix, dans lesquelles évoluent virilement des hordes de grands musclés à grosse voix. Modélisés avec soin, ces guerriers de la rue se battent une nouvelle fois pour de vagues histoires de prises de contrôle de territoires et surtout pour le sacro-saint respect. Une orientation louable qui passe pourtant par des têtes fracassées et des gerbes de sang s'étalant langoureusement sur le sol. On ne peut pas tout avoir non plus.

Def Jam Fight For NY : The Takeover
Certains mouvements sont très acrobatiques, mais ça manque d'ATR.
Respectant le système salvateur des cinq styles de combat initié dans la version Fight For NY sur consoles de salon, cette mouture portable ne cherche malheureusement pas à aller plus loin. Certes, ce principe reste fort intéressant, notamment dans la possibilité de croiser les différentes aptitudes de chaque type afin de customiser au mieux son combattant, mais ce manque d'apport est problématique. On en revient encore une fois à la question de l'utilité de ces portages sans âme dans le sens où les modifications sont tellement mineures qu'elles n'ont pas réellement d'utilité. En fait, pour deux fois plus cher, vous pouvez jouer sur un écran bien plus petit sans vraie motivation. Un choix d'édition compréhensible dans une optique commerciale, mais qui dessert le soft en lui retirant sa légitimité. Néanmoins, malgré cette absence de renouveau, le plaisir de jeu demeure toujours bien présent, rendant le joueur lambda presque heureux d'être si bien accueilli. En effet, si le tout s'avère assez simpliste, se fondant sur la combinaison de peu de touches, le fun est immédiat et les coups pleuvent au rythme des sourires narquois sur son visage. Car les affrontements sont des petits moments d'exultation, tant la maîtrise d'un style apporte une sorte de puissance jouissive, soulignée par la violence des assauts. Le triptyque attente-protection-attaque n'est ici pas vraiment d'actualité et vous aurez plus tendance à vous jeter dans la mêlée en conservant tout de même vos distances en prévision de contre-attaques parfois sanglantes. Relativement techniques et demandant de la concentration, ces dernières sont effectivement peu aisées à placer mais jouent un rôle non négligeable dans la stratégie de jeu. Car si Def Jam Fight For NY : The Takeover est ouvertement sauvage, la finesse garantit justement assez souvent la victoire.

Def Jam Fight For NY : The Takeover
Même Joe l'Indien est de la partie.
D'autant que vos réussites ne se basent pas uniquement sur votre talent, mais également sur votre préparation. En vue d'affronter des personnages très différents, comprenant parfois des rappeurs célèbres comme Ice-T ou Sean Paul, il est impératif de diversifier ses aptitudes de combat en apprenant des techniques indépendantes de votre style. Vous ne resterez alors jamais sur le bord du ring en attendant que votre opposant finisse de se moquer de vous. Par exemple, si vous avez débuté dans les arts martiaux, il pourrait être sage de vous reconvertir dans la soumission afin de parer à d'éventuels problèmes de blocages lombaires de la part de vos ennemis. Une idée assez porteuse qui trouve pourtant ses limites lorsque l'on se rend compte que certains styles sont en fait bien trop équilibrés et surpassent aisément d'autres plus "limités". Un défaut qui surgira à vos dépens, lorsque la courbe de difficulté du soft, d'ailleurs bien dosée, vous confrontera à des adversaires nécessitant de l'attention et de la précision. Fort heureusement, vous gagnerez suffisamment de points de compétences à la fin de vos combats pour tenter de renverser la vapeur en changeant votre fusil d'épaule, même si cela vous paraîtra sûrement frustrant. Pour ce faire, il vous incombera bien entendu de remplir le maximum de critères lors de vos pugilats, comme le temps passé à tenter d'assommer votre opposant, votre statut auprès du public, ou encore votre utilisation de coups "spéciaux". D'où l'intérêt encore une fois d'essayer de varier et de ne pas foncer dans le tas, même si la différence aux points est relativement minime au final.

