Menu
Sword of Mana
  • GBA
Vidéos
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Small playerBig playerCréer un contenu
jeuxvideo.com / Vidéos du moment / Toutes les chroniques / Chronique VGM /

VGM : Sword of Mana, un portage musical envoûtant - chronique VGM

Chargement du lecteur vidéo...
Chronique VGM : Sword of Mana, un portage musical envoûtant
4841 vues
GBA
Partager sur :
VGM ? Kézako ?
Voici une chronique vidéo qui n'est pas vraiment une chronique vidéo. L'idée de VGM (Video Games Music) est en fait de vous présenter un thème musical issu d'un jeu vidéo, ancien ou récent, et d'en faire une analyse écrite afin de comprendre pourquoi il fut marquant, que ce soit pour ses pures qualités musicales ou pour son utilisation en jeu. Puisqu'il s'agit d'une analyse, tout est potentiellement sujet à débat.

Remake de Mystic Quest (sorti en 1991 sur Game Boy), Sword of Mana présentait en 2003 une vision imprégnée de l'esthétique visuelle des jeux de la série Mana (ou Seiken Densetsu) dont sa première version était d'ailleurs la pierre fondatrice. L'identité musicale cependant, dont la paternité reviens à Kenji Itô, se démarquait par une vision sensible et particulière de la mélodie. Aujourd'hui, nous allons revenir sur son travail à travers Mana Shrine, le thème envoûtant qui illustre le dernier donjon du jeu.

VGM : Sword of Mana, un portage musical envoûtant

Tout comme le thème d'un combat final, la musique qui accompagne l'ultime donjon d'un jeu est généralement lourde de sens, car elle représente la dernière ligne droite du scénario ainsi qu'un sommet de difficulté. De ce contexte pour le moins épique découlent quelques grands morceaux tels que Leave Time for Love dans Secret of Mana ou encore le thème du Praetorium de Final Fantasy XIV : A Realm Reborn, propres à donner au joueur un regain de motivation, ou à illustrer un lieu hors du commun et à l'architecture imposante. Selon le scénario cependant, le thème du dernier donjon peut s'avérer plutôt pesant ou propice à la contemplation, comme c'est le cas avec Dragon's Wish de Chrono Cross ou bien Memoria de Final Fantasy IX. Ce n'est pas tout à fait le cas dans Sword of Mana cependant, puisque le thème que vous entendez ici est unique en son genre. Beaucoup plus serein tant dans son écriture que dans son orchestration, il offre au dernier voyage des héros du jeu un accompagnement particulièrement surprenant.

Le son du silence

En effet, que représente ce thème dans le jeu ? Au cours d'une histoire aussi romantique que complexe, les héros sont amenés à fuir sans relâche les sbires du Chevalier Noir et à perdre un certain nombre d'amis, avant de grimper en catastrophe les étages mécaniques de la tour de Dhyme au bord de l'auto-destruction. Cette course sans retour en arrière possible aboutit directement au sanctuaire Mana, un temple labyrinthique en ruines protégé par un sort, et envahi par la nature depuis de nombreuses années. Ce dernier donjon se présente donc, pendant son exploration, un havre de paix que Julius, le grand méchant de l'histoire en quête du pouvoir de Mana, n'a en principe pas encore trouvé, et où les héros peuvent respirer pour la première fois (et vivre leurs derniers instants ensemble). Mais ce n'est pas tout : en effet, le sanctuaire Mana est également l'endroit où doit se trouver la mère de l'héroïne. Hors, cette dernière n'est en fait plus vraiment là puisqu'elle a pris la forme de l'arbre Mana, le lieu est donc vierge de toute présence humaine et dégage ainsi un grand sentiment de solitude.

Début du thème
On peut sentir cette intention dans l'effet d'écho qui est appliqué à la musique suivant plusieurs techniques différentes. Tout d'abord, dans l'intervention des violons sur le deuxième temps de chaque mesure, et qui donne cette impression de décalage et presque de retard par rapport au reste du morceau (en comparaison : la basse tombe sur les premiers et troisièmes temps). Mais c'est surtout la façon dont la partie de flûte est écrite qui va nous intéresser ici. En effet, cette dernière peut sembler très fournie à l'oreille car elle ne joue quasiment que des doubles croches de façon ininterrompue. Cependant, comme vous pouvez le voir sur la partition, seules quelques notes (entourées en vert) sont en réalité celles de la mélodie, le reste est un accompagnement constitué de broderies inférieures se répétant sur toute la mesure et complétant l'harmonie du morceau. Ces répétitions variant parfois très peu (un demi-ton entre les mesures 5 et 6), sous une mélodie qui elle change sur chaque temps (donc trois fois par mesure) contribuent au sentiment de calme et de prévisibilité de l'ensemble. Cette mélodie en elle-même est d'ailleurs surprenante de par sa grande simplicité (elle est sutout constituée de notes conjointes) et contraste avec celles plus complexes et volubile (qui sont aujourd'hui l'une des marques de fabrique du compositeur), telles que Mana's Mission, qu'on entend dans tout le reste du jeu.

