CONNEXION
  • RetourJeux
    • Tests
    • Soluces
    • Previews
    • Sorties
    • Hit Parade
    • Les + attendus
    • Tous les Jeux
  • RetourActu
    • Soldes
    • Find Your Next Game
    • Culture Geek
    • Astuces
    • Réalité Virtuelle
    • Rétrogaming
    • Toutes les actus
  • RetourHigh-Tech
    • Soldes
    • Actus Hardware
    • Bons plans
    • Tests produits High-Tech
    • Guides d'achat High-Tech
    • Tout JVTECH
  • RetourVidéos
    • A la une
    • Gaming Live
    • Vidéos Tests
    • Vidéos Previews
    • Gameplay
    • Trailers
    • Chroniques
    • Replay Web TV
    • Toutes les vidéos
  • SAMSUNG
  • RetourForums
    • Hardware PC
    • PS5
    • Switch
    • Xbox Series
    • Fortnite
    • FUT 21
    • League of Legends
    • Genshin Impact
    • Tous les Forums
  • PC
  • PS5
  • Xbox Series
  • PS4
  • One
  • Switch
  • Wii U
  • iOS
  • Android
  • MMO
  • RPG
  • FPS
En ce moment Genshin Impact Valhalla Breath of the wild Animal Crossing GTA 5 Red dead 2
Lost in Blue
  • DS
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Lost in Blue
Appréciations du jeu
14
L'avis de la rédaction
15.8
L'avis des lecteurs (69)
Test Lost In Blue

Lost in Blue : Vendredi est plus jolie, ici

5 909 vues
Profil de Killy,  Jeuxvideo.com
Killy - Journaliste jeuxvideo.com

Que feriez-vous si vous étiez perdu sur une île déserte, n'ayant comme repère qu'une incertitude quotidienne ? Nombre d'entre vous ont dû se poser cette question au moins une fois, en tirant des conclusions plus ou moins pessimistes. Certains essaieraient de construire un radeau directement, sans penser aux courants contraires ni aux marées, d'autres tenteraient tout d'abord de se créer un abri de fortune, et les derniers commenceraient par la recherche de nourriture et d'eau potable. Mais un grand nombre paniquerait sûrement au bout de quelques heures, minés par la solitude et le désespoir. C'est cet état qu'il faut à tout prix éviter dans le cas de Keith, jeune naufragé à l'avenir incertain.

Lost In Blue

Il y a de cela quelques années, un titre plus qu'atypique était parvenu jusqu'à nous auréolé d'un silence réservé aux productions de petites envergures. Nommé SOS : The Final Escape et développé par Irem, ce soft vous plaçait au creux d'un tremblement de terre et tentait de susciter en vous les réflexes ataviques de l'animal pris au piège. Tentant autant que faire se peut de quitter cette zone à la dangerosité indiscutable, vous deviez tout d'abord survivre, mais également porter assistance aux personnes présentes, tout en vous faisant accompagner d'une jeune fille. Doté d'un gameplay assez simple et d'une originalité probante, ce soft manquait toutefois d'envergure et s'avérait au final bien trop linéaire et limité. Néanmoins, charmé par cette débauche rafraîchissante d'idées neuves, on ne pouvait qu'attendre impatiemment le pendant insulaire du jeu d'Irem, à savoir Lost In Blue. En effet, laissé à lui-même sur une île déserte à la suite d'un naufrage, Keith, élève type de terminale, va donc devenir l'archétype de l'être humain en situation de détresse, faisant appel à la nature pour sa subsistance. Après des premiers pas relativement déstabilisants, ce qui se comprend plutôt bien, le jeune homme va vite saisir l'importance d'une observation minutieuse de ses besoins principaux. Effectivement, la seule solution à la continuation d'une vie paisible entourée de télévisions, d'immeubles et de téléphones portables reste la stricte limitation des dépenses énergétiques. A vous de surveiller attentivement non seulement vos besoins de nourriture et d'eau, mais aussi votre force physique, déclinant petit à petit, à chaque effort fourni. Pour ce faire, trois manières évidentes de procéder sont à votre disposition, à savoir boire, manger et dormir. Le rêve de tout être humain au fond. Néanmoins, loin d'être oisif, il vous incombera de fouiller l'île de fond en comble dans l'espoir de découvrir un moyen de s'échapper de cette prison bleue, et surtout de réfléchir à des plans d'alimentation. Vos premiers pas se font donc sans réellement d'objectifs, vous permettant simplement d'embrasser les nombreuses et intéressantes possibilités du titre. Il est d'ailleurs à noter que celui-ci ne se dévoile réellement qu'une fois Skye rencontrée. Icône féminine de circonstance, cette lycéenne peu sûre d'elle et assez maladroite, pour ne pas dire gauche, apporte d'un côté un élément scénaristique important, changeant radicalement la notion de solitude du départ et de l'autre une évolution du gameplay. C'est en fait grâce à son arrivée que vous aurez l'opportunité de cuisiner et par extension de recouvrer vos forces plus rapidement.

