Menu
Monster Energy Supercross
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
  • Switch
  • iOS
  • Android
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Monster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrière
PS4 ONE
Monster Energy Supercross
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Epyon
L'avis de Epyon
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
13 février 2018 à 17:07:28
9/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (24)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.9/20
Tous les prix
Prix Support
39.99€ PC
47.50€ PS4
49.90€ PC
51.00€ PS4
52.99€ ONE
55.13€ ONE
Voir toutes les offres
Partager sur :

Pas de MXGP, pas de problème ? Alors que Milestone et son éditeur Big Ben n'ont toujours pas annoncé une suite au décevant MXGP 3, le duo franco-italien revient cette année avec un autre jeu de motocross : Monster Energy Supercross. De quoi proposer aux fans une autre approche du monde du deux-roues, avec toujours plus de boues, toujours plus de sauts... et toujours plus de fun ?

notre vidéo-test de Monster Energy Supercross

Entre deux championnats du monde de motocross, que diriez-vous d'un peu de supercross ? C'est probablement ce qu'ont pensé les développeurs de Milestone, au moment de commencer à bosser sur Monster Energy Supercross. Un tel projet a bien des avantages : outre l'expérience acquise grâce à MXGP, et les technologies créées pour ce dernier et qui peuvent être réutilisés, le concept même de courses en stade, propre au supercross, permet d'économiser à la fois du temps de développement et des ressources GPU. Mais au-delà de ces considérations purement financières, il y a aussi l'intérêt des fans de motocross, qui pourront varier les plaisirs avec Monster Energy Supercross. Il s'agit toujours, en fin de compte, de faire la course à moto, d'enchaîner les sauts, les boss, et les virages, en perdant le moins de temps possible. Mais dans une ambiance bien différente, forcément. Mais est-ce si différent, en fait ?

Une Carrière vraiment creuse

Monster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrière
Le mode Carrière ne profite d'aucune forme de mise en scène, sinon celle-ci, en fin de course, qui diffère en fonction de la position au classement.

En faisant le tour du propriétaire, il y a un premier hic : on comprend vite que Monster Energy Supercross boxe dans la catégorie Poids Plume, question contenu. On retiendra donc principalement le mode Carrière, le jeu en ligne, et l'éditeur de niveaux. Commençons par le mode Carrière, qui vous permettra de faire vos premiers pas dans le championnat américain de supercross. Après avoir créé votre propre pilote et personnalisé sa moto, direction la catégorie 250, pour participer à votre première saison. Monster Energy Supercross fait dans la simplicité : il suffit globalement d'enchaîner les courses et de viser à chaque fois la meilleure position possible au classement. Et... c'est à peu près tout. À notre grande déception, ce mode Carrière se limite aux phases de course et tout ce qui pourrait fait la sève d'un bon mode Carrière en a été effacé. Par exemple, vous choisissez un constructeur en début de saison, mais vous pouvez tout à fait en changer en cours de route, sans rien demander. Les contrats évoluent d'eux-mêmes et souvent sans cohérence avec ce qui se déroule sur le terrain. Ainsi, nous avons été très surpris de constater que notre ancienne équipe avait refusé de prolonger notre contrat sous prétexte de mauvaises performances... Un argument que l'on aurait pu entendre si notre pilote n'avait pas enchaîné les premières places jusque là !

Monster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrière
On peut enrichir la garde-robe de son pilote, simplement en accumulant les crédits, ou en réalisant certains objectifs.

Et les changements d'équipe, il va falloir faire attention parce qu'ils arrivent sans prévenir, ou presque. Monster Energy Supercross supprime toute notion de gestion de Carrière et la seule manière de suivre l'évolution de cette Carrière, c'est de jeter un œil au petit tableau qui fait office de fil d'actu, type réseau social. On y retrouve pêle-mêle les encouragements des supporters, les annonces officielles de résultat, et les messages envoyés par l'équipe. C'est donc par ce pseudo réseau social que vous apprendrez peut-être un jour que votre équipe a changé. Ce mode Carrière n'en a donc que le nom et rien ne le sépare vraiment des autres modes de jeu rapides (contre-la-montre, épreuve unique, championnat), sinon qu'il vous propose de participer à toutes les courses des division East et/ou West, en 250, avant de débloquer la catégorie 450. Oh il est possible de choisir un sponsor, qui vous donnera des objectifs à réaliser en échange de petites récompenses, mais là encore, ce n'est pas suffisant pour donner corps à ce mode Carrière vraiment trop paresseux.