Cette écriture de la flûte, qui n'est pas sans rappeler, de façon plus lente, certains préludes de Bach, nous viens cependant tout droit des contraintes techniques de la version originale (pour plus de détails sur ces contraintes, vous pouvez vous référer au VGM consacré aux combats dans pokémon Or). En effet, si l'on écoute la version originale ci-dessous, il apparaît clairement que cette partie représente un gain de place considérable pour l'époque, tout en fournissant un résultat très cohérent, rassemblant la mélodie et l'harmonie en seulement une ou deux voix. On peut aussi constater que l'introduction n'existait pas dans la première version. Kenji Itô considérait en effet sa première œuvre comme très imparfaite, et a donc profité du remake pour apporter quelques modifications, en changeant parfois des pans entiers de mélodie (c'est le cas dans Jema's Realisation dont certaines parties sont presque méconnaissables entre la version Game Boy et Game Boy Advance).

Chargement de la vidéo
Final Fantasy, Seiken Densetsu, ou SaGa ?
VGM : Sword of Mana, un portage musical envoûtant

Vous le savez sans doute déjà si vous êtes un fin connaisseur en matière de J-RPG, mais un certain nombre de jeux japonais des années 1980 à 90 ont connu quelques complications liées à la traduction de leurs titres, un des cas exemplaires étant Final Fantasy VI tout d'abord sorti sous le titre de Final Fantasy III aux USA. De cette façon, on peut trouver des coïncidences plutôt amusantes, et qui ont le don de rassembler sous l'effigie de Square des titres et des têtes aujourd'hui célèbres.

En effet, si Mystic Quest (ou Final Fantasy Adventure en Amérique et Seiken Densetsu: Final Fantasy Gaiden au Japon), qui a donné naissance à la série Mana, est le premier travail de composition en solo de Kenji Itô, ce dernier avait déjà écrit, aux côtés d'un certain Nobuo Uematsu, quelques mélodies pour Final Fantasy Legend II qui, comme son nom ne l'indique pas, est en réalité le deuxième épisode de la série SaGa. Par la suite, Kenji Itô deviendra le compositeur vedette des SaGa, notamment avec Romancing SaGa, et il sera remplacé par Hiroki Kikuta sur Seiken Densetsu (puis Yoko Shimomura sur Legend of Mana), et se contentera de participer au Sound Design de Secret of Mana avec un jeune homme du nom de Yasunori Mitsuda (futur compositeur de Chrono Trigger avec -encore lui- Nobuo Uematsu, mais aussi de Chrono Cross, Shadow Hearts...). En bref, on peut voir qu'en l'espace de quelques années, trois séries très différentes ont vu le jour en partant d'une base identique (la mention "Final Fantasy"), et ont vu les rênes de leur musique tenues par un concentré de personnalités dont la réputation n'est maintenant plus à faire, et qu'on retrouve encore aujourd'hui un peu partout dans la musique de jeu (mais pas seulement) Japonaise. Le monde est décidément vraiment petit.

Si vous avez écouté la version Game Boy avec un casque, vous avez également pu remarquer le travail effectué sur la spatialisation du son. En effet, on peut entendre un vrai effet d'écho sur la partie centrale, produit par léger décalage entre l'oreille droite et gauche. Cet effet n'a pas été conservé dans Sword of Mana, probablement parce qu'il était compensé par les autres techniques d'accompagnement ajoutées entre-temps dont nous avons parlé plus haut.

On est pas sur la même longueur d'ondes...