Lost In Blue
Les passages nécessitant l'attention du héros pour sa belle restent assez romantiques
En mettant de côté la misogynie outrancière de la relation femme et cuisine, il est digne d'intérêt de noter la variété assez surprenante des plats que vous pouvez faire mijoter tendrement, à l'aide des dizaines et des dizaines d'ingrédients que vous dénicherez au fur et à mesure de vos expéditions au plus profond de l'île. Toutefois, à défaut de cultiver des tubercules, il vous faudra apprendre à cultiver la patience. En effet la collecte n'est pas forcément chose facile, même si les carottes ne sont pas des légumes extrêmement agressifs, vous obligeant à utiliser différentes façons de procéder suivant le genre d'élément que vous désirez ramasser. Plus précisément, vous pourrez saisir sans autre effort une noix de coco ou un coquillage au sol, mais il vous incombera de creuser dans le cas des palourdes ou bien de déterrer précisément les racines lors de vos combats avec les pommes de terre et les carottes précitées. C'est dans ces phases nécessitant un effort physique que le stylet fait son entrée, agissant au choix comme une main, un outil commun, ou encore un harpon virtuel. Ressentant la tension appliquée par Keith et effectuant des mouvements similaires, vous serez rapidement pris dans une immersion intense, obnubilé d'une part par votre propre survie, et d'autre part par le besoin minutieux d'une cueillette réfléchie. Effectivement, lors de vos pérégrinations, la prudence est plus que jamais de mise, surtout en ce qui concerne la nature des champignons que vous rencontrerez au détour d'un bosquet. Heureusement non mortels, ces derniers ne manqueront tout de même pas de vous intoxiquer si vous ne prenez pas garde à leur couleur, aboutissant à une baisse générale de votre état et à une soif imposante. Le problème reste que vous n'aurez l'occasion de connaître les effets secondaires de ces mets délicats qu'au travers de tests personnels plus ou moins instructifs. Une bonne idée qui s'applique à l'ensemble des actions en rapport avec la nutrition, aboutissant parfois à des saveurs, comment dire, spéciales.

Lost In Blue
Parfois, la cuisine réserve des surprises. Ce qui est flippant ici c'est ce qui a pu rendre cette salade mystérieuse
Original, prenant en compte la spécificité de la DS avec sagesse dans un souci d'immersion, le gameplay de Lost In Blue apparaît donc comme une petite perle imaginative variant les expériences. Un constat élogieux qui ne masque tout de même pas les plus gros écueils du jeu que sont son côté répétitif à outrance et la frustration qu'il provoque. La raison à tout cela est la difficulté globale à obtenir une stabilité physique permettant d'explorer les alentours sans la peur panique de mourir à seulement deux pas de la grotte vous servant d'abri de fortune. En effet, votre force physique baissant très rapidement, il vous incombe de vous reposer à de multiples reprises afin de pouvoir à nouveau pousser des rondins ou tout bonnement courir. Le souci est que cette action implique une baisse significative de vos réserves d'eau et de nourriture se concluant souvent par l'arrivée subite et violente d'une faim tenace. Vous passez donc votre temps à faire des petites expéditions en forêt, des sortes de reconnaissances, pour ensuite pouvoir enfin faire ce pourquoi vous êtes venu, sans souffrir continuellement du duo faim/fatigue. Le remède à cela est de préparer bien sagement sa sortie, en restant près de sa "demeure", en faisant le minimum d'effort et en cuisinant les ingrédients les plus nourrissants, se trouvant souvent et malheureusement assez loin. Une fois cela fait, il vous sera nettement plus simple de résoudre vos problèmes.

