Windjammers
TOUS SUPPORTS
// VERSIONS DISPONIBLES : PS4 Vita NEO
Créer un contenu
Test : Windjammers, un dépoussiérage dans le vent
PS4 Vita
Windjammers
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Akazan
L'avis de Akazan
MP
Rédaction jeuxvideo.com
10 septembre 2017 à 15:00:01
14/20

Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
  • Partager sur :

Annoncé en décembre dernier par Sony, le classique du jeu d’arcade Windjammers est de retour en exclusivité sur PlayStation 4 et PlayStation Vita dans une version actualisée pour les écrans HD, qui ne renie pas les principes de la version d’origine mais ne les étoffe pas non plus.

Il y a des jeux de niche qui traversent les époques parce que leur communauté refuse de les voir mourir. C’est sans conteste le cas de Windjammers, un jeu d’arcade développé par Data East et initialement édité par SNK sur borne en 1994, avant de débouler sur Neo Geo puis Neo Geo CD en 1995.

La principale originalité du titre tient dans sa proposition : affronter un adversaire, humain ou ordinateur, dans un duel de frisbee. Mais attention : on ne parle pas d’un petit jeu plan-plan sur la plage entre deux baignades, mais d’un match de compétition, complètement bourrin, sur un terrain pas toujours innocent. Windjammers, c’est la rencontre de The King of Fighters avec Pong : c’est stylé, a priori basique, mais néanmoins très exigeant.

Windjammers, un dépoussiérage dans le vent

La question la plus évidente que l’on pouvait se poser suite à l’annonce, en décembre dernier, de l’arrivée d’un remaster sur PS4 et PS Vita, concernait la fidélité de cette ressortie par rapport à la version originale. Un indice était donné de base : le travail de remasterisation a été confié au studio français DotEmu, spécialisé dans le dépoussiérage intensif de jeux rétro. Leur travail notamment sur la version Android d’Another World, sur la version Steam de Sanitarium ou encore sur Double Dragon Trilogy sur iOS et Android donnait plutôt confiance.

Qu’on se rassure : Windjammers PS4 est fidèle, très fidèle même, à ses principes initiaux. Cela passe aussi bien par le gameplay, qui reste le même, que par les graphismes. Si ces derniers ont subi un lifting nécessaire pour coller au mieux aux écrans d’aujourd’hui, les développeurs se sont contentés de légèrement retravailler l'affichage des sprites originaux pour les affiner et les rendre plus agréable à l’oeil, le nombre de frames des actions restant, quant à lui, identique au jeu original. Les niveaux ont bénéficié du même traitement, ainsi que la musique, qui garde le charme du son 16-bits. Le titre propose, dans ses options, la possibilité d’opter pour un affichage en 16/9e mais ce dernier est loin d’être agréable. On recommande donc de garder l’affichage en 4/3 avec fond d’écran ou, pour s’amuser un peu, d’opter pour l’option qui donne l’illusion d’un écran cathodique bombé, rigolo a défaut d’être très pratique pour jouer sur un écran HD.

Windjammers, un dépoussiérage dans le ventWindjammers, un dépoussiérage dans le ventWindjammers, un dépoussiérage dans le ventWindjammers, un dépoussiérage dans le vent

Un gameplay à la fois simple et nerveux

Le gameplay de Windjammers est simple à comprendre, mais difficile à maîtriser. Le jeu se joue avec la croix directionnelle – ou le joystick gauche si vous êtes à l’aise – et deux boutons (carré/croix et triangle/rond ici). L’un permet de glisser pour attraper le frisbee, et une fois que vous l’avez en main, concentrer l’attaque spéciale du personnage. L’autre bouton sert tout simplement à lancer le frisbee mais il est possible de lui donner différents effets en utilisant habillement la croix directionnelle : on peut tirer à droite ou à gauche pour faire rebondir le disque sur les côtés et perturber l’adversaire, mais on peut également, avec de la pratique, lifter le lancer. Et là, la surprise n’en est que plus grande.

Les parties entre joueurs habitués sont incroyablement rapides et mettent en avant l’aspect très nerveux de Windjammers, qui demande beaucoup de reflexes et une bonne adaptabilité pour être maîtrisé. Il est cohérent de le comparer à un jeu de combat tant le timing a son importance. Mais le terrain n’est pas en reste, puisqu’il peut se doter d’obstacles qui peuvent être utilisés pour désarçonner un peu plus l’adversaire. En clair, il ne faut pas se fier à l’aspect « je te renvoie le disque » du titre : il a une réelle dimension stratégique.