VGM : Sword of Mana, un portage musical envoûtant
Une dernière particularité enfin, que les oreilles les plus entraînées auront peut être relevée, et probablement l'un des plus grands mystères de toute cette OST. Si vous avez écouté les deux versions de Mana Shrine en même temps, vous aurez peut être constaté que cela sonnait un peu faux. Et pourtant, les deux morceaux sont dans la même tonalité, ont les mêmes accords et jouent quasiment les mêmes notes. Étrange ? Il se trouve en effet que la bande-son de Sword of Mana n'est pas jouée suivant la hauteur conventionnelle actuelle. En effet, pour des raisons pratiques (ne serait-ce que pour jouer juste lorsque plusieurs instruments sont rassemblés), les instruments européens s'accordent aujourd'hui le plus souvent suivant une note de référence (donnée par un diapason), le La à 440 Hz. Si cette uniformisation date de la fin des années 30, elle n'était pas forcément établie avant et la fréquence utilisée pour s'accorder a varié au cours des siècles. On considère par exemple souvent qu'à l'époque baroque, le La se trouvait à 415 Hz, soit un demi-ton plus bas (un do à l'époque sonnait donc comme un Si aujourd'hui). En tout cas, la majeure partie des musiques tonales dans les jeux vidéo suivent aujourd'hui cette norme, mais ce n'est pas le cas de Sword of Mana. En effet, tous les morceaux de ce jeu sont réglés suivant un La situé aux environs de 432 Hz, soit un peu moins d'un quart de ton plus bas que la moyenne.

Si le La 432 Hz semble avoir été peu utilisé au courant du XIXème siècle, il a fait au cours du XXème l'objet de certains mythes, généralement scientifiquement faux ou difficiles à prouver, le considérant comme la "vibration du cœur/de l'univers/de l'eau/des pyramides" et lui attribuant des vertues supérieures, voire thérapeuthiques. Kenji Itô n'a jamais rien déclaré au sujet de ce détail dans la bande-son de Sword of Mana, il y a donc de fortes chances pour que cet abaissement de la fréquence soit involontaire et dû à un simple bug lors du portage. Cependant, il s'agit là d'un cas tout à fait isolé puisque les musiques d'autres jeux Game Boy, comme Pokémon Version Rouge Feu, sont passées sur Game Boy Advance sans subir le moindre changement intempestif. Toujours est-il que, au-delà des théories alambiquées, cette petite différence participe probablement inconsciemment du sentiment unique, de l'impression d'intemporalité fascinante qui ressort de cette bande-son, puisqu'elle est réellement décalée par rapport à la musique que nous avons l'habitude d'écouter.

Par Ptit-Cactus

> La page chronique VGM

Mis à jour le 02/06/2016
Profil de ChewbieFR,  Jeuxvideo.com
Par ChewbieFR, Rédaction jeuxvideo.com
MPTwitter
Musique VGM Ptit-Cactus Gameboy Advance Action RPG Square Enix

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
angelus38
angelus38
MP
le 09 juin 2016 à 16:20

Secret of mana, comment j'ai adorer ce jeux à l'époque

Lire la suite...
Mister_Daydream
Mister_Daydream
MP
le 04 juin 2016 à 23:14

Super chronique, n'hésitez pas à écouter également l'OST de Secret of Mana (Seiken Densetsu).
Il est génial, surtout le thème des temples avec les graines Mana.

Lire la suite...
tengenomon
tengenomon
MP
le 04 juin 2016 à 11:47

Merci pour cet éclairage, toujours une excellente chronique et le choix de musique est là encore sans faille.
Un jeu qui m'avait beaucoup marqué pour son côté "bad ending", je vous conseille l'excellent remix de Temple of Mana par Aether qui le met vraiment en valeur.

Lire la suite...
Dalvengyr
Dalvengyr
MP
le 03 juin 2016 à 09:43

Excellent jeu que Sword of Mana. Je l'avais pris avoir joué aux deux Golden Sun sur GBA.
J'en garde un très bon souvenir. J'adorais écouter le thème de Lester :cute:

:d) https://www.youtube.com/watch?v=rO8_rLJAZ2M&list=PLDJoQvN7sex4bvqLe0HU4Ml5r9OUvzEX7&index=17

Lire la suite...
Akabane69
Akabane69
MP
le 03 juin 2016 à 08:06

Super chronique que je découvre de bon matin avant d'aller bosser !
Merci à vous :)

Lire la suite...
[Cambrioleur]
[Cambrioleur]
MP
le 03 juin 2016 à 02:28

J'aurais plus vu Endless Battlefield comme musique à utiliser. Première fois entendue sur Final Fantasy Adventure sur la bonne vielle Gameboy, elle a ensuite été remise au goût du jour de l'époque sur Sword of Mana.