Lost In Blue
La pêche au harpon est un grand moment, tirant intelligemment partie du stylet
Mais là où l'on peut voir une volonté de réalisme dans la façon d'engranger des réserves, il existe également une face cachée, exposant à une répétitivité contraignante. Passer plusieurs jours dédiés à fortifier le corps des deux jeunes gens pour se rendre dans un endroit un tantinet éloigné passe les cinq ou six premières fois, mais commence gentiment à énerver au bout de la septième, même si les plats deviennent plus riches au fur et à mesure et empêchent de se retrouver le ventre vide au bout de cinq minutes. De plus, et même si on ne peut pas vraiment se montrer trop tatillon à ce sujet dans le cadre d'un jeu sur portable, les incohérences sont légion. Effectivement, on se rend trop souvent compte de situations passablement illogiques, comme le refus du héros de boire de l'eau de mer alors qu'il est en train de mourir de soif, ou l'imbécilité de l'héroïne qui n'ose même pas sortir de sa grotte pour manger une noix de coco à dix mètres de là alors qu'elle est pratiquement en train de s'auto-digérer. Mais que ces détails ne viennent pas vous tromper, Lost In Blue reste un jeu certes décevant au vu de ce que l'on pouvait en attendre mais tout de même fort sympathique à jouer et éminemment immersif. Plus convaincant que Another Code mais également moins bien mis en scène, le titre de Konami offre néanmoins une vue sur la mer apportant un peu de soleil dans une actualité DS bien terne.

Les notes
  • Graphismes 14 /20

    Utilisant une 3D assez faible, Lost In Blue ressemble un tantinet à Another Code, d'une part dans la vue utilisée, et d'autre part dans le rendu global. Utilisant une représentation plaçant le point de vue en hauteur, le soft semble donner l'avantage aux décors, vous aidant à découvrir les ingrédients dont vous avez besoin, dans un flot de pixels un peu trop voyants. Malgré tout, on pénètre aisément dans ces environnements, qui plus est charmé par l'animation de qualité octroyée aux personnages principaux.

  • Jouabilité 15 /20

    Malgré les redondances de l'action, le gameplay en lui-même fait preuve d'une grande originalité et se marie on ne peut mieux avec les fonctionnalités de la DS. Le stylet, utilisé pour gratter le sol, secouer les arbres, pêcher au harpon (une phase très prenante), et bien entendu le microphone nécessaire pour reconnaître le souffle permettant d'attiser le feu, sont les deux mamelles du titre de Konami dans son souci de surprendre et d'immerger le joueur. La jouabilité, associée aux graphismes fait naître une ambiance spéciale et prenante autorisant le jeu à réussir quasiment son pari.

  • Durée de vie 14 /20

    La difficulté de partir serein à l'aventure augure de longues heures de jeu passées à s'entretenir en vue du grand voyage. De plus, si vous désirez répertorier l'ensemble des espèces végétales et animales présentes sur l'île, ou si vous voulez expérimenter différentes recettes vous passerez de longues soirées au coin du feu.

  • Bande son 14 /20

    Même si les compositions musicales ne sont pas des plus inspirées, collant néanmoins avec le propos du soft , elles restent suffisamment construites pour ne pas lasser. L'environnement sonore quant à lui, souligne agréablement l'ambiance sauvage en diffusant des petits bruits naturels très discrets mais présents. Les rares voix digitalisées passent plutôt bien, étant toutefois trop rares.

  • Scénario /

    -

Nouvelle preuve de la volonté d'évolution du jeu vidéo portée par la DS, Lost In Blue est en quelque sorte la version paradisiaque du méconnu SOS : The Final Escape. Misant avant tout sur l'ambiance et sur la mise en place du sentiment de survie, le titre de Konami parvient également à proposer un gameplay original et bourré de bonnes idées. Malheureusement, il pèche par une certaine redondance, un principe trouvant assez vite ses limites et la présence de quelques incohérences malvenues. Néanmoins, en ces temps gris et mornes, il apparaît comme une échappatoire intéressante.

Note de la rédaction

14
15.8

L'avis des lecteurs (69)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
DS Konami Survie Aventure Jouable en solo
A lire aussi
Dernières Preview
PreviewAs Dusk Falls : entre série et jeu vidéo, une expérience narrative capable de renouveler le genre ? 25 juin, 11:55
PreviewA Plague Tale : Requiem, nous avons été mordus par le jeu d'aventure d’Asobo. Nos premières impressions 19 juin, 20:29
PreviewSteelrising : Un jeu d'action sur la Révolution Française digne de Dark Souls et Elden Ring ? 16 juin, 09:00
Les jeux attendus
1
Starfield
2023
2
Sonic Frontiers
4ème trimestre 2022
3
Street Fighter 6
2023
La vidéo du moment