Menu
Agony
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
  • Switch
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Agony : un véritable chemin de croix
PC PS4 ONE
Agony
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
04 juin 2018 à 09:28:17
06/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (36)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
5.6/20
Tous les prix
Prix Support
29.06€ PS4
29.56€ ONE
29.99€ PC
29.99€ PS4
34.99€ PC
34.99€ ONE
Voir toutes les offres
Partager sur :

Il nous aura fait baver d'envie cet Agony. Avec ses quelques trailers hallucinants, sa vision de l'enfer toute singulière et sa direction artistique sans compromis, le titre du bien nommé Madmind Studio garantissait une escapade en plein coeur du purgatoire, à même de susciter dégoût et effroi chez le joueur. En ce sens, le contrat est honoré, mais certainement pas pour les bonnes raisons.

Avis aux âmes sensibles
Agony est un titre qui, visuellement, n'usurpe pas sa classification PEGI 18. Si toutefois vous étiez sensibles aux images sanglantes, sachez que les screenshots associés au jeu n'ont pas été censurés.
Conditions techniques du test

Nous avons testé Agony sur PS4 et PC, les deux versions du jeu ayant été fournies par l’éditeur. Sur PC plus particulièrement, on ne peut pas dire que le titre des studios Madmind fait honneur à la plateforme : plafonnement du framerate à 60 FPS, options graphiques nécessitant un retour au menu principal afin d'être modifiées, et pas de presets pour faciliter les réglages… Tout cela manque singulièrement de souplesse. Mais surtout, Agony nous paraît assez gourmand, au regard de ses qualités visuelles : il demandera ainsi une GTX 1050 Ti pour assurer un minimum de 60 FPS en 1080p et avec tous les effets visuels poussés au maximum. La notion de « minimum » est ici importante, car selon les zones, le framerate peut varier brusquement du simple au double, ce qui peut générer des effets de ralentissements assez gênants. Pour le reste, on note que les configurations recommandées annoncées nous paraissent surdimensionnées, puisque le titre ne consommera pas plus de 7 Go de RAM physique, et que l’activité CPU se focalisera principalement sur trois threads (dont un reste très sollicité). Enfin, nous avons été surpris de voir que le jeu prenait en charge le système de suivi du regard Tobii… On aurait sans doute bien échangé cette fonctionnalité contre un portage PC plus solide. Au final, une configuration de type PC Gamer IGRA devrait suffire pour jouer à Agony dans les meilleures conditions.

Configuration recommandée par la rédaction

PC Gamer IGRA budget : inférieur à 700€
  • AMD Ryzen 1300X
  • 8 Go DDR4
  • Nvidia GTX 1050 Ti

55 FPS The Witcher 3 Medium 1080p
63 FPS Battlefield 1 High 1080p
53 FPS AC Origins Low 1080p

Notre vidéo-test d'Agony

Chargement de la vidéo Test Agony en vidéo

Walk with me in Hell

Agony : un véritable chemin de croix

Agony ne s'encombre pas franchement de scénario. Vous chutez vers les enfers, ou du moins vers le purgatoire, territoire d'expiation des péchés dans la douleur, sans savoir précisément qui vous êtes, mais en connaissant toutefois votre objectif : trouver la déesse rouge, elle seule pouvant vous extirper des tourments de l'enfer. Si l'idée de devoir jouer d'infiltration et de réflexion pour parvenir à s'échapper de cette misérable condition était séduisante sur le papier, dans les faits, Agony est un véritable chemin de croix, dans le sens littéral du terme.

En réalité, Agony se définit davantage par ce qu'il n'est pas que par ce qu'il est. Il n'est pas un jeu d'infiltration, il n'est pas un jeu d'énigmes / réflexion, il n'est pas un jeu de combat ni même un jeu d'horreur. Il est en revanche un mauvais jeu, qui ne remplit clairement pas les promesses qu'il laissait entrevoir dans ses trailers, et ce, sur l'ensemble des 8 heures demandées pour boucler l'aventure.

