Menu
Burnout
  • Tout support
  • NGC
  • PS2
  • Xbox
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Burnout / Burnout sur Xbox /

Test du jeu Burnout sur Xbox

Test : Burnout
Xbox
Burnout
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 juin 2002 à 18:00:00
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (15)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.3/20
Partager sur :

Très bien accueilli sur GameCube et Playstation 2, Burnout fait une virée sur Xbox pour le plus grand bonheur des amateurs de grand spectacle. Voici sans doute l'un des jeux de courses les plus fun et les plus speed du moment, diaboliquement prenant et carrément spectaculaire.

Burnout

Burnout revient donc en force sur Xbox dans une édition très similaire à son homologue GameCube. Les performances de la Xbox se traduisent à l'écran par un effet de Bump Mapping omniprésent qui traduit les reflets de l'environnement sur la carrosserie, des temps de chargement plus rapides que sur PS2 grâce au disque dur, diverses améliorations graphiques (anti-aliasing, effets d'ombre et de particules), et l'option Dolby Digital en 5.1. Le titre d'Acclaim fait sans doute partie des jeux les plus rapides que l'on ait vus sur consoles, et les amateurs de sensations fortes seront immédiatement conquis par la dimension spectaculaire de ce jeu. Bien sûr, on reste comme toujours dans les limites d'un jeu d'arcade, et les ambitions de ce Burnout ne visent clairement pas à atteindre la même ampleur qu'un GT3. Néanmoins, le plaisir de jeu est bien là.

Burnout
Attention au trafic.
Alors débarrassons-nous d'emblée du chapitre des défauts (faible durée de vie, gameplay limité) pour nous focaliser sans plus attendre sur les points forts de Burnout. Le jeu vous propose de vous asseoir au volant de bolides inspirés de modèles réels (voitures de sport, voitures de tous les jours, berlines, camions, etc...) pour participer à des courses ultra rapides en milieu urbain. Une quinzaine de courses à travers les USA et l'Europe face à trois autres concurrents qui vont tout faire pour que vous terminiez votre course dans le décor. Mais qui dit environnements urbains dit aussi présence de trafic et donc de nombreux véhicules civils qui constitueront autant d'obstacles imprévisibles à esquiver sans pour autant relâcher votre accélération.

Burnout
L'effet de flou qui caractérise les ralentis.
Chaque course se déroule en trois tours au terme desquels vous devrez tenter de terminer en tête pour pouvoir passer à l'étape suivante. Mais Burnout, c'est aussi une course contre le chrono puisque le parcours comporte plusieurs checkpoints que vous devrez atteindre avant la limite du temps imparti sous peine d'être disqualifié. La difficulté est tout de même bien corsée quand on prend en compte tous les événements imprévisibles qui surviennent durant les parcours et, en ce qui me concerne, toutes les millisecondes d'inattention provoquées par les hurlements de Jihem en train de jouer à Super Monkey Ball. Des imprévus qui peuvent se traduire par une collision subite entre deux véhicules situés sur votre trajectoire, un barrage créé par des camions qui se mettent en travers de la route, un lâcher de cinglés déboulant comme des fantômes à un carrefour, des véhicules qui se croisent au moment exact où vous pensiez couper au centre, ou encore l'agressivité démesurée d'un rival qui vous télescope en tentant de vous faire une queue de poisson.

Burnout
Les ombres et les reflets sur la carrosserie sont bien gérés.
Vous aurez compris qu'il n'est pas toujours facile d'anticiper sur le comportement des autres véhicules, d'autant que ce genre de choses arrive assez fréquemment dans le jeu. Et ce n'est pas un simple coup de klaxon qui suffira à dégager la voie de toute présence parasite. Difficile dans ces conditions de trouver le bon moment pour sortir le turbo, et l'on termine bien souvent la course avec à son actif cinq ou six carambolages dignes des plus grandes cascades du cinéma. Le moindre choc violent donne lieu à un crash véritablement ébouriffant, et c'est justement cette dimension spectaculaire qui caractérise Burnout, mise en valeur par des ralentis superbes que l'on peut sauvegarder pour les contempler ensuite à volonté. Du coup, un malencontreux accident à quelques secondes du dernier checkpoint sera donc d'autant plus facile à relativiser qu'il pourra constituer, s'il est suffisamment impressionnant, la pièce maîtresse de votre collection de carambolages virtuels.

Burnout
Slalom dangereux dans un tunnel.
Plus vicieux encore, Burnout incite le joueur à une conduite agressive et récompense la prise de risque en évaluant trois critères : la longueur des dérapages, le nombre de collisions évitées et le temps que vous survivez en roulant en sens inverse. Tout cela se traduira par un bonus de points et une augmentation de votre jauge de turbo qui, une fois pleine, vous permettra de dépasser rapidement tous vos adversaires. Dans la pratique, le jeu propose seulement deux vues différentes, et c'est de loin la vue interne qui se révèle la plus jouissive tout en restant très jouable (enfin dans une certaine limite). En somme, si vous préférez privilégier les sensations fortes au détriment de la performance, c'est celle-là qu'il vous faudra choisir. La progression dans le championnat permettra de remporter toutes sortes de bonus (nouveaux bolides, nouvelles courses) mais aussi de débloquer des modes de jeu supplémentaires comme le mode Face Off pour des courses en duel, ou le mode survie (un seul crash et la partie prend fin). Un mode bonus calqué sur le principe du film Duel aurait été excellent, mais il ne faut pas trop en demander non plus. Vous l'aurez sans doute compris, Burnout est le genre de titres qui, à l'instar de Crazy Taxi, procure des sensations de jeu immédiates et que l'on a plaisir à ressortir pour animer une soirée entre amis. Le plaisir de jeu est certes éphémère et limité, mais il est bien réel.

Les notes
  • Graphismes 15 /20

    Quelques petites améliorations techniques pour cette version Xbox qui reste toutefois très similaire à son homologue GameCube. Le jeu est parfaitement fluide, très rapide, et les crash sont spectaculaires.

  • Jouabilité 15 /20

    Une prise en main rapide pour un gameplay très accessible. Les courses sont peut-être un peu longues, et manquent sans doute de raccourcis et d'embranchements pour relancer l'intérêt des parcours à long terme, mais le fun est bien là.

  • Durée de vie 12 /20

    Si l'on s'amuse dès les premières minutes, l'intérêt s'estompe assez vite compte tenu du gameplay relativement limité de ce titre. Les challenges sont peu nombreux, mais on y revient pourtant souvent, surtout grâce à la présence du mode deux joueurs.

  • Bande son 15 /20

    L'ambiance sonore est de bonne facture et plonge rapidement le joueur dans le rythme effréné de ces courses.

  • Scénario /

    -

Toujours pas d'option 4 joueurs pour cette version Xbox de Burnout, et des améliorations techniques que l'on aurait souhaité plus significatives. Difficile en tout cas de résister aux attraits de ce titre hallucinant de dynamisme. L'intérêt du jeu reste relativement limité sur la durée, mais l'expérience est inoubliable.

Profil de Romendil
L'avis de Romendil
MP
Journaliste jeuxvideo.com
04 juin 2002 à 18:00:00
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (15)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.3/20
Mis à jour le 04/06/2002 à 18:00
Xbox Course Acclaim Criterion Studios
Dernières Preview
PreviewHyper Scape : Vertical et nerveux, le BR d'Ubisoft en a dans le ventre ! 02 juil., 22:07
PreviewDeath Stranding : Le combo clavier-souris pour un pari réussi ? 01 juil., 09:00
PreviewFuser : Un second contact très convaincant pour le jeu de mix musical d’Harmonix 30 juin, 15:00
Les jeux attendus
1
Cyberpunk 2077
19 nov. 2020
2
Ghost of Tsushima
17 juil. 2020
3
Star Wars : Squadrons
02 oct. 2020