Menu
This Is the Police 2
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • Switch
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / This Is the Police 2 / This Is the Police 2 sur PC /

Test du jeu This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif sur PC

Test : This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif
PC
This Is the Police 2
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Clementoss
L'avis de Clementoss
MP
Twitter
Rédaction jeuxvideo.com
12 août 2018 à 11:10:01
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.5/20
Disponible à l’achat ou en téléchargement sur :
Télécharger sur le Playstation StorePlaystation Store
Amazon PC 11.06€ Cdiscount Switch 11.12€ Fnac Marketplace PC 13.14€ Amazon PS4 16.88€ Fnac Marketplace Switch 16.89€ Fnac Marketplace PS4 17.67€
Marchand
Supports
Prix
Voir toutes les offres
Partager sur :

Non content d’avoir élevé la corruption au rang d’art et plongé la ville de Freeburg dans le chaos, l’illustre chef de police Jack Boyd reprend du service, malgré lui, dans une bourgade tout aussi animée : Sharpwood. L’occasion de retourner en terrain connu… ou presque. À mi-chemin entre roman interactif et jeu de gestion, This Is the Police 2 remet sur la table un scénario qui sent bon les polars des années 80 et densifie les mécaniques de son prédécesseur en y greffant des combats tactiques. Un cocktail qui fait justice au premier opus, non sans causer des dégâts collatéraux.

Mettez-vous dans l'ambiance de Sharpwood

Chargement de la vidéo This Is the Police 2 trailer

La tactique du gendarme

This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif
Les missions tactiques se greffent aux autres appels habituels à traiter

Quatre policiers l’arme à la main, un environnement urbain enneigé, des dealers de drogue en embuscade… l’ensemble placé sur une grille à la XCOM. This is the Police 2 a le mérite de nous plonger efficacement dans l’ambiance, en affichant d’emblée sa principale nouveauté : les combats tactiques. Les habitués du genre trouveront immédiatement leurs marques. Chaque agent dispose de points d’actions, de points de statistiques (force, intelligence, tir, discrétion…), de compétences passives et d’un équipement que l’on distribue à loisir. Tasers, grenades étourdissantes et matraques doivent ainsi être utilisés à bon escient sur le terrain pour désamorcer une situation critique (prise d’otages, gang à démanteler…) et neutraliser les hors-la-loi.

This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif

Autant d’options létales que non-létales nous sont données, mais la perte d’un agent précieux est si vite arrivée que l’on finit systématiquement par adopter une approche furtive… ou à exploiter le manque de subtilité des situations. Si certaines missions paraissent complexes de prime abord, il suffit généralement de faire preuve de patience, d’observer les rondes des ennemis et d’avancer à pas feutrés jusqu’à les assommer puis les menotter discrètement. Pas de quoi faire sauter au plafond les fans de tactical, qui râleront contre le rythme lent des missions et le manque de lisibilité, mais un ajout appréciable qui sort le joueur de sa routine lorsqu’il revêt sa casquette d’adjoint au shérif.

Shérif, fais-moi peur

This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif
Le scénario du premier opus est brièvement récapitulé en début de partie

C’est un Jack Boyd en exil et hanté par son passé que nous retrouvons dans This is the Police 2. Un double défi se présente à lui : échapper aux agents fédéraux qui veulent le conduire derrière les barreaux, et faire régner l’ordre à Sharpwood. Par un concours de circonstances, il se retrouve placé comme adjoint de la shérif Lilly, dans un contexte où le précédent shérif vient de se faire tuer. Dans un commissariat où le sexisme plane, Lilly peine à s’imposer dans son rôle. Qui de mieux qu’un ancien chef de la police, rompu aux méthodes les plus vicieuses, pour l’aider à remettre de l’ordre dans ce trou paumé et néanmoins animé ? Plus facile à dire qu’à faire.

This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif

S’il n’est pas nécessaire de jouer au premier This Is the Police pour suivre les nouvelles magouilles de Jack Boyd, qui profite une nouvelle fois du doublage viril de Jon St. John (Duke Nukem), on ne peut que vous le conseiller afin d'appréhender plus facilement les mécaniques de jeu. Après un tutoriel vite expédié, le jeu nous balance immédiatement à la figure la dure réalité de la vie de policier, d’abord par sa narration. Celle-ci passe par des « cinématiques » au dessin figé mettant en scène des personnalités bien trempées, qui viennent casser la routine d’un travail rapidement répétitif.

This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif

Par intermittence, le joueur est directement impliqué dans le sort de Sharpwood et de notre antihéros avec des choix moraux à faire et l’apparition d’évènements venant multiplier ses responsabilités. Ajoutez à cela une bande-son jazzy parfaitement dans le ton associé à un doublage soigné, et on se retrouve immédiatement pris par l’ambiance oppressante et le climat de violence que dégage Sharpwood.

This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif

Dommage que ces séquences narratives fréquentes, aiment s’étaler sur de trop longues minutes, là où le propos aurait pu être raconté de manière plus concise. D’autant plus lorsque les coquilles et les erreurs de traduction parsèment le texte. La trame scénaristique reste toutefois suffisamment intrigante sur le fond pour motiver à progresser, entre la maturité des thèmes abordés (corruption, justice…), la relation Lilly / Jack et la cavale de ce dernier.

Le chant des sirènes

This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif
Un agent bien équipé pourra intervenir plus efficacement sur certains crimes

Le coeur du gameplay consiste à répéter, sur un rythme journalier, une phase de gestion aux multiples subtilités. Concrètement, il faut répondre aux appels téléphoniques avant un temps limité pour déployer nos forces et résoudre les crimes apparaissant sur la carte de la ville. Soyez prévenus, il y a de la lecture à se mettre sous la dent : chaque évènement, d'abord décrit par un court texte avant de nous mettre face à trois propositions d’action une fois sur le lieu du crime, est différent du précédent. Faire preuve de bons sens en distinguant les vrais crimes des fausses alertes ou des situations absurdes (quoi, vous n’avez jamais entendu parler de cette grand-mère qui a menacé de castrer son petit-fils avec une faucille après l’avoir surpris en train de se masturber ?) est nécessaire. Selon la gravité de la situation, on envoie ensuite le nombre requis d'agents de police, en prenant en compte la valeur d'efficacité de ces derniers ainsi que leur jauge de fatigue et le temps de trajet pour arriver sur la scène de crime. Tout est une question de timing et de management.

This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif
This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif
Le trafic d'objets récoltés sur les lieux des crimes fait partie des nouveautés

D’apparence, on se contente de cliquer le plus vite possible sur des cases pour répondre à des choix de dialogues. Dans les faits, on mesure vite l’ampleur de la tâche : entre les agents alcooliques qui risquent soit la mort, soit de passer quelques jours à l'hôpital après un accident sur le chemin d'une intervention, les paresseux qui préfèrent rester chez eux devant un film, les sexistes et les racistes qui refusent de travailler avec certains collègues... Il faut jongler avec les personnalités de chacun, mais aussi prendre des risques et accepter son impuissance face aux alertes qui s’enchaînent, quitte à être pénalisés ou à s'écarter de la loi pour s'en sortir. Oui, c’est un tableau bien sombre des gardiens de la paix qui est dressé. La vie de nos agents ne tient qu’à un fil, et This is the Police 2 réussit avec brio à nous impliquer dans leur évolution. Chacun a ses traits de personnalité et des exigences (un agent mélomane qui demande à s’absenter pour aller à un concert, un autre qui se marie…) au cœur d’un système de loyauté qu’il faut prendre en compte. Faute de quoi, on se retrouve vite à gérer une bande de bras cassés récalcitrants.

Enquêtes criminelles

Les enquêtes sont l'une des sous-couches de gameplay les plus intéressantes. Certains crimes ne peuvent être résolus dans l'immédiat : il faut alors assigner un ou plusieurs agents à la tâche, qui iront glaner des indices, souvent sur plusieurs jours. Ces derniers permettent ensuite de reconstituer, par un système de cadres à replacer dans le bon ordre, le déroulement d'un crime en déterminant qui des deux suspects proposés est coupable.

This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif

Mettre le joueur en difficulté est le sel du titre, mais rien ne justifie l’équilibrage douteux et les situations incohérentes, voire surréalistes. Nous sommes dans un univers où les détraqués se baladent par dizaines et où meurtres, cambriolages, fusillades et attentats rythment chaque journée d’une ville minuscule, certes… mais devoir envoyer trois agents surqualifiés pour gérer une femme armée d’un fer à friser ? Même Ludovic Cruchot aurait pu gérer cette situation seul. Difficile de ne pas être frustré tant le jeu ne nous donne que trop rarement le sentiment d'avoir le dessus, d’autant plus qu’un Game Over est vite arrivé.

Perdez plus d'anneaux que vous n'en gagnez pendant trois jours de suite, et c'est le Game Over

This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratifThis is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif

À la fin de chaque journée, en fonction des réussites et des échecs, on récolte un certain nombre d'anneaux de canettes. Une monnaie atypique qui permet de recruter de nouveaux larbins ou d'acheter des armes. Un aspect inédit qui apporte une notion concrète de progression, en facilitant les futures journées... à condition de bien gérer sa partie dès le début. Sinon, les conséquences sur le long terme peuvent être lourdes, notamment lorsqu’on approche de la fin au bout d’une bonne vingtaine d’heures. Il est facile d'entrer dans une boucle infernale : enchaîner quelques journées ratées vous fera perdre des anneaux, ce qui vous empêchera de recruter de nouveaux agents. Dans ces conditions, difficile de sortir la tête de l'eau. Le simple fait de pouvoir appeler des renforts en urgence dans les moments où l’on se retrouve en sous-effectif (quoi de plus réaliste ?), ou tout simplement d’ajuster la difficulté pour profiter librement du scénario aurait été appréciable. Surtout lorsque l'on est forcé de récupérer une ancienne sauvegarde pour rattraper ses erreurs et ainsi revivre les mêmes journées, le jeu étant entièrement scripté.

This is the Police 2 : Entre récidive et réhabilitation pour le jeu de gestion narratif
Aidez certains citoyens, et ils vous aideront en retour en proposant leurs services

Le temps défile toutefois rapidement : entre la lutte contre les gangs, la taxe de 20 000 dollars à reverser chaque semaine à un malfrat qui menace de nous dénoncer aux fédéraux, la gestion de nos agents et des crimes, les requêtes des citoyens… il n’y a pas le temps de s’ennuyer, si bien qu'on peut vite se retrouver écrasé par le trop-plein d'éléments à gérer. Lorsque This is the Police 2 atteint son rythme de croisière, il s’avère particulièrement prenant. Le poids de la répétitivité se fait malgré tout sentir, puisque toutes les mécaniques de jeu apparaissent dès les premières heures.

Les notes
+Points positifs
  • Un scénario intéressant sur le fond...
  • Une ambiance thriller noir prenante
  • Les combats tactiques qui renouvellent la routine de gameplay...
  • La diversité des situations de jeu / des éléments à gérer...
  • Le mélange gestion / roman interactif
  • Une esthétique minimaliste soignée
  • Doublage / OST jazzy de qualité
-Points négatifs
  • ... mais une narration trop étirée sur la longueur
  • Difficulté frustrante et mal calibrée (malgré des patchs d'équilibrage)
  • ... malgré leur manque de complexité
  • ... qui finissent par étouffer le joueur
  • Un gameplay répétitif par essence
  • La linéarité du script qui nuit à la rejouabilité (mode sandbox absent)

Les habitués du premier This is the Police prendront du plaisir à suivre les nouvelles magouilles de Jack Boyd, malgré une narration trop bavarde, souvent pour ne rien dire. Cette suite s'inscrit dans la continuité et capitalise sur son ambiance thriller noir prenante. Elle ne parvient toutefois pas à corriger toutes les lacunes qui collent à la peau de son concept de gestion original mais répétitif. Sur le banc des accusés : une difficulté aussi incohérente que frustrante qui découragera les nouveaux arrivants, ou les joueurs venus chercher un divertissement sans prise de tête. Au final, les couches supplémentaires de gameplay apportent autant de variété que de nouvelles sources de frustration. Pour autant, le verdict n'est pas sans appel, il n'y a simplement pas de juste milieu : soit vous l’aimerez, soit vous le détesterez.

Profil de Clementoss
L'avis de Clementoss
MP
Twitter
Rédaction jeuxvideo.com
12 août 2018 à 11:10:01
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (4)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
14.5/20
Mis à jour le 12/08/2018
PC Aventure Gestion Weappy Studio THQ Nordic
Dernières Preview
PreviewStar Wars Jedi Fallen Order : trois heures de jeu plutôt encourageantes Hier, 17:00
PreviewPokémon Épée et Bouclier : De bonnes idées, mais un épisode trop classique ? Hier, 15:00
PreviewLegends of Runeterra : Le jeu de cartes de Riot pourrait rivaliser avec Hearthstone ! 16 oct., 04:00
Les jeux attendus
1
Call of Duty : Modern Warfare
25 oct. 2019
2
The Last of Us Part II
21 févr. 2020
3
Death Stranding
08 nov. 2019