Un condensé de ce à quoi vous attendre sur l'ensemble de la traversée d'Agony

Chargement de la vidéo Agony Gameplay
Agony : un véritable chemin de croix

Construit en chapitres, eux-mêmes décomposés en différents points de sauvegarde à déverrouiller manuellement, Agony vous propose de vous balader dans différentes chambres infernales, certaines d'entre elles étant plus ou moins thématiques et en rapport avec les 7 péchés capitaux. Chaque zone vous proposera de petites interactions à réaliser pour vous débloquer le passage vers la suivante. Dans l'une, il faudra se sortir d'un labyrinthe, dans l'autre, essayer de trouver, parmi un nombre limité de signes gravé dans les murs, quel glyphe dessiner sur une porte afin de pouvoir l'activer et passer à l'étape suivante. L'ensemble alternera ces phases, sans grande originalité, et proposera comme fil conducteur la présence de Martyrs et autres bestioles désagréables, qui causeront, pour les plus puissantes, votre mort si vous les rencontrez.

Agony : un véritable chemin de croix

Dans ce cas, pas d'inquiétude. Si vous avez eu l'intelligence d'ôter les sacs recouvrant la tête des quelques âmes humaines tourmentées qui errent dans les cercles infernaux d'Agony, votre esprit pourra prendre possession d'elles dans un temps limité, vous permettant de continuer la partie. Ils servent, pour résumer, de points de sauvegarde intermédiaires qui ne sont pas non plus inépuisables. En revanche, en cas de mort répétée et sans possibilité de posséder une âme, votre point de réapparition reculera d'un point de sauvegarde manuel. Ce dernier point a toute son importance, surtout lorsque vous comprendrez que la mort est la plupart du temps causée par une technique clairement à revoir et par des mécaniques qui manquent cruellement de clarté.

Agony : un véritable chemin de croixAgony : un véritable chemin de croix

Agony incite donc à la prudence, à l'avancée à pas de loup, et propose même une fonction "retenir la respiration" pour qu'une fois dissimulés dans un renfoncement de décor, difficilement détectable en raison d'une visibilité quasi nulle, les martyrs ne puissent détecter votre présence. La réponse de l'IA à cette technique est totalement aléatoire, les créatures pouvant autant vous négliger lorsque vous vous trouvez en face d'elles, ou vous trucider lorsque vous vous faites plus discret qu'une souris. Les phases d'infiltration ne fonctionnent donc pas, et toutes les planètes semblent alignées pour ressortir les joueurs d'Agony de l'atmosphère que le titre essaye de déployer. Outre les animations des créatures qui ne se déclenchent pas toujours et un travail sur le sound design qui ne permet pas nécessairement de détecter l'arrivée ou non d'un ennemi à proximité, l'extrême lourdeur des déplacements du personnage empêche toute réactivité en situation de tension. On préfèrera finalement se laisser aller à courir frénétiquement (en dépit de la jauge d'endurance bien trop limitée) dans les couloirs du jeu afin de trouver le plus vite possible un nouveau point de sauvegarde manuel quitte à se laisser mourir pour posséder une nouvelle âme. Pour un titre qui voudrait jouer sur la tension et l'atmosphère, autant dire que c'est raté.

Agony : un véritable chemin de croixAgony : un véritable chemin de croixAgony : un véritable chemin de croix

Et lorsque Agony tente d'introduire de nouvelles mécaniques de jeu, leur arrivée et leur mise en application sont d'une telle confusion que là encore, c'est l'agacement qui prime sur le plaisir ou la moindre envie de continuer l'aventure. Ajoutez à cela un level design assez mal pensé et une trop grande homogénéité dans les décors et vous comprendrez que, vraiment, traverser Agony n'a rien d'un parcours de santé.

