Sparc
TOUS SUPPORTS
// VERSIONS DISPONIBLES : PC PS4 ONE
Créer un contenu
Test : Sparc : quand la VR devient du sport
PC PS4
Sparc
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
06 décembre 2017 à 16:00:01
15/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (3)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/20
Tous les prix
  • Partager sur :

Le jeu vidéo n'est pas uniquement un loisir qui se pratique confortablement installé, comme nous l'a récemment prouvé Ready At Dawn et son Echo Arena, qui avait autant pour but de faire transpirer les joueurs en réalité virtuelle que de se faufiler dans le domaine de l'e-sport. CCP, notamment connu pour être responsable de EVE Online et EVE Valkyrie, propose sa vision du vSport avec Sparc qui a récemment quitté son statut d'exclusivité PSVR pour arriver sur Oculus et Vive.

Sparc : quand la VR devient du sport

Le principe de Sparc est plus épuré que celui, plus tactique, de Echo Arena. Vous êtes placé sur un terrain rectangulaire entièrement clos. À vos pieds se trouve une balle de la couleur de votre côté du terrain, et face à vous se tient votre adversaire, humain, lui aussi équipé d'une balle de sa propre couleur. Sur vos mains sont greffés deux gants, chacun d'entre eux permettant d'agripper votre balle, mais pas celle de l'adversaire. Une fois votre propre projectile attrapée, un bouclier à usage unique se matérialise sur votre poignet, tandis qu'en mode débutant (à l'inverse du mode avancé), deux petits boucliers sont disposés en permanence sur chaque main, permettant de repousser d'un coup de poing la balle adverse. Car l'objectif principal de Sparc est de parvenir à toucher votre opposant en jouant avec les rebonds de la balle sans vous faire toucher vous-même. 

Aussi accessible que technique

Sparc : quand la VR devient du sport

Pour parvenir à remporter la partie, il faudra faire preuve de pas mal de technique : derrière son concept simple, Sparc propose effectivement un gameplay plus technique qu'il en à l'air. Effectivement, derrière chaque joueur se trouve un cercle, la zone de toucher. Si votre opposant esquive votre lancer, mais que votre balle parvient à entrer dans ladite zone , cela aura pour incidence de grossir la taille du projectile, le rendant ainsi plus difficile à esquiver. Ainsi Sparc est une sorte de Balle au Prisonnier du futur, qui, en dépit de ce que l'on pourrait croire, vous demandera un certain investissement physique au cours de vos rencontres. Esquiver, repousser la balle de l'adversaire, lancer violemment la vôtre contre les parois en étudiant bien l'angle d'attaque sont autant d'automatismes qu'il faudra rapidement prendre si vous ne voulez pas que les parties s'achèvent sur une défaite cuisante, surtout face aux adversaires les plus expérimentés qui ont parfois une vitesse de répondant assez hallucinante, et reconnaissons-le, crevante. 

Sparc : quand la VR devient du sport

Car oui, Sparc est un jeu multijoueur, uniquement ou presque. Que ce soit sur Vive, PSVR ou Oculus, le titre de CCP ne propose malheureusement pas de mode contre l'IA et se fend tout juste d'un petit didacticiel avant de vous lancer dans le multijoueur. Si, toutefois, vous n'êtes vraiment pas suffisamment sociable, sachez que quelques défis (lancer de précision, déviation de balle etc...) sont proposés pour le solo, chacun disposant de ses propres leaderboards. Pas de quoi vous retenir bien longtemps, Sparc n'étant assurément pas conçu pour les sessions de jeu solitaires.

Avant de vous lancer dans le multijoueur, plusieurs choix s'offrent à vous. Dans le mode novice, les boucliers rivés aux gants seront permanents, tandis qu'une aide modérée à la visée est introduite. En outre, les parties n'y dureront que 3 minutes et le joueur ayant le plus de points au retentissement du gong remportera la partie. Le mode avancé, lui, ôte la possibilité de repousser les balles avec les poings, tandis que les parties sont découpées en 3 rounds sans limite de temps, le vainqueur étant celui qui parviendra à aligner 4 points dans 2 manches, manches dans lesquelles l'aide à la visée est quasi-inexistante. Enfin, un mode expérimental change la géométrie de l'aire de jeu, passant du rectangle au losange, rendant la gestion des rebonds plus erratiques. 

