CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • French days 2022
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • TV
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Lost Magic
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Lost Magic
Appréciations du jeu
12
L'avis de la rédaction
15.2
L'avis des lecteurs (51)
Test Lost Magic

Lost Magic : Options du jeu

7 456 vues
Profil de Killy,  Jeuxvideo.com
Killy - Journaliste jeuxvideo.com

Alors que les RPG ne semblent pas spécialement pressés d'arriver sur DS, Taito a visiblement senti la vague arriver et s'empresse de faire paraître Lost Magic, une sorte de mélange plus ou moins inspiré entre le RPG classique, le RTS et le T-RPG. Une mayonnaise assez homogène qui a le mérite de se construire sur une vraie originalité et de prendre un soin tout particulier à exploiter les fonctionnalités de la DS. Pour une fois qu'un titre extérieur à Nintendo parvient à penser un soft entier autour de ce principe, sans y allouer un côté gadget, il mérite un ample coup d'oeil pour cette simple raison. Suivons donc le chemin pavé d'embûches du jeune Isaac, magicien de son état.

Lost Magic

Partant d'une base scénaristique extrêmement classique, Lost Magic vous conte l'éternelle bataille du bien contre le mal, symbolisée ici par la prise de puissance d'une certaine Diva du Crépuscule sur l'assemblée des sept sages. Censée conserver les pouvoirs du Créateur, cette dernière était donc composée de sept grands magiciens disposant chacun d'une des baguettes dans lesquelles était enfermée l'essence du dieu précité. Un système basé sur la confiance qui devait assurer un équilibre et une paix durable sur un monde sauvage et végétal. Néanmoins, une certaine Diva du Crépuscule, à cause d'une haine viscérale et incompréhensible pour les humains décida de renverser cet ordre établi. De fait, elle tua la majorité des Sages et parvint même à défaire le célèbre Evêque de la Nuit Blanche, l'un des plus puissants personnages de la caste des mages. Et c'est dans ce désir profond de destruction totale dans le but de créer une nouvelle terre vierge, que la Diva rencontra Isaac, le héros de cette aventure manichéenne mais relativement magique. Dépeignant un univers enfantin et bardé de couleurs chamarrées, voire sucrées, le titre de Taito se place dans la lignée d'un Secret Of Mana, ou d'un Illusion Of Time, où la poésie fait corps avec une certaine interrogation écologique. Car les contrées se meurent jour après jour, perdant leur mana au gré de l'apparition de monstres corrompant cette énergie divine et par extension naturelle. Un prétexte vu et revu, mais qui parvient à susciter un réel désir de protection et d'implication, très important au sein d'un RPG, type même de jeu jouant sa réussite sur la conception d'un univers attachant. Pari rempli pour Lost Magic donc, même si le soft manque cruellement d'un background solide et surtout d'une identité propre.

Lost Magic
A vous de vous faire votre propre armée de monstres pour survivre.
En effet, que ce soit d'un point de vue graphique ou, plus profondément, au niveau de la psychologie des personnages, le jeu édité par Ubisoft souffre d'une pseudo fadeur assez gênante. Car si le chara-design reste bien trop académique, parvenant tout de même à susciter un attachement relatif, c'est surtout du côté du rendu plastique que le titre peine à se démarquer. Alors que des oeuvres foisonnant de détails, pétries de magie, véritables livres de contes interactifs, à l'image de Children Of Mana, tentent de se servir intelligemment de l'apport visuel pour emporter l'adhésion, Lost Magic reste malheureusement de côté en affichant des scènes de dialogues véritablement pauvres, avares en expressions, et surtout semblant tirées d'une version mal exploitée de RPG Maker. Ne voyez aucune haine derrière ces propos, l'univers étant assez envoûtant, je le répète, mais l'apparence des individus lors de ces passages exhale un côté amateur assez troublant. Heureusement, les divers décors traversés tout au long de votre quête s'en tirent un tantinet mieux, mais font également preuve d'un défaut de précision et de détails. De plus, les sprites représentant les divers personnages restent bien trop petits pour en apprécier réellement l'apparence et se fondent quelque peu dans l'environnement. Un écueil retirant encore des bribes d'immersion au creux d'un titre qui en a pourtant durement la nécessité. Certes le tout est sincèrement mignon, mais ne parvient qu'à créer un liant trop ténu entre le jeu et le joueur. Pourtant le gameplay parvient à ajouter une strate d'intérêt majeur et à sauver in extremis le soft.

