Menu
Bratz : Rock Angelz
  • Tout support
  • PC
  • GBA
  • NGC
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Bratz : Rock Angelz
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Killy
L'avis de Killy
MP
Journaliste jeuxvideo.com
10 janvier 2006 à 18:00:00
5/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Test Bratz Rock Angelz

Déjà (oui ça commence violemment) est-ce que l'on peut me dire ce que les jeunes filles de Bratz ont à voir avec le rock ? Devant le silence coupable de l'assemblée j'en déduis donc que la réponse se situe entre un "euh.." dubitatif et un "rien" bien plus juste. C'est quand même surprenant cette manie d'utiliser des termes dont on ne connaît pas la moindre signification juste pour donner une image, fausse d'ailleurs, à un jeu de seconde zone. D'autant que les valeureuses idiotes du titre de THQ se rapprochent plus d'un trip régressif à la Lorie que des Doors. M'enfin, moi, ce que j'en dis... "People are strange when you're a stranger".

Bratz Rock Angelz

Si l'on s'en tient à ce qui est véhiculé dans Bratz on aboutit à la conclusion qu'une jeune fille mineure se doit de s'habiller à l'aide de jupes courtes et de débardeurs très (trop) ouverts, de se maquiller à grands coups de peinture lazurée et surtout de se comporter comme l'archétype de l'imbécile heureuse. Un vision dérangeante qui ne semble pas gêner l'éditeur qui ne prend même pas garde au contenu de son soft visiblement. En effet, après Barbie et le stéréotype de la femme-objet faisant de la cuisine son antre, voici Bratz qui transforme les jeunes filles en des sculptures de cire sur pattes à peine capables de lire un prospectus de la Foire Fouille. Un constat terrifiant qui ne cesse de trotter dans l'esprit au fur et à mesure que le jeu se dévoile. Sorte de publicité géante pour l'asservissement à la consommation maladive, ce dernier se place dans le créneau du jeu d'aventure brut. Vous mettant aux commandes d'une jeune stagiaire souhaitant travailler dans un magazine de mode aussi glacé que le visage de sa fondatrice. Bien entendu, son rêve n'arrivera pas à sa conclusion et notre amie en jupe gothique se verra renvoyée dans la journée. Un parcours désastreux donc, qui trouve heureusement un dénouement plein d'espoir, lorsque les trois amies de Jade décident de monter toutes ensemble leur propre publication "branchée" et destinée à leurs semblables. Outre l'horreur de rendre possible de telles infamies, le soft de THQ recèle également de détails ne laissant aucun doute quant à une plongée dans la futilité la plus totale. Effectivement, il vous est possible d'aller faire du shopping ! Génial ! Car rien ne vaut la dépense de centaines d'euros dès que l'on peut pas surmonter un problème. Ca c'est une philosophie de vie !

Bratz Rock Angelz
Oh non, les carottes géantes ont envahi ma chambre !
Pour autant, cette action mature vous permettra ensuite de customiser vos quatre héroïnes, qu'il vous est possible d'incarner à n'importe quel moment, afin de paraître convenable en ville. Tout le monde sait bien que les gens normaux et fréquentables ne sont que ceux qui sont bien habillés. A vous donc d'ajouter chapeaux, pantalons militaires ou jupes à franges sur ces petites incarnations de la superficialité. Chaque déplacement dans des pays étrangers est donc orienté vers l'achat automatique aboutissant à des situations clairement risibles et vides de sens. Pourtant, derrière ce blush et ce fard à paupière se cache un fonctionnement basé sur l'existence de missions faisant avancer la trame "scénaristique". Vous devrez par exemple apporter des mocassins roses à votre patronne ou encore tenter de persuader vos amis de venir avec vous à Londres au bout de longues minutes de recherche. Une idée classique mais qui a tout de même le mérite de nous assurer que nous sommes devant un jeu vidéo un minimum ludique. On en doutait vraiment jusque là. Au gré de ces tâches obligées, il vous arrivera parfois d'être convié à différents mini-jeux cassant le rythme morne du soft et offrant un certain renouvellement. Malheureusement, ces derniers manquent singulièrement d'intérêt et tout simplement de fun, quand ils ne sont pas injouables. D'autant qu'il vous sera parfois obligatoire d'en réussir certains pour obtenir ce que vous désirez. Un schéma qui fait donc rapidement naître le doute et qui ne fait que confirmer les premières minutes de jeu faisant partie des plus éreintantes du domaine vidéoludique.

