Menu
Gregory Horror Show
  • PS2
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Gregory Horror Show sur PS2 /

Test du jeu Gregory Horror Show sur PS2

Gregory Horror Show
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Dinowan
L'avis de Dinowan
MP
Journaliste jeuxvideo.com
23 décembre 2003 à 18:00:00
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (8)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.9/20
Test Gregory Horror Show

Quand un jeu parvient à nous surprendre, on ne peut que s'en réjouir. Si de prime abord on pourrait facilement prendre de haut Gregory Horror Show, on commettrait une jolie boulette doublée d'une grave injustice envers un titre déroutant et frais, fruit du croisement entre l'aventure à la Lucasarts et le gameplay de Resident Evil. Merci Capcom.

Gregory Horror Show

C'est vrai qu'il en paie pas de mine ce titre. On tombe dessus, on voit son prix riquiqui (30 euros), on jette un regard au dos pour voir des screenshots tout carrés. Conclusion immédiate : "tiens, un jeu pas beau et clairement enfantin.", et voilà il n'en faut pas plus pour rater une belle occasion de se taire. Déjà sorti au Japon depuis belle lurette, Gregory Horror Show s'inspire d'une série animée dont je n'avais personnellement jamais entendu parler. Le héros se retrouve prisonnier d'un hôtel, ou plutôt d'une pension tenue par un rat nommé Gregory. Lors de votre première nuit dans votre chambre, la Mort vient vous rendre visite en songe et vous fait une offre que ne pouvez pas refuser. Elle vous aidera à partir si vous lui ramenez les âmes perdues que les locataires de la pension ont volé et conservent précieusement enfermées dans de petites fioles. Rien que ça.

Les bases du gameplay de Gregory Horror Show rappellent immanquablement celles de Resident Evil et du Survival Horror. Un bâtiment à explorer en évitant les mauvaises rencontres, des espaces confinés peu éclairés, des énigmes/puzzles à résoudre, un inventaire limité qu'on devra vider dans une armoire, une santé qui se rétablit par la prise de diverses potions et autres herbes vertes etc. Même l'interface renvoie directement à la série.

Gregory Horror Show
La Mort vous fait une offre alléchante.
Mais les ressemblances s'arrêtent là. N'attendez aucun combat dans le jeu, il n'y en a pas. Si vous croisez un adversaire, votre seule option est de fuir. C'est là qu'intervient le second axe de gameplay qui tire partie des énigmes et de l'observation. Pour prendre l'âme d'un locataire, vous devrez d'abord l'espionner. Suivez-le dans les couloirs, discutez, jetez un regard par le trou de serrure de la porte de sa chambre et apprenez-en un maximum sur ses habitudes (que fait-il à telle heure, a-t-il révélé une information ?) et surtout sur son point faible, ce qui vous permettra de lui dérober la précieuse fiole. Chaque fois que vous apprendrez une information sur un résident, elle sera consignée dans votre journal. La suite est une question de logique, de timing et de discrétion.

Gregory Horror Show
Gregory devra se coucher et dormir, autant pour se reposer que pour voir la Mort.
Comme je le disais plus haut, mieux vaut éviter les rencontres importunes car le héros ne peut pas se battre. Or, une fois que vous avez pris l'âme d'un locataire, il vous en veut à mort. Pus que jamais, connaître leurs habitudes sera important. De plus, Gregory, le gérant, n'apprécie que moyennement qu'on espionne ses clients ou qu'on fouille certaines pièces. Alors soyez sur vos gardes. Et si un ennemi vous repère, courez, à moins de ne vouloir goûter au châtiment de l'Horror Show qui mettra à mal votre santé mentale, direction le Game Over. Donc, si vous croisez une de vos victimes, courez dans votre chambre.

Car en guise de barre de vie, vous disposez d'une jauge de santé mentale (l'effet Eternal Darkness ?). La fatigue, le stress, la faim et surtout la peur ainsi que le simple temps passé dans ce lieu de folie la font diminuer. Pour éviter qu'elle ne chute, vous devrez manger, dormir dans votre chambre ou encore absorber des médicaments ou des herbes. Ne sous-estimez pas l'importance de cette jauge car sa diminution a de nombreux effets. Entre autres celui de perturber votre vision qui deviendra floue et vous perdra dans l'obscurité.