Lost Magic
Voilà l'exemple du tracé d'un sort assez "particulier" mais qui fonctionne.
Basé essentiellement sur l'écran tactile, le système de jeu de Lost Magic emprunte ses influences à quelques autres oeuvres vidéoludiques majeures, ce qui lui confère déjà de bonnes bases pour se lancer à l'assaut de la DS. Tout d'abord, sachez que les déplacements se font uniquement au stylet, que ce soit sur la carte du monde, semblable à celle d'un T-RPG dans sa linéarité, ou sur le terrain de combat. Bien entendu, c'est ce dernier aspect qui nous intéresse. Seul lors des premières missions, vous ne tarderez pas à développer la capacité d'enrôler des monstres dans votre groupe afin de contrôler une petite unité. De fait, il vous incombera de réfléchir en tant que groupe et non plus en tant que leader (presque) charismatique menant les assauts tête baissée. C'est donc logiquement ici que rentre en compte la notion de stratégie. Maniant votre stylet comme une souris, vous vous devrez de "cliquer" sur l'une de vos unités afin de la sélectionner et de l'envoyer faire le sale boulot à votre place. Une petite preuve de tyrannie qui permet néanmoins de gérer au mieux les évènements, du moins c'est ce que l'on croit. En effet, élevés pour se battre viscéralement contre le mal, vos "hommes de main" auront la fâcheuse tendance à suivre une cible désignée n'importe où tant que celle-ci se déplace. Une idée intéressante dans le fond, mais qui pose le lourd problème de la charge héroïque à vocation mortelle. Il n'est en fait pas rare que vos guerriers se jettent dans la gueule du loup sans que vous vous en aperceviez assez rapidement. Vous devez donc sans cesse surveiller leurs déplacements et les faire revenir vers vous dès que cela se gâte. Tout en sachant que les ennemis vont alors les suivre à leur tour. Un jeu du chat et de la souris assez épuisant à la longue, notamment à cause du temps réel présent dans le soft. Vous n'aurez jamais la possibilité d'arrêter un tantinet l'action pour réfléchir à un plan et serez sans arrêt sollicité, jusqu'à l'énervement.

Lost Magic
La carte du monde reste particulièrement linéaire
Un problème que l'on saisit mieux lorsque l'on sait que les symboles relatifs aux sorts lancés par notre ami Isaac doivent obligatoirement être dessinés sur l'écran tactile avant d'être validés. Si le principe s'avère prenant et dynamique, octroyant un léger arôme de Black and White, le résultat est bien moins charmant en plein milieu d'une rixe. Effectivement lorsque vous vous trouverez face à une horde d'opposants et que vous devrez utiliser votre magie, en maintenant la touche L puis en traçant la rune appropriée au creux d'une sorte de pentacle s'affichant en transparence, puis dans le même temps ramener un de vos soldats vers vous, tout en essayant de reculer afin d'éviter les assauts directs, vous deviendrez rapidement nerveux. Certes, il est possible de s'éloigner avant une rencontre peu amicale, mais les ennemis arrivent tellement vite vers vous que la panique prime le plus souvent. Un concept bourré d'inventivité mais qui ne parvient que laborieusement à s'adapter à l'environnement ludique final. Néanmoins, le titre n'en devient pas pour autant rédhibitoire, loin de là. Les amoureux de customisation trouveront en effet une sorte d'eldorado dans la possibilité d'"inventer" soi-même ses propres runes d'attaque ou de défense. Il suffit pour cela, à partir d'un événement particulier, d'invoquer deux symboles à la suite pour matérialiser une magie bien plus puissante et aux effets parfois étonnants. Une idée qui se rapproche des "recettes" de cartes de Baten Kaitos en toutefois bien plus simplifiée. De plus, le fait de pouvoir enrôler n'importe quelle créature pousse à tenter l'expérience avec chaque être croisé dans une sorte de boulimie de collection. On trouve donc assez rapidement un rythme de croisière dans Lost Magic malgré des problèmes bel et bien présents. Honnêtement, ce titre possède un petit quelque chose de naïf qui pousse à poursuivre l'aventure, à l'image du visionnage d'un film de série B pas spécialement fabuleux, mais qui conserve une petite touche de fantaisie virevoltante, suffisante pour suivre la narration. Loin d'être le RPG de l'année, Lost Magic reste une expérience de gameplay enrichissante, fort perfectible certes, mais laissant un agréable goût pétillant dans la bouche. Ce qui n'est déjà pas si mal.