L'original en juin 1991: https://www.youtube.com/watch?v=Or0qv44SVmo

Sword of Mana août 2003: https://www.youtube.com/watch?v=d2QAZmvDa1k

Et encore plus tard, Dawn of Mana (2006 sur PS2) a reprit cette magnifique OST:
https://www.youtube.com/watch?v=zSt0rRTNycs

Plus tard encore, Square Enix la fait revenir une dernière fois dans Adventures of Mana cette année même le 4 février: https://www.youtube.com/watch?v=K8jHkgzQbEc

C'est une OST qui pour moi personnellement a plus d'histoire que celle choisie par la chronique. Après ça reste un bon article très informatif. J'aime.

Lire la suite...
sdevilcry
sdevilcry
MP
le 02 juin 2016 à 22:41

Secret of mana me manque énormément :'(

Lire la suite...
T4Ng3
T4Ng3
MP
le 02 juin 2016 à 21:00

Je savais bien que je l'avais deja entendu sur Mystic QUest sur Game boy !!!
25 ans après je m'en rapelle encore !

Lire la suite...
Novokain
Novokain
MP
le 02 juin 2016 à 20:54

C'est la première fois que je clique sur cette "chronique vidéo"...
Entre guillemets, passqueu l'auteur, lui-même, y met un bémol (ah ah ah..) !

J'ai lu en diagonale mais bon sang, je ne retrouve pas du tout ce que j'avais envie de lire.
Du blabla un peu technique, un chouÏa de références...

C'est dommage...
Je me dis que ce genre de chronique gagnerait à être :

- soit diffusée sur un autre site d'afficionados de zik, si elle était encore plus minutieuse.
- soit largement plus profonde quant au 'feedback (sensitif)' sur le joueur (quitte à creuser bien plus le sujet).

Dans tous les cas, cette chronique est inintelligible ici.
C'est pas pour rien qu'elle comptabilise un ridicule nombre de lecteurs.

Je félicite cependant l'auteur et l'encourage à choisir sa voie, voire ses maîtres.

Lire la suite...
XxIcarusxX
XxIcarusxX
MP
le 02 juin 2016 à 19:01

https://www.youtube.com/watch?v=8SILyMV6t4g&list=PLDJoQvN7sex4bvqLe0HU4Ml5r9OUvzEX7&index=23

Version "Adventure of Mana" sur IOS

Lire la suite...
Top commentaires
Rad_Spencer
Rad_Spencer
MP
le 02 juin 2016 à 16:54

Ah! Sword of Mana...
Un jeu pris un peu au hasard à l'époque (juste parce que Square Enix sur la boîte) et pas regretté.

Bien qu'à l'époque, une bonne partie du scénario me restait incompréhensible. Je crois qu'il y avait certaines confusions, ou quelques éléments non expliqués, qui n'aidaient pas.
Bon, depuis, j'ai pu relire quelques explications grâce à Internet, et je m'aperçois qu'il était extrêmement riche... Mais peut-être toujours que quelques explications supplémentaires ingame n'auraient pas été de trop.

Mais aussi qu'il était triste. Bon sang, les personnages passent leur temps à perdre leurs amis, et ils en viennent même à regretter la mort de certains de leurs ennemis, car victimes d'une malédiction et manipulés par le vrai méchant.

Et bon sang, bourré de secrets. Dire que je le faisais avec un esprit de chaque alors qu'on pouvait en avoir... 6 voire 8 de chaque! C'était tellement planqué!

Au fait, P'tit Cactus, ce pseudo ne vient pas de ce jeu???

Lire la suite...
[Cambrioleur]
[Cambrioleur]
MP
le 03 juin 2016 à 02:28

J'aurais plus vu Endless Battlefield comme musique à utiliser. Première fois entendue sur Final Fantasy Adventure sur la bonne vielle Gameboy, elle a ensuite été remise au goût du jour de l'époque sur Sword of Mana.

L'original en juin 1991: https://www.youtube.com/watch?v=Or0qv44SVmo

Sword of Mana août 2003: https://www.youtube.com/watch?v=d2QAZmvDa1k

Et encore plus tard, Dawn of Mana (2006 sur PS2) a reprit cette magnifique OST:
https://www.youtube.com/watch?v=zSt0rRTNycs

Plus tard encore, Square Enix la fait revenir une dernière fois dans Adventures of Mana cette année même le 4 février: https://www.youtube.com/watch?v=K8jHkgzQbEc

C'est une OST qui pour moi personnellement a plus d'histoire que celle choisie par la chronique. Après ça reste un bon article très informatif. J'aime.

Lire la suite...