Bratz Rock Angelz
Voici l'un des mini-jeux passionnants de Bratz. Voilà, voilà...
Rarement un titre n'avait réussi à se hisser aussi haut dans le classement méconnu des jeux les plus soporifiques du monde. Aucune âme ne se détache de Bratz Rock Angelz, le laissant seul face à ses propres démons. Rien ne rattache à ce monde froid, superficiel et cruellement inconséquent. Sauf peut-être la réalisation graphique qui s'avère relativement convaincante tout en proposant des environnements diversifiés. Un bien maigre point positif à la vue du manque d'imagination dont fait preuve le titre. Certes, les amatrices des poupées et de la série animée qui en découle trouveront peut-être un soupçon d'attirance dans ce produit formaté, mais ce serait donner raison à une image faussée. Tout cela peut paraître innocent, on peut se dire que ce n'est qu'un jeu après tout, et il n'est pas difficile de s'accorder sur ce point. Mais ce serait oublier un peu vite le fait que l'on prend les adolescentes pour des idiotes finies via les idées véhiculées par le soft. Faut-il donner du coup raison à cette vision des choses ? En tout cas, d'un point de vue purement technique, Bratz se laisse aller dans un flot de redites, ne cherchant même pas à se rattraper au bord. Vide, sans intérêt à long terme et surtout limité dans ses possibilités, le jeu ne peut surnager quelque peu que grâce à son aspect aventure sympathique. Si vous désirez essayer le premier soft où l'inactivité est le maître mot et où la notion ludique est quasiment absente, n'hésitez pas et choisissez le titre de THQ. Sinon, il y a suffisamment de bons jeux d'aventure sur GBA pour ne pas se laisser berner par les sirènes mercantiles de Bratz. "Strange days have found us" comme dirait l'autre...

Les notes
  • Graphismes 10 /20

    Relativement correct pour de la GBA l'aspect graphique reste fidèle à l'esprit du dessin animé et rend bien compte du monde rose bonbon où vivent les Bratz. Néanmoins, l'animation extrêmement limitée ainsi que la réalisation assez moyenne des mini-jeux ne poussent pas à crier au génie, loin de là. A noter tout de même que les environnements restent diversifiés.

  • Jouabilité 9 /20

    Même si l'on ne remarque pas de soucis particuliers lors des déplacements classiques, mis à part l'obligation de se trouver pile en face d'une porte (au millimètre près) pour avoir la chance de l'ouvrir, il est tout autrement durant les mini-jeux. De la "conduite" d'un skate aussi manoeuvrable qu'un 33 tonnes lancés sur du verglas jusqu'à une sorte de remake raté du célèbre Serpent sévissant sur mobiles aucun ne parvient vraiment à convaincre. Dommage, car leur implémentation restait bien pensée.

  • Durée de vie 8 /20

    Certes il vous faudra un certain temps pour débloquer les divers mini-jeux, mais le titre en lui-même ne semble pas afficher une durée de vie phénoménale, c'est le moins que l'on puisse dire. Après une vision rapide des missions présentes et du chemin déjà parcouru, il est évident qu'un petit nombre d'après-midi suffiront à venir à bout de Bratz. Sans y revenir.

  • Bande son 5 /20

    Brassant de rares thèmes jusqu'à l'épuisement, Bratz rend presque fou tant on a l'impression de se trouver dans une faille temporelle, prisonnier de compositions sans imagination. Les bruitages quant à eux se font particulièrement discrets, tant et si bien qu'on les oublie.

  • Scénario 4 /20

    Complètement inconséquent, le scénario semble ici être un simple alibi justifiant l'arrivée des Bratz. Un constat bien triste qui ne peut d'aucune manière se relever sous les coups de butoir des dialogues pitoyables du jeu. Enfin, les idées véhiculées par le jeu aboutissent à une sorte d'ébahissement tant elles font passer les jeunes filles pour des idiotes.

Tutoyant la vacuité avec panache, Bratz prouve une nouvelle fois que les adaptations de séries animées se font souvent avec douleur, surtout quand la licence est particulièrement juteuse. Limité, sans âme et dénué de tout plaisir ludique, le soft de THQ ne peut que se targuer de posséder une réalisation correcte. C'est bien triste. Les anges du rock se transforment en démons de la soupe.

Note de la rédaction

5
--

L'avis des lecteurs

Donnez votre avis sur le jeu !
Profil de Killy,  Jeuxvideo.com
Par Killy, Journaliste jeuxvideo.com
MP
GBA Aventure THQ
Dernières Preview
PreviewChorus : les fans de combats spatiaux pourraient en prendre plein les yeux 23 sept., 16:00
PrevieweFootball 2022 : nos impressions sur le concurrent free-to-play de FIFA 22 23 sept., 15:00
PreviewLes Gardiens de la Galaxie : Aussi bon que les films du MCU ? 22 sept., 15:00
Les jeux attendus
1
Gran Turismo 7
04 mars 2022
2
God of War : Ragnarok
2022
3
FIFA 22
01 oct. 2021