Monster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrièreMonster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrièreMonster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrière

Et pourtant, du progrès

Monster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrière
Monster Energy Supercross est plutôt propre.

Après le très oubliable MXGP 3, ce début de test pourrait refroidir les fans de motocross à la recherche d'un jeu faisant honneur à leur passion. Qu'ils se rassurent toutefois puisque si le mode Carrière est effectivement bien décevant, le jeu a quelques forces qui méritent d'être mises en avant. On compte notamment deux points d'évolution notables, par rapport à MXGP 3. Le premier, c'est que depuis la sortie de ce dernier, les équipes de Milestone semblent mieux maîtriser l'Unreal Engine 4 : cela se ressent notamment sur les graphismes du jeu. Sans être une boucherie visuelle, Monster Energy Supercross met deux tours à MXGP 3 avec des textures beaucoup plus fines et une meilleure gestion des éclairages et des particules. Le soft est plutôt agréable à l'oeil et très honnêtement, ce n'est pas une catégorie dans laquelle on l'attendait vraiment. La surprise n'en est que plus agréable, forcément. À noter que la version Xbox One X du jeu bénéficie logiquement de quelques effets supplémentaires qui affinent encore le rendu ; mais on a toutefois décelé quelques micro-chutes de framerate assez désagréables. C'est étonnant puisque si Monster Energy Supercross est clairement plus beau que ses prédécesseurs, il est encore bien loin d'utiliser toute la puissance de la dernière-née de Microsoft, qui on le sait est capable de faire tourner à la perfection des jeux de course beaucoup plus gourmands que Monster Energy Supercross.

Monster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrièreMonster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrièreMonster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrière

On compte également quelques progrès côté pilotage, et pas des moindres. C'est assez probant sur les scrubs, plus difficiles à réaliser que par le passé, notamment en ce qui concerne la réception : Monster Energy Supercross est moins généreux qu'un MXGP 3 sur ce point et il faudra donc préparer soigneusement son retour sur le plancher des vaches. Ce qui n'est pas un mal puisque cette technique avancée permet de gagner quelques précieuses secondes, et c'est en la maîtrisant que les joueurs pourront se distinguer les uns des autres.

Trop arcade ?

Pourtant les puristes trouveront probablement à y redire puisque si Monster Energy Supercross progresse dans certains secteurs, il régresse ailleurs, à notre grand désarroi. La physique, notamment, est beaucoup plus permissive, notamment dans les virages, même lorsque l'on active la conduite dite « réaliste ». Gérer le poids de son pilote avec le joystick droit de la manette n'a finalement pas grand intérêt, et c'est dans les virages que cela se ressent le plus. Ces derniers représentent un danger d'autant plus limité que la boue et la terre se creusent assez peu, quelle que soit la durée de course sélectionnée. Les ornières se forment petit à petit mais à aucun moment elles n'influent vraiment sur la conduite et même en forçant un peu, chuter n'est pas chose aisée.

Monster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrière
Les virages, même labourés par les nombreux passages des deux roues, ne représentent pas un véritable danger.

Le jeu semble vouloir miser sur la vitesse, en fait, plutôt que sur la difficulté technique à passer certains virages. Vos éventuelles chutes ne viendront pas d'un passage trop technique ou d'un virage labouré par les passages successifs d'une vingtaine de motos. Non, la plupart du temps, vous mordrez la poussière parce que vous êtes arrivés bien trop vite sur une bosse, et finirez dans le décor. Si cela ne plaira pas aux aficionados, les autres pourraient y trouver une forme de plaisir puisqu' effectivement, Monster Energy Supercross est extrêmement nerveux. Suffisamment pour déclencher quelques jolies montées d'adrénaline, en tout cas. Signalons au passage que l'IA est d'une inconstance vraiment agaçante : d'une course à l'autre, elle peut se métamorphoser en hérisson supersonique, ou en escargot asthmatique. Le premier virage de chaque épreuve semble représenter un véritable défi pour elle, car à chaque fois ou presque, les concurrents se percutent les uns les autres dans un gigantesque amas de métal et de corps humains ; le joueur averti laissera donc l'IA prendre les devants, dans la grande ligne droite qui ouvre chaque course, afin de contourner tranquillement les pilotes à terre pour s'installer confortablement en tête de la course.