Sparc : quand la VR devient du sport

Une fois votre mode de difficulté choisi, vous êtes propulsé dans un lobby de 4 joueurs. Le terrain de jeu, s'il est occupé, est matérialisé en miniature devant vous, vous permettant d'observer deux joueurs s'affronter, tandis que de votre côté, vous apparaissez comme un géant aux yeux de ces derniers. En attendant que le match se termine, vous pourrez vous inscrire dans la file d'attente afin de participer au prochain match. Il faut reconnaître que le Lobby, à défaut d'être très interactif, a un vrai côté convivial et sympathique, d'autant plus que le chat vocal est autorisé au cours des parties. Alors si certes, vous aurez vite fait de réduire au silence les joueurs les plus essoufflés qui halètent dans le micro, vous constaterez aussi  rapidement qu'à défaut d'être très massive, la communauté de Sparc semble très sympathique et fair-play. Notez cependant que les serveurs sont assez dépeuplés en matinée, les joueurs étant plus nombreux dans le courant de l'après-midi. 

Une expérience statisfaisante sur le court terme

Sparc : quand la VR devient du sport

Côté confort de jeu, autant prévenir tout de suite : quelle que soit votre plate-forme de prédilection, il vous faudra pas mal d'espace pour pratiquer cet étrange sport un rien Tronesque. Effectivement, si vous devez certes rester dans un cercle de jeu assez restreint, vous serez régulièrement amené à effectuer des pas de côté pour esquiver les projectiles et à produire des gestes de grande amplitude que ce soit pour dévier les coups adverses ou envoyer votre balle. Inutile donc de préciser qu'il faudra jouer debout et dans une pièce dégagée de tout obstacle afin de profiter pleinement de l'expérience. Au niveau de la précision, si l'expérience est très satisfaisante sur toutes les plates-formes, il faut bien reconnaître que c'est sur PC que le jeu s'en sort le mieux. Nous avons pu largement essayer la version Oculus, qui, combinée avec les Touch, offre des sensations très immersives. La chose est sensiblement moins vraie pour la version PSVR, mais la chose est surtout due à la technologie vieillissante embarquée dans les PS Move (obligatoires) qu'à un problème de développement. Quoi qu'il en soit, les sensations seront très convaincantes quelle que soit la plate-forme choisie.

Sparc : quand la VR devient du sport

Alors vous l'aurez compris, globalement, Sparc est un jeu de sport en VR plutôt réussi, même s'il reste assez imparfait pour une raison très simple : sa pérennité ne sera conditionnée que par l'engouement des joueurs pour le titre. Effectivement, en l'absence de tout mode solo (un mode tournoi contre une IA n'aurait pas été de trop, par exemple) et en raison de l'intérêt modéré du mode défi, seul le online permettra au titre de survivre sur la durée. Cependant, outre le fait qu'il soit exclusif au public VR et que cela restreint donc le nombre de joueurs potentiel, il faut garder à l'esprit qu'acheter Sparc, c'est aussi prendre le risque d'acheter un titre aux serveurs désertés, le rendant donc impraticable. Espérons donc que l'enthousiasme des joueurs permettra au jeu de s'inscrire dans la durée.

Enfin, un peu de diversité aurait sans doute été bienvenue, même si la technique ne viendra qu'avec pas mal de pratique, les arènes sont trop peu nombreuses, les modes de jeu pas assez variés pour donner un vrai sentiment de renouveau d'une partie à l'autre. Alors pour progresser, il faudra vous contenter d'enchaîner les adversaires encore et encore, et si vous n'adhérez pas au concept, il est très probable que Sparc prenne rapidement la poussière. 

Sparc : Le jeu de sport en VR se lance sur Oculus Rift et HTC Vive

Chargement de la vidéo Sparc trailer
Les notes
+Points positifs
  • Sensations très convaincaintes quel que soit le support
  • Un vrai investissement physique demandé
  • Accessible et technique à la fois
  • Environnements et lobby assez originaux
  • Communauté sympa
-Points négatifs
  • Aucun mode solo, même d'entraînement
  • Arènes peu variées
  • On a tout de même vite fait le tour du concept
  • Difficulté parfois à trouver des serveurs peuplés
Aussi éreintant que plaisant à jouer, Sparc est assurément un bon jeu de sport en réalité virtuelle. Quelle que soit sa plate-forme, et même si l'expérience est sensiblement meilleure sur PC, le titre de CCP offre des sensations franchement convaincantes et offre un gameplay plus technique que l'on pourrait le croire. Cependant, en l'absence de diversité d'arènes, de modes de jeu supplémentaires et tout bêtement de mode solo, difficile de parier sur la pérennité d'un titre qui repose uniquement sur son multi qui s'appuie sur une communauté certes sympathique mais assez clairsemée.
Profil de [87]
L'avis de [87]
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
06 décembre 2017 à 16:00:01
15/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (3)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
17/20
Tous les prix
Mis à jour le 09/12/2017
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Kingdom Come : Delivrance - Quand RPG et Histoire font bon ménage
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Phantom Doctrine : Guerre froide et thriller tactique, une alliance à fort potentiel
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Mario Party : The Top 100, un jeu pour les fans, qui ne plaira pas à tous les fans sur 3DS
    3DS
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Monster Hunter World
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Far Cry 5
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live