Les notes
  • Graphismes 13 /20

    Malgré un univers attachant et foncièrement charmeur, Lost Magic se perd dans une simplicité quasi spartiate sans vraiment d'identité propre. Un écueil dommageable qui retire la possibilité au jeu de fonder une puissante immersion. Que ce soit au niveau des phases de dialogue ou des phases de jeu, il est aisé de remarquer un travail graphique nettement moins poussé que des titres oeuvrant même sur GBA. Dommage.

  • Jouabilité 14 /20

    Si le fait de dessiner soi-même les symboles relatifs aux magies désirées est un concept génial, son apparition dans la réalité ludique l'est beaucoup moins. Très permissif au niveau du tracé, ce qui est une bonne chose, ce système ne colle pas du tout avec le principe du temps réel appliqué aux combats. Nécessitant une certaine durée dans leur exécution, les sorts vous placent tout le temps en situation de crise, notamment lorsque vous vous trouvez dans la mêlée. De même, la construction RTS des affrontements pèche quelque peu dans sa construction restant assez limitée.

  • Durée de vie 15 /20

    Relativement difficile si on ne se met pas dans un état de tension dès le début de chaque combat, Lost Magic vous réservera une avancée assez lente au sein de nombreux environnements. Comptez donc sur une bonne quarantaine d'heures et bien plus si vous désirez apprendre les 400 sorts différents et engager les créatures les plus féroces de ces contrées sauvages. De plus, vous pourrez vous battre contre un adversaire humain lors de défis via le Wi-Fi ou la connexion sans fil.

  • Bande son 11 /20

    Autant certains thèmes ressortent clairement, autant la majorité reste en retrait, ne proposant pas de mélodies entraînantes ni marquantes. Dans les faits, vous ne vous prendrez jamais à siffloter l'un des airs du soft. On peut noter en sus une absence de doublage et une atmosphère sonore vraiment réduite. Les sorts auraient d'ailleurs mérité un meilleur traitement sur ce point précis.

  • Scénario 12 /20

    Très classique dans ses bases, le scénario se veut fortement manichéen, tout en exposant des interrogations écologiques. Les divers personnages manquent quant à eux cruellement de profondeur et n'ont pas cette petite once de folie ou un trait de caractère poussé permettant de s'y attacher à long terme. Les dialogues restent également assez plats.

Portant la lourde tâche d'être le premier RPG "classique" sur DS, Lost Magic commet nombre d'erreurs de jeunesse, notamment dans son équilibre général et l'exploitation discutable de ses bonnes idées. Supportant nombre de défauts, il n'en reste pas moins vecteur d'une grande originalité de gameplay et d'un univers relativement attachant. Loin d'être le jeu de rôle à acheter d'urgence, le titre de Taito pourra sans doute vous charmer si vous êtes en quête d'une histoire classique pas prise de tête. Dans le cas contraire...

Note de la rédaction

12
15.2

L'avis des lecteurs (51)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
A lire aussi
Wiki de Lost Magic 07 déc. 2014, 17:14
Ubisoft prend Lost Magic par la main 03 févr. 2006, 09:23
Dernières Preview
PreviewMultiVersus : Le challenger ultime pour Super Smash Bros. Ultimate ? 19 mai, 18:00
PreviewCard Shark : Gros coup de cœur pour ce jeu de cartes où tricher, c'est gagner ! 16 mai, 18:20
PreviewTeenage Mutant Ninja Turtles Shredder’s Revenge : Le meilleur jeu vidéo Tortues Ninja jamais réalisé ? 09 mai, 15:00
Les jeux attendus
1
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
4ème trimestre 2022
2
Starfield
1er semestre 2023
3
Diablo Immortal
02 juin 2022
La vidéo du moment