A Robot Named Fight !
PC
Créer un contenu
jeuxvideo.com / Derniers tests jeux vidéo / Tests de jeux sur PC / A Robot Named Fight ! sur PC /

Test A Robot Named Fight ! sur PC du 17/09/2017

Test : A Robot Named Fight ! - Le meilleur de deux mondes
PC
A Robot Named Fight !
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Jeanvik
L'avis de Jeanvik
MP
Utilisateur jeuxvideo.com
17 septembre 2017 à 18:00:00
18/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
  • Partager sur :

Contributeur

Une chose est sure : Il ne faut pas se fier à l’étrangeté du titre sur lequel nous allons nous pencher qui, de l’aveu même du développeur est le fruit d’un mélange d’inspirations des plus saugrenues. Car s’en tenir là et tourner les talons signifierai tout simplement manquer l’un des tout meilleur RogueVania ou Metroguelike (Rogue Lite + MetroidVania) du moment.

A Robot Named Fight !

Chargement de la vidéo A Robot Named Fight ! trailer

Ça aurait pu parler de bits...

A Robot Named Fight ! - Le meilleur de deux mondes
La salle de départ que vous verrez très souvent.

Tout allait pour le mieux sur un monde uniquement habité par des robots jusqu’à ce qu’une abomination venue d’on ne sait ou, la Megabeast, se soit soudainement décidée à venir y mettre son petit grain de sel. Inondant la surface du monde de créatures aussi dégoûtantes qu’elle, cet orbe de chair et d’organes de la taille d’une lune doit naturellement être éradiquée au plus vite parce que, bon, c’est pas bien propre tout ça. C’est donc à un robot dénommé Fight qu’il incombe la lourde tâche de démolir cette saleté ou de mourir en essayant puis de recommencer jusqu’à ce que la boucle soit enfin brisée et que l’un ou l’autre des deux belligérants disparaisse pour de bon. Pour cela, il devra s’aventurer sous la surface de la planète pour exhumer des artefacts datant d’une guerre depuis longtemps terminée. Le reste du scénario se dévoilera alors, petit à petit au fil des traversées jusqu'à un final réservant une sacrée surprise.

Le secret d’une bonne boucherie

A Robot Named Fight ! - Le meilleur de deux mondes
L'un des nombreux power-up du jeu

Nous arrivons là à l’un des premiers points forts du jeu : la justification de la boucle rogue-lite. Si Fight estdétruit, un autre prendra sa place et tant que quelque chose de bien précis n’aura pas été accompli, la Megabeast continuera de vous toiser à chaque nouvelle tentative. Malin. Pour ce qui est de la jouabilité, les vieux briscards qui ont passé des heures à retourner Super Metroid dans tous les sens seront aux anges, celle-ci étant quasi identique. Le stick gauche sert donc à diriger le personnage, les boutons A, B, X et Y sont respectivement associés au saut, au pouvoir de mobilité, au tir et au spécial. Les boutons d’épaule servent à la rotation des armes et les gâchettes à viser précisément à 45°. Il y a également du Run’n Gun la dedans, le danger pouvant venir de partout et vous obligeant parfois à avancer vite tout en défouraillant tout ce qui n’est pas fixé au sol. La partie Rogue-Lite du titre vient du fait que l’agencement de la carte, des objets et des bosses changera du tout au tout à l’exception des divers biomes du jeu, qui seront toujours parcourus dans le même ordre.

C’est la un autre point fort du jeu : l’excellence de la génération. Il n’y aura jamais de couacs, jamais de softlock (resté coincé a cause d’une défaillance ou de l’oubli d’un objet essentiel), jamais de cul-de-sac à cause d’une errance de celle-ci. Certes, certaines compositions salles/ennemis réserveront quelques belles mesquineries, mais ça restera toujours gérable. En d’autre termes, ce ne sera jamais de la faute du jeu si la faucheuse arrive avant le grand final. Cette menace de retour à la case départ sur une carte toute fraîche en cas de trépas donne une dimension toute particulière aux combats de boss, surtout quant on les livres pour la première fois.