Def Jam Fight For NY : The Takeover
Mais oui c'est bon, ça va, j'ai perdu ! C'est pas la peine d'en faire autant !
Pétri d'idées ingénieuses, comme les réactions des personnes alentours variant en fonction du côté honorable ou non de votre affrontement (afin de savoir à qui les spectateurs fourniront les armes en résumé), l'interactivité assez poussée avec le décor entrant dans le cadre du gameplay, ou bien la customisation de votre avatar, le Def Jam "nouveau" a toutes les raisons de s'imposer sans mal. Pourtant, ses quelques problèmes d'équilibre et ses légers défauts de finition, à l'image de bugs sonores durant les très nombreux et atrocement longs chargements, l'empêchent de surnager autant que ses inspirateurs. Souffrant des limitations inhérentes à la PSP, notamment au niveau de l'utilisation des gâchettes pas vraiment optimale, le titre d'Aki Corporation ne peut légitimement prétendre à la place de meilleur jeu de combat sur PSP, loin s'en faut. Il faut tout de même se rappeler qu'un certain Tekken montre les dents et qu'il se pare d'atouts autrement plus probants. Reste à savoir si vous préférez le réalisme de Def Jam qui du coup s'avère le seul représentant du genre sur PSP. Un titre bien réalisé, sympathique, fun et prenant qui pourtant laisse parfois de glace par un manque de fougue. Il faut prendre sur soi de le réchauffer.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Fort joli, ce nouveau volet de la saga Def Jam se pare d'une réalisation mettant un point d'orgue à présenter des décors immersifs et animés de grande qualité. Les personnages ne sont pas en reste, même si leur modélisation souffre tout de même de quelques petits bugs sans grande conséquence. L'animation n'est quant à elle pas des plus souples, mais n'interfère pas directement dans le plaisir pris à la vision des coups.

  • Jouabilité 14 /20

    Si le gameplay s'est enrichi de quelques coups inédits dans chaque style et qu'il reste toujours aussi prenant, il manque toutefois un tantinet de variations et semble s'arrêter d'évoluer assez rapidement. Souffrant d'une carence d'innovation, ce Def Jam observe également quelques difficultés à s'insérer dans le cadre de la PSP. Malgré tout, vous prendrez un immense plaisir à enchaîner des coups éminemment spectaculaires.

  • Durée de vie 14 /20

    Permettant une customisation assez poussée de son personnage, Def Jam laisse également au joueur la possibilité d'évoluer presque librement sur une sorte de carte afin d'accomplir les missions rarement intéressantes qui lui sont confiées par les membres de son "crew". A côté de cela, les modes multi se révèlent assez sympathiques et permettent à deux joueurs de participer à des compétitions variées et relativement bien pensées.

  • Bande son 16 /20

    Les amateurs de hip-hop et de rap US seront aux anges devant la bande-son proposée dans le titre d'EA. Entre Ice-T, Xzibit, Capone, Busta Rhymes, Method ou Warren G, les sens auditifs sont chouchoutés et les divers morceaux sont on ne peut mieux choisis, collant parfaitement avec l'ambiance sèche et forte du soft. D'autant que la PSP est vraiment une portable tournée vers la musique, ce qui tombe plutôt bien. Les effets sonores sont quant à eux convaincants (malgré des bugs étranges), allant de pair avec le doublage de qualité.

  • Scénario /

    Non significatif

Portage sans surplus d'âme, Def Jam Fight For NY : The Takeover souffre de cette affiliation malheureuse et perd en quelques minutes sa légitimité. Pourtant, grâce à son fond et son gameplay de qualité il parvient à remonter la pente et à devenir l'un des meilleurs jeux de combat sur PSP. Un statut qui ne l'empêche pas de commettre des erreurs et d'être loin de la perfection. Très bien réalisé, amusant et riche, il imposera toutefois ses limites au bout de quelques heures de jeu et de la dizaine de minutes cumulées de chargement, même avec la meilleure volonté du monde. C'est peut-être ça le repos forcé du guerrier.

Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
29 août 2006 à 18:00:00
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (52)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
16.7/20
Mis à jour le 29/08/2006 à 18:00
PlayStation Portable Combat Electronic Arts AKI Corporation
Dernières Preview
PreviewLittle Nightmares II : De petites monstruosités prêtes à frapper un grand coup ? 13 janv., 16:00
PreviewHitman 3 : L'art d'assassiner son prochain avec style 08 janv., 15:00
PreviewThe Medium : Une enquête horrifique aux influences artistiques multiples 05 janv., 15:00
Les jeux attendus
1
Resident Evil Village
07 mai 2021
2
Monster Hunter Rise
26 mars 2021
3
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022