Monster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrière
Attention à ne pas mordre à l'extérieur ou trop à l'intérieur de certains virages...

À ce stade, les fans de motocross auront déjà enterré leur espoir de voir apparaître dans le jeu certaines subtilités de la discipline supercross, à commencer par un véritable système de drapeaux. Et ils auront bien raison : là aussi, Monster Energy Supercross fait dans le minimalisme. Le seul signe que vous verrez apparaître finalement, c'est celui de sens interdit qui apparaît lorsque vous prenez une route à contre-sens. Ou pas, d'ailleurs : à chaque fois que nous l'avons vu apparaître, nous étions à chaque fois dans le sens de la course. Il semblerait que ce petit bug se produise lorsque l'on prend un virage trop à l'intérieur et nous avons réussi à nous le faire subir plusieurs fois, sur certaines courses seulement. Cela n'a hélas rien d'amusant puisqu'au bout de quelques secondes, le jeu vous « remet » automatiquement dans le bon sens, vous faisant perdre plusieurs secondes. Autant vous dire que lorsque cela se déroule dans les derniers moments d'une course un peu serrée, cela a de quoi agacer.

Un atout dans sa manche

Afin de terminer sur une note plus joyeuse, il nous paraît essentiel d'évoquer l'éditeur de niveaux proposé par Monster Energy Supercross. C'est l'autre belle surprise du titre puisque l'éditeur en question est plutôt complet, même s'il manque quelques options purement cosmétiques. Au bout de quelques essais on comprend vite que créer un bon circuit n'est pas à la portée du premier venu et il vous faudra expérimenter un moment pour réussir quelque chose de convenable. Le procédé n'est pas laborieux pour un sou puisque l'éditeur se prend rapidement en main et surtout, il est possible d'essayer à tout moment le circuit en cours de conception, en appuyant sur un bouton. Le résultat c'est que l'on passe un bon moment à confectionner ses circuits, à les tester, à les modifier... Mieux encore, il est possible de les partager avec le reste de la communauté, et donc de télécharger les créations des autres. Bref jolie petite addition à ce Monster Energy Supercross qui en avait bien besoin.

Monster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrièreMonster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrièreMonster Energy Supercross : un pas en avant, deux en arrière

D'ailleurs, comparativement à MXGP 3, c'est le seul véritable point d'évolution de Monster Energy Supercross, lorsque l'on s'attaque à la section multijoueur/online du jeu. Le reste est extrêmement basique, se contentant du strict minimum, voire moins, puisqu'il n'y a toujours pas de multijoueur en écran scindé. Mais ce qui existe fonctionne, sans génie, sans paillette, à l'image de ces courses online qui manquent un peu de panache, d'enjeux.

Les notes
+Points positifs
  • Graphismes en net progrès, après MXGP 3
  • L'éditeur de circuits
  • Le jeu aérien plus fin
  • La sensation de vitesse
-Points négatifs
  • Une Carrière qui n'en est pas une
  • Physique beaucoup trop permissive
  • La technicité du supercross portée disparue
  • Online creux
  • Quelques petits ralentissements ici et là

Dans l'absolu, Monster Energy Supercross n'est pas un mauvais jeu mais ce qu'il propose en terme d'expérience globale est vraiment insuffisant. Si l'on salue les progrès effectués depuis MXGP 3 sur les graphismes, ou le fait que le jeu aérien ait gagné en finesse, Monster Energy Supercross a simplifié à l'extrême son gameplay et il est à peu près certain que les puristes n'y trouveront pas leur compte. Malgré un éditeur de courses franchement amusant et de belles sensations en course, le dernier-né de Milestone n'a pas grand chose de plus à proposer qu'une succession de courses un peu plates. Un comble pour un jeu de supercross.

Profil de Epyon
L'avis de Epyon
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
13 février 2018 à 17:07:28
9/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (24)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15.9/20
Mis à jour le 13/02/2018
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Football Manager 2019 : Une interface repensée qui augure du meilleur
    PC - MAC
  • Aperçu : Battlefield V : notre avis après deux heures sur le solo et ses War Stories
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Pokémon Let's Go Pikachu/Evoli : Une première génération remise au goût du jour
    SWITCH
Derniers aperçus
Jeuxvideo.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Red Dead Redemption II
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Fallout 76
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live