A Robot Named Fight ! - Le meilleur de deux mondes
Une amélioration transforme carrément votre tir de base en lance missiles.

De plus, ladite génération tient aussi compte de la composante "metroidvania" : la progression est bel est bien conditionnée par les objets obtenus en cours de partie, que ce soit un nouveau tir, une nouvelle arme, une glissade, une transformation en araignée, un blindage résistant à la chaleur, etc. Pour être sur que le jeu tienne sur la longueur, les dites améliorations se débloquent petit à petit à chaque nouvelle traversée, celui-ci n’offrant alors tout son potentiel qu’a partir de la sixième, voire plus. Sans oublier le fait qu’il y a des amélioration annexes, cachées de partout dans les salles ou forgées par des robots alliés, ainsi que des armes secondaires telles que des canons (électrique ou laser) et des objets spéciaux, consommant tous des munitions. Certains se permettent même un petit clin d'oeil à d'autres licenses comme la Celestial Charge dont l'effet laissera un large sourire sur le visage. À noter qu’un second joueur peut aussi rejoindre la partie pour prêter main forte.

C’est qu’il faut que ce soit salissant

A Robot Named Fight ! - Le meilleur de deux mondes
Dans le genre problèmes d'estomac...

L’habillage début des années ‘90/16-bits qu’offre le jeu est du plus bel effet, avec de superbes animations et un sens du détail sur les personnages ou les décors qui force le respect. L’apparence de Fight est altérée par l’équipement qu’il récupère et ce, de façon parfois radicale. Les créatures, quant à elles ont un design bien dégueu qui n’est pas sans rappeler celui des Meatbugs d’Apocalypse Zero (âmes sensibles s’abstenir). Pour ce qui est du son, les mélodies qui accompagnent sont agréables et restent dans la tête sans pour autant être lassantes. Les créatures ne sont pas en reste avec leurs "greuh grah" et les soupirs qu’elles émettent quant elle rendent leur dernier souffle. Mention spéciale aux sons d’explosions "mouillés" émis au moment de l’éparpillement de leurs restes.

Les notes
+Points positifs
  • Esthétique soignée
  • Design des créatures bien cracra
  • Montée en puissance grisante
  • Enfin un rogue-like abordable !
  • Prix tout doux
  • Co-op en local
  • Génération procédurale de haute volée
  • Suivi exemplaire de la part d'un développeur accessible
  • Un Grand Final monumental…
-Points négatifs
  • … mais douloureux sans tir automatique
  • Peu d’environnements différents
  • Pas la peine d’essayer de jouer au clavier
  • Pas de multi en ligne
  • En anglais seulement

ARNF! (ça sonne étrange, mais c’est plus court) a beau être sorti de nulle part et développé par une seule personne, il n’en reste pas moins un exemple de maîtrise et de choix de game-design. Porté par une esthétique rétro et soignée et une bande-son à l’avenant, il sait se montrer abordable tout en réservant les moments bien velus inhérents à son mélange de genre. Un coup d’essai donnant lieu à un coup de maître. Félicitations, Monsieur Bitner, vous nous offrez là la quintessence du RogueVania... ou du Metroguelike, tout simplement.

Profil de Jeanvik
L'avis de Jeanvik
MP
Utilisateur jeuxvideo.com
17 septembre 2017 à 18:00:00
18/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs
Donnez votre avis sur ce jeu !
Mis à jour le 15/09/2017
PC Action Roguelike Matt Bitner Games Science-Fiction
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Kingdom Come : Delivrance - Quand RPG et Histoire font bon ménage
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Phantom Doctrine : Guerre froide et thriller tactique, une alliance à fort potentiel
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Mario Party : The Top 100, un jeu pour les fans, qui ne plaira pas à tous les fans sur 3DS
    3DS
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Monster Hunter World
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Far Cry 5
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live