Menu
Deep Rock Galactic
  • Tout support
  • PC
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / Deep Rock Galactic / Deep Rock Galactic sur PC /

Test du jeu Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile sur PC

Test : Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile
PC
Deep Rock Galactic
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de coyspace2
L'avis de coyspace2
MP
Rédaction jeuxvideo.com
28 juillet 2018 à 18:00:02
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (6)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.5/20
Partager sur :

Contributeur

Note importante
Le test a été rédigé à partir de la version PC. A noter également que Deep Rock Galactic n'est encore qu'en accès anticipé.

Sorti le 28 février 2018 en early access, Deep rock Galactic imaginé et créé par l’équipe de Ghost Ship Games nous entraîne dans un univers de science-fiction parmi lequel les nains minent (quelle surprise !) afin d'obtenir de précieuses roches. Le FPS dispose d’une véritable composante multijoueur. En effet, la coopération est primordiale, autant pour la réussite de vos missions, que du degré de divertissement qui découlera de vos parties endiablées.

Deap Rock Galactic : une grosse bébête à tuer

Chargement de la vidéo

A l’heure ou les jeux Sandbox ont formé les joueurs à la science du minage que cela soit dans Minecraft, Rust ou encore ARK : Survival Evolved… Il parait incongru de se dire qu’un titre exclusivement porté sur cette activité, sans la composante crafting, puisse apporter quelconque amusement. Et bien, sachez qu’il n’en est rien. La coopération offre de multiples moments mémorables : de stress dans un premier temps, lorsque des vagues d’ennemis vous attaqueront sans relâche. Des disputes joviales, dans un deuxième temps, qui animeront vos parties lorsque l’un de vos compères empiétera sur votre zone de minage. Sur la longueur, il demeure possible que le jeu entame son capital sympathie et distraction. De même lorsqu'on parcourt le jeu en solo, le fun n'est pas nécessairement au rendez-vous.

La coop au coeur du jeu

On ne se lance pas dans Deep rock Galactic non accompagné. Même si le jeu dispose d’un tutoriel présenté sous forme de première mission solo. Les quêtes auxquelles vous aurez accès par la suite, peuvent toutes se faire en multijoueur, que cela soit avec vos amis ou de parfaits inconnus. Une raison essentielle amène à privilégier cette manière de s'adonner à ces sessions intenses de minages. La difficulté que le joueur rencontre seul, freinera sans aucun doute sa progression. Car les objectifs à remplir sont les mêmes, mais le temps pour les accomplir s’allonge sans demi-mesure. Si un pod vous accompagne lors de missions, comblant le vide que vos partenaires laisseront, les aptitudes des différentes classes que propose le titre manquent cruellement par instants. Il demeure d’ailleurs impossible d’être accompagné par trois IA dues aux contraintes qu’un développement tel que celui-ci aurait pu engendrer. L’ordinateur, face aux mondes procéduraux à la structure chaotique, ne serait tout simplement pas apte à prendre les décisions adéquates.

Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostileDeep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostileDeep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostileDeep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile
Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile

Le titre qui s’axe donc majoritairement sur une mécanique coop propose aux joueurs quatre classes : le foreur, le soldat, l’ingénieur et l’éclaireur. Toutes présentent des particularités non-négligeables qui compensent parfaitement les défauts de chacune d’entre elles. L’ingénieur dispose de tourelles qui mitraillent les ennemis sans relâche. Cette classe possède également une arme permettant de créer des plates-formes où bon lui semble permettant d'atteindre des zones difficiles d’accès. Le foreur crée des galeries telle une taupe s’ouvrant la voie pour d'éventuelles fuites. Le soldat bénéficie d'une puissance de frappe importante pouvant ainsi balayer les hordes ennemies et fait également profiter aux autres joueurs de son pistolet à tyrolienne. L’éclaireur porte, lui, bien son nom, puisqu’il s’arme d’un pistolet à fusée éclairante (en plus des flares dont chaque classe dispose), utile afin d'exposer les endroits les plus sombres de ces luxuriantes cavernes.

Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile

Il est réellement appréciable de voir que chaque classe comble le vide d’une autre et la coopération n’en est plus que nécessaire pour venir à bout des objectifs donnés en début de mission. En cela, le titre de Ghost Ship Games remplit parfaitement son contrat. Les joueurs auront également la possibilité de faire revivre leurs coéquipiers moyennant un petit laps de temps. En solo, le pod est programmé afin de vous porter secours automatiquement. Ainsi, le titre perd, non seulement, beaucoup de son charme, mais également en stress. En multi, si tous vos alliés meurent, pas même un miracle, ne vous sauvera la vie. Enfin, toute classe confondue dispose d’une sorte de pointeur laser très utile, offrant la possibilité de signaler à vos alliés, des zones de minages intéressantes. L'objet vous informe aussi concernant la nature du minerai que vous vous apprêtez à récolter. Ce petit dispositif sert, dans un second temps, à localiser vos coéquipiers que vous aurez probablement perdus de vue au cours de vos escapades minières.

Heigh-ho, heigh-ho, On rentre du boulot !

Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile

Pour choisir les missions, le joueur peut déambuler dans un hub et accéder à divers types de terminaux, dont un proposant la liste des missions disponibles. L’écran présente alors une carte avec diverses zones accessibles, ou non, en fonction de votre niveau. Les objectifs changent également toutes les 30 min, quand le compteur se réinitialise, l’interface débloque ou locke certains lieux et débouche obligatoirement sur d’autres missions jouables. Plusieurs types de quêtes sont disponibles, l’une concerne l’activité principale du titre, c’est-à-dire miner et récolter telle ou telle pierre précieuse (souvent du morkite). Quant aux autres, elles concernent des missions de sauvetages, de récoltes de champignons ou d’œufs et d’exterminations de grosses bébêtes à la cuirasse bien épaisse. Quatre modes de difficultés sont accompagnés de la mention Danger , comprenez, que même au plus bas niveau, le challenge reste potable. Danger 2 correspond ainsi au mode normal ; néanmoins, même en coop à trois ou quatre, vous aurez déjà fort à faire. Cependant, pour les plus aguerris d’entre vous, sachez que les derniers modes de difficulté s’assortiront de récompenses plus qu’appréciables. Enfin, les missions peuvent accorder des bonus d’expérience en plus de la prime danger, signalée par un bandeau clignotant au-dessus de la mission sélectionnée. Une mention spéciale vous avertit également des événements spéciaux qui viendront pimenter davantage votre périple au cœur de ces cavernes obscures.

Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile

Parlons d’ailleurs plus en détail de ces voyages qui nous entraînent dans les profondeurs de planètes hostiles , là où les minerais les plus précieux se terrent. L’environnement proposé par le titre se compose de plusieurs biomes (sept au total) chacun avec leurs spécificités. Les corridors sablés, par exemple, offrent la possibilité de miner plus facilement, mais la caverne dispose de trous béants laissant de tumultueuses tempêtes de sable s’immiscer dans cette dernière, altérant votre visibilité et rendant à fortiori plus ardues vos tâches. Le combat contre la faune locale, bien que totalement foutraque dans ces conditions, donnera une dimension encore plus épique à votre périple. Vos nerfs seront ainsi mis à rude épreuve, néanmoins la victoire n’en sera que plus belle. Le biome noyau magmatique présente, lui, un environnement plus chaleureux avec des geysers de magma qui éclairent par bribes les sombres cavernes. Sans tout dévoiler, certains mondes réservent quelques menues surprises appréciables, aidant à altérer l'expérience proposée par le titre. A noter que chaque biome est généré de façon procédurale, ce qui permet de renouveler l’expérience du joueur. La topographie de la carte peut ainsi très bien être assez plate, mais également afficher des formes chaotiques avec des reliefs prononcés.

Bien, heureusement, un scanner indispensable pour tout mineur qui se respecte, deviendra votre meilleur ami dans les moments les plus difficiles. Il faut toutefois s'armer de patience afin de retrouver son chemin et déceler les gisements les plus importants. Certaines pierres précieuses ne se trouvent d’ailleurs que dans certains biomes (indiqués sur l’interface de mission). Par ailleurs, les minerais de « base » sont disposés de façon plus ou moins abondante dans tout type d'environnement. On y retrouve ainsi le métal plus précieux, l’or, mais également le nitra. Cette pierre rouge sombre ô combien importante sert uniquement à invoquer une mini foreuse composée de conteneurs ampli de munitions pour combler vos réserves ténues.

Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostileDeep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostileDeep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile
Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile
Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile

Une mule vous accompagne au cours de chacune de vos épopées souterraines ; votre capacité de stockage personnel étant limité, ce conteneur mécanique ambulant sans fond, transporte à votre place les minerais jusqu’à votre lieu d'exfiltration. Une fonction permet d’ailleurs d’appeler la mule à tout moment dans le but de vous éviter des marches inutiles. C’est également par cette dernière qu'on active le bouton pour signaler la fin de votre mission, la musique commence à s’emballer et une course contre la montre effrénée débute à cet instant. Il ne reste alors que quelques minutes afin d'atteindre la capsule de départ. Les bestioles ne vous laissent d’ailleurs aucun répit puisqu'elles se lancent à votre poursuite jusqu’au lieu de départ. La campagne échoue si l'on ne parvient pas à l’atteindre ou si l'on meurt sous les attaques acharnées de ses poursuivants. La totalité ou presque de l'expérience et des minerais disparaîtront alors de l'escarcelle. Une bonne idée rajoutant à nouveau du stress et un peu de folie, poussant le joueur à rester attentif jusqu’à la fin de sa mission.

Arachnides Troopers

Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile

Assez peu varié, le bestiaire se compose avant tout d’arachnides en tout genre avec diverses capacités. L’une peut ainsi exploser en pleine face en vous fonçant dessus, d’autres jettent un poison, certaines bêtes volantes peuvent également vous capturer pour vous relâcher au plus haut, provoquant ainsi une chute vertigineuse avec un décès en bout de route. Généralement, le joueur est prévenu lorsqu’une vague d’ennemi s’abat sur lui, laissant un peu de temps pour se préparer au combat. Au bout de quelques parties la mécanique s’use quelque peu et devient prévisible, mais les environnements altèrent parfois la nature du combat. Sans nul doute, certaines phases de mitraillages intenses contre ces arachnides d’un autre monde rappelleront à certains cinéphiles Starship trooper. En effet, dans ce film culte des années 90, le héros affronte des hordes similaires à ce que l'on peut entrevoir dans le jeu.

Devenez le plus fort et le plus beau des nains

Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile

Le titre se constitue d’une composante RPG avec tout un panel de compétence à acquérir au fil du temps. afin d'évoluer, il convient ainsi de remplir certains objectifs globaux tels qu’accomplir trois missions dans les puits de sel ou s’occuper de collectes de minerais. L’interface vous indique ainsi le nombre d’étoiles dont vous disposerez lorsque ces tâches seront accomplies. L’arbre des compétences ne perturbera pas les aficionados de RPG puisque sa structure demeure classique. Ainsi, la progression est linéaire, en s’accaparant trois compétences, vous en débloquerez de nouvelles avec également la possibilité d’améliorer les précédentes acquises. Vu qu’une mission prend environ une trentaine de minutes à être effectuée, un certain nombre d'heures sera nécessaire pour débloquer la totalité des perks. Chaque classe possède un slot de base et trois autres à débloquer capables d’accueillir vos aptitudes fraîchement acquises.

Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile

Vous pouvez également améliorer l’équipement de chaque personnage. Pour se faire, pas le choix, il est indispensable de miner, toujours miner. Chaque pierre précieuse permet d’améliorer une partie de votre équipement. Comme les développeurs semblent avoir pensé à tout, le joueur peut disposer d'un système extrêmement basique de marché de minerai permettant ainsi d'obtenir les quelques pierres manquantes à l’amélioration de vos armes et de votre armure.

Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostileDeep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostileDeep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostileDeep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile

Ces mêmes minerais servent à modifier à votre bon vouloir l’aspect de notre mineur, notamment la fameuse moustache/barbe des nains dont la réputation n’est plus à prouver aujourd’hui. Cependant, vérifier bien l’état de votre porte-monnaie virtuel avant de vous lancer dans des achats indécents, changer l’apparence de votre personnage coûte plus cher que d’améliorer vos armes... Il est ainsi conseillé avant toute modification esthétique d’achever l’évolution de votre arsenal. 12000 crédits pour une moustache, à ce prix, il faudrait penser à changer de barbier à l’avenir. La virilité a un prix, mais tout de même ! On décèle peut être ici, la volonté des développeurs de rallonger un peu artificiellement la durée de vie du titre.

Un esprit cartoon

Deep Rock Galactic : l'art de miner en territoire hostile

Terminons par un mot sur la technique du titre. Si l’esthétique globale n’est pas des plus reluisante, il n’en demeure pas moins que le soft dispose d’une DA plutôt jolie avec des variétés d’environnements appréciables qui arrivent à nous immerger pleinement. Parfois quelques éclairages ambitieux nous interpellent. En effet, on ne lasse pas d’envoyer nos flares dans les profondeurs de la grotte pour y voir notre petite loupiote se perdre petit à petit dans la noirceur. Un travail évident de la gestion ombre/lumière a été fait par le studio et certains d’entre vous, auront certainement un malin plaisir à faire exploser les petits noyaux magmatiques dans l'optique de provoquer une réaction en chaîne du plus bel effet. L’aspect cartoon un peu géométrique n’est point rebutant, mais on regrette peut-être la présence de textures moyennement fines et d'animations un peu rigides. Néanmoins, en aucun cas, cela ne peut vous priver de profiter pleinement du jeu.

Les notes
+Points positifs
  • Une coopération parfaitement intégrée
  • Une tension palpable par instants
  • Des mécaniques bien huilées
  • Un univers science-fiction cartoonesque original
  • Des sous titres français présents...
-Points négatifs
  • ... mais incomplets
  • En solo, le jeu perd de son intérêt
  • Des graphismes un peu pauvres
  • Manque d'un objectif plus poussé
  • Un fond scénaristique inexistant
  • Un bestiaire assez peu varié
Deep Rock Galactic ravira ainsi les fans de minages intenses. Bien qu’assez classique dans le fond, la forme est un véritable petit bijou. Toutefois, il ne semble pas encore totalement poli puisque le soft n'est actuellement qu’une early access. L’absence d’un background scénaristique et d’un objectif, plus global que le simple fait de monter les compétences de vos personnages, freine un peu la volonté d’approfondir le titre. Il n’en demeure pas moins qu’à ce stade de développement, la profondeur de gameplay et les mécaniques sont diablement bien maîtrisées. On se surprend même à penser, en découvrant certaines features, que les développeurs ont déjà intégré certains systèmes astucieux, rendant permissive la progression du joueur. L’intérêt du titre se trouve avant tout dans la coopération, composante parfaitement implémentée et approfondie. Si vous comptez jouer uniquement en solo, le jeu n’en vaut, en revanche, certainement pas la chandelle.
Profil de coyspace2
L'avis de coyspace2
MP
Rédaction jeuxvideo.com
28 juillet 2018 à 18:00:02
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (6)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17.5/20
Mis à jour le 30/07/2018
PC FPS Ghost Ship Games
DERNIÈRES PREVIEWS
  • Preview : E3 : Werewolf The Apocalypse – Le loup-garou écolo débarque dans un TPS action
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : E3 : Moons of Madness - La folie martienne
    PC - PS4 - ONE
  • Preview : E3 : The Dark Pictures Anthology - Man of Medan – C’est la peur qui mène le jeu ?
    PC - PS4 - ONE
Dernières previews
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Cyberpunk 2077
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Final Fantasy VII Remake
    PS4
    Vidéo - Gaming Live
  • Pokémon Épée / Bouclier
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce