FIFA 18
TOUS SUPPORTS
// VERSIONS DISPONIBLES : PC PS4 ONE Switch PS3 360
Créer un contenu
Test : FIFA 18 : La finition sans la construction
PC PS4 ONE
FIFA 18
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Kaaraj
L'avis de Kaaraj
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
21 septembre 2017 à 09:22:17
16/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (191)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
7/20
Tous les prix
Prix Support
47.00€ PC
49.99€ PC
50.50€ PS4
56.72€ ONE
58.90€ ONE
59.99€ PS4
Voir toutes les offres
  • Partager sur :

Quelques jours après la sortie de PES, c'est au tour de FIFA de faire son entrée dans la danse avec son édition 2018. Une année s'est écoulée depuis le passage au moteur Frostbite et l'arrivée du mode aventure, deux des atouts majeurs d'un épisode qui n'entend donc pas révolutionner la formule, mais bien en offrir une version affinée et plus maîtrisée que son prédécesseur.

FIFA 18 : La finition sans la construction
Un test susceptible d'être modifié, version Switch à part

Si les serveurs étaient bien en ligne au moment de notre test, ils n'étaient évidemment pas suffisamment peuplés pour que nous puissions les mettre à l'épreuve en conditions réelles. Nous reviendrons donc compléter ce test en cas de nouvelles informations à vous fournir lorsque les serveurs seront un peu plus garnis.

Autre point important, nous n'avons pour l'heure testé que la version de FIFA 18 destinée au PC, à la PlayStation 4 et la Xbox One. Celle attendue sur Nintendo Switch aura également droit à son test spécifique, qui sortira un peu plus tard.

Comme le veut la coutume, FIFA s'est révélé début Juin avant de profiter de l'E3 puis la gamescom pour se laisser prendre en main. Et comme le veut la coutume là aussi, le rythme de jeu a depuis légèrement été réaccéléré en tenant compte des premiers retours des chanceux qui ont pu essayer le dernier-né de la licence phare d'EA. Mais ce n'est évidemment pas le seul point sur lequel FIFA a travaillé ses mécaniques de jeu.

Physique alchimie

FIFA 18 : La finition sans la construction
Dans FIFA 18, tout se joue dans les 30 derniers mètres.

L'un des points qui saute le plus aux yeux concerne l'utilisation plus importante du jeu physique sans ballon. S'il était déjà présent dans le précédent opus, il n'a jamais été aussi prononcé que sur cette nouvelle édition, en témoignent les protections de balle et subtilisations du ballon que vous aurez l'occasion d'effectuer sans fautes, simplement en trouvant le bon rythme pour venir intercepter le cuir dans les pieds de l'adversaire. Les petits gabarits ne sont pas laissés pour compte, puisque il est tout à fait possible de tirer profit de leur agilité pour au mieux contourner les adversaires ou au pire, obtenir une faute si ces derniers venaient à trop profiter d'une puissance physique supérieure en espérant récupérer à coup sûr le ballon. Autre atout intéressant de l'épisode, les centres bénéficient aussi d'animations diversifiées permettant d'ajouter des effets ou de déclencher plus facilement un centre tendu, notamment. De quoi varier les situations d'attaque, d'autant plus que le jeu de tête a le mérite de ne pas être trop efficace par rapport à certains précédents épisodes de la série.

FIFA 18 : La finition sans la construction
Jouer contre Barcelone, c'est s'attendre à subir un pressing constant.

Autre gros ajout de cette année, l'arrivée de styles d'équipe plus perceptibles, censés vous permettre de distinguer au premier coup d’œil le jeu du Barça de celui de l'Atletico ou de Dortmund. Dans les faits, cette différence est plutôt bien dépeinte, mais se ressent surtout lorsque vous affrontez un club particulièrement habile au pressing : il vous faudra alors faire preuve de plus de vigilance dans vos relances que contre une équipe au marquage plus classique, qui attendra généralement que vous passiez la ligne médiane avant d'aller réellement vous titiller. Les équipes habiles en contre pourront également vous faire souffrir en cas de domination de votre part, vous obligeant à moins vous découvrir pour éviter que la défense prenne l'eau. Cet ajout a le mérite de casser un peu la monotonie d'une carrière ou de l'aventure quand vous jouez contre l'IA, puisqu'il est désormais plus difficile de se contenter d'appliquer toujours la même stratégie sous peine d'être punis contre des équipes au style moins générique. Il gagnerait toutefois à être plus approfondi, puisque passé les premières heures de jeu, vous aurez moins de peine à trouver la parade face aux différents styles employés.

Un derby madrilène à Santiago Bernabeu

Chargement de la vidéo FIFA 18 Gameplay
FIFA 18 : La finition sans la construction
Image rare d'un accouchement en plein match.

En revanche, FIFA 18 pêche encore dans sa capacité à vous faire construire vos actions. S'il s'avère convaincant sur ses principes d'attaque/défense, vous n'aurez ainsi que plus rarement l'envie de préparer minutieusement vos phases d'attaque avec vos milieux de terrain, ces derniers servant avant tout à enchaîner rapidement les combinaisons (le jeu en triangle est roi) pour vous emmener sur les 30 derniers mètres. Leur placement souvent moins inspiré que celui des autres joueurs - les appels offensifs sont d'ailleurs très souvent bien exécutés par l'IA - n'arrange d'ailleurs pas les affaires d'un titre qui s'avère sur ce point en retard face à son concurrent direct, qu'il dépasse en revanche sur la variété de ses situations offensives. On regrettera également, point qui est d'ailleurs directement lié au précédent, que l'inertie des joueurs soit toujours aussi peu prononcée, ce qui facilite régulièrement les cassages de reins de défenseurs même avec des archétypes de joueurs moins agiles sur le papier. Heureusement, le travail sur le jeu de corps évoqué 2 paragraphes plus hauts aura au moins permis d'armer davantage les défenses face à ce type de joueurs.

Une carrière qui s'appuie sur ses transferts

FIFA 18 : La finition sans la construction
L'accueil des transferts est bien mieux fichu que par le passé.

Parce qu'il n'y a pas que le gameplay dans la vie, FIFA 18 s'appuie aussi sur ses modes de jeux pour espérer conserver les joueurs sur la durée. Celui qui a bénéficié du plus grand soin cette saison n'est autre que le mode carrière, dans lequel vous pouvez désormais mener des négociations (prolongations et signature de contrats, transferts) au cours de cut scenes interactives favorisant l'immersion au sein du mode. De nombreuses options concernant les transactions font aussi leur apparition, comme la détermination des primes de signature, des primes activables aux conditions diverses (matches joués, buts marqués, invincibilité, etc.), l'ajout de clauses libératoires, mais aussi la possibilité de négocier en dehors des périodes de mercato afin que le transfert soit effectif dès sa prochaine ouverture !

FIFA 18 : La finition sans la construction
Quelques cut-scenes font leur apparition dans le mode carrière.

Ces nombreux ajouts rendent clairement le mode plus intéressant, bien que l'on puisse déplorer quelques mécaniques disparues comme les options d'achat sur prêts, voire tout simplement ignorées, telle que la possibilité de négocier avec un joueur prêté son futur club, ou plus simplement mal pensées, comme l'impossibilité de signer dès janvier - en négociant avec son employeur - un joueur qui serait en fin de contrat en juin. Reste que l'interface des transferts qui accompagne l'arrivée des cut-scenes est aussi ergonomique que visuellement réussie, tout comme le nouveau menu d'équipe qui permet enfin d'avoir sous les yeux l'ensemble des informations essentielles sur vos joueurs. Nous saluerons également l'ajout de mini-clips illustrant les récompenses de joueurs du mois, le vainqueur d'une compétition accompagné de son trophée, ou tout simplement le dernier transfert ayant marqué les esprits et affolé les compteurs. De quoi ajouter de l'immersion et de la praticité à un mode qui n'a clairement jamais été aussi complet et agréable à utiliser que cette saison.

Les négociations de transferts se font maintenant à travers des cut-scenes

Chargement de la vidéo FIFA 18 Gameplay

Relève ton FUT

FIFA 18 : La finition sans la construction
Clashs d'équipe ne révolutionne pas la formule d'Ultimate Team.

Du côté de FUT, les nouveautés sont en revanche plus maigrichonnes. La principale concerne le mode Clashs d'équipe, qui vous permet de faire face à des équipes créées de toutes pièces par d'autres joueurs et gagner des points de classement proportionnels au niveau de difficulté et à la force de l'opposition. Le tout afin de grimper au sein du classement spécifique à ce mode et gagner des récompenses équivalentes à votre position au sein de celui-ci. Pas vraiment inspiré, reprenant un modèle finalement peu innovant par rapport à ses collègues au sein d'Ultimate Team, Clashs d'équipe n'apporte donc pas grand-chose en terme d'intérêt au mode le plus joué de FIFA, qui devrait tout de même tirer son épingle du jeu en s'appuyant sur son contenu déjà imposant et ses légendes de renom (Ronaldinho, Ronaldo, Maradona, Henry, Yashin, Ferdinand, pour ne citer qu'eux). Ces derniers disposeront d'ailleurs cette année de 3 versions, reflétant chacune une période spécifique de leur carrière et affublées de statistiques différentes.

Alex lutte fort

FIFA 18 : La finition sans la construction
Alex Hunter est de retour, et il aura encore des choix à faire.

L'Aventure signe également son grand retour avec une deuxième saison vous permettant toujours d'incarner Alex Hunter (et plus si affinités…) dans sa jeune carrière de footballeur professionnel. Sans surprise, vous pourrez d'ailleurs reprendre votre sauvegarde de l'épisode précédent ou choisir votre poste, club de départ pour directement vous lancer dans cette deuxième année. Plus axée sur la thématique des transferts et des problèmes qui en découlent, cette deuxième mouture de l'Aventure nous a plutôt convaincus dans sa capacité à renouveler l'expérience via quelques bonnes idées, allant de la coop à la prise en compte de votre affinité avec un coéquipier en passant par quelques mini-séquences originales, comme son introduction qui ravira les amateurs de FIFA Street. Vous pourrez également désormais personnaliser Alex Hunter, en choisissant sa coupe de cheveux, ses tatouages, son style en dehors et sur le terrain… Mais aussi quitter votre Angleterre natale pour découvrir un nouveau championnat ou être confronté à quelques choix cruciaux qui auront une conséquence sur votre partie. Ces derniers relèvent tout de même plus du faux choix à la sauce Telltale que du renversement de situation façon Mass Effect et demeurent donc finalement plus anecdotiques que le titre ne le laisse entendre.

FIFA 18 : La finition sans la construction
Des objectifs par chapitre font leur apparition.

De nombreux footballeurs comme Griezmann, Muller, Cristiano Ronaldo ou même ex-footballeurs tels que Thierry Henry s'incrustent également au casting. Si leur doublage manque le plus souvent de naturel et prête régulièrement à sourire, l'idée a le mérite d'apporter un soupçon d'immersion supplémentaire à l'ensemble. On ne peut en revanche pas en dire autant de l'écriture générale, bien trop faiblarde pour soulever les foules et qui évoque davantage le sympathique, mais très moyen « Goal ! » qu'un mode à la narration réellement soignée. La fin bâclée et la présence de quelques couacs (une victoire dans un tournoi non fêtée à l'issue du match, des éléments scénaristiques de la première saison passés aux oubliettes, l'absence de doublages français pour la plupart des joueurs qui rend les conversations avec Alex Hunter parfois bien étranges…) font donc un peu tache au sein d'un tableau d'ensemble pourtant plaisant. Dernier point, le mode ajoute des objectifs par chapitres généralement bien pensés, en plus des habituels objectifs en match. Il aurait cependant gagné à en réduire le nombre d'une part (vous avez pratiquement 3 objectifs à chaque match), et à offrir un peu plus de souplesse et de clarté à ceux qui vous seront confiés dans la dernière partie de l'aventure, qui vous forcent plus à jouer d'une certaine manière qu'à profiter réellement du voyage.

Les premières minutes du mode Aventure : FIFA Street Style !

Chargement de la vidéo FIFA 18 Gameplay

Un FIFA 18 bien enrobé

FIFA 18 : La finition sans la construction
La MLS est l'un des championnats entièrement sous licence cette année.

Habitué à nous gaver de licences depuis de nombreuses années, FIFA 18 ne propose cette année qu'un seul nouveau championnat avec la 3e division allemande, qui permettra notamment aux amateurs du Werder de Brême d'aller terroriser les défenses du coin avec l'équipe B du club hanséatique. Quelques affichages et logos officiels de championnat sont aussi de la partie, comme la Ligue 1 Conforama (on ne se lasse pas de le dire), la Premier League, la Major League Soccer ou la Liga espagnole, tandis que plusieurs stades font leur apparition : Wanda Metropolitano (qui remplace Vicente Calderon, précédente enceinte de l'Atletico de Madrid), Stubhub Center (Los Angeles Galaxy), mais aussi les stades de 2 promus anglais que sont Brighton et Huddersfield. Des ajouts qui ne pèsent d'ailleurs pas bien lourd par rapport aux pertes que sont le Signal Iduna Park (Borussia Dortmund) et Mestalla (FC Valence). Pour le reste, FIFA 18 reste suffisamment garni en licences et championnats pour occuper les joueurs.

FIFA 18 : La finition sans la construction
Le système de changements rapides apporte de la fluidité en jeu.

Un an après le passage au Frostbite, FIFA maîtrise mieux son nouveau moteur et nous gratifie notamment d'une modélisation plus convaincante des visages de joueurs, plus proches des standards élevés établis par PES sur ce point. Le rendu général des matches est quant à lui toujours aussi soigné, et bénéficie notamment de l'ajout d'ambiances spécifiques à des régions du globe comme un grain plus terne pour les matches sud-américains, une réalisation à l'américaine pour les matches de MLS ou différents choix de couleurs selon que le match se joue à Madrid ou à Munich. Nous conseillerons d'ailleurs aux possesseurs de TV HDR d'activer la fonction sur le titre afin de bénéficier d'éclairages plus réussis qui accentuent le travail effectué depuis le passage à cette génération de machines sur les effets de lumière en match. Si l'effet ne bouleverse en rien votre perception de la licence, il démontre au moins l'envie d'EA Sports de soigner les détails d'ambiance de son dernier-né : La foule a d'ailleurs également eu droit à son petit lifting pour éviter les comportements trop robotiques, mais aussi vous permettre d'aller fêter votre but avec un kop qui viendra se coller aux barrières suite à votre réalisation. Ajoutez à cela la présence de changements rapides pour éviter de faire un tour par le menu en match ou la modélisation de nouveaux coachs (Emery, Simeone, Ancelotti, Zidane) et vous obtenez un titre qui à défaut d'être toujours irréprochable sur sa prise en main, sait en tout cas nous gâter avec son travail sur l'immersion. C'est aussi ça, le charme de FIFA.

Notre avis sur FIFA 18 en moins de 4 minutes

Chargement de la vidéo Test FIFA 18 en vidéo
Les notes
+Points positifs
  • Des petites nouveautés visuelles bien pensées pour l'immersion
  • Centres plus variés
  • Un jeu physique bien fichu
  • Mode carrière qui commence à avoir de la gueule
  • De bonnes idées dans le mode Aventure...
-Points négatifs
  • … Malgré une écriture très faible et une foule d'objectifs inutiles
  • Construction du jeu sommaire
  • Inertie des joueurs toujours pas assez prononcée
  • Le nouveau mode de FUT, peu inspiré

Porté par un système de protection de balle nettement plus convaincant cette année et des centres qui se sont diversifiés, FIFA 18 propose une expérience toujours aussi plaisante lorsqu'il est question des "30 derniers mètres". Sur le plan du jeu et de la construction, les limites sont toutefois plus marquantes, entre le placement parfois approximatif de l'IA alliée et la sensation que vos milieux de terrain font davantage office de point de transition pour les attaques rapides que de véritables dépositaires du jeu de votre équipe. Reste qu'avec un mode carrière en nets progrès, des ajouts visuels contribuant à l'immersion et un contenu toujours aussi consistant, FIFA dispose de suffisamment d'atouts pour faire oublier ses quelques errances et occuper les joueurs sur la durée.

Profil de Kaaraj
L'avis de Kaaraj
MP
Twitter
Journaliste jeuxvideo.com
21 septembre 2017 à 09:22:17
16/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (191)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
7/20
Tous les prix
Prix Support
47.00€ PC
49.99€ PC
50.50€ PS4
56.72€ ONE
58.90€ ONE
59.99€ PS4
Voir toutes les offres
Mis à jour le 22/09/2017
PC PlayStation 4 Xbox One Sport EA Sports Football
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Star Wars Battlefront II : une campagne qui pose question
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Past Cure : Quand les grandes ambitions ne suffisent pas...
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Steep Road to the Olympics : L'école des champions
    PC - PS4 - ONE
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Assassin's Creed Origins
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Call of Duty : WWII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live