Gregory Horror Show
Neko, le chat zombie plein de coutures. Alias Patchwork Cat.
Gregory Horror Show est un véritable vent de fraîcheur. Non seulement son gameplay est sympa, bien que simple, mélangeant diverses influences mais en plus il offre une ambiance très particulière. Élément essentiel du genre, ne l'oublions pas. Quand on voit le soft pour la première fois, on a du mal à croire qu'on est face à la lignée des Survivals. C'est simple, on se croirait plutôt dans un OuiOui avec des têtes carrées. Tous les personnages, en effet, se voient affublés d'énormes têtes carrées, d'un corps de Lego et de jambes minuscules. Sans doute possible, tout cela a un aspect particulièrement enfantin. On change rapidement de point de vue à ce sujet lorsqu'on rencontre Neko Zombie, le chat zombie à la bouche et aux oreilles cousues. Tout au long du jeu on oscillera entre ce faux aspect enfantin et l'"horreur" sous-jacente. La finalité de l'ensemble visant en réalité l'humour, ou du moins, le décalage et l'absurde dans la lignée de certains produits Lucasarts à l'ancienne. Car on est loin de frissonner et la première âme récupérée à l'aide d'une peau de banane vous aidera vite à le comprendre. En tout cas, ce choix de design est aussi déroutant que plaisant par son côté excentrique qui ne fait qu'ajouter à l'originalité de Gregory Horror Show. En revanche, il sert un peu d'excuse à une réalisation très moyenne.

Gregory Horror Show
Certains décors ont comme un air de déjà vu vous ne trouvez pas ?
Et tant que j'y suis, je vais m'empresser de citer quelques autres défauts du titre, comme ça à la volée. En premier lieu, il eut été de bon ton que le soft se montre un peu moins frustrant et linéaire. Les énigmes sont certes très logiques, mais si notre pensée ne cadre pas avec celle des développeurs, on restera facilement bloqués comme des ânes pendant un bout de temps. Si vous ne faites pas la bonne action au bon moment, impossible parfois de faire avancer les choses jusqu'à ce qu'enfin la solution évidente nous saute aux yeux ou qu'on en ait assez de fuir les locataires toutes les 5 minutes afin d'éviter de retourner une fois de plus à l'Horror Show). Et bien entendu, pendant que vous êtes bloqué par un puzzle, vous ne pouvez pas progresser ailleurs. Voilà bien les petits regrets qu'on pourra avancer concernant un titre tout bête, séduisant, surprenant, certes pas très beau mais qui vaut le détour pour qui cherche un peu d'originalité. Et en plus il coûte pas cher.

Les notes
  • Graphismes 12 /20

    C'est vrai, c'est pas très beau, C'est même carrément cheap mais en contrepartie, on a droit à un design complètement décalé et qu'on ne s'attendait pas à trouver dans un jeu de ce genre. Après c'est certain que tout le monde ne va pas aimer.

  • Jouabilité 15 /20

    Au choix : des commandes à la Résident Evil ou classiques et une prise en main toute bête et immédiate. Le gameplay fait preuve d'une efficace simplicité et d'un poil d'originalité dans le mélange des genres Survival et Aventure. C'est frais, divertissant et bienvenu malgré quelques errances et autres agacements en partie dûs à la linéarité trop présente de la progression.

  • Durée de vie 13 /20

    Assez variable en réalité. On peut très bien boucler le jeu en 10 heures tout comme on peut bloquer sur des énigmes toutes bêtes mais dont la solution semble nous fuir.

  • Bande son 16 /20

    A ce prix là, on ne s'attendait pas à un doublage intégral en VF. Ceci dit, la VO est d'excellente facture. Les effets et musiques sont, dans la plus grande tradition Survival, discrets.

  • Scénario 14 /20

    L'univers, l'intrigue, les personnages, tout est biscornu, étrange, loufoque voire absurde. On se croirait dans le Twin Peaks de Lynch.

Personne ne l'attendait, il ne paie pas de mine et pourtant voilà bien un petit coup de coeur. Entre Resident Evil et Grim Fandango, Gregory Horror Show surprend par son gameplay mixte ainsi que par son design et son ambiance déroutante. Même s'il peut parfois être frustrant et pas très beau à regarder, pour 30 euros, ceux qui recherchent un titre qui sort du lot peuvent foncer.

Note de la rédaction

14
15.9

L'avis des lecteurs (8)

Lire les avis des lecteursDonnez votre avis sur le jeu !
Profil de Dinowan,  Jeuxvideo.com
Par Dinowan, Journaliste jeuxvideo.com
MP
Dernières Preview
PreviewTotal War Warhammer 3 : Le jeu de stratégie ultime pour un univers fantastique de référence ? 19 janv., 16:00
PreviewRainbow Six Extraction : l'intelligence de Siege et la brutalité de Back 4 Blood, un cocktail explosif ? 07 janv., 16:00
PreviewDolmen : un mélange de Dead Space et de Dark Souls ? 30 déc. 2021, 19:35
Les jeux attendus
1
Légendes Pokémon : Arceus
28 janv. 2022
2
Dying Light 2 : Stay Human
04 févr. 2022
3
Hogwarts Legacy : l'Héritage de Poudlard
2022