Windjammers, un dépoussiérage dans le ventWindjammers, un dépoussiérage dans le ventWindjammers, un dépoussiérage dans le ventWindjammers, un dépoussiérage dans le vent

Le jeu propose 6 joueurs qui viennent tout droit de la version originale de 1994 : 5 personnages masculins et 1 personnage féminin qui représentent tous un pays différent. En toute logique, chacun des six niveaux est associé à l’un des personnages, le défi en mode arcade contre l’ordinateur étant de compléter un tour du monde pour vaincre chaque adversaire. Chaque personnage dispose de sa propre balance vitesse/force, et de son attaque spéciale qui, dans la plupart des cas, consiste à envoyer le frisbee de manière rapide et liftée pour le rendre difficile à attraper. Vous avez tout compris ? Parfait, vous avez les bases ! Passons maintenant au contenu de ce remaster.

Un soupçon de casualisation, pour la forme

Première chose qui saute aux yeux : les menus du jeu ont été totalement retravaillés, pour ne pas dire tout simplement créés : la version arcade allait droit au but et la version Neo Geo faisait de même, avec une proposition limitée à un mode arcade et un mode versus. Désormais, on arrive sur un menu qui propose d’accéder aux différents modes de jeu. Le premier est entièrement nouveau puisqu’il s’agit du mode en ligne, permettant de faire des matchs rapides, des matchs classés ou encore des matchs entre amis. Le second propose des fonctions locales, comme le mode arcade où l’on affronte l’ordinateur, le mode versus et deux mini-jeux normalement présents de manière aléatoire dans le mode arcade, mais qui sont ici jouables à volonté.

Windjammers, un dépoussiérage dans le ventWindjammers, un dépoussiérage dans le vent

Nettement plus chaleureuse que celle du jeu de base, l’interface propose également une section « comment jouer » qui permet de cerner rapidement la théorie du gameplay. Mais la véritable nouveauté qui aidera probablement les débutants à apprendre à jouer, c’est l’arrivée de trois modes de difficultés dans le mode arcade : facile, normal et difficile.

Dire que c’est totalement nouveau serait mentir puisque la version Neo Geo du jeu proposait, à sa manière, une évolution de la difficulté en fonction du personnage sélectionné pour jouer. Ainsi, Hiromi Mita et Steve Miller y étaient qualifiés de personnages « pour débutants », Jordi Costa et Loris Biaggi pour « joueurs moyens » tandis que Gary Scott et Klaus Wessel ciblaient les « experts ». Cette notion a été remaniée dans la version PS4/Vita et les trois trios sont désormais qualifiés de « légers », « normaux » et « lourds », ce qui correspond en réalité tout simplement au ratio rapidité/puissance.

Windjammers, un dépoussiérage dans le vent

Désormais, en choisissant « facile » au démarrage du mode arcade, on a le droit à des matchs relativement plus calmes avec suffisamment de temps pour anticiper la réaction de l’adversaire. Si la difficulté se fait plus croissante au fur et à mesure des affrontements, on peut jouer sans se faire punir par l’ordinateur. Le degré d’exigence évolue lorsqu’on passe à une difficulté normale, puis difficile, où le défi est au rendez-vous. Par ailleurs, le nombre de « continue » est dégressif : il est de 5 en facile, 3 en normal, et 1 en difficile. Une proposition qui rend le jeu nettement plus accessible pour une première approche, sans pour autant renier le côté exigeant de l’arcade. Les habitués du titre pourront directement passer à la difficulté moyenne ou plus élevée pour trouver un défi à leur niveau, même s’ils s’orienteront probablement bien vite vers les matchs en ligne pour plus de challenge.

A deux, c’est mieux

S’il est amusant en solo, c’est principalement à plusieurs que Windjammers révèle son potentiel. Comme on n’a pas toujours des amis sous la main, le mode match rapide permet de trouver simplement un adversaire pour jouer en ligne sans pression de classement. A l’inverse, le mode classé offre quant à lui l’assurance d’affronter des joueurs qui prennent leur classement au sérieux, à l’instar de n’importe quel jeu de combat. Rapidement, on se rend compte que même le mode difficile en arcade n’a pas grand-chose à voir avec un joueur de frisbee virtuel qui veut grimper dans le tableau des meilleurs.

Windjammers, un dépoussiérage dans le vent

En jouant en ligne, on se heurte cependant à d’évidents problèmes de connexion et de synchronisation entre joueurs. Les problèmes de lag sont malheureusement très fréquents et à partir du moment où les deux adversaires n’ont pas une connexion affichée en vert, les parties oscillent entre le pénible et l'injouable. On est confrontés à des difficultés identiques aux problèmes de latence des jeux de combat : le gameplay nécessitant d’être souvent extrêmement réactif, quelques millisecondes de lag peuvent tout changer. Et à l’heure actuelle, ce n’est pas trop ça. Par ailleurs, trouver un adversaire peut également s'avérer très long et il n'est pas rare de devoir patienter plusieurs longues minutes pour qu'un match se lance.

Windjammers, un dépoussiérage dans le vent

Mais c’est probablement en mode versus sur le même canapé que Windjammers prend tout son sens et retrouve ce qui en faisait un jeu très cool dans les salles d’arcade. Avec des affrontements plutôt courts – un match se joue en deux sets gagnants de 12 points mais il est possible de configurer tout ça dans les options – on peut enchaîner les parties, faire tourner la manette, et beaucoup s’amuser. Le jeu n’étant pas particulièrement connu du grand public, on peut facilement trouver des amis ayant un niveau similaire à celui d’un joueur moyen, mais il est également impressionnant de voir des habitués du titre s’affronter dans des matchs aux échanges qui montent souvent en intensité. Sans surprise, donc, l’ambiance est bien meilleure dans la salle que via un affrontement virtuel, même si ce dernier est le seul moyen de se classer.

Un titre fun, mais limité

On ne doute pas que les fans de la première heure verront, avec cette remasterisation HD de Windjammers, l’occasion de se faire plaisir sur une version dépoussiérée du jeu, qui respecte ses fondamentaux. Mais la démarche très louable de DotEmu de restreindre ses rajouts aux modes en ligne et à l’accès aux niveaux bonus du jeu originel met également en avant le côté limité et répétitif d’un titre dans lequel on finit par rapidement tourner en rond. Avec ses six personnages et ses six niveaux, la partie locale en solo est vite lassante, ce qui était déjà le cas dans la version de 1994.

Windjammers, un dépoussiérage dans le ventWindjammers, un dépoussiérage dans le vent

Son héritage arcade fait du jeu un titre taillé pour le multijoueur. De fait, il faut espérer que les joueurs, et pas que les fans du titre, se décident à investir dans un jeu de niche, les affrontements au frisbee n’étant pas nécessairement courant dans le petit monde du jeu vidéo. C’est un peu la seule chose que l’on peut reprocher au titre, qui pourrait bien rapidement se focaliser à nouveau sur une communauté de joueurs « experts » et rendre les parties en ligne vraiment difficiles à aborder pour les autres catégories de joueurs. Il faudra surveiller l’évolution de la communauté pour voir la tournure qu’elle va prendre, même si on ne doute pas que Windjammers va s’offrir une nouvelle vie dans les compétitions e-sportives avec ce remaster. Pour l’évolution de la communauté en ligne, le jeu va cependant devoir rapidement corriger ses problèmes de latence, vraiment problématiques à ce stade.

Les notes
+Points positifs
  • Des graphismes très fidèles à l’original
  • Un gameplay simple mais exigeant
  • Le choix de la difficulté
  • Un mode en ligne partagé entre jeu amical et matchs classés
-Points négatifs
  • 6 personnages pas vraiment marquants
  • Un contenu assez vite répétitif et lassant
  • Un sujet qui peut rebuter les nouveaux joueurs
  • De gros problèmes de connexion en multijoueur en ligne

Windjammers sur PS4 et PS Vita conserve ce qui a fait de sa version arcade/Neo Geo un titre populaire au fil des années. DotEmu a fait un travail d’actualisation satisfaisant, en ne trahissant pas le gameplay d’origine, tout en insufflant à l’ensemble quelques nouvelles propositions facilitant l’accès au jeu à de nouveaux joueurs jusque-là étrangers au titre de Data East. Simple dans sa proposition et efficace dans son exécution, Windjammers n’en reste pas moins un jeu exigent, héritier de la bonne époque du jeu d’arcade où le concept consistait en grande partie à vider rapidement les poches des joueurs de leur petite monnaie. L’un des principaux reproches que l’on peut faire à cette ressortie du titre concerne son manque criant de nouveautés, qui peut en faire un titre vite lassant, mais l’objectif de DotEmu étant de coller le plus fidèlement possible à l’original, difficile de vraiment en vouloir au studio. Le véritable problème, à l’heure actuelle, concerne la stabilité du mode multijoueur en ligne, qui pourrait être un vrai frein au développement communautaire du titre. Il va donc falloir suivre de près l’évolution de Windjammers sur ce point.

Profil de Akazan
L'avis de Akazan
MP
Rédaction jeuxvideo.com
10 septembre 2017 à 15:00:01
14/20
Lecteurs Jeuxvideo.com
L'avis des lecteurs (2)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
15/20
Mis à jour le 10/09/2017
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : Star Wars Battlefront II : une campagne qui pose question
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Past Cure : Quand les grandes ambitions ne suffisent pas...
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Steep Road to the Olympics : L'école des champions
    PC - PS4 - ONE
Derniers aperçus
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Assassin's Creed Origins
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Dragon Ball FighterZ
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Call of Duty : WWII
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live