Scream Funny Gore

Alors, est-ce qu'au moins la direction artistique maintes fois mise en avant dans les multiples trailers parvient à rehausser ce jeu bien fade ? Pas vraiment. Outre le fait qu'il soit très mal optimisé sur consoles et si l'on s'affranchit des considérations purement techniques, Agony ne parvient pas à créer une atmosphère suffocante ni même malsaine. S’il existe parfois quelques fulgurances (fugaces) niveau direction artistique, l'ensemble des décors du jeu est tellement chargé en effets inutiles qu'ils apparaissent brouillons. Pire encore, les environnements uniformes empêchent de dégager une vraie cohérence dans la construction des niveaux, rendant la progression déjà laborieuse toujours plus compliquée pour le joueur.

Agony : un véritable chemin de croixAgony : un véritable chemin de croixAgony : un véritable chemin de croix

En outre, la règle est toujours aussi vraie, la surenchère de gore n'aide certainement pas à insuffler une quelconque aura malsaine au jeu, puisque de la surenchère née l'autoparodie. Alors oui, on capte certaines références au cinéma (Cannibal Holocaust, Hellraiser...) à l'Enfer de Dante ou à certains artistes (Giger, Beksiński) cependant l'hommage n'est pas des plus vibrants. Présence de scènes censurées ou non, la lassitude générale s'installe très vite à force d'enchaîner des successions de martyrs, de personnes empalées et autres allusions phalliques, qui deviennent presque banals à force d'être sans cesse croisés. On notera aussi que les âmes errantes sont déclinées en à peu près 3 modèles difformes et que ces derniers répètent les mêmes phrases en boucle d'un bout à l'autre du jeu. On enchaîne les couloirs avec une lourdeur de déplacement appuyée, en pestant autant contre les bugs que les morts qui surgissent non pas en raison du joueur, mais à cause du jeu. Et ce n'est pas le maigre arbre de compétence à l'impact tout relatif ou les modes de jeu supplémentaires qui réhausseront l'intérêt du titre.

Notez pour finir que si, vraiment et en dépit de la lecture de ces lignes, Agony vous tente toujours, privilégiez la version PC, si toutefois vous disposez d'une machine capable de tenir des paramètres en ultra pour espérer apercevoir un produit raccord avec les éléments dévoilés au cours de la campagne promotionnelle du jeu.

Bande-annonce d'Agony

Chargement de la vidéo Agony trailer
Les notes
+Points positifs
  • Quelques plans artistiquement inspirés
  • Arrive parfois à être joli, sur PC avec les settings au maximum
  • Un concept qui aurait pu être bien exploité
-Points négatifs
  • Techniquement indigne sur consoles
  • Des bugs dans tous les sens, quelle que soit la plateforme
  • Mécaniques de jeu confuses et répétitives
  • Déplacements lourds et pénibles
  • Level Design brouillon
  • Du gore qui bascule dans l'autoparodie
  • Des phases d'infiltration qui ne fonctionnent pas
  • Scénario inintéressant
  • Pas vraiment malsain, clairement pas terrifiant
On peut dire que l'étiquette colle avec le produit : Agony porte effectivement bien son nom. Gameplay archaïque et brouillon, mécaniques confuses, IA inexistante, énigmes répétitives et technique pas au niveau sont autant de défauts qui devraient vous convaincre de fuir ce jeu comme la peste. Et ce ne sont pas que les trop rares bonnes idées artistiques (sur PC, du moins) qui sauveront le bateau du naufrage.
Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
04 juin 2018 à 09:28:17
06/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (36)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
5.6/20

Mis à jour le 08/06/2018
PC PlayStation 4 Xbox One Survival-Horror Madmind Studio
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Crackdown 3 : un multijoueur étonnament addictif
    PC - ONE
  • Aperçu : Just Cause 4 : Meilleur bac à sable que jeu d'action ?
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : BlizzCon 2018 : Diablo Immortal - Nos impressions sur le hack'n slash mobile diabolisé
    IOS - ANDROID
Derniers aperçus
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